• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Propositions pour changer la vie (1) : Énergie et industrie

Propositions pour changer la vie (1) : Énergie et industrie

JPEG 

 Il n’est plus nécessaire d’expliquer les ressorts de la macroéconomie : tout support médiatique, même les journaux dits populaires, commente abondamment les variations de PIB, les taux de change fluctuants, les variations du CAC 40 (ou de l’Eurostoxx, du Nikkei...), les risques systémiques qu’entraînent une faillite bancaire, les comptes à terme, les emprunts obligataires, les produits titrisés, les escroqueries privées transformées en dettes publiques, la main visible des agences de notation, celle invisible des marchés.

 Il n’est plus nécessaire non plus d’expliquer les ressorts de la politique : les partis de gouvernement doivent se succéder en marginalisant ceux qui se contentent de contester, de vitupérer : les progressistes contre les populistes. En bref, les dominants doivent dominer les dominés incapables de devenir dominants. Rien de bien nouveau ! Cependant, les techniques de conditionnement ont fait de tels progrès que les intéressés pensent être libres de leurs choix, de penser ce qu’ils veulent, de vivre selon leurs principes pour les uns, leur morale pour d’autres ; en d’autres termes d’être dans une Démocratie. D’ailleurs, ils ont le droit de choisir lors de votations, entre un bonnet blanc ou un blanc bonnet. Ce qui est plus récent, c’est que les pauvres d’un pays riche peuvent exploiter les très pauvres d’un pays pauvre. La mondialisation revient, pour la partie la plus nombreuse, à l’exploitation de ceux qui n’ont rien par ceux qui n’ont pas grand-chose. L’autre partie, permet à une infime minorité de nantis d’amasser des sommes tellement colossales qu’ils pourraient acheter 10 fois tout ce qui se trouve sur terre. Les nantis forment une internationale du pognon dans tous les pays et ils s’entendent à merveille pour conforter et pérenniser leur domination en flattant les instincts les plus vils sans même plus avoir de quelconques scrupules moraux : ils sont riches donc élus par le ciel.

 Cependant, le système ne peut plus durer bien longtemps : les très pauvres sont trop nombreux sur une planète trop petite pour que les choses puissent continuer en l’état.

 La seule façon de lutter contre le chaos dans un liquide, c’est d’augmenter la viscosité du milieu. C’est aussi vrai en hydrodynamique qu’en économie. Il faut donc en conséquence ralentir les échanges spéculatifs qui se nourrissent d’instantanéité. Les propositions qui suivent sont personnelles, elles n’ont pas pour but de rallier des voix, des suffrages, encore moins une majorité : elles représentent l’opinion d’un citoyen ordinaire préoccupé par les agissements des gens extraordinaires.

 

1. Énergies fossiles

 

 1.1 Les taxes sur les carburants sont très significativement augmentées, le taux est défini par l’usage, soit dans l’ordre du plus taxé à celui qui le sera le moins :

 . Kérosène pour avion et fioul pour navire porte-conteneurs : taux proportionnel au nombre de kilomètres parcourus jusqu’à destination

 . Carburant pour transport routier, agricultures et pêches industrielles.

 . Carburant automobile

 . Carburants pour agricultures ou pêches artisanales

 1.2 La base de taxation des carburants est calculée à partir d’un prix de référence prenant en compte une période de temps de l’ordre de dix ans afin de se débarrasser des fluctuations purement spéculatives pour ne retenir que les tendances profondes de la balance offre-demande. Les valeurs par pays et par produit sont définies par les membres de l’Académie des sciences de tous les pays ayant signé l’accord de Paris (COP 21).

 1.3 Les produits pétroliers, les schistes bitumineux le charbon, le gaz sont déclarés « biens de l’Humanité ». Une obligation stricte est édictée afin que toutes les entreprises fournissent une évaluation fiable des ressources disponibles ainsi que leurs coûts relatifs d’extraction et de traitement. Une déclaration erronée, fortuite ou non, sera passible de sanctions pénales et commerciales, à l’aune du préjudice fait à la société civile.

 1.4 L’énergie nucléaire est acceptée dans les pays contrôlant cette technologie. Par contre, toute exportation civile, et à plus forte raison militaire, est interdite. Des efforts de recherche industrielle sont faits dans le domaine de la transmutation des éléments afin que la durée de vie des déchets soit ramenée à une valeur plus raisonnable qu’actuellement. L’étude des filières de surgénérateurs est développée, la construction d’EPR en remplacement des anciennes centrales est mise en route sous le strict contrôle de l’État.

 

 

2. Politique industrielle

 

 Les hommes politiques n’ont plus d’emprise sur le monde économique si ce n’est à travers des règlements, des accords ou des normes, toutes choses qui relèvent du collectivisme international et sont détournées par les plus puissants ou les plus habiles. « La concurrence libre et non faussée » est censé remplacer le bon sens et l’honnêteté, le succès est hautement improbable. S’il est envisageable de laisser au secteur privé des secteurs où ils appliqueront ce dogme, il en est tout différemment des secteurs stratégiques qui doivent être sous la responsabilité des citoyens et de leurs représentants par des entreprises publiques.

 2.5 Les industries publiques fonctionnent selon leur logique et leurs modes d’action propres : les salariés sont fonctionnaires, les évaluations sont faites par une direction et vérifiées par des commissions paritaires, les dirigeants sont nommés par l’Etat en les choisissant sur une liste de noms fournis par les Chambres de Commerce et d’Industrie.

 2.6 Les entreprises publiques ne peuvent pas acquérir de sociétés étrangères. Elles peuvent par contre nouer des partenariats au sein desquels le pays tiers détient la majorité absolue des droits de vote.

 2.7 L’ensemble des activités liées à l’énergie solaire est confié au Commissariat à l’Energie Solaire : COMES, déjà créé en 1978 mais détruit en 1982. Il a toutes les missions (Recherche fondamentale/ Recherche appliquée/ Bureaux d’études/ Industrie) que l’on concède à un commissariat comme le CEA dont les grandes lignes d’organisation sont adoptées. 

 2.8 Les inventeurs qui entament un processus de valorisation doivent pouvoir rester dans le secteur public, pour ce faire les activités de tous les acteurs sont consignées et un contrat est signé entre toutes les parties.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3/5   (2 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Julien S 5 décembre 12:14

    Vous oubliez de prévoir l’obligation pour tout gouvernement de continuer comme jusqu’à présent à comporter plus de 90% de littéraires, juristes, historiens, etc. 


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 13:50

      @Julien S
      L’essentiel des décisions relevant de l’écologie sont d’ordres scientifique et technique.Je propose que ce soit ceux-ci qui prennent les décisions. 


    • Arogavox 5 décembre 12:20

      Le hic des programmes électoraux, c’est que structurellement ils rendent impossible l’exploitation de la vertu statistique du scrutin qu’avait mis en évidence de « théorème du jury » de Condorcet !

       Imaginons un ensemble d’options de choix réparties entre :

       une catégorie Ca laissant envisager les choix Ca1, Ca2 et Ca3

       une catégorie Cb laissant envisager les choix Cb1, Cb2 , Cb3 et Cb4

      _ une catégorie Cc laissant envisager les choix Cc1, Cc2 

      Et imaginons qu’un programme soit proposé aux électeurs pour regrouper les réponses :

       Ca2 et Cb4 et Cc1
       

       Même avec un nombre de catégories aussi réduit et simpliste que celui-là, avec 60 programmes possibles (en tenant compte, dans chaque catégorie, le choix de refuser toutes les choix proposés !), 

       qui pourrait avoir la prétention d’estimer qu’il a au minimum une chance sur deux d’opter pour La combinaison de choix la plus pertinente parmi ses 60 ?

       Alors qu’avec un choix « à la carte », les choix de une option parmi 4, puis de 1 parmi 5, et de une parmi 3 sont beaucoup plus aisés et crédibles !

       Sans compter l’autre grave défaut du choix lié dont on peut donner l’intuition en envisageant le cas des gens qui sont « allergiques » à l’un des choix dans une quelconque des catégories. 

       Imaginez que le choix Cb4 représente pour moi un danger mortel : je suis alors bien obligé de refuser tout programme incluant ce choix, même si j’aurais adoré ceux qui l’accompagne dans un des programmes !

       D’où, encore une fois, la piste de remue méninges autour des mots : 

      « doléances Kdo » ...


      • Arogavox 5 décembre 12:26

        bon, mea culpa pour mon absence de relecture , pour ces nombreuses erreurs de frappe, d’inattention ... (un truc sur le feu en ce moment)


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 13:53

        @Arogavox
        Vous avez parfaitement raison, le problème des politiques c’est de faire émerger un choix clair et cohérent parmi une multitude de possibles. Cependant, scientifiquement il est possible de faire émerger une vérité et une seule.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 13:54

        @Arogavox
        Pas de problème ;


      • Arogavox 5 décembre 18:20

        @Jacques-Robert SIMON

         Pour préciser ma remarque, je dois alors souligner que je faisais allusion à cette vertu que pourrait atteindre un scrutin correctement effectué, que l’on peut traduire du « théorème du jury » de Condorcet, à savoir :
         si la probabilité, pour chaque juré, de voter de façon pertinente est supérieure ou égale à 50%,
         alors, statistiquement, plus le nombre de jurés est grand, plus le résultat de leur vote sera probablement pertinent !

         Le point clé de ma remarque précédente portant alors sur cette nécessité d’une probabilité de pertinence individuelle (sous-entendu, ATTENTION !, sans aucune communication entre votants ni stratégie ou spéculation de vote) .. de probabilité supérieure à 50% ...

         J’en conclurai donc que la vertu escomptée du vote risque bien d’être mathématiquement absente lorsqu’un vote porte sur un regroupement de diverses alternatives (avec une probabilité individuelle de pertinence inférieure à 50%)
        alors que cette vertu serait pourtant présente sur chacun des votes qui porteraient séparément sur chacune des alternatives non regroupées.

         Dès lors que chaque votant serait alors instruit du résultat d’un vote nombreux concernant chacune des alternatives, il serait bien plus probable que chacun puisse ensuite mieux choisir un regroupement cohérent des choix sur les différentes alternatives.

        à noter que des expériences concluantes ont été menées pour se rendre compte de la vertu du théorème de Condorcet :
         il a été demandé à quelques dizaines de gens rencontrés séparément dans des lieux publics d’évaluer le nombre de smarties dans un récipient en verre non rempli ;
         la moyenne des réponses se révélait chaque fois plus près de la réalité que la meilleure des réponses individuelles et aussi très proche de la réalité !


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 19:06

        @Arogavox
        Il ne me paraît pas possible que la moyenne des réponses soit meilleure que la meilleure des réponses individuelles si le nombre de participants est suffisant.


      • Arogavox 5 décembre 19:33

        @Jacques-Robert SIMON
        C’est pourtant ce que laisse présager le théorème démontré de Condorcet, et ce qui a été constaté par expérimentations (cela se vérifie d’autant plus que le nombre de votants est grand)


      • Arogavox 6 décembre 00:52

        ... d’ailleurs, ceux qui avaient réalisé l’expérience des smarties avaient aussi remarqué cet intéressant constat : plus l’écart-type des estimations du nombre de smarties était grand, meilleure était le résultat donné par la moyenne !


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 décembre 19:56

        @Arogavox
        Il serait possible avec un papier et un crayon de débrouiller tout ceci assez aisément.


      • troletbuse troletbuse 5 décembre 14:50

        Achetez de l’électrique. On vous plumera aussi.

        https://www.quechoisir.org/dossier-voiture-propre-t597/


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 17:22

          @troletbuse
          Le système bus+supercondensateur+Nucléaire fonctionne.


        • biquet biquet 6 décembre 10:02

           La seule façon de lutter contre le chaos dans un liquide, c’est d’augmenter la viscosité du milieu

          De quel chaos s’agit-il ? Votre propos semble totalement absurde. Dans une conduite forcée, c’est la viscosité de l’eau qui diminue de rendement (rapport entre l’énergie potentielle de départ et l’énergie produite), alors vive le chaos !


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 décembre 19:57

            @biquet
            Si mes propos sont absurdes, il n’y a pas lieu d’en discuter.


          • bernard29 bernard29 6 décembre 10:11

            Bien sûr, tout le monde est pour augmenter les taxes sur le Kérosène . Est-ce possible en France ?. Le problème est de l’augmenter en France seule si les autres pays ne suivent pas. les avions feront le plein dans les pays où il est moins cher, et quid des compagnies nationales ? Au minimum, il faudrait un accord européen pour les états membres. 

            Ce qui est sûr c’est que la situation actuelle de l’activité aéronautique est inadmissible.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 décembre 19:58

              @bernard29
              Non, ce n’est pas possible seulement en France... pourtant il faut le faire.


            • biquet biquet 6 décembre 10:13

               . Kérosène pour avion et fioul pour navire porte-conteneurs : taux proportionnel au nombre de kilomètres parcourus jusqu’à destination

              Proposition absurde pour les porte-conteneurs. Cela voudrait dire que tous les conteneurs devraient être débarquer dans le même port. La taxation devrait être faîte par rapport au poids total de la marchandise débarquée et donc sur la consommation nécessaire de carburant pour transporter cette marchandise. Les porte conteneurs devrait avoir l’obligation d’acheter le carburant dans le port où ils ont débarqué leur marchandise et non sur le marché libre de Rotterdam.


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 décembre 19:59

                @biquet
                même réponse que précédemment.


              • biquet biquet 6 décembre 10:20

                L’étude des filières de surgénérateurs est développée

                670 millions pour le seul dossier de pré-étude d’Astrid ; qui paye ? Tous les français pour un résultat aussi incertain que celui d’Iter.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès