• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand la pudeur disparaît...

Quand la pudeur disparaît...

Les adolescents sont le reflet de nos sociétés : il faut voir certains élèves se comporter en classe comme s'ils étaient devant leur poste de télévision...

 

Inattentifs, bavards, affalés sur leur bureau, certains toussent, bâillent sans aucune retenue, certains mâchent du chewing-gum, d'autres, des filles, se coiffent et se regardent dans un miroir, d'autres sortent plus ou moins ostensiblement leur portable.

Où est passée la pudeur ? Qu'est devenue la retenue ?

 

Certains élèves refusent de prendre des notes, arrivent systématiquement en retard, se permettent de commenter haut et fort la tenue de l'enseignant ou de l'enseignante...

 

Certains sont incapables de tenir en place pendant une heure de cours : il leur faut bouger, aller aux toilettes ou à l'infirmerie pour le moindre prétexte.

Comme si l'école, l'éducation qui leur sont accessibles et gratuites n'étaient pas une chance pour eux...

 

Trop de permissivité a été accordée aux élèves : il convient que la classe soit "vivante, débridée, active !', tel est le credo des inspecteurs.

Mais, bien sûr, ces inspecteurs ne sont pas tous les jours à la tâche devant les élèves. Ils sont même bien éloignés du terrain et n'en connaissent même plus les réalités.

 

Le cours magistral n'est plus à la mode, les élèves doivent participer... 

Certes, ils doivent être actifs, mais encore faut-il qu'ils écoutent et soient concentrés ! Encore faut-il qu'ils respectent l'enseignant !

 

Désormais, les jeunes croient détenir la science infuse grâce à internet, certains d'entre eux ne se privent pas d'ailleurs de faire des copiés-collés.

S'imaginant détenteurs du savoir, ils pensent qu'il est inutile d'apprendre...

 

De nombreux parents eux-mêmes ne respectent plus l'institution scolaire. Comment leurs enfants pourraient-ils le faire ?

C'est aussi le règne de la permissivité qui s'instaure dans de nombreuses familles. A l'enfant tout est dû, l'enfant-roi a désormais tous les droits.

 

La pudeur n'est plus à la mode... elle est désuète, dévalorisée, honteuse même, les réseaux sociaux cultivent le scandale, l'impudence... dès lors, comment inculquer la pudeur et la retenue à des adolescents ?

JPEG

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2019/09/quand-la-pudeur-disparait.html


Moyenne des avis sur cet article :  3.38/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • Désintox Désintox 30 septembre 18:30

    Voir le blog « La Vie Moderne ».


    • rosemar rosemar 30 septembre 22:30

      @Désintox

      MERCI pour ce lien.


    • oncle archibald 30 septembre 18:33

      Oh ça n’est pas d’hier .... Vas y Georges !

      C’est à travers de larges grilles,
      Que les femelles du canton,
      Contemplaient un puissant gorille,
      Sans souci du qu’en-dira-t-on ;
      Avec impudeur, ces commères


      Lorgnaient même un endroit précis
      Que, rigoureusement, ma mère
      M’a défendu d’ nommer ici.
      Gare au gorille !...


      • JL JL 30 septembre 18:36

        ’’Comme si l’école, l’éducation qui leur sont accessibles et gratuites n’étaient pas une chance pour eux...’’

         

         Comme c’est curieux : ce comportement c’est comme si l’école était devenue superflue pour la nation. En fait, c’est la machine économique qui n’a plus besoin d’un peuple trop instruit.

         

         Bizarre bizarre ...


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 30 septembre 18:46

          @JL

          illusion pédagogique ?


        • gaijin gaijin 30 septembre 18:46

          @JL
          on a atteint le stade de l’obsolescence de l’humain .....il fut utile en tant que chair a canon puis comme ouvrier spécialisé dans les usines et enfin comme consommateur pour faire tourner la machine. a l’horizon de 20 ans les robots suffisant a produire les conditions de vie souhaitées par l’élite il n’aura plus aucune fonction .....
          les jeunes le savent ( pas intellectuellement faut pas déconner mais au niveau instinctif ) 


        • JL JL 30 septembre 19:00

          @gaijin
           
           ’’comme consommateur pour faire tourner la machine.’’ il n’est pas nécessaire d’être instruit ni futé : bien au contraire.
           
           « Aux yeux d’un commerçant, un consommateur averti n’en vaut que la moitié » Albert Brie, écrivain et humoriste québécois.


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 30 septembre 19:15

          @JL et @JL

          sauf que pour être consommateur, il faut avoir de l’argent à dépenser
          ils le prendront où les consommateurs qui ne vendreont plus leur force de travail ?
          des aides sociales ?
          et qui financera les aides sociales ? les producteurs ?
          sans valeur ajoutée sur les marchandises pour la réalisation de profits, le système ne tourne plus, il manque un élément


        • JL JL 30 septembre 19:24

          @Séraphin Lampion
           
           vous connaissez l’argent hélicoptère ? Ou le revenu universel ?
           
           Après ça le déluge, peut-être ; ou une nouvelle « idée ».


        • folamour folamour 30 septembre 21:00

          @JL
          J’aime bien les commentaires de JL sous Rosemar....
          Ils donnent l’impression que le Nartic de la Dame est intéressant... ;


        • JL JL 1er octobre 08:17

          @folamour
           
          vous prêtez à mes petits commentaires un pouvoir excessif.
           
           De fait, je ne suis ni un détracteur ni un laudateur des « nartics de la Dame ».
           
           Mais ce n’est pas parce qu’on n’a rien à dire qu’on doit se taire, hein ! D’ailleurs, vous ici ...


        • gaijin gaijin 1er octobre 11:09

          @JL
          " il n’est pas nécessaire d’être instruit ni futé : bien au contraire.

          "
          tout a fait mais la désinstruction ne date pas d’hier ....


        • JL JL 1er octobre 11:46

          @gaijin
           
           ’’la désinstruction ne date pas d’hier’
           
           « hier » ici, c’est relatif :
           
          « Si nous nous obstinons à concevoir notre monde en termes utilitaires, des masses de gens en seront constamment réduites à devenir superflues. » Hannah Arendt


        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 30 septembre 18:41

          soyez tranquilles, les ministres (de l’éducation nationale et les autres) ont bien tout verrouillé pour que les établissements privés dans lesquels sont scolarisés leurs enfants ne subissent pas les directives des inspecteurs que vous incriminez ni le mauvais exemples des élèves dont les parents ne peuvent pas payer pour les envoyer à l’école

          l’école de la troisième république était un ascenseur social, celle d’aujourd’hui est une garderie qui prépare à pôle emploi

          pourquoi se décarcasser à transmettre des techniques et des compétences à des gens dont l’avenir se résume à être des bénéficiaires d’aides sociales ?


          • Kapimo Kapimo 30 septembre 19:13

            @Séraphin Lampion

            Non seulement ils ne sont pas destinés à avoir de fonction économique, mais ils ne sont pas destinés à exercer des droits citoyens. Ils ne doivent donc surtout pas développer d’esprit méthodologique qui pourrait les amener à remettre en cause de manière construite les dogmes établis.


          • Raymond75 30 septembre 18:44

            "Comme si l’école, l’éducation qui leur sont accessibles et gratuites n’étaient pas une chance pour eux...

            "

            En effet, c’est très surprenant que les familles des plus modestes, et leurs enfants, ne comprennent pas cette chance de pouvoir faire des études gratuites !

            C’est peut être le plus grand signe de décadence de notre pays ; une perte des valeurs, l’incapacité à se projeter dans l’avenir.

            Nous allons vers une société à deux vitesses : pas les riches et les pauvres (qui existera toujours) mais celles et ceux capables de comprendre, et les autres ...


            • Armelle Armelle 1er octobre 00:04

              @Raymond75

              Pour ce qui est de l’incapacité à se projeter dans l’avenir et la perte des valeurs, personne n’en doutera, en revanche pour une éducation « gratuite » à la modique somme de 120 Milliards d’Euros, financés bien entendu par les prélèvements, je ne comprends pas bien l’utilisation de ce terme !!!


            • cétacose2 30 septembre 18:52

              Cette dégénérescence de la jeunesse française n’a que deux causes principales : le socialisme, entrainant le « gauchisme » forcené des enseignants et l’invasion par la pègre immigrée.....


              • exol 30 septembre 18:59

                Moi je n’ai été que jusqu’au collège , déjà le nombre de profs chiants , nuls , dépressifs , et sans autorité était monnaie courante , alors maintenant . Comment Rosemarie , peut elle tenir un blog , publier un torchon journalier et enseigner correctement . Si t’es nulle comme prof , changes de métier , au lieu de pleurnicher régulièrement.


                • mmbbb 30 septembre 20:33

                  @exol si je fais le décompte, j ai eu un tiers de profs valables . j ai ete a l educ nat et je n ai pas pu allé dans le prive . Je pourrais aussi tenir un blog si j avais le génie épistolaire de Rosemar et décrire la médiocrite de ces profs dont l EN semble être le seul employeur possible .


                • exol 30 septembre 20:48

                  @mmbbb
                  amen , il faut tuer le mammouth.


                • Armelle Armelle 1er octobre 00:11

                  @mmbbb
                  En effet c’est le seul employeur possible...Une aubaine donc, ce statut de fonctionnaire !!! un magnifique...comment dit-on déjà ? Ha oui « garde fou » , un magnifique garde-fou... Il n’y a pas de hazard...


                • Jelena Jelena 30 septembre 22:14

                  Faire de tous ces marmots des diplômés, ça revient cher à l’Etat, donc la France fait venir des médecins-chirurgiens en provenance d’Afrique, tandis que l’Allemagne fait le plein dans les pays dans l’Est.

                  C’est ce que l’on appelle « la libre circulation ».


                  • ETTORE ETTORE 1er octobre 00:29

                    Pour ce qui est d’avoir des classes vives...

                    ( ou comme dit Jelena, « La libre circulation »

                    Par chez nous....dotation de chaises/bureau à roulettes.

                    Si, si, je vous assure ! Ca a couté un pognon de dingue, pour avoir des olibrius qui font de la draisienne pendant les cours.

                    Toute leur énergie dans les baskets à mouvoir leurs bancs à roulettes, pour aller voir la vidéo sur le portable du copain.

                    C’est plus des élèves, que le prof gère, c’est une marée mouvante qui n’en a plus rien à foutre de ce qu’on veut lui enseigner.

                    Mais le prof est content, l’académie se félicite de cette avancée pédagogique, les neuneus encapuchonnés, heureux d’aller au parc d’enfants, couvert....

                    Les parents....je ne sais pas, peut être qu’en fin d’année, ils vont s’apercevoir que leurs rejetons ont des mollets plus musclé que leur QI.


                    • Aimable 1er octobre 07:48

                      Il y avait l’école d’avant 68 , rigoureuse , un peu trop peut être , maintenant nous avons l’héritage de l’école de l’après 68 avec tous les excès de l’interdit d’interdire , alors , qui a ouvert les vannes du laisser aller , les étudiants soixante- huitards devenus parents et profs a l’époque dont les enfants et petits enfants ont perpétué l’héritage  ?


                      • Raymond75 1er octobre 08:22

                        @Aimable

                        On est passé du cours magistral au cours participatif, et en même temps on est passé de 11 % de Bac et plus à un objectif de 80 % ... L’enseignement de masse pour des familles peu éduquées, souvent sans ambitions, souvent assistées pour qui la gratuité d’usage est un dû et non une chance, a rapidement viré à l’échec.

                        De plus, le mensonge permanent, la dissimulation à l’égard des problèmes liés à une immigration subie et non choisie ont fait le reste.

                        Et j’ajoute que la féminisation massive de l’éducation nationale, là où culturellement ces populations ne reconnaissent aucune forme d’autorité aux femmes, a accentué tous les problèmes.

                        Pour l’éducation comme pour la sécurité, il faut oser un retour à l’autorité, se qui ne signifie pas dictature, et peut être aussi un retour au cour magistral. Les générations d’après guerre étaient à 45 élèves par classe, sans problèmes particuliers dans le primaire et dans les collèges, mais c’était avant l’immigration ...


                      • Raymond75 1er octobre 08:54

                        @Raymond75

                        J’ajoute qu’il faut réhabiliter l’enseignement professionnel, considéré comme un dépotoir par l’Éducation Nationale (les profs ne connaissent rien d’autre que l’école), lié à une gestion de l’immigration en relation avec les besoins réels du marché du travail, avec priorité aux Français ...

                        Cela je ne le verrai pas, il faudra plusieurs décennies d’échec pour y arriver.


                      • Ruut Ruut 1er octobre 08:29

                        Elle est ou la pédagogie et le respect de l’autorité du Maitre ?

                        Non une Maitresse qui crie ne se fait pas respecter.

                        Mais la grosse voie du Maitre en impose.
                        La féminisation excessive dans l’EN, et la castration des Hommes dans les médiats sont une des causes de la situation actuelle.

                        Je ne parle même pas des Directions qui ne soutiennent pas leurs enseignants.
                        Tout est lié.
                        Sans respect, pas d’enseignement.
                        L’immigration n’explique pas tout….

                        Le manque flagrant de compétence pédagogique des enseignants actuel est aussi un problème.
                        Non, nous n’envoyons pas un jeune prof inexpérimenté seul dans une classe « difficile ».
                        Une chose est certaine, ce problème perdurera tant que les Ministres n’enverront pas leurs enfants dans le public.


                        • titi 1er octobre 09:39

                          @Ruut
                          Exactement.
                          Les enseignants ont renoncé à l’autorité.

                          Ils fustigent celle du directeur, de l’inspecteur, du recteur, du ministre.
                          Comme obtiendraient ils celle de leurs élèves ?


                        • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 1er octobre 10:55

                          @titi

                          pourquoi voulez-vous qu’ils obtiennent l’autorité de leurs évèves ?
                          relisez-vous...


                        • Areole 2 octobre 22:20

                          @Séraphin Lampion
                          Des « évèves » ??? Relisez vous !


                        • L'Astronome L’Astronome 1er octobre 11:15

                           

                          « Piètre disciple qui ne dépasse pas son maître » (Léonard de Vinci). Pas beaucoup de chance que les élèves tels que Rosemar les décrit dépassent un jour qui que ce soit — peut-être par la taille, uniquement ?

                           


                          • Raymond75 1er octobre 11:56

                            Ce n’est pas de moi, mais j’adhère totalement :

                            "La seule école républicaine digne de ce nom, la seule respectable, la seule qui honore les principes de liberté, d’égalité et de fraternité – j’y ajouterais désormais celui de laïcité –, c’est l’école qui met en avant le travail et le mérite. Avec pour serviteurs des professeurs érudits. Autorisés à enseigner l’excellence. Dépositaires de l’Autorité.

                            Une école bienveillante et exigeante qui aide et soutient ceux qui adhèrent à ses valeurs. Qui sanctionne ceux qui lui crachent dessus… Main tendue pour les premiers, poing fermé pour les seconds."


                            • Initiativedharman Initiativedharman 1er octobre 13:29

                              C’est un portait pour le moins navrant de nos jeunes mais pas faux.

                              Ils sont surconnectés et en subissent les conséquences. A l’école mais aussi dans la vie. Je suis heureux d’avoir échappé à la génération you tube. ça pose souci, parce qu’ils s’informent par ce biais là et chacun sait que les infos You tube, c’est pas la réalité.

                              Pour les profs, c’est désolant mais manquent-ils sans doute d’un peu, voire de beaucoup plus d’autorité. Problème : si on est trop autoritaire il y a les parents Bidochon qui vous font un procès. Pas simple...

                              On peut aussi leur prescrire de la Ritaline comme aux USA. C’est la grande mode là-bas. Paraît que ça marche...

                              Moi, je plaide pour une école publique à l’ancienne, où chacun était en blouse et où le maître ou la maîtresse étaient respectés parce que l’institution étaient respectées.

                              L’Education Nationale Nationale aujourd’hui n’est plus respectée et c’est un peu de sa faute.


                              • Olivier Perriet Olivier Perriet 1er octobre 13:56

                                Un petit problème avec un enseignement hérité des Humanités d’antan....Quand l’enseignement secondaire était réservé à la bourgeoisie qui avait les moyens, et à quelques rares élèves méritants.

                                C’est cet enseignement très particulier qui a été massifié à tous après guerre, sans qu’on y réfléchisse plus que ça.

                                Le problème ne date pas d’internet.


                                • Armelle Armelle 1er octobre 15:54

                                  Quand on sait qu’Einstein était mauvais élève et indiscipliné, ça laisse rêveur... et septique quant à nos capacités à analyser l’individu face à la forme du système pédagogique que l’on s’efforce bêtement de conserver par l’entremise d’un milieu d’enseignants littéralement paumés et d’une incompétence crasse pour la plupart d’entre eux...Quand on les entend chanter qu’ils oeuvrent désespérément pour le bien des élèves et que dans un même temps on constate que les 10, 15 20 ans et plus de carrière choisissent leur lieu d’intervention, donc bien évidemment une école « facile », et que ce système envoie donc les « bleus » dans les écoles difficiles, il faut avouer que c’est un comble !!!

                                  Prenez nous aussi pour des billes pendant que vous y êtes (les profs bien sûr) !!!

                                  La bêtise commence là. Là où l’auteur pense que les gens à qui il s’adresse n’y verront que du feu... Alors s’imaginer que l’école puisse être dispensée par des ânes me fait froid dans le dos ; Bon en même pour réussir moyennement à l’école, donc pour devenir enseignant, de la mémoire suffit, l’intelligence est optionnelle...

                                  Voici donc ce que déclarait ce cher Albert qqes années plus tard ;

                                  « Il ne suffit pas d’apprendre à l’homme une spécialité. Car il devient ainsi une machine utilisable mais non une personnalité. Il importe qu’il acquière un sentiment, un sens pratique de ce qui vaut la peine d’être entrepris, de ce qui est beau, de ce qui est moralement droit. Sinon il ressemble davantage avec ses connaissances professionnelles, à un chien savant qu’à une créature harmonieusement développée. Il doit apprendre à comprendre les motivations des hommes, leurs chimères et leurs angoisses pour déterminer son rôle exact vis-à-vis des proches et de la communauté  »


                                  • Olivier Perriet Olivier Perriet 1er octobre 16:55

                                    @Armelle

                                    il est certain qu’une sentence comme nos capacités à analyser l’individu face à la forme du système pédagogique que l’on s’efforce bêtement de conserver par l’entremise d’un milieu d’enseignants littéralement paumés et d’une incompétence crasse pour la plupart d’entre eux

                                    a de quoi laisser père plexe smiley


                                  • Armelle Armelle 2 octobre 15:41

                                    @Olivier Perriet
                                    Une sentence ? Non, ça c’est le verdict de culpabilité, la sentence arrive quand celui-ci est prononcé !!!
                                    En ce qui concerne nos « cadors » de l’éducation la sentence est encore loin puisqu’on ne VEUT PAS faire ce fameux verdict de culpabilité !!! Il est tellement plus facile de taper sur la tête des politiques et des mauvais parents...La rengaine...


                                  • Pere Plexe Pere Plexe 1er octobre 20:24

                                    Quand on applaudi Greta qui du haut de ses 16 ans tanse vertement (!) les dirigeants de la planète faut il s’étonner que le boutonneux lambda se croit autorisé à quelques libertés face à ses professeurs ?


                                    • ETTORE ETTORE 3 octobre 13:18
                                      Pere Plexe 1er octobre 20:24

                                      Quand on applaudi Greta qui du haut de ses 16 ans tanse vertement (!) les dirigeants de la planète faut il s’étonner que le boutonneux lambda se croit autorisé à quelques libertés face à ses professeurs

                                      __________________________________________________________

                                      Surtout que certains boutonneux lambda se préoccupent nettement moins de la santé de l’ours blanc sur sa banquise immaculée et fondante.....

                                      Que du style vestimentaire colorée de la professeur, qui devrait passer au « tout au noir » juste par principe chromatique .


                                      • L'Astronome L’Astronome 6 octobre 18:03

                                         

                                        « Notre prison est un royaume », écrivait Gilbert Cesbron. Peut-être, maintenant, est-elle devenue la maison de Paul Emploi (le ministre du chômage).

                                         

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès