• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand les économistes se font Diafoirus

Quand les économistes se font Diafoirus

"Nobel" ou pas, les économistes de toutes tendances se copient entre eux, sans avoir jamais contribué à réduire les inégalités sociales, objectif au service duquel devraient pourtant être mises toutes les sciences dites humaines et les disciplines qui aspirent à en faire partie, telles la démographie et la sociologie, plus proches qu’il n’y paraît de l’économie.

Au contraire, ces mêmes inégalités sociales ont toujours augmenté et continuent de le faire dans l'insuffisance du constat de bien des experts, compliqué d’un arsenal de formules, indices et autres raisonnement, pontifiant dans le respect des pires dogmes et tabous, dont principalement celui dont est frappé toute question de population et a fortiori de surpopulation. C’est ainsi que rares sont ceux qui conçoivent d’autres vérités que celles qui résultent d'idées toutes faites. La fameuse pensée unique exerce son pouvoir ici comme en tant d’autres domaines.

C'est ce qui conduit notamment à ignorer, ou à négliger, que les inégalités sociales se soient toujours creusées, et continuent de le faire depuis que la société des hommes existe, dans une mesure directement proportionnelle à deux phénomènes indissociables :

1° L'augmentation de la richesse collective, telle qu’elle résulte de la croissance économique, aidée par le progrès scientifique et technique.

2° La croissance démographique, premier moteur de cette économie, du simple fait que l’être humain est avant toute autre considération un consommateur, et le pourvoyeur de tout ce qui peut contribuer à la satisfaction de ses besoins, vitaux comme superflus.

Ce qui peut se dire autrement en se référant à une pyramide sociale dont le volume est représentatif de l’importance en nombre de ses habitants. Plus ce nombre augmente, plus croît la richesse générée par les activités industrielles et les échanges commerciaux qu’entraînent les besoins de la population. Et plus croît l’enrichissement collectif qui en résulte – quelles que soient les conditions de son partage –, plus se creuse l'écart entre riches et pauvres. Pour s’en rendre compte, point besoin de formules savantes. Un calcul d’une simplicité enfantine y pourvoit et surtout, il suffit d'ouvrir les yeux et de se référer à des faits et à des chiffres incontestables, accessibles à tous : en 20 siècles la population humaine est passée de 250 millions à bientôt 10 milliards d’individus, et elle augmente actuellement de 280 000 chaque jour, soit près de 100 millions par an.

C'est à partir de la prise de conscience de cette démesure et de l’atrophie de notre société telle qu’elle en résulte, et seulement à partir de là, que des solutions réalistes et durables pourront être envisagées et appliquées pour maîtriser l’économie, réduire les inégalités, et servir au mieux les intérêts de l’humanité à travers ceux de la planète qui l’abrite peut-être encore pour quelque temps.


Moyenne des avis sur cet article :  1.47/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • Pere Plexe Pere Plexe 23 mars 2018 17:38

    Il n’existe pas de prix Nobel d’économie...

    La suite est du même niveau.

    • Claudec Claudec 23 mars 2018 18:42

      @Pere Plexe


      Qui parle de « Prix » Nobel ? Soyez plus attentif à ce que vous lisez, ça vous évitera de faire état d’un savoir d’aussi haut niveau, pour finalement sodomiser les mouches.

      Que chacun sache néanmoins que : « Contrairement aux autres Prix Nobel, le prix Nobel de science économique n’a pas été fondé par le testament d’Alfred Nobel, mais par un don de la Banque de Suède. Pour cette raison, son nom exact est Prix de la Banque de Suède en sciences économiques en mémoire d’Alfred Nobel. » Sic Wikiberal

      Pour « la suite », les économistes et ceux qui les croient béatement ne peuvent qu’en juger le niveau (?) insuffisant, ça va de soi. Mais ne vaut-il pas mieux juger de l’opportunité et de la justesse d’un propos que de son niveau ?

    • Jean Roque Jean Roque 23 mars 2018 20:26

       
      Intrinsèquement la société d’échange marchand ne peut que conduire qu’à plus d’inégalité (pour accélérer le processus, Marx était ironiquement pour le libre échange...) suivant la loi de la baise tendancielle du tx de profit.
       
      Le prolétariat actuel qualifié gagne mieux sa vie que ses ancêtres mais est en fait plus exploité que ces derniers du fait de la démultiplication productive des robots (plus-value relative). L’inégalité augmente malgré la baisse de la plus value absolue (le tps de travail a baissé et les salaires ont augmenté)
       
      Le capital pour vendre plus et survivre fait de la dette, où utilise la démographie, avec ses valets collabos négriers du NPA et ex-France soumise. La meilleure solution étant la guerre, le green-washing est une petite guerre biobio des crétins écollabobos.
       
      Toute économie politique est de la merde disait Marx


      • Claudec Claudec 23 mars 2018 21:08

        @Jean Roque


        Que l’échange soit libre ou réglementé, pour vendre plus, pas besoin d’un quelconque complot de qui que ce soit. Tous les pouvoirs, sous tous les régimes y contribuent, simplement en encourageant la multiplication de ceux qui les suscitent et les font prospérer. Quelle nation, quel parti, quelle collectivité, n’a pas pour première ambition de voir croître le nombre de ceux qui les composent et les font vivre ?

        L’être humain étant, avant toute autre considération et davantage que tout autre être vivant, un consommateur, capable de surcroît de s’inventer des besoins, sa simple prolifération assure une prospérité économique qui profite à l’espèce entière, quels que soient ceux qui la planifient et quelles que soient les conditions de son partage.

        Quant à la solution du problème par un éclaircissement des rangs de l’humanité qui en faciliterait la “régénération”, il est à craindre qu’elle rendrait probablement notre planète impropre à la vie humaine.

      • Le Gaïagénaire 24 mars 2018 01:32

        Claudec 23 mars 21:08

        Le problème est simple, trop simple même : ce n’est pas la quantité d’intrants mais la qualité de la matrice qui les clone.

        • Claudec Claudec 24 mars 2018 08:01

          @Le Gaïagénaire

          La qualité de la matrice n’a-t-elle pas précisément comme indicateur sa performance, laquelle s’exprime par sa production d’intrants ?
          En d’autres termes, n’est-ce pas la confirmation que la cause de tous nos maux est notre propre prolifération ?

        • Le Gaïagénaire 25 mars 2018 14:08

          @Claudec 24 mars 08:01

          Il est temps de reprogrammer la vieille matrice pour qu’elle produise des intrants de QUALITÉ. La quantité de « bazous » est ruineuse pour l’humanité. En conséquence, la « prolifération » des « choses » se normalisera.

          http://www.hydroquebec.com/soumissionnez/normes-iso.html


          Orientations ISO 9001

          Les normes ISO 9001 représentent un très large consensus international. En 2000, de nouvelles normes ISO 9001 ont été publiées et une décision a été prise à l’échelle internationale à l’effet de ne considérer que la norme ISO 9001 en vigueur pour la certification des systèmes qualité. Cette norme représente le seuil minimal que le système qualité du fournisseur doit respecter.


        • Claudec Claudec 25 mars 2018 19:36

          @Le Gaïagénaire


          Que devient la spiritualité des intrants ; cette aptitude qui leur est aussi indispensable que le pain, par laquelle ils donnent un sens à tout ce qu’il leur est interdit de comprendre ? Où est l’éthique dans tout ça ; bien qu’il ne soit pas interdit de penser qu’elle vive d’ores et déjà ses derniers instants ?

          Et la matrice elle-même ; sera-t-elle capable de s’adapter à temps, pour produire en nombre adéquat des intrants selon sa norme ?

          Nous sommes dans la sciences fiction, mais il et vrai qu’avec l’IA et des robots capables de se concevoir eux-mêmes, éthique et spiritualité ne pèseront pas plus lourd que la pensée de nos économistes et autres experts en sciences humaines.

        • Le Gaïagénaire 26 mars 2018 12:41

          @Claudec 25 mars 19:36


          Vous avez raison. c’est sans espoir.



        • Claudec Claudec 26 mars 2018 22:14

          @Le Gaïagénaire

          Bonsoir,

          Je complète tout d’abord ma réponse à votre précédent commentaire par la mention ci-après, à l’intention des experts en sciences humaines, habitués d’Agoravox :

          "... dont le mutisme en réaction au présent article peut surprendre.

          Mais je tiens surtout à vous remercier de votre contribution, qui engage à étendre la réflexion concernant la pyramide sociale à la pyramide humaine, puis à la « matrice » qui, sans le moindre complotisme en est le sommet logique autant que naturel, à tous égards, pour le meilleur et pour le pire.


        • Le Gaïagénaire 27 mars 2018 17:34

          @Claudec 26 mars 22:14


          //www.lefigaro.fr/flash-actu/2018/03/27/97001-20180327FILWWW00093-l-ecole-une-reponse-aux-attentats-selon-macron.php

          Quelqu’une de bien consciente semble « pisser » dans l’oreille de votre président.

          C’est la thèse que j’ai élaborée et que je défend depuis 25 ans.

          Cordialement


        • alain_àààé 24 mars 2018 14:10

          c est vrai ce que tu écri.ATTALI et les cohens qui sont experts d AUBRY la maire de lille,des banques,du gouvernement socialiste.de tout cela il ne peut résulté rien de bon.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès