• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand la vie se résume à un poème

Quand la vie se résume à un poème

  

  Edmund Husserl disait que le philosophe est un éternel débutant ; Jean-François Lyotard nous apprend qu'il est d'abord enfant, qu'il garde le souci de « l'infans », ce temps de l'insouciance, du pur sensible, de la curiosité naïve, d'avant le logos, cette « dictature de la logique ». Le soufi Ibn Arabi qui avait, pour rappel, plus de sept siècles d'avance sur les thèses freudiennes de psychanalyse et les rapports fondamentaux entre l'art, l'éros et le thanatos estime, lui, que la philosophie, la mère des sciences, passe d'abord par la rupture avec la vie ordinaire et avec la langue autoritaire. Un philosophe n'est d'abord, pour le grand maître du soufisme, qu'un poète en rupture de ban avec une société, la sienne, souvent accrochée à sa « ses » logique « s » stérile « s ». Le célèbre Mansur Al-Halladj n'en pensait pas moins, lui qui a perdu sa vie à cause des errements de son verbe « poétique », jugé blasphématoire par les gardiens du temple. Philosopher, c'est comme carder « souf » (la laine), d'où son surnom déjà, pour la rendre plus lisse, plus suave, polie, pure. Autrement dit, et pour aller dans sa métaphore, carder la langue, la sensibilité, la raison, en quête de la pureté éternelle, source de la lumière, la connaissance, le savoir et surtout de la poétique de la vie. Et quel antidote à la monotonie des jours et nos mélancolies qu'un poème ?

    Mon compatriote Malek Haddad en savait sûrement davantage que moi sur ce « Quai aux fleurs qui ne répond plus » (1). Lui, le grand amateur des belles rimes et l'amoureux des sonorités orientales de ce « butin de guerre » (la langue française selon Kateb Yacine), devenue à contrecœur son propre exil. Et que dirait-on de Mahmoud Darwish, un keffieh autour du cou et un rameau d'olivier dans la main, chantant Jérusalem, la ville sainte aux mille histoires, comme un éternel poème d'amour ? Un poème, c'est l'eau, c'est le pain, c'est le gîte, c'est l'oxygène. C'est plus qu'un gage pour espérer : c'est la survie elle-même. Resté à Sarajevo pendant son siège au cours des années 1990, le poète bosniaque Izet Sarajlic fut contraint de brûler les livres de sa bibliothèque pour chauffer sa maison. Il commença d'abord par la philosophie et les romans, poursuivit par le théâtre, et s'apprêtant à détruire la poésie, le conflit s'acheva soudain : « La quatrième année, écrit-il, c'est le tour des poèmes. Mais la guerre prit fin et les épargna. Classement du feu : la dernière à y être destinée : la poésie, en guerre, la plus urgente : en résistance ».

Kamal Guerroua.

1-Roman de Malek Haddad, publié en 1961. Une prose poétique qui coule comme un flot d'or sur la Seine. 
 


Moyenne des avis sur cet article :  3.29/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • The White Rabbit The White Rabbit 24 avril 2021 12:26

    Sache que le monde tout entier est miroir,
    dans chaque atome se trouvent
    cent soleils flamboyants.
    Si tu fends le cœur d’une seule goutte d’eau,
    il en émerge cent purs océans.
    Si tu examines chaque grain de poussière,
    mille Adam peuvent y être découverts...

    Un univers est caché dans une graine de millet ;
    tout est rassemblé dans le point du présent...
    De chaque point de ce cercle
    sont tirées des milliers de formes.
    Chaque point, dans sa rotation en cercle,
    est tantôt un cercle,
    tantôt une circonférence qui tourne.


    Mahmûd Shabestarî. Poète soufi, Iran (XIVè s.)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité