• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Présidentielle 2019. Pourquoi les différends doivent être mis de côté et la (...)

Présidentielle 2019. Pourquoi les différends doivent être mis de côté et la sagesse primer entre les élites pour le bien de l’Algérie ?

 

 Une question en ce moment fort de l’histoire se pose pour l’Algérie. Qui sera le président appelé à prendre les rênes de la nation ? Il y a comme un black-out tellement rien ne filtre des arcanes du pouvoir. Mais est-ce normal ou simplement naturel pourrait-on répondre à la question ? Oui, puisque c’est ainsi et on doit se dire qu’il y a des raisons très sérieuses car, dans un pays jeune qui n’a pour ainsi dire que 56 ans d’existence, tout d’abord il n’y a pas de traditions dans les élections présidentielles comme dans les nations avancées et là joue un peu le poids du temps. Et on n’a pas tort de dire, par exemple, que l’Europe est le « vieux continent ». Et c’est très judicieux de se faire affubler par soi-même de ce qualificatif. En effet, les grandes nations développées ont certes vieilli, mais c’est le prix du progrès, dira-ton. Cependant il n’empêche que les nations d’Europe jouent un rôle de modérateur dans l’équilibre du monde. Un monde devenu un duopole, dominé naguère par les États-Unis et l’URSS, aujourd’hui par la Chine et les USA.

 

Et qu’en est-il pour l’Algérie, un pays en voie de développement, dans les élections présidentielles à venir. Il existe des réticences comme d’ailleurs dans chaque élection présidentielle en Algérie. On cherche toujours un compromis, on vise l’homme de consensus, mais il est difficile d’y arriver. Pourquoi ? Parce que si c’était le cas, il aurait déjà été connu, et même il se trouverait à faire campagne avant l’heure, ne serait-ce qu’en se montrant souvent dans les médias visuels et écrits. On aurait analysé, on aurait parlé du candidat en bien comme en mal, mais normalement, tout candidat nouveau, les médias ne peuvent dire d’emblée du mal. Pourquoi ? Tout simplement, ils n’ont aucune connaissance de ce qu’il peut faire en tant qu’élu à la magistrature suprême. Un candidat dénigré avant l’heure n’a pas de sens si ce ne serait le dépit. Boumediene a été dénigré mais il a été un grand président. Le peuple l’a pleuré. Chadli, un homme qui n’a pas choisi à être un président mais a été poussé à l’être. Combien même il a démissionné, il a été aussi un homme qui a joué un grand rôle dans l’histoire de l’Algérie. Combien même se sont enrichis des élites, à son époque, le président Chadli a apporté aussi le bien-être au peuple algérien. Si, après sa démission, l’Algérie a été à feu et à sang, cela relève à l’histoire qui a fait retourner le prix du pétrole en 1986.

 

De plus, l’Algérie est un pays jeune. Combien même il y a eu la décennie noire, il reste que cette période fait partie des stades douloureux de son histoire. Aujourd’hui, la plupart des anciens présidents algériens sont morts. Ahmed Ben Bella, Houari Boumédiène, Chadli Bendjedid, Mohamed Boudiaf sont morts. Qu’ont-ils pris avec eux dans leurs morts ? Rien sinon leurs actions bonnes ou mauvaises qu’ils ont comptabilisées durant leurs présidences. D’autre part, ont-ils cherché à présider au destin de l’Algérie ? Ou pouvaient-ils le faire ? Ils ne l’ont fait que parce que les conjonctures historiques l’ont commandé. Sans les conjonctures et l’évolution de l’histoire, aucun de ces hommes ne serait président.

 

Prenons un cas très simple. Si, durant le temps où Liamine Zéroual était président, le prix du baril de pétrole était, en 1998, 1999, à 100 dollars sur le marché mondial, est-ce que Abdelaziz Bouteflika aurait été président ? Il est évident que non. C’est la conjoncture historique qui commande l’homme dans son destin. Et l’homme est incapable de connaître son avenir. Simplement, il ne lui est pas donné de le connaître.

 

Aujourd’hui, l’Algérie commande-t-elle son destin dans le sens que le peuple va choisir son président ? Et nous savons que le président algérien Abdelaziz Bouteflika est malade, il est invalide. Pourtant, malgré sa maladie, en 2014, il est resté président. Il est certain que ce sont probablement les hautes personnalités de la nation qui le lui ont conseillé, compte tenu qu’à l’époque, les pays arabes étaient déstabilisés par le Printemps arabe. Un vent de protestation révolutionnaire soufflait sur eux. Venu de la Tunisie, le vent a continué à soufflé sur la Lybie, l’Égypte, la Syrie, l’Irak, le Yémen, emportant tous les présidents sur son passage. Et l’Algérie était compris dans ce vent de la protestation, elle était dans le viseur des puissances occidentales. Un pays aligné à l’ex-URSS qu’il fallait démanteler à l’instar de la Syrie. Donc ce 4ème mandat pour Abdelaziz Bouteflika était légitimé par l’histoire. Sans la conjoncture historique, le 4ème mandat aurait posé problème aux décideurs.

 

Que peut-on dire des trois mandatures du président ? Avant même le quatrième mandat. La question se pose en ces termes. Qui a permis à l’Algérie d’amasser environ 200 milliards de dollars en réserves de change ? Qui a contrôlé les avoirs extérieurs de l’Algérie ? Certes, c’était l’ancien gouverneur de la Banque centrale d’Algérie, Mohamed Laksaci, qui y a joué un rôle important. Il faut rappeler que, grâce à ces réserves de change, le souffle violent du Printemps arabe est passé pour l’Algérie comme une brise de printemps. Pourquoi ? Parce que c’est une partie de ces 200 milliards de réserves de change qui a permis d’« acheter la paix sociale ». Mais le vrai artisan dans cette puissance de frappe que constituent les réserves de change, n’est-il pas le président Bouteflika lui-même ? Qu’on l’accepte ou qu’on le dénigre, on ne peut le nier, c’est bien lui qui a supervisé cette accumulation de réserves de change qu’il a suivie de près. Probablement, et on peut le penser, les rapports sur la situation macroéconomique du pays lui ont été fait quotidiennement.
 

Regardons seulement ce qui se passe au Venezuela, un pays moins peuplé que l’Algérie,

environ 31 millions d’habitants, deux fois plus riches et exporte deux fois plus le volume des exportations pétrolières/jour que l’Algérie. Le Venezuela se trouve aujourd’hui dans une grave crise politique et économique. Si le Venezuela avait mis de côté un pactole suffisant de réserves de change, il n’aurait pas vécu cette violente crise politique et sociale. L’Algérie est devenue un modèle dans la préservation des réserves de change, pour les pays en voie de développement.

 

Donc, sur le plan de l’histoire, lorsque le président Abdelaziz sera parti, il aura laissé un grand legs à l’histoire à l’Algérie. Et ce legs est une vérité. On a beau lui reprocher qu’il n’a rien fait avec les 800 milliards de dollars que l’Algérie a enregistrés en recettes de ses exportations pétrolières, durant ses mandats présidentiels, cette critique ne tient pas la route. Les faits sont là, ils donnent d’ailleurs le sens même du pourquoi de l’Histoire qui l’a choisi pour présider à la nation. Un autre homme qui aurait présidé à l’Algérie aurait été soit mal conseillé soit n’aurait pas suffisamment d’autorité pour accumuler à l’Algérie un niveau suffisant de réserve de change pour les années difficiles. Depuis 2014, nous sommes en 2018, l’Algérie puise dans ses réserves de change pour financer année après année jusqu’à aujourd’hui les déficits courants. Et ces réserves de change peuvent durer encore quelques années.

 

Sans compter le million de logements, le gouvernement parle de deux millions de logements réalisés. Pour les véhicules, tous types confondus, le parc roulant de l’Algérie a explosé, plusieurs millions d’unités importées. Une autoroute Est-Ouest ultra-moderne a été construite, et un nombre impressionnant de réalisations (hôpitaux, aéroports, universités, écoles, etc.... La Défense nationale n’est pas en reste. On comprend dès lors que Abdelaziz Bouteflika n’est devenu président que parce qu’il était l’homme de la conjoncture historique. On peut opposer que c’est de la métaphysique, et ce mot complexe ne veut rien dire. Pourtant il veut tout dire. Toute l’humanité est métaphysique. Pour ne donner qu’un exemple. Prenons Liamine Zéroual qui a refusé tous les hauts postes de l’État, de commandant des forces terrestres, d’ambassadeur dans un pays européen, il est rentré chez lui. Mais lorsque le feu était dans la « maison Algérie », on a fait appel à lui en juillet 1993, et non à Bouteflika, parce qu’il était un peu le de Gaule algérien, à l’instar du président français lors de la guerre d’Algérie, en 1958. Il y avait menace, à l’époque, sur la métropole française.

 

Homme de poigne, de dialogue, et surtout foncièrement humain, Liamine Zéroual était l’homme dont l’Algérie avait besoin. Il est évident que les historiens analyseront l’histoire de l’Algérie et trouveront en chacun de ses hommes les raisons historiques qui les ont amenés au plus haut sommet de l’État. De même, Mohamed Boudiaf qui est venu sortir l’Algérie du gouffre du terrorisme a payé de sa vie pour son pays.

 

Aussi, après ce rapide tour d’horizon sur les déboires de l’Algérie et des hommes « choisis » par l’histoire pour présider à la nation, on ne doit pas oublier qu’avant les hommes, il y a la nation et, derrière le président de la nation, il y a le peuple, et c’est cela qu’il faut retenir. Dès lors, le porte-drapeau de la nation ne se commande pas, l’homme certes choisit, mais au-dessus il y a l’Histoire. Et l’Histoire joue un rôle dans le choix des hommes.

 

 

Or, aujourd’hui qu’est-ce qui se passe sur le plan politique, en Algérie ? A quatre mois et six jours de la prochaine élection, rien ne transparaît des intentions du pouvoir et même l’opposition est dans l’expectative. Il y a certes le cinquième mandat que l’on avance, mais ce silence est de lui-même parlant. En effet, si le cinquième mandat est en route, on ne comprend pas les événements qui émaillent la scène politique nationale avec Ould-Abbès, l’ex-chef du parti FLN, qui prônait un cinquième mandat mordicus, passe ensuite la main à un autre. Aussi peut-on dire que la situation est en train de se décanter. On ne peut penser que l’Algérie, une grande nation parmi les pays en voie de développement, navigue à vue. Combien même, elle naviguerait à vue, l’histoire est là pour rectifier le tir, pour la mettre dans la voie historique qui lui est « échue » dans le concert des nations.

 

D’autre part, s’il y a des ambitions des uns et des autres, elles sont aussi tout à fait légitimes. La lutte pour le pouvoir est nécessaire, et, en regard de l’histoire, le meilleur gagne. Et le meilleur est le mieux en rapport et toujours avec la conjoncture historique et l’état du système politique dans son évolution historique.

 

Et le peuple que cherche-t-il ? Sinon la stabilité et la sécurité. Il est conscient de toutes les tractations, des manœuvres qui se font sur son dos. Sauf qu’il ne peut pas agir, le stade historique dans lequel il se trouve ne le lui permet pas. De plus, on a vu avec les avancées démocratiques en Algérie, après le 5 octobre 1988, ce qu’elles ont donné dans les années 1990. Une décennie noire. On a vu aussi ailleurs les avancées démocratiques du Printemps arabe. En Syrie, 4 millions de Syriens parqués dans des camps de toiles, vivant de l’aide internationale, dans les pays limitrophes, et une guerre atroce opposant Syriens contre Syriens à l’intérieur de la Syrie. Au Yémen, en Tunisie, en Égypte.

 

Donc tout peuple cherche en l’homme qui préside à son devenir une protection. Donc, avant tout une sécurité, du travail, une subsistance pour vivre et une liberté dans le respect des lois de son pays.

 

Aujourd’hui, ce qui nous apparaît le plus logique, le problème n’est pas un cinquième mandat, mais que l’Algérie se trouve à un tournant de son histoire. Un tournant qui, compte tenu des enjeux avec un pétrole qui a chuté fortement sur les marchés depuis 2014 et ne s’est redressé que depuis un an, et de nouveau a rechuté fortement, et ce en regard du tournant de l’économie mondiale depuis que Donald Trump a opposé une politique protectionniste à ses partenaires commerciaux. Si Trump a trouvé un terrain d’entente avec les pays d’Europe, le Canada et le Mexique, la situation est différente avec la Chine. Anticipant les avancées de la Chine qui est appelée, selon les pronostics occidentaux, à surpasser en 2025 les États-Unis, et donc à devenir la première puissance économique du monde, Donald Trump cherche à retarder cette montée en puissance en imposant des droits élevés de douane aux exportations de la Chine vers les États-Unis.

 

Cette situation de guerre économique entre les deux premières puissances économiques mondiales va forcément continuer d’affecter le prix du pétrole. Et durablement. N’oublions pas que le dollar est la monnaie de facturation pour les transactions pétrolières des pays de l’OPEP. Et même si la Chine paiera plus cher ses importations en pétrole, toute hausse du pétrole malgré tout lui sera favorable puisque des recettes conséquentes en dollars pour les pays pétroliers et les injections de liquidités en dollars par la Banque centrale américaine ne pourront que tirer la croissance mondiale et, par conséquent, doper les exportations de biens et services de la Chine.

 

Précisément pour contrer cette situation, Trump a exhorté l’Arabie saoudite à maintenir la production pétrolière actuelle, et donc à ne pas opérer une réduction pétrolière pour maintenir le prix du pétrole bas. L’Arabie saoudite n’a pas suivi les conseils du président américain. En accord avec la Russie et les autres membres du cartel pétrolier, une décision a été trouvée, le 8 décembre 2018, pour abaisser la production pétrolière d’1,2 million de baril par jour, pour les six premiers mois. Cette réduction du pétrole qui prend effet à compter du 1er janvier 2019 redonne espoir pour l’Algérie en 2019.

 

Il demeure cependant, pour l’Algérie, que la situation économique restera toujours difficile, et ce en regard de la dépendance très étroite de son économie avec les hydrocarbures. Combien même le cours du baril de pétrole remontera, il n’atteindra pas les cours élevés des années passées. Quant aux réserves de change, ils ne cesseront de fondre dans les années à venir. Ce qui créera à terme une situation politique, économique et sociale difficile. Et il ne faut pas penser que l’endettement sauvera l’Algérie. Les conditions de garantie d’octroi seront sévères, et le volume d’endettement restreint.

 

Et c’est la raison pour laquelle, dans ce tournant, et justement dans ce mandat présidentiel qui va de 2019 à 2024, il faut de la « sagesse » dans les élections présidentielles. Il faut garder en tête la débâcle économique des années 1980, suivie de la décennie noire et des rééchelonnements de la dette extérieure et du plan d’ajustement structurel imposé par le FMI, en 1994.

 

La question qui se pose : « Est-ce que l’Algérie n’a que Abdelaziz Bouteflika, gravement malade, pour présider à la nation ? » Pourquoi les élites de la nation ne s’accordent pas et mettent un terme à ce black-out qui n’a pas de sens pour l’avenir de l’Algérie ? Pourquoi ne mettent-ils pas leurs différends de côté, et, mue par la sagesse, chaque partie choisit son candidat et prépare sereinement les élections présidentielles de 2019 ? Pourquoi des politiques appellent à un report des élections, espérant pour ces parties, prétendant au pouvoir, d’augmenter leurs chances à leur candidat ? Le report, eu égard à la conjoncture économique, ne règlera rien, juste un décalage qui n’apportera pas de solution si chaque partie campe sur ses positions.

 

De toutes les façons, un président sera choisi par le peuple et par l’histoire. Et il ne pourra pas être autrement. Ce qui s’est passé pour les présidents qui ont précédé se passera inévitablement aujourd’hui. Les élections se feront, et un nouveau président sera élu. Et le président en exercice, malade, passera inévitablement le flambeau au nouveau élu. Quelques mois après, les élections présidentielles passées appartiendront à l’histoire.

 

Le temps ne s’arrête pas. L’Algérie sera toujours confrontée à ses problèmes qu’ils soient d’ordre politique, économique ou social. Sur le plan intérieur et extérieur, la situation n’est pas au beau fixe. La seule chose que l’on ne peut oublier c’est que la situation va devenir encore plus complexe. Les années de faste de l’époque du président sortant ne reviendront pas, sinon à quelques exceptions près. Le monde change, et l’Algérie doit changer avec les changements extérieurs, ou du moins s’adapter aux nouvelles donnes géopolitiques et géoéconomiques mondiales.

 

Et c’est la raison pour laquelle les tiraillements au sein des élites doivent à défaut de cesser diminuer pour le bien de l’Algérie et de son peuple. Les élections présidentielles doivent vite se tenir, pour redonner espoir au peuple surtout dans un monde qui bouge, qui n’est pas nécessairement porteur. Nous sommes loin du temps de la construction de la nation postcoloniale, et loin de l’euphorie des pétrodollars. Les années à venir seront des années rudes.

 

De nouvelles crises économiques au niveau mondial apparaîtront probablement en 2019 ou 2020, et les risques que l’Algérie soit touchée sont grands. Les années 1980 risquent de se répéter ? Et l’Algérie a payé au prix fort les conséquences qui ont résulté. Le faste des années 2000 jusqu’en 2014 est révolu, il ne doit pas nous faire oublier que l’économie algérienne est très fragile. Qu’elle dépend du cours du pétrole. Et c’est la raison pour laquelle, il faut encore le souligner, nos élites ne doivent pas mettre leur intérêt personnel au-dessus des intérêts de la nation. Ils ne doivent pas s’endormir sur leurs lauriers et dire que le cours du pétrole va reprendre, que le travail qu’a fait l’OPEP, en ce mois de décembre 2018, serait suffisant pour redonner espoir.

 

Bien, au contraire, il faut que ces présidentielles ne soient pas une impasse, qu’elles ouvrent voie à un nouveau souffle au peuple algérien tant sur le plan politique qu’économique. Et c’est la raison pour laquelle nos élites doivent comprendre que l’Algérie n’est plus comme elle était en 2014 et qui a permis au président Abdelaziz Bouteflika de rempiler pour un quatrième mandat. Aujourd’hui, la situation mondiale a fortement évolué, de nouveaux enjeux sont apparus, la crise pétrolière s’est accentuée, les réserves de change ont fortement diminué et continueront de diminuer. Il y a très peu d’espoir qu’elles augmentent dans les cinq ans à venir. Par conséquent seule une prise de conscience et la « sagesse » primer entre les élites de la nation peut aider l’Algérie à s’en sortir.

 

 

Medjdoub Hamed
Auteur et Chercheur indépendant en Economie mondiale,
Relations internationales et Prospective

www.sens-du-monde.com


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Ruut Ruut 14 décembre 2018 07:22

    Je serais agréablement surpris sui l’Algérie basculait dans une Démocratie directe du type Suisse.

    Cette nation deviendrait un exemple pour le monde.

    L’Islam se propage par l’exemple, JAMAIS par la violence, c’est écrit dans les premières pages du Coran.

    Et si l’Algérie pouvait devenir un paradis terrestre, ce serait une telle réussite.

    Ce pays dispose de tout pour y arriver.

    Pour le moment la France en est Incapable a cause de son régime politique corrompus (qui ne sert pas les intérêts du peuple de France).


    • Matlemat Matlemat 14 décembre 2018 15:46

      Est ce vrai que certaines élites algériennes regrettent le temps de la colonisation française ?


      • Hamed 14 décembre 2018 17:14

        @Matlemat

        « Est-ce vrai que certaines élites algériennes regrettent le temps de la colonisation française ? »

         

        En supposant comme vous dîtes que ces élites algériennes regrettent le temps de la colonisation, ces élites demeurent des « colonisés » dans leur esprit, et je pense qu’ils avaient à gagner pour l’être en tant que supplétifs, harkis de la France.

         

        Et là nous n’y pouvons rien, il y a des élites ou non élites qui sont des traîtres à leur patrie.

         

        Puisque vous pensez cette question et vous l’avez posé, et elle ne créé pas en vous un sentiment de honte, forcément si vous y étiez au temps de l’occupation de la France par l’Allemagne, vous auriez fait un « bon collabo pour les nazis ».

         

        Pour terminer ma réponse à votre commentaire, je pense que vous êtes réellement idiot, débile pour dire de pareilles inepties.


      • OMAR 14 décembre 2018 18:34

        Omar9
        .
        Bonsoir @Matlemat
        .
        Il n’y a pas que certaines élites qui pensent ainsi, mais aussi une large couche du peuple algérien.
        .
        Cependant, cela est dit dans un contexte très particulier ; corruptions, dénis de droit, chômage, malvie, etc, etc...
        Les gouvernants actuels sont vus comme étant pire que la colonisation française.
        Sinon, le peuple, quelque soit sa composante est très nationaliste.
        .
        Par contre, oui, l’ancienne génération marginalisée, opprimée et méprisée, ne cache pas son affection, son admiration et son respect pour la France, pas pour l’Algérie française.


      • Hamed 14 décembre 2018 20:27

        @OMAR

        Ce que vous dîtes, Omar, n’est pas juste. Ils sont faux vos propos. Pour la simple raison que ni l’élite algérienne et je parle de la vraie élite algérienne et non de la pseudo élite ou élite algérienne qui se dit élite pense ce que vient d’énoncer Matlemat.

         

        Pourquoi ? Combien même, il y a de la corruption, des dénis de droit, du chômage, la malvie, etc. comme vous dîtes, mais aussi une large couche du peuple algérien qui pense comme cette pseudo élite qui n’est pas une élite, mais une élite uniquement dans la tête du limité psychiquement Matlemat qui ne voit pas la risée dans sa pensée, est un faux jugement qui vient, si je me base sur votre nom Omar d’un musulman, et vous donnez dans un certain sens raison à ce sans-cervelle (écervelé).

         

        Donc Omar, vous devez vous reprendre, un algérien, un marocain, un tunisien, un français ou tout être n’est être que parce qu’il s’identifie à quelque symbole. Dans l’identité, il y a la religion, il y a aussi la nation.

         

        A un français, par exemple, qui est athée, ne croit pas en Dieu, mais il croit en son sol, le sol français. S’il n’y avait pas le sol à lui, il ne serait rien, donc apatride. Un être déraciné de tout. Et apatride, il faudrait qu’un pays l’accepte ou qu’il lui donne une nationalité.

         

        A un Algérien émigré et qui a la nationalité française, d’où tire-t-il son identité ? De la France ? Non, Il est transplanté, il ne peut être français de souche parce que c’est un algérien émigré. Pour le Français, il sera toujours l’émigré algérien. Par conséquent, l’émigré tire toujours son identité de son algérianité. De même, pour le Harki, il est toujours l’Algérien harki qui a combattu son pays, et donc un paria. Mais il demeure que son identité, il la tire aussi de son origine, l’algérianité.

         

        Si, par exemple, l’Algérie était restée française, les Algériens auraient été apatride. Pourquoi ? Parce que spoliés de leur patrie, les Algériens seraient considérés non algériens mais simplement venu de l’Orient. Donc, pour les Français, ils seraient des indigènes qu’ils vont civiliser, et que leur présence a été un accident de l’histoire. Tandis que l’Algérie n’est plus qu’une province française, ou un département comme l’est la Corse. Et c’est la raison d’ailleurs pourquoi un problème identitaire se pose pour un Corse. Est-il d’identité corse ou française ? Sa patrie lui appartient-t-elle ou apparient-elle à la France ?

         

        Et c’est pourquoi vous êtes entièrement dans le faux Omar. Sans l’Algérie, les émigrés algériens et même les harkis n’auraient rien vis-à-vis des Français, ils seraient restés inférieurs identitairement parlant.

         

        Donc réfléchissez Omar, ne dîtes pas des sottises. Et ce n’est pas une raison de se baser sur la corruption, sur le dénis des droits qui ne relèvent que d’un stade historique pour aller dans le sens de la sottise de Matlemat.

         

        J’espère que je me suis fait bien comprendre.


      • OMAR 14 décembre 2018 21:37

        Omar9
        .
        Bonsoir @Hamed
         ;

        A l’heure actuelle, un « algérien » (né à Oujda) grabataire, inconscient, impotent, et, surtout, invisible, « gère » plus de 40 millions d’algériens...
        .
        Son frère, Said, pisse sur les algériens, comme Netanyahu sur les palestiniens.
        .
        Alors, arrêtez votre discours merdique , creux et culpabilisateur.
        .
        Sinon, allez aux morgues algériennes faire le décompte de nos enfants, ces jeunes algériens, qui sont morts en mer, des harraguas, pour rejoindre cette France que vous maudissez, et dans laquelle ; même le président de l’Algérie, est allé quémander ses soins et médicaments.
        .
        Fakou !!!!


      • Hamed 14 décembre 2018 22:38

        @OMAR

        Je comprends votre pensée. Cependant, il faut être objectif. Une nation est une nation. Quant à la gestion, cela relève de l’histoire et du niveau des gouvernants. Maintenant si la France, elle attire des jeunes Algériens, africains et d’autres nations, c’est une bonne chose. Ce que vous semblez ignorer est que vous ne vous êtes pas posé la question pourquoi la France c’est la France et elle attire, pourquoi les États-Unis sont les États-Unis, pourquoi l’Algérie c’est l’Algérie ?

         

        Il y a plusieurs situations dans ce bas-monde. D’abord les riches, ensuite les émergents qui veulent être riches et les non riches, c’est-à-dire les moins développés. C’est une situation qui est donnée ainsi aujourd’hui. Alors qu’hier, il y a moins de 80 ans, il y avait que les riches et les non riches, c’est-à-dire les damnés de la Terre, tout au plus deux situations et non trois situations comme c’est aujourd’hui. Il y a donc évolution.

         

        Pour arriver à cette situation d’aujourd’hui, il a fallu deux guerres mondiales qui ont mis à feu et à sang le monde, en particulier l’Europe et l’Asie. Donc des indépendances des damnés de la terre dont une partie a émigré ou mené de force en Europe pour faire la guerre intereuropéenne et qui est restée là-bas. Et je suppose que vous faîtes partie.

         

        Aujourd’hui, la situation a encore évolué. Un processus de réorganisation de l’équilibre mondial est en train de s’opérer. L’Europe de plus en plus lui sera difficile de s’adapter à l’évolution économique mondiale. Je ne parle pas d’aujourd’hui mais dans une décennie ou deux, l’Europe a intérêt d’arrêter de compter ses sous parce qu’elle va être dépassée. Elle n’aura pas de moins en moins de sous puisque la béquille qu’est l’Allemagne aujourd’hui et qui arrive à exporter et enregistrer des excédents commerciaux aura de plus en plus de difficultés.

         

        Mais, si l’Europe ne bouge pas, et il y a déjà le Brexit, et la montée des partis populistes, et l’Europe continue dans cette lancée de perte de compétitivité mondiale, elle risque de dépérir. Et c’est elle qui viendra quémander aux pays d’Afrique et des pays arabes d’accepter de commercer avec eux parce que les Chinois sont en train progressivement de placer leurs billes d’une manière radicale. Alors, Saïd, Abdelaziz, Macron, les harraguas, les soins, les médicaments, etc., ce n’est que de la poudre aux yeux. Ces harraguas qui tentent d’aller en Europe pour une vie meilleure, et même s’ils mettent leur vie en péril, ce n’est qu’un choix personnel. Et ces harraguas sont aussi des prémices de ce qui va se passer dans un futur non lointain.

         

        Voilà, Omar, ce que je voudrais que vous saisissiez, sans compter la dénatalité en Europe. Dans 80 ans, par exemple, l’Allemagne qui en a 83 millions en 2018 environ, n’en aura que 40 ou 50 millions, i.e. en 2098.

         

        L’Europe ira progressivement, en 20100, vers l’ « africanisation » de l’Europe. Une partie de la Commission de Bruxelles sera de souche africaine.

         

        Voilà, mon ami. Cela vous paraît de la science-fiction, mais ce sera probablement ainsi. On est loin des élites de part et d’autre de la Méditerranée. Tout élitisme viendra de l’histoire. I.e. qui sera élu par l’histoire dans le monde à venir.


      • Hamed 14 décembre 2018 22:44

        @OMAR

        Lire : L’Europe ira progressivement, en 2100, vers l’ « africanisation » de l’Europe. Une partie de la Commission de Bruxelles sera de souche africaine.


      • OMAR 15 décembre 2018 11:58

        Omar9
        .
        Bonjour @Hamed
        .
        Nous parlons de l’avenir de l’Algérie, et vous nous présentez un discours sur l’Europe, Bruxelles, les guerres.... ???
        .
        Vous savez que le problème actuel des algériens et de dénicher un citoyen algérien présidentiable.
        .
        Et là, ils n’en trouvent pas : walou, nada, personne !!!
        .
        Quant on pense par exemple, que celui qui devait s’occuper de la sureté et de la sécurité du peuple algérien, n’était qu’une raclure de premier ordre ainsi que ses enfants, à qui le peuple algérien doit-il remettre son destin ?
        https://www.alg24.net/abdelghani-hamel-hydra/
        .
        Plus de 1.000 milliards de $ ont été engrangés par la vente du pétrole : où est passé cet argent ?
        https://www.capital.fr/economie-politique/algerie-mais-ou-est-passe-l-argent-du-petrole-731794
        .
        Et puis, c’est la course à celui qui s’accapare des terres et des biens immobiliers dés qu’il est au pouvoir, allez voir qui habite Hydra et Said Hamdine, et qui a pris les terres des Hauts-Plateaux.
        .
        Réveillez-vous, économiquement, culturellement et socialement, l’Algérie est au fond de l’abîme...


      • Hamed 15 décembre 2018 15:29

        Bonjour Omar,

        Tout d’abord ma digression sur l’Europe, Bruxelles, les migrants africains, c’est simplement pour relativiser ce que l’on appelle par élites algériennes ou autres. et qu’il y a un processus dialectique en marche dans le monde.

        Ceci étant, à mon sens, point besoin de se focaliser sur les 1000 milliards de dollars qui ont été engrangés par les recettes pétrolières depuis une décennie et demie. Ou qui habite Hydra, Saïd Hamdine. 

        Ceux qui habitent dans ces quartiers y habitent comme vous habitez dans votre le vôtre. Les 1000 milliards de dollars ont été dépensés et c’est tout ou sont en partie économisés. Les problèmes ne sont pas ces problèmes mais les problèmes que nous sommes et n’arrivions pas à nous entendre et à être unis. 

        Prenons que notre exemple, moi et vous, vous êtes bloqué sur Hydra et Saïd Hamdine ou les 1000 milliards de dollars et le walou et le fakou qui ne veulent rien dire et vous dîtes l’Algérie est au fond de l’abîme alors que c’est un très beau pays, et je crois que vous en faîtes partie et que c’est votre pays, et vous êtes là à le dénigrer et bien sûr, à vous dénigrer parce que c’est votre pays.

        D’autre part vous me dîtes « réveillez-vous économiquement, culturellement, etc. » Je vous remercie pour ce conseil, cependant force de dire que le problème n’est pas de se réveiller. Combien même on se réveillerait et que l’on voit sans voir dans le sens que nous avons pour ambition que nos intérêts personnels et non ceux de la nation, est-cela le sens du réveil ? 

        Au lieu de me dire qu’il faut que nos élites, et j’entends par là toute voix algérienne qui porte sur la scène nationale et internationale, qu’ils fassent preuve de sagesse et se mettent d’accord pour trouver une solution politique dans cette conjoncture difficile due aux élections présidentielles de 2019, Dans ce rendez-vous à venir, vous ne voyez u’une course à l’accaparement de richesses nationales, alors qu’il s’agit d’élire ceux qui auront à gouverner le pays, la nation, à répondre aux aspirations du peuple algérien. 

        Je regrette de vous le dire, vous n’êtes pas positif pour votre pays.


      • Mohammed MADJOUR Mohammed MADJOUR 15 décembre 2018 15:20

        Vous parlez « d’élites »...

        Y a t-il un seul scientifique, un seul intellectuel, un seul historien, un seul politicien qui a refusé la constitution de 2016 ?

        Cette constitution de toutes les contradictions et de tous les amalgames EST LE VÉRITABLE OBSTACLE QUI INTERDIT LA CONSTRUCTION NATIONALE !

        Ceux qui parlaient et parlent encore au nom du sigle « FLN/ALN » n’ont pas le droit de fuir leurs responsabilités ! Ce sont eux qui ont conduit le pays à cette incommensurable médiocrité qui dissout les milliards inutilement ! 

        J’ai proposé depuis 2007 et je propose encore aujourd’hui la même solution : Réécrire la Constitution conformément à l’histoire Nord Africaine et au destin Nord Africain puis refonder la Nation !

        Tout le reste n’est que bla bla ... OUYAHIA,comme ses prédécesseurs n’ont jamais gouverné, ils ont pollué et corrompu les Algériens ! Tous les ministères et toutes les collectivités locales sont congelés ! Le « RND » qui est un faux parti mais aussi toute la fausse opposition qui n’a jamais rien produit doivent être dissous et c’est au « FLN/ALN » de corriger ses énormités SANS QUOI L’INERTIE PRODUIRA L’INÉVITABLE DÉCOMPOSITION !


        • Hamed 15 décembre 2018 15:43

          @Mohammed MADJOUR

          Non, Mohammed MADJOUR, vous êtes un pessimiste. L’Algérie ne se décomposera pas. Et elle ne peut se décomposer parce qu’elle a l’histoire pour elle. On a cherché à la décomposer mais on n’est pas arrivé. Notre peuple est soudé. 

          Et que les politiques n’ont pas su, C’est tout à fait normal, l’Algérie est un pays jeune, et sa jeunesse est une des premières au monde. Il y a eu des erreurs et tout pays jeune en fait et même les grands pays en font, à voir les nations européennes et américaines fortement endettées, plusieurs pays ont une dette publique a dépassé 100 % du PIB. Et l’Algérie est peu endettée, environ 20 % du PIB. 

          Donc, l’Algérie est à édifier en grande nation, et cela viendra. C’est une question de temps. Je comprends pourquoi vous êtes pressé de voir l’Algérie s’élever, mais elle s’élèvera comme se sont élevées les nations européennes.

          Il faut faire confiance à l’avenir. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès