• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quel avenir pour le Parti Socialiste ?

Quel avenir pour le Parti Socialiste ?

Question assez oiseuse car encore faudrait-il qu’il eût un avenir après avoir saccagé méthodiquement tous les espoirs que l’on pouvait avoir en lui.

 

 

BHL pour une fois pertinent, du moins dans le choix du titre de son livre sinon dans l’inventaire des solutions dont il se faisait le héraut grandiloquent, avait dépeint, il y a une dizaine d’années, le PS comme un « grand cadavre à la renverse ».

Il avait emprunté le titre à Jean-Paul Sartre qui avait déjà défini ainsi la Gauche de son époque dans sa préface à Aden Arabie de Paul Nizan.

On voit que le mal est ancien qui ronge la Gauche.
Le présumé philosophe anticipait seulement de quelques années et le grand remue-méninge qu’il prônait entre autres déplorations sionistes pour encourager ce parti à abandonner le socialisme était au fond assez inutile car il faisait l’impasse sur un constat : le PS n’était plus socialiste, il en avait oublié les travaux pratiques pour ne plus gloser que sur des principes dont il ne saisissait plus le sens.

Aujourd’hui c’est le socialisme qui a abandonné le PS où plus personne aujourd’hui ne se réclame de lui sinon en comité restreint.

 

 
Les rescapés du naufrage, encore tout éberlués d’avoir été repêché par les gracieusetés du scrutin à deux tours, ne risquent plus guère les quolibets puisque plus personne ne fait attention aux arguties ( quand elles existent ) développées presque mécaniquement par ces quelques énergumènes encore absorbés dans la contemplation de leur nombril.

 

Une direction collégiale – semblable à la curie romaine – de 28 personnes a été mise en place pour rendre au parti le lustre perdu.

On les qualifierait difficilement de pontes tant ses membres sont pour la plupart parfaitement inconnus n’ayant jamais eu les honneurs de la presse même celle qui est par nature ou intérêt la plus accueillante à leur égard.

Il faut dire à leur décharge que les médias redécouvrent avec ébahissement la persistance du droit de cuissage et que cela attire l’essentiel de leur attention, suscitant débats compassés et croisades incessantes…

 

Un certain Rachid Temal serait chargé de l’organisation du prochain congrès des naufragés prévu en février 2018 et il sera chargé d’organiser la veillée funèbre des derniers lambeaux de doctrine socialiste qui passeront à la trappe pour déboucher sur un parti dont on ne sait trop quel sera le rôle puisque, tournant officiellement à la fois le dos au Socialisme et voulant s’opposer mais sur quelle ligne ? à l’entreprise macronienne, on ne voit pas bien sur quelle ligne ils vont jouer les équilibristes.

Tout ce que l’on peut constater, c’est que les Macron’s boys assistés par quelques transfuges avisés sinon solides dans leurs convictions ont porté la dérive politique du PS à un point d’incandescence difficilement réversible.

 

Leurs derniers élus ( qui ont anticipé et déjà changé d’étiquette à l’Assemblée ) continuent d’ailleurs d’échapper aux radars tant au Parlement où ils sont inexistants que rue de Solferino ( tant qu’ils peuvent encore occuper les lieux ) où leur travail de reconstruction qui est surtout une déconstruction de ce qui fit les grandes heures du Socialisme attire peu l’attention des foules.

 

Le désintérêt du public ! Ça, on le savait depuis les pénibles 6 % obtenus aux Présidentielles , mais que même la presse, tout occupée à encenser Macron, n’a plus une ligne à consacrer à leur pathétique tentative de redonner un contenu doctrinal à un parti qui ne sait plus ce que c’est depuis belle lurette, un parti qui, il faut le noter sans s’en affliger n’attire plus aucun grand intellectuel pour réfléchir à son avenir, tant ce dernier apparaît scellé.

 

Ne parlons pas des barons déchus, certains courent cacher leur désarroi ou peut-être leur honte, on peut rêver ! au fond de la province où, ayant perdu tout crédit, ils tentent de survivre par ces accommodements rémunérateurs que la République, bonne fille, prodigue volontiers à ceux qui l’ont servie même mal !

Et d’autres ont providentiellement quitté la politique sans laisser de regrets superflus

.

Exit donc dans la poussière de l’effondrement général en Occident ( les Sociaux démocrates ont disparu en Italie, on été réduit à la portion congrue en Grèce, ils sont affaiblis en Espagne et en Allemagne, ils survivent péniblement en Wallonie et encore plus difficilement en Flandre … ) la social-démocratie française dont le réformisme bon teint ( qui prend parfois le doux nom de pragmatisme pour dissimuler le sentiment de trahison permanente ) n’intéresse plus personne et en premier lieu cette oligarchie pour qui ils ont œuvrés et qui n’a eu qu’à se féliciter de leurs reniements continuels mais qui s’est débarrassée de leur présence devenue inutile sinon encombrante.
La bourgeoisie d’affaires a profité de la démobilisation des travailleurs pour imposer son improbable victoire totale en profitant des institutions monarchiques de la 5e république.

On se trouve face à une atonie généralisée de la population favorisée par les trahisons des représentants socialistes dont les différents clans se disputaient les faveurs de l’électorat avec une petite musique aussitôt oubliée dès qu’ils avaient obtenu leur petite victoire et qui s’empressaient de contredire par leurs actes toutes leurs belles professions de foi.

 

Même ceux qui tentent de garder bien haut levée la bannière de l’espérance ne peuvent parfois cacher le désagrément que leur cause leur voix s’époumonant dans un désert d’indifférence.

Ils ont parfois de passagers mais compréhensifs moments de blues ( qui ne sont en fait que le constat d’une réalité amère ).

 

Le plus surprenant dans toute cette histoire, et ce sur quoi la vraie Gauche va devoir réfléchir, c’est comment le parti Socialiste a pu jouer si longtemps son rôle de béquille de l’aristocratie financière sans être démasqué sinon dans des cénacles que leur radicalisme discréditait et coupait des masses.

Comment son électoral naturel a-t-il pu être dindonné si longtemps ou ce qui revient au même a-t-il accepté de l’être ?

 

Ce n’est pas tout d’avoir raison et de porter un projet, mais quand c’est à peu près contre tout le monde, il y a comme un petit problème de communication.

Les avant-gardes éclairées ne servent à rien si elles sont coupées du gros des troupes.

 

Inouï aussi que ceux qui en ont eu marre de cette hypocrisie instituée en mode de gouvernement se soient précipités en masse vers un Napoléon au petit pied qui, pour être élu, ne se donnait même pas la peine de cacher ses intentions de démantibuler le contrat social issu des accords de la Libération.

 

Ceci posé, il faut reconnaître que Macron tient ses promesses et que ceux qui s’imaginaient pouvoir influencer et tempérer ses ardeurs destructrices se sont magistralement trompés et ont, à l’instar de la CFDT, abusé ceux qui imaginaient que, par le dialogue, il était possible d’obtenir autre chose que des succès d’estime.

 

Les débris du PS veulent aux dernières nouvelles se doter d’un programme social-écologique, c’est fou comme l’écologie est tendance surtout chez ceux qui ont contribué à lacérer ses fondements à grands coups de canif .

Mais ni Benoît Hamon qui a porté une partie de ces objectifs avec l’insuccès que l’on sait ni Valls qui en a été à l’opposé et n’a pas hésité à trahir sa parole d’honneur ne seront de la partie.

Au demeurant, l’inconséquence est devenue la matrice de toute politique dite écologique : presque tout le monde est d’accord sur les objectifs mais tout le monde ou presque est aussi d’accord pour leur réserver au premier grain de sable des funérailles de grande classe.

Nicolas Hulot est ainsi chargé de l’organisation du service funèbre, tâche dont il s’acquitte non sans remords mais en faisant taire toutes ses restrictions mentales renvoyées aux calendes grecques.

Le réalisme à la sauce capitaliste fait rarement bon ménage avec l’écologie.

 

Documents joints à cet article

Quel avenir pour le Parti Socialiste ? Quel avenir pour le Parti Socialiste ?

Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • bob14 bob14 13 novembre 2017 09:55

    Ce parti de voyous a suffisamment pollué votre pays non ?..reste plus qu’à faire la même chose avec votre droite qui marche de travers... !


    • francois 13 novembre 2017 11:29

      @bob14
      Républicain vs démocrate où la poursuite de la ruine de l’américanistant

      t’es trop cool bob


    • Pere Plexe Pere Plexe 13 novembre 2017 10:18

      Le parti dit socialiste n’avait plus grand chose de socialiste.

      Je ne connais pas son avenir, mais je doute qu’en l’absence de projet politique clair et cohérent, il puisse être radieux.

      Déjà pour une part conséquente il se retrouve dans le projet de Macron.
      Sans doute autant par convictions que par opportunisme.
      Les difficultés de ce parti, devenu au fil du temps une administration électorale, ne me chagrine pas.
      Sinon qu’elles plombent durablement la gauche.

      Le paysage politique est désormais un tiers de français à gauche, un tiers de français à droite, un tiers de français au FN. 
      A quelque chose prés...
      Nul doute que notre système politique favorisant le bi-partisme, fera émerger un bloc centriste contre un bloc droite-extréme droite.
      Macron Wauquiez et quelques autres font eux aussi cette analyse.
      La gauche sera durablement marginalisée
       


      • petit gibus 13 novembre 2017 10:37
        @Pere Plexe

        J’vois pas actuellement les tiers dans la même proportion que toi 
        2/3 pour la droite et l’extrême droite
        1/3 pour la gauche

        « 
        La gauche sera durablement marginalisée »

        Oh tu sais les situations dans une précarité généralisée
        évoluent tellement vite...
        qu’il est difficile pour moi d’en tirer cette conclusion 
         




      • petit gibus 13 novembre 2017 10:47
        @petit gibus

        J’ai oublié de mettre dans les 2/3 de la droite bien sur celle de Macron
        qui ne se différencie des 2 autres
        que comme étant une droite pragmatique et moderne ! ! ! smiley

      • François Vesin François Vesin 13 novembre 2017 21:45

        @Pere Plexe
        «  Le paysage politique est désormais un tiers de français à gauche, 

        un tiers de français à droite, un tiers de français au FN. »

        Et là, vous ne parlez que de 48% des votants !
        Parmi ceux là, 90% sont implicitement néolibéraux
        maastrichtiens, pro EU / OTAN / etc...

        Les 52% « restants » ne se reconnaissent dans
        aucune des « valeurs » partagées par les autres
        sauf à considérer que la notion de souverainisme
        ait un sens clair et précis qui pourrait les fédérer !




      • petit gibus 13 novembre 2017 10:25
        On peut mourir dans la dignité
        mais lorsqu’on voit encore Hollande
        et quelques autres à la télé,
        on ne peut que rigoler !

        • petit gibus 13 novembre 2017 11:04
          @petit gibus

          Faut dire à leur corps défendant 
          que mourir dans la dignité est en France 
          toujours pas accepté smiley

        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 novembre 2017 11:18

          La gauche j’en fus. mais quand Pierre Bergé l’a rachetée : fini. Bon, maintenant qu’il est six pieds sous terre avec dix tonnes de fumier sur sa tombe, il y a peut-être un certain espoir. Ma gauche fut celle de Bernard Clavel, de Camus, de Pierre Mendès France. Et selon l’expression : toutes les bonnes choses ont une fin. Celui qui devait porter la gauche au sommet l’a définitivemen enterrée : Pyramide inversée du Louvre de Mythe Errant.


          • francois 13 novembre 2017 11:36

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            le syndicalisme revolutionnaire est mort.

            N’etait-ce pas le rôle de la mite errante de détruire la gauche, la nation et l’europe.


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 novembre 2017 12:30

            @francois


            Lisez Christian Nots,...

          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 novembre 2017 12:38

            @francois


            Pierre Bergé et Mite errante étaient tous les deux scorpions,....comme Hillary. Mauvaise passe pour la bêbête écrasée par le Centaure Macron.

          • Dzan 13 novembre 2017 21:18

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.
            Surtout Mendes « Lolo. »
            Lolo, que j’ai bu grâce a lui en 1950 à l’école.



            • Attilax Attilax 13 novembre 2017 11:28

              Quel avenir pour cadres du parti socialiste, vous voulez dire ?

              Car le parti, lui, est mort depuis 30 ans.

              • Dzan 13 novembre 2017 21:38

                @Attilax
                Tout à fait
                En 1992 l’usine Renault VI de Limoges annonce 320 suppressions de postes ( j’ai déjà discouru sur le sujet)
                C’était après la branlée aux Régionales, où ne restait de « socialiste » que le Limousin.
                C’était Mitterrand et son gouvernement, qui dirigeait le pays.

                Au lieu de montrer, qu’un gouvernement « socialiste » pouvait arrêter le massacre, dans une région sinistrée au niveau emploi ( et oui, déjà) il y eut lutte entre les divers courants du PS, et les 320 passèrent à la porte.

                De toutes façons, Louis Longequeue maire de Limoges de 1956 à 1990... n’avait il pas passé un accord secret avec le patronat Limousin de la Chaussure, Textile, Porcelaine, pour qu’aucune grosse entreprise ne vienne s’installer, et surtout avec des salaires, plus élevés que ceux au ras des pâquerettes pratiqués.

                Le socialiste Jean Le Bail attentiste pendant la guerre, vomit pendant des semaines, sur le Populaire du Centre sur le grand résistant communiste Georges Guingouin, Compagnon de la Libération, maire de Limoges à la Libération, y compris en l’accusant de crimes, qu’il n’a jamais commis. Il fut d’ailleurs blanchi par la justice.

                Jean Le Bail eut son nom en divers endroits de la ville de Limoges, tandis que le nom de Georges Guingouin fut donné à un nouveau pont par la municipalité de droite, qui mit fin à 102 ans de « socialisme » à la mairie de Limoges.


              • francois 13 novembre 2017 11:32

                Je vote pour l’extermination du PS, de ses cadres et des ses militants.

                Y a pas un virus qui traine ?


                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 novembre 2017 12:42

                  Pierre Bergé, né le 14 novembre 1930 à Saint-Pierre-d’Oléron. François Mitterrand, né le 26 octobre 1916 à Jarnac. Hillary Diane Clinton, née Rodham le 26 octobre 1947 à Chicago, Faites une triangulation, et la Pyramide de khéops s’ouvre à la lumière du futur,....


                  • francois 13 novembre 2017 14:12

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                    C’est comme ça que l’on devient compotiste. Sans les queues.


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 novembre 2017 15:00

                    @francois


                    C’est le coup de Jarnac au Fro-mage de Rotterdam (pas de Hollande-un lion), pour finir à Saint-Pierre d’Oléron, coincé dans une huître. Et nous offrant sa plus perle,... jamais deux sans Troie.

                  • francois 13 novembre 2017 16:36

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                    la mite a beaucoup navigué. Rappelons que la mite finissant à babord fut un amateur de meurtre de masse de petits noirs.


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 13 novembre 2017 16:43

                    @francois

                    Des oiseaux engraissés dans le noir puis noyés dans l’armagnac : le cruel sort des ortolans

                  • leypanou 13 novembre 2017 12:47

                    Quel avenir pour le Parti Socialiste ? Aucun : seuls quelques barons locaux qui ont su prévoir le naufrage pourront survivre comme F Rebsamem mais le parti en tant que tel, c’est bel et bien fini.

                    Économiquement, qu’est ce qu’ils ont à proposer de différent de Macron ? Et sociétalement, c’est occupé. On verra bien dans l’avenir ce que va devenir le mouvement du 1er juillet de B Hamon, mais il faut être fou pour miser un kopek sur lui.

                    Cela étant, la petite bourgeoisie est encore présente politiquement, tant qu’elle n’a pas compris que c’est sa disparition qui est programmée.


                    • roby 13 novembre 2017 17:51

                      Socialiste la fabrique à pauvres


                      • McGurk McGurk 13 novembre 2017 20:37

                        @roby

                        *à pauvres pour engraisser les riches.


                      • pipiou 13 novembre 2017 20:54

                        Ou plutôt : Quel parti pour l’avenir socialiste.


                        • Djam Djam 13 novembre 2017 21:43

                          Je m’interroge...
                          Pourquoi parle-t-on de « vraie » gauche ou droite ?
                          Ces partis sont de complètes inventions occidentales. Les partis, quels qu’ils furent, soient et seront, restent des machines à écraser les peuples par la pratique systématique du mensonge en tout.
                          On nous dit aussi que tous ne « sont pas pourris » et pourtant, si, ils le sont ou le deviennent tous dès qu’ils entrent en politique parce qu’ils découvrent alors que rien n’est réalisable sans assujettissement à un bailleur de fonds, en général, des fonds privés dont l’objectif est tout sauf de soutenir un quelconque peuple.

                          Les peuples, eux, ne semblent pas avoir compris que les politiques n’existent que parce que les peuples les créditent ! C’est sans doute cela qui est le plus ahurissant dans ce monde. Ceux qui font tourner les affaires, qui bossent, qui produisent, qui permettent des enrichissement spectaculaires sont humiliés et méprisés par tous les partis quels qu’ils soient et pourtant ces mêmes peuples continuent de voter et donc d’entretenir la main qui les assujettit.

                          On se fout pas mal de savoir si le socialisme va se redresser ou si la droite va revenir. Un monde binaire est une aberration. La vérité c’est que les peuples du monde n’ont nullement besoin des gouvernements tels qu’ils nous sont imposés depuis l’invention de ce qu’ils appellent la démocratie... représentative.


                          • McGurk McGurk 14 novembre 2017 12:30

                            @Djam

                            C’est surtout qu’en ce moment (enfin depuis Hollande), il n’y a plus de gauche ni de droite.

                            Effectivement, les deux gros partis se sont déjà détruits par leur incompétence à résoudre les problèmes du pays depuis plus de trente ans, mais également parce qu’ils ont tous misé sur le mauvais cheval lors des présidentielles. Hollande a fait, faute d’idées (et pourtant elles ne manquaient pas), une politique de droite encore plus à droite que la droite elle-même l’aurait fait (49-3 *3, ordonnances par centaines et loi travail).

                            Si on compte le nombre de soi-disant « socialistes » ayant quitté le bateau qui coulait pour s’assurer un avenir auprès de Macron et sa bande de dégénérés, on se rend compte que même le parti « socialiste » ne croit plus du tout et ne compte absolument plus sur le social comme base de idéologique et sociétale. Même Strauss-Khan dit que « Macron a raison de faire ses réformes LOL ». Ca devient une question « économique » ou « de budget » - avec des licenciements massifs dans la fonction publique.

                            * « Un monde binaire est une aberration. »

                            Pas forcément. Avec une bonne alternance des deux grands partis - croyant bien sûr en leurs principes de base et ayant des solution en découlant -, l’un pourrait facilement compléter l’autre et vice-versa. L’un prenant des mesures sociales et l’autre pro-entreprises, pour équilibrer la balance.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article

PS


Palmarès