• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Qu’elle est jolie la république bourgeoise !

Qu’elle est jolie la république bourgeoise !

Trafic d'influence, détournements de fonds publics, abus de faiblesse, favoritisme, escroquerie en bande organisée, corruption, enrichissement personnel, emplois fictifs, conflit d'intérêts, népotisme, malversation, fraudes en tout genre, etc. etc. Cette richesse dans le vocabulaire contraste tristement avec la misère morale et politique des dirigeants d'une République bourgeoise qualifiée pourtant « d'irréprochable » par les uns et « d'exemplaire » par les autres.

 

Nicolas Sarkozy, ancien président de la République, vient d'être condamné en première instance pour « corruption et trafic d'influence » à trois ans de prison dont un ferme dans le cadre « des écoutes de Paul Bismuth ».

Mais cette affaire n'est que l'arbre qui cache la forêt. Le nombre d'hommes politiques impliqués, à un degré ou à un autre, dans les affaires est impressionnant. Il est tout simplement impossible d'établir une quelconque liste exhaustive des scandales politico-financiers qui secouent régulièrement tous les échelons de l'Etat. Sans remonter jusqu'aux diamants centrafricains de Giscard, on peut citer à titre d'exemples quelques noms de dirigeants politiques empêtrés, à un titre ou à un autre, dans des affaires : Alain Carignon, Alain Juppé, Jérôme Cahuzac, Bernard Tapie, Patrick Balkany, Claude Guéant, Serge Dassault,Thomas Thévenoud, François de Rugy, Richard Ferrand, Jean-Paul Delevoye, Charles Pasqua, François Léotard, François Fillon, Jacques Chirac etc. etc. Il ne s'agit là que de quelques exemples qui ne doivent pas masquer le caractère récurrent et structurel de la corruption qui règne dans les plus hautes sphères de l’État. Les institutions de cette république bourgeoise non seulement sont complices de ces agissements, mais permettent et favorisent la multiplication des opportunités de corruption et des scandales en tout genre. Car les scandales financiers, corruption, privilèges et autres affaires, sont intimement liés au fonctionnement même du système capitaliste qui les produit et reproduit de manière permanente.

 

Quel contraste entre les valeurs proclamées par cette république bourgeoise et les pratiques réelles de ses dirigeants ! L'ancien président de la république Nicolas Sarkozy concentre à lui seul une demi douzaine d'affaires entre ses mains : l'affaire Tapie, l'affaire Karachi, l'affaire Bettencourt, l'affaire libyenne, l'affaire des sondages et l'affaire des écoutes téléphoniques pour laquelle il vient d'être condamné.

La corruption est au cœur de cette démocratie. Souvenons nous de Jérome Cahuzac lorsqu'il déclarait à l'Assemblée nationale et même « les yeux dans les yeux » devant François Hollande : « Je n'ai pas, et je n'ai jamais eu un compte à l'étranger, ni maintenant, ni avant » avant de reconnaître posséder un compte bancaire en Suisse et frauder le fisc quelques mois plus tard ! Le comble, c'est que Cahuzac était ministre du Budget et se présentait de surcroît comme le grand pourfendeur de l'évasion et de la fraude fiscale !

 

Que peuvent attendre encore les masses populaires de cette République bourgeoise dont les dirigeants possèdent de larges pouvoirs discrétionnaires qui leur procurent des privilèges matériels et symboliques pour leur propre compte ou pour celui de leur organisation politique ? Ces « bénéfices » sont en quelque sorte une récompense octroyée par la bourgeoisie à ses serviteurs zélés et dévoués.

Ce zèle et ce dévouement se traduisent concrètement par des politiques de paupérisation systématique des classes populaires et par l'enrichissement d'une minorité de puissants. Le chômage et la précarité, exacerbés par la pandémie et sa gestion irresponsable par Macron, explosent comme d'ailleurs les inégalités économiques et sociales. La destruction de l'économie de tout un pays se poursuit inlassablement.

 

On peut adopter les lois que l’on veut contre la corruption, les affaires et les privilèges, mener toutes les enquêtes possibles, on peut même diminuer et limiter leur importance, mais on ne peut pas les éliminer. Car leur existence et celle du capitalisme sont tellement imbriquées l’une dans l’autre que l’on ne peut supprimer l’une sans éliminer l’autre. Les lois et les mesures prises pour lutter contre la corruption ne sont que des paravents derrière lesquels la bourgeoisie dissimule ses forfaits. Le problème n’est donc pas l’existence de la corruption, des scandales financiers, des affaires et autres privilèges, mais celle du capitalisme qui les engendre. Il y a eu dans le passé des scandales, il y a aujourd’hui des scandales et il y aura dans l’avenir d’autres scandales tant que ce système existe. Le véritable scandale, c’est le capitalisme lui-même.

 

Mohamed Belaali

Blog de Mohamed Belaali

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.42/5   (19 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    



    • devphil30 devphil30 6 mars 08:40

      @Séraphin Lampion

      La veuve noire ....

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Veuve_noire

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Guillotine

      Choisit ton modèle et on passe au suivant

      A qui le tour ?


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 mars 08:54

      @devphil30

      quand on coupe une tête de l’hydre, il en repousse deux


    • xana 6 mars 11:34

      @Séraphin Lampion

      Possible.
      Mais quand on laisse vivre les corrompus, tous les citoyens se disent « Et pourquoi pas moi ? »


    • Lonzine 6 mars 11:52

      @Séraphin Lampion
      il faut une épée multi-lames


    • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 6 mars 13:23

      @Lonzine

      Hercule frappait les têtes de l’Hydre à coups de massue, mais cela ne servait de rien, car pour une qu’il abattait, il en renaissait deux.

      De plus, un crabe monstrueux prêtait secours à l’Hydre en le mordant au pied.

      Il commença donc par tuer le crabe et appela ensuite à son aide Iolaos, qui ayant mis le feu à une partie de la forêt voisine, brûlait avec des tisons enflammés les têtes à mesure qu’elles repoussaient, et les empêchait de renaître.

      Etant ainsi parvenu à détruire ces têtes renaissantes, il enterra celle qui était immortelle sur le chemin de Lerne à Eléonte, et mit une très grosse pierre dessus.

      Ayant ensuite ouvert son corps, il trempa la pointe de ses flèches dans son fiel.

      Il faut donc tuer le crabe et retrouver Iolaos !



    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 6 mars 10:07

      C’est rigolo ces bolchéviques qui ignorent la nature humaine, et qui inventent un concept totalement fictif qu’il faudrait être bourgeois pour être corrompus.

      Rassurons le gauchiste, il n’y a pas plus corrompu qu’une société socialiste. 

      La France est un pays plus socialiste que la Chine.

      Voici l’indice de corruption par pays.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_perception_de_la_corruption

      Voici l’ordre des pays les plus capitalistes.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Indice_de_libert%C3%A9_%C3%A9conomique

      La comparaison montre que plus le pays est capitaliste, moins le pays est corrompu.

      C’est logique.

      Plus un état dirige la société, plus il dirige le favoritisme. Il en résulte une inflation de demandes de corruption pour avoir une faveur.

      Dans une économie de marché, plus le service ou le produit est mieux, plus vous avez des faveurs. Il y a moins de corruption.


      • foufouille foufouille 6 mars 10:25

        @Spartacus Lequidam
        S c’est capitaliste et plus c’est corrompu mais sans condamnation. 

        EN Chine c’est 18 ans de prison ferme et même la peine de mort pour les gens comme toi. 


      • xana 6 mars 11:44

        @Spartacus Lequidam

        C’est l’argent le moteur de la corruption.
        Toute société basée sur l’argent est forcément corrompue.

        Le capitalisme est la pire de toutes, puisqu’elle place l’enrichissement comme le but suprême à la société.

        Il n’existe qu’une solution efficace : La peine de mort pour tous ceux qui sont soupçonnés de corruption. La déclaration des biens, avec peine de mort en cas de dissimulation. La peine de mort pour les plus riches. Et une éducation à la Chinoise.
        La peine de mort pour ceux qui continuent comme toi à faire l’éloge du capitalisme.

        Et même ainsi on aura encore quelques dizaines d’années avant d’avoir enfin éradiqué ce fléau.


      • Aristide Aristide 6 mars 13:27

        @xana

        Mao sort de corps !


      • tashrin 8 mars 16:33

        @xana
        sans parler de peine de mort, qui a un ptit coté extreme, quand meme, je suis globalement d’accord avec vous sur un point : la nature humaine etant ce qu’elle est, il y aura toujours quelqu’un pour tenter de profiter d’autrui ou de sa position pour obtenir un avantage au détriment de la collectivité
        C’est pour ca que les regles existent, et qu’elles sont assorties de sanctions
        Et même si ca parait difficile à croire, nos textes de loi sont très bien pourvus en la matière, tout a déjà été pensé, mis en place...
        Le probleme vient du fait qu’on ne les applique pas... ou de manière tellement marginale que ca revient au même. Et ca pour le coup c’est très français... Comme si la tradition voulait que le ptit peuple trouve normaux ces dérapages... Le quart de ce qui est considéré comme normal en France donnerait lieu à de la prison ferme

        La solution est simple à mon sens : Sarko nous a expliqué le principe des peines plancher pour les délinquants voleurs de mobylette ou vendeurs de shit.
        Ok, dont acte. On met la même chose en place pour la delinquance en col blanc, avec une peine de prison ferme non aménageable pour tout contrevenant pris les mains dans le pot de confiotte... M’est avis qu’il va y avoir du changement


      • Aristide Aristide 6 mars 10:14

        La corruption est au cœur de cette démocratie.

        Quel contraste entre les valeurs proclamées par cette république bourgeoise et les pratiques réelles de ses dirigeants !

        Que peuvent attendre encore les masses populaires de cette République bourgeoise ...

        Les institutions de cette république bourgeoise non seulement sont complices de ces agissements, mais permettent et favorisent la multiplication des opportunités de corruption et des scandales en tout genre. 


        Effectivement notre démocratie est bien imparfaite et les hommes étant ce qu’ils sont, il existe de nombreuses formes de corruption, oui mais voilà serait-ce donc que les démocratie qui ne serait pas bourgeoise comme la notre soient à l’abri de ces dérives ?


        • xana 6 mars 11:46

          @Aristide

          De toutes manières cette société n’est pas une démocratie, mais une ploutocratie déguisée.
          La corruption n’a rien à voir avec la démocratie, mais tout a voir avec la ploutocratie.


        • Aristide Aristide 6 mars 13:25

          @xana

          Je ne suis pas sûr que la fortune ait quelque chose à voir là-dedans, mais bon c’est tellement dans l’air du temps de poser des positions sans nuances !

          Mais, bon, c’est tellement ... simple : les fortunés sont des salauds et les prolos des saints !


        • tashrin 8 mars 16:35

          @Aristide
          La fortune n’a rien à voir là dedans effectivement. Il ya aucune difference entre le ptit plombier qui fait son black et l’élu qui prend sa com, c’est le même raisonnement


        • karim 6 mars 14:23

          Quand les citoyens se complaisent dans leurs situation et tout un chacun ne cherchant que ses intérêts et ceux sa petite famille, alors le capitalisme et tous les affairistes auront toujours de beaux jours devant eux, puisque le terreau est favorable. Et même plus, si des citoyens se soulèvent contre le pouvoir en place, ils ne trouveront aucun soutien.


          • gnozd gnozd 6 mars 17:05

            Blabla blablabla bla blablablabla blabla blablablablabla blabla blabla.

            Blablabla ?

            Blablabla bla blablabla !!!


            • EL Yagoubi 7 mars 01:18

              Il n’y a aucun doute que le phénomène de la corruption a atteint des niveaux et des dimensions les plus dangereux. Je parle ici de la corruption intellectuelle et dans le milieu scientifique ou de recherche. L’histoire fabuleuse du covid-19 est une mine d’or qu’il faut étudier en boucles pour comprendre comment cette maladie politique et sociale, la corruption, génère des absurdités dans toutes les sphères de réflexion et de décision. La maladie politique dont la corruption n’est qu’un symptôme est une réalité profonde et complexe qui a infecté l’ensemble du système. 


              • fcpgismo fcpgismo 8 mars 15:56

                Le capitalisme n’a rien à faire dans cette histoire, dans les pays où le capital est public il existe les mêmes phénomènes de corruption, c’est le cerveau humain qui ne connaît pas les limites, dans un groupe social aux comportements primitifs, barbares, monstrueux.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Mohamed Belaali


Voir ses articles



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité