• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand le Grand Déballage s’invite au Grand Débat en attendant le (...)

Quand le Grand Déballage s’invite au Grand Débat en attendant le Grand Ménage et le Nettoyage de Printemps : le feuilleton Benalla-Macron

Nero solus erat, illuc cuncta vergere

‘Néron était seul et c'est vers lui que tout convergeait’

(Tacite, Annales, 1,3)

Peut-on être innocent, lorsqu'on aime un coupable ? (Savinien de Cyrano de Bergerac, La Mort d'Agrippine)

Point de ces pécheurs à demi, qui ont quelque amour pour la vertu ; ils seront tous damnés, ces demi-pécheurs ; mais pour ces francs pécheurs, pécheurs endurcis, pécheurs sans mélange, pleins et achevés, l'enfer ne les tient pas ; ils ont trompé le diable à force de s'y abandonner.

Pascal, Les Provinciales, Quatrième lettre (1656)

JPEG M. Macron va se casser les dents sur quatre obstacles : des errements scandaleux (l’Affaire Benalla), une géopolitique européenne hasardeuse (le Traité d'Aix-la-Chapelle), une folie immigrationniste (le Pacte de Marrakech) et enfin le refus d’éliminer les agents du terrorisme (la libération des djihadistes emprisonnés en France et le "rapatriement" de ceux du Proche-Orient), avec comme dénominateur commun les métastases d’un monde islamo-musulman qui empoisonne littéralement la vie de la France en particulier et de l’Europe en général. Nous y reviendrons prochainement.

Pour le moment c’est bien une sordide petite histoire de voyous dont les frasques sont chaque jour dévoilées qui montre qu’en France le Pouvoir est littéralement en train de pourrir par la tête avec une autre version des « Hommes du Président » mise à la sauce d’un petit Watergate élyséen dont le jus putride se répand partout.

Le magazine Mediapart a publié ce jeudi 31 janvier 2019 l'enregistrement audio d'une conversation téléphonique que le site d'informations attribue à Alexandre Benalla et Vincent Crase. L'ex-collaborateur de l'Élysée, tout juste licencié, revendiquait alors le soutien du chef de l'État.

On pose ici une question majeure : que Mediapart puisse révéler une information à partir de sources qui doivent rester secrètes est une chose qui relève de l’essence-même du journalisme. Mais il serait intéressant de savoir qui – dans l’entourage présidentiel ou au sein de l'appareil d'Etat-, a enregistré la conversation téléphonique destinée à servir un jour, comme c’est désormais le cas, de grenade dégoupillée ?

Le feuilleton qui met directement en cause le chef de l'Etat et ses relations douteuses avec une petite frappe dont on se demande sans vouloir chercher la réponse qui il est, comment et pourquoi il est entré dans l'entourage présidentiel, continue.

 

"Il est comme un fou"

La conversation qui a eu lieu le 26 juillet 2018 est tout simplement édifiante, ainsi que le rapporte dans un billet que je cite ici dans son intégralité le magazine Atlantico, sur la base des informations recueillies par Mediapart. La transcription-diffusion de ces propos de voyous constitue un florilège aussi exceptionnel que scandaleux qui, partout ailleurs, devrait précipiter les principaux intéressés aux oubliettes après un passage par la case trahison-prison à l'issue d’une véritable enquête parlementaires et après administration d’une justice impartiale.

On se prend à rêver que face à la montée d'une exaspération chaque jour croissante certaines institutions, certains hauts fonctionnaires, certains parlementaires dont l'intégrité et la droiture sont réelles puissent parvenir à rétablir l'ordre des choses, mettre un terme à tous ces errements et envoyer cette équipe de malfrats en prison.

"Le patron, hier soir, il m'envoie un message, il me dit : 'Tu vas les bouffer, t'es plus fort qu'eux, c'est pour ça que je t'avais auprès de moi. Je suis avec Isma (Ismaël Emelien, conseiller spécial du président, ndlr), on attend Le Monde, etc.'", explique Alexandre Benalla à son collègue Vincent Crase, lui aussi inculpé dans l'affaire des violences du 1er Mai, en référence au long entretien accordé à l'époque au quotidien dans la foulée. "Donc le patron (Emmanuel Macron, ndlr) nous soutient ?", s'enquiert l'interlocuteur, présenté comme Vincent Crase, ancien responsable de la sécurité de La République en marche.

"Ah ben il fait plus que nous soutenir", confirme Benalla. "Il est comme un fou. […] C'est énorme quand même", lâche-t-il, comme amusé par la situation. Le président de la République ne serait d'ailleurs pas la seule personne à le soutenir. Quand Crase lui demande sur qui il peut s'appuyer, l'ancien garde du corps cite "le président, Madame (Brigitte Macron), Ismaël (Emelien), qui me conseille sur les médias et compagnie". Des affirmations formellement démenties par l'Elysée, sollicité par Mediapart. 

Macron, "il est mort de rire"

Mais ce n'est pas tout. Au fil de la discussion, les deux interlocuteurs reviennent plus en détails sur les remous judiciaires, administratifs et médiatiques causés par les révélations de l'affaire. "C'était un film d'histoire quand même, hein ?", fait remarquer Benalla. "Ah ben c'est un cauchemar, oui ! Un film d'horreur", rétorque le gendarme réserviste. "C'est une bonne expérience", se réjouit alors Alexandre Benalla, dans une séquence complètement lunaire. "À 26 ans, si tu veux, y a pas grand monde qui vit… qui provoque deux commissions d'enquête parlementaires, qui bloque le fonctionnement du Parlement…".

"Ça te fait rire ?", réplique Crase. "Lui (Emmanuel Macron), ça le fait marrer ! Lui, il est mort de rire. Nerveusement, mais ça le fait marrer. Ça le choque pas plus que ça", lâche Benalla. "Il dit : 'On est entouré d'une bande de débiles. Si demain, il y a une […] crise, comment ça va se passer, quoi ? C'est Isma (Ismaël Emelien) qui m'a dit ça tout à l'heure. Il m'a dit : 'Écoute, si demain il y a un truc vraiment beaucoup plus grave, qu'est-ce qu'il va se passer ? Ils vont réagir comment tous ces cons ?'", indique Alexandre Benalla. Des révélations qui, si elles s'avèrent, devraient mettre Emmanuel Macron et son entourage dans de beaux draps.

Comment « tous ces cons » vont-ils réagir ? Il semblerait que la réponse lui soit donnée chaque week-end mais que le Sonotone ™ présidentiel soit mal réglé car il ne semble ni entendre ni comprendre la clameur qu'expriment ses compatriotes qu'il réprime avec une sauvagerie inexplicable dont il devra un jour rendre compte.

Puisse l’intéressé se rappeler en effet tant qu’il en est encore temps les propos du Duc de La Rochefoucauld-Liancourt (1747-1827) à Louis XVI (1754-1793), réveillé le soir du 14 juillet, à Versailles : « Mais c’est une révolte ? — Non, Sire, c’est une révolution ! »

M. Macron devrait comprendre que la fréquentation des hommes de mains qui se prennent pour Tony Montana/Scarface ou le fait de jouer les héros de Wall Street finissent mal.

Comme l’écrit Gabriel Robin dans une livraison du magazine L’Incorrect que je cite ci-après : « Il y a fort à parier que le « grand débat » inaugure une deuxième phase dégagiste faisant suite à celle de l’élection présidentielle de 2017. Emmanuel Macron pourrait survivre, reste qu’il est redevenu celui qu’il a toujours été : le représentant d’un nouveau monde qui n’a gardé de l’ancien que les défauts. Les subterfuges ne fonctionneront pas. Pas plus les divagations sur les lubies post-modernes, du véganisme au néo-féminisme en passant par l’écologie punitive, que les appels au loup populiste et les condamnations des « paroles de haine » et de la « démagogie ».

Les français attendent du concret, du palpable, du tangible. Qui peut leur donner ? Qui pourra faire que chacun ait sa part selon son mérite sans que l’unité nationale soit brisée à jamais ? Qui pourra rendre la France aux Français ? En définitive, c’est tout ce qu’attendent nos concitoyens : vivre en paix du fruit de leur labeur dans un pays qui leur ressemble. Un foyer plutôt qu’un hôtel de luxe pour milliardaires voisinant un camp de clandestins. L’enjeu est là. »

Il y a gros à parier en effet que du Grand Débat au Grand Déballage on puisse bientôt envisager le Grand Ménage et un "nettoyage de Printemps".

 

Sources :

https://www.atlantico.fr/pepite/3564985/tu-vas-les-bouffer-quand-benalla-vantait-soutien-macron

https://www.histoire-en-citations.fr/citations/rochefoucauld-louis-xvi-mais-c-est-une-revolte-non-sire

Petite Histoire de France depuis les temps les plus reculés jusqu’à nos jours (1883), Victor Duruy

Gabriel Robin, L’Incorrect, 16 janvier 2019

https://lincorrect.org/le-grand-deballage/

https://www.avoir-alire.com/les-hommes-du-president-la-critique

https://www.vulture.com/2018/04/revisiting-the-controversy-surrounding-scarface.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.14/5   (35 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Carine Carine 1er février 15:14

    Article sur un sujet important mais pollué par des préjugés : que vient faire un prétendu « néoféminisme » ravalé au rang des « lubies » post-moderne ? Si l’auteur veut parler des gens qui sous couvert de féminisme, sont en fait plus sexistes et discriminants qu’autre chose, soit. Encore faudrait-il le préciser, car le féminisme, le vrai, celui qui recherche une équité et qui n’est pas haineux, mais cherche au contraire à rassembler, est plus que jamais indispensable.


    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er février 17:07

      @Carine

      Bonjour et merci autant pour votre visite que pour votre commentaire.

      "que vient faire un prétendu « néoféminisme » ravalé au rang des « lubies » post-modernes, écrivez-vous ? Si l’auteur veut parler des gens qui sous couvert de féminisme, sont en fait plus sexistes et discriminants qu’autre chose, soit. Encore faudrait-il le préciser, car le féminisme, le vrai, celui qui recherche une équité et qui n’est pas haineux, mais cherche au contraire à rassembler, est plus que jamais indispensable."

      Le sujet du néoféminisme n’est ici qu’une incidente, tirée d’une citation. Il ne s’agit en réalité que des dérives sociétales du Président avec une approche du féminisme revue et visitée à la sauce M. Schiappa dont la présence dans ce gouvernement n’a rien d’une énigme mais est bien dans l’air du temps.

      Le vrai féminisme n’a rien à voir avec tout cela.

      Avez-vous lu Gabrielle Cluzel ? Voici un entretien qui mérite d’être lu : https://www.hommenouveau.fr/2329/politique-societe/entretien-avec-gabrielle-cluzel—les-heures-de-gloire-du-feminisme-seraient-elles-aussi-les-dernieres-.htm
      Bien à vous,
      RB


    • Le Panda Le Panda 1er février 15:31

      Bonjour Renaud Bouchard

      ‘Néron était seul et c’est vers lui que tout convergeait’

      Normal nous n’étions pas là, à cette époque pour connaitre les raisons au plus justes.

      Peut-on être innocent, lorsqu’on aime un coupable ? (Savinien de Cyrano de Bergerac, La Mort d’Agrippine)

      Evidemment que cela de nos jours ou à l’époque de Cyrano de Bergerac la preuve son nez lui a permit de détecter certaines odeurs parfois délictueuses

      Point de ces pécheurs à demi, qui ont quelque amour pour la vertu ; ils seront tous damnés, ces demi-pécheurs ; mais pour ces francs pécheurs, pécheurs endurcis, pécheurs sans mélange, pleins et achevés, l’enfer ne les tient pas ; ils ont trompé le diable à force de s’y abandonner. Pascal, Les Provinciales, Quatrième lettre (1656)

      Pascal ayant vécu en Auvergne à la Bibliothéque Municipale Dans sa description du Jardins Lecoq il parlent des pécheurs de tous styles sans avoir de canne à pèche. Faut-il encore que l’enfer existe car pour bruler en enfer sans âme ne faut-il pas comme moi être athée. Votre article je l’ai pulsé avec commentaires et bien des faits que vous soulevez ici j’en parle vous l’avez lu ? A plus tard…..

      Cdt

      Le Panda


      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er février 17:08

        @Le Panda
        Bonjour et merci pour votre commentaire. Je vais lire votre article.
        Bien à vous,
        RB


      • Le Panda Le Panda 1er février 17:16

        @Renaud Bouchard
        Merci je me doutais que vous le ferez j’ai lu le votre même que vous l’avez posté à deux reprises.
        Bonjour et merci pour votre commentaire. Je vais lire votre article.

        Je vous en sais gré
        Bien à vous
        Le Panda


      • lufugiv 1er février 16:58

        Bonjour,

        Je ressent comme une ambiance de veillée d’arme sur les chan. Ils savent qu’on vas les mutiler et ils préfèrent chercher une stratégie, qu’une solution de repli.

        Les mecs je leur explique que le gouvernement cherche l’escalade, et je voie une lueur s’allumer dans leur yeux, je les voit écouter attentivement, mais pas flipper.

        Les mecs je leur explique qu’il n’ont aucune idée de la violence des armes moderne, de leur portée, de leur zone d’effets, des 40 ans de retard qu’ils ont... ils rient.

        Et bien... Allez y donc, allez offir votre sang a la république, mourez pour macron. Vous obtiendrez l’opprobre international et des renforts anti-émeute du reich.

        Ca sufit l’entrainement, l’adversaire en as mare, il veux plus jouer, il intimide et péte des dents, il utilise la morphométrie et la génétique pour nous chopper un par un.

        Si un enragé aviné me lit, vient défendre la constituante, vient être l’un des premiers garde républicains de la 6 éme, reste en réserve jusqu’à avoir des ordres légitimes.

        ++


        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er février 17:16

          @lufugiv
          Bonjour et bien vu.
          Il est probable que le pouvoir ira à l’escalade, au risque d’un débordement consécutif à un événement imprévu ou soigneusement déterminé, du genre « faux drapeau ».
          Pour autant ce jeu est extrêmement dangereux car on ne joue pas impunément le rôle du boutefeu.
          L’exécutif qui est complètement à la ramasse joue la montre, crée un rideau de fumée, tente de diviser les citoyens en cherchant à les opposer les uns aux autres.
          Voici ce qu’écrit l’assemblée GJ de Commercy : "

          Avec nos gilets jaunes, nous reprenons la parole, nous qui ne l’avons jamais.

          Et quelle est la réponse du gouvernement ? La répression, le mépris, le dénigrement. Des morts et des milliers de blessés, l’utilisation massive d’armes par tirs tendus qui mutilent, éborgnent, blessent et traumatisent. Plus de 1.000 personnes ont été arbitrairement condamnées et emprisonnées. Et maintenant la nouvelle loi dite « anti-casseur » vise tout simplement à nous empêcher de manifester. Nous condamnons toutes les violences contre les manifestants qu’elles viennent des forces de l’ordre ou des groupuscules violents. Rien de tout cela ne nous arrêtera ! Manifester est un droit fondamental. Fin de l’impunité pour les forces de l’ordre ! Amnistie pour toutes les victimes de la répression !

          Et quelle entourloupe que ce grand débat national qui est en fait une campagne de communication du gouvernement, qui instrumentalise nos volontés de débattre et décider ! La vraie démocratie, nous la pratiquons dans nos assemblées, sur nos ronds-points, elle n’est ni sur les plateaux télé ni dans les pseudos tables rondes organisées par Macron.

          Après nous avoir insultés et traités de moins que rien, voilà maintenant qu’il nous présente comme une foule haineuse fascisante et xénophobe. Mais nous, nous sommes tout le contraire : ni racistes, ni sexistes, ni homophobes, nous sommes fiers d’être ensemble avec nos différences pour construire une société solidaire.

          Nous sommes forts de la diversité de nos discussions, en ce moment même des centaines d’assemblées élaborent et proposent leurs propres revendications. Elles touchent à la démocratie réelle, à la justice sociale et fiscale, aux conditions de travail, à la justice écologique et climatique, à la fin des discriminations. Parmi les revendications et propositions stratégiques les plus débattues, nous trouvons : l’éradication de la misère sous toutes ses formes, la transformation des institutions (RIC, constituante, fin des privilèges des élus…), la transition écologique (précarité énergétique, pollutions industrielles…), l’égalité et la prise en compte de toutes et tous quelle que soit sa nationalité (personnes en situation de handicap, égalité hommes-femmes, fin de l’abandon des quartiers populaires, du monde rural et des outres-mers…).

          Nous, Gilets Jaunes, invitons chacun avec ses moyens, à sa mesure, à nous rejoindre. Nous appelons à poursuivre les actes (acte 12 contre les violences policières devant les commissariats, actes 13, 14...), à continuer les occupations des ronds-points et le blocage de l’économie, à construire une grève massive et reconductible à partir du 5 février. Nous appelons à former des comités sur les lieux de travail, d’études et partout ailleurs pour que cette grève puisse être construite à la base par les grévistes eux-mêmes. Prenons nos affaires en main ! Ne restez pas seuls, rejoignez-nous !

          Organisons-nous de façon démocratique, autonome et indépendante ! Cette assemblée des assemblées est une étape importante qui nous permet de discuter de nos revendications et de nos moyens d’actions. Fédérons-nous pour transformer la société !« 

          Du rêve ? Un »soviet" ? Un peuple, tout simplement.Qi demande à vivre tranquillement.

          https://lundi.am/2019-annee-sans-pareille


        • cevennevive cevennevive 1er février 17:24

          Bonjour Renaud Bouchard,

          Un tel scénario, s’il était présenté à un producteur, n’aurait aucune chance de se transformer en film, même de série B...

          Invraisemblable mais pourtant vrai !

          Tortiller du popotin, à l’Elysée ou ailleurs, devant des guignols imbitables, avec la gueule fendue jusqu’aux oreilles, et « en même temps » commander à son ministre de « castagner » des manifestants qui demandent simplement un peu de respect !!!


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er février 17:36

            @cevennevive
            Bonjour !

            Invraisemblable mais pourtant vrai, effectivement.

            Tout ce cirque est en réalité aussi tragique que ces clowns maléfiques qui tentent encore de retourner la population en leur faveur en flattant ces maires qui ne sont que la version moderne 2019 de « curés jureurs ».

            La manoeuvre est condamnée à l’échec pour une raison simple : M. Macron a commmis l’irréparable.

            Comme l’écrit F. Lordon sur son blog :

            "Dans la série graduée des actes par lesquels un souverain en vient à perdre sa légitimité, le point maximal est atteint quand il prend le parti de constituer sa population en ennemie, et par conséquent de lui faire la guerre. Nous en sommes là, littéralement. Déployer des blindés en ville, équiper les forces de police de fusils à pompe, et même de fusils d’assaut, infliger aux manifestants des blessures… de guerre, c’est bien être en guerre. Du reste, s’il en est à prévoir des plans d’exfiltration des ministres et à prépositionner un hélicoptère pour évacuer l’occupant de l’Élysée, c’est que ce régime lui-même ne s’illusionne pas tout à fait quant à la réalité de ses rapports avec «  sa  » population. " F. Lordon

            https://blog.mondediplo.net/il-est-alle-trop-loin-il-doit-partir

            Bien à vous,

            Renaud Bouchard


          • Areole 3 février 00:58

            @Renaud Bouchard
            Pourquoi rêver ? Macron ne quittera pas le pouvoir et aucune force n’est assez puissante pour l’atteindre. Ni les gilets jaunes, ni les scandales à répétition. Le monsieur est intouchable et il le sait.
            Rendez-vous dans 3 ans, on prendra les mêmes et on recommencera.


          • troletbuse troletbuse 1er février 17:42

            La seule issue possible

            La Destitution de Micron, un salopard.

            Ensuite, on verra


            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 1er février 18:00

              @troletbuse
              Destitution, jugement et relégation, avec ses complices et affidés, dans une France lointaine : entre 48°35’ et 49°54’ de latitude Sud et entre 68°43’ et 70°35’ de longitude Est.
              http://www.kerguelen-voyages.com/consulter/PagePerso.asp?LangueID=1&PagePersoID=256


            • Areole 4 février 20:55

              @troletbuse
              Ben oui yaca ! Allez, encore un petit article sur Agoravox et c’est fait.


            • Odin Odin 1er février 19:22

              Bonjour Renaud Bouchard

              « Qui a … enregistré la conversation téléphonique destinée à servir un jour »

              Possible que le mépris de Benalla envers le personnel de sécurité de l’Élysée et autres… , par des vexations et humiliations, sachant qu’il était intouchable car « très proche » du petit micron, a fait déclenché par ce personnel une mise sur écoute officieuse pour une éventuelle utilisation ultérieure pour se venger de ces arrivistes.  


              • troletbuse troletbuse 2 février 10:26

                @Odin
                ’il était intouchable


                Ben il y est toujours. La justice est au point mort et sa mise en examen n’a été demandée par Micron uniquement pour ne pas répondre à la commission d’enquête. J’ai lu qu’il s’était expatrié. Facile avec une dizaine de passeports non annulés. On ne sait pas si il a emmené son coffre-fort avec lui. Faudrait demander à Heitz qui n’a rien vu, rien entendu, rien dit.


              • troletbuse troletbuse 2 février 10:28

                @troletbuse
                Faut excuser la justice car elle est surchargée par les Gilets Jaunes et un problème négligeable comme Benalla-Micron n’est pas prioritaire smiley


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 12:31

                @troletbuse
                Oui. La justice ne voit que ce qu’elle veut voir.

                Elle a la vue qui baisse et sa balance n’est plus vérifiée par les Poids et Mesures depuis bien longtemps, même si elle compte encore - je vous rassure des gens dont l’intégrité demeure parfaite et qui ont bien du mal à faire leur métier.
                http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2019/01/31/01016-20190131ARTFIG00192-le-tribunal-de-paris-condamne-le-mur-des-cons.php

                Vieille histoire.
                RB


              • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 12:37

                @Odin

                Bonjour et merci pour votre commentaire.

                « Qui a … enregistré la conversation téléphonique destinée à servir un jour »

                "Il est possible, écrivez-vous, que le mépris de Benalla envers le personnel de sécurité de l’Élysée et autres… , par des vexations et humiliations, sachant qu’il était intouchable car « très proche » du petit micron, a fait déclencher par ce personnel une mise sur écoute officieuse pour une éventuelle utilisation ultérieure afin de se venger de ces arrivistes."

                Qui sait...

                On en arrive à des extrémités et des comportements plus que surprenants qui n’ont pas dû être du goût de tout le monde. cf. ci-après cette étonnante explication du général de Gendarmerie Richard Lizurey :

                https://www.bfmtv.com/politique/benalla-le-chef-de-la-gendarmerie-assume-son-grade-dans-la-reserve-1494966.html

                Richard Lizurey a reconnu devant le Sénat sa responsabilité dans la nomination d’Alexandre Benalla au titre de lieutenant-colonel dans la réserve opérationnelle.

                Auditionné devant la commission d’enquête du Sénat, le patron des gendarmes, le général Richard Lizurey, a défendu mercredi sa décision d’octroyer à Alexandre Benalla le grade de lieutenant-colonel spécialiste de la réserve opérationnelle dans la gendarmerie, arguant de l’« expérience » de l’ex-conseiller du chef de l’Etat de dans la protection des personnalités. Le général ajoute qu’il a pris cette décision en son "âme et conscience« qu’il »l’assume« , comprenant toutefois »la colère qu’elle a pu susciter"

                "Ce n’était pas au titre de sa fonction qu’il a été recruté, mais au titre de son expérience" dans la protection des personnalités, a-t-il précisé, ajoutant que ce titre était « temporaire » et "ne lui permettait ni d’encadrer ni de commander".

                Alexandre Benalla avait donné « satisfaction »

                Le patron de la gendarmerie ajoute qu’engagé dans la réserve opérationnelle de 2009 à 2015, dans le cadre d’un travail de sécurité publique général dans le département de l’Eure, Alexandre Benalla avait donné « satisfaction ».

                Quant à l’épisode de tentative de fuite après un accident de la route, raconté par Arnaud Mntebourg, qui était à l’époque ministre du Redressement productif, Richard Lizurey affirme ignorer cette épisode et ne disposait d’"aucune information négative" sur Alexandre Benalla au moment de prendre la décision de le nommer.

                « Une décision personnelle que j’assume »

                Questionné ensuite sur la vérification des antécédents d’Alexandre Benalla, le chef des gendarmes explique qu’elle avait eu lieu en 2009, au moment où Alexandre Benalla a rejoint la réserve, précisant qu’"Au moment où il change de statut fin 2017, il n’est pas utile de refaire ce travail de criblage".

                L’Elysée a-t-il joué un rôle dans l’obtention de ce grade ? "Non à aucun moment« tranche le général. »Personne ne m’a contacté et je n’ai contacté personne à l’Elysée. C’est une décision personnelle que j’assume", conclut-il.



              • troletbuse troletbuse 2 février 15:13

                @Renaud Bouchard
                Vous êtes sur que Benalla n’a pas été élevé à son grade pour sa fonction de porteur valises. Il me semble que Castaner avait bien donné sa fonction à moins que ce soit porteur de coffre-fort smiley
                https://www.bfmtv.com/mediaplayer/video/benalla-dans-le-bus-des-bleus-j-ai-entendu-dire-qu-il-etait-en-charge-de-la-logistique-des-bagages-avance-castaner-1091188.html


              • ticotico ticotico 1er février 20:15

                @Renaud Bouchard

                A mon humble, et complotiste, avis, la fin de Macron viendra de sa hiérarchie...

                Ceux qui l’ont mis en place avaient déjà effectué une première sommation en juillet dernier, quand le petit voulait bricoler la constitution.

                La deuxième vague « Benalla » actuelle est probablement une deuxième sommation. Je pense que les tireurs de ficelle (ceux qui font circuler les dossiers n’étant que des exécutants) ont gardé le meilleur pour la fin...

                La personnalité troublée de Manu le bref va l’amener à poursuivre sa fuite en avant. Maintenir les hausses dans la grande distribution en est une des dernières preuves. Et l’épisode III du retour de Benalla devrait finir de ruiner l’image d’un président privé de soutien, le peuple le hait, ses sponsors le trouvent contre-productif, ses alliés étrangers ne croient plus en lui... Rien ne pourra plus le sauver.

                Une petite citation pour une chronique post démission : « Eli, Eli, lama sabactani ! »

                Faut quand même pas oublier qu’il s’appelle Emmanuel...


                • baldis30 2 février 08:59

                  @ticotico

                  bonjour,
                   « A mon humble, et complotiste, avis, la fin de Macron viendra de sa hiérarchie... »
                  je partage presque cet avis et je le partagerais totalement si vous aviez ajouté « ou de son entourage ».
                   Déjà des rats ont quitté le navire, et l’Histoire en apprend beaucoup dans des circonstances vues maintes fois :
                  Je ne sais combien de points Godwin me seront attribués - j’en ai à revendre mais lorsque j’entends ( encore hier soir sur une chaîne TMC) « Hitler s’est suicidé » je complète par « suicidé par qui »..... ( et à qui aurait profité le crime, sinon à un très proche ... question insidieuse donc..... inepte) .
                   


                • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 12:26

                  @ticotico
                  Bonjour et merci pour votre commentaire.
                  Nous vivons dans un monde de possible(s) où tout peut arriver, y compris l’inattendu...
                  Je crois effectivement qu’une mécanique s’est mise en marche.

                  L’Elu a déçu...

                  Il n’est pas à la hauteur de ce que l’on attendait de lui.

                  Peut-être pourrait-on se laisser aller à imaginer que les anges gardiens qui ont veillé à le mettre en avant puissent désormais penser à le mettre sur une voie de garage tant qu’il en est encore temps, le réduisant à devenir un vieux wagon abandonné dans une gare de triage, sur des rails rouillés, au milieu d’herbes folles...

                  Que disent les Augustes, les Parques, tel J. Attali, par exemple, qui rêve déjà d’installer Miss America, ou encore A. Minc qui, le 9 juillet 2018, déclarait déjà dans un entretien prémonitoire qui mérite une lecture attentive : "« On ne peut pas continuer comme cela, l’inégalité est trop forte. On risque l’insurrection… »


                  https://www.20minutes.fr/politique/2304447-20180709-risque-insurrection-mise-garde-alain-minc-emmanuel-macron

                  Quant à J.Attali, lequel s’est vanté en son temps d’avoir inventé E. Macron, le voilà désormais revenu de son « erreur » première, au point de renier sa « créature ».

                  Attali : « je commence à douter de Macron »

                  cf. ci-après cet entretien entre le Gourou-Génie et un Cireur de pompes de compétition qui vaut lui aussi le détour...comme les commentaires.

                  Un véritable cristal d’immodestie, de flagornerie et de cuistrerie...

                  https://www.youtube.com/watch?v=PBwvAtL2PKU

                  Renaud Bouchard


                • baldis30 2 février 13:38

                  @Renaud Bouchard

                  rebonjour,
                   « J.Attali, lequel s’est vanté en son temps d’avoir inventé E. Macron, »

                  Auriez-vous pensé que cette obscure lumière pût créer le Soleil ?  smiley


                • ETTORE ETTORE 1er février 20:27

                  La nouvelle Marianne du prochain gouvernement seras celle défigurée, dans le sous sol de l’arc de triomphe.

                  La première énucléation, commise par le peuple, pour qu’elle.......

                  lui ressemble dans les temps futurs.

                  Et.....cela se réalise, maintenant !


                  • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 12:01

                    @ETTORE

                    Il ne lui manque plus que les vêtements déchirés.
                    Faut-il être à ce point malade et psychologiquement perdu pour toucher à pareil symbole...
                    A quand le martelage de la sculpture de Rude ?
                    Il est vrai que toutes les périodes de troubles ont leur lot de comportements aberrants bien que parfaitement symboliques, notamment celui qui consiste à...tirer sur les horloges.
                    cf. à ce propos un texte que je vous invite à lire, tous comme les autres lecteurs, à partir de cet autre texte fameux de Walter Benjamin :

                    «  Qui le croirait. On dit qu’irrités contre l’heure
                    De nouveaux Josués, au pied de chaque tour,
                    Tiraient sur les cadrans pour arrêter le jour.  »

                    Walter Benjamin, Sur le concept d’histoire , 1940, Écrits français

                    http://www.fabula.org/atelier.php?Tirer_sur_les_horloges_%28Benjamin%29

                    Renaud Bouchard


                  • ETTORE ETTORE 1er février 20:53

                    La fameuse écoute téléphonique .......

                    Dans tout ça, on entend QUE les commentaires du sieur Benalla....

                    Ce qu’il dit, LUI,

                    Ce qu’il veut bien, raconter LUI à son pôte !

                    Pas la voix de son « souteneur » de patron.

                    Et vu comme ce type peut être pervers et retord.....Pas dit qu’il ne fabrique pas lui même, son propre scénario, 

                    Je te fous dedans, mais pas trop, et innocemment en parlant à mon pôte

                    Je te le dis, mais je le dis surtout parce que je quelqu’un va le dire à ma place.

                    Benalla.....Sûrement un excellent spécialiste de la danse du ventre !


                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 11:54

                      @ETTORE
                      « un excellent spécialiste de la danse du ventre », effectivement, avec un diamant dans le nombril.
                      Que M. Macron n’ait pas vu qu’il s’était acoquiné avec un type qui ment comme il respire et restera toujours prêt à la trahir et à le faire chanter à la moindre occasion constitue là une preuve de naïveté et d’immaturité inacceptable de la part du chef de l’État.
                      « Pas dit qu’il fabrique lui-même son propre scenario ».
                      EZffectivement.
                      On voit d’ailleurs que l’interlocuteur de Benny demeure quelque peu...interloqué, même si l’autre en rajoute (avec le langage et les expressions idoines, bien dans l’air du temps).
                      RB


                    • baldis30 2 février 12:07

                      @Renaud Bouchard

                      bonjour,
                      « naïveté et d’immaturité  »
                      ou bien, ruse suprême, dissimuler sous les deux termes une perversité sadique , tant pis pour le pléonasme .....


                    • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 12:41

                      @baldis30
                      « Ruse suprême »...Ainsi aurions-nous affaire à des stratèges talentueux ou à de fins tacticiens... Et on ne nous dit rien ?


                    • baldis30 2 février 13:41

                      @Renaud Bouchard
                      « Et on ne nous dit rien  »

                       C’est normal, après une président normal en rien  : il n’y a rien à dire à des riens, Pierre DAC ne vous aurez rien dit d’autre.


                    • Christian Labrune Christian Labrune 2 février 00:12

                      @Renaud Bouchard

                      J’avais bien entendu parler de cette conversation téléphonique mais un certain dégoût m’avait ôté l’envie et le courage d’en savoir plus. De toute façon, c’était très facile à imaginer. Ce que vous nous rapportez ne me surprend aucunement. Il y a là un style, une vulgarité extrême et une bassesse, qui sont communes à Macron et à tous ceux qui l’entourent.

                      Les choses vont aller de mal en pis, et ces imbéciles ne sont même pas capables, comme le seraient des politiciens cyniques mais intelligents, de percevoir les limites que, dans leur intérêt même - qui est bien leur seule préoccupation-, il conviendrait de ne jamais franchir. Tout cela est énorme, écoeurant, mais ce n’est qu’un début.

                      Ce qui me dégoûte tout autant, c’est la versatilité des faiseurs d’opinion dans les media qui, après les « performances » de Macron dans ses mises en scène de faux débats, s’appliquaient à se faire croire que la mayonnaise gluante de la campagne, qui avait un peu « tourné », comme on dit en cuisine, allait bientôt reprendre consistance. Quelle sottise !

                      Après Benalla et pas mal d’incongruités qui permettaient déjà se se faire une idée de ce qui s’annonçait, on aura eu les gilets jaunes, c’est-à-dire pas mal d’estropiés de tous les côtés, et même quelques morts. Tout cela est incontestablement le résultat d’une politique particulièrement ignoble et irresponsable.

                      Il serait grand temps que cette bouffonnerie atroce arrivât à son terme. 


                      • baldis30 2 février 09:02

                        @Christian Labrune

                        bonjour,
                         tout le monde n’a pas la chance d’avoir en face un préfet Grimaud ....


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 11:13

                        @baldis30
                        Effectivement.
                        Un homme prudent qui savait ce que pouvait être le respect d’une vie.
                        Rien à voir avec un ministre de l’Intérieur qui a une tête et un comportement de voyou.
                        https://www.lci.fr/societe/commemoration-des-50-ans-de-mai-68-maurice-grimaud-ce-prefet-de-police-de-paris-qui-a-evite-le-pire-lors-des-manifestations-2083405.html

                        RB


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 11:46

                        @Christian Labrune
                        Bonjour et merci autant pour votre visite que pour votre commentaire auquel je souscris pleinement.
                        Je saisis l’occasion pour remercier tous les autres lecteurs et contributeurs venus visiter cette page.
                        Vous écrivez, je vous cite, à propos de l’entretien téléphonique du 28 juillet 2018 entre MM. Benalla et Crase, "qu’il y a là un style, une vulgarité extrême et une bassesse, qui sont communes à Macron et à tous ceux qui l’entourent.

                        /Effectivement. la liberté de langage commune à tous ces gens qui n’ont même plus la réserve et la tenue que l’on est en droit d’attendre de membres de la Haute Administration t(vieille tradition française) les conduit à adopter un comportement et des propos conformes à leur vie quotidienne ou plus rien n’a de valeur et où l’autre le compatriote, le concitoyen fait l’objet d’un mépris affiché.Nul doute que le retour de flamme viendra un jour, les gens n’acceptant pas -avec raison-, de se laisser insulter.

                        Les choses vont aller de mal en pis, écrivez-vous, et ces imbéciles ne sont même pas capables, comme le seraient des politiciens cyniques mais intelligents, de percevoir les limites que, dans leur intérêt même - qui est bien leur seule préoccupation-, il conviendrait de ne jamais franchir. Tout cela est énorme, écœurant, mais ce n’est qu’un début.

                        / Eternelle question de l’hubris et des limites qu’une véritable intelligence alliée à une prudence élémentaire devrait conduire à respecter. L’explication de ces errments est très simple : nous avons affaire à des minus habens qui n’ont pas la moindre idée de ce que peut et doit être la conduite d’un Etat et qui ne voient pas qu’en France, malgré les apparences, les gens non seulement savent lire, écrire et compter, mais qu’en outre ils réfléchissent et finissent un jour où l’autre par comprendre que l’on ne peut pas éternellement les « rouler dans la farine » et leur raconter des boniments.

                        Sur l’hubris, cet article avec un dessin qui vaut le détour : https://www.lepoint.fr/editos-du-point/sebastien-le-fol/de-xerxes-a-macron-une-histoire-de-l-hubris-08-10-2018-2261060_1913.php

                        Ce qui me dégoûte tout autant, concluez-vous,c’est la versatilité des faiseurs d’opinion dans les media qui, après les « performances » de Macron dans ses mises en scène de faux débats, s’appliquaient à se faire croire que la mayonnaise gluante de la campagne, qui avait un peu « tourné », comme on dit en cuisine, allait bientôt reprendre consistance. Quelle sottise !

                        /Nul besoin d’être dégoûté. La versatilité des « faiseurs d’opinion » qui ne sont en réalité que des...faiseurs (au sens balzacien du terme), et des faisans (bons pour un coup de fusil), n’abuse que ceux qui acceptent d’ingérer la mayonnaise immangeable qui leur est servie. L’intoxication leur servira de châtiment.Certains « faiseurs d’opinion » commencent malgré tout à comprendre que le vent pourrait bien tourner. Peu importe, la mémoire est longue et ils seront rattrapés par l’opinion qui adore brûler ce qu’elle a adoré.

                        Après Benalla et pas mal d’incongruités qui permettaient déjà se se faire une idée de ce qui s’annonçait, on aura eu les gilets jaunes, c’est-à-dire pas mal d’estropiés de tous les côtés, et même quelques morts. Tout cela est incontestablement le résultat d’une politique particulièrement ignoble et irresponsable.

                        Il serait grand temps que cette bouffonnerie atroce arrivât à son terme. 

                        /Puisse votre conclusion se réaliser et nous épargner ce que ce gouvernement en perdition s’acharne malgré tout à déclencher : « la guerre de tous contre tous », en s’efforçant par tous les moyens possibles, y compris en mettant de l’essence sur le feu, de dresser les gens « bien pensants » contre ceux qui expriment un réel malaise amplement décrit par le géographe Christophe Guilluy dans la France Périphérique, concept particulièrement ancré dans une réalité économique et sociologique que l’on ne saurait balayer d’un trait de mépris ;

                        https://www.lexpress.fr/actualite/politique/gilets-jaunes-qu-entend-on-par-france-peripherique_2050054.html

                        Il est incroyable mais à vrai dire il n’y a là rien de surprenant à cela -, que la justice (ou la caricature qu’en donnent ses représentants actuels), n’ait pas réagi comme elle aurait dû le faire dans un véritable État de Droit face à des déclarations et comportements tels que ceux imputables à Luc Ferry qui a appelé la police à tirer sur la foule (Radio Classique, le 7 janvier 2019, au micro de Guillaume Durand).

                        https://actu.orange.fr/france/gilets-jaunes-la-methode-ultra-radicale-de-luc-ferry-magic-CNT000001bLtXJ.html, appelant tranquillement à la violence institutionnelle contre ses concitoyens.

                        Bien à vous,

                        Renaud Bouchard


                      • Le Panda Le Panda 2 février 11:59

                        @Renaud Bouchard
                        Bonjour, merci pour votre non visite, mais il est évident que l’on ne peut pas toujours faire ce que l’on veut ou je me trompe ? Les nouvelles tombent comme pas possible, ce matin les commerçants de Toulouse de Paris et de nombreuses villes se groupent autour et avec les gilets jaunes. Les commerçants envisagent d’attaquer la Préfecture en divers départements 41 en France pour non protection en association de leur outil de travail avec les Gilets Jaunes. Puis Castaner monte le ton en disant que des terroristes seront de retour en France. En procédant de la sorte et avec les 5 ans de détention que risque Benalla et 75 000€ pour parjures. Macron pense faire une avancée dans les européennes, ils se trompent complétement les uns et les autres. Il n’y a pas meilleur moyen de perdre face à des gens qui savent utiliser leur bulletin de vote. Il y a une certaine forme d’intelligence avec l’ennemi et même à +4 je végète. Vive la démocratie et faut-il rendre gloire aux djihadistes, comme à Macron en lui mettant un trône au pied de Bastille ? Je suis écœuré que nous restera t-il ? Alors que 70% des français ne font nullement confiance à Macron et son équipe.

                        Bonne journée et merci

                        Le Panda 


                      • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 12:44

                        @Le Panda
                        Bonjour.
                        Effectivement, on ne peut pas faire toujours ce que l’on veut et quand on le veut.
                        Il faut parfois « donner du temps au Temps » comme disait quelqu’un.
                        tout vient à point etc.
                        Cordialement,
                        Renaud Bouchard


                      • adeline 2 février 18:59

                        @Le Panda
                        tu vas pas arrêter de faire chier<,,,,,


                      • UnLorrain 3 février 10:58

                        @adeline &#128522;&#128522;&#128522;


                      • zygzornifle zygzornifle 2 février 09:48

                        Cela se passait en 38 après JC.

                        Macron, favoris de Tibère. Il présida au supplice de Séjan, et obtint en récompense la charge de préfet du prétoire, ou il se rendit odieux.

                        Il fit étouffer Tibère mourant pour complaire a Caligula, dont il conserva quelque temps la faveur en lui prostituant sa femme Ennia Naevia , puis Caligula les obligeas tous deux à se suicider .


                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 11:09

                          @zygzornifle

                          Bonjour et merci pour votre commentaire.

                          Ah ! Comme l’on savait rire en ce temps-là !
                          Et puis lorsque vous cessiez de plaire, on vous balançait dans le bassin aux murènes...

                          RB


                        • baldis30 2 février 12:11

                          @Renaud Bouchard
                          « le bassin aux murènes... »
                          on n’avait pas encore importé les piranhas et le transport des crocodiles depuis le Nil était soumis aux aléas du voyage (un marin par jour pour nourrir l’animal ...)  smiley


                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 février 12:52

                          @baldis30
                          Les piranhas sont de véritables goinfres qui n’ont aucune idée du travail bien fait.
                          La murène est craintive mais il ne faut pas l’effrayer.
                          Le barracuda (on en trouve en politique) est un pirate pour lequel toute proie est bonne à saisir.


                        • zygzornifle zygzornifle 2 février 10:46

                          Benalla c’est comme un iceberg , vous n’avez pas encore vu ce qu’il y a de caché sous sa ligne de flottaison ...


                          • baldis30 2 février 13:44

                            @zygzornifle
                            bonsoir,
                             « sous sa ligne de flottaison »
                            Donc, selon vous, il nous mène en bateau alors que l’opinion publique semble prétendre qu’il plane ....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès