• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand l’entourage de la Cour de justice de l’Union européenne (...)

Quand l’entourage de la Cour de justice de l’Union européenne pêche en eaux troubles

L’huile d’olive de Kabylie qui s’exporte bien en Europe pourrait elle aussi être considérée comme un commerce illégal par Wathelet & Co sur chuchotement du nouveau gouvernement provisoire kabyle qui revendique l’indépendance de la Kabylie…

Fragment de mosaïque polychrome d’époque romaine à thème marin- IIe-IIe siècle après J.-C. Volubilis-Maroc.

                                      

Quand le Maroc était sous domination de Rome, les navires de pêche romains opéraient dans ses eaux sans aucun problème, comme le montrent de très belles mosaïques polychromes (période de domination romaine en Afrique de 146 av. J.- C. à 533 apr. J.-C.) conservées au Maroc et en Europe mais surtout au musée du Bardo à Tunis. Une grande partie des poissons pêchés dont le poulpe et autres crustacés est acheminée vers le port d’Ostie d’où la cargaison pendra le chemin de la capitale de l’empire et des autres provinces romaines du continent et du pourtour méditerranéen. Les Romains aimaient le poisson qu’ils consommaient sans modération, notamment lors des traditionnels banquets. Leurs descendants d’aujourd’hui ne dérogent pas à la règle. Surtout les Ibériques. Considérant les eaux maritimes marocaines comme le prolongement naturel et logique de leurs eaux, les pêcheurs européens opèrent dans les pêcheries du Maroc sans complexe ni gêne. Certes, modernité oblige, la flotte piscicole européenne évolue de nos jours dans un cadre juridique bien ficelé qui garantit et définit à chacune des deux parties ses droits et devoirs. La durée de chaque accord est limitée dans le temps à quatre ans mais reconductible, le volume des prises quantifié, une compensation financière d’une trentaine de million d’euros par an versée à Rabat et les périodes du repos biologique bien définies … Ainsi le premier accord de pêche quadriennal digne de ce nom a été signé entre l’Union européenne et le Maroc en 2006, renouvelé en 2010 et 2014. Arrivant à échéance le 14 juillet prochain, il devra normalement être renégocié et renouvelé. Mais il y a un hic cette fois. Un très sérieux écueil. « Charybde et Scylla » des temps modernes se nomme Melchior Wathelet. Il officie en tant que premier avocat général de l’Union européenne à la Cour de justice de l’UE (CJUE). Il recommande à cette instance judicaire tout simplement d’invalider le protocole de pêche maroco-européen ! Pour ce Belge, l’accord devrait être rompu car il s’applique aux rives du « Sahara occidental », une zone « occupée illégalement ». Ah ! bon. Ce grand humaniste qui semble avoir la frite risque d’en avoir gros sur la patate. Car si rupture du protocole il y a, ce seront les Européens qui perdront dans l’affaire, pas le Maroc. Le royaume est dans ses terres comme dans ses eaux. Il trouvera bien une alternative qui compensera une éventuelle défaillance de Bruxelles. Peut-être même avec des conditions financières, techniques et politiques meilleures. Qui sait ? Et puis ce sursaut anti-marocain de l’avocat du business pèche par deux incohérences et non des moindres. Primo : l’avis en 2002 d’un conseiller juridique de l’ONU qui ne considère pas contraire au droit international l’exploitation par le Maroc des ressources de son Sahara. Dans une lettre adressée au Conseil de sécurité, Hans Corell affirme que « certains contrats commerciaux passés par les autorités marocaines avec des sociétés étrangères concernant l'exploration des ressources minières du Sahara occidental n'étaient pas illégaux en soi sur le plan juridique, dans la mesure où ils ne prévoient pas l'exploitation ou le déplacement physique des ressources minérales et qu'aucun gain financier n'a résulté des suites de ces opérations. »

KABYLIE

Or non seulement l’Etat marocain ne réalise aucun bénéfice financier au Sahara mais pique dans la tirelire commune pour mettre plus d’argent dans ses provinces du Sud. Parole de la plus haute autorité du royaume. « Depuis la récupération de notre Sahara, pour chaque dirham des recettes de la région, le Maroc investit 7 dirhams dans son Sahara, dans le cadre de la solidarité entre ses régions et entre les enfants de la Patrie unie. ». Extrait du Discours royal de la Marche verte du 6 novembre 2014. Certes M. Corell parlait de la ressource minière et non halieutique. Mais par simple homothétie toute ambiguïté est levée. Deuxio : l’avis du récif Melchior Wathelet pèche également par son caractère autodestructeur ; dans ce sens qu’un conseiller juridique veille aux intérêts de son client et non pas à sa perte. En effet de l’avis des experts et observateurs si la Cour de justice, qui se prononce aujourd’hui, suit l’avis de son avocat cela risque de remettre en cause tout l’édifice relationnel que Bruxelles a construit ces deux dernières décennies avec plusieurs partenaires stratégiques hors l’Union européenne. Exemple la Turquie et l’Arménie où une relecture de la situation des droits de l’Homme à la lumière du lampiste Melchior Wathelet pourrait remettre en cause tous les progrès réalisés jusqu’à présent dans le processus de négociation entre l’UE et ces deux pays. Autre exemple : l’huile d’olive de Kabylie qui s’exporte bien en Europe pourrait elle aussi être considérée comme un commerce illégal par Wathelet & Co sur chuchotement du nouveau gouvernement provisoire kabyle qui revendique l’indépendance de la Kabylie… Bref toute atteinte à l’accord de pêche Maroc-UE pénaliserait d’abord les populations du Sahara marocain relève le chef de la communauté juive du Maroc dans une interview au site European Jewish Press. « Porter atteinte à l’important accord de pêche entre l’Union européenne et le Maroc – qui doit être renouvelé en juillet prochain – équivaudrait à pénaliser les populations sahraouies concernées. » a notamment déclaré Serge Berdugo.

http://chankou.over-blog.com/2018/02/quand-l-entourage-de-la-cour-de-justice-de-l-union-europeenne-peche-en-eaux-troubles.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (3 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    



    • baldis30 27 février 2018 18:09

      @Abdelkarim Chankou
      bonsoir,

      s’il n’y avait que là qu’elle a perdu les pédales, ... mais aussi les roues et le guidon !


    • Alren Alren 27 février 2018 13:13

      On pourrait comprendre que l’UE interdise à ses ressortissants de pêcher au large du Sahara occidental, si cette activité lésait les populations locales ne disposant que de pirogues pour survivre chichement comme cela se passe plus au sud de l’Afrique.

      Mais il semble que cela n’est pas le cas.
      Si les Européens s’abstiennent de signer des accords de pêche avec Rabat dans cette région, nul doute que les Asiatiques prendront leur place avec empressement, dissimulant qu’ils ne respectent pas les quotas car indifférents à l’épuisement du site : ils iront ailleurs. Venant de si loin ce ne sera pas un problème pour eux.


      • baldis30 27 février 2018 18:10

        @Alren
        bonsoir,

        évident ... mais croiriez-vous que ce le fût pour nos zélés zélites zeuropéennes ?


      • Areole 27 février 2018 13:29
        Très bonne nouvelle ! L’EU ne devrait en rien commercer avec le Maroc.
        La « coopération économique » entre l’EU et le Maroc est considérée par les berbères soit comme un paternalisme néocolonial qui nourrit leur haine victimaire, soit comme une prise de position arbitraire entre la guerre tribale qui oppose berbères marocains et berbères algériens où elle a tout à perdre.
        Le commerce dans ces conditions est un bâton merdeux dont il faut urgemment vous laisser l’usage. 
        Dans votre article, vous supposez, Monsieur Chankou, que d’autres partenaires seraient plus fiables que l’EU. Surtout ne vous gênez pas. De grands investisseurs humanistes chinois ou arabo-saoudiens devraient tout à fait vous convenir. Bonne chance et bon voyage.

        • Doume65 27 février 2018 21:52

          « En effet de l’avis des experts et observateurs si la Cour de justice, qui se prononce aujourd’hui, suit l’avis de son avocat... »
          Cet article est sorti un jour trop tôt. Car si cette cour ne suit pas cet avocat, cela restera un non événement. L’auteur prend ainsi le risque d’avoir rédigé un article pour rien.


          • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 28 février 2018 00:39

            @Doume65

            La cour est tellement impartiale et juste que l’on devine facilement son avis

          • Doume65 1er mars 2018 14:14

            @Abdelkarim Chankou
            Finalement, la cour interdit la pêche européenne dans les eaux du Sahara-Occidental.


          • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 1er mars 2018 15:39

            @Doume65
            La cour est partiale est sa décision est politique : 27-02-1976 : Proclamation de la « RASD » 
            27-02-2018 : la CJUE dit que le « Sahara occidental » n’est pas marocain !! 


          • zygzornifle zygzornifle 28 février 2018 09:15

            il y a des lingots c’est pour cela qu’ils pèchent .....


            • Abdelkarim Chankou Abdelkarim Chankou 28 février 2018 13:14

              Excuse pour une petite erreur sur a date de la mosaïque d’illustration : elle date du IIe-IIIe siècle après J.-C.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès