• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand la Chine applique la doctrine léniniste sans que l’Occident (...)

Quand la Chine applique la doctrine léniniste sans que l’Occident s’en doute le moins du monde…

À la date du 21 février 2018, vent de panique chez Alexandre Mirlicourtois qui titre sa vidéo : « Firmes leaders mondiales : l’Europe s’effondre ». Or, tandis que, par ailleurs, il a continué à vouloir croire que les chiffres de l’économie chinoise étaient assez largement bidouillés par les autorités communistes, notre Alexandre enchaîne immédiatement sur ceci :
« Le monde des grandes entreprises est-il sur le point de basculer vers l’Orient ? »

Sans doute un Orient à l’intérieur duquel la Chine aura été disqualifiée pour tricherie éhontée en matière de comptabilité… Nous ne l’y verrons pas… Voilà qui est sûr.

D’ailleurs, l’y verrions-nous, que nous ne pourrions qu’être très choqué(e)s ! Un pays communiste enferré dans des instruments qui incarnent le pire du capitalisme et de sa fleur la plus vénéneuse : l’impérialisme, voilà qui nous paraîtrait figurer le summum de l’imposture !…

Donc, adieu, la Chine !… Et passons aux affaires sérieuses… En commençant par un passé relativement récent, mais duquel nous sommes désormais séparé(e)s par la crise financière de 2007-2008 :
« En 2006, le continent américain domine le marché mondial et place 803 de ses entreprises dans le top 2000, soit un peu plus de 4 sur 10. Sans surprise, les Etats-Unis écrasent ce classement avec 659 représentants soit plus de 82% de l’ensemble. »

Changeons de continent :
« De son côté, l’Asie pointe déjà en deuxième position, grâce à la puissance de feu des entreprises japonaises mais aussi à la percée de la Chine. »

« Percée » due seulement à un petit coup de gonflette dans les résultats réels… À moins que le bon Alexandre ait confondu avec la Corée du Sud (la copine obligée des Etats-Unis)… Elle apparaît d’ailleurs dès la phrase suivante :
« La Corée du Sud complète le trio de tête asiatique », où la Chine ne compte que pour du beurre, en attendant que l’on puisse mettre la main au collet de ses dirigeants communistes pour faux et usage de faux en écriture publique (hé oh, les droits de l’homme !)

Certes, en nos qualités de Françaises et de Français – ayant vu ce titre qui fait carrément « s’effondrer l’Europe » -, nous sommes un petit peu aux abois… Mais ce serait une erreur… En 2006, il n’y avait pas encore péril en la demeure. C’est bien ce que nous dit Alexandre Mirlicourtois :
« L’Europe est, elle, reléguée en 3ème position, avec comme tête de proue le Royaume Uni, suivi de la France qui devance l’Allemagne. »

Voilà qui s’arrose, et avec du meilleur !…

Un œil maintenant sur les résultats de la crise… Nous voici en 2016… Décontracté(e)s… pour cette nouvelle partie de belote…
« Dix ans et le passage de la plus grande récession depuis la seconde guerre mondiale plus tard, les cartes ont été redistribuées : l’Asie passe en tête, plaçant 181 entreprises supplémentaires dans le classement pour un total de 773 sociétés. Cette poussée s’est faite en partie au détriment de l’Amérique et de l’Europe. »

Ben voilà… Ça n’a pas été douloureux du tout, n’est-ce pas ?… C’est comme les prises de sang : on s’en fait tout un monde, mais, pour finir, ça ne coule jamais beaucoup ni longtemps (encore que) !…

Et c’est alors que nous allions nous quitter bons amis, que notre Alexandre nous rappelle…
« Cette vision par continent masque néanmoins une autre évolution : celle de la montée en puissance des pays émergents, principalement asiatiques. »

D’accord… la Corée du Sud… Mais on pourra toujours voir ça une autre fois… Et lui, tout pâle :
« Au sein même du continent asiatique, la table a été renversée : en 2006, le Japon était le leader régional, très loin devant la Chine et la Corée du Sud. Dix ans après, c’est la Chine qui domine. »

Bidon ! Rien que du bidon !… Tu nous l’as déjà dit, et redit…

Mais tout environné d’une masse conséquente de graphiques, le bon Alexandre n’est déjà plus très éloigné de la crise de nerfs :
« En centrant maintenant l’analyse sur les 100 premières entreprises, c’est-à-dire là où se concentre l’essentiel du pouvoir économique, les Etats-Unis sont parvenus à renforcer leur position en plaçant 7 entreprises supplémentaires, quand l’Europe en a perdu 26. Une fois de plus, la percée de la Chine est remarquable. »

Et plus tard dans la vidéo, il en était encore à se lamenter, tandis que nous avions tourné les talons… pour aller voir les écrits de Lénine sur les trusts…
« L’Europe dispose de champions dans l’automobile, l’aéronautique, la chimie, la construction… autant de secteurs traditionnels de la vieille économie où les entreprises sont depuis longtemps internationalisées. Mais rien, ou presque, dans les nouvelles technologies. Dans l’internet, par exemple, les grandes entreprises sont américaines (Google, Amazon, Facebook, Apple) ou chinoises (Alibaba), mais pas européennes. Idem dans les équipements pour les énergies renouvelables (cellules solaires, batteries électriques), où les plus grands producteurs sont asiatiques. »

Ainsi quand la caméra a fini par se fatiguer, elle aussi, Alexandre Mirlicourtois en était à dire :
« Le constat est simple : les émergents asiatiques ont fait une percée, les Etats-Unis concentrent leurs forces, et l’Europe, elle, s’effondre. »

Qui croire ? Suffirait-il de s’écrier : Au secours, les droits de l’homme !… Le parti communiste chinois est devenu fou !… Ou bien ne serait-il pas plus prudent de relire Lénine avec un tout petit peu d’attention ?

NB. Cet article est le cent-trente-neuvième d'une série...
« L’Allemagne victorieuse de la Seconde Guerre mondiale ? »
Pour revenir au document n° 1, cliquer ici


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • V_Parlier V_Parlier 12 août 22:55

    Lénine ? Bof... ce n’est pas tellement démontré. En revanche les constatations faites sur le présent sont tout à fait réalistes, et ceci quel que soit le niveau de « bidouillage de chiffres » pratiqué par la Chine. Nous avons tout liquidé dans l’espoir de vivre comme des surconsommateurs et des « leaders » déléguant le travail (les « innovateurs », les « têtes pensantes ») et nous allons devenir des dépendants fauchés et incapables. Mais bon même si c’est dur pour nous, c’est mérité quand je vois à quel point l’obstination de l’autruche perdure.


    • CN46400 CN46400 14 août 08:44

      @V_Parlier

      Deng, arrivé au pouvoir après la disparition de Mao et les aventures de la « bande des quatre » a lancé ses fameuses « réformes » en 79-80 pour « un demi siècle » a-t-il annoncé.

      Quand on regarde cela de plus près, on constate une parenté évidente avec la NEP de Lénine (1920). Il s’agit de capter l’avance scientifique et technologique de l’Occident en intéressant les capitalistes occidentaux au développement d’un pays qui dispose, au départ, d’une force de travail de près d’un milliard et demi de prolétaires. Ce gisement ne pouvait laisser indifférents des gens qui savent que leur addiction aux profits ne peut s’assouvir que par l’exploitation du travail. Le régime politique est dans la droite ligne de la NEP, capitalisme d’état défini par Lénine, l’état commande au capital. Les capitalisme sont libres,... a condition de ne pas sortir des clous !

      Quarante ans plus tard, force est de constater que la réussite est au rendez-vous. Technologies, niveau de vie, diplomatie, finance....etc, la Chine est là et bien là. On repense à Lénine en 21 expliquant la NEP : « nous avons assez de pouvoirs mais pas assez de savoirs, que nous n’obtiendrons pas par surprise, qu’il faut négocier avec la bourgeoisie »...

      Mais, maintenant, le taux de croissance baisse régulièrement, signe qu’il va falloir envisager la sortie de ce système. Période qui sera sans doute riche en péripéties politiques.


    • mmbbb 13 août 10:35

      « Sans doute un Orient à l’intérieur duquel la Chine aura été disqualifiée pour tricherie éhontée en matière de comptabilité  » La Grece n a t elle pas fait de même ? 

      Elle n etait pas aux normes comptables et fiscales et a toujours refusée de se plier .

      Quant a Internet le paradoxe est que nous fumes pionner , notamment Louis Pouzin , un des premier a envoyer des informations par paquets 

      Nous misâmes sur le Minitel alors qu en 1995 deux jeunes brillants dynamiques créèrent GOOGLE .

      Le MINITEL avait une archictecture deconcentrée a l instar d une grande administration et n etait pas en reseau . L esprit jacobin a déterminé ce choix .

      Nous nous créâmes QWANT en 2013 Il ne sera jamais a la hauteur de GOOGLE

      Nous avons l art de laisser passer les trains ;

      Nous sommes excessivement conservateurs et nous avons tourne le dos a l innovation .

      En revanche nous excellons dans la critique envers l amerique ( voir le nombre de commentateurs de ce media pro Asselineau ) et anti chinois .

      L effondrement en particulier pour notre pays est aussi le resultat de lle delitement de notre systeme educatif .

      Pleurez non, se lamentez non , nous le meritons .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès