• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Présidentielles : Ressaisissons-nous ! (Il sera trop tard pour pleurnicher (...)

Présidentielles : Ressaisissons-nous ! (Il sera trop tard pour pleurnicher quand les jeux seront faits)

Si les modérés, déçus des politiques ne vont pas voter, les extrêmes eux iront. Ils sont déterminés à « ce que ça bouge », « essayer autre chose » comme on l’entend si souvent. Les dégoûtés de notre démocratie rouillée, les « en colère », pensent à sanctionner notre gauche défaite et notre droite perdue en allant jeter dans l’urne un vote populiste. Et qu’importe qu'ils soient de droite ou de gauche, les extrêmes se rejoignent...
 
Cette fois, il ne suffira plus de faire front commun au motif que le FN serait le mal incarné, que Marine Le Pen ne penserait qu’à sortir la France de l’Europe, de l’OTAN pour offrir la paix (traduire : la guerre, en langue officielle orwellienne) à Poutine, qui voit l’arrivée de Trump et de Le Pen comme l’occasion de reconstituer sa grande Russie alors qu’il rêve de se réapproprier les pays baltes et, soyons fous, le temps de se réarmer, l’ex Union soviétique.
 
Ressaisissons-nous ! Le pire n’est jamais sûr, certes… mais encore faut-il avoir conscience des périls qui nous guettent. Sortir du déni collectif qui nous plonge, les uns après les autres, pays libres et magnifiques, dans ce refus de voir les choses telles qu’elles sont. L’impossible dialogue entre les gagnants et les perdants de la mondialisation trahit cette faillite des élites, impuissantes à éclairer le peuple et à rassurer ceux pour qui révolution numérique rime avec angoisse et perte d’emploi. Ces élites qui n’ont rien vu venir, et leurs pauvres parades indignées alors que les populistes pavoisent, tellement sûrs que leur heure va arriver.

Royaume-Uni, Etats-Unis, France et tous ces vieux pays d’Europe autrefois progressistes et accueillants, prêts à prendre des risques pour défendre leurs valeurs humanistes, ne semblent plus rien espérer. Ni de leurs leaders « classiques », ni de contre-pouvoirs institutionnels inventés dans -et pour- un monde qui n’existe plus. Aux abonnés absents les leaders charismatiques porteurs d’une vision à long terme, soucieux du bien commun et de l’intérêt général, prêts à se sacrifier pour servir leurs frères humains et pour cette cause plus grande qu’eux : leur pays, leur patrie, leur nation. Les peuples en perte de repères ne croient tellement plus en rien qu’ils sont prêts à croire à tout : à tout ce qui porte les apparences de la grandeur retrouvée, d’une promesse d’un pays apaisé ou même du grand Soir.
 
70 ans d’accalmie ont valu à cette vieille dame qu'est l'Europe un prix Nobel de la Paix. Le brandissant tel un talisman, elle se croit ainsi protégée pour toujours de la mauvaise mémoire de ses peuples et des dangers qui planent au-dessus de leurs têtes. Un prix Nobel au nom de la réconciliation de nations autrefois ennemies, qui devrait s'attacher à nous rappeler que la paix réclame des efforts permanents au lieu de s'évertuer à nous faire oublier à quel point celle-ci est devenue fragile. Le recours à la pensée magique risque hélas de ne pas suffire tant l’heure est grave. Telle est la condition humaine : un funambule en permanence au bord du chaos…
 
Les unes après les autres, les nations les plus ouvertes se replient sur elles-mêmes, protègent leurs frontières des Hommes qui ne seraient pas/plus leurs frères et sont désormais perçus comme des menaces. Le protectionnisme contre les humains et les biens, appliqué au nom du principe de précaution, leur semble la meilleure réponse à ce monde qui s’enfonce dans le chaos et la fureur.
 
Comment contenir les va-t-en-guerre tout en ouvrant les yeux des pacifistes qui préfèrent laisser faire que de s’avouer impuissants là où croît le péril ? Comment faire comprendre que le populisme n'apportera rien de bon à tous ceux qui se sentent trahis, laissés-pour-compte, démunis, dans ce contexte de grand chamboulement économique, social et géopolitique ? Quelle réponse allons-nous apporter, nous les modérés, et tous ceux qui croient encore que le sort de la France est entre leurs mains ?
Il faudra se montrer convaincants… et créatifs ! La pédagogie, tout comme le mépris ou la culpabilisation, ne suffiront pas à calmer les passions mauvaises. Cela n’a fonctionné ni outre-Manche, ni outre-Atlantique. Ce serait une erreur également d’imaginer qu’un chef d’Etat providentiel pourrait nous sauver d’un mauvais sort. On en connaît qui ont bien cru réussir… avant d’exploser en plein vol !
 
On vous l’a dit : il faut renoncer définitivement à la pensée magique, ce réflexe infantile qui rappelle à quel point nous avons perdu la maîtrise de nos destins. Parce que nous avons tous notre part de responsabilité. Trop de politiques ont failli, que ce soit du point de vue légal ou moral. Trop de gagnants de la mondialisation et du numérique ont failli, se complaisant dans un entre-soi favorisant la reproduction de leur caste tout en faisant l’aumône d’une vraie-fausse empathie à ceux qui n’appartiennent pas à leur monde. Trop d’entre nous se sont désengagés de la vie politique ou détournés de la chose publique, abandonnant avec une coupable indifférence notre pays entre des mains bien peu soucieuses de l’intérêt général.
 
Nous tous, citoyens, partageons ce lourd fardeau de la responsabilité. Une fois cela décrété, que fait-on ? Comment évite-t-on qu’au 2nd tour Le Pen soit élue Présidente de la République française ? Une présidente élue « démocratiquement », en dépit d’un taux d’abstention que l’on peut déjà présumer plus élevé que jamais. Il sera trop tard pour pleurnicher quand les jeux seront faits ! Trop tard pour aller manifester contre tous ceux qui auront osé abuser du vote populiste… Trop tard pour refuser un résultat des urnes qui nous paraîtra… anti-démocratique ! Par pitié, ne rejouons pas ce spectacle pathétique des Démocrates ou des anti-Brexit hébétés par leur échec faute d’avoir su interpréter les signes avant-coureurs d’une catastrophe annoncée.
 
Chaque citoyen a le droit –donc le devoir s’il veut influer sur la politique et l’avenir de son pays- d’aller voter. Que tous ceux qui veulent continuer à croire en l’avenir se lèvent. Que tous ceux qui pensent que la défiance et la léthargie ne peuvent rimer avec « 6ème puissance mondiale » se déplacent. Que tous ceux qui veulent « empêcher que le monde se défasse[1]  » comme le proposait Camus, reprennent leurs esprits. Que tous ceux qui chérissent cette patrie où sont nés les droits de l’Homme usent de leur droit de voter et fassent contrepoids à l’extrémisme qui, lui, saura mobiliser ses troupes le jour venu !
En mai, le peuple va exercer librement ce droit précieux au nom de nos chères valeurs républicaines de Liberté-Égalité-Fraternité. Comment fait-on pour mobiliser tous les indécis, tous ceux prêts à renoncer à exprimer leur voie, tous ceux qui pourraient changer la donne en étant plus nombreux à dire « NON ! » au vote populiste ? Toutes les idées réalistes, sans mépris et sans haine, toutes les bonnes volontés sont acceptées… le poste est à pourvoir immédiatement.
 
_____________________
 
Résonance : « Nous sommes en 2019, vous rendez-vous compte du chemin parcouru si vite ? La paix n’a pas d’histoire, Lefort, vous devriez le savoir, vous, le vieux soldat. La paix n’a pas de frontières ni de réfugiés : la paix n’existe pas sans la guerre qu’elle termine. Quelle ironie de savoir que notre temps devient l’Histoire parce que nos innocents meurent par centaines de milliers sous les bombes et la torture. Quand la guerre revint, alors naquit la génération instantanée des héros magnifiques et des traîtres absolus. L’amnésie des bien-pensants est de retour, maladie des écriveurs de tous ces panneaux-réclames ignobles qui feront les livres d’histoire. La guerre, mon bon Lefort, la guerre efface même les péchés de tous les fous que nous avons créés. ». Extrait du thriller politique Nous étions une frontièrede Patrick de Friberg (en librairie le 10 mars 2017 aux éditions French Pulp).
 
 
 
[1] « Chaque génération, sans doute, se croit vouée à refaire le monde. La mienne sait pourtant qu'elle ne le refera pas. Mais sa tâche est peut-être plus grande. Elle consiste à empêcher que le monde se défasse  ». Albert Camus (1913-1960) écrivain, prix Nobel de Littérature (discours du 10 décembre 1957, Hôtel de Ville de Stockholm). Voir aussi : Au bout des doigts le monde entier (« Empêcher que le monde se défasse »). Par Véronique Anger-de Friberg (Forum Changer d’Ère. Collection « Changer la vie », 10 novembre 2016).


Illustration : André-Philippe Coté, artiste québécois.


Moyenne des avis sur cet article :  1.27/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

90 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 février 15:17

    « Vous écrivez :

     »Les dégoûtés de notre démocratie rouillée, les « en colère », pensent à sanctionner notre gauche défaite et notre droite perdue en allant jeter dans l’urne un vote populiste.« 
    Aujourd’hui, après bien des vicissitudes, le terme »populisme« sert surtout à dénoncer les démagogues qui mobilisent le peuple par des promesses électoralistes ou qui flattent ses »bas instincts« comme le nationalisme, la xénophobie, voire le racisme ou qui exacerbent les réflexes sécuritaires. Je comprends bien que vous puissiez plaquer cette tarte à la crème sur le Front National qui le mériterait, mais je ne vois pas qui vous visez à l’autre bout de l’échiquier politique.
    Je vous laisse la responsabilité d’expliquer comment »les extrêmes se rejoignent« , expression qui pour moi n’a même pas de sens en mathématiques et n’est qu’un poncif suranné que l’on peut servir pour impressionner les enfants, mais je vous serais reconnaissant de m’indiquer :
    - quel candidat vous situez à l’ »extrême-gauche ? (merci de ne pas me servir la Merluche réformiste et pro UE)
    - quel candidat d’extrême-gauche met en avant le nationalisme, la xénophobie et le racisme ? Dupont-Aignan est-il nationaliste parce qu’il est souverainiste ? Est-il d’extrême-gauche ?

    C’est flou tout ça, et quand c’est flou, y’a un loup, et je crois bien que chez vous, le loup, c’est Macron.

    • Alpo47 Alpo47 4 février 15:59

      @Jeussey de Sourcesûre

      Salut JJSS,

      Macron est probablement le pire de tous. Il n’y a pas une once de « vérité » chez ce type, toutes ces attitudes sont calculées, il sonne aussi faux qu’une cloche fêlée.
      Notons au passage qu’il a aussi de nombreuses casseroles, non reprises par les merdias. Cela suffit à alerter tout le monde. Macron est l’homme mis en place par le système prédateur, MEDEF and Co.

      Feu à volonté !


    • Alren Alren 4 février 18:12

      @Jeussey de Sourcesûre

      quel candidat vous situez à l’ »extrême-gauche ? (merci de ne pas me servir la Merluche réformiste et pro UE)

      Pourquoi appelez-vous Mélenchon « Merluche » et pour les autres les Macron, Fillon, Le Pen, Dupont-Aignan, Hamon pas de surnom péjorant ?

      C’est que vous les préférez tous à lui, c’est ça ? C’est que vous ne le respectez pas lui, lui seul ?
      J’aimerais savoir pourquoi il mérite tant de mépris de votre part.

      Quant à dire qu’il est pro-UE, tous ceux qui suivent le débat politique savent que c’est un mensonge éhonté que personne sur Agoravox ne gobera.

      Cette dénomination injurieuse et ce mensonge disqualifient complètement votre commentaire qui autrement contient des remarques sensées en particulier sur ces « extrêmes qui se rejoignent », une idiotie évidente mais ressassée par la droite (Fillon-Macron) faute d’arguments sérieux (et avouables !) contre les propositions de gauche.


    • Odin Odin 4 février 18:43

      @Alren

      Peut-être que Jeussey de Sourcesûre est comme moi, qu’il ne peut apprécier ce tribun islamo compatible tendance terra nova qui ne supporte pas les blonds aux yeux bleus ni les normands qui sont des alcooliques.

      https://www.youtube.com/watch?v=uUSGDh20Y84

       


    • Sparker Sparker 4 février 20:23

      @Odin
      Vous êtes une caricature ou bien réel ??


    • Ouam Ouam 4 février 22:35

      @Jeussey de Sourcesûre
      « C’est flou tout ça, et quand c’est flou, y’a un loup, et je crois bien que chez vous, le loup, c’est Macron. »

      Salut, je me suis fait exactement la meme réflexion que toi en lisant l’article, chercher à comprendre ou cette mme « Véronique Anger-de Friberg »

      Désirais précisément mener le manant (pour ne dire le gueux)
       

      Voila, nous promener chez la famille des rotchilds (des cousins éloignés certainement smiley )

      http://tempsreel.nouvelobs.com/rue89/rue89-politique/20160830.RUE5451/au-fait-il-faisait-quoi-chez-rothschild-emmanuel-macron.html

      Enfin j’ai pu quérir sur A Vox une généreuse qui offre son coeur à son Emmannuel
      (Patrick c’est mieux pour les groupies....PPaaaatttrriiccckkkkk, mais c’est moins « in »)
      Peut etre à t’elle basculée de l’un a l’autre, le drame du temps...ouvrant dans sa sinistre besogne...

      Statistiquement, ne parlant pas de l’intoxication médiatique qui tourne à fond les ballons grace à ses amis tres fortunés, les votant pour l’Emmanuel (conception) sonts plutot rares
      Il suffit de regarder un peu le pannel d’ A Vox, on y trouve bpc de melanchonistes, le penistes, d’uprisites, hammondistes, de pcrfistes, etc...
      mais pratiquement jamais de charles edouard de saint flouze ...
       
      Pour une fois qu’on en à une, je propose une conservation UHT dans un bocal de formol, pour que les générations suivantes aient enfin l’ultime preuve des residus de cette caste perdue qui comme l’atlantide un jour a existé smiley


    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 février 08:49

      @Alren

      Parce que Mélenchon est la dernière cartouche qui reste du stock de munitions accumulées autrefois par Rocard pour prévoir une alternative réformiste à l’échec de la social-démocratie qu’il avait prévue.

      Cette photo montre l’investissement qu projet en ressources humaines.

      Qui est entre Rocard et Cambadélis ?

      Je sais, tout le monde a le droit de changer et le repentir existe, même pour l’inquisition. Mais que voulez-vous ? C’est plus fort que moi : je peux pas encadrer ce qui tourne autour de Rocard, la pire anguille que le système ait produit.


    • Harry Stotte Harry Stotte 5 février 08:50

      @Jeussey de Sourcesûre

      Je ne parviens pas à voir ce qu’il y a de nationaliste, de xénophobe et, à plus forte raison, de raciste, dans le fait de vouloir vivre ensemble, entre gens qui se ressemblent, sur le territoire qu’ils ont reçu en héritage, de leurs ancêtres. Il n’y a là rien de bas, juste une revendication légitime.


      Il faudra revoir votre source Sûre, elle est orientée et lacunaire.

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 5 février 09:59

      @Harry Stotte

      alors, aux états-unis par exemple, seuls les amérindiens sont fondés à vouloir « vivre ensemble » sur le territoire q’ils ont reçu en héritage de leurs ancêtres...

      votre vision des choses n’est pas orientée ni lacunaire, elle est partielle et partiale.

    • Harry Stotte Harry Stotte 5 février 10:20

      @Jeussey de Sourcesûre

      « ...alors, aux états-unis par exemple, seuls les amérindiens sont fondés à vouloir « vivre ensemble » sur le territoire q’ils ont reçu en héritage de leurs ancêtres... »



      C’est-à-dire qu’il leur est arrivé ce qui arrive quand on tarde trop à défendre son territoire. Moi, je suis sûr, qu’à l’époque, il y avait de jeunes guerriers qui étaient d’avis qu’il fallait liquider les intrus au fur et à mesure qu’ils se pointaient. Et, dans leur infinie « sagesse », les vieux chefs, réunis en conseil, leur ont interdit de le faire.


      On est vraiment dans un cas de figure très différent de celui qui nous occupe, sauf à le considérer comme l’exemple de ce qu’il ne faut pas faire. Sans que cela nous renseigne, au demeurant, sur ce qu’il y a de nationaliste, de xénophobe. voire de raciste, dans le fait de vouloir vivre ensemble, entre gen... etc., etc., etc.

    • Alpo47 Alpo47 4 février 15:50

      Un texte fourre-tout et confus où l’auteur dénonce le « méchant populisme », suivez son regard.... S’adresser directement au peuple serait donc totalement condamnable, selon l’auteur. Peut être que seules les « élites » éduquées devraient décider ? Je crois que ce serait acceptables si elles étaient intègres et servaient bien les intérêts de tous. Ce n’est pas du tout le cas.

      Il faut donc aller absolument s’exprimer. Problème, on a eu la droite avec toutes ses casseroles, la « gauche » idem et tous les deux pour la même politique de confiscation et qui servent les intérêts des 0,01%. ; On a déjà fait le constat que tous deux nous emmènent droit dans la falaise au bout du chemin. Pourtant, l’auteur nous dit qu’il faut aller s’exprimer, mais surtout pas pour les « populistes ». Donc, qui reste t-il ?Le candidat écolo, Poutou .... Pourquoi pas, mais ils n’ont aucune chance. Ils divisent pour permettre aux deux partis « de gouvernement » de conserver le pouvoir.
      Surtout pas le(s) populiste, mais alors qui ? Et pourtant l’auteur nous dit qu’il faut éviter d’être dans le déni... Risible ou tragique ?
      Cela ressemble bien à une « masturbation intellectuelle » (pardon madame) de quelqu’un qui manie les idées sans jamais apporter de solution et ce n’est pas avec cela que l’avenir sera plus rose... bleu... blanc ....dégagé. Les solutions appartiennent à ceux qui se lèvent et prennent leur avenir en main.

      Donc, tout le monde est bien prêt pour un « 49-3 » aux « élites » ? Et tant pis si l’auteur nous traite de populiste.


      • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 février 15:55

        L’auteur le dit dès le premier mot de son texte/ Les gens bien, ce sont les « modérés ».

        Ca me fait penser aux « rebelles modérés » de Syrie, ceux qui faisaient du « bon boulot ».

        • HELIOS HELIOS 4 février 16:17

          bonjour madame...


          Pour une fois, je serai bref : la haine, c’est vous ! La haine de vous même, de ce que vous représentez, la haine de notre histoire de notre civilisation, vous êtes malade psychologiquement, demandez dans votre entourage ce qu’est un patient qui se blesse volontairement, par exemple.

          Demandez vous aussi, pourquoi lorsqu’une femme risque de mourir en couche on sacrifie plutôt l’enfant que la mère.
          La France est en danger, notre société est en danger, choisissons et sauvons la mère patrie... pour mieux aider les autres plus tard.

          C’est ce que propose quelqu’un, Marine Le Pen, qui a l’envergure d’un président, qui sait prendre de la hauteur et qui propose de donner aux citoyens de France le pouvoir de décider (référendum) et de redonner a notre pays sa souveraineté et sa grandeur. il n’y a aucune haine la-dedans

          La haine, madame, ce n’est pas résister, c’est renoncer pour que jour après jour elle se renforce jusqu’au moment ou elle se transforme en une inéluctable violence.

          N’oubliez pas de consulter, bien à vous

          • Claudec Claudec 4 février 18:25

            @HELIOS

            « Marine Le Pen, qui a l’envergure d’un président, qui sait prendre de la hauteur »
            Sa seule expérience politique est celles des manifestations d’auto proclamation débridée ; n’est même pas celle d’assemblées où elle et ses comparses ne savent que tenter de se faire voir, d’occuper le terrain en jouant les trublions, à la manière des frères Hollande et Hayrault (ainsi que quelques autres) sur les bancs de notre Assemblée Nationale alors qu’ils étaient dans l’opposition ; sans jamais apporter quoi que ce soit de constructif.
            Les résultat de cette pseudo expérience tels que nous en subissons les conséquences ne vous éclairent-il pas ?
            Sans compter que FN = retour aux pires fantasmes d’un communisme archaïque.

          • HELIOS HELIOS 4 février 18:35

            @Claudec
            On aurait aimé que le FN pouisse etre dans l’opposition ! mais faute a un systeme electortal inique, ni Marine, ni le FN ne peuvent « s’opposer ».


            Quand à l’envergure, ce n’est pas l’experience qui fait l’homme....

          • Claudec Claudec 4 février 19:06

            @HELIOS

            Ce qui joue contre le FN : De bouffeur de rouge à ses débuts à plus rouge que rouge aujourd’hui.

            Comme pouvez-vous accorder le moindre crédit à celà ?

          • HELIOS HELIOS 5 février 00:49

            @Claudec

            L’intelligence c’est l’adaptation !

            le FN est reactif et s’adapte aux circonstances. A l’epoque dont vous parlez, les rouges etaient differents. Aujourd’hui ils sont plus que roses et il faut que quelqu’un defendent le sans dents chez nous.
            Le FN a decider de la faire, en commençant par leur redonner leur dignité de français, c’est a dire du travail.
            Pour cela il faut que tous ceux qui bossent en France et n’ont rien a y faire se barrent, que les usines reviennent etc et pour que cela marche il faut re-equilibrer les echanges et les dumping.

            C’est ce qu’on appelle le controle de l’econnomie. elle fut libre et ouverte et le resultat est calamiteux. ... voila pour quoi le FN se bat... entre autre.

          • Claudec Claudec 5 février 07:35

            @HELIOS
            François Fillon a donc raison lorsqu’il dit qu’il existe en France 4 gauches, celle du PS Hollandiste, celle de Macron, celle de Hamon/Mélenchon et celle du FN, et leur « intelligente adaptation », leur progressisme, consiste à tourner en rond avec nostalgie autour du marxisme et autres collectivismes plus ou moins dictatoriaux, qui ont fait partout faillite.

            Si le bonheur de tous se donne les chances d’être la somme des bonheurs de chacun, il ne doit ni ne peut être imposé par les fumeuses « intelligences » autoproclamées dont vous parlez.
            S’agissant du contrôle de l’économie, les capitalistes agissent pragmatiquement par le profit sur échange, contrôlé par les lois du marché, alors que les socialismes préfèrent organiser la spoliation, qu’ils nomment contrôle. À rêve excessif désillusion insupportable. C’est pourquoi l’utopie conduit inévitablement à la révolte.

            (Sans parler de l’escamotage par tous de la cause première de tous nos maux, qu’est la prolifération humaine.)


          • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 février 09:27

            @HELIOS
            le FN est reactif et s’adapte aux circonstances.

            C’est exactement ça, le FN change de programme en fonction des sondages et des préoccupations des Français. Autant dire, un Parti qui n’a pas de programme, une girouette opportuniste qui vire en fonction du vent....

            C’est Wallerand de St Just qui explique à la fin de cet article que le FN s’adapte aux sondages.

            "Marine Le Pen et les personnes qui l’entourent prennent les problèmes actuels des Français à bras le corps, explique Wallerand de Saint-Just. Nous nous appuyons sur les préoccupations qui ressortent des sondages, c’est-à-dire les impôts et l’insécurité. C’est vrai que le reste, nous l’avons un peu abandonné."


          • Harry Stotte Harry Stotte 5 février 09:44

            @Fifi Brind_acier



            « Autant dire, un Parti qui n’a pas de programme... »

            Non, effectivement, mais il y a 144 engagements présidentiels de Marine Le Pen, CE qui revient au même, si on y pense...

            Très bonne lecture.


          • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 4 février 16:24

            @Véronique Anger-de Friberg

            Il n’y a pas le fn à combattre mais également la vacuité de toutes les autres offres « politiques »...

            Au
            Revenu de Base (ou Universel) financé par la Fiscalitésans Refondation du Capitalisme
            on peut préférer le
            Dividende Universel financé par l’Épargneavec Refondation du Capitalisme



            • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 4 février 16:25

              Il n’y a pas que le fn à combattre mais également...



            • Pimpin 4 février 16:28

              Ce texte résume assez bien le problème. 


              Des gens défendent une politique arbitrairement déclarée « humaniste »,« progressiste », « accueillante », qui s’appuie sur des « valeurs humaines », donc forcément une bonne politique. 
              Et donc forcément ceux qui s’y opposent sont des méchants, forcément des extrémistes.

              Appliquée depuis plus de 30 ans maintenant cette politique a démontré dans les faits qu’elle n’était rien de tout cela et qu’elle n’apportait que dégradation sociale et économique.

              Mais arcboutés dans leur aveuglement ces gens persistent à défendre cette politique désastreuse, à ne proposer rien d’autre et à insulter les opposants, à les menacer des pires représailles si jamais ces opposants seraient élus. Comme on le constate contre Trump de façon hallucinante : menaces d’assassinat, de destitution pour folie, de coup d’état et autres manifestations violentes de rue.

              C’est là que l’on comprend que le fascisme est vraiment d’origine de gauche.

              Heureusement les électeurs commencent à se réveiller et vont j’espère voter massivement pour la réelle opposition à savoir le FN.

              • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 février 16:31

                @Pimpin

                sauf que, si la dame qui a écrite l’article est « de gauche », moi je suis archevêque !

              • Enabomber Enabomber 4 février 16:53

                @Jeussey de Sourcesûre
                Présidente du Forum Changer d’Ère, parrainé entre autres par Jacques Attali, dont on connaît le ferme ancrage politique, malencontreusement contrarié par la maladie de Parkinson.


              • Pimpin 4 février 17:18

                @Jeussey de Sourcesûre

                PS et LR mènent la même politique depuis bien longtemps, à tendance de gauche mondialiste. 
                On peut d’ailleurs constater que dès que ceux qui se disent de droite s’écartent un peu trop de ce que tolère la gauche, ils ont droit à des « leçons de morale », des manifestations de rue, des violences, et ils finissent par se coucher. 
                 Il est temps de revenir à une vraie démocratie.

              • jakem jakem 4 février 17:23

                @Enabomber
                 Merci pour le lien ! Je me demande combien parmi les participants aux différents col-llloques sont des eurokraturistes ; sans doute la majorité.

                De la même veine que la madame auteure de l’article, prête à redonner, gratis avec NOTRE pognon, plusieurs tickets à tous les pourris mafieux-profiteurs de Bruxbourg.

                Tout en récitant le catéchisme mensonger devenu habituel des eurokraturistes : il faut changer l’europe, blablabla, blibliblublo, etc...valeurs, humanité, accueil, travail trop cher, blop-blop, etc...

                Et elle prétend défendre la démocratie !


              • jakem jakem 4 février 17:26

                @jakem
                 HE ! j’avais oublié ceci : « Il n’y-a pas de démocratie contre les traités » !

                Madame auteure de l’article, qui a dit ça ? 


              • jakem jakem 4 février 17:28

                @jakem
                 Et vous avez qd mm un peu raison ! On va pas se laisser faire, on va se ressaisir, et dans pas longtemps !


              • jakem jakem 4 février 20:40

                @Jeussey de Sourcesûre
                 Vous portez votre tenue de travail, là, votre Eminence ?


              • Croa Croa 4 février 17:27

                « Populisme » quel vilain mot ! Pourquoi le peuple serait-t-il con au fait ?
                Allons jusqu’au bout de la pensé de l’autrice  : Il faut avoir confiance aux Élites qui depuis des décennies agissent pour le bien public et que sans eux ce sera la fin du monde. Ces gens ont amené le paradis sur Terre et tous les pauvres cons que nous sommes, certainement trop gâtés, risquent de tout gâter.
                *
                Eh bien NON ! La vérité c’est que ce sont les privilèges d’une minuscule classe dirigeante qui sont en sursis et c’est tout ce que veut défendre l’autrice. En fait de populismes il n’y a pas que celui de Madame Le Pen mais aussi tous ceux fait d’insoumissions plus réfléchies... Et quand bien même.... Rien n’est pire que le totalitarisme actuel de toute façons et ce serait très bien d’en voir enfin la FIN même si la forme imminente n’était pas la plus idéale !
                *
                (Finalement cet article révélateur de l’ affolement des élites est de bonne augure : Merci l’Autrice !  smiley  smiley smiley smiley ) 


                • Enabomber Enabomber 4 février 17:50

                  @Croa
                  Avec de tels arguments, d’ici 3 mois elle aura fait la fortune des magasins d’articles de pêche.


                • Ouam Ouam 4 février 22:47

                  @Enabomber
                  Vu le pannel actuel proposé, déja en temps normal (avant celles ci) la pêche était conséillée, mais avec de tels canditats, ne pas aller à la pêche est un crime.. non ?

                  Entre le tir au pigeon, la chasse au mougeon, la peche « au gros » (con)
                  J’hésites....laquelle des 3 choisir pour ma journée dans 3 mois smiley


                • Pimpin 4 février 17:40

                  Populisme c’est un synonyme à connotation négative de démocratie utilisé pour dénigrer la démocratie.


                  • Odin Odin 4 février 19:08

                    @Pimpin

                    Le populisme désigne un type de discours et de courants politiques qui fait appel aux intérêts du « peuple » (d’où son nom) et prône à son recours, tout particulièrement en opposant ses intérêts avec ceux de « l’élite »


                  • Pimpin 4 février 19:49

                    @Odin

                    Je suis d’accord, mais ce n’est pas ce sens là que les médias et politique lui donnent ! A voir avec quel mépris ils prononcent ce mot.

                  • abcd 4 février 22:21

                    @Pimpin

                    C est plus subtile, le populisme cela sert à enlever les pauvres de la démocratie ( démos peuple, cratos pouvoir), pour lutter contre le populisme il suffit d interdire le droit de vote des pauvres et laisser voter les 30 pour cent qui profitent de la mondialisation ( un retraité n a plus de salaires pouvant croître il a intérêt à importer des produits, jusqu’au moment où il n’y a plus assez de cotisants pour financer sa retraite).


                  • Croa Croa 4 février 22:59

                    À abcd
                    Ce ne sont pas les retraités qui profitent de la mondialisation (à l’exception d’un tout petit nombre d’entre eux, mais riches, disposants de bonnes retraites par capitalisation en plus de la retraite normale.)
                    Ce sont les financiers qui profitent de la mondialisation, et quelques personnes autour de ces gens là mais au total c’est pas grand monde (bien moins des 30%, peut-être un ou deux % directement, allez... 10% si on compte les emplois induits du grand luxe peut-être ?).


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 février 09:32

                    @Pimpin
                    « Populisme » , c’est le terme qu’ils emploient pour oublier le mécontentement qui monte contre la mondialisation.. Et qui débouche sur le Brexit, le Grexit, le Frexit, et tous les autres EXIT, qui remettront en place la démocratie et les droits régaliens des Etats : une horreur !


                  • jakem jakem 5 février 16:49

                    @Fifi Brind_acier
                     Ca c’est une bonne définition ! simple et réelle ! je vous mets un TB !

                    Par rapport à la définition de Perrineau ( orth peut-être inexacte ), c’est plein de punch !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires