• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand « Carrefour » se promène sans chemise mais en dentelles (...)

Quand « Carrefour » se promène sans chemise mais en dentelles ...

De grandes entreprises ont vu depuis longtemps le parti qu’elles pouvaient tirer d’une image philanthropique ou « citoyenne ». Il ne s’agit ni plus ni moins que de faire croire que leur but premier n’est pas le profit mais la bienfaisance. Quelle est celle qui n’a pas son « ouvroir », comme en avaient les dames patronnesses au 19ème siècle ? Ce sont pour les une des partenariats avec une ONG humanitaire, pour les autres une fondation : elles font savoir ainsi à son de trompe qu’elles luttent contre la pauvreté ou en faveur de la recherche médicale, qu’elles viennent en aide à des populations défavorisées ou aux victimes d’une catastrophe naturelle.

Elles cherchent ainsi à inculquer une image altruiste d’elles-mêmes qui mette en confiance le client et anesthésie ses défenses : peut-on se défier de qui donne des preuves aussi manifestes de sa bienfaisance ? « Le Téléthon » du début décembre est devenu, par exemple, un rendez-vous annuel obligé auquel nombre d’entre elles participent en le faisant savoir, fût-ce en sollicitant l’argent de leurs clients, comme Carrefour.

Carrefour, une autorité morale ?

Cette entreprise de distribution ne s’est d’ailleurs pas limitée aux opérations humanitaires. Elle est allée plus loin. Elle s’est fait une spécialité d’enseigner à ses clients une morale commune. On connaît son vieux slogan ressassé « Avec Carrefour, je positive ». Sans qu’il y paraisse, ce slogan résume une politique visant à discréditer en douceur toute velléité de revendication puisqu’il invite à minimiser l’insatisfaction qui la justifierait momentanément en la confrontant aux raisons de satisfaction qui l’entourent : on ne peut pas tout avoir, il faut se contenter de ce qu’on a. Plutôt que de maugréer et revendiquer, « positiver » consiste à toujours voir sinon le bon côté des choses, du moins le moins mauvais.

Ce leurre est celui de la vaccine, décrit par R. Barthes dans « Mythologies ». Il consiste à concéder un peu de mal pour faire admettre un grand bien. C’est vrai qu’il existe des motifs d’insatisfaction. Mais on ne peut pas tout avoir : qu’on regarde donc d’abord ce qu’on a, et on verra que ce n’est déjà pas si mal. En tout cas, ça pourrait être pis !

Un autre slogan accompagne cette règle morale, depuis que les enseignes de distribution ont découvert l’écologie et le développement durable et en donne des leçons quotidiennes à leurs clients : « La Nature vous remercie, » trouve-t-on écrit par exemple sur les sacs de plastique d’une autre grande surface, désormais vendus en remplacement des anciens sacs gratuits. L’enseigne de magasin est ventriloque et sait faire parler "la Nature" à sa place.

Carrefour
en a tiré une règle de morale plus générale : au moment de faire le plein d’essence pour promouvoir les bio-carburants, elle met sous le nez de ses clients cet autre aphorisme : « J’agis responsable avec Carrefour ».
Ainsi l’enseigne s’érige-t-elle en autorité morale auprès de ses clients en les incitant à la responsabilité et à se satisfaire de ce qu’ils ont : il leur suffit de suivre ses préceptes et son exemple.

Carrefour, un prévenu irresponsable ?

Justement, quel est donc cet exemple ? Car pour prétendre exercer un magistère moral, encore faut-il être soi-même au-dessus de tout soupçon. Des manifestations d’agriculteurs ont parfois contesté cette qualité à cette autorité morale autoproclamée, en dénonçant le grand écart observé entre le prix d’achat au producteur et le prix de vente au consommateur. Or, voici que c’est la justice qui, le 24 octobre 2008, en a rajouté. Le tribunal de police de Lyon a condamné Carrefour à 1.200.000 euros d’amendes, soit 3.000 euros par salarié, pour avoir payé des salaires horaires inférieurs au Smic dans deux magasins de la région de Lyon, à Écully et à Givors, selon LIbéLyon du 28 octobre dernier.

Sans doute l’enseigne a-t-elle fait appel. Il reste que la femme de César ne doit pas même être soupçonnée, quand on s’avise de donner des leçons de morale. Dans le cas d’espèce, l’astuce avait consisté à inclure dans le salaire le « forfait pause » correspondant à 5 % du Smic, alors que ce forfait obligatoire aurait dû être payé en plus du minimum horaire. En outre, ce calcul n’était pas mentionné sur les bulletins de salaire comme il aurait dû l’être. Cette faute a fait l’objet d’une autre verbalisation de la part de l’inspection du travail du Rhône et devrait être bientôt examinée par le tribunal.


Une telle contradiction entre les paroles et les actes, c’est vrai, est monnaie courante. On ne loue jamais tant la charité que quand la justice est méprisée. Les opérations humanitaires sont toutefois dangereuses : elles exposent les entreprises qui s’en vantent, à un discrédit égal au crédit escompté quand leur seul moteur qu’est le profit, entre en conflit avec l’image de bienfaitrice qu’elles veulent donner d’elles-mêmes. On reprochait dans un récent article la même inconséquence aux professeurs du collège Dolto de Paris, plus sensibles aux malheurs d’un père d’élève menacé d’expulsion qu’à ceux de l’École qui a laissé s’installer le désordre « entre ses murs » (1). On propose donc à Carrefour de prendre pour prochain slogan l’aphorisme de Chamfort : « Il faut être juste avant d’être généreux, comme on a des chemises avant d’avoir des dentelles ». Paul Villach

(1) Paul Villach, "La grève des enseignants du collège Dolto à Paris, où l’art de porter des dentelles avant une chemise", AGORAVOX, 17 novembre 2008.




 

Documents joints à cet article

Quand « Carrefour » se promène sans chemise mais en dentelles ...

Moyenne des avis sur cet article :  4.84/5   (25 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • La Taverne des Poètes 21 novembre 2008 16:12

    Remontons-lui les bretelles !

    "Avec un bulletin de sale air, t’es moins payé" (dicton de taverne)


  • HELIOS HELIOS 21 novembre 2008 19:02

    Boycott, c’est la seule arme que nous, consommateurs et citoyens nous avons.

    Je l’ai deja exprimé dans l’article sur Christian Clavier. Ce mec, même s’il a raison juridiquement, s’assoit sur toute morale et bienseance... grace a son copain. Et le pire c’est que le copain a rien a imposer parceque toute la "hierarchie " est aux bottes... une sorte d’auto censure,...

    Mais bien au dela de cela, je renie le droit a tous ceux d’Agoravox qui se plaigent des conditions actuelles et qui ont voté pour Sarkozy. Je renie egalement ce même droit a tous ceux qui se plaignent egalement et qui on reconduit dans son fauteuil de député, un RPR ou UDF (UMP ou Nouveau Centre, y’a que le titre qui change).

    Dans ma ville, le mec est même passé directement au premier tour !! alors, c’est dire....


  • foufouille foufouille 21 novembre 2008 19:58

    chez moi aussi, certains passe aux premier tour
    le probleme est que le type en face a 8 boulot. 2 a temps plein, 2 a mi temps.........
    alors gôche ou drôite, du pareil au meme


  • Peu d’intérêt des lecteurs pour les comportements de CARROUF ! Curieux


    • K K 22 novembre 2008 12:50

      C’est que cette enseigne est loin d’etre la seule dans son cas. Ce type de comportement est tres generalise dans la grande distribution. Et je ne parle pas des pressions sur les fournisseurs, qui de ce fait se voient aussi obliges de faire pression sur leurs salaries pour ne pas vendre a perte.


    • Bobby Bobby 21 novembre 2008 19:39

      Bonsoir,

      Il faudra bien un jour que monsieur tout-le-monde se rende compte qu’il n’y a pas de petits profits... que les grandes surfaces font bien du tord aux petits commerces... comme aux consommateurs et que la qualité de notre consommation s’est nettement étiolée au fil des années.

      Gageons qu’une erre nouvelle se garde des "big is beautifull" et autres fadaises qui ont tant tendance à faire prendre des vessies pour des lanternes. Une nouvelle erre se fait jour, puissions nous faire qu’elle ne ressemble pas trop à celle de la PNAC (Project for a New American Century) !

      Bien cordialement


      • docdory docdory 21 novembre 2008 22:06

         Cher Paul Villach

         

        Cette publicité est odieusement et doublement mensongère d’un point de vue scientifique et écologique .

         

        1°) D’un point de vie scientifique , on peut se demander ce qu’est un " superéthanol " .
        En effet , la chimie nous enseigne qu’il n’y a qu’un seul éthanol de formule C2H5OH , qui est chimiquement ( si mes souvenirs de chimie de lycée sont encore valables ) la substitution , sur la molécule d’éthane C2H6 , d’un atome d’hydrogène H par un groupement hydroxyle OH . L’éthane est quant à lui un hydrocarbure saturé de la série des alcanes ( le premier dans la série étant le méthane CH4, qui donne l’alcool à brûler , ou méthanol , lorsqu’on opère la même substitution d’un groupement OH à un atome d’hydrogène ) . Donc dans la série des alcools tirés des alcanes , nous aurons outre le méthanol et l’éthanol ( qui est l’alcool que l’on boit en buvant du vin , par exemple ) le propranol à 3 atomes de carbone , le butanol à 4 atomes de carbone etc ... Donc , le " super éthanol " , connait pas ! S’agit il d’un mélange d’éthanol et de super carburant , auquel cas il serait moins " vert " que ce que Carrefour voudrait faire croire ? s’agit il de propanol de butanol , ou d’un autre alcool de la série rebaptisé inexactement super éthanol ? Nul ne le saura .

         

        2°) D’un point de vue écologique la réaction d’un hydrocarbure tel l’éthane , ou bien un mélange d’hydrocarbures variés tel qu’est l’essence , avec pour comburant le dioxygène O2 contenu dans l’air, donnera dans tous les cas de figure du gaz carbonique CO2 et de l’eau H2O , et éventuellement , dans le cas de l’essence , des impuretés diverse . L’éthanol donnera la même chose , avec en plus un atome d’oxygène libre qui se combinera avec ce qui se trouvera là au moment ou il est libéré . De toutes façons , en ce qui concerne le gaz CO2 dit " à effet de serre " , le résultat est plus ou moins le même à peu de choses près !

        Par contre , les dirigeants de la société Carrefour ne peuvent pas prétendre ignorer que d’immenses surfaces de terre cultivables sont , chaque année , détournés de la production alimentaire pour faire à la place des biocarburants , ce qui aggrave la malnutrition mondiale , et commence à provoquer une grave hausse des denrées alimentaires dans des pays semi-dévoloppés comme le Mexique . Manger ou conduire , Carrefour a choisi ! 

        De surcroît, des pans entiers de forêts d’Amazonie sont arrachés chaque année pour les remplacer par des champs de plantes à bio carburants !

         

        Le slogan " j’agis responsable avec Carrefour " dépasse donc les bornes de l’ignominie , à tous les points de vue . Nous sommes là en plein dans la quintessence de la falsification et de l’escroquerie intellectuelle .

         


        • Paul Villach Paul Villach 22 novembre 2008 10:09

          @ Docdory
          Votre démonstration, cher Docdory, est on ne peut plus claire. Paul Villach


        • fhefhe fhefhe 22 novembre 2008 10:33

          Les Grandes Surfaces sont des Grandes Sur-Place pour 95% de leur salariés
          Vive le commerce de Proximité
          Vive les Marchés de Village
          Vive Mon boulanger , Mon Boucher , Mon Cordonnier ....
          Et " Délocalisons" les Grandes Surfaces sur Mars...


          • envert94 envert94 22 novembre 2008 11:34

            Comment la grande distribution à pu faire croire pendant des années qu’ils étaient civique, eco citoyen, écolo, comerce équitable, et que le personnel est heureux et épanouis de travailler chez eux etc...
            Simplement parcequ’ils ont tué la concurence et ils se partagent le gateau...surtout sans baisser les prix...bien au contraire. 

            5 enseignes = 87% du commerce en France... et 7 entreprises multinationales (type Neslé) = 50% des produits vendu en France...

            Alors pourquoi baisser les tarifs ?
            Pourquoi retirer les marges arrières alors qu’elles sont le jackpot pour les enseignes et l’Etat (il touche la TVA ?)

            Comment Carrefour est devenu le N°2 mondial de la distribution ?
            Comment la fammille Muillez est devenue 1ere fortune de France ?

            En défendant le consomateur...si si...

            http://anti.grande.surfaces.over-blog.com/



            • Sav 25 novembre 2008 21:29

              Carrefour, des innovateurs "sociaux" (sic) hors-pairs :

              1) avec l’investissement dans Carrefour (avec une sérieuse perte) de grandes fortunes comme Arnault de LVMH à titre humanitaire bien-sûr...
              2) la distribution de bonus extravagants à certains comme leur ancien PDG, un dénommé Bernard, à qui avait été attribué par ces "grands innovateurs" une rente à vie (et chaque année) absolument scandaleuse (qui a d’ailleurs été récemment annulée par les tribunaux)...
              3) des salaires misérables pour le personnel...
              4) des prix les plus élevés du marché... pour les produits vendus à ces ... de clients etc


              Bref de l’innovation....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès