• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Président minoritaire, élu par défaut, Macron veut imposer la régression (...)

Président minoritaire, élu par défaut, Macron veut imposer la régression sociale, à marche forcée

Macron, tel un cheval fou au galop, imite Sarkozy et enchaîne les lois antisociales qui vont détruire la cohésion de la société française. Il ne représente pourtant que sa propre caste de riches et oublie que seuls 16 % des Français majeurs ont voté pour lui, au premier tour de la présidentielle, avec une abstention record de 57,36 %, aux législatives de juin 2017, qui ont porté une majorité de députés LREM serviles, à l’Assemblée nationale. 74% des Français estiment que la politique de Macron est injuste (sondage Elabe du 21 mars 2018)

Macron contesté dans la rue

Selon Hollande : « Macron n’est pas le président des riches, mais des très riches ». Qui a fait entrer le loup des nantis dans la bergerie des modestes ? N’est-ce pas ce même Hollande, aveuglé qu’il est et était par la doctrine libérale prêchée par et dans son entourage ? Au-delà du règlement de compte personnel contre Emmanuel Brutus Macron, Hollande enfonce le clou d’une évidence, largement admise en France et chez les observateurs étrangers : Macron, l’ex-banquier de Rothschild, ne pouvait et ne peut être que le président de sa caste d’ultra-riches, qui ont grandement financé et soutenu médiatiquement sa campagne électorale.

Il fallait être bien crédule, à l’image du « naïf ? » Hollande, pour croire un instant que ce jeune, né avec une cuillère en argent dans la bouche, serait du côté des citoyens qui avaient voté pour lui, en 2012. Au vu de cette première année de présidence, les faits sont là, et l’activité gouvernementale frénétique en témoigne chaque jour, avec des mouvements de protestation à répétition, des grèves partout, pas seulement à la SNCF, mais aussi dans tous les secteurs, - la santé, la justice, les universités, etc. -. Tous les secteurs publics sont visés par la volonté destructrice de Macron, avec comme conséquence des répercussions dommageables à la vie quotidienne des Français lambda. Les Français ont-il demandé ces réformes macroniennes ? Non, dans une large majorité !

Macron, comme Sarkozy en son temps, a déclenché une avalanche de lois et mesures qui vont toutes (ou presque) dans la même direction : la régression sociale tous azimuts. L’ arrogant président, aveuglé par son pouvoir, en a fait un combat personnel, comme un challenge, pour épater, pour prouver à sa caste de très riches qu’il est un thatchérien pur sucre, capable de faire mieux encore que sa maîtresse à penser, dans la casse des acquis sociaux légués par le CNR (Conseil national de la Résistance).

C’est l’argent et le soutien des riches qui ont fait Macron roi, pas les Français

Quand, en mai 2012, Hollande devient président de la République, Macron, alors inconnu des Français, se trouve propulsé, sur le conseil d’Attali, au secrétariat général de l’Elysée, pour y promouvoir l’ultra-libéralisme, voulu par les Bilderberg. En 2014, il est nommé ministre de l’Economie. Une ascension fulgurante ! Hollande, qui ne sait plus à quel saint se vouer, est en difficulté, harcelé sur sa gauche par les frondeurs et tiraillé sur sa droite par le sarko-compatible Valls, dévoré par une soif de pouvoir qui transpire à chacune de ses apparitions médiatiques.

Macron, en embuscade, sait que son atout maître c’est l’argent des riches, qui le soutiennent en coulisses. Lourdement affaibli par son propre camp « socialiste », Hollande est incapable de répliquer au départ du gouvernement de Macron, à l’été 2016. Sauf que, se faire élire président de la République sans avoir jamais été élu, sans un parti politique derrière soi, sans notoriété aucune, relève d’une gageure folle. Oui, mais, une fois encore, quand l’argent est là, avec, de surcroît, des amis riches et puissants, qui possèdent 90 % des médias -Drahi, Bolloré, Bouygues, Arnault, etc.-, l’impossible n’est plus chimère. Il manquait un coup de pouce du destin, c’est Bayrou, le centriste, qui le donnera, en s’alliant à Macron, en février 2017.

Jusque-là, et après avoir apporté, pour certains, leur bulletin à Macron, à défaut d’avoir été convaincu par un autre candidat, les gens, dubitatifs ont observé ce nouvel animal politique, devenu « leur » président, alors que présenté par les médias libres comme le président exclusif des riches. Ce dont une majorité de Français est aujourd’hui convaincu, au regard des cadeaux royaux faits aux plus possédants, alors que Macron a réduit les APL pour les plus modestes et ponctionne financièrement durement tous les retraités, sans exception, et qu’il s’apprête à massacrer « économiquement » les malheureux chômeurs, par des mesures coercitives d’une rare inhumanité ! Ce n'est donc pas un hasard, si 74% des Français estiment que la politique de Macron est injuste, selon un sondage Elabe, du 21 mars 2018.

Un président par défaut, ultra-minoritaire, non-représentatif des Français

Reste que l’argent, qui vous permet le « hold-up » de l’élection présidentielle et des élections législatives qui ont suivi, ne vous assure pas une représentativité exemplaire. Loin s’en faut ! C’est bien là que le bât blesse, dans cette épopée macronienne, dite jupitérienne. Macron a dépensé 16,7 millions d’euros (1) pour n’obtenir, de fait, que 16 % des voix des citoyens majeurs (2) (2-1), au premier tour, en avril 2017, celui du vote de « probable » conviction. Plus préoccupant, le taux d’abstention au premier et, pire, au second tour des législatives, a crevé de plafond de la non-représentativité avec seulement 42,64 % de votants (3).

Près de 31 millions de Français -sur environ 54 millions, en âge de voter- n’ont exprimé aucun choix, au second tour des législatives, le 18 juin 2017. Une date hautement symbolique pour marquer la désaffection, voire la résistance ! Elle signifiait, d’emblée, une large non-adhésion au programme « En Marche », conçu pour tordre les gens, lesquels, sur ce coup, n’ont pas été si dupes que cela.

Ce que, manifestement, le dédaigneux laquais de Trump l’Etatsunien semble avoir zappé de sa mémoire de pharaon froid et insensible à la souffrance des petites gens.

A ses risques et périls ! Gavroche n'est plus très loin !

 

Verdi

Vendredi 27 avril 2018

 

(1) Quel candidat a dépensé le plus pendant la campagne présidentielle 2017

(2) Combien d’électeurs inscrits en 2017

(2-1) Combien d’électeurs inscrits en 2017

(3) Abstentions aux élections législatives de 2017

 

JPEG - 34.7 ko
Record d’abstentions depuis 1958.

Moyenne des avis sur cet article :  3.79/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

75 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 27 avril 16:39

    Salut à vous,

    Pas beaucoup de renouvellement dans les critiques adressées à Macron, malheureusement.

    Alors, Macron serait « minoritaire ». Certes.

    Mais, alors, que dire « des autres » qui ont fait moins de voix que lui ?
    Ou de Marine Le Pen qui ne voulait pas être élue ?

    À ce compte là, il faudrait donner le pouvoir à François Asselineau et à ses 0.7 % ?

    Je ne comprends plus très bien, ou plutôt si :

    Les admirateurs des régimes autoritaires là bas, s’indignent d’un pouvoir qui serait « non représentatif » ici.

    Veulent-ils rétablir une forme de dictature, pour que la démocratie se porte mieux bien sûr ???

     smiley


    • CRICRI59 CRICRI59 27 avril 19:07

      @Olivier Perriet et la dictature

      Bonjour il faut simplement changer le mode de scrutin pour prendre en compte les bulletins nul, vierge et les abstentions, c’est comme cela que macron a été élu avec moins de 20% des inscrits, nous somme dans une république bananière


    • Fergus Fergus 27 avril 19:21

      Bonsoir, Olivier Perriet

      « Mais, alors, que dire « des autres » qui ont fait moins de voix que lui ? »

      Eh oui ! Voilà une vérité qui n’est pas bonne à entendre. D’autant plus que, comme je le rappelais récemment à Gasty, Macron est en bonne compagnie :

      « Je vous invite à lire mon article du 16 novembre 2016 : Tous les présidents de la Ve République ont été mal élus !

      Vous y constaterez qu’en se référant aux inscrits, Macron n’a pas été le pire.

      Au 1er tour, il a fait mieux que Chirac en 1995 et 2002.

      Et au 2e tour, mieux que Pompidou en 1969 (il est vrai avec une offre bonnet blanc, blanc bonnet), que Mitterrand en 1981, que Chirac en 1995, que Sarkozy en 2007 et que Hollande en 2012 ! Il a même fait jeu égal avec Giscard en 1974 et Mitterrand en 1988.

      Etonnant, non ? »

      Ce constat fait, Verdi a raison de tirer à boulets rouges sur Macron que Hollande n’a pas eu tort de qualifier de « président des très riches ». Encore que cette critique venant de lui fasse sourire.

      La question qui se pose maintenant est la suivante : dans une France où nos compatriotes sont nettement majoritaires pour désapprouver la politique du gouvernement, combien bougeront pour faire échec à cette politique ? S’il n’y a pas de forte mobilisation les 1er et 5 mai, je ne donne pas cher du succès des luttes sociales à venir...

      Croisons les doigts pour que les Français comprennent que ce moment promet d’être déterminant pour la suite du quinquennat !



    • Fergus Fergus 27 avril 19:22

      Bonsoir, CRICRI59

      Selon vos critères, nous avons toujours été « dans une république bananière » (voir ci-dessus).


    • libert_pensée 27 avril 22:11

      @Fergus
      « Mais, alors, que dire « des autres » qui ont fait moins de voix que lui ? »
      Remarque honnête, ça change.
      La critique politique, que je ne partage pas, est tout à fait légitime dès lors qu’elle ne s’appuie pas sur un procès d’illégitimité, ou sur les diverses attaques ad hominem.
      Franchement citer Hollande, minable for ever, et disposant d’une retraite du Conseil d’Etat où il a très peu siégé ( retraite comptée sur au-moins 30 ans) !


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 06:32

      @CRICRI59
      La reconnaissance des bulletins blancs est dans le programme de l’ UPR, après la sortie de l’ UE, évidemment.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 06:36

      @Fergus
      Fallait y penser avant, et voter Asselineau !
      Nous serions, depuis 1 an, sans doute sortis de l’ UE & de l’euro, ( Asselineau estime à 6 ou 8 mois l’examen des divers accords et Traités).
      Et dans un an, nous sortirions de l’ OTAN.


    • Aristide Aristide 28 avril 09:25

      @Fifi Brind_acier

      Et la marmotte ...

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 09:48

      @Aristide
      La marmotte dit que le PS devra peut-être rendre des comptes un jour, je le souhaite.


    • lacsap151 28 avril 10:22
      @Fifi Brind_acier
      Pour pouvoir sortir de l’UE et de la dictature des traités il y a trois solutions ; 
       1 . un programme « Frexit » obtient la majorité à un scrutin important ( présidentielle, législatives, européennes ) mais l’opinion manipulée par les « merdias » aux ordres n’est pas prête.
       2. un coup d’état qui renverserait la table mais c’est risqué 
       3. un écroulement de la zone euro suite à un crash bancaire

       On en est loin !

    • Piere CHALORY Piere CHALORY 28 avril 10:26

      @Fifi Brind_acier



      Ne vous méprenez pas sur l’ironie future proche de ce commentaire, mais comme vous dites Fifi ; ’’Asselineau estime à 6 ou 8 mois l’examen des divers accords ou traités, et dans un an nous sortirions de l’Otan’’... 



      Ok



      Mais donc, plutôt que se morfondre et regretter éternellement de n’avoir pas choisi le bon (Asselineau) qui a certes réuni presque 1% de votants voici un an, n’est-il pas plus judicieux de suivre sa proposition récente de destituer dès aujourd’hui Macron, qui ne semble plus posséder toute sa raison, s’auto-proclamant au gré des moments ’’héros, roi, dieu’’ et même ’’guerrier’’ récemment, chez Route (Route Elle Crie F)


       smiley


      Je l’imagine ; cheveux au vent, une épée à la main et le smartphone dans l’autre, lisant négligemment le dernier ’’Garçon’’ dont il fit la couverture mai 2017 ; fier, haranguant les timides soldats terrorisés, planqués au fond des tranchées tandis qu’il réinvente des combats épiques et pic et colégram...


      Joke off ; Asselineau a raison, il faut destituer Macron le plus vite possible !



      Seulement, personne ne l’écoute, sa demande officielle aux parlementaires de lourder cash le coco du banco-patrimonial a été totalement, on se demande bien pourquoi, ignorée des médias dits mainstream ou dominants. 



      J’en déduis donc que ; si on compte sur Asselineau pour nous débarrasser de Macron, on peut attendre long temps ; autant signer aujourd’hui un chèque en blanc au dépeceur attentionné du pays, ou mieux, continuer à lui opposer des opposants chimériques qui le feront gagner, à coup sûr les élections des décades prochaines, à en croire ses laudateurs acharnés qui sévissent ici, et ailleurs. 





        smiley



    • Fergus Fergus 28 avril 11:44

      Bonjour, Piere CHALORY

      Ne vous faites pas d’illusions, Asselineau n’était rien, et s’il a réussi à être pas grand chose, il n’ira pas au-delà de cet état tant il est rébarbatif, ennuyeux et monomaniaque. Au point que, contrairement aux certitudes des militants de l’UPR qui lui prédisaient en avril 2017une prestation gagnante, il a fait un flop monumental lors du débat de 1er tour pour être au final très nettement devancé par le pitre Lassalle ! 


    • gogoRat gogoRat 28 avril 11:46

      @CRICRI59
       Comment ’prendre en compte’ les abstentions (dont des boycotts !) ... ou les non-inscriptions sur les lignes électorales (dont des boycotts) ?
       
       Avoir la prétention de savoir le faire sans remettre en question tout les processus officiels actuels de légitimation ... serait un bel aveu de complicité avec ces processus (voire stratagèmes de légitimation).
       Schématiquement, ne pas oublier de voir qu’au stratagème de veaute est accolé, en filigranne camouflé, l’a priori aristocratique de devoir rechercher des collégialités dans les structures et décisions institutionnelles ...

       Il ne suffira donc pas d’être simpliste pour viser au simple. ( Des biologistes ont par ailleurs montré que l’évolution du vivant serait parfois passée par des étapes de plus grande complexité pour mener certains organismes à des transformations apparemment simplifiées ...)

       Ne saurait-on pas en notre XXIe siècle naissant (ré-)envisager des pistes susceptibles de laisser émerger un renouvellement des perspectives de savoir-vivre-collectif ? ( cf ’profil’ de mon avatar)


    • eric 28 avril 11:52

      @Fergus
      Qui bougera ? Ceux qui sont payés pour cela ( CGTistes, fonctionnaires, intermittents etc...) Ils bougeront un peu plus que sous Hollande, car ils ont moins de monnaie d’échange politique potentielle pour obtenir au final et en cachette des citoyens, le maintient, et malgré les soit disant « réformes », en pratique, de leurs privilèges.
      Et cela ne servira à rien ; Le président que vous avez élu, soit par l’abstention, soit en votant pour lui et non sa concurrente, est encore à plus de 50% de popularité bon an mal an. Avec les mêmes sondeurs amis, Hollande est passé à 4% et vos cris d’orfraie ne l’ont pas trop fait bouger ( loi travail, mariage des tous...), sauf sur ce qui n’avait aucune portée, comme les deux ou trois déchéances de nationalité élargies par Jospin et dont il voulait faire le socle de sa reconquête...

      Les rares qui bougent sont contraint à la violence pour attirer les médias. Ils vont donc continuer à contribuer à donner à votre président l’image d’un réformateur ferme et à se déconsidérer eux même.

      Plus il y aura de monde les premiers et 5 mai, plu sil y aura de possibles dérapages qui compromettront tous succès potentiel des vraies luttes sociales.

      Parce que oui, il y a sans dote une majorité de français pas trop pour sa politique, malgré sa popularité, mais il y a une majorité écrasante contre ce que représente ces luttes soit disant sociales, et en réalité, politiques et corporatistes. : les tentatives des Fifies et autres paumés, d’exister politiquement quad ils ne font pas 20 % du pays.

      Quel pauvre peut oublier qu’ils descendent dans la rue pour le statu des cheminot, mais qu’on ne les a pas vu quand Hollande à arrosé la classe moyenne supérieur, son électorat, leur militant, en les exonérant de l’impôt des riches, l’IR. Cela aurait été beau de le s voir se mobiliser pour que ce fric soit donné aux pauvres et pas à eux ....


    • Olivier Perriet Olivier Perriet 28 avril 15:26


      Du coup en tourne en rond, et les opposants à Macron de droite comme de gauche, 1 an après la présidentielle, n’en finissent pas de « refaire le match » de l’année dernière, à défaut de trouver un angle d’attaque un peu plus clair.

      Et pourtant il y en aurait, à commencer par la « relance européenne » de Macron, qu’il se trouve de facto le seul à vouloir en Europe.

      Passons sur le fait que le programme économique et social de Fillon était encore pire que celui de Macron, qui a pu passer pour « modéré ».

      Or sur 11 candidats, il n’y avait réellement qu’eux deux qui avaient une chance réelle et l’envie réelle de gouverner.


    • gogoRat gogoRat 28 avril 17:20

      @eric
       Une erreur, et même FAUTE, dans l’argumentation de votre ’réaction’ m’interdit de la ’plusser’,
       là où vous écrivez : « Le président que vous avez élu, soit par l’abstention ... » 
       Comment ne pas respecter le bon sens et l’honnêteté les plus élémentaires par lesquels il est évident de CONSTATER que :
       - celles et ceux qui ont veauté, ont cautionné le gouvernement élu ! Même s’ils ont ou avaient veauté pour un autre aspirant au califat, ils n’en ont pas moins, par le seul fait de veauter, pris l’engagement de respecter et honorer ce qui serait validé par le scrutin !
       - les seuls qui ont pu honnêtement vouloir manifester leur non cautionnement de ce que le scrutin prétend légitimer sont celles et ceux qui ont eu le flair et le cran de boycotter ce stratagème de légitimation !
       
       
       Autre, disons, maladresse (mot choisi être conciliant) lorsque vous écrivez :
      « Les rares qui bougent sont contraint à la violence pour attirer les médias. »
       car, ATTENTION ! , de tels arguments risquent bien d’aller dans le sens d’une déraison foireuse conduisant malheureusement aux extrêmes du terrorisme ... 
       
       En arriver à la violence est un aveu d’impuissance, d’échec des méthodes et atouts soft que l’on a sa disposition : cela risque de prévenir, voire rassurer vos oppresseurs, en leur prouvant que vous en êtes à votre dernière extrémité, et que s’ils arrivent à mâter votre ’chant du signe’ leur victoire sur vous sera définitive.
       
       Si, comme moi, vous êtes vraiment persuadé de l’inanité, de l’incohérence et de la nocivité des mensonges institutionnels de notre fausse ’démocratie’, et si vous faites vraiment le pari de croire en la capacité de notre peuple à développer un entendement juste, alors vous montererez plus sûrement votre sereine détermination en rappelant la sagesse populaire

      * Patience et longueur de temps Font plus que force ni que rage ...

       ( ce qui est instable finit toujours par atteindre son équilibre le plus stable : quand cela aura fini par se casser la gueule ... Ce qui arrivera d’autant plus vite que l’instabilité est ignorée, mal perçue, et traitée par dessus la jambe, de façon non pertinente )

      * festina lente !

       smiley

       


    • CRICRI59 CRICRI59 29 avril 11:35

      @gogoRat
      Bonjour je parle bien des inscrits et non des supposés boycotteurs de la république


    • gogoRat gogoRat 29 avril 12:06

      @CRICRI59
       en comprenant bien qu’il est de vrais boycotts autant parmi les non-inscrits que parmi les abstentions !



      • Jean Roque Jean Roque 27 avril 17:16

         
         
        LA RÉGRESSION SOCIALE VA DE PAIR AVEC LE GLAND REMPLACEMENT
         
        et aussi le réchauffement climatique ! smiley
         
         
        1906 Werner Sombart (Pourquoi l’Amérique n’est pas socialiste)
         
        2006 (Combattre les inégalités et la pauvreté. Les États-Unis face à l’Europe), le directeur de la recherche économique de Harvard, Alberto Alesina, et son collège Edward Glaeser montrent « la relation fondamentale entre fragmentation raciale et dépenses sociales en pourcentage de PIB », indiquant que plus un pays est fragmenté « racialement », moins les dépenses sociales sont élevées.
         

        Pourquoi Medef, ONU, UE, Soros, Rothschild, Krupp, et toute l’oligarchie veulentt le gland remplacement ? Par philanthropie humaniste ?


        • sls0 sls0 27 avril 17:18

          Il accélère un mouvement commencé en 83.


          • Fergus Fergus 27 avril 19:26

            Bonsoir, sls0

            La genèse de ce mouvement de régression sociale date en effet du virage à 180° du gouvernement Mauroy sous l’impulsion de Mitterrand. Depuis, la « gauche » socialiste n’a eu de cesse de rivaliser avec le centre et la droite pour aller toujours plus loin vers un modèle libéral de plus en plus décomplexé.


          • Albert123 27 avril 17:24

            « Près de 31 millions de Français -sur environ 54 millions, en âge de voter- n’ont exprimé aucun choix, au second tour des législatives, le 18 juin 2017. Une date hautement symbolique pour marquer la désaffection, voire la résistance ! »


            Tiens la gauche spécialisée en réécriture de l’histoire vient de nous faire passer du statut de fachos / racistes à celui de résistants, en même pas 1 an c’est beau mais non merci en fait.

            Gardez les donc pour vous vos techniques de manipulation et autres injonctions de dégénéré, j’aie déjà toutes celles des associations de la pleurniche (muzz, noirs, juif, LGBT, féministes...) à subir au quotidien,

            Melenchon brigue un poste à Marseille, il adore le foot désormais ...



            • Jean Roque Jean Roque 27 avril 17:57

               
              « L’anti-racisme ainsi compris va être la pointe émergée d’un phénomène de mentalité beaucoup plus diffus, beaucoup plus large, où toute une série de valeurs libérales acquièrent une identité de gôôôche [...] Il fait être ouvert sur tous les plans [...] Le repoussoir par excellence, c’est la fermeture, aussi bien économique, que politique où migratoire.
              La greffe s’effectue sur fond d’internationalisme [p... NPA], lequel se recycle à merveille dans la cause européenne, puis dans le cosmopolitisme multiculturel [BHL-Bergé], en pleine affinité avec le climat de globalisation économique en train de s’installer. Le libertarisme [libéral-libertaire] fournit le moyen d’entrer dans le libéralisme en gardant sa bonne conscience [Kohn le tripoté de l’UE anti-raciste]. » 

               
              Marcel Gauchet
              , passé du coté obscur de la force, décrit l’hypocrite gogochon


              • av88 av88 27 avril 18:56

                Ça gronde, vocifère contre la politique de Macron.

                Politique envers les collectivités territoriales.

                Politique sociale : démantèlement du droit du travail.

                               réforme, démantèlement de l’assurance chômage.

                Politique économique : Privatisassions, SNCF, Française des Jeux, Barrages hydroélectriques etc...

                Il est pitoyable de voir tout ce petit monde s’agite alors que ceci n’est que l’application de décisions prises par la Commission Européenne via les GOPE.

                http://www.brujitafr.fr/2017/03/le-secret-bien-garde-les-grandes-orientations-de-politique-economique-2016-2017-pour-la-france.html



                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 27 avril 19:08

                  Comme Macron essaye de nous persuader qu’il combat les terroristes, Verdi essaye de nous persuader que c’est Macron qui décide des réformes structurelles.


                  Macron ne dit jamais qu’il reçoit ses ordres en matière de politique étrangère de l’ OTAN. Pourtant, la France a des bases militaires en Syrie, en violation du Droit International.

                  Ces envois de militaires français en Syrie, sont confirmés par le Ministre de la Défense américain.

                  Les relations troubles entre Lafarge, le gouvernement français et l’Etat islamique sont au menu du procès des dirigeants de Lafarge.


                  Verdi critique Macron, mais ne met en cause ni l’UE, ni l’ OTAN, exactement comme Macron. Code de bonne conduite entre europhiles.

                  Macron et Verdi ne disent jamais que les réformes sont l’application de la feuille de route de Bruxelles, réformes qui découlent directement des Traités européens. Un oubli, sans doute.

                  Entre europhiles, on ne dit que ce qui est utile à la poursuite de l’ UE et de l’ OTAN...


                  • Verdi Verdi 27 avril 19:28

                    @Fifi Brind_acier

                    « Comme Macron essaye de nous persuader qu’il combat les terroristes, Verdi essaye de nous persuader que c’est Macron qui décide des réformes structurelles. » 
                    Ah bon ? Vous avez une imagination singulière ! Vous me lisez mal ou pas du tout, s’agissant de ce que je pense de l’Europe, telle qu’elle est organisée, et de la perte de souveraineté des Etats. 

                    « Verdi critique Macron, mais ne met en cause ni l’UE, ni l’ OTAN, exactement comme Macron. Code de bonne conduite entre europhiles. » 
                    2005 : Verdi fait campagne contre le TCE (traité constitutionnel européen). Verdi a écrit à maintes reprises que De Gaulle, en 1966, avait eu raison de quitter le commandement intégré de l’OTAN. 

                    Je me devais d’éclairer votre lanterne, à la lueur faiblarde quand il s’agit de ce que fait ou pense ou dit ou écrit Verdi. Essayez d’en prendre note, si vous avez à intervenir sur un de mes futurs articles. 

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 06:30

                    @Verdi
                    Excusez-moi, je n’avais compris que votre article expliquait que Macron ne faisait que suivre, comme tous les pays européens, la feuille de route de la Commission européenne ...


                    Bruxelles se fiche bien de la couleur politique des « gouverneurs » de la Province France. Qu’ils s’appellent Sarkozy, Hollande, Macron, Le Pen ou Mélenchon, à partir du moment où ils ne veulent pas sortir de l’ UE, ils appliquent les Traités.

                    ce que je pense de l’Europe, telle qu’elle est organisée, et de la perte de souveraineté des Etats.

                    Si vous n’êtes pas d’accord avec les Traités européens, pourquoi voulez-vous rester dans l’ UE ? En espérant les changer un jour ?

                    Il faut donc expliquer aux électeurs l’article 48 pour changer les Traités. Il suffit qu’un seul Etat, ou qu’un seul Parlement refuse, et rien ne change.

                    La probabilité que les 27 Etats soient unanimement d’accord pour une Europe sociale est voisine de 0. Les Socialistes ont été majoritaires en Europe, ils ont passé 37 ans à promettre une Europe sociale. Mais la majorité des pays ne suffit pas, il faut 100% des pays d’accord, ce que vous n’aurez jamais.

                  • Fergus Fergus 28 avril 09:18

                    Bonjour, Fifi Brind_acier

                    « Macron ne faisait que suivre, comme tous les pays européens, la feuille de route de la Commission européenne »

                    Toujours le même bobard de l’UPR dans la présentation des faits !

                    Certes, c’est assez largement vrai, mais vous occultez toujours le fait que cette Commission telle qu’elle est composée - n’existe que du fait de sa validation par le Conseil européen, et que c’est ledit Conseil européen qui donne lui-même sa feuille de route à la Commission !

                    Or, qui compose le Conseil européen ? Macron, Merkel et consorts, bref, les chefs d’Etat ou de gouvernement des pays membres. On est sur un cercle vicieux, et ne vous en déplaise, il est évident que la politique voulue par Bruxelles est de facto la politique voulue par les états membres.

                    Ajoutons à cela que, hors UE, un pays comme le nôtre, dirigé par un Macron, un Hollande ou un Sarkozy, aurait grosso modo mené la même politique.

                    La seule solution est de porter au pouvoir des réformateurs déterminés de l’Union Européenne.


                  • Aristide Aristide 28 avril 09:31

                    @Fergus


                    La seule solution est de porter au pouvoir des réformateurs déterminés de l’Union Européenne.


                    Je suis toujours étonné de cette propension à croire réalisable ce que l’on aimerait qui arrive quelque soient les événements. Aucun signe qui va à l’encontre du fait espéré n’est analysé, allons, les grands pays sont gouvernés par « un centre droit ou gauche », c’est un fait. 




                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 09:43

                    @Fergus
                    il est évident que la politique voulue par Bruxelles est de facto la politique voulue par les états membres.

                    Evidemment que les Chefs d’Etats sont d’accord, la France a ratifié tous les Traités ! Mais vous êtes têtu, la politique menée n’est pas inventée au jour le jour, elle est l’application des Traités.

                    Tout est écrit noir sur blanc dans les Traités que vous vous refusez de lire :

                    - La santé subordonnée au profit, ce sont les articles 168 et 169 du TFUE.

                    - Les délocalisations, ce sont les article 32 & 63.

                    - Le démantèlement des services publics, c’est l’article 106.

                    - L’OTAN qui décide de la politique étrangère et de la Défense, c’est l’article 42 du TUE

                    - La politique migratoire : articles 66, 77 & 79.

                    - La politique économique et sociale, c’est l’article 121 etc


                  • Fergus Fergus 28 avril 11:31

                    @ Fifi Brind_acier

                    J’ai lu ces articles, et je ne vais pas le refaire sans cesse pour démanteler vos bobards. J’ai quand même fait l’effort de relire ceux que vous mentionnez en premier sur la politique de santé (168 et 169 du TFUE). Or, s’il est insisté à différentes reprises sur la mise en œuvre d’une coopération entre états, nulle part il n’est question de « démanteler le service public de santé » !

                    Le reste à l’avenant !


                  • Fergus Fergus 28 avril 11:37

                    Bonjour, Aristide

                    Je ne me fais pas d’illusions sur l’état de l’UE, très largement dominée - vous avez raison sur ce point - par des partis libéraux de centre-droit, et pas prête de voir sa majorité basculer au profit des partis de progrès social.

                    Je dis simplement que c’est quand même vers une réforme qu’il faut tendre dans l’avenir dans la mesure où la fin de l’UE serait - à mes yeux - synonyme de désordres beaucoup plus grands pour notre pays et ses voisins, tant sur le plan économique que sur celui de l’exacerbation de dangereux nationalismes !


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 17:05

                    @Fergus
                    Le démantèlement des services publics est lié au pacte de stabilité et de croissance (PSC), adopté au Conseil européen d’Amsterdam des 16 et 17 juin 1997.


                    Il impose des coupes budgétaires aux pays endettés, une politique d’austérité imposées aux services publics. Si vous ajoutez la concurrence imposée avec le privé, vous obtenez la fin des services publics.
                    Vous avez l’exemple de la SNCF sous les yeux.

                  • Le421 Le421 28 avril 18:25

                    @Verdi
                    Merci de rappeler un état de fait parfaitement prévisible et dénoncé à l’avance par LFI.
                    Discuter avec les UPR, je vous préviens d’avance, c’est une perte de temps.
                    Et si seulement cette présidence Macron servait à mettre du plomb dans la cervelle des citoyens...
                    Dorénavant, je ne voterais plus qu’au premier tour.
                    Le second ne sert à rien...


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 19:31

                    @Fergus
                    Vous n’avez pas bien lu les articles 168 & 169.
                    Le premier est mirifique : Article 168 : 1. Un niveau élevé de protection de la santé humaine est assuré dans la définition et la mise en œuvre de toutes les politiques et actions de l’Union. L’action de l’Union, qui complète les politiques nationales, porte sur l’amélioration de la santé publique et la prévention des maladies etc


                    C’est au 2e que ça se gâte, article 169 : « L’Union contribue à la réalisation des objectifs visés au paragraphe 1 par des mesures qu’elle adopte en application de l’article 114 dans le cadre de la réalisation du marché intérieur.

                    Le marché intérieur, c’est le but final de l’ UE, zone économique, c’est la liberté d’agir pour les Monsanto, Bayer et autres multinationales de la malbouffe, de l’agroalimentaire, des industries pharmaceutiques et chimiques.
                    Dont l’objectif est rarement la santé des consommateurs.

                    Ce que l’ UPR traduit ainsi :  »Les articles 168 et 169 du TFUE donnent la priorité à la loi de l’argent sur les impératifs de la santé humaine. Rappelons-nous les scandales des farines animales, de l’huile de moteur dans les aliments, de l’Agence européenne du médicament financée à 80 % par les laboratoires pharmaceutiques etc« 

                    Sans revenir sur les OGM imposés, dont les Français ne veulent pas, la dernière décision sur les néonicotinoïdes pour les abeilles, 3 produits ont été interdits, mais ceux qui restent sont pires. » les trois substances interdites ont été remplacées par d’autres pires encore, notamment le thiaclopride, et le massacre des abeilles continue", a avancé José Nadan, secrétaire du syndicat des apiculteurs professionnels de Bretagne, et membre de la Fédération française des apiculteurs professionnels."

                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 28 avril 19:36

                    @Le421
                    Le but d’un commentaire n’est pas de convaincre les militants, mais d’apporter des éléments d’informations aux lecteurs.

                    Les informations qu’apporte l’ UPR, on ne les trouve pas ailleurs, ce qui fait du site de l’ UPR un des tous premiers sites politiques.


                  • LeDinoBleu LeDinoBleu 28 avril 21:12

                    @Fifi Brind_acier
                    Au fait, parlons-en...

                    Je suppose que vous êtes au courant de l’existence de cette pétition demandant un référendum sur la sortie de l’UE :
                    https://www.mesopinions.com/petition/politique/frexit-majoritaire-parlons-president/40317

                    Lancée il y a deux mois, par une personne qui se présente comme un adhérent et militant UPR et dont je pense donc qu’elle a passé le mot aux autres, elle n’a pour le moment obtenu que 441 signatures : où sont passés les 29 500 autres membres de l’UPR ?

                    Ou alors serait-il possible qu’il n’y ait pas 30 000 membres réels de l’UPR ? Ou bien, plus ennuyeux, que ces 30 000 membres ne soient pas tous pour une sortie de l’UE ? Ou encore, et c’est le plus probable, un mélange de ces deux possibilités ?

                    J’attends vos éclaircissements avec impatience...

                    Et pour la petite histoire, je l’ai signée cette pétition, non que je veuille une sortie de l’UE pour la France mais parce que j’estime que le peuple devrait être consulté sur cette question. Je l’ai même partagée sur Twitter et Facebook il y a plusieurs semaines. Seules deux autres personnes l’ont signée depuis.


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 29 avril 06:46

                    @LeDinoBleu
                    Merci pour l’information, pétition inconnue au bataillon ! C’est une initiative personnelle d’un adhérent qui a bien le droit de demander un referendum sur le Frexit ... Je viens de la signer. Si cette pétition peut provoquer des discussions, c’est utile, tout ce qui va dans le sens du rassemblement pour sortir de l’ UE & de l’ OTAN est utile.


                    Pour l’instant, l’ UPR prépare le 1er Mai et sa participation à la manifestation.
                    « Fête du travail et faites le Frexit ! »

                  • cassini 29 avril 11:12

                    @Fifi Brind_acier


                    Hum, vous écrivez ailleurs (où je suis banni) que les Germano-Américains seraient 8 millions, formant ainsi 14% de la population étasunienne. 
                    Votre Dieu sur la Terre est inspecteur des Finances, je crois ? Il maîtrise probablement l’arithmétique ? Voulez-vous cesser de lui faire honte !

                    Nota bene : c’est chez Garev que je suis banni. On pourrait croire que le représentant d’un pays qui pratique la censure depuis qu’il existe s’abstiendrait de s’auto-caricaturer de la sorte ; eh bien non !! smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès