• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Que l’on soit tous musulmans, et vite !

Que l’on soit tous musulmans, et vite !

 

 

 

JPEG

Quand, au bout de plusieurs décennies, on en est à payer les effets de politiques absurdes, injustes et mortifères, le torchon brûle !

La compétitivité ! Quel vilain mot qui cache une vilaine histoire.

« Le marasme économique qui a mis le feu aux poudres en Bretagne n'est pas la conséquence malheureuse d'une situation géographique excentrée. C'est le fruit des politiques menées par l'Union Européenne et le gouvernement de François Hollande. » écrit François Delapierre.

Il est passé le temps où la France était la reine de l'Agriculture en Europe ; grâce à M. Bolkenstein, les Allemands eurent vite fait de la rattraper puis de la dépasser : l'abattage en Allemagne, grâce à ses employés de l'Europe de l'est, payés quatre euros de l'heure à tout casser, a concurrencé les abattoirs français ; en France, ce sont aussi beaucoup d'européens de l'est qui y travaillent, dans ces abattoirs, mais ils sont payés au SMIC ; avec les heures supplémentaires, ces gars se font de bonnes payes ; oui, hélas, pendant trois ou quatre ans tout au plus car après ce temps, ils partent à la casse ! Au sens propre : ils sont cassés !

Les Allemands n'ont pas de SMIC : on comprend ce qui nous attend !

Ainsi, nos cochons font-ils un voyage, entassés dans des camions à étage, et vont se faire abattre là-bas, avant de nous revenir, se faire « transformer » chez nous.

Puisqu'il n'est plus question pour personne d'entendre un mot plus haut que l'autre, en l'occurrence une loi drastique qui interdirait ces zones de non droit pour les porcs, une protection aux frontières, mais plus certainement juste le droit de torturer en paix nos amies les bêtes et d'exténuer nos amis les hommes chez nous, l'idée, pour résoudre tous ces problèmes à la fois, est de faire payer les transports !

Ces transports à bon marché sont la cause de la rivalité entre pays amis, de l'exploitation éhontée des travailleurs d'un côté, et du chômage endémique de l'autre.

N'oublions pas au passage, les millions et les millions d'euros gentiment offerts aux propriétaires de ces porcheries qui ne sont pas, on s'en doute, de gentils agriculteurs, mais des centrales d'achats, des magnats de la grande distribution, des industriels qui s'engraissent de la vie des autres ! Pour les volailles, c'est la même chose, on se souvient de Doux qui trouve qu'il fait meilleur sous le ciel brésilien, qui a viré ses employées mais qui ne rembourse pas les indécents millions qu'il a reçu pendants des lustres.

Le mauvais poulet, le mauvais porc que vous mangez, j'en paye une partie ! C'est un comble !

D'un point de vue béotien, on peut trouver étrange de commencer par payer des millions pour installer des portiques-espions, pour peut-être, un jour, récupérer quelques bénéfices, une fois payés les frais de gestion et d'entretien desdits portiques !

Les politiques ont tellement l'habitude de manipuler des sommes astronomiques, qui ne leur appartiennent pas, que le nombre de zéros ne les affole pas, eux.

La question qu'on peut se poser est de savoir si le gouvernement croit réellement réorienter le marché en augmentant les coûts de production, et rendre les comportements plus écologiques. J'ose espérer qu'ils sont retors, dédaigneux, indifférents, et non stupides ! Quoique non, je n'espère rien du tout, je constate. Le capitalisme verdoyant, comme le printemps qatari, croit-il, pour de bon, que ces mesurettes très impopulaires, changeront le cours des choses ?

« La désastreuse spécialisation économique de la Bretagne a été le fruit d'une politique publique menée sous l'égide de l'État gaulliste. La puissance publique a encouragé l'implantation simultanée de grands élevages et d'abattoirs donnant un débouché à l'ancienne main d'oeuvre agricole. Elle a géré les conséquences sociales de ce modèle. L'émigration massive, notamment vers l' Île- de- France, a été logée par des programmes publics... »

Oui, délabrer une région, la polluer, exploiter sa population avant de la jeter à la rue, tout cela coûte très cher aux contribuables et aussi stupide et peu rentable que soit cette éco-taxe, c'est contre elle que ce peuple se met en colère !

On aura tout vu. Et au premier regard, cette colère, qui vient d'ailleurs, est sympathique aux français qui ne cherchent pas à voir plus loin ! Ces mêmes français qui paieront bien sûr les pots cassés !

Alors, quand un dirigeant politique crie son effroi et dans l'urgence, comme toujours puisqu'on nous laisse juste le droit d'une réaction à chaud , dit en une phrase ce qu'il faut dire, et ne prend pas , non, le temps d'en faire un livre avec ce qu'il faut d'onguent pour que ça glisse et reste lettre morte, tout le monde lui tombe dessus abraracourcix  !

Attention à ne pas devenir comme ces vieilles anglaises dont le juron le plus osé est « Oh, my God ! » !!

Il n'y a que les vérités qui blessent, et si cette vexation, être traités d'esclaves, est compréhensible, elle n'en est pas moins la triste réalité. Car enfin, les patrons, petits ou grands, se voient bien servis et gratuitement, par toutes ces colères. Ce ne sont pas eux qui iront en taule ni qui paieront les amandes pour « dégradation du bien d'autrui » ! Et ils pourront continuer à mettre au chômage leurs employés, réexpédier chez eux les étrangers sans travail, qui iront, oui sûrement, tenter leur chance à trois euros de l'heure en Allemagne et transporter leurs porcs pour pas cher, ces porcs qui vous empoisonneront. Elle est pas belle la vie ?

Alors, quand vous mangerez votre tartine de rillettes ou votre tranche de jambon rose Fleuron Mouché, pensez à tout ça ! Le moindre acte de notre quotidien est lourd de responsabilité.

La Bretagne se meurt et les agonisants, dans un dernier sursaut, s'enfoncent encore davantage.

Mais l'Histoire n'est pas finie et on peut espérer que le bon sens, une fois l'abcès percé, reprendra le dessus.

Quand on pense que pour notre santé à tous, il ne nous faudrait pas boire de lait ni manger de viande, on voit qu'on en est loin ; si ces débordements sont avant-coureurs d'autres, plus violents encore, partout sur le territoire, on ne va pas être obligé de rire car le résultat des courses sera la victoire des profiteurs et la fatigue des exploités !

Toutes les interprétations se sont exprimées ; j'ai lu que cette vérité servait le PS ! Ou bien que Mélenchon, quand même il exagère, quelle maladresse ! Que ces oreilles chastes nous donnent leurs solutions.

La bonne nouvelle est que tout dégât accroît le PIB, or comme il n'y a que ça qui compte !!!

La mauvaise c'est que la Gauche est conspuée en Bretagne ! Il y a ça et là des désirs exprimés de repli sur soi ; c'est un tort de penser que ce serait la réponse positive à la mondialisation et son avatar l'Empire d'Europe car le repli sur soi n'est qu'un réflexe, un acculement ; il n'est qu'à voir ce qu'il est advenu de la Yougoslavie qui se déchirait à l'instant même où cette Europe s'imposait, tous ces morts, toutes ces guerres, tout ce sang pour aujourd'hui, chacun chez soi, désirer ardemment l'appartenance à l'Empire ! Bien sûr, on sait ce qu'il en est du désir des peuples et de l'écho qu'en font leurs dirigeants. Tout de même, s'il paraît plus simple à première vue de se retirer, trois minutes de réflexion aboutissent à l'évidence d'une mieux fondée coopération, certes plus longue et délicate à mettre en œuvre. Quand on se sent dénié, méprisé, éjecté, c'est réflexe de répondre à cette acculée par la seule identité qui nous reste : « je suis Breton », « je suis Croate », « Comtois rends-toi ; nenni ma foi ! ». C'est beau, c'est con. Et dieu sait que j'aime les différences et que chaque culture soit préservée, dieu sait que je comprends cette réaction, mais cela n'a rien à voir avec les problèmes à régler, l'instinct ne peut guère résoudre les problèmes sociaux et environnementaux !

Que l'on retourne chacun dans son village, voire son canton et qu'on y vive en autarcie et en paix, ne serait pas pour me déplaire mais il me semble bien que cela ne soit pas envisageable !! Après le chaos, qui sait ?

Mais après tout, ils font ce qu'ils veulent chez eux, pollution, exploitation, chômage, bonnes odeurs, trafic routier incessant, cela les regarde.

Mais le fait est que si nous étions tous musulmans ou juifs, nous n'en serions pas là ! Les cochons seraient des animaux de compagnie, heureux comme des papes et nous feraient profiter de leur intelligence, leur sensibilité et de leur grand attachement.

Après avoir payé de notre santé et de nos impôts, les effets de ces politiques désastreuses, nous paierons, il le faudra bien, les interventions publiques « pour relocaliser les productions et en finir avec un modèle d'agriculture industrielle qui détruit les terres et fragilise l'économie régionale ».

Nous en sommes loin.

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

65 réactions à cet article    


  • Kookaburra Kookaburra 4 novembre 2013 10:40

    Bel article Alinea !

    Comment soigner 30,000 volailles parquées à 25 par mètre carré ? Comment éviter qu’une fièvre porcine ne détruise un élevage en quelques jours ? La réponse : 63% des aliments contiennent des médicaments, avec vitamines, hormones de croissance, antiparasites et antibiotiques. L’emploi massif d’antibiotiques (comment faire autrement ?) entraîne la résistance des bactéries (grippe aviaire, porcine, vache folle).

    Plus d’un milliard d’affamés chroniques survivent dans un monde qui préfère gaver à folle allure ses porcs, poules et bovins. Les céréales utilisées pour le bétail seraient suffisantes pour nourrir tous les affamés de la terre.

    Europe importe 80% des protéines destinées à l’élevage, 56% du Brésil et 38% de l’Argentine. Brésil 2ième exportateur mondial après USA. 1ière importateur européen : la France. La forêt tropicale est détruite pour planter le soja. Soja transgénique.

    Mais sommes nous prêts à manger moins de viande ?


    • alinea Alinea 4 novembre 2013 12:28

      Bonjour Kookaburra,
      Changer ses habitudes n’est jamais facile surtout si l’on a un mode de vie ou les repas passent à l’as, surtout dans une société où tout est animal ; je remarque chaque fois avec effroi que dans mon petit supermarché, 99% des produits frais sont issus d’animaux !
      Pourtant c’est un défi que l’on peut se donner : être attentif, inventif pendant tout ce temps où nos habitudes se changent. Au bout du compte, on s’aperçoit que manger de la viande, en repas festif, une ou deux fois par mois est tout à fait agréable ; puis la viande se digère de moins en moins bien quand on en ingurgite peu : s’en passer complétement, peut-être en deux ou trois ans.. il faut savoir ce que l’on fait et pourquoi on le fait ; certains le font pour la protection animale, d’autres pour leur santé ; les deux c’est bien aussi !
      La méthode que j’ai adoptée est de multiplier par cinquante millions mon moindre achat, ma moindre action : c’est impressionnant !


    • Fergus Fergus 4 novembre 2013 10:42

      Bonjour, Alinea.

      A en juger par les premiers « moinssages » de cet article, il semble évident que des lecteurs ont réagi au titre et à lui seul, sans prendre le temps de lire ce texte jusqu’au bout et de comprendre que le bonheur des cochons est dans le hallal ou le casher.

      La Bretagne est dans la tourmente et si l’on peut comprendre que des gens se soient mobilisés pour des emplois en péril dans la région samedi à Quimper, on a du mal à comprendre qu’ils aient pu le faire dans une manifestation très largement téléguidée par le patronat, les grands lobbies agroalimentaires, les réacs de tous poils et même des militants d’extrême-droite, tous très heureux de manipuler les Français en portant un bonnet rouge, symbole de révolte populaire.

      Qui plus est, ceux qui ont manifesté sont essentiellement, comme vous l’avez souligné, les tenants d’une agriculture intensive polluante et d’un élevage industriel producteur d’animaux de qualité très médiocre. Faire de la « cochonnerie » (j’ose le mot) ne doit plus être la finalité de l’activité bretonne. La région n’est plus compétitive dans ce créneau et doit impérativement aller vers un élevage de qualité, infiniment plus porteur de satisfaction pour les paysans que le rôle dégradant dans lequel ils sont actuellement enfermés par leurs employeurs industriels. Mais de cela les pouvoirs publics doivent prendre conscience et prendre des mesures en conséquence.


      • alinea Alinea 4 novembre 2013 12:33

        C’est vrai Fergus, j’ai choisi un titre un peu provocateur, mais c’était voulu !
        Je suis foncièrement solidaire de la moindre lutte, néanmoins, étant un peu bouddhiste, je n’ai guère de tolérance aux métiers « meurtriers », d’autant plus que, n’étant pas des métiers nobles, ils sont mal payés, éreintants et pour tout dire nuisibles ! Et puis, à la longue, j’en ai marre que l’on ne songe qu’à mettre quelques rustines ça et là plutôt que regarder en face la situation... et se retrousser les manches !
        Mais je sais bien que ce n’est pas demain la veille et c’est bien dommage parce qu’aujourd’hui, c’est déjà trop tard !


      • Henri Diacono alias Henri François 5 novembre 2013 10:18

        Et oui Fergus et Alinea, mais où est-il donc celui qui armé d’un bâton - comme l’étaient nos pères- demandera enfin aux français, à TOUS les français, de se retrousser les manches et d’entamer les changements nécessaires, d’arracher enfin ce que vous nommez, Alinea « les rustines » et que j’ai toujours appelé les « sparadraps » ? Où est-il celui là ? Certainement pas dans le monde politique français actuel. Hélas !
        Et à ceux qui continuent ici, comme ailleurs, d’affirmer encore et toujours que l’Europe est la cause de tous nos maux (j’ai failli écrire je l’avoue VOS car je vis hors de France), il n’en est rien. Certes l’Europe d’aujourd’hui est mal foutue mais si la France ce merveilleux pays qui m’a tout appris et tant donné est en train, l’aveugle, de se noyer elle ne le doit qu’à elle même, ou plutôt à ceux qui la gouvernent depuis plus d’un demi siècle. Un tas de jeanfoutres, énarques de surcroît, ne connaissant rien de la VRAIE VIE et surtout pas visionnaires pour deux sous. Des dingues, de gauche comme de droite, qui ont multiplié et excité au fil des ans des corporatismes idiots, antagonistes et surtout néfastes. Les solutions sont évidentes. Elles crèvent les yeux. Mais pour les faire comprendre et admettre à tous il faudra se servir du...bâton.


      • foufouille foufouille 4 novembre 2013 10:57

        c’est pareil pour les boeufs, ils sont envoyés en allemagne. le poulet peut aussi envoyés en chine après avoir été abattu, pour faire des nuggets, puis réimportés en france


        • alinea Alinea 4 novembre 2013 12:37

          La terre est si petite foufouille ! et le transport si juteux ! Il faudrait des mesures autrement plus percutantes que cette petite taxe, aussi maladroite que, de toutes façons, inutile : au bout du compte, si elle passe, c’est le consommateur qui la paiera et la pollution s’en portera tout aussi bien !


        • foufouille foufouille 4 novembre 2013 15:43

          c’est pour gagner quelques centimes ou dixièmes de centimes d’euro par kg. cela fait beaucoup sur le volume


        • Karol Karol 4 novembre 2013 11:57

          Bonjour Alinea,

          Merci encore pour traiter de ce sujet au combien important puisqu’il concerne notre survie.Je viens de passer dix jours dans l’ Ardèche de mon enfance et j’ai eu le temps de mesurer le désastre de quarante année d’abandon à une politique agricole productiviste. Dans mon village natal, plus de paysans, des maisons individuelles poussent de manière totalement anarchique dans des champs qui autrefois nourrissaient les hommes. La population a doublé mais plus un café, une seule épicerie vivote, pas un chat dans les rues du village. Les châtaigneraies, comme beaucoup de terres autrefois entretenues, sont à l’abandon, les chemins sont envahis de ronces, Bref la montagne de Jean Ferrat se meurt.
          Seul lueur d’espoir pour les pauvres cochons de Bretagne, leurs cousins, les sangliers prolifèrent en se goinfrant de châtaignes. Les moinseurs réjouissez-vous, il ne sera pas nécessaire de vous convertir à l’Islam. Bientôt vous pourrez acheter du sanglier bio dans votre supermarché préféré. !


          • alinea Alinea 4 novembre 2013 12:48

            Bonjour Karol,
            J’ai pensé à vous dans votre belle Ardèche avec un si beau temps en ce début d’automne. Vous soulevez un problème qui m’est cher, si je puis dire. J’y réfléchis depuis longtemps, j’aimerais avoir assez de données pour en faire un article ; pour moi, le problème du foncier est prédominant ; le prix des terres agricoles dans toutes les régions où le tourisme a paru une manne aux élus, interdit à quiconque de s’installer, réhabiliter une châtaigneraie ( un peu la même chose en Cévennes), cultiver quelques friches, etc.
            En Cévennes, ça sera vite torché : les propriétaires de châtaigniers, pourront se les faire en or en vendant leur bois à EON !
            Les villages sont morts parce que plus personne n’y travaille ! S’ils ne sont pas trop loin d’une ville ils deviennent dortoirs pour des gens qui n’ont rien à faire du lieu, et s’ils sont excentrés, ils deviennent déserts !
            Quelque chose me dit que cela changera forcément, un mouvement de retour à la terre s’opèrera, il faudra bien que les jeunes s’occupent et se logent !


          • la_gata la_gata 4 novembre 2013 20:09


            @ Alinea et Karol

            ce probléme me tracasse a moi aussi .
            mais je suis moins optimiste que vous par rapport au retour a la terre.de la part des jeunes. 

            ce que me désespérè c’est voir des terrains en friche partout en France. je peux comprendre que pour une personne qui veut commencer de 0 est compliqué , pour un smicard presque impossible. vu le prix de la terre .( a cause de ça j’ai du acheter en Espagne) .

            mais je ne comprends pas , ces terrains abandonnés doivent bien avoir des proprios pas vrai ? et ces gens ils préfèrent voir leur terrain dormir en attendant un hypothétique acheteur qui les payerait le prix fort ?? pour quoi ils ne font pas des arrangements comme en Espagne de faire cultiver leur terre par une autre personne et se partager la récolte ??

            je veux bien accepter que la production agricole est payé au rabais et que vivre seulement de la agriculture ayant une petite exploitation est presque suicidaire , mais il y a des cultures arboricoles qui demandent peu d’effort et de temps, activités qui peuvent se cumuler avec un emploi a temps plein ou peut être a temps partiel ou saisonnier..

            je crois que c’est plutôt un problème culturel, car comme vous dites : Les villages sont morts parce que plus personne n’y travaille ! j’ai fait le même constat pour ce qui est des villages des P.O. il y a encore quelques vieux qui font la résistance, mais voire un jeune aux champs est devenu un fait rarissime.


          • alinea Alinea 4 novembre 2013 23:20

            la_gata ;
            Il y a des tas de problèmes : d’une part le logement, sauf peut-être dans la Marne ou en Creuse, les loyers sont très chers ; en plus, pour avoir le statut agricole ( les frais de MSA sont énormes aujourd’hui, plus de 2000 euros pour un archi minimum), il faut avoir un projet qui procurera un salaire au moins équivalent au SMIC ! Quelques friches n’y suffisent pas ! Plus le matériel ; fini le temps d’achat collectif, aujourd’hui les plus gros achètent le matos et deviennent, en partie, prestataires de services pour les plus petits ( ou ceux qui n’ont que quelques parcelles dans une culture donnée qui nécessite un outillage donné : faucheuse, emballeuse, etc, ou bien moissonneuse -batteuse, etc) ; on ne cultive une terre que si on est fermier, sinon on ne peut guère s’investir sur un lopin dont le contrat est aussi volatile que la parole donnée de nos jours !
            Bref, à moins d’une marginalisation volontaire, donc une précarité et une pauvreté subséquente, le système favorisant les gros, il y a beaucoup de « déchets », tant au niveau des terres que des humains ! Il y a quarante ans, ce n’était pas du tout comme ça, on pouvait vivre pauvrement de son travail, si le coeur nous en disait. Aujourd’hui, tu rentres dans le système ou tu crèves !


          • eau-du-robinet eau-du-robinet 4 novembre 2013 12:01

            Bonjour Alinea,

            ’’ Il est passé le temps où la France était la reine de l’Agriculture en Europe ; ’’

            La France est entrent de perdre de plus en plus de ses atouts ... et bientôt Airbus, sans parler de l’abandon de la souveraineté !!!

            Actuellement nous sommes entrent de perdre le contrôle sur la société Airbus ... comme la dit Régis Chamagne (Colonel de l’armée de l’Air) dans une conférence organisé par l’UPR ’’ L’indusrie stratégique française est entrent de nous être volé ’’

            Regardez le passage de 48:20 à 54:30 de cette vidéo.

            Cela me rappel étrangement l’affaire GEMPLUS ...

            Affaire Gemplus : Cartes à puces (1ère partie)


            Affaire Gemplus : Cartes à puces (2ème partie)


            • alinea Alinea 4 novembre 2013 15:39

              J’ignorais tout de cette histoire ! C’est vraiment la guerre !! Le péquin ( que je suis) est vraiment naïf !!
              Merci pour cette « découverte » !


            • Francis, agnotologue JL 4 novembre 2013 12:10

              Excellent article, des choses qu’il faut dire et redire.

              Alinea, vous écrivez : ’’Ainsi, nos cochons font-ils un voyage, entassés dans des camions à étage, et vont se faire abattre là-bas, avant de nous revenir, se faire « transformer » chez nous.’’

              Je mettrais un petit ajout : rien ne nous assure que ce sont nos cochons qui reviennent.

              Vous me direz : peut-on faire pire que cet élevage intensif pratiqué en Bretagne ?

              Si le pire n’est jamais sûr, le ’moins pire’ non plus.


              • alinea Alinea 4 novembre 2013 13:06

                Il n’y a pas de Label Rouge ni d’AOC pour les cochons de ce genre d’élevage ! Ça peut toujours être pire mais peut-être qu’à partir d’un certain niveau, ça se confuse !!
                Merci JL


              • volt volt 4 novembre 2013 12:13

                ah la grande distribution..

                non, d’abord bel article, un ton qui va loin.
                donc oui la grande distribution, et leur prophète qui disait : 
                rien ne m’inquiète autant que le jour où ma communauté se saisira des richesses de la terre - à peu près..
                ça y est, tout ce qui circule hydrocarure à mort.
                d’un côté quelque chose est arraché du sous-sol, 
                ailleurs, c’est tout l’arbre de la vie qui est arraché du sol, plus rien n’est produit sur place, 
                c’est la production humaine, donc toute forme de culture qui est ainsi soulevée 
                au-dessus du sol par force camions et navions et autres vroums, 
                la vie en suspens, au-dessus de toutes ces têtes, avec, 
                pendant de ci de là, quelques lambeaux de boyaux de porcs sanguinolents, mal ficelés encore, quelques crèmes, des pneus... toute la masse grouillante du monde désormais au-dessus des têtes 
                et maintenant cet homme, le breton, reconnaissant son sous-sol.

                mais déjà l’arrachement avait commencé du fait même que l’abattage était série, industrie, & quel porc ce porc sans port, 
                reste alors le porc du voile face aux voiles du porc.
                & les hommes, ces porcs, oublient le miracle que pas de volcan, tsunami, 
                grandes catastrophes, l’avenir on s’en goinfre, 
                et pourtant, il suffit un instant, comme y’a trois secondes 
                de se retrouver sous la menace d’un grand conflit armé par exemple 
                pour que très vite des questions étranges mais si familières ressurgissent : 
                bon, où c’est qu’il y aura de l’eau, je connais toutes les sources en forêt pas loin, 
                et même où placer quelques chèvres encore, mais le blé ? 
                les légumes, faciles, mais le feu en continu ? 
                et la jeune fille soudain hurlant ses sanglots, 
                plus un rasoir sinon ces vieilles lames rouillées, 
                il reste encore le bon vieux sucre, oui mais où le sucre ? 
                suspendu au-dessus de nos têtes aussi ?

                alors la base, épicurienne par exemple, un fromage, un ami, 
                sinon basique : manger, s’abriter, s’habiller, 
                tout au-delà participe à cette monstruosité des pulsions humaines désormais distribuées en grand.
                le porc se venge, établi comme arrachable, il suit son destin, et tout ce qui s’est détaché dans la vision, se détachera du sol, encore, tout ! suivra.

                lorsque nietzsche choisit d’inventer ses histoires de surhomme, 
                on oublie dans quel contexte surtout : 
                il dit, voilà, les hommes vont bientôt, c’est déjà ouvert, en cours, 
                bientôt prendre le contrôle de toute la planète, sont-ils prêts pour cela ? 
                clair que non, ravage assuré, en cours, 
                seul ce qui est au-delà de l’homme pourrait être à la hauteur de pareille responsabilité.

                en attendant, nous irions vers le dernier des hommes, 
                une race, hypermobile, qui ira d’un bout du monde à l’autre en un rien, comme des riens, 
                le dernier des hommes est l’homme-puce, sa cervelle est minuscule, il est tout mouvement, 
                à tel point que fasciné par cette valse intense, il finit immobile, en hypnose, 
                prostré sous le mouvement des choses, 
                les villes seront défigurées pour ce qui est de ce qui les constitue, la parole, 
                et des survivants regarderont le vaste spectacle de la circulation des marchandises 
                dans un temps naturel dont ils auront été dépossédés par le temps de la production.

                cet obscurcissement lent de l’homme même est prévu sur des siècles, voire plus.
                l’homme-monstre ne se supportant pas ne sait que posséder et/ou être possédé, 
                c’est un zombie, 
                j’habite chez les zombies, sont gentils si on déconne pas trop question cuisines, 
                sinon c’est l’abattoir.

                • alinea Alinea 4 novembre 2013 12:53

                  Beau chapitre Volt, où chaque phrase ouvre un monde ; à lire et relire et encore
                  merci


                • Henri Diacono alias Henri François 4 novembre 2013 18:48

                  Ah le beau Délire que voilà. A lire et relire. Si vous êtes jeune, Volt je ne vous envie pas (malgré mon âge). Je vous plains au contraire.Lorsque la catastrophe annoncée depuis si longtemps sans que personne n’y prenne garde, arrivera je ne serai plus là.
                  En attendant un conseil. Cherchez vite un lambeau de terre comme le mien, très vite, pour vous y réfugier dès à présent afin de goûter encore des petits bonheurs - culinaires compris - dont les dernières flammèches vont s’éteindre bientôt.
                  Bravo encore et bon courage.


                • Loatse Loatse 4 novembre 2013 12:23

                  Bonjour Alinea

                  « Le cochon de Gaza », ce n’est qu’un film, heing ! smiley

                  Ceci dit vous soulevez les vrais problèmes que je résumerai ainsi :

                  La circulation d’êtres sensibles (il est temps qu’on s’en apercoive !) dans des conditions déplorables sur des milliers de kilomètres.. (hormis le manque total d’humanité de cette pratique, à l’arrivée la bête chargée de toxines due au stress N EST PAS CONSOMMABLE)

                  Une bretagne transformée en lisier géant avec pollution des sols, puis prolifération d’algues vertes dûe à l’agriculture intensive..( revoir saint servan -plage qui juxte saint malo - récemment m’a causé un choc !)

                  Le recours nécessaire aux subventions payées donc par les contribuables pour finalement manger de la merde.. (pourquoi donc d’un coté subventionner et de l’autre investir (les portiques écotaxe) pour prélever ? Ne peut on pas CONDITIONNER ces subventions ?

                  Les délocalisations massives.. permises par la politique européenne de libre circulation, non régulée et rendues attractives par la disparité des salaires et charges en vigueur dans les autres pays de l’union européenne..

                  Les aides et subventions devraient revenir uniquement aux petites exploitations à dimension humaine s’engageant à produire de la nourriture de qualité et à garantir de bonne conditions d’élevage de leur bétail...

                  ainsi qu’a la transformation du lisier en gaz...

                  Puis préparer l’auto suffisance alimentaire/industrielle des régions pour le jour ou le pétrole sera denrée rare et chère... sauf à continuer à vivre sur le court terme. et c’est bien en prévision de cette prochaine pénurie que le qatar en dépit de ses conditions peu propices à l’agriculture parvient à produire des légumes grâce notamment à la désalinisation de l’eau de mer..


                  Quand aux salariés bretons, ils sont en mode survie ce qui expliquerait le pourquoi certains se solidarisent de leurs employeurs qui eux seuls dans le contexte actuel sont à même de leur garantir un emploi... nIgauds non, au contraire conscient que RIEN n’empêchera ces mêmes employeurs de délocaliser ou de faire abattre leurs cochons à l’étranger massivement si l’écotaxe est maintenue...

                  Se rallier à Melenchon, c’est prendre le risque de les faire fuir... LEGALEMENT. Je vais même finir par croire que c’est ce qu’il espère pour ensuite les montrer du doigt et récolter des voix auprès des laissés pour compte du système qui au passage le nourrit et bien.

                  L’europe ne protège pas les salariés, elle les met en concurrence. Ou on en sort, on rétablit les frontières, on bat monnaie ou on brasse du vent en désignant à la vindicte populaire les patrons, les riches, l’extrême drouate..

                  ca ne mange pas de pain... mais m’étonnerait que ca mène quelque part. Qu’ils s’en aillent tous ? mais c’est ce qu’ils font... et après ? et maintenant devrais je dire ???
                   


                  • alinea Alinea 4 novembre 2013 12:58

                    Entièrement d’accord avec votre comm Loatse ; et je comprends bien votre position, en conclusion ; je vous lis assez pour le savoir ! Personnellement je ne sais que penser sauf à être sûre que personne n’a la solution, que mille solutions existent et qu’il faut s’y mettre !
                    Mais il faut du courage et j’ai bien peur que toutes ces années passées aient laminé les volontés et que le feu mis aux poudres partira dans tous les sens !
                    Échangeons, discutons, soyons clairvoyants et surtout vigilants !


                  • Fergus Fergus 4 novembre 2013 17:42

                    Bonjour, Loatse.

                    En passant, « Le cochon de Gaza » est une excellente et sympathique comédie sur fond de rapports israélo-palestiniens.


                  • bakerstreet bakerstreet 4 novembre 2013 13:38

                    Très bon article


                    Ne pas prendre un bonnet rouge pour un rossignol, une hirondelle !
                    A la limite un cochon.

                    Pourtant, que la bretagne est belle.
                    Comment peut on s’imaginer ?

                    Une fois de plus, les journalistes donnent les micros aux decervelés !
                    N’imaginez pas que ces gens représentent la bretagne. 
                    Ils utilisent comme d’habiude leurs tracteurs comme porte voies

                    • alinea Alinea 4 novembre 2013 13:49

                      Bonjour bakerstreet,
                      J’ai quelques accointances en Bretagne, et je ne risque pas de prendre des vessies pour des lanternes !! Ils finiront bien par s’en sortir, les bretons ; ce mouvement était dans la précipitation ! Chacun retrouvera bien sa chacune !


                    • Patrick Samba Patrick Samba 4 novembre 2013 15:00

                      Bonjour,

                      oui bien sûr, une région qui à chaque élection donne au FHaine la moitié de son score national, ne fera sans doute pas d’erreur catastrophique.
                      Mais ce n’est par hasard, Alinea, si vous évoquez l’ex-Yougoslavie. Avec le nationalisme, en période de crise, économique ou non, il faut toujours être très vigilant.

                      Et de ce point de vue je trouve que le NPA a fait une énorme erreur de participer à la manif de Quimper. Il va y avoir une nouvelle crise en son sein, c’est probable. Si elle aboutit au ralliement du NPA au FdeG, ce sera une chance. Si elle débouche sur une radicalisation, on peut craindre bien d’autres erreurs, et pas des moindres...


                    • bernard29 bernard29 4 novembre 2013 13:57

                      Avez vous songer que dans une société productiviste, on ne peut vivre qu’en étant soi même peu ou prou productiviste. Ou, alors reste la survie , mais de plus en plus de personnes sont en état de survie..comme vous pouvez le remarquer..

                      C’est pour vous dire qu’il est facile de critiquer les agriculteurs ou ceux qui ont un emploi dans l’agroalimentaire parce que travaillant sur la nature et le vivant , leurs pollutions sont tout de suite plus visibles que celles d’autres productivistes. Il est certain que les gens qui travaillent dans les services ( banques, assurances, commerçants, et autres services également ceux du public d’ailleurs..) n’ont pas cette mauvaise conscience de polluer de façon consciente encore que..) Il leur suffit de tirer la chasse d’eau peut être !! Oh bien sûr ! on parle un peu maintenant de l’obsolescence des produits manufacturés, mais si peu. Tandis que l’agriculture hein, c’est facile, visible et ça nous gène pour se baigner.

                      le combat contre l’agriculture productiviste demande pour réussir un peu plus de modestie et d’humanité. Pour les « Humains d’abord », ça devrait être compréhensible.

                       

                      Savez vous que si on parle tant des nitrates pour les algues vertes , c’est parce que la pollution par les phosphates ( dont ceux qui provenaient des lessives domestiques, bien sur les phosphates agricoles aussi) a tellement souillé les fonds marins qu’une action anti-phosphate est actuellement inutile pour réduire la prolifération d’algues vertes. Le seul élément sur lequel on peut agir n’est plus que l’apport en nitrate. Alors haro sur les nitrates et les agriculteurs , avec raison aussi d’ailleurs). ça vous épate et pourtant c’est vrai.

                      si la CGT ( de la SNCF) les Verts et votre tribun chéri, avaient bien voulu se battre pour développer les lignes ferroviaires pour le fret au lieu de tout baser sur le TGV et Quimper et Brest à 3 h de Paris, peut être que l’écotaxe n’aurait eu aucun intérêt.

                      Et c’est cette CGT fossoyeur du service public de la SNCF comme elle l’a été dans le temps pour les ports maritimes ( de pêches et de commerce) avec leur filiale des Ports et Docks, qui veut faire croire, avec la FSU et autres partis dits de gauche, que les prolétaires devaient se mobiliser. Heureusement plus personne ne les croit ; il y étaient à peine 500 à 700 personnes.

                       


                      • alinea Alinea 4 novembre 2013 14:07

                        Bernard,
                        D’abord ce n’est pas mon tribun chéri ! smiley
                        Mais vous savez qu’on est plus dur avec les siens ; moi, je suis plutôt Conf" ! alors la FNSEA est mon ennemie ; oui, je tape sur les agriculteurs passifs aussi, rien ne leur interdit d’ouvrir les yeux ; ici, il s’agit de bien autre chose ; les éleveurs n’en sont plus ; la terrre m’est chère Bernard, et je suffoque avec elle. Mais bien sûr que la pollution est aussi aileurs, mais ici, elle touche à mon coeur !
                        Les paysans se sont faits acheter, ils en meurent ! Ce drame là est essentiel parce que la terre nous nourrit ; la mer aussi d’ailleurs !
                        J’aime les gens qui disent les choses sans ambages et sans circonvolution ;c’est aussi mon caractère mais surtout je crains quand on se trompe d’ennemi !


                      • alinea Alinea 4 novembre 2013 14:09

                        « Heureusement plus personne ne les croit ; il y étaient à peine 500 à 700 personnes. »
                        Heureusement ? Je ne sais pas ! Par ailleurs, la CGT n’est pas ma tasse de thé, mais en ce domaine je ne suis guère instruite !


                      • bernard29 bernard29 4 novembre 2013 14:38

                        Je ne défends aucunement la FNSEA , mais l’agriculture. D’ailleurs comment se fait ’il que nos élus ( je parle de la gauche bien sûr, la droite n’est pas mon problème) n’aient jamais pu remettre en cause les aides aux céréaliers, malgré leurs discours de tribune. ?? Pourtant on est au pouvoir non ?

                         je sais très bien les dégâts de l’agriculture, je ne les conteste aucunement et même je les ai combattu au sein des comités de bassins versants.

                        mais Alinéa vous dites ; « rien ne leur interdit d’ouvrir les yeux » . peut être mais il y a beaucoup de contraintes qui les freinent (les endettements, le poids de l’histoire régionale de l’agriculture, les prêts à la banque, l’engrenage productiviste.) Je ne dis pas qu’il ne faut pas les dénoncer, Je dis qu’il faut comprendre ces contraintes .

                        Lorsque j’étais ( en tant qu’associatif écolo) dans un comité de bassin de versant, j’avais fait une proposition à la Chambre d’agriculture sur l’évolution agricole nécessaire qui consistait à dépasser les politiques de filières au profit d’une solidarité territoriale.( le bassin versant) . Ainsi au lieu que les lobbies de filière ( lait, porc, volaille, céréales...) se battent dans une sur compétition à la recherche d’aides spécifiques, c’était des aides au territoire qu’il fallait organiser, car si sur un territoire, vous avez un élevage porcin, qui jouxte, une entreprise de maraichage, ou un établissement laitier, et développent une solidarité de voisinage et de bassin versant (territoire de l’eau) , ils deviennent concurrents sous l’effet de leurs organisation régionale ou nationale en filière. 


                      • alinea Alinea 4 novembre 2013 15:00

                        Absolument d’accord Bernard, et je ne vous soupçonnais pas d’être pote avec la FNSEA !!
                        Les paysans, devenus agriculteurs puis exploitants ( j’avais écrit : exploiteurs !!) se sont faits piéger ! Ce qu’ils ont gagné matériellement ( et encore !) ils l’ont perdu dans le sens qu’ils trouvaient à leur travail ! On est bien d’accord là aussi ; dans un commentaire on va toujours trop vite mais soyez sûr que ce sujet me tient à coeur d’autant plus que j’en ai vécu l’évolution, la régression plutôt ; j’ai vu l’enrichissement hallucinant du Crédit Agricole et tout le reste !!


                      • soi même 4 novembre 2013 14:36

                        Ce que vous nettes en évidence à travers ses événements, c’est le choix dramatique qui concerne en réalité non seulement notre pays, mais l’ensemble de tous les pays du monde d’êtres tombés dans le piège de la société de consommation .

                        Ce que ramasse la Bretagne aujourd’hui va probablement se reproduire ailleurs, où cela c’est déjà produit.

                        je crains que simplement le déplorer n’aidera pas à voir à quoi nous avons affaire réellement , il est évident que la véritable réponse soit d’un autre d’autre , et devrait nous encourages à repensé notre conception du monde pour trouver la véritable réponse.


                        • alinea Alinea 4 novembre 2013 15:05

                          Un travail en profondeur, soi même ! rien ne nous y encourage, on peut le dire ! et c’est pourtant la seule solution.. une recherche individuelle d’abord, rejeter l’immédiateté et la précipitation ! Nous en sommes rendus à un stade où l’urgence est telle qu’elle nous tétanise ! Puis une réflexion collective !! Ça et là, elle se fait mais n’atteint pas le pourcentage nécessaire à la masse critique !! Les événements nous y contraindront, je l’espère


                        • soi même 4 novembre 2013 15:23

                          @ Alinea , il est évident que la précipitation des événements n’aident pas à la réflexion.
                          En même temps si y avait pas de la souffrance dans ce monde pour nous bouscules, es que le Monde pourrait progresser ?

                           


                        • bernard29 bernard29 4 novembre 2013 15:05

                          Alinéa, vous avez le sigle anarchiste comme pseudo. aussi je vous propose de lire un livre sur la Bretagne dans lequel un « paysan bas breton » porte un regard critique assez violent sur ses compatriotes. C’est un livre formidable sur la vie d’un anarchiste d’un libertaire breton.

                          « mémoires d’un paysan bas breton ; Jean Marie Déguignet ». sous titre « histoire de ma vie ».

                          vous passerez un moment formidable . 

                           

                           


                          • alinea Alinea 4 novembre 2013 15:05

                            C’est noté Bernard, merci


                          • alinea Alinea 4 novembre 2013 15:45

                            Pour quoi d’autre un réflexe ?  smiley


                          • marmor 4 novembre 2013 16:27

                            Au nom de l’hygiène et de la salubrité ( ah ah ) on a interdit d’elever et de tuer le cochon à la maison. Pas une ferme sans au moins un goret. Il fallait qu’il ait passé deux mois d’août pour le tuer. 150 à 180 Kg en moyenne. On cultivait betteraves fourragères, choux et patates pour le nourrir. Il consommait les déchets organiques et les épluchures. Aucun déchet n’était produit, car tout est bon dans le cochon. Ses déjections servaient d’engrais. On avait de la viande et des charcutailles qui ne provoquaient pas de choloestérol. Traditions séculaires me direz vous mais traditions pleines de sagesse. Supprimé tout ça !
                            On autorise de nouveau cette « tradition », l’état ponctionne 50 € par cochon à l’abattage :
                            un million de cochons dans nos campagnes x 50 € = 50 millions d€. Pas besoin d’ecotaxe !!


                            • alinea Alinea 4 novembre 2013 17:45

                              C’est très dangereux pour l’Empire, l’autonomie, Marmor !! D’ailleurs les paysans susceptibles de faire ce genre d’élevage familial a été plus que décimé ! Mais on y reviendra : la sagesse n’est pas séculaire pour rien !


                            • foufouille foufouille 4 novembre 2013 18:32

                              « Au nom de l’hygiène et de la salubrité ( ah ah ) on a interdit d’elever et de tuer le cochon à la maison. »
                              c’est toujours autorisé dans certains coins


                            • almodis 6 novembre 2013 00:00

                              même si je suis tout à fait d’accord avec votre conclusion , où diable avez vous vu qu’il est interdit d’élever et de tuer un cochon à domicile ?

                              j’en ai élevé et tué deux il y a deux ans et autour de moi - en Bretagne , justement ! - nous sommes nombreux à faire de même !

                               

                              il est nuisible deb propager de telles infos , au lieu d’encourager à l’autonomie , ce qui était le but de cet article épatant !

                              ( merci Alinea ! )


                            • Ruut Ruut 4 novembre 2013 16:47

                              Pour conclure la crise des délocalisation continue a fond.


                              • DanielD2 DanielD2 4 novembre 2013 17:09

                                Faut arrêter de nous faire croire que l’écotaxe est un genre de protectionnisme. Si c’était le cas les éleveurs seraient contents et l’UE prendrait des sanctions.

                                C’est juste une taxe de plus, avec toujours une raison à la con, parce qu’il en faut toujours une.


                                • marmor 4 novembre 2013 18:02

                                  Daniel, seriez vous le seul à croire les arguments fallacieux des politiques pour justifier une taxe ? Considérez que chaque argument avancé est un mensonge, et vous ne vous tromperez plus ! Personnellement, depuis la vignette auto « pour les vieux » qui n’en ont jamais vu que la couleur verte, je ne les crois plus !


                                  • smilodon smilodon 4 novembre 2013 20:01

                                    @ joyeusetés : en même temps, avec « porcinet » aux commandes !........


                                  • alinea Alinea 4 novembre 2013 20:22

                                    Je suis convaincue que l’habit fait le moine ! Personne n’échappe à sa « position » et tout ce qu’elle engendre, c’est pourquoi on peut généraliser. C’est tout qu’il faut changer, je le prends ,pour ma part, pour un fantastique défi, une merveilleuse aventure ! cela n’a pas l’air d’être partagé comme vision des choses !!


                                  • smilodon smilodon 4 novembre 2013 19:58

                                    @ l’auteur : Entièrement d’accord avec vous  !... Sauf sur 2 points. Le premier, les patrons pourront bien payer les « amandes » puisqu’ils nous payent avec des cacahuètes !... Le 2ème (pardon le second), le jour où nous serons tous « musulmans », je vois mal comment les cochons pourraient être « heureux comme des papes » !.. Comme des « imams », éventuellement !... Sinon, d’accord sur le fond, mais çà c’est pas bien difficile, vu que le fond, si je tends le bras je le touche du doigt, déjà !.... Allez, bon courage l’ami. Adishatz. « Kimbé réd, pa moli »........Le pire n’est jamais sûr......


                                    • alinea Alinea 4 novembre 2013 20:26

                                      Heureusement ! sinon on se suiciderait tous ! il faut quand même faire gaffe à ne pas jeter de l’huile sur le feu, ça échappe si vite, un feu !


                                    • foufouille foufouille 4 novembre 2013 20:21

                                      ton titre me rappelle un autre auteur, il était végétaryen et s-homo


                                      • alinea Alinea 4 novembre 2013 20:23

                                        On ne le voit plus celui-là, tiens ! Il avait un beau look d’aryen ! à moins qu’il ne s’agisse pas du même ?


                                      • philouie 4 novembre 2013 21:02

                                        Le problème c’est le cochon.

                                        pas l’animal.

                                        l’homme.

                                        le christianisme a libéré le désir.

                                        enfin tant qu’il était là, le christianisme y parait à coup de componction et de culpabilité. un truc pervers donc. libérer d’un, coté, frapper d’un autre.

                                        maintenant que le christianisme a sombré ne reste que le désir.

                                        celui de posséder, de jouir, d’en profiter.

                                        et c’est goinfrerie à tous les étages...

                                        bientôt noël.

                                        allez profitez en et oubliez la crise.

                                        de foi.


                                        • Coeur de la Beauce Fabien Marcel Bonaparte 4 novembre 2013 23:31

                                          Salut Alinea ! Les anars de 20 ans font les bons patriotes de 40 piges j’en sais quelque chose... à bientôt !


                                          • Nestor 5 novembre 2013 00:18

                                            Salut Alinea ...

                                            Et oui, c’est à un nouveau naufrage auquel la Bretagne a à faire face ... Tout ceci était prévisible ... Sauf qu’aujourd’hui la marée et de toutes couleurs ... Bobo K10 ...


                                            • alinea Alinea 5 novembre 2013 00:37

                                              Nestor et ses codes mystères ! Super !


                                            • Denzo75018 5 novembre 2013 09:48

                                              A toujours s’obstiner à ne pas vouloir faire les réformes structurelles indispensables pour sauver au moins à minima et temporairement notre modèle social, les Français finieront TOUS au chômage !

                                              Il est curieux de noter que les mêmes qui prônent la décroissance, exigent dans le même temps la croissance des acquis sociaux ! SCHYZOPHRENIQUE !?



                                                • Cem38 Cem38 5 novembre 2013 14:29

                                                  Ce qui est bien dans tout ça c’est que la fin de l’article répond exactement au problème même si c’est donné avec un air de comédie. 

                                                  L’islam et la sounna, c’est un ensemble de savoir vivre pour être aussi en bonne santé. Ainsi, un mouton halal ne l’est pas seulement si on fait le sacrifice selon le rituel, mais il l’est aussi si on le nourrit et l’élève correctement, tout le contraire de la production de masse industrielle.
                                                  Un boeuf maltraité par son propriétaire, nourrit avec des choses qui ne sont pas prévus pour a la base ne pourra jamais être halal.

                                                  • alinea Alinea 5 novembre 2013 15:13

                                                    L’Occident a le talent de tout profaner ! Je ne connais pas grand chose aux rites musulmans mais, effectivement, j’ai idée qu’ils correspondent à quelque chose de sacré, or le sacré ne peut pas être tortionnaire de la Nature ; ceci dit, il me semble que l’abattage en abattoirs, en série si j’ose dire, selon le rite hallal ne correspond plus à grand chose ! Sauf à nourrir la campagne de Marine Le Pen !
                                                    Où que l’on regarde dans les textes fondateurs des religions et dans les philosophies orientales, ou dans le bouddhisme, on retrouve cette même unité, cette union, cette fusion avec le Terre ; les Indiens d’Amérique, dans ce sens, et autant que j’en sache, atteignaient les sommets de l’appartenance au monde ! et n’avaient pas besoin de textes indépassables !! sur lesquels les générations se déchirent !


                                                  • Cem38 Cem38 5 novembre 2013 15:49

                                                    Cette règle concernant le halal va même plus loin que la bête en elle même en fait. Certains disent même que ce qui vient d’une bête malaitée et malnourrie ne peut être halal. On parle ici du lait et des oeufs par exemple. Tout le monde est d’accord pour dire que les oeufs qui proviennent des batteries de poules sont vraiment pas bonnes... Quand on va voir à quoi les poules ressemblent ça fait peur.


                                                  • alinea Alinea 5 novembre 2013 16:11

                                                    Les « scientifiques » disent que des bêtes mal nourries ( pesticides, engrais, manipulations génétiques,etc) bourrées de médicaments ne peuvent pas bien nous nourrir ; les « spirituels » disent que les mêmes ne peuvent nous donner de la bonne énergie, juste des toxines... de mort.
                                                    Les deux sont liés, identiques, même si le regard part d’une religion, d’une science ou d’une « spiritualité ». Même les producteurs sont d’accord, qui ne mangent pas cette production.
                                                    Insuffler la mort, partout.. cela ne peut mener qu’à la souffrance, et à la mort. Alors, peu importe le moteur ou le carburant, peu importe que l’on dise halal, sacré ou sain, ce constat nous lie dans une lutte... dans un refus



                                                  • alinea Alinea 6 novembre 2013 18:20

                                                    Votre oeil vert Chris, est toujours aussi impressionnant !
                                                    Je sais tout cela sur les volailles, et je ne veux plus regarder !! oui beurk....Pouah..........
                                                    Je me demande pourquoi on ne fait pas visiter cela à notre enfants, dans le cadre des voyages scolaires !! Il paraît que ce serait trop cruel ! « finis ton poulet, mon fils » smiley


                                                  • vachefolle vachefolle 5 novembre 2013 17:56

                                                    Oui mais les musulmans mangent des poulets, ce qui pose aussi de nombreux problemes !!


                                                    • alinea Alinea 5 novembre 2013 18:38

                                                      Mince ! J’ai espéré que personne ne viendrait « casser ma baraque » !! Oui, c’est évident, ce serait trop simple si tout l’élevage, toute l’agriculture n’étaient touchés !



                                                      • alinea Alinea 6 novembre 2013 18:29

                                                        Vous voulez dire que si tout est bon dans le cochon, tout n’est pas bon chez les musulmans ?
                                                        Ça, je sais oui ! Enfin je sais, avec ma tête, dans mon corps, je ne l’ai jamais vécu ! peine à imaginer

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès