• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Présidentielles : l’intérêt du vote blanc ou nul

Présidentielles : l’intérêt du vote blanc ou nul

Présidentielles : l’intérêt du vote blanc ou nul

 

Le scrutin du 24 avril 2002, est en réalité organisé de part et d’autre depuis 5 ans. Autant par Marine le Pen que par Emmanuel Macron.

- Marine le Pen, qui, après son père, a voulu tenter à tout prix une nouvelle fois sa chance. E. Macron qui a tablé sur cette obstination pour faire jouer une fois encore la carte de la diabolisation attaché à un nom et à une organisation politique qui n’a pas su se réformer et se réorganiser autour d’un leader neuf.

- Marine le Pen qui va s’essayer une nouvelle fois (le 20 avril) à la joute oratoire avec Emmanuel Macron, bien que ce dernier soit un virtuose des relations publiques et des techniques de manipulation.

 

Cette situation, si l’on ajoute les résultats des sondages favorables à E. Macron, tend à indiquer que les Français ont trois moyens de réélire E. Macron.

a) La première, c’est de voter pour lui. C’est ce qu’ont recommandé la plupart des candidats éliminés, dont la candidate labellisée PS (ce qui n’étonne pas) et le candidat communiste (ce qui est plus original sous un certain rapport).

b) La deuxième c’est de rester chez soi.

c) La troisième, c’est de voter blanc ou nul.

Pourquoi ?

Parce que la manière de comptabiliser les votes est favorable au plus « puissant ».

La majorité requise est calculée sur les suffrages exprimés. C’est à dire que les citoyens qui restent chez eux, qui votent blanc ou nul, ne sont pas comptabilisés, … donc ne comptent pas (contrairement aux autres).

En revanche, quelle que soit la faiblesse du nombre de voix obtenues par le gagnant, celui-ci peut se vanter (puisqu’il n’y a que deux candidats en lice), d’avoir eu la majorité « absolue » (1). L’arithmétique des urnes conférant selon les principes connus, la légitimité à sa désignation, et aussi, selon un syllogisme proche, la légitimité à ce qu’il voudra bien décider (2).

Les mécontents qui ne se « mouillent » pas, peuvent donc être bien utiles (3) .

 

Alors, qui aura eu la bonne stratégie ( candidats et électeurs)  ?

Réponse ( ou confirmation de la réponse ?) le 24 avril.

 

Marcel-M. MONIN

m. de conf. hon. des universités.

 

(1) Ce qui fait qu’un candidat qui n’a la confiance que de 20 % (ou moins ) des électeurs inscrits, (résultats du premier tour) peut devenir président de la République

(2) Rappel : nous avons parlé de syllogisme. Le contrôle des juges existe.

(3) C’est un peu la même logique que dans la motion de censure, telle qu’elle est organisée par l’article 49 de la constitution. Le jour du vote, les députés qui restent chez eux, ou s’abstiennent, s’allient en fait aux députés qui soutiennent le gouvernement. Sur cette question, v. « Textes et documents constitutionnels depuis 1958. Analyses et commentaires. » Dalloz – Armand Colin.


Moyenne des avis sur cet article :  4.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 avril 14:36

    Votre démonstration éclaire la déclaration sibylline de Mélenchon qui est de dire : « pas une voix ne doit aller à Marine Le Pen ». Vous expliquez que, dans ce cas, par choix ou par défaut, cela revient à voter pour Macron. CQFD.

    Sur son blog, Mélenchon explique : « Marine Le Pen ajoute au projet de maltraitance sociale qu’elle partage avec Emmanuel Macron un ferment dangereux d’exclusion ethnique et religieuse. » …/… » Mais aller au-delà serait abuser de la confiance que vous m’avez accordée. »

    Vous parlez de syllogisme dans votre article, or celui-ci en est un. Et le syllogisme, c’était la spécialité des rhéteurs, les spécialistes de la rhétorique. Et il n’y a pas loin des rhéteurs aux sophistes qui ont donné leur nom à ces faux syllogismes piégeux, les sophismes, comme :

    « Le jambon fait boire,

    or boire désaltère,

    donc le jambon désaltère ».


    • voxa 19 avril 15:05

      @Séraphin Lampion

      "« Le jambon fait boire,

      or boire désaltère,

      donc le jambon désaltère »."


      C’est du Macron ou du Mélanchon dans le texte.

      Ces gens-là ont été formés à parler pour ne strictement rien dire.

      Un logiciel avec une petite base de mots universels et interchangeables le fait tout aussi bien. (ça existe)

      La fausse modestie, l’arrogance, la prétention et les fausses colères en moins...

      Peut importe le sens, de toute façon dans la seconde suivante ils vous démontreront le contraire, ou, pour les plus retors qu’ils avaient raison d’avoir tort.

      Le plus intelligent, c’est celui qui éteint le poste.

      Dans tous les cas, si vous écoutez, vous ne pouvez être sur que d’une chose :

      Le plus beau parleur vous baisera.


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 19 avril 16:43

      @voxa

      « Un logiciel avec une petite base de mots universels et interchangeables le fait tout aussi bien. (ça existe) »

      Oui. Ça s’appelle la langue de bois.

      Et il existe plusieurs modèles de générateurs.

      Amusez-vous bien.


    • Étirév 19 avril 14:41

      « Présidentielles : l’intérêt du vote blanc ou nul »
      La question devrait plutôt être : L’intérêt du vote « tout court », si ce n’est pour remplacer, systématiquement, du mauvais par du pire.
      C’est toute l’arnaque du système démocratique que des masses naïves et ignorantes, flattées d’être sollicitées à chaque élection par les renards au pouvoir, alimentent pour leur plus grand malheur.
      Que les prosélytes de la démocratie fassent le bilan économique et social, sans parler de celui des libertés fondamentales, depuis le début de la cinquième République.
      BLOG


      • Clocel Clocel 19 avril 14:44

        Appartenir à la majorité, c’est être abstentionniste, point barre.


        • voxa 19 avril 15:07

          @Clocel

          Attention à la majorité silencieuse quand elle gronde...


        • ticotico ticotico 19 avril 15:31

          C’est sympa de voter, ça permettra de se dire plus tard, OK on est arrivé au chaos, mais c’est moi qui ai choisi l’itinéraire, on pouvait prendre l’option désastre ou l’option catastrophe... et j’ai cautionné ce formidable moment de démocratie !


          • malhorne malhorne 19 avril 18:00

            voter blanc , vous plaisantez , SOS racisme va porter plainte comme nous !!


            • Hervé Hum Hervé Hum 19 avril 18:39

              C’est un peu la même logique que dans la motion de censure, telle qu’elle est organisée par l’article 49 de la constitution. Le jour du vote, les députés qui restent chez eux, ou s’abstiennent, s’allient en fait aux députés qui soutiennent le gouvernement. Sur cette question, v. « Textes et documents constitutionnels depuis 1958. Analyses et commentaires. » Dalloz – Armand Colin


              Sauf erreur de ma part, il n’y est pas fait mention de vote blanc ou nul !


              Tout simplement, parce qu’un député n’a de choix que de voter pour, contre ou s’abstenir pour un projet de loi, alors qu’on parle ici du choix d’une personne.


              La logique diffère donc sur ce point essentiel qui veut que l’électeur peut dire qu’il refuse les deux candidats en lice ou encore, qu’il refuse le système électoral, chose qui ne concerne pas un projet de loi. C’est le principe des amendements et du débat du projet de loi qui vaut équivalence avec le vote blanc et nul.


              De fait, le vote blanc qui devrait en réalité s’appeler le vote de défiance, consiste à refuser les deux candidats en lice, tandis que le vote nul qui devrait s’appeler le vote anti-système, consiste à refuser le système électoral, donc, appeler à une nouvelle constitution.


              C’est d’ailleurs pour cette raison principale que le vote blanc ou de défiance est comptabilisé comme vote exprimé, mais pas comme vote électif. Trop dangereux !


              Pour autant, si le vote n’est pas reconnu légalement, il est reconnu dans sa légitimité puisque décompté. Or, un pays qui affirme reposer sur la démocratie doit voir la légalité découler de la légitimité, le contraire étant la dictature.


              Autrement dit, si une majorité d’électeurs votaient blanc ou nul, alors, l’élu(e) pourrait se prévaloir de la légalité, mais pas de la légitimité.


              Par contre, ce que vous oubliez de préciser (car pour un maître de conférence je doute que vous ne le sachiez pas), c’est qu’il faut comptabiliser comme vote en faveur du gagnant ou gagnante de l’élection, ceux qui ont votés contre, car le principe veut que le perdant reconnaisse sa défaite et donc, donne toutes ses voix au gagnant. De fait, si plus de 50¨% de s votants (les abstentionnistes ne comptent pas) votent pour l’un ou l’autre des candidats, alors, le gagnant peut affirmer être légitime. A contrario, s’il y avait plus de 50% de votes de défiances et de votes anti-système, alors, le ou la gagnante aurait certes la légalité, mais aucune légitimité et en démocratie, encore une fois, la légalité découle de la légitimité, l’inverse étant la dictature.


              • Hervé Hum Hervé Hum 19 avril 18:49

                J’oubliai, je vous invite à battre en brèche ce raisonnement, si vous y parvenez, alors, c’est qu’il est caduque, dans le cas contraire, c’est le votre qui est biaisé.

                Mais ayez bien à l’esprit qu’il s’agit là d’opposer légalité et légitimité, sachant qu’un pays qui affirme reposer sur la démocratie doit avoir comme fondement la légitimité devant la légalité. Sans cela, il n’y a pas besoin de préambule, le dictat de la constitution établit par celui qui détient le pouvoir suffisant.

                Ainsi, la légitimité de la démocratie repose sur la primauté du pouvoir du peuple où donc, si l’élue ne dispose pas d’une majorité suffisante, ne peut pas affirmer être légitime, quand bien même le système électoral lui donne la légalité. Sans cela, il faut revoir la définition du mot « démocratie ».

                Bon, en réalité, la démocratie ne repose pas sur l’élection, mais ici on s’en tiendrai uniquement à l’élection.


              • Arnould Accya Arnould Accya 19 avril 22:33

                « Emmanuel Macron, bien que ce dernier soit un virtuose des relations publiques et des techniques de manipulation. »

                EM est un virtuose de la duperie en terrain favorable, soit parmi des gens crédules ou qui ne trouvent pas de biais factuels forts pour attaquer sur le fond ses balivernes.

                Son bilan exécrable à tous niveaux, les manifestations régulières de son arrogance et de son mépris, sont autant de faits sur lesquels MLP va s’appuyer pour mettre mal à l’aise et affaiblir progressivement le psychopathe narcissique qu’est Macron.

                Il devrait finir à poil, moitié pleurnichant moitié criant maman Brigitte, au secouuuuuurs !!!

                La seule inconnue est la manière dont les journalistes vont essayer de perturber MLP et favoriser Macron.


                • Ceux qui s’abstiennent de voter

                  S’abstiennent de s’opposer .


                  • Je ferais tout pendant les cinq années qui viennent pour qu’il n’ y ait plus aucune raison pour voter pour les extrêmes ....

                    (Macron 2017)

                    Le serpent peut changer de peau autant de fois qu’il veut mais garder le même venin.

                    Alors faites gaffe aux hypocrites qui reviennent dans vos vies et font semblant d’avoir changer . N’est ce pas Nikolas .Sarko, Emmanuel MacrO. !


                    • cétacose2 20 avril 09:23

                      Voter Blanc ,c’est pire que de voter Macron .C’est un acte lâche et stupide qui ne prouve absolument rien .On se croit intéressant , une sorte de bouderie puérile et stérile qui va profiter à l’élément le plus crapuleux ,en l’occurrence Macron....


                      • Hervé Hum Hervé Hum 20 avril 10:10

                        @cétacose2

                        parce que voter est un acte courageux !

                        Placer un bulletin dans une urne est un acte courageux ?


                      • Esprit Critique 20 avril 11:46

                        @cétacose2
                        Parfait, 


                      • Hervé Hum Hervé Hum 20 avril 12:07

                        @cétacose2

                        quel courage !!!


                      • Esprit Critique 20 avril 09:57
                        Le vote blanc ou nul, ne permet rien d’autre que l’expresion d’un rejet global et sans nuances, des propositions faites.

                        Tout les elucubrations autres sur le sujet sont stupides sans interet.


                        • Hervé Hum Hervé Hum 20 avril 10:15

                          @Esprit Critique

                          Parce que voter pour une personne permet la nuance ? 

                          Dans l’élection du président, le programme est accessoire étant donné qu’il n’y aucune obligation de respecter un programme quelconque. Ici, il s’agit d’élire une personne, celui qui exercera sa tutelle sur toute la population et disposera de pouvoir discrétionnaire sans aucun compte à rendre pendant le temps de son mandat, uniquement de ne pas pouvoir être réélu pour un second mandat de tutelle.

                          sauf s’il ou elle ne dispose pas de la majorité à l’assemblé, qui ne serait pas élu sur son nom.


                        • Esprit Critique 20 avril 11:42

                          @Hervé Hum
                          Totalement Hors Sujet. Ce n’est pas une question de presidentille de Législative, de proportionnele ....
                          C’est accepter ou refuser de répondre a une proposition tel qu’elle est formulée.
                          On est libre de refuser, mais le fait de refuser n’indique strictemnt rien sur les motivations de refus face a un choix proposé.


                        • Hervé Hum Hervé Hum 20 avril 12:00

                          @Esprit Critique

                          Hors sujet ! Je crains que vous ne voyez pas l’absurdité de votre commentaire.

                          En effet, dites moi donc comment avec un bulletin de vote vous êtes en mesure d’indiquer votre « motivation de refus face à un choix proposé » ou même d’indiquer votre motivation à soutenir un choix proposé par un candidat qui n’a pas obligation à respecter le choix proposé, car au cas ou vous l’auriez oublié, votre commentaire porte sur le vote blanc et nul, or, ces derniers concerne la présidentielle d’abord et la législative ensuite. Ces deux types de votes n’ayant pas de sens au niveau des assemblées législatives, lieu de débat ou vous pouvez effectivement "indiquer votre motivation de refus face à un choix proposé. Et où donc, le vote est soit pour, soit contre et enfin, soit l’abstention, ni pour, ni contre.

                          Bref, l’absurdité réside dans le fait que c’est vous qui vous mettez hors sujet de votre propre commentaire !


                        • Esprit Critique 20 avril 13:02

                          @Hervé Hum
                          Vous etes vraiment tétu....
                          Le scrutin « impose » un choix. Si vous n’en voulez pas, rester chez vous , voter merde, ou pour Monsieur Blanc, c’est pareil ! meme si une loi debile elevait monsieur blanc au rang de frére de Marianne ....


                        • Esprit Critique 20 avril 13:07

                          @Hervé Hum
                          Je n’ai nullement déformés vos propos, si vous vous plaigniez en votant pour un « ducon » quelconque de ne pas pouvoir lui faire part de vos nuances, faut pas allez voter, faut demander une audience au Gugusse !
                          Les mots ont un sens , faites gaffe !


                        • Hervé Hum Hervé Hum 20 avril 13:24

                          @Esprit Critique

                          têtu pour têtu, vous l’êtes tout autant.

                          Rester chez soi ne veut pas dire que vous n’en voulez pas, cela veut dire que vous laissez les autres décider pour vous et prenez celui ou celle qui viendra.

                          Le vote blanc est un vote de défiance contre les deux candidats et ce n’est pas pareil.

                          Et vous ne répondez pas sur le fait que choisir l’un ou l’autre n’indique pas plus votre motivation et la preuve en est que l’élu(e) se contrefous de votre motivation comme celui de faire barrage à l’extrême droite pour voter contre Le Pen ou faire barrage à la réélection de Macron en votant Le Pen. Le principe voulant que l’élu capitalise autant les votes en sa faveur que ceux qui ont voté contre lui ou elle, parce que le perdant se doit toujours de reconnaître sa défaite et se faisant, soutiens la légitimité de l’élu dès lors où plus de 50% de votants on voté pour l’un et l’autre.

                          Je persiste à dire qu’avec une majorité de vote blanc et nul des votants (les abstentionnistes n’ont pas à êtres pris en compte), n’invaliderait pas la légalité de l’élection, mais ne lui donnerait aucune légitimité et cela se traduirait directement pour les législatives. Et ensuite pour son autorité.

                          Car comme je l’écris, un pays qui affirme reposer sur la démocratie doit obligatoirement voir la légalité découler de la légitimité, c’est à dire, sur la volonté exprimé du peuple sur la base de sa majorité.

                          Voilà pourquoi les médias aux ordres parlent toujours des abstentionnistes qui vont à la pêche et ne parlent jamais vraiment des votes blancs et nuls, seulement à la marge et très rapidement, comme cela, les gens comme vous qui réfléchissez par réaction, dépourvue de raisonnement propre, se laissent toujours aussi facilement manipuler.


                        • Esprit Critique 20 avril 13:35

                          @Hervé Hum
                          « rester chez vous , voter merde, ou pour Monsieur Blanc, c’est pareil ! »
                          Vous savez lire ! ?
                          Je n’ai aucun mépris pour ceux qui s’abstiennent, mais les cons qui fond croire que voter blanc aurait le moindre sens ou interet est crapuleux !


                        • Esprit Critique 20 avril 15:18

                          @Hervé Hum
                          Que le journaleux soient des salopes n’est pas un probléme de scrutin, M Le Pen et Macron ne sont pas le sujet. Qaund arrive le choix entre les deux c’est trop tard c’est avant qu’il fallait soutenir Zemmour ou S Rousseau ou le pape.


                        • Hervé Hum Hervé Hum 20 avril 16:29

                          @Esprit Critique

                          vous m’écrivez à juste titre qu’il faut faire attention au sens des mots, or, que veux dire « crapuleux » ? Malhonnête et sordide ou crime crapuleux pour l’argent.

                          Mais en dehors de m’insulter, je ne vois pas où sont vos arguments ?

                          En fait, comme l’élu de votre coeur n’est plus en course, ne vous reste que votre bile.

                          Chacun sa propre croyance, perso, votre Zemmour ne vaut guère mieux que les autres et voter pour lui, c’est aussi voter pour et comme de la merde, bref, c’est pareil.

                          Le seul vote pour ma part qui vaille, c’est le vote blanc ou nul, parce que je suis alors certain de ne pas voter pour et comme une merde et si pour vous je suis un con, sachez que vous êtes le mien...


                        • Hervé Hum Hervé Hum 20 avril 16:55

                          @Esprit Critique

                          Je vais peut être arriver à vous comprendre.

                          En fait, si pour vous le vote en lui même est un leurre, alors je suis d’accord fondamentalement, sauf que ce n’est pas le sujet de l’article et il s’agissait de savoir quelle position avoir dans les circonstances immédiates !

                          Pour ma part, la démocratie ne repose pas sur le vote d’un représentant placé au dessus, car c’est le principe de la mise sous tutelle. Autrement dit, le système actuel consiste uniquement à élire son tuteur qui donc aura la souveraineté en lieu et place du peuple. Sauf que c’est le propre de la dictature, peu importe que cette dictature soit limité dans le temps et soit renouvelable ou bien que l’on puisse changer de dictateur, il s’agit d’une dictature où effectivement, vous n’avez pas de possibilité de choix.

                          En démocratie, donc, où le souverain est le peuple, le représentant ne peut être placé qu’en dessous, donc, pour un mandat impératif, donc comme vous l’écrivez, pour le choix fait par le peuple et seulement par lui après débat et sur la condition que son choix soit éclairé et non pas manipulé.

                          De fait, la démocratie interdit le secret d’Etat sous quelque raison que ce soit. Sachant que tout secret viole la souverain peuple et est caractéristique d’un complot contre ce dernier. Comme le secret d’Etat est le norme, le complotisme est la règle de ceux qui détiennent le pouvoir. Quid de la gestion sanitaire en « secret défense », comme si le virus pouvait agir en connaissance de cause.

                          La seule exception étant l’état de guerre (mais contre un ennemi de même nature et non contre un virus), mais qui implique la dictature où si celle ci perdure au delà de l’état de guerre, signifie la fin de la démocratie.

                          Bref, il est clair que la France n’a jamais été une démocratie, mais une dictature élective au service de son élite immobilière et financière, dont la cupidité a été plus ou moins limité, contrôlé en fonction du rapport de force entre les classes sociales.

                          Pour autant, dans la circonstance présente, je ne vois guère que le vote blanc ou nul. Mais évidemment, ce n’est pas la solution, ce ne peut être qu’une forme de prise de conscience collective, d’une volonté de s’affranchir d’un père fouettard ou comme Marine qui veut gouverner en « mère poule ». Une société adulte n’a pas besoin de tuteur, seulement de citoyens responsables vis à vis d’autrui et non vis à vis d’eux même, car c’est là que réside la souveraineté irréductible de chaque être.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité