• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quel avenir pour la junte militaire algérienne ?

Quel avenir pour la junte militaire algérienne ?

  Beaucoup de gens se demandent pourquoi l’Algérie fait toujours l’objet d’autant d’égard et de tolérance de la part des pays européens : En effet, l’Europe :

 * Cohabite avec un régime militaire sanguinaire qui a, depuis son événement avec le président Boumediene, des milliers de morts sur la conscience. 

  * Tolère ou évoque timidement la répression qui s’abat quotidiennement sur une jeunesse innocente dont le seul crime est de revendiquer un régime démocratique avec un gouvernement civil

 * Ferme les yeux sur le soutien de l’Algérie au Polisario, un groupe terroriste formé de mercenaires, issus de tous les pays voisins, une formation armée qui sème la terreur et le trouble aussi bien à la frontière avec le Maroc que dans les pays du sahel.

 On a le droit, voire le devoir, d’assister un mouvement soi-disant de libération. Mais de là, à loger, à armer, à assurer toute l’administration d’un groupe terroriste comme le Polisario et à se faire son porte-parole auprès de toutes instances internationales, cela s’appelle tout simplement être son complice et son prête nom. Si un certain nombre d’organismes internationaux s‘apprêtent aujourd’hui à classer le Polisario comme une organisation terroriste, on est en droit de se demander ce qu’on doit penser de son pourvoyeur, l’Algérie. Bien entendu, il n’y aura jamais de réponse sincère et satisfaisante à cette question. Vous vous demandez pourquoi ? Eh ! bien c‘est simple. LES INTERETS ET TOUJOURS LES INTERETS

 L’Algérie est un pays producteur de pétrole et de gaz ? Elle regorge de ressources minières : or, fer, manganèse, cuivre, phosphate et autres. Aucun Etat européen n’oserait prendre une position contre ce pays, au risque d’être inscrit sur sa liste noire et perdre tout espoir de se voir confier un jour, un quelconque marché. Les militaires d’Alger font du Sahara occidental, une affaire nationale et basent toute leur politique extérieure sur cette question.

 Les grandes puissances dont l’économie ne dépend pas des ressources algériennes ont gardé leur liberté d’action. Les USA ont reconnu officiellement la marocanité du Sahara. La Russie et la Chine ont ouvert des chambres de commerce et d’industrie à Layoune et Dakhla. L’écrasante majorité des riches pays arabes ont aujourd’hui leurs consulats dans les grandes villes du Sahara.

  Seules les Etats européens continuent de tergiverser et restent cantonnés dans une certaine neutralité bien souvent complice pour ne pas dire favorable à l’Algérie. Ils continuent toujours de se référer aux résolutions des Nations unies qui préconisent une ‘’solution équitable qui satisfait toutes les parties » autrement dit un compromis qui ne verra jamais le jour. Et cela fait l’affaire d’un certain nombre de pays qui souhaitent sauvegarder leurs intérêts aussi bien au Maroc qu’en Algérie.

 Faisons maintenant un peu de science-fiction et projetons-nous sur l’avenir. L’Algérie connaît aujourd’hui une situation de trouble et de crise économique qui n’augure rien de bon pour l’avenir de la junte militaire au pouvoir. On est alors en droit de se demander quelle serait l’attitude des gouvernements européens en cas de chute du clan Chengriha et l’événement d’un nouveau régime qui mettrait dehors les mercenaires du Polisario et établirait de meilleures relations avec le Maroc. Ce serait bien entendu la fin du mouvement sahraoui et de la RASD.

 L’Europe, dans ces conditions, va-t-elle changer de cap ou continuer à prôner toujours la même attitude mitigée et négative au sujet du Sahara Occidental ? C’est là une éventualité à laquelle il faut bien s’attendre. Il ne faut pas être un stratège en matière de politique, pour prévoir l’effondrement très proche du pouvoir algérien actuel. N’est-il pas alors, dans ces conditions, plus opportun et plus sage de préparer déjà le terrain à cette nouvelle situation ?  


Moyenne des avis sur cet article :  2.83/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • hans-de-lunéville 1er juin 17:46

    Oui, quel avenir ? on se demande


    • Spartacus Lequidam Spartacus Lequidam 1er juin 19:04

      « LES INTERETS ET TOUJOURS LES INTERETS ».

      C’est tout le contraire. Ce serait surtout le désintérêt. Il n’y a que des coups a prendre surtout avec 15% de la population exilée en Europe.

      S’ils prenaient en compte les intérêts économiques ils interviendraient.

      Il y a bien longtemps que les dirigeants européens ne sont plus des industriels mais des fonctionnaires issus de castes et se foutent des intérêts économiques.


      Les Algériens ont une mauvaise image en général, et les musulmans encore plus. 

      Quand on voit le patacaisse surjoué sur Israël, pays pas plus grand que Djibouti ou le département Français de Nouvelle Calédonie, intervenir en Algérie, c’est rameuter les moyenageux dans toutes les villes d’europe.


      Que l’Algérie se démerde seule.


      • Vangelis Vangelis 2 juin 21:20

        Un régime militaire ! Quel idiotie. Vous pensez bien que s’il en était ainsi, les manifestations actuelles seraient stoppées net et les participants seraient mis au cachot en nombre.

        Un peu de sérieux voyons.

        De toute façon qu’attendre d’un sujet de sa majetsky si ce n’est dénigrer le voisin qui est devenu son souffre douleur et à travers lequel il fait sa politique à 2 dirhams hmarocains.

        Voilà que ce personnage soumis au makhzen fait dans les fantasmes et espère flouer les lecteurs par ses sorties insipides et infondées.

        L’Algérie est au dessus de tout ça. Vous pouvez continuez à aboyer, la caravane passe ....


        • cedricx cedricx 3 juin 17:47

          Lorsqu’on dit junte militaire, on pense à un pays gouverné par des militaires avec des soldats partout, un peu comme le Maroc où le roi est le chef des armées et chef d’état major et où les militaires sont partout pour faire régner l’ordre comme ce fut le cas lors du confinement de 2020, or lorsque vous allez en Algérie c’est tout le contraire qui saute aux yeux, aucun militaire dans le gouvernement ni dans les rues, l’Algérie n’est ni plus ni moins autoritaire que les autres pays arabes qui pour le coup ont les militaires directement à la tête de l’état comme monsieur Sissi qui est reçu en grande pompe à L’Elysée. L’Algérie est un grand pays, le plus puissant de la région, rien ne peut se faire dans cette région du monde sans elle, les grands de ce monde la courtise et à raison, si la France ne prend pas sa place dès maintenant elle ne pourra plus le faire une fois que les anglo saxon s’y seront installés durablement et ne parlons pas des russes et Chinois qui ont compris depuis longtemps l’importance de ce pays pivot et incontournable.


          • cedricx cedricx 3 juin 17:53

            oh pardon je viens de voir que êtes marocain, et que donc votre article s’inscrit dans la droite de la propagande maladroite du Maroc (je connais sur le bout des doigts les trois pays du maghreb où j’ai très longtemps travaillé et où j’ai de nombreux amis) un peu d’objectivité ne vous fera pas de mal cher monsieur !


            • ysengrin ysengrin 7 juin 03:37

              bonjour

              c’est si vrai que ce pays impose sa dictature à l’Europe tout entière depuis des lustres sans que celle ci ne réagisse.

              Ah sur la biélorussie , là ça n’a pas rardé, mais l’Algérie, bizzarement tient tout le monde en respect, notamment grâce à ses ressouces natruelles.

              les plus vieux des Algériens en sont à rêver avec nostalgie à l’époque « maudite » ou la dictature était française.....

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité