• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quand un scandale sanitaire est trop gros pour éclater

Quand un scandale sanitaire est trop gros pour éclater

 

J'enquête depuis presque 2 ans, sur une substance chimique qui a littéralement envahi nos vies, en particulier celles des nourrissons. Pour le pire.

JPEG

Il y a des produits toxiques qui ont un statut particulier : ceux dont la rentabilité financière est si importante qu'ils échappent à toutes les règles, à toutes les lois en vigueur, en particulier en matière de sécurité. Pendant près d’un siècle, l'Industrie a ainsi dissimulé les méfaits du plomb dans l'essence, de la cigarette ou de l'amiante. Toujours avec les mêmes arguments :

1. Ce toxique s'élimine facilement

2. Ce toxique est "naturellement" omniprésent

3. Ce toxique n'est utilisé qu'à faibles doses

4. Ce toxique est utilisé depuis longtemps : RAS

5. Ce toxique est indispensable

Pour défendre ces poules aux œufs d'or, l'Industrie est capable d'absolument tout, y compris d’avoir recours à une « science du faux » : la science dite « défensive », dont le seul but est de produire de fausses informations, d’attaquer les chercheurs indépendants, de faire croire que le toxique n'est pas toxique. L'important est de gagner du temps, un temps précieux pour les profits au détriment de la santé publique (voire de l'écosystème mondial dans le cas du glyphosate).

Mais le nombre de victimes augmente, et peu à peu, le public s’interroge. On détourne alors l'attention des citoyens vers de faux débats, des soi-disant « controverses » fabriquées de toute pièce, comme s’il y avait un désaccord entre les chercheurs, comme si « le principe de précaution » était toujours abusif, comme si émettre un doute était franchement irresponsable, voire idiot. Objectif : empêcher la science indépendante et le public de découvrir la vérité. Et pour cela, produire de fausses informations, changer le sens des mots, avoir recours à la censure la plus dure, à la propagande la plus agressive.

S’interroger sur la sécurité du produit devient alors un comportement hautement suspect.

L'élément chimique sur lequel j'ai enquêté a un statut encore plus particulier, car ce sont les États eux-mêmes qui ont engagé leur responsabilité pour garantir sa sécurité. Toutes les agences sanitaires du monde soutiennent que ce produit est sûr. C'est ce que j'ai tout simplement voulu vérifier.

Et c’est à ce moment précis que ma vision du monde a été bouleversée :

1) Ce produit est un neurotoxique avéré dont la toxicité peut être retardée (les troubles peuvent apparaître des années plus tard).

2) La sécurité de ce produit n'a jamais été évaluée sérieusement sous prétexte qu'il est utilisé depuis longtemps, argument très discutable. Il bénéficie d'un "droit acquis" : on suppose qu'il est inoffensif sans jamais avoir vérifié ce postulat. Aucun test toxicologique n'a jamais été exigé pour sa commercialisation, alors même que ce produit est administré aux nourrissons, parfois dès la naissance.

3) Une seule étude théorique produite par la Food & Drug Administration américaine garantit la sécurité de ce produit chez le nourrisson, qui reçoit les plus fortes doses de ce toxique sans aucun filtrage naturel.

Problèmes :

a) Si l'on applique les niveaux de sécurité européens (7 fois plus sévères que les niveaux américains) à l’étude de la FDA, ces niveaux sont dépassés pendant au moins la première année de vie du nourrisson. Les bébés sont donc officiellement intoxiqués par ce neurotoxique (= dangereux pour le cerveau).

b) L'étude théorique de la FDA repose sur une seule étude expérimentale in vivo qui observe que ce neurotoxique peut entrer dans le cerveau.

c) Fin 2017, la FDA a retiré son étude, qui n'est donc plus valable aujourd'hui.

Pourtant, la sécurité du produit est toujours mondialement affirmée : les 2 uniques études (théorique et expérimentale) sur lesquelles s’appuient cette affirmation démontrent au contraire le danger de cette substance.

Nos enfants sont donc, de facto, les cobayes d'une expérience à grande échelle, contraire au code de Nuremberg, au consentement éclairé, au Code de la santé publique...

La science indépendante, malgré le manque du subventions, malgré la pression des industriels, des institutions et des médias, publie de plus en plus d'études sur ce problème majeur de santé publique et est parvenue à démontrer que :

1) Ce produit neurotoxique peut entrer dans le cerveau, encore plus facilement chez le nourrisson dont la barrière hémato-encéphalique, protectrice du cerveau, est encore immature les 6 premiers mois (en moyenne).

2) Un neurotoxique dans un cerveau en développement peut activer le système immunitaire du cerveau (la microglie) qui, à son tour, sécrète certaines cytokines pro-inflammatoires dont IL-6. Ces molécules, nécessaires à faibles doses pour le développement du cerveau, peuvent provoquer des dysfonctionnements neurologiques importants si leur concentration augmente sur une durée prolongée.

3) Peuvent alors apparaître des "troubles neuro-développementaux", un large spectre de troubles : de la vue, de l'ouïe, troubles moteurs, du langage, troubles du spectre autistique…

4) Oui, la cause de l’autisme (sécrétion chronique d’IL-6) est connue depuis 2007, mise en évidence par une équipe de Caltech, aux USA. Depuis, un solide corpus d'études internationales l'a démontré : tout neurotoxique qui entre dans le cerveau en développement peut déboucher sur un trouble neuro-développemental s’il produit IL-6 pendant une durée suffisamment longue.

5) Or le produit neurotoxique en question provoque la sécrétion d’IL-6 dans le cerveau, c’est démontré.

6) D’autres troubles sont également provoqués par cet élément, à court ou long terme : allergies, asthme, auto-immunité, syndromes de Fatigue Chronique… ainsi que certaines maladies neuro-dégénératives et certains cancers. Chaque trouble étant étudié par diverses équipes de chercheurs dans le monde. Aucun test de sécurité n’a jamais été produit en amont de sa commercialisation.

7) Ce toxique relève également de la toxicité des particules fines : aucune dose ne saurait être une garantie d'innocuité (plus la particule est fine, plus elle fait des dégâts).

8) L'analyse de 5 cerveaux autistes a révélé la présence de ces particules, spécifiquement incluses dans la microglie cérébrale de ces cerveaux.

Les enfants d'aujourd'hui grandissent dans un monde hyper pollué : leur organisme est soumis à de multiples toxiques dès la conception. L’état inflammatoire devient chronique pour nombre d'entre eux. Leur organisme peine de plus en plus à éliminer ces toxiques. Le fait d’introduire un neurotoxique directement dans leur organisme relève de l'inconscience et peut compromettre le bon développement neurologique d’un nourrisson à court, moyen ou long terme.

Les recherches indépendantes se multiplient et gênent les industriels : elles sont attaquées de toutes parts et leurs signaux d’alarme ne parviennent pas jusqu’au public. Dans le même temps, l'industrie continue à produire en toute impunité des études cliniques objectivement biaisées par l'utilisation de faux placebos (qui gomment l’émergence des effets secondaires), pratique qu’il faut absolument dénoncer. Le mot « placebo » a tout simplement changé de définition.

 

Il s'agit d'un problème éminemment politique, un problème majeur de santé publique. Un problème aux enjeux financiers gigantesques. Les troubles du neuro-développement spécifiquement autistiques coûtent à la collectivité 7 milliards d’euros par an, en France, selon la cour des comptes : on estime à 1% le nombre d'enfants souffrant de Trouble Autistique. Aux USA, c’est un enfant sur 59 qui est officiellement autiste (CDC 2014), 54% vivent avec une maladie chronique. En France, toujours pas de chiffre officiel.

 

Ce problème ce sont les adjuvants d'aluminium, présentés comme « indispensables » aux vaccins (alors que l’Institut Pasteur avait justement développé une alternative avec le phosphate de Calcium, jusqu’en 1986), aluminium injecté directement dans l’organisme des nourrissons, de façon systématique et obligatoire.

Je me demande si vous m'auriez lue, si j'avais commencé par là.

Et le scandale continue, trop gros pour éclater… Et moi, simple maman, j’ai fait ce que j’ai pu : j’ai réuni toutes ces informations, toutes ces sources (plusieurs centaines), dans une vidéo que j’ai mise en ligne sur youtube. Car il faut du temps pour bien comprendre le délire des adjuvants d'aluminium des vaccins. Si vous le pouvez, aidez-moi à diffuser ces informations. Il y a urgence.

Vidéo complète « L’Alu Total » : www.agoravox.tv/actualites/sante/article/dangers-de-l-aluminium-des-vaccins-79460

Brochure récapitulative : https://docdro.id/FPcrcC4

Liste des sources : https://alutotal.wordpress.com/le-danger-des-adjuvants-daluminium-liste-des-sources/

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.92/5   (24 votes)




Réagissez à l'article

70 réactions à cet article    


  • ricoxy ricoxy 29 mars 17:19

     

    Décidément, l’alu t’obsède. Je suis, moi aussi, inquiet à propos des vaccins, mais aussi à propos des médicaments, le plus souvent enveloppés dans des plaquettes aluminisées.

     

    Quant à la pollution, elle est généralisée. Il suffit de lire Un empoisonnement universel de Fabrice Nicolino.

     

     


    • ricoxy ricoxy 29 mars 17:38

       
      Ouille, rectif : après l’alu, le plomb t’obsède. Ma femme, pendant quelques années a œuvré pendant quelques années au sein de la Préfecture de Paris dans la cellule « Saturnisme ». Le nombre d’anciens appartements de Paris avec des peintures au plomb (et des tuyauteries en plomb) est ahurissant. L’on ne compte pas les enfants intoxiqués au plomb, appartements qu’il faut évacuer (les locataires ne sont pas tjs d’accord) pour remettre tout aux normes.
       
       


    • Hypatie Hypatie 29 mars 18:27

      @ricoxy
      Le Plomb, comme l’aluminium, est un neurotoxique. Mais... on n’injecte pas encore du plomb directement dans l’organisme des bébés... pas encore... :)


    • pierrot pierrot 30 mars 10:41

      @ricoxy Bonjour,
      la très faible teneur de dérivés aluminiques dans les vaccins permet d’augmenter leur efficacité. Il n’a jamais été démontré scientifiquement du risque sanitaire des composés aluminiques dans l’alimentation (je met à part, les écrits de quelques personnages non scientifiques sérieux).


    • ELAA 30 mars 12:01

      @pierrot
      J’ai regardé attentivement la vidéo. Si vous ne le faites pas, vous n’êtes pas en mesure de discuter de ce sujet qui est compliqué.
      On apprend notamment (32:34 ), que les quantités d’aluminium des vaccins du calendrier vaccinal dépassent les niveaux de sécurité de l’EFSA (1 mg/kg/semaine) avec une NOAEL (donc un niveau du risque minimum de 0,1 mg / kg / jour).

      A 2 mois, le nourrisson de 5 kg (en moyenne) reçoit le même jour : L’Infanrix + Prévenar = 0,945 mg, soit quasiment 2 fois la dose qui marque la limite de toxicité. 

      On apprend dans le film que l’aluminium n’est pas éliminé du corps : il peut rester des années (Flarend 97 donne 5,6 % d’élimination chez le lapin) et que les niveaux de sécurité européens sont dépassés pendant au moins la première année du nourrisson, alors qu’en même temps, il est en plein développement neurologique (son cerveau crée les synapses pendant les 2 premières années).

      Les nourrissons sont donc intoxiqués à l’aluminium de façon officielle (41:12). Par ailleurs, les études sur la neurotoxicité de l’aluminium, et notamment des adjuvants d’aluminium, se multiplient et font maintenant le lien entre inflammation cérébrale précoce et troubles neuro-développementaux (aux USA, on en est officiellement à 1/59 enfant autiste, à 54:12).

      En effet, l’étude de Flarend, dès 1997, fait l’observation de la pénétration cérébrale de l’aluminium des vaccins (chez le lapin). Donc : neurotoxique + développement neurologique = troubles neuro-développementaux. Croire le contraire relève d’un déni irrationnel.


    • foufouille foufouille 30 mars 12:41

      @ELAA
      grosse propagande verte, l’alu est bien éliminé par le corps humain.


    • Alren Alren 30 mars 13:24

      @pierrot

      « la très faible teneur de dérivés aluminiques dans les vaccins permet d’augmenter leur efficacité. »


      Ben oui, c’est le principe de l’adjuvant : créer une inflammation artificielle pour provoquer une réaction du système immunitaire qui sera ainsi davantage mobilisé contre la substance vaccinale elle-même.

      Ce qu’on vous dit, c’est que les sels d’aluminium qu’on utilise pour provoquer cette inflammation artificielle ne sont pas éliminés parce que l’aluminium à la différence du fer, du calcium, du magnésium, du potassium, du zinc ou du cuivre n’est pas présent naturellement dans les cellules.

      Il n’y a pas de métabolisme de l’aluminium comme il y en a pour ses métaux qui sont évacués dans les urines en cas d’excédent (avec cas particulier pour le fer).

      Les métaux lourds comme le mercure, le plomb, le plutonium ne sont pas évacués non plus et c’est ce qui en fait la toxicité.


      Ceci dit, rien ne prouve que l’aluminium ingéré soit absorbé par l’organisme précisément par qu’il ne participe pas aux réactions chimiques de la vie.

      Ce qui est grave et ne respecte pas le principe de précaution le plus élémentaire, c’est qu’avec le vaccin, il est injecté directement dans l’organisme qui ne peut plus s’en défaire. Ensuite l’aluminium migre, c’est certain, dans le cerveau, y provoquant forcément des dégâts.


    • foufouille foufouille 30 mars 13:35

      @Alren
      encore une fois, c’est faux l’alu est bien éliminé.


    • JL JL 30 mars 13:41

      @Alren
       
       ’’Ceci dit, rien ne prouve que l’aluminium ingéré soit absorbé par l’organisme précisément par qu’il ne participe pas aux réactions chimiques de la vie.’’
       

       C’est cette différence qui est importante : beaucoup de personnes savent que, il y a quelques décennies, l’aluminium était vanté comme matériau idéal pour les casseroles, poêles à frire, et autres ustensiles de cuisine. Beaucoup d’entre nous ont ingéré des aliments cuits avec ça, et croient par conséquent que l’alu n’est pas dangereux, en général. A tort vraisemblablement.
       
       Une confusion à ranger au panthéon des amalgames nuisibles.


    • tobor tobor 30 mars 14:51

      @foufouille
      L’alu s’élimine facilement quand il arrive par voie orale.
      Quand il arrive directement dans le sang, rien n’est prévu par l’organisme pour le canaliser.


    • Alren Alren 30 mars 15:50

      @tobor

      L’aluminium qui est avalé n’est pas absorbé par l’intestin et il est évacué par les selles avec tout ce qui n’est pas absorbé, la cellulose pour une grande part.

      Foufouille est un rigolo qui n’a aucune étude sur le sujet en référence.
      Si tel était le cas, il y a longtemps que les Laboratoires qui vendent des vaccins contaminés l’auraient claironné !



    • CoolDude 30 mars 19:13

      @foufouille

      encore une fois, c’est faux l’alu est bien éliminé.

      C’est pour cela que l’on en retrouve chez certains patients au point d’injection (Myofasciite à macrophages) ou dans le cerveau !

      Super l’élimination.

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Myofasciite_%C3%A0_macrophages


    • foufouille foufouille 30 mars 20:04

      @CoolDude
      aussi balèze que la preuve vidéo youtube, wiki = étude scientifique.
      pour info si macrophage = pas de dégat car barrière physiologique et l’alu ne se décompose pas.


    • CoolDude 30 mars 22:26

      @foufouille

      aussi balèze que la preuve vidéo youtube, wiki = étude scientifique.


      Wikipédia qui référence des « étude scientifique » Tata !!!

      Arfff... C’est trop moche.

      Pour info... On en retrouve même dans la rate !

      pour info si macrophage = pas de dégat car barrière physiologique et l’alu ne se décompose pas.

       ???

      Sinon, effectivement, il est connu et reconnu que ceux qui ont une Myofasciite à macrophages

      sont en pleine santé !


    • foufouille foufouille 31 mars 07:36

      @CoolDude
      wiki ne référence pas les autres études bizarrement car wiki n’est pas une revue scientifique donc ce n’est pas valable.
      des tas de gens ont des granulomes mais pas cette maladie. d’ailleurs, c’est une maladie rare et 99.9% des vaccinés n’ont pas cette maladie.
      plus haut, une folle prétend que c’est la cause de l’autisme, doctorix prétend que c’est la cause d’un tas de maladie.
      avec toujours comme argument d’autorité un terre plate médecin devenu barjot ou payé par des antivax.
      pour la MFM, personne ne sait de quoi ça vient comme pour de tas de maladies rares ou pas.
      on ne sait pas ce qui provoque le diabète de type un, pour le deux, il y a trop de facteurs. etc, etc.


    • foufouille foufouille 31 mars 08:20

      @CoolDude
      un macrophage est la poubelle de l’organisme, il bouffe les corps étrangers. si il ne peut pas, il appelle ses potes et forme une barrière autour donc ton alu serait juste emprisonner si il était présent en grande quantité ......


    • nono le simplet nono le simplet 31 mars 08:36

      @foufouille
      physicien nucléaire, médecin, biologiste ... tu as un sacré bagage ...


    • foufouille foufouille 31 mars 09:37

      @CoolDude
      http://www.asef-asso.fr/production/laluminium-ce-metal-qui-nous-empoisonne-la-synthese-de-lasef/
      la plus grande partie vient bien de l’alimentation et si tu as des reins en mauvais état, l’alu sera moins éliminé, une maladie rare des macrophages est beaucoup plus possible que le vaccin qui a juste une petite dose d’alu.


    • ELAA 31 mars 10:34

      @foufouille
      Vous n’avez de toute évidence pas étudié le sujet.
      Vous ne savez strictement rien, vous ne connaissez pas la pharmacocinétique de l’aluminium injecté, vous ne connaissez pas sa bio distribution, son taux d’élimination, vous ne connaissez pas les niveaux de sécurité, vous ne savez pas la façon dont s’exprime la neurotoxicité de l’aluminium.

      Vous ne savez rien, concernant ce sujet.

      Les seules personnes qui savent de quoi elles parlent sont les scientifiques à avoir étudié le sujet, quasi exclusivement, pendant plusieurs dizaines d’années : Pr Gherardi (depuis 20 ans), Pr Exley (depuis 35 ans), Pr Schoenfeld (depuis 20 ans), Pr Shaw (depuis 15 ans), Pr Kawahara (depuis au moins 10 ans) et tous ceux qui ont publié sur le sujet (dans les sources de la vidéo, il y a plus de 200 études qui témoignent du danger de l’aluminium injecté).

      Et malgré tout, vous vous exprimez avec mépris, sur un sujet aussi complexe, qui a des répercussions aussi grave sur la vie de millions d’enfants ?

      La seule attitude digne serait de s’informer et de poser des questions. Mais cette humilité, vous en êtes probablement incapable. C’est objectivement médiocre.

      Et comme tout médiocre, vous ne chercherez pas à comprendre, vous n’étudierez pas la question (que vous estimez inutile), et vous croirez sans aucune preuve, que tout va bien, que les Agences sanitaires et les laboratoires font du bon boulot. SANS STRICTEMENT AUCUN PREUVE (car il n’y a aucune donnée scientifique capable de dédouaner l’aluminium injecté, aucune).

      C’est justement cette médiocrité ambiante qui bousille nos enfants.

      Les injections d’aluminium ne sont rien d’autre qu’un monstrueux crime contre l’humanité, qui se déroule sous nos yeux grands fermés. Alors dormez bien, et surtout ne vous réveillez pas (de toute façon, vous ne devez pas avoir d’enfants... alors quelle importance, en effet).


    • ELAA 31 mars 10:42

      @foufouille
      D’ailleurs, pour votre information, ce sont les macrophages qui font migrer l’aluminium dans le corps et lui permettent d’entrer dans le cerveau. 

      Les granulomes qui apparaissent dans 1% des vaccinations, enferment l’aluminium et l’empêchent de migrer dans le corps (c’est donc une bonne chose). Cela signifie aussi que 99% des vaccinations ne provoquent pas de granulomes.

      Les plus faibles doses sont captées plus facilement pas les macrophages, et sont donc plus nocives (à court terme).

      L’aluminium dans le cerveau en développement, va provoquer des troubles neuro-développementaux (par activation de la microglie), notamment au niveau des synapses (en favorisant les excitatrices au détriment des inhibitrices) par le biais des cytokines pro-inflammatoires (IL-6 et IL-17).


    • Ruut Ruut 1er avril 14:13

      @Hypatie
      Il a trop longtemps été utilisé par les dentistes...
      C’est une sorte d’injection permanente quand même.

      Et le donneur d’alerte sur le plomb fut tué.
      0 hommages, 0 remerciements....
      Les sauveurs de l’humanité contre la corruption de nos élites restent hélas des anonymes.
      En tant que père je soutien vos préoccupations.


    • pierrot pierrot 1er avril 22:35

      @ELAA
      Comment pouvez vous imaginer que les médecins de l’Institut Pasteur qui œuvre pour prévenir les grandes épidémies aient pour objectif principal de faire mourir les patients en ajoutant des dérivés aluminiques dans les vaccins ?
      Inimaginable ?
      Seul des obscurantistes sur les bases de fausses infirmations anxiogènes sans démonstration scientifique rigoureuse dans des sites internet générés par une multinationale américaine peuvent croire cela.
      Il faut savoir faire une lecture critique des informations d’internet. Cela est parfois difficile car cela impose un bon niveau scientifique.


    • Matlemat Matlemat 29 mars 20:38

      L’aluminium est un élément dont aucun être vivant n’a besoin pour son métabolisme, il est aussi utilisé dans le traitement de l’eau comme agglomérant.


      • Julien S 29 mars 21:35

        Lorsqu’on évoque le fer pour désigner les armes (« croiser le fer », « périr par le fer », « le fer et le feu »...) on pense aux armées de terre et de mer. Avec l’aluminium on passe au degré supérieur de l’horreur, l’aviation ! (Guernica, Dresde, Hiroshima...)

        A bas l’aluminium ! 

        En plus il a 13 protons ! le nombre porte-malheur ! 


        • pierrot pierrot 30 mars 10:44

          @Julien S
          c’est stupide.
          L’aluminium a de multiples usages du fait de sa caractéristique de légèreté, l’aluminium métal est protégé par une couche d’oxyde d’aluminium (revoir cours de chimie de 1ère !).


        • ELAA 30 mars 12:05

          @pierrot
          tout à fait, mais il ne devrait pas entrer dans le corps humain : il peut inhiber 200 fonctions biologiques, il est neurotoxique et cancérigène. Alors pour les avions, ok, bien sûr, mais pas dans l’eau, pas dans la nourriture (pas de papier alu !) et surtout PAS d’INJECTION à l’aluminium. C’est criminel chez un nourrisson qui n’a pas les barrières de l’adulte et qui est immature, en plein développement. Et l’aluminium de l’eau (et des sodas) est très fortement soupçonné dans les maladies neuro-dégénératives (Alzheimer en premier lieu). Nous faisons face à des épidémies de troubles neuro-développementaux et neuro-dégénératifs : il faut contraindre les industriels à enlever l’aluminium de leurs procédés ! (pour le traitement de l’eau, le fer fait bien l’affaire).


        • pierrot pierrot 30 mars 15:04

          @ELAA
          Le traitement de l’eau usée utilise des hydroxydes d’aluminium (et non de l’aluminium) pour former des « flocs » qui sédimentent et sont ensuite éliminés par décantation ou filtration. Le surnageant est exempt de composés d’aluminium car l’hydroxyde est quasi insoluble (voir son pK) dans l’eau.


        • ELAA 30 mars 17:04

          @pierrot
          Justement, l’hydroxyde d’aluminium est celui qui est utilisé dans les vaccins. Il est en effet insoluble et n’est donc pas évacué du corps (il est capturé par les macrophages et est extrêmement bio-persistant : les cellules immunitaires mettent des mois, voire des années à s’en débarrasser. Ces cellules migrent dans tout l’organisme, emmenant avec eux l’hydroxyde d’aluminium, y compris dans le cerveau).

          L’hydroxyde d’alu, comme le phosphate d’alu et les autres sels, sont très toxiques : ils sont justement utilisés pour provoquer une réaction inflammatoire (rôle de l’adjuvant). 


        • Julien S 31 mars 10:19

          @pierrot
          .
          Vous auriez bien pu essayer de faire décoller le bombardier d’Hiroshima s’il avait été en fer. 


        • pierrot pierrot 1er avril 22:37

          @ELAA
          Aucun argument scientifique sérieux dans vos propos.


        • Raymond75 30 mars 08:18

          Laissez vos enfants mourir de la rougeole mais enfermez les pour qu’ils ne contaminent pas les autres.


          • révolQé révolQé 30 mars 10:16

            @Raymond75,
            j’ai, étant gosse eu, rougeole, scarlatine,rubéole, varicelle et toutes les autres petites joyeusetés nommées ’’maladie infantiles’’, et sans avoir été mis forcement en quarantaine,je n’ai tué aucun de mes copains... c’est ballot non ?


          • foufouille foufouille 30 mars 10:42

            @révolQé
            réaction de centre du monde. ceux qui en sont morts, tu ne les as pas vu donc ils n’existent pas. tu as chopper les maladies par magie.


          • Raymond75 30 mars 11:02

            @révolQé

            Et ma petite soeur est morte de la rougeole connard !!!


          • ELAA 30 mars 12:06

            @Raymond75
            le ROR (vaccin contre la rougeole, la rubéole et les Oreillons) ne contient pas d’adjuvant d’aluminium (c’est un vaccin à virus vivants).


          • CoolDude 30 mars 13:48

            @ELAA

            J’allais le dire... La problématique des vaccins ROR est tout autre.


          • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 30 mars 14:22

            @Raymond75

            Laissez vos enfants mourir de la rougeole mais enfermez les pour qu’ils ne contaminent pas les autres.

            >c’ est totalement illogique , par définition celui qui craint la rougeole est celui qui n’ est pas vacciné , si on doit enfermer les non-vacciné cela veut dire que le vaccin n’ est pas efficace .


          • pierrot pierrot 30 mars 16:01

            @révolQé
            La non vaccination de certains génère un risque sanitaire pour les autres.
            Qu’en savez vous que vous n’avez pas « tué un de vos copain » ?


          • foufouille foufouille 30 mars 17:51

            @Cyrus (TRoll de DRame)
            un vaccin n’est pas fiable à 100%. il peut muter sous une nouvelle variante mortelle comme pour la polio au gabon.


          • CoolDude 30 mars 19:20

            @pierrot

            La non vaccination de certains génère un risque sanitaire pour les autres.
            Qu’en savez vous que vous n’avez pas « tué un de vos copain » ?


            A ce niveau là... Je dirais que la grippe tue aussi !
            Combien de mort avez vous fait à chacun de vos éternuements ?

            Assassin !!! Génocideur !!! Etc...


          • CoolDude 30 mars 19:23

            @CoolDude
            D’ailleurs je propose que l’on rase l’Asie du Sud-Est histoire d’éliminer la cause de ce problème majeur qui nous fait perdre un à deux point de PIB (à BigPharma) chaque année !


          • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 30 mars 19:45

            @foufouille
            Admettons qu’ il soit efficace a 80% cela veut donc dire que l’ on as 20% de porteur en période d’ incubation qui se balade librement cela ne semble donc pas pertinent d’ enfermer seulement les « non-vacciné » qui en fait sont moins nombreux que les « résistant au vaccin » .

            Si on devait stopper une épidémie , il serait bien plus logique de « tester » l’ ensemble de la population , d’ enfermer les contagieux (vacciné au non ) et de laisser les autres vacciné ou non , circuler .

            Pour me définir je ne suit ni anti-vaccin , ni pro-vaccin mais je me pose d’ énorme question sur la façon de mettre en oeuvre une politique de vaccination réellement efficace en fonction du bénéfice risque ..


          • foufouille foufouille 30 mars 20:15

            @Cyrus (TRoll de DRame)
            il faut 90 à 95% pour pas mal de virus ou bactéries surtout dans le cas où le malade est la source de reproduction.
            tester tout le monde est trop cher et certains seront réfractaire comme pour le vaccin : c’est la cause des échecs de la vaccination de masse comme pour la variole, dans ce cas on isole les foyers infectieux.
            le but est d’éviter une épidémie avec beaucoup de morts, pas de la stopper car les virus ou bactéries ont beaucoup plus de chances de muter.


          • Ruut Ruut 1er avril 14:19

            @Raymond75
            L’aluminium n’est pas une obligation mais un choix US imposé a la France.


          • Zolko Zolko 1er avril 14:39

            @Raymond75 : quand j’étais petit — c’était pas en France — si une famille avait une de ces maladies infantiles, toutes les mamans amenaient leurs enfants là-bas pour qu’ils attrapent ces maladies et en soient protégés pour la suite de leur vie. D’autres mœurs....


          • foufouille foufouille 1er avril 14:48

            @Zolko
            ça se fait encore en france et aux states, avec quelques morts à la clé.


          • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 3 avril 18:48

            @foufouille

            il faut 90 à 95% pour pas mal de virus ou bactéries surtout dans le cas où le malade est la source de reproduction.
            tester tout le monde est trop cher et certains seront réfractaire comme pour le vaccin : c’est la cause des échecs de la vaccination de masse comme pour la variole, dans ce cas on isole les foyers infectieux.
            le but est d’éviter une épidémie avec beaucoup de morts, pas de la stopper car les virus ou bactéries ont beaucoup plus de chances de muter.

            >
            1/ 90-95% c’ est inatteignable , non pas a cause des « refractaire » , mais bien a cause des phénomène immunologique ou le vacciné devient lui même un porteur sain d’ une souche dopé beaucoup plus agressive .Dans des maladie de type ebola ou sida on voit bien le problème sans prophylaxie et quarantaine , le vaccin est inefficace car la souche mute immédiatement .

            l’ efficacité de la vaccination anti grippe est seulement de 50% cette année .
            on croise partout des zombi « vacciné » venir chercher sans masque et en pleine fièvre venir cherché des médicament fébrifuge pour pouvoir aller au boulot le lendemain .

            2/ ce n’ est pas le « vaccin » qui est en cause , meme si on peut se poser quelque question sur les adjuvant , mais la facon dont il est « promu » comme seul barriere valable , alors meme que la quarantaine et la prophylaxie reste indispensable .
            On reste songeur quand on voit embarquer en avion des individu en pleine phase de contagion , pour disperser la maladie resitante au 4 coins du globe .

            3/tu as raison , le but n’ est pas de stopper les épidémie , mais de les endiguer avec de bonne mesure prise a temps .Et non pas de vendre des « booster » pour que le salarié malade vienne contaminer les autres . 


          • foufouille foufouille 30 mars 08:57

            trop mort de rire. donc l’autisme n’existait évidement pas avant l’alu des vaccins ........ c’est d’un connerie ......


            • ELAA 30 mars 12:15

              @foufouille
              En effet, l’autisme était quasi inexistant avant l’utilisation des adjuvants d’aluminium. On le sait aujourd’hui, l’autisme est causé par une inflammation cérébrale chronique et/ou très intense pendant les années de développement du cerveau (in utero ou après la naissance).

              Typiquement, on sait depuis longtemps que contracter la rubéole pendant la grossesse peut provoquer des troubles neuro-développementaux (dont l’autisme).

              Mais les troubles autistiques ont émergé significativement à partir des années 70 (utilisation aux USA d’un DTCoq contenant de l’aluminium) avec une grosse accélération exponentielle dans les années 90 (introduction des vaccins hépatite B puis les autres adjuvés à l’aluminium), injectés plus tôt dans la vie et en plus grande quantité.

              Dans le film, il est montré que les nourrissons qui développent des troubles neuro-développementaux sont ceux qui éliminent mal les toxiques. En gros, comme le monde est de plus en plus pollué, les bébés naissent avec les toxiques de la maman : rajouter par dessus un neurotoxique (mercure, plomb ou aluminium...) provoque plus de dégâts aujourd’hui que par le passé, car les inflammations deviennent chroniques (d’ailleurs, 54% des enfants américains vivent avec une maladie chronique... en France, on ne sait pas, mais il suffit de voir le nombre d’enfants qui ont des allergies, des maladies neuro-logiques (dont des troubles aux yeux par exemple), ou des troubles auto-immuns pour bien saisir que notre système immunitaire part en vrille...

              Stop aux injections neurotoxiques dans des êtres DEJA surpollués par nos modes de vie.


            • foufouille foufouille 30 mars 12:37

              @ELAA
              dommage que l’autisme existe depuis toujours et que sa « découverte » date de 1911 et le mot de 43.
              il n’existe pas plus d’épidémie que pour le diabète, c’est juste le diagnostique et l’existence des CRA qui augmente le nombre d’autistes.
              c’est pareil pour des tas d’autres maladies non reconnues dans le passé.
              ton film est juste bon pour les neuneus "khmer vert avec une science infuse.


            • baldis30 30 mars 13:14

              @foufouille

              bonjour,
               totalement d’accord avec votre intervention : certains n’ont pas parlé des maladies émergentes, qui n’apparaissent qu’en raison de la disparition de pathologies disparues par hygiène ou vaccination ou que l’on sait soigner aujourd’hui alors qu’elles étaient mortelles il y a cent ou deux cent ans ... !
               D’autres réémergent ... comme la tuberculose souvent importée mais pas seulement ...


            • ELAA 30 mars 17:16

              @foufouille
              Vous ne comprenez pas : les troubles autistiques sont causés par une inflammation cérébrale dans un cerveau en développement. Des inflammations cérébrales intense et/ou chroniques, peuvent provenir de diverses façons, notamment par exemple, lors d’une infection de la rubéole pendant la grossesse (le système immunitaire de la maman s’active, provoquant des dégâts neurologiques dans le foetus). 

              Seulement, une inflammation cérébrale chronique chez le nourrisson, c’était extrêmement rare avant les années 90. Par exemple, on peut citer aussi l’Enfant Sauvage de Truffaut qui semble clairement autiste (histoire vraie du 18ème siècle). il y avait bien quelques cas, mais c’était extrêmement rare. Dans les années 70, aux USA, on parlait d’un enfant sur 5000 (chiffres du CDC). Par contre, à part des cas très précis, l’autisme était tout simplement quasi inexistant avant les années 70.

              Il l’est toujours dans les communautés qui ne vaccinent pas (Amish...).

              Un neurotoxique dans un cerveau en développement y cause des inflammations chroniques (l’aluminium est extrêmement bio-persistant). 

              Les critères de diagnostiques pour l’autisme ont changé en 1994 : pourtant, le nombre d’enfants diagnostiqués ne cessent d’augmenter de façon exponentielle. C’est un véritable désastre humanitaire qui se passe actuellement. 1/59 aux USA, 1/30 en Corée du Sud, 1/35 en Angleterre. En France, on dépasse les 1/100 (car pas de chiffre officiel depuis 2005 !) C’est extrêmement grave, faire l’autruche ne sert à rien.

              Je vous assure, un enfant sur 100, ça se voit. En tant que jeune parent, on en a plusieurs dans notre entourage.


            • foufouille foufouille 30 mars 17:49

              @ELAA
              blabla de pseudoscience. l’autisme est héréditaire. avant on les mettait chez les fous.
              l’aluminium est bien éliminé.


            • ELAA 31 mars 10:52

              @foufouille
              Il est parfaitement faux de dire que l’autisme est d’origine génétique. L’autisme est causé par une inflammation cérébrale précoce dans le cerveau en développement. Il est possible qu’il y ait des susceptibilités génétiques (une barrière hémato-encéphalique faible, le fait de sécréter plus de chimioattractants MCP1 qui vont faire entrer plus de macrophages dans le cerveau : c’est d’ailleurs le cas si l’enfant rencontre une inflammation chronique où que ce soit dans son organisme).

              il y a beaucoup d’études sur le sujet aujourd’hui, regardez la vidéo et ses sources.

              Il est absolument aberrant de dire que 1% de l’humanité est autiste depuis la nuit des temps (l’OMS estimait en 2011 qu’il y avait déjà 67 millions d’autistes !). C’est juste délirant.
              https://news.un.org/fr/story/2011/04/213402-autisme-lonu-appelle-un-monde-qui-ne-laisse-personne-au-bord-de-la-route


            • Hervé Hum Hervé Hum 30 mars 12:33

              Je ne sais pas si vous avez remarqué, mais lorsqu’un journaliste quelconque d’un grand média télé et sans doute aussi les autres, parlent de la réticence des parents à faire vacciner leurs enfants, ils n’évoquent jamais la raison, soit, les adjuvants d’aluminiums, mais uniquement parce que les gens se laisseraient convaincre que les vaccins ne servent à rien et que leur utilisation servirait uniquement de pompe à fric et donc, qu’il s’agirait d’une fake new de type conspirationniste..

              Mais vous pouvez vérifier, aucun ne parle d’aluminium comme unique raison !!!


              • pierrot pierrot 30 mars 15:06

                @Hervé Hum
                Il faut être particulièrement ignorant pour nier les travaux démonstratifs de Pasteur concernant l’intérêt des vaccins qui concourent à éliminer les grandes épidémies.


              • Hervé Hum Hervé Hum 30 mars 22:54

                @pierrot

                mais je n’ai pas écris qu’il faut arrêter de vacciner.

                L’aluminium n’est pas le vaccin !


              • zygzornifle zygzornifle 30 mars 12:50

                Ils ont le droit car ils ont certainement financés aidés et soutenus Macron pour son élection ....


                • baldis30 30 mars 13:25

                  Bonjour,

                   On a beaucoup parlé de l’aluminium et des vaccins, et seulement évoqué le plomb comme si ce dernier problème était réglé ... J’ai des doutes et des doutes ...

                  En effet avec juste raison on parle du radon, gaz radioactif mais on oublie que son descendant est le plomb bien stable quelque soit l’isotope ! 

                  Descendant à quelle vitesse ... ? très rapide... quelques jours au maximum  ! 

                  Or le radon est un gaz très soluble dans l’eau ... et donc présent initialement dans toutes les eaux minérales notamment ayant lixivié des roches magmatiques ou volcaniques .... j’aimerais bien qu’un médecin donnât son avis là-dessus et sur la concentration trophique du polluant ultime ... ( analogie avec le mercure dans la baie de Minamata )


                  • pierrot pierrot 30 mars 15:11

                    La toxicité des radons 222 et 226 provient de sa radiotoxicité mais en terme de masse c’est de l’ordre du nano grammes et donc le plomb issu des radons est en quantité infime sans aucun risque pour la santé.

                    par contre les fortes teneurs en radon (supérieures à 400 Bq/m3) présentent un début de risque sanitaire. Cependant à quelques exceptions les habitants de Bretagne et du Limousin sont en bonne santé, s’ils évitent de fumer, de boire des boissons alcoolisées etc...


                    • baldis30 30 mars 15:46

                      @pierrot

                      certainement pas de la radioactivité étant donné la faible période ! ... mais les descendants et la concentration c’est autre chose !


                    • pierrot pierrot 1er avril 23:02

                      @baldis30
                      Le radon 222 est un radionucléide naturel qui provient du 238 uranium. (6 ième descendant). Il se désintègre en 218 Polonium (émetteur alpha) puis par une cascade qui aboutit au 206 plomb stable.
                      Il faut savoir que ’il est nécessaire de prendre des mesures lorsque la concentration en radon dépasse 400 Béquerel par m3 d’air mais cela représente une masse de quelques milliardièmes de gramme, c’est sa toxicité radioactive qui est dangereuse.
                      Le descendant le plus toxique est le 210 Polonium dont la radiotoxicité est largement supérieure au 239 Plutonium.

                      Le plomb 206 stable de quelques milliardième de gramme ne présente aucun danger, rien à voir avec l’accident des rejets de mercure au Japon (milliers de tonnes).


                    • baldis30 2 avril 09:31

                      @pierrot
                      merci des leçons ...
                      Le radon comme tous les uranides et transuranien terminent en plomb
                      FAUT-IL VOUS L’ECRIRE EN MAJUSCULES POUR QUE VOUS COMPRENIEZ !
                      Et que le saturnisme est parfaitement documenté même à faibles concentrations initiales ... ! Mais l’aveuglement radioactif fait oublier le problème principal ... !


                    • Lanla 30 mars 16:52

                      @Pierrot

                      il faut être particulièrement ignorant (pour reprendre vos propres termes) pour ne pas savoir que Pasteur a « piqué » l’essentiel de ses travaux à Béchamp et que ses expérimentations vaccinales sur la rage se sont déroulées dans des conditions plus que douteuses...


                      • pierrot pierrot 1er avril 22:47

                        @Lanla
                        Je ne connais pas l’antériorité des travaux de Pasteur. Si Béchamp a eu une grande contribution, c’est un bienfaiteur de l’humanité. Qu’il en soit récompensé.


                      • Julien S 31 mars 10:23

                        Il faut bien mourir de quelque chose, non ? 


                        • Esprit Critique 31 mars 22:00

                          Je parcours l’article, et je ne comprends rien.

                          Si c’est vraiment grave, la prochaine fois , on peut espérer un article intelligible ! ?


                          • Hypatie Hypatie 1er avril 14:14

                            @Esprit Critique

                            Encore faudrait-il lire, plutôt que parcourir... Prendre un peu le temps, c’est parfois nécessaire.


                          • Esprit Critique 1er avril 19:16

                            L’Autisme mène a tout, a condition d’en sortir. Essayez les vrais Placebos, ça marche si on y croit suffisamment.
                            Fort de votre aide, je vais me faire un petit stock de « Faux-Placé-Bobaux », je sais maintenant les reconnaitre, et je les offrirais a ceux de mes amis, non vaccinés, qui souffrent d’effets secondaires a la lecture de certains articles.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès