• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Procès Jean Marie Michel Mokoko à Brazzaville : un reportage de RFI truffé (...)

Procès Jean Marie Michel Mokoko à Brazzaville : un reportage de RFI truffé de mensonges

Jean Marie Michel Okoko {JPEG} La correspondante de Radio France Internationale (RFI) a Kinshasa, envoyé spéciale au procès de Jean Marie Michel Mokoko a truffé son reportage sur ce procès de mensonges.

L’ancien candidat à la présidentielle congolaise de 2016 et ancien représentant spécial de la présidente de l’Union africaine en RCA est devant la barre depuis la mi-journée de ce lundi 07 mai 2018 à Brazzaville. Le procès se déroule au palais de justice, en présence des parents de l’accusé et des journalistes congolais et étrangers, dont l’envoyée spéciale de Rfi.

 Au début du procès, probablement sur instruction de leur chef, les gendarmes assurant la sécurité du palais de justice ont retenu à l’écart de la salle tous les journalistes, sauf ceux de Télé Congo et des prestataires requis pour renforcer le dispositif de Télé Congo. En effet, à défaut de diffuser le procès en direct, Télé Congo devait faire des enregistrements, également pour des besoins d’archives. Ce qui a été considéré comme un incident malheureux par tous les reporters présents au palais de justice qui a été résolu quelque temps après, puisque tous les journalistes accrédités ont pu avoir accès à la salle d’audience. 

                                 Mensonges

Le traitement de l’information du Congo par la radio française n’est pas souvent sans apriori. Le nouvel exemple est contenu dans l’intervention en direct de l’envoyée spéciale de Rfi au procès de Mokoko. En effet, pressée d’accuser, elle a affirmé qu’il n’avait été retenu dans la salle d’audience que Télé Congo et la presse présidentielle. Personne ne sait quel a été le journaliste ou le caméraman de la presse présidentielle qu’elle aurait vu dans cette salle.

Elle pouvait certainement se fier aux déclarations d’un gendarme qui aurait pompeusement dit que seules Télé Congo et la presse présidentielle devaient être dans la salle d’audience. Mais, ce qu’elle n’a pas fait pour être sûr que le gendarme ne se trompe pas, c’est vérifier ces affirmations. Si elle n’avait pas de préjugé, elle aurait pu vérifier si la presse présidentielle étaient effectivement dans cette salle. Et, d’ailleurs quand elle a eu accès à la salle, aurait-elle vu les reporters qui seraient ceux de la presse présidentielle ? Il n’y en avait aucun.

Dans le journal Afrique de RFI à 13 heures 30 minutes, heure de Brazzaville, l’envoyée spéciale de RFI a évoqué les faits qui sont reprochés à Jean Marie Michel Mokoko, notamment la vidéo qui montrait l’accusé installé dans le bureau d’un avocat parisien entrain de détailler les conditions d’un coup d’Etat qu’il s’apprêtait à réaliser avec l’aide d’hommes de main qui se revendiquaient des services français. C’est « ce qu’il a toujours nié, selon Florence Morice ».

Cette distorsion de l’information par l’envoyée spéciale de RFI laisse les Congolais et même tous les auditeurs de cette radio pantois. La correspondante de RFI à Kinshasa laisse croire que son reportage vise à manipuler l’opinion. Comment ne pas le dire quand on sait qu’en mars 2016, Jean Marie Michel Mokoko avait dans un entretien à l’AFP indiqué qu’il s’était fait piéger dans cette affaire de vidéo qui, selon lui avait été réglée en famille avec le président Sassou-N’Guesso. Ce qui, implicitement ou explicitement, relève de sa reconnaissance des faits.

Dans cette vidéo, M. Mokoko détaillait aussi les mesures et effectifs de protection entourant le président Denis Sassou N’Guesso, discutait de la liste des officiers supérieurs à neutraliser, … assurant ses interlocuteurs qu’ils seront ses « partenaires au développement » une fois le putsch réussi. Face à la caméra, Jean Marie Michel Mokoko s’appliquait à répéter sa déclaration de prise de pouvoir, au cours de laquelle, il justifiait le recours à un coup d’État. La situation ne lui laissait pas d’autre choix, disait-il.

Alors, on peut avoir la volonté de tout nier, mais hélas cette vidéo reste une évidence. N’en déplaise à RFI et son reporter. 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Le421 Le421 9 mai 18:54

    RFI raconte des barres ?
    Heu, voyons, qui est le nouveau patron de Radio France ?
    Hein ? Une patronne ?
    Copine de Macron, alors...
    Hein ? Sibyle Veil ?
    De la même promo que Jupiter !

    Bon, on a compris...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès