• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Près de trente ans après la disparition de Vladimir Ilitch Lénine, Joseph (...)

Près de trente ans après la disparition de Vladimir Ilitch Lénine, Joseph Staline affronte l’économie marchande née de la NEP…

Dans Les problèmes économiques du socialisme en URSS, écrits datés de 1952, Joseph Staline, dont nous savons maintenant qu’il devait mourir l’année suivante, fait le bilan de la marche entreprise trente-cinq ans plus tôt par l’Union soviétique pour rejoindre le socialisme.

Il pose tout d’abord le problème des enjeux spécifiques de la dictature du prolétariat ouvrier et paysan de Russie dans son cadre le plus général :
« Le rôle particulier du pouvoir des Soviets s’explique par deux faits ; en premier lieu, le pouvoir des Soviets ne devait pas remplacer une forme de l’exploitation par une autre, comme ce fut le cas dans les vieilles révolutions, mais liquider toute exploitation ; en second lieu, vu l’absence dans le pays de germes tout prêts de l’économie socialiste, il devait créer, pour ainsi dire, sur un « terrain vague », des formes nouvelles, socialistes, de l’économie. » (Site du Centre Marxiste-Léniniste-Maoïste [B], etc.)

Il y avait, certes, ce magnifique prolétariat ouvrier et paysan qui, sur fond d’un effondrement total de la structure étatique du tsarisme consécutive aux terribles impacts militaires de la guerre mondiale, avait fait basculer les grandes entreprises industrielles et les grandes propriétés foncières, les premières, sous l’autorité directe de l’État des Soviets, et les secondes, sous la forme de possession paysanne de terres morcelées en autant de sous-unités que possible. Si le premier pan de cette transformation plus ou moins inouïe conduisait directement au socialisme, le second, à sa façon, risquait de déraper du côté de ce que la Révolution française de 1789 avait engendré d’agriculteurs, propriétaires de parcelles, et bientôt rangés comme un seul homme derrière l’empereur Napoléon Ier… Ce qui ne devait pas échapper à Trotski qui, lui-même, s’y voyait déjà…

Mais revenons à Joseph Staline, alors qu’il s’efforce de démêler ce qu’avait été la démarche de Vladimir Ilitch Lénine affronté à cette dissymétrie de la situation de la Russie de 1917…

Il le voit suivre une première piste :
« a) ne pas laisser échapper les conditions favorables à la prise du pouvoir ; le prolétariat prendra le pouvoir sans attendre le moment où le capitalisme sera en mesure de ruiner les millions de petits et moyens producteurs individuels. » (Idem.)

Il allait donc falloir que ces derniers trouvent leur place dans un système qui ne pouvait pas encore faire d’eux des militants de la cause prolétarienne… Cependant, la détermination affichée par les ouvriers de la grande industrie dont la ligne politique avait été de plus en plus nettement définie par Lénine lui-même, et en tenant compte de certaines étapes nécessaires, avait permis très vite de mettre en œuvre une deuxième mesure :
« b) exproprier les moyens de production dans l’industrie et les remettre en possession du peuple. » (Idem.)

Propriété d’État, mais possession – c’est-à-dire : contrôle de l’ensemble de ce qui s’y passe – par la population travailleuse rassemblée dans ses Soviets.

Joseph Staline poursuit son énumération en faisant apparaître la transformation de dénomination qui aura accompagné un approfondissement à travers ce qui aura été désigné par le terme de « collectivisation », ce qui ne voulait pas dire : « socialisation intégrale », contrairement à ce qu’en Occident certains ont voulu donner à penser, tout en y ajoutant quelques récits de massacres…
« c) pour les petits et moyens producteurs individuels, on les groupera progressivement en des coopératives de production, c’est-à-dire en de grosses entreprises agricoles, les kolkhozes. » (Idem.)

La quatrième initiative renvoie à la notion, essentielle chez Karl Marx, de la dynamique des forces productives… Ici, cette dynamique est impulsée par le secteur placé sous le contrôle direct de l’État, et elle doit profiter, dès les tout débuts du nouveau régime, aux kolkhozes eux-mêmes, et donc aux populations qui sont venues s’y rassembler… de façon peu à peu accélérée jusqu’au moment de cette « ruée » qui a surpris les dirigeants soviétiques, tandis que Joseph Staline lançait lui-même une mise en garde tout à fait significative sous le titre : « Le vertige du succès » (Pravda, n° 60, 2 mars 1930) :
« d) développer par tous les moyens l’industrie et assigner aux kolkhozes une base technique moderne, celle de la grande production ; ne pas les exproprier mais, au contraire, les fournir abondamment de tracteurs et autres machines de premier ordre.  » (Idem.)

Mais il faut bien comprendre que ce soudain réveil d’un très fort déplacement de classes en direction de structures d’apparence très collectiviste ne correspondait pas nécessairement à une volonté farouche d’en venir au socialisme. Et c’est ce que développe la cinquième et dernière rubrique énoncée par Joseph Staline :
« e) pour assurer l’alliance économique de la ville et des campagnes, de l’industrie et de l’agriculture, on maintiendra pour un temps la production marchande (échange par achat et vente), comme la forme la seule acceptable — pour les paysans — des relations économiques avec la ville, et on développera à fond le commerce soviétique, le commerce d’État et le commerce coopératif et kolkhozien, en éliminant du commerce tous les capitalistes. » (Idem.)

Au passage, nous remarquons que, si le socialisme se caractérise, en particulier, par l’échange de produits, la production marchande s’établit sur une base monétaire qui est le mode de vie ordinaire des marchandises… Est-ce pour autant une préfiguration du capitalisme ?

Voici la réponse que donne Staline :
« La production marchande ne conduit au capitalisme que si la propriété privée des moyens de production existe ; que si la force de travail apparaît sur le marché comme une marchandise que le capitaliste peut acheter et exploiter pour la production ; que si, par conséquent, il existe au pays un système d’exploitation des ouvriers salariés par les capitalistes. » (Idem.)

Dans l’Union soviétique de 1952, Staline peut l’écrire en toute tranquillité :
« Or, notre société est précisément une société où la propriété privée des moyens de production, le salariat et l’exploitation n’existent plus depuis longtemps. » (Idem.)


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • Maître Yoda le bulot 25 février 12:01

    Les Ukrainiens s’en souviennent très bien. Le 7 août 1932, Staline a fait promulguer une loi punissant de dix ans de déportation, voire de la peine de mort, « tout vol ou dilapidation de la propriété socialiste », y compris le simple vol de quelques épis dans un champ.

    Cette loi, dite « loi des épis », est survenue alors que les campagnes soviétiques connaissaient un début de famine du fait de mauvaises récoltes et elle a aggravé la situation des paysans. On estime qu’en Ukraine, trois à six millions d’entre eux sont morts de faim dans les mois suivants.

    Cette « Grande famine » est assimilée à un génocide par les Ukrainiens. Elle est connue sous le nom d’« Holodomor » (« extermination par la faim » en ukrainien).

    A la fin des années 1920, l’URSS commençait à retrouver le sourire grâce à la NEP grâce à laquelle la production agricole et industrielle avait retrouvé en 1927 les niveaux d’avant la Révolution.

    Mais Staline craignait que la NEP ne favorise dans les villes et les campagnes l’avènement d’une nouvelle bourgeoisie et il y a mis fin en lançant un premier plan quinquennal. Mais pour industrialiser le pays, il fallait acheter des machines à l’étranger, et il avait besoin d’exporter un maximum de céréales et pour cela multiplier les réquisitions forcées chez les paysans. Ces derniers ont résisté en réduisant leur production et les livraisons à l’État, un effet « boule de neige ».

    De nombreux paysans sas terres ont gagné les villes en quête de travail et de nourriture. Mais Staline a réagi en instituant un passeport unique pour tout le pays, avec interdiction pour quiconque de quitter son village de résidence sans autorisation ! Alors, les gens mouraient de froid et de faim dans leurs cabanes, le long des routes ou sur les trottoirs des grandes villes d’Ukraine.

    Beaucoup se sont suicidés. Le cannibalisme a même été à l’origine de l’édition par le gouvernement d’une affiche qui proclamait : « Manger son enfant est un acte barbare ! »


    • Ouallonsnous ? 25 février 19:11

      @le bulot

      « Holodomor » = Shoah ?


    • laberniaire laberniaire 26 février 10:34

      @le bulot
      Ouh la !
      Ne savez vous pas que leur historien de référence a décidé que cet holodomor n’était qu’un mythe de propagande anticommuniste....


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 25 février 14:16

      Les partisans du libéralisme n’auraient pas pensé à assurer la promotion de leurs idées en faisant l’éloge du maccarthysme ! sont-ils bêtes !


      • CN46400 CN46400 25 février 19:16

        Ce que Staline ne dit pas, et qui se vérifie partout où une industrialisation importante a eu lieu, c’est que celle-ci repose toujours sur un exode rural important.

         -celui-ci s’opère naturellement lorsque le prolos peut espérer vivre mieux à la ville qu’à la campagne. C’est , en gros, ce qui s’est passé en Occident où le phénomène, comme en France, a duré presqu’un siècle.

        -C’était impossible en URSS, à partir du moment que l’industrialisation était conçue comme un élément essentiel de la survie militaire du régime et devait donc être la plus rapide possible. On ne pouvait donc pas proposer aux prolos concernés des produits manufacturé en quantité suffisantes, ce qui revenait à les payer avec de la « monnaie de singe » ? D’où le recours à l’exode rural forcé, parent automatique du travail forcé....C’est un volet essentiel de la contradiction « Socialisme dans un seul pays-NEP » que Staline n’abordera jamais.

        -Et c’est aussi la grande différence avec l’industrialisation chinoise lancé en 1980 par Deng Xiao Ping, les prolos extraits des campagne, voyant leur niveau de vie s’améliorer continuement depuis. Noter aussi qu’en Chine la propriété privée de la terre n’existe plus depuis 1950, ce qui permet une mobilité plus facile qu’en URSS des années 20-30.


        • laberniaire laberniaire 26 février 10:28

          Les godillots staliniens ....ne savent rien faire d’autre que rabâcher....

          Mais par moments ils nous offrent de grands moments de franche rigolade

          Voir ci dessus CN46400

          .

          "...Et c’est aussi la grande différence avec l’industrialisation chinoise lancé en 1980 par Deng Xiao Ping,

          "

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès