• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand la sécurité nous menace

Quand la sécurité nous menace

Le discours "préventif" évoque compulsivement la sécurité comme si ça renforçait la sécurité... Mais qu'est-ce que "la sécurité" ?



Un sentiment, celui d'être éloigné de tout risque. Pour se sentir en sécurité, on a besoin d'un entourage et d'un environnement rassurant.
Quand on nous signale "Ce qui prime c'est votre sécurité" ou encore "La sécurité par tous et pour tous", la sécurité pourrait sembler synonyme de sûreté et d'apaisement, or il n'en est rien. Le sens du sentiment qu'est la sécurité a glissé vers et s'est amalgamé avec "le sécuritaire" et le sécuritaire n'a, pour le moins, rien de sécurisant et rien à faire des sentiments.

La sûreté, c'est l'absence de risque, de danger, le moment de baisser les armes et de se détendre.
Le sécuritaire au contraire, signe la présence d'un risque, d'un danger et use de différents procédés pour tenter de l'écarter, c'est un état de tension permanente.

L'évocation omniprésente visuelle par l'affichage de panneaux et affiches de rappels puis aurale via des messages qui tournent en boucle depuis des mois dans des lieux publiques ont tout pour être anxiogènes et entretenir un stress, lequel accroît l'oxydation qui rend fragile et vulnérable des individus amenés à suffoquer stoïquement dans leur masque au lieu de respirer. On peut se demander s'il y a une volonté de nuire ou si c'est le fruit d'un pas de bol à confier l'État à des abrutis ou des ordures ?

Alors que "la sécurité" est mise sur un piédestal, ce sentiment est piétiné, comme en témoignent les petits yeux appeurés de deux masqués qui risquent de se croiser à moins de deux mètres, sursautent, reculent et pivotent autour d'un virus invisible. Il n'y a plus de sécurité nulle-part pour ceux/celles qui vivent le délire paranoïaque orchestré en bons-élèves, rien qu'un mot imprimé à force d'être martelé dans les cerveaux.

Pire, ils/elles ont préférés hypothéquer leur sécurité jusqu'à l'arrivée du ou d'un vaccin déclaré "succès" par des autorités sanitaires en place goncées de conflits d'intérêts. Ce vaccin supposé restaurer la sécurité représente le plus gros risque d'effets inconnus sur un long terme auquel sont, à l'exception de celui-ci, soumis tout vaccin. Il va placer les population en live pour la dernière phase de test. Chaque annonce d'un succès a fini par se rétracter et actuellement, Pfizer qui partait à 99% de fiabilité sur simple conférence de presse (sans étude scientifique à l'appui) et a instantanément suscité un agenda à l'emporte pièce pour lancer la machine au plus vite, bien que son succès se mitige au fil des réactions qui se manifestent parmis les testés.

JPEG

Ce potentiel futur vaccin sera également le vecteur d'une scission radicale de la société préfigurée par les sans-visage vs les non-masqués, la mise en ligne d'un passeport vaccinal/social à la clé. Il ne dispensera pas du masque ni de la nouvelle norme déshumanisante. Ce qu'on appelait sécurité en tant que sentiment aura cédé la place à un hygiénisme forcené où la maladie réussi toujours à se frayer passage vers des créatures transhumanisées à la vitalité de plus en plus faible.

Le sentiment auquel aspire l'humain est de pouvoir festoyer entre amis en toute sécurité, pour décompresser d'avoir rempli valeureusement ses journées. Ce n'était pas toujours évident auparavant, à présent c'est interdit ! Ce n'est heureusement pas parce que c'est interdit que ça n'existe plus, la majorité bafoue l'une ou l'autre règle pendant qu'une minorité continue à fréquenter autant de monde qu'elle veut, sans aucun respect pour ces règles, ni retombées en écatombes covidiennes. On vit une époque d'hypocrisie et d'inversion accusatoire éhontée sans précédent où les solutions sécuritaires en pleine dérive représentent un risque beaucoup plus important que le mal qu'elles sont supposées écarter ! 

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.81/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

23 réactions à cet article    


  • Arogavox Arogavox 23 décembre 2020 13:49

    Une sécurité qui menace, qui fait peur et qui fait mal,

    c’est censé rassurer qui ?


    ’les riches se consolent du mal qu’ils font aux pauvres, en les supposant assez stupides pour n’en rien sentir’

      J.J. Rousseau (L’Emile IV)


    • Taverne Taverne 23 décembre 2020 13:57

      « Intraitable démesurée

      Inutile

      Cette santé bâtit une prison »

      (Paul Eluard : « Intimes » dans « Grand air »). Poème dont je tirerai aussi cet autre extrait :

      « Espère espère espère
      Que tu vas te sourire
      pour la première fois

      Espère
      Que tu vas te sourire
      A jamais
      Sans songer à mourir
      . »



        • Le421... Résistant Le421 23 décembre 2020 17:01

          Bien que son interprétation a été parfois étrange, je me réfère, au premier degré, à cette citation de Benjamin FRANKLIN :

          "Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l’une ni l’autre, et finit par perdre les deux".

          Le plus fumant dans cette histoire tient sur la capacité à nos dirigeants à nous expliquer que quand ils nous baisent, c’est pour notre plus grand bien.

          Et la majorité des imbéciles y croient dur comme fer !!


          • chapoutier 23 décembre 2020 17:08
            LETTRE de Charlélie COUTURE à MACRON :
            "NOUS sommes en guerre, oui !
            NOUS sommes en guerre, oui ! NOUS, les non-essentiels, NOUS, les inutiles, NOUS, les riens, NOUS, les Lumières plongées dans l’ombre, NOUS, les Gens de l’Esprit et de la Culture, NOUS, les restaurateurs, ceux des plaisirs de la bouche et du plaisir tout court, Oui, NOUS sommes en guerre, NOUS, les personnels et techniciens du spectacle, ceux des théâtres et des cinémas, NOUS, les Acteurs et les Comédiens mis aux arrêts forcés, NOUS, les Musiciens, NOUS tous que vous considérez comme des paresseux mais ne rêvons que de travailler, Et tous ceux de la nuit, ce monde qui vit la nuit, cette nuit NOIRE que vous associez au Mal, cette peur médiévale qui accompagne la nuit quand le Diable revient, ce Mal qui grandit quand le soleil s’est couché, -désormais après 20 h-, ce Mal viral dont la définition change au gré de vos humeurs, cette menace invisible d’abord définie comme létale, mais dont la dangerosité s’estime désormais en termes de « cas », (d’où la suggestion de recourir à des tests massifs afin d’obtenir des grands nombres impressionnants), dans l’intention de soumettre à se faire faire vacciner dans l’urgence une opinion publique de plus en plus sceptique, malgré la pression permanente des médias, elles-mêmes sous surveillance.
            NOUS, que vous traitez avec un détachement scandaleux, Oui, NOUS sommes en guerre contre VOUS ! Contre le Janus qui répète qu’il « assume », lui qui se croit doué d’un super pouvoir de séduction absolu, qui lui permet d’envoûter et de berner comme un camelot tous ceux qu’il rencontre, lui le Petit Prince tellement condescendant vis-à-vis du Peuple et de la classe moyenne, Oui. Nous sommes en guerre Vous Contre cet orphéon de sous-fifres opportunistes qui improvisent au jour le jour une chorale cacophonique, cette ribambelle de technocrates cyniques feignant d’ignorer froidement les drames dans lesquels plongent ceux qui sont concernés par ces décisions iniques, VOUS, dont les discours lénifiants et versatiles conjuguent à la fois l’ignorance et l’absurde, Contre VOUS, dont les incohérences nous inondent comme des pluies acides sur notre forêt de rêves, Contre vos fausses promesses et vos effets d’annonce comme un coup de bluff permanent, affirmant des choses un jour, et le contraire le lendemain avec le même aplomb Trumpiste,
            Contre vos fanfaronnades ineptes et vos décisions inopinées, Contre vos lois votées en catimini, Nous sommes en guerre oui ! Contre les mafias milliardaires et autres géants de Big Pharma, Contre votre dénie effectif des menaces climatiques au profit d’une consommation capricieuse et sa pollution d’objets inutiles distribués par le géant Amazon, En guerre contre une économie de cavalerie et de course en avant qui « invente » des milliards virtuels, et nous entraîne à court terme vers le grand délire d’une économie irréelle, comme une plongée dans un puits sans fond.
            La France n’est pas sereine, noyée dans une sorte de chaos et d’écœurement causés entre autres par la surprotection d’une police répressive et les disputes intestines entre spécialistes illuminés aussi malsaines que des bagarres de rues entre bandes de supporteurs alcoolisées. La France n’est pas en paix avec elle-même, quand les mêmes qui dénonçaient les lois du califat imposant le silence et le voile, oui, les mêmes interdisent de la même manière depuis des mois à la fois le théâtre, la musique, les musées, les rencontres populaires (sportives ou artistiques), et puis les restaurants, les rassemblements de fêtes joyeuses et conviviales, et maintenant Noël en famille et la Saint Silvestre… Conscients que les enfants dans les écoles apprennent à devenir fous, oui, nous sommes en guerre, une guerre secrète, une guerre interne, pour l’heure encore en implosion, mais dont les conséquences seront graves. On devine la colère qui gronde et les gens désespérés sont prêts à exploser, prêt à se faire exploser, suicidaires. Un pouvoir si puissant soit-il ne tient que par l’acceptation ou le refus du Peuple d’obéir. Désormais NOUS sommes en guerre, oui, Pour défendre notre droit à continuer de vivre dignement, Pour défendre notre Liberté légitime et notre droit de penser autrement !"
            Charlie COUTURE le 11 décembre 2020

            • tobor tobor 23 décembre 2020 18:01

              @chapoutier
              Bravo à Charlélie et à quelques rares autres artistes renommés qui osent l’ouvrir.
              Souvenons-nous qu’un sombre débile (Albert Leo Schlageter (1894-1923) avait dit « Quand j’entends le mot culture je sors mon revolver »... car nous y revoilà...


            • Francis, agnotologue Francis 23 décembre 2020 18:29

              @chapoutier
               
               ’’NOUS, que vous traitez avec un détachement scandaleux, Oui, NOUS sommes en guerre contre VOUS !’
               
              Je pense que ce serait plus juste de dire : NOUS, que vous traitez avec un détachement scandaleux, c’est à NOUS que VOUS faites la guerre. 


            • Arogavox Arogavox 23 décembre 2020 18:29

              @chapoutier
                « Un homme averti en vaut deux ».
               Cette remarque ne saurait bien sûr aucunement être assimilée à une quelconque menace. 
               Elle vise plutôt à engager la responsabilité morale de quiconque voudrait s’efforcer de croire que les mots n’ont aucun poids. 
                Les témoignages d’indignation et de refus de l’acceptable, devraient d’autant plus alerter les consciences honnêtes quand ils sont exprimés de façon verbale ... que l’on sait à quel point l’incapacité à verbaliser les malaises ressentis peut être source de violence et de de conséquences néfastes pour tous !

               Alors, lorsqu’on a compris que tout le pouvoir politique (théoriquement partagé démocratiquement entre tous les citoyens) passe toujours, en premier lieu, par des mots (ordres, ou dictats ...) , serait-t-il pardonnable de s’imaginer que les futurs historiens puissent plus tard passer à côté de cette alerte destinée à ceux qui se revendiquent des ’Responsables’ ? :

              ... On devine la colère qui gronde et les gens désespérés sont prêts à exploser, prêt à se faire exploser, suicidaires.

              Un pouvoir si puissant soit-il ne tient que par l’acceptation ou le refus du Peuple d’obéir.

              Désormais NOUS sommes en guerre, oui,

              Pour défendre notre droit à continuer de vivre dignement, ...« 

              >> (cf  »liberté, égalité-en-dignité, fraternité" )



            • alinea alinea 23 décembre 2020 20:11

              @chapoutier
              Oui, très bien, sauf ça : "Contre votre dénie effectif des menaces climatiques au profit d’une consommation capricieuse et sa pollution d’objets inutiles distribués par le géant Amazon," non content qu’il n’y ait pas d’e à déni, personne ne vous oblige à commander chez Amazon, ni à surconsommer.
              Et puis, il faudrait voir si le peuple se suicide pour de bonnes raisons... je crois que beaucoup de gens furent relai de qui s’avère aujourd’hui aux yeux de tous : inepte.
              Je suis bien d’accord que toutes ces inepties et ces mises en conditions pour devenir de débiles consommateurs, a été finement étudié, programmé et appliqué par ceux-là même qui en tirent profit, matériellement, mais aussi narcissiquement, mais cela ne dédouane pas totalement le péquin.
              Je me trompe peut-être, il semble que pour beaucoup aujourd’hui, l’homme n’étant qu’une programmation, mal foutue, humaine, il peut bien devenir celle d’une robotique parfaite. Je sais que beaucoup sont séduits ou convaincus de cela.
              Mais je crois à la Vie, aussi je regrette qu’il ne se soit pas abstenu de ces lignes !


            • HELIOS HELIOS 23 décembre 2020 22:21

              @chapoutier

              = = = Contre votre dénie effectif des menaces climatiques au profit d’une consommation capricieuse et sa pollution d’objets inutiles distribués par le géant Amazon = = =

              C’est beau de contester et je suis particulierement d’accord avec la majorité de ce que vous avez écrit notament sur le spectacle et la culture que nos representants ont qualifiés de non nécessaire. 
              Toutefois permettez moi, dans l’ordre inverse, que ce que livre Amazon est ce que vous commandez parce que, pour ceux qui l’achete c’est fort probablement important, comme une oeuvre d’art ou une chanson... A partir de quoi pouvez vous juger que la bricole que vous envoi Amazon est inutile  ???

              Et ensuite sur le deni des menaces climatiques, a partir de quoi etes vous capable de décider que ce changement climatique, réel certes, est de la responsabilité de l’homme et de ses activités , même partiellement, même d’une façon infime ?
              Vous etes victime vous aussi de l’intoxication de ceux-la même que vous denoncez et qui profitent de votre crédulité pour vous imposer des restrictions et des couts qui ne sont justifiés par rien, mais c’est vous qui payez !
              Etes vous si crédules que vous puissiez penser que ce que vous n’etes pas capable d’accomplir — le rechauffement — vous seriez capable de le « désaccomplir » , avec vos petit bras, vos petites économies et vos petites privations qui ne concernent que vous et pas eux ?

              J’ai aimé votre intervention, beaucoup, ce qui est dommage c’est que vous profitiez de poncifs décalés pour gacher un message bien consensuel et réaliste.

              Désolé, je n’aime pas hurler avec les loups, je préfère, au dela de la perplexité, m’abstenir lorsque la réalité n’a pas de d’accroche avec la manipulation et la mesure.


            • alinea alinea 23 décembre 2020 22:25

              @HELIOS
              euh... c’est Charlélie Couture qui a écrit ça !!enfin, c’est ce que j’ai compris !


            • HELIOS HELIOS 24 décembre 2020 00:21

              @alinea

              ... merci de la remarque, oui, effectivement, c’est aussi ce que j’ai compris, mais lorsque l’on cite quelqu’un, c’est soit pour appuyer (on est d’accord) soit pour renier... et là c’est le premier cas qui est employé par Chapoutier (enfin, c’est ce qu’il me semble etre).

              Je n’attribue donc pas a Chapoutier le texte, mais je lui attribue son accord, et j’argumente mon désaccord, en toute sincérité, comme il se doit pour des gens respectueux ayant des avis differents.

              Comme cela m’arrive dans d’autres cas et avec d’autres participants, avec vous parfois, je ne suis pas en phase et il me semble important de donner une autre position, possiblement discutable.. mais c’est la mienne ...

              Merci Alinea de m’avoir lu, c’est parfois long, je sais.... ce soir, dans moins de 24 heures c’est le passage du père Noël, je vous souhaite les cadeaux que vous attendez... à vous et a tous les Agoranautes.


            • tobor tobor 24 décembre 2020 02:17

              @HELIOS
              « Je n’attribue donc pas a Chapoutier le texte, mais je lui attribue son accord »
              Quoique Chapoutier peut aussi être Charlelie à ses heures...


            • tobor tobor 24 décembre 2020 02:50

              @HELIOS
              On a chacun ses domaines plus ou moins radicaux et le consensuel absolu est vraiment trop limité ou insondable pour attendre d’y toucher avant d’engager des initiatives. Prises dans l’urgence, ces initiatives imparfaites valent mieux que le silence et le rien, elles soulèvent le même problème sous leur angle propre et ces dissensions par trop ou pas assez de radicalité se discuteront plus tard et ne doivent pas être un frein.


            • HELIOS HELIOS 24 décembre 2020 10:32

              @tobor

              Pas de problème a ce que vous venez d’ecrire, il vaut mieux agir que contempler....
              Oui, MAIS... la réaction DOIT etre proportionneé et c’est là que se trouve le problème Le côut (...tous les couts...) doivent être envisagés a pas seulement les siens ou seuls ceux des autres.
              Imposer des sacrifices, ok, mais il ne faut pas s’en exclure, vous comprenez bien, j’en suis sûr...

              Alors evidement le monde n’est pas fait que d’artistes, parce que gouverner c’est aussi un art. Nous sommes actuellement  de mon point de vue  gouvernés par des rustres, vaniteux, irresponsables, égoïstes et comme leur culture les a formés, des soumis, eh, oui, eux aussi !... et je ne parle pas que de politique, bien entendu.

              Bonne soirée de Noël.


            • I.A. 24 décembre 2020 15:13

              @chapoutier

              Très bien, oui, mais les artistes s’y prennent trop tard, en fait.

              D’une part ils n’ont quasiment plus d’audience, d’autre part ils devraient se rassembler : plus ils seront nombreux à enfin s’insurger contre cette dictature sanitaire, plus les médias, les mougeons, les médecins et les hommes politiques les écouteront... 

              Eux qui chantaient ou jouaient si bien les libertés, ils serait temps qu’ils s’approprient ce combat - pour tous, pas seulement parce qu’ils ne peuvent plus se produire !


            • Abou Antoun Abou Antoun 23 décembre 2020 18:29

              Génial d’avoir pensé à afficher la charte de Biderman !

              On est en plein dedans.


              • alinea alinea 23 décembre 2020 19:52

                Il n’y a qu’une seule solution, c’est qu’une immense majorité de gens dans le monde refuse la vaccination.

                Tant qu’il y aura une majorité de couards ignorants ou lâches, le monde ira mal.

                Comment peut-on imaginer que ça aille autrement ?


                • zygzornifle zygzornifle 24 décembre 2020 08:31

                  Depuis l’élection de Macron chaque jour est un nouveau pas vers la dictature .... 


                  • zygzornifle zygzornifle 24 décembre 2020 08:34

                    La dictature parfaite serait une dictature qui aurait les apparences de la démocratie, une prison sans murs dont les prisonniers ne songeraient pas à s’évader, un système d’esclavage ou, grâce à la consommation et au divertissement, les esclaves auraient l’amour de leur servitude.

                    Aldous Huxley


                    • blafeur 24 décembre 2020 12:27

                      Aldous Huxley n’avait même pas imaginé qu’un jour il faudrait prouver être en bonne santé, testé et vacciné...


                    • I.A. 24 décembre 2020 15:39

                      Juste parfait.

                      Nous sommes en plein dedans, oui : tortures et maltraitances psychiques comme physiques à tous les étages !

                      Du coup, on assiste ici ou là, et de plus en plus souvent, à des scènes sordides : 

                      • Un homme qui enfile ses gants latex avant de monter dans la rame de métro 
                      • Un couple de petits vieux avec masque + visière + gants dans une rue vide de chez vide
                      • Une masquée qui change précipitamment de trottoir pour ne pas croiser un non masqué 
                      • Un joggeur (masque-exempté) qui dépasse une piétonne (masque-obligée) en train de traverser la rue devant un cycliste à l’arrêt (masque-exempté), pour continuer sa course sur un trottoir chargé d’étudiants fumabt ou à mangeant (donc masque-exemptés)
                      • Une boulangère qui enduit ses gants latex de gel hydroalcoolique avant de prendre la baguette que lui demande sa cliente
                      • Un enfant qui porte un croissant à sa bouche avant d’avoir baissé son masque
                      • Un interlocuteur que l’on fait répéter plusieurs fois, jusqu’à ce qu’il soit obligé d’ôter le masque pour se faire comprendre 
                      • Etc...

                      • Le Panda Le Panda 27 décembre 2020 15:29

                        Bonjour à tout un chacun

                        Ce qui se passe sous nos yeux, ne permet en ce moment la justification ou pas de l’effet du vaccin. Les faits démontrent une fois de plus que les engagements prit par le gouvernement ne sont pas ou que partiellement respectés. Meilleurs vœux pour 2021 dans tous les sens.

                        Le Panda

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité