• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quelle est l’origine de l’énergie ?

Quelle est l’origine de l’énergie ?

Les Hébreux nous ont appris que tout est dans yod, la dixième lettre de leur alphabet qui n’est qu’un point dans lequel tout se trouve. Mais l’homme est incapable de se repérer dans un point où tout se trouve. Comment trouver son mouvement, son sens et son rythme à l’intérieur d’un seul point d’une densité infinie ? Pour se piloter lui-même l’homme a eu besoin avant tout et partout, de différencier ce qui est réversible de ce qui ne l’est pas, ce qui est réparable de ce qui ne l’est pas, ce qui est transformable de ce qui ne l’est plus. Il a inventé pour ce faire deux définitions, celles du temps et de l’espace. Le temps est par définition le décor du retour impossible (nous ne pourrons jamais retourner à hier) et l’espace est par définition le décor du retour possible (nous pourrons toujours retourner à l’endroit dont nous venons). Le temps et l’espace sont sans origine et sans fin puisque ce ne sont que deux décors que l’homme a créé pour être capable d’appréhender ou simplement d’approcher les différentes formes de l’énergie qui est en mutation perpétuelle et universelle.

Tout est énergie, le minéral, le végétal, l’animal, l’humain, la pensée et les objets. L’énergie ne se consomme pas, elle ne fait que se dégrader et se restaurer à partir d’une origine inconnue.

Nous croyons consommer de l’essence en roulant en voiture alors que nous ne sommes qu’un maillon de la dégradation de l’énergie fossile du pétrole que l’on nous a déjà dégradé en essence et que nous dégradons à notre tour, en énergie cinétique pour bouger, en énergie lumineuse pour éclairer la route et en énergie calorifique ou frigorifique pour nous sentir bien. La route et la voiture ont été mises à notre disposition par une dégradation de l’énergie monétaire, elle-même dégradation par divers biais de l’énergie humaine.

Mais qu’est-ce que l’énergie ?

Des forces hallucinantes existent dans l’univers. Les Grecs les classaient dans la dynamique quand elles n’étaient qu’en puissance et dans l’énergie quand elles étaient en action.

Nos physiciens regroupent les deux sous le vocable énergie. Le premier principe de la thermodynamique qui énonce que l’énergie se conserve, énonce en fait que c’est la somme des forces en puissance et en action qui est éternellement la même. Lorsque ces forces mutent sous une nouvelle forme, elles entrent en action visible, ce qui ne veut pas dire qu’elles n’agissaient pas quand elles ne mutaient pas. Un nuage, un morceau de bois, un caillou ou une vache n’existent que parce que des atomes sont maintenus ensemble par des forces potentielles extrêmement fortes.

De tout temps l’homme a essayé de maîtriser ces forces en domestiquant leur action. Il s’est aperçu qu’en désorganisant un morceau de bois par le feu il pouvait en faire de la chaleur, qu’en enlevant sa liberté à la vache il pouvait tirer une charrue et même récemment qu’en désorganisant certains cailloux, il savait en faire une bombe atomique ou une centrale nucléaire. C’est le second principe de la thermodynamique exprimé par Sadi Carnot au début du XIXe siècle qui énonce que c’est en désorganisant une force potentielle qu’on l’active. Quelques décennies plus tard Rudolf Clausius a appelé ce phénomène de dégradation, l’entropie, du mot grec entropia (ἐντροπία) qui veut dire changement en soi-même.

La vie est la gestion de l’énergie sous toutes ses formes dans l’espace et dans le temps. Les latinistes nous disent avec vita in motu que la vie est dans le mouvement, mélange du temps et de l’espace. La musique nous rappelle qu’elle est aussi dans le rythme qui combine l’énergie et le temps. Elle est enfin dans la source qui allie l’espace et l’énergie et que certains appellent l’amont, le sens, le vecteur ou même le principe car tout en découle.

Mais malheureusement l’homme occidental a estropié l’entropie en la limitant, dans sa définition même, à la dégradation utile de l’énergie par sa désorganisation. Il a mis sous le tapis la restauration de l’énergie à laquelle nous ne comprenons pas grand-chose si ce n’est que c’est très long et que nous ne l’avons jamais vraiment étudiée. Nous ne savons pas transformer de la chaleur en morceau de bois et nous aimerions savoir transformer des déchets nucléaires en simples cailloux et du plastique en pétrole. Nous nous contentons d’appeler miracle la restauration de l’énergie en la décrétant même impossible. L’homme ne sait non seulement pas restaurer l’énergie mais il renonce même actuellement en Occident à en étudier l’origine que ses ancêtres appelaient Dieu au singulier ou les dieux au pluriel suivant les civilisations. Dieu vient de dies, la lumière, dies étant le génitif de Zeus, origine omnipotente de l’énergie que l’homme ne peut comprendre. Ayant perdu l’humilité, nous avons du mal à reconnaître que le temps et l’espace n’ont pas d’extrémités, qu’ils n’ont ni début ni fin puisque ce ne sont que des décors même s’ils nous sont indispensables et que nous les déplaçons avec nous. Nous avons encore plus de mal à faire le simple constat que l’énergie a en revanche forcément une origine que l’homme, en se voulant compétent en tout, feint aujourd’hui de dédaigner comme s’il était lui-même un dieu. Que la théorie du Big Bang soit vraie ou fausse n’a pourtant aucune importance et aucun intérêt si nous ne savons pas d’où venait l’énergie qui aurait permis ce Bang.

Nous allons pâtir de plus en plus du fossé qui s’élargit entre notre capacité croissante à transformer l’énergie en la dégradant pour nous en servir, et notre incapacité permanente à la restaurer tout en en dédaignant l’origine. L’économie et l’écologie abordent chacune isolément deux aspects contradictoires du même problème. L’écosophie, la sagesse de la maison, tente sans être entendue de les réconcilier. Que nous dit-elle ?

Pour ne plus en souffrir il faut remettre à sa place le double décor non miscible de l’espace-temps et aborder le problème de l’énergie dans son ensemble.

Il faut retrouver le bon sens du temps que l’on ne remonte pas. Ne nous servons pas de ce que le déplacement d’une horloge atomique la fait retarder parce qu’une sinusoïde est plus longue qu’un aller-retour direct pour faire croire que l’homme pourrait remonter ou freiner le temps. Certains en arrivent à croire au non-sens de deux jumeaux qui vieilliraient différemment si l’un d’eux est véhiculé par une fusée avec le paradoxe de ne pas savoir lequel puisque la vitesse de l’un n’existe que si l’autre est réputé fixe. Le paradoxe des jumeaux a été parfaitement démonté par Paul Painlevé dès 1922 mais la pensée d’Einstein semble divinisée.

Il faut aussi retrouver le bon sens de l’espace, privilégier à nouveau ce qui est à notre dimension. L’exploration de l’infiniment grand, des conquêtes planétaires à l’astrophysique, ajoutée à celle de l’infiniment petit des nanoparticules ou des ultrafines, ne nous autorise pas à nier l’évidence concrète de ce qui est accessible à nos sens : les races, les nations et les langues qui sont de l’énergie à respecter dans leur diversité. Le bon sens doit aussi nous obliger à intégrer que le voyage qui n’existe que dans l’espace est aussi très coûteux en dégradation d’énergie. Les croisières en immeubles flottants, les cargos de plus en plus imposants, les embouteillages aériens, maritimes et terrestres dégradent une énergie qui ne se reconstitue pas.

Il faut enfin et surtout réagir devant les multiples ruses que nous utilisons pour ne pas affronter notre faible connaissance de l’énergie en utilisant celle des autres par une réactivation de l’esclavage sous toutes les formes imaginables.

Nous avons réinventé l’esclavage dans l’espace par le prétendu libre échange qui permet par exemple aux Allemands d’asservir les Français en leur prenant leur énergie monétaire et aux Français d’asservir les Chinois, les Bengalis ou les Éthiopiens, en leur prenant leur énergie physique.

Nous avons inventé l’esclavage dans le temps en laissant les banques créer de l’apparence d’énergie monétaire que nos successeurs devront rendre avec intérêt.

Nous avons réinventé l’esclavage ici et maintenant par l’immigration à qui notre côté bobo paresseux, hommes et femmes confondus, sous-traite à bas coûts aussi bien la production que les services et le renouvellement de la population.

Nous avons inventé l’esclavage le plus vicieux qui soit en oubliant ce que Jean Bodin nous expliquait déjà en 1576 dans Les Six Livres de la République, à savoir que la République s’exprime par la monarchie, par l’aristocratie ou par la démocratie. En décidant arbitrairement et stupidement de limiter la république à la démocratie nous avons inventé un esclavage insidieux où la majorité de la population se compose d’inactifs, de faux actifs dans de prétendus services et de prêtres du système, politiques et médiatiques. Cette majorité a accaparé le pouvoir et vit très agréablement aux dépens d’une minorité d’actifs que l’on étrangle avec persévérance pour acheter les votes de la majorité. L’augmentation incessante des taxes, des prix et de la fraude montre la guerre tripartite « à outrance » que se mènent l’État, les entreprises et les citoyens, chaque belligérant cherchant à mourir le dernier.

Les peuples occidentaux commencent à réagir à l’absurdité de leurs prétendues élites par les populismes qui se cherchent. Mais les dites élites travaillent inlassablement à les faire avancer vers un non avenir pour préserver leur propre très agréable présent. Ils réussissent déjà à stériliser une partie dynamique de la jeunesse en l’embrigadant dans les culs-de-sac affectifs, chronophages et énergivore que sont les multiples luttes apparentes et inefficaces contre le réchauffement climatique, le sexisme, le racisme, l’alcool, la vitesse, le tabac, l’homophobie, l’antisémitisme, etc, etc, etc….

Cette jeunesse trouvera-t-elle en elle la force de s’intéresser à la vie passionnante de l’énergie sans gaspiller la sienne propre ?


Moyenne des avis sur cet article :  2.41/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

71 réactions à cet article    


  • Étirév 7 mars 11:24

    La Force…

    Dans tous les Livres sacrés, on expliquait le mécanisme de l’Univers par l’action d’une force émanant des astres incandescents. Cette force n’est autre que le dynamisme inhérent à la radiation des astres, surtout du soleil, dont l’action est la plus puissante sur la terre, puisque c’est l’astre le plus rapproché de nous.

    Cette force reçoit dans toutes les langues un nom qui est presque toujours une onomatopée, c’est-à-dire un mot qui représente imitativement une force.

    Chez les Hindous, c’est « Brahm ».

    Chez les Egyptiens, c’est « Ptah ».

    Cette radiation solaire n’est pas seulement une force, c’est un principe chimique. La radiation est un courant d’atomes d’oxygène, qui génère la lumière blanche qui nous éclaire.

    Mais cette force radiante ne vient pas seulement du soleil ; elle vient aussi des étoiles, qui sont multiples et rayonnent dans l’espace sept autres principes chimiques qui génèrent les sept couleurs du prisme. Telle est l’origine du septénaire.

    Chez les Hébreux « Elohim », mot qui est le pluriel de « Eloha ». Le premier verset du Sépher (La Genèse), si mal traduit, dit :

    « Berechith bara Elohim eth ha chamaïm veeth ha aretz  ».

    Traduction  : « En principe les Elohim ordonnent ce qui est dans les cieux et ce qui est sur la terre ».

    Si ce mot est mis au pluriel, c’est parce qu’on savait qu’il n’existe pas une force cosmique, mais qu’il y en a plusieurs.

    Et, d’abord, on expliquait ce qu’est une force cosmique en montrant que c’est le principe actif qui entretient la combustion des astres incandescents, lequel est transporté dans l’espace par les radiations astrales. On le représentait par un point dans un cercle :

    La force, c’est donc la matière en mouvement.

    On observe dans la nature deux espèces de mouvements : des mouvements « spontanés  » et des mouvements « transmis ».

    Le mouvement spontané apparait dans l’électricité, dans les réactions chimiques, dans la vie.

    Ces trois manifestations de la force primitive répondent à une même cause : l’action atomique.

    L’atome est l’élément premier des corps, il est invisible, on pourrait dire qu’il est « immatériel », car il ne tombe pas sous nos sens ; nous ne pouvons ni le voir ni le toucher, il n’est jamais au repos : le mouvement est sa principale propriété.

    Considéré dans sa liberté, c’est-à-dire en marche, l’atome est « la Force ». Il engendre toutes les actions dynamiques qui gouvernent la mécanique céleste ; c’est lui qui meut les astres et les guide dans leur course incessante.

    Lancé dans les champs célestes, il repousse devant lui tout ce qu’il rencontre, il n’y a pas d’obstacle qui l’arrête, il est maître de l’espace. Roi de l’Univers, qu’il gouverne en souverain, nulle puissance n’est égale à la sienne, nulle force n’existe en dehors de la sienne, si ce n’est celle d’un autre atome tout-puissant comme lui. Parti des foyers de radiation, il s’étend dans une aire immense qu’il régit mécaniquement, physiquement, chimiquement et physiologiquement.

    C’est ainsi que les atomes que notre soleil radiant nous envoie gouvernent toute notre organisation terrestre. Si nous ne nous apercevons pas de leur présence et de leur action dynamique, c’est parce que l’état de chose qui en résulte, et qui existait avant le commencement de notre formation organique, constitue un équilibre général au sein duquel nous avons créés et avec lequel tous nos organes sont en harmonie.

    Il est donc, pour nous, l’état normal.

    Mais lorsque la marche des phénomènes réguliers est interrompue, troublée ou arrêtée subitement, les nouveaux effets produits par le dérangement nous révèle l’existence et la puissance de la force dont nous n’avons pas conscience dans l’état normal des choses. Nous ne nous apercevons pas de la puissance des forces qui règnent autour de nous, tant que l’harmonie qui résulte de l’équilibre de ces forces est maintenue.

    Mais, si cette harmonie vient à se déranger, les troubles qui en résultent nous font comprendre la puissance de la force qui n’agit plus régulièrement.

    Cosmogonie


    • Marc Dugois Marc Dugois 7 mars 13:16

      @Étirév
      Votre commentaire est trop riche pour y répondre en quelques mots. Je vous invite à aller lire sur mon site l’article http://www.surlasociete.com/la-spiritualite-defaillante


    • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 12:00

      « Ceci est un piège de mots », dit le philosophe à son public ébaubi.

      « Admirez, je vais le faire fonctionner pour vous !

      Aïe ! Ouh ! Ah ! ...

      Gloup ! »


      • Chantecler Pink Marilyn 7 mars 12:51

        Moi, je suis blonde, alors j’ai vite mal à la tête quand c’est difficile à lire.

        J’aimais mieux l’article de M. Foscarvel qui disait la même chose ici il y a trois jours, mais en plus clair.


        • Marc Dugois Marc Dugois 7 mars 13:23

          @Pink Marilyn
          Je vous félicite d’avoir vu que nous disons la même chose. Peut-être que certains esprits étroits ou malléables trouveront ma formulation claire. Laissez-moi espérer.


        • Julien S 7 mars 13:11

          @ l’auteur

          Intéressante, votre vision du paradoxe des jumeaux et de la symétrie supposée des deux référentiels.

          Et que pensez-vous (même époque) du point de vue bergsonien anti-einsteinien sur la simultanéité ? 


          • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 13:22

            @Julien S. Paul Painlevé, ce n’est pas ce falot ministre de la guerre qui est resté infoutu d’empêcher l’offensive Nivelle au Chemin des Dames ?

            Parce que l’inexistence de l’accélération, ce n’est pas ce que Hergé à dessiné dans notre référence commune à tous à l’époque : Tintin vers la Lune. Même Hergé savait l’existence de l’accélération, si Marc ne le sait toujours pas.


          • Julien S 7 mars 14:24

            @JC_Lavau
            .
            Ah, bon, alors c’est encore raté pour la démonstration de la fausseté du paradoxe des jumeaux. Pourtant, si on pouvait l’invalider quelque part, c’était bien sur Agoravox. 
            .
            Quant à Painlevé, attention à n’en pas médire, car c’était un amoureux des choses de l’air, coauteur avec Emile Borel et Charles Maurain de L’Aviation, librairie Félix Alcan, 1913, et peut-être notre premier ministre à monter en aéroplane. 


          • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 14:34

            @Julien S. Il y a surtout qu’on ne pourra jamais réunir sur Terre le propergol nécessaire à la fusée de Langevin. La construction de ladite fusée aussi est au delà des possibilités technologiques et notamment métallurgiques de toute société à venir. Sous la forme langevinesque, il s’agit d’un énoncé inexpérimentable. C’est bien pourquoi il excite tant les cranks.

            De toutes façons on n’en a rien à foutre, puisque les expériences de Pound et Rebka en 1959, puis de Pound et Snider en 1964, encore précisées depuis par des horloges atomiques et des masers à hydrogène dans des avions de ligne, ont définitivement réglé la question de l’exactitude de la RR et de la RG.


          • Marc Dugois Marc Dugois 7 mars 17:42

            @JC_Lavau
             Rien n’est définitivement réglé du tout et on nous refait à propos des relativités restreinte ou générale, le coup des habits neufs de l’empereur. Personne ne comprend mais personne n’ose envisager de remettre en question.

            Si le temps ne semble pas s’écouler de la même façon dans un avion supersonique c’est simplement que la vitesse fausse la mesure du temps et non sa régularité. Si je l’affirme c’est que c’est simplement la définition du temps d’être d’une régularité absolue.


          • Marc Dugois Marc Dugois 7 mars 18:05

            @JC_Lavau

            Il n’est pas toujours évident de comprendre ce que vous voulez dire, une fois nettoyé de l’ironie et de la dérision. Je préfère l’humour.

            Je sais que l’accélération est la dérivée de la vitesse, elle-même dérivée du mouvement, lui-même rapport de l’espace au temps. Que dois-je apprendre maintenant pour atteindre votre niveau ?


          • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 18:26

            @Marc Dugois. Que la formulation restreinte de la Relativité, celle de 1905-1908, faisait l’impasse sur les accélérations. Impasse résolue avec la RG.
            Il n’y a expérimentalement aucune symétrie entre la physique de la fusée accélérée, et celle du jumeau resté à Terre.
            Tu persistes à croire au temps du dieu d’Isaac Newton, chargé de tout voir simultanément. Les expériences citées plus haut ont définitivement ruiné ce préjugé primitif. Il n’y a de macro-temps que locaux, et qui n’ont aucune pertinence ni aucun pouvoir causal en microphysique.

            Le vouvoiement ne s’impose pas : on a usé nos fonds de culottes sur les mêmes bancs dans les mêmes classes. Te souviens-tu au moins de notre collègue Jean-Claude Benabid ?


          • Marc Dugois Marc Dugois 7 mars 18:52

            @JC_Lavau

            En effet si tu es le Lavau des classes prépa à Champollion reprenons le tutoiement.

            Ne prenons que le paradoxe des jumeaux et essayons de raisonner sans faire appel à du namedropping qui n’apporte rien. Si le temps se ralentissait à grande vitesse il faudrait savoir quel jumeau voyage et quel jumeau est fixe. La distance, la vitesse comme l’accélération sont les mêmes pour les deux si l’autre est pris comme origine. Donc chacun devrait vieillir moins vite que l’autre si la théorie était juste.

            Comment se fait-il que personne ne se dise qu’une horloge atomique étant fondé sur le va-et vient d’un électron entre deux plaques, le fait de la mettre en mouvement fait parcourir à l’électron une sinusoïde plus longue que son parcours à l’arrêt, et donc fausse l’horloge atomique en la ralentissant ? Le jumeau qui est dans la fusée ne vieillit pas plus doucement, c’est l’horloge qui retarde.

            Je suis ouvert à toute discussion mais pas au « ça a été scientifiquement prouvé » qui ne fait qu’asséner des affirmations que l’on doit gober.

            Je me moque du dieu d’Isaac Newton et la notion même de simultanéité est une notion humaine. Pour moi, comme l’a très bien dit le commentaire de éritév, Dieu est dans n’importe quel langue le nom que l’on donne à la source de l’énergie.


          • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 7 mars 19:08

            @Marc Dugois

            la fin du l’e-motion , c’ est quand on ne prouve rien ...
            Pas mal ... tout comme le concept du yod .

            Faut arreter de taquiner Isaac ca peut valoir des soucis en ce moment .

            On parle de dieux , cependant , « la source » est souvent une notion satanique ...
            Doit t’ on y voir une schizophrénie dans la nature meme de l’ univers . ?


          • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 19:48

            @Marc Dugois. Non, en 4e avec Zoccola en français-latin, puis 3e avec Félix Germain.
            Même que tu étais imbattable à imiter son « Comment dirais-je ? Enfin vous voyez, quoi ! », en tapotant des doigts sur son bureau.
            Dans Objectif Lune, ce sont Tintin, Haddock, Milou, Tournesol, Wolff et trois passagers clandestins qui subissent les effets de l’accélération. Ce sont eux qui prennent une énergie cinétique et une énergie potentielle par rapport à la Terre, conformément à l’énergie chimique (ou dans la BD, prétendûment nucléaire) fournie par le propergol.
            Tente le calcul pour voir, avec l’hypothèse que c’est la Terre qui a pris de l’énergie potentielle et de l’énergie cinétique par rapport à la fusée.

            Ton principe de l’horloge atomique est aussi faux que possible. Etc.


          • baldis30 7 mars 15:00

            bonjour,

             « Le premier principe de la thermodynamique qui énonce que l’énergie se conserve, »

             cela est bien vieux ... ce qu’on oublie de préciser maintenant cela s’applique à toutes les mécaniques :

            la conservation de l’énergie résulte de l’homogénéité de l’espace

            la conservation du moment cinétique résulte de l’isotropie de l’espace


            • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 18:10

              @baldis30. Erreur dans ta citation : le théorème d’Emilie Noether lie toujours deux grandeurs dont le produit est une action maupertuisienne ou hamiltonienne, et à condition qu’on soit loin d’un horizon de Schwartzschild.
              La conservation de l’impulsion est liée à l’homogénéité de l’espace.
              La conservation du moment angulaire est lié à l’isotropie de l’espace.
              La conservation de l’énergie est liée à l’homogénéité du macro-temps local.

              Toutes homogénéités et isotropies auxquelles renoncer aux abords d’un trou noir.


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 7 mars 18:27

              @baldis30

              soit vous avez raison tout les trois , soit vous avez tord tout les trois (j’ inclus l’ auteur).

              Note du perturbateur chronique :

              ca ne vous parais pas etrange , de retrouver des bribe de savoir dans de tres vieux texte abordant deja la meme question ?


            • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 18:39

              @Cyrus. Même que cestui là voulait nous faire admettre qu’il avait trouvé la vitesse de la lumière dans le coran, avec 8 décimales exactes : 
              http://citoyens.deontolog.org/index.php/topic,527.0.html


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 7 mars 18:47

              @JC_Lavau
              Tu devrai noter mon IP lol

              Meme si ta « poubelle » as parfois des morceaux consommable , véritable friandise de l’ entropie .

              Coranerie ou thanak ... ne sont que crhétinerie si on se laisse avoir .
               
              Imagine dans 20 siecle des explorateur deterant ton blog , il y aura toujours un fanatique pour pondre une nouvelle religion a ne pas remettre en cause .

              Doit t’ on pourtant jeter le BB avecl’ eau du bain ? surtout si c’ est ton BB a toi smiley

              J’ ais pas la réponse malheureusement sinon je me ferais un plaisir de te la soumettre a ma manière piquante ....


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 7 mars 18:51

              @Cyrus
              thanak je voulais ecrire « t’ arnaque » mais vu l’ air du temps on va eviter lol


            • baldis30 7 mars 23:12

              @Cyrus

              bonsoir,
               pour ma part je maintiens ... avec Noether ...


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus 7 mars 23:33

              @baldis30
              Je ne conteste pas , mon niveau math/physique est a peine un mélange BTS/deug A et tout ce que j’ ais pu glaner au cours des année qui on suivit ... on est très loin du niveau des mines .Voir même et j’ ais horreur de l’ admettre de celui de mon meilleur « ennemi/oposant » .Par contre en info industrielle je peut certainement lui en apprendre smiley 

              Mon commentaire , voulais juste rappeler qu’ en science il faut expérimenter , que tout change très vite , et que bizarrement philosophie , religion , math , physique sont une maniere de percevoir le monde qui nous entoure et qui peuvent converger comme cette idée du YOd , de l’ alpha ou de ce que tu veut .
              Vous pouvez donc avoir tout trois raison (ou tord) , j’ usqua ce qu’ un nouveau modèle décrivant mieux le monde émerge de nos pauvre cerveaux .

              il n’ est pas question de spiritualité(ou de math sup/spe) , mais uniquement de perception .

              Au plaisir Baldis

               


            • baldis30 9 mars 11:03

              @Cyrus

              sur le plan industriel on peut m’en apprendre mais il faut y mettre du vôtre ... !


            • Cyrus (TRoll de DRame) Cyrus (TRoll de DRame) 10 mars 16:16

              @baldis30
              Par contre en info industrielle je peut certainement lui en apprendre  
              >Lui n’ est pas vous a moins que vous utilisiez un double compte ?


            • Laulau Laulau 7 mars 17:12

              "Nous avons encore plus de mal à faire le simple constat que l’énergie a en revanche forcément une origine que l’homme, en se voulant compétent en tout, feint aujourd’hui de dédaigner comme s’il était lui-même un dieu."

              Et cette origine c’est Dieu, pas vrai ? Mais pourquoi l’énergie devrait avoir une origine et pourquoi Dieu, lui, pourrait s’en passer ?


              • Marc Dugois Marc Dugois 7 mars 17:30

                @Laulau

                Parce que dans toutes les cultures le nom de Dieu est donné à l’origine de l’énergie. Là où ça devient difficile c’est quand on commence à avoir envie de le dessiner.


              • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 17:40

                @Marc Dugois. C’est vrai ça ! Au lieu de gueuler « Nom de guieu », gueulez « Nom de l’énergie ! » et au lieu de « Sapré bon guieu de nom de gueiu ! », dites "Sapré bonne énergie de nom de l’énergie

                 !" .


              • Marc Dugois Marc Dugois 7 mars 17:45

                @JC_Lavau

                On peut plaisanter de tout et cela détend l’atmosphère mais les questions demeurent et les réflexions aussi.


              • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 17:54

                @Marc Dugois. Un inédit de Stéphane Mallarmé, découvert par Paul Reboux et Charles Muller, précise (je ne donne que la version traduite en français) que « j’ai repoussé les limites du galimatias ».


              • Marc Dugois Marc Dugois 7 mars 18:08

                @JC_Lavau
                Ne confondez pas un inédit et un pastiche. Mallarmé n’a jamais eu besoin d’être traduit en français mais certains Français, si !


              • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 18:15

                @Marc Dugois. Mais ton galimatias n’est traduisible en aucune langue scientifique, ni en aucune ingénierie.


              • Reiki 7 mars 18:03

                Excellent article 


                • Marc Dugois Marc Dugois 7 mars 18:10

                  @Reiki

                  C’est gentil et cela change un peu de tant de réactions épidermiques.


                • Coriosolite 7 mars 18:47

                  Bonjour,

                  Bon article bien écrit.

                  Un commentaire disons anecdotique :

                  vous écrivez : « nous aimerions savoir transformer des déchets nucléaires en simples cailloux et du plastique en pétrole »

                  Pour les déchets nucléaires je n’ai rien à proposer.

                  Par contre pour le plastique, j’ai vu au Cambodge des gens chauffer des sacs plastiques dans un récipient en verre hermétiquement fermé, genre alambic.

                  Les vapeurs en refroidissant donnent une sorte d’huile qu’ils utilisaient pour s’éclairer.


                  • Reiki 7 mars 18:49

                    @Marc Dugois... J ai vu et je ne l explique pas... 

                    Certains scientifiques imaginent que le big bang résulterait d un vide absolu et gigantesque.

                    Le big bang serai du à la masse du vide. 

                    Comme quoi la chose la plus insignifiants peu etre la source de se qui a de plus magnifique. 


                    •  C BARRATIER C BARRATIER 7 mars 19:02

                      Je sais que je ne sais pas, mais je suis heureux de me sentir bien dans cet univers qui n’est qu’énergie. L’intérêt de ne pas savoir encore est le plaisir de chercher. J’aime bien le début de cet article, moins la fin qui touche à des interprétations politiciennes. Il est difficile de ne pas s’égarer.

                      L’univers a un sens, la vie a un sens.....le voici pour moi

                      En table des news :

                      Sens de la vie, sens de l’univers http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=59

                      • Reiki 7 mars 19:07

                        Enfin c est que mon opinion ... sur l énergie...

                        Mdr 

                        Cela fais bizarre de dire que absolument tous es fais de Rien 


                        • JC_Lavau JC_Lavau 7 mars 19:50

                          @Reiki. D’autant que tout dépend de tout et réciproquement.


                        • Reiki 7 mars 20:18

                          Il es possible que cette énergie 

                          D ou depand le tous (Univers) n est pu s aglomere et crée molécule, étoiles et par définition la vie.

                          Évidemment tous le monde chercher à comprendre se qu il sais passé. 

                          Par idéologie on parle de la particule de Dieu Ou boson de Higgs qui serai responsable du tout. 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès