• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand la Banque de France tente de se justifier !

Quand la Banque de France tente de se justifier !

Les Gilets jaunes, qui dans les médias suggèrent un retour à une Banque Nationale, obligent les Loups de Wall Street et de la City à sortir du bois notamment par la voix du communiqué de la Banque de France (BdF) du 23 janvier 2019.

La BdF y indique, avec raison, que ce n’est pas la loi de 1973 mais celle de 1993 qui interdit l’Etat (via les « avances au Trésor ») de lui emprunter à faible coût sans s’endetter auprès des banques privées, grâce à « la planche à billets ». Mais elle omet de préciser, comme évoqué dans la pétition, que c’est par choix idéologique que les politiques dans les années 80 abandonnent les « avances au Trésor » pour emprunter sur les marchés financiers.

Par contre, la BdF se moque de nous quant au rôle inflationniste qu’aurait « la planche à billets » entre les mains d’une vraie Banque Nationale. N’existe-t-il pas d’inflation aujourd’hui, ayant poussé des centaines de milliers de personnes dans la rue, alors même que la dite planche est aux mains des banques privées qui l’utilisent pour se shooter aux profits de court terme sur les marchés financiers ?

La BdF, qui est membre de l’Eurosystème sous l’égide de la BCE, se moque d’autant plus de nous au vu de son statut pour le moins surprenant ! Selon la Cour des comptes, il s’agit d’ « une institution sui generis au capital détenu par l’État ». Autrement dit la BdF est une banque centrale indépendante et une personne morale publique indépendante ou encore une entreprise publique indépendante qui n’a aucun compte à rendre à son actionnaire unique, l'État, tout en assurant des missions publiques !

Et avec çà, une vraie Banque Nationale aux mains du Peuple créerait plus d’inflation ? Même les juristes en perdent leur bagou !

La BdF se moque encore plus de nous par rapport à ce qu’elle ne dit pas. Une bonne politique de crédit public (« la planche à billets ») peut ne pas être inflationniste. Pour cela, elle doit être dirigée vers des investissements productifs dans des secteurs d’activités améliorant notre qualité de vie et celle des générations à naître. Les emplois seront des emplois qualifiés bien rémunérés capables d’absorber les éventuels effets inflationnistes.

V’là une bonne dette !

Source : pétition de Julie Péréa "Un RIC pour une Banque de France et se libérer de la dette" sur Change.org

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • oncle archibald 6 février 11:59

    L’objectif de Georges Pompidou par le biais de la loi de 1973 etait de mettre fin à une pratique largement répandue qui consistait pour l’état et les collectivités locales d’emprunter des sommes qui n’étaient jamais remboursées en totalité, pratique génératrice d’une inflation par création de monnaie via la célèbre « planche à billets » pour « remplacer » les sommes non remboursées.

    Avoir le comportement irresponsable de l’état et des collectivités locales depuis une bonne trentaine d’années, qui ont gardé avec les banques privées les habitudes détestables prises avec la banque de France, consistant à emprunter au delà de leurs capacités de remboursement, on imagine ce qu’il en serait si on sortait de l’Euro pour revenir à une monnaie nationale.

    Les « missions de service public » de la banque de France "ont pour objet la mise en œuvre de la politique monétaire, le bon fonctionnement des systèmes de compensation et de paiement et la stabilité du système bancaire". Il n’est jamais dit que cette mission pourrait être d’imprimer des billets de Monopoly, au contraire !


    • Philou017 Philou017 6 février 15:59

      Une inflation modérée n’est pas gênante. Elle favorise la consommation et les investissement réels, au dépens de l’épargne et des placements financiers. Ca me va très bien.
      Quand aux collectivités qui ne remboursent pas totalement, on peut les pénaliser par des règles ad hoc au niveau de l’état. En réalité, la gestion de la création monétaire ne pose aucun problème particulier, que des avantages, à condition que des règles soient établies et respectées. Si le monde politique est défaillant, alors les problèmes s’accumuleront, création par l’etat ou non. Et c’est poire quand on laisse cette création au privé, voire notre endettement monstre.


    • Julyo Julyo 6 février 18:11

      @Philou017
      Voir mon post plus bas à 18h07


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 février 02:01

      @oncle archibald

      Les contraintes posées au rôle de la Banque de soutenir la politique de État ont été la source de la crise que vit la France depuis Pompidou. Evidement, c’est un choix politique au profit des nantis et au détriment des autres. Ca ne se discule même pas.

      Faire le choix inverse est une autre façon de faire la revolution. Ce serait la plus radicale... et donc c’est la plus improbable. Un bon compromis serait de rembourser la dette publique en l’imputant à tous au prorata de leurs avoirs..... Mais ne rêvons pas..... Du moins pas encore.

      PJCA


    • Axelle Hamilton 7 février 10:58

      @oncle archibald
      Je suis d’accord, la loi de 1973 mettait des garde-fous. Cependant le montant de la dette avant 1980 était largement inférieur à 100 milliards et le cumul des intérêts de la dette encore plus faible. Par contre dès lors que les élus ont fait le choix idéologique de ne plus se servir des avances au Trésor, la dette et le cumul des intérêts ont explosé. Ensuite pour ne pas imprimer des billets de Monopoly, il eût fallu que les élus fassent de bons choix d’investissements. Ils ont désindustrialisé et mis l’accent sur une société de service ce qui a contribué à une baisse de la production industrielle qui est la clé de voute d’une économie. Elle donne la capacité de rembourser une dette. Ce qui compte c’est à quoi sert l’argent.


    • Axelle Hamilton 7 février 11:04

      @Pierre JC Allard
      La dette est irremboursable dans le système qui l’a lui même créée.
      Heureusement que les membres du Conseil National de la Résistance ont fait le choix courageux et salutaire de s’attaquer aux causes des problèmes en muselant les « féodalités financières » !
      Et il semble que les Gilets jaunes pensent à faire de même. Pourvu qu’ils remontent eux aussi aux causes et appliquent le programme du CNR : assainissement du secteur bancaire pour remettre l’argent au service du développement économique et humain, banque nationale et crédit public pour investir dans les secteurs d’avenir capables d’assurer une qualité de vie meilleure, moratoire voire annulation d’une partie de la dette etc...
      Mais si vous préférez payer et faire payer vos petits-enfants toute leur vie ...


    • Julien S 6 février 12:11

      Eh bien, allez donc expliquer à tous les GJ qui réclament des sous, que la banque nationale pour ne pas verser dans l’inflation réservera sa création monétaire aux seuls investissements productifs ! Et surtout pas à la consommation qui aspire les fabrications chinoises ! 

      .

      Pour ce qui est des « secteurs d’activité améliorant notre qualité de vie et celle des générations à naître », c’est-à-dire la progression massive des emplois de services à la personne, c’est un choix de société qu’on peut défendre, à condition de comprendre qu’il ne dégage aucune richesse en soi, mais coûte, et donc implique au contraire un moindre revenu disponible. De même pour les emplois environnementaux lorsqu’ils coûtent plus qu’ils n’améliorent la productivité globale de la société en réduisant les nuisances.

      .

      Bref on en peut vouloir une chose et son contraire. 

      .

      Dès que j’aperçois un GJ de plus je vide un peu plus ma tirelire (par l’acquisition de biens tangibles) avant que son contenu ne vaille plus rien ! 


      • oncle archibald 6 février 12:30

        @Julien S : les GJ n’ont pas encore compris que pour qu’une entreprise perdure il faut un équilibre entre les « productifs » et les « administratifs ».

        Ceux qui dans un atelier ou sur les chantiers créent le produit qui va être vendu ont besoin de ceux qui dans les bureaux établissent les devis, rédigent les marchés, éditent les factures et tiennent les comptes, on comprend bien qu’un équilibre est nécessaire pour que ça fonctionne. Pour l’image une entreprise de peinture avec cinq peintres sur les chantiers et quinze secrétaires et métreurs dans les bureaux ne survivra pas.

        Idem à l’échelle des services qui comme vous le faites très justement observer à propos des « secteurs d’activité améliorant notre qualité de vie et celle des générations à naître ». Il faut beaucoup d’argent pour les faire fonctionner et cet argent il faut bien le prendre soit directement dans nos poches si on en a les moyens, soit indirectement dans nos poches par le biais de l’impôt et des cotisations sociales s’il s’agit d’un service public ou subventionné.


      • Philou017 Philou017 6 février 16:04

        Utiliser la dépense publique pour régler les problèmes du chômage est excellent à condition de la récupérer sous forme de taxes et d’impôt. Mais si les gens travaillent, ils peuvent payer. En plus cela boosterait de façon importante l’économie. Les résultats obtenus dans les collectivités locales qui utilisent une monnaie locale le confirment.
        https://www.youtube.com/watch?v=ckIGqArQI2E&t=338s


      • oncle archibald 6 février 17:40

        @Philou017 a dit : "Utiliser la dépense publique pour régler les problèmes du chômage est excellent à condition de la récupérer sous forme de taxes et d’impôt."

        C’est trop drôle ! Tu files 100 balles à un mec et tu le taxes de 100 balles d’impôts ! Du coup il n’y a plus de chômage et ça ne t’a pas coûté un rond ! Fallait y penser ! Excellente solution en effet !


      • Julyo Julyo 6 février 18:22

        @oncle archibald
        Vous êtes de mauvaise foi ; Ce n’est pas comme ça que Philou a voulu le dire.
        Ceci dit, investir utilement pour qu’il y ait moins de chômage ne peut qu’être salutaire.
        Comment voulez-vous que l’économie d’un pays tourne avec un tel taux de chomage ?
        Les gilets jaunes devront impérativement s"atteler à résoudre ce problème pour redresser ce pays en perdition par la cause de nos politiques.


      • oncle archibald 6 février 23:05

        @Julyo

         : « comment voulez-vous que l’économie d’un pays tourne avec un tel taux de chômage ? »

        Très facile : interdiction de payer en liquide .... L’économie souterraine asphyxiée et Ipsos facto l’économie de « surface » qui respire mieux !


      • soi même 7 février 00:07

        @Philou017, ( Utiliser la dépense publique pour régler les problèmes du chômage est excellent ) C’est pas son rôle de la décence public.
        Si vous voulez qu’il est plus de chômage, il suffit de faire porté l’intégralité des pensions de chômage aux entreprisses, du coup ils réfléchiraient à deux fois dans leurs vagues de licenciement.


      • lloreen 7 février 10:13

        @oncle archibald
        "Très facile : interdiction de payer en liquide .

        "
        Vous le direz aux imprimeurs qui remplissent des camions entiers pour faire respirer l’économie souterraine...Comment croyez-vous que les criminels en col blanc paient leurs hommes de main...Par carte bancaire ?


      • Yaurrick Yaurrick 7 février 11:15

        @soi même
        Les entreprises réfléchiront surtout à deux fois avant d’embaucher des salariés.


      • Julyo Julyo 7 février 11:26

        @Yaurrick
        Exactement ce qui m’est venu spontanément à l’esprit.


      • soi même 7 février 12:59

        @Julyo, sans salariés les entreprises brassent du vent !


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 7 février 17:32

        @lloreen

        Rien de nouveau sous le soleil.... Juste pour mémoire, ce petit texte tiré d’un livre (« Monde ordinaire, c’est a ton tour... ») que j’ai publié il y a une vingtaine d’années.... et qui a été ensuite repris quelques fois sur Internet smiley

        https://nouvellesociete.wordpress.com/2008/03/07/et-si-largent-navait-plus-davenir/

        PJCA


      • Pierre 6 février 13:01

        N’importe quoi ! Si nous n’étions pas arrimés aux finances européennes et donc allemandes, il y a bien longtemps que la finance internationale nous aurait balancés au tapis...


        • michalac michalac 6 février 15:35

          @Pierre

          C’est probable et c’est le cas de toutes les nations européenne. D’ailleurs, il n’est rien de surprenant à ce que le pays financièrement le plus solide joue le rôle de garant de ceux qui le sont moins. C’est ça, l’Europe.C’est ça, l’Union.


        • goc goc 7 février 00:08

          @Pierre
          vous confondez la France avec Monaco.
          On ne « balance pas au tapis » un pays riche de sa population (60 millions) et de son PIB (le 5eme dans le monde), car dans la mondialisation actuelle il est impossible de se passer d’un tel marché, surtout dans une Europe (qui serait donc hors UE) dominée par l’Allemagne, et non plus outre atlantique où souvent quelques pourcents de perdu peuvent vous pousser à la dégringolade boursière puis à la faillite


        • Pierre 7 février 13:41

          @goc
          Je crois surtout que vous ignorez tout des mécanismes financiers ! Une indépendance totale, du moins monétaire, entraînerait un jour ou l’autre une attaque massive, ce qui s’est d’ailleurs passé pour quelques pays il n’y a pas si longtemps comme la Tunisie, la Turquie, etc...Sur ce plan, nous sommes un tout petit pays !


        • michalac michalac 6 février 15:31


          « entre les mains d’une vraie Banque Nationale »

          Qu’entend-on ici par « vraie Banque Nationale » ?


          • Julot_Fr 6 février 17:39

            @michalac
            vraie banque nationale = banque nationalisee et controlee par les poliques plutot que par le monde secret de la finance => qui servirait l’interet de la nation (et donc du peuple) plutot que de fonctionner en cartel pour les banques qui permet au proprietaires de ces banques de s’en mettre plein les poches.
            Pour en savoir plus, je recommende sgtreport.com, c’est centre sur les USA mais ces histoire ne sont pas franco francaise.


          • michalac michalac 6 février 18:19

            @Julot_Fr

            Je vois...
            Vous supposez donc que la Banque de France est contrôlée par le « monde secret de la Finance »... Et qu’elle ne sert pas l’intérêt de la nation... Ce que ferait focément une « Banque nationalisée », comme si la Banque de France ne l’était pas, et une « Banque dirigée par les politiques » ce que laBanque de France n’est effectivement pas en vertu de la rêgle d’indépendance des Banques centrales en Europe...


          • sylvain 6 février 19:07

            @michalac
            la totalité des banques est dirigée par le monde secret de la finance
            pourquoi croyez vous que notre président banquier a fait voter la loi sur
            « le secret des affaires », et déclaré que ce secret était indispensable
            vous avez l’impression que le système financier, ou des affaires en général
            a un fonctionnement limpide pour le grand public ??
            d’autre part une « banque nationalisée » qui n’est pas dirigé par des organismes
            publiques n’est pas, en pratique, nationalisée


          • lloreen 6 février 21:08

            @michalac
            "en vertu de la rêgle d’indépendance des Banques centrales en Europe...

            "

            Carrément....
            http://www.wikistrike.com/article-trois-pays-dans-le-monde-dont-la-banque-centrale-n-est-pas-sous-controle-de-rothschild-117634903.html


          • michalac michalac 6 février 23:10

            @sylvain

            La banque centrale est en elle-même un organisme public. Il n’y a donc pas lieu qu’elle soit dirigée par un autre organisme publique.
            Pour ne pas être un organisme public, il faudrait que la banque centrale soit détenue par des capitaux privés. Or ce n’est pas le cas. Voyez le bilan de la Banque de France.


          • michalac michalac 7 février 00:56

            @lloreen

            A lire n’importe quoi, vous ne manquerez pas de dire n’importe quoi...


          • lloreen 7 février 09:38

            @michalac
            Vous racontez un monceau d’incohérences et jouez sur les mots...
            Evidemment que la banque centrale est un organisme DU public.Elle est exactement sous le contrôle des Rothschild, qui contrôlent la FED et qui émet sa monnaie-dette. Donc c’est tout à fait privé.


          • lloreen 7 février 09:40

            @michalac
            « Voyez le bilan de la Banque de France. »
            On peut voir aussi le bilan de Coca Cola Inc. ou celui de la société Machinchose...c’est du pareil au même...Coca Cola est un organisme public comme chacun l’a bien compris grâce à vos savantes explications...


          • lloreen 7 février 10:24

            @michalac

            Bien sûr que non, il n’existe pas de « monde secret de la finance », c’est un « délire conspirationniste » (concept inventé par la CIA, une association de bienfaisance mondialement connue), à tel point que les désaxés qui se sont rendus un beau jour sur leur île de Jekyll Island on envoyé un faire-part de naissance (de leur banque) au monde entier !
            http://conscience-du-peuple.blogspot.com/2015/05/la-creature-de-jekyll-island-tout-sur.html


          • Axelle Hamilton 7 février 10:29

            @michalac
            Vous partez du principe que la Banque de France est un « organisme public ». Donnez-moi l’exemple d’un autre « organisme public » qui est le statut de « personne morale public sui generis » ???


          • michalac michalac 7 février 16:16

            @Axelle Hamilton

            La forme sui generis du statut de la Banque de France ne remet en rien en cause son statut public.
            Le fait est qu’il n’y a et ne peut y avoir qu’une seule et unique banque centrale. Et que la fonction de la banque centrale est en soi unique.
            Il n’est donc rien d’étonnant à ce que la Banque de France bénéficie d’un statut de forme sui generis.
            Il se justifie essentiellement par la règle d’indépendance de la banque centrale du reste des institutions.


          • Axelle Hamilton 7 février 18:04

            @michalac
            Langue de bois. Qu’il n’y ait qu’une seule banque centrale, je suis d’accord. Mais comment expliquer qu’aucune autre entité publique n’ait le statut « sui generis » qui signifie « de son propre genre ». Même les juristes en font des cas d’études pour les étudiants. (voir le lien de l’article « les juristes en perdent leur bagou »).
            S’il relève du code du travail, cela signifie donc que l’Etat ne contrôle pas la BdF. Or tout « établissement public » (code administratif) est sous la tutelle de l’Etat qu’il détienne tout ou partie des capitaux. Puisque l’Etat n’a pas la tutelle de la BdF alors celle-ci est purement privée bien qu’elle assure une mission de service public. Sinon comment expliquez-vous que les agents de la BdF,ce soi-disant « organisme public », relèvent du code du travail et non du code de la fonction publique ?!! 


          • papat 6 février 15:35

            en gros la banque de France pourrait nous prêter à 0% mais comme nos politiques sont intelligents et corrompus ils empruntent à 1.5% sur les marchés financier , j’ai bon la... ?

            autrement dit ma mère me prête à 0 mais comme je suis futé j’emprunte à mon cousin à 2..


            • JL JL 6 février 15:40

              @papat
               
              ’’en gros la banque de France pourrait nous prêter à 0%’’
               
              Il faudrait payer les employés de la Banque. Vous seriez d’accord pour payer des impôts pour ça, même si vous n’avez jamais recours à leurs services.
               
               


            • HELIOS HELIOS 6 février 15:47

              @JL
              ... juste une question : Ils ne sont pas payés, aujourd’hui ?


            • HELIOS HELIOS 6 février 16:10

              @HELIOS
              La réalité du systeme est que le systeme est circulaire :
              Avant...
              L’etat empruntait à la banque de France a un taux de 0% et ne remboursait pas totalement. La difference (planche a billet) venait diminuer la valeur du Franc quand la croissance etait insuffisante pour financer cette difference...

              Aujourd’hui......
              Dans le même circuit a été introduit un nouvel acteur : la banque privée et ses affidés.
              L’etat est obligé d’emprunter au privé a un taux supérieur a zéro donc il doit des intérêts... Mais, ceux qui prêtent n’ont pas suffisamment d’argent non plus et eux l’emprunte gratuitement a la BCE dont la banque de France en assume pour sa part la garantie.
              Evidement, la France rembourse normalement plus que ce qu’elle emprunte. La logique veut que la croissance du pays permet de payer les interets. ,Comme la croissance est trop faible, la France cumule une dette qui s’amplifie d’année en année. 
              Alors ce qu’il est interressant de noter, c’est que des banques -qui ne font rien- pretent de l’argent qu’elles n’ont pas mais garanti par la Banque de France, a l’état français, récupèrent les intérêts de l’argent prêté (qui n’est pas a elles) pour le placer sur des marchés internationaux qui ne developpent en rien notre pays quand ils ne l’affaiblissent pas... donc au final, ces banquent vivent simplement sur le fait d’etre intermediaire de flux dont les initiateurs et les cibles sont les mêmes.... 

              Vous voyez, c’est comme si pour payer... votre main etait suffisante pour prendre l’argent dans la poche et le donner au vendeur... operation gratuite... mais que vous louez un portemonnaie, et que vous demandez a votre main de prendre l’argent dans la poche, le mettre dans le porte monnaie, puis payer le journal depuis votre porte monnaie sachant que la location va vous prendre une partie des sous !... idiot n’est-ce pas.... reflechissez...


            • JL JL 6 février 18:35

              @HELIOS
               
               ’’Ils ne sont pas payés, aujourd’hui ?’’
               
              A quoi servent les intérêts selon vous ? A faire la charité ?
               
              Pfff !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Axelle Hamilton


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès