• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Quelle politique territoriale ?

Quelle politique territoriale ?

Croissance démographique et urbanisation, impact sur les ressources et espaces

Aujourd’hui, en France, comme en Europe 80% de la population est urbaine. Les villes sont d’importantes consommatrices de ressources naturelles et d’espaces. Avec une croissance démographique continue, les politiques de densification urbaines qui s’est accélérée depuis la fin des années 1960, loin de réduire l’espace territorial d’occupation de l’habitat, malgré le développement des constructions en hauteur, outre les mauvaises qualités de vie, génèrent inévitablement de l’étalement urbain vers leur périphérie rurale, entraînant une croissance des besoins notamment pour les transports, mais aussi des inégalités sociales.

 Dans ces communes rurales à proximité des zones urbaines, où se conjuguent activités traditionnelles de production agricole et forestière, souvent peu respectueuses des milieux, avec des fonctions émergentes que sont l’accueil d’activités de production ou de loisir transférées depuis le tissu urbain, elles vont ainsi être touchés par ces effets de la croissance démographique. Des besoins en ressources naturelles et d’espace, progressivement au détriment des terres agricole, avec pour corollaire la spéculation foncière ne vont cesser de croître...

En France, avec une croissance démographique continue, rupture entre villes et espaces ruraux, dont certains sont en pleine désertification 

Avec près de 53 millions d’habitants vivants en ville en 2016, selon l’INSEE, soit plus des trois quarts de la population, la France est dans la moyenne Européenne en terme de rapport : population urbaine- population rurale. Toutefois, il y a des différences importantes avec nos principaux voisins concernant la densité de population au km2. En 2016 il y a 122 habitants au km2 en France (en progression constante depuis 1961) devant l’Espagne 93 h/km2, contre 237 h/km2 en Allemagne, 206 h/km2 en Italie, 277 en grande Bretagne… http://perspective.usherbrooke.ca/bilan/servlet/BMTendanceStatPays?langue=fr&codePays=FRA&codeStat=EN.POP.DNST&codeStat2=x Cette densité est inégalement répartie sur le territoire français.

En France, mais également pour l’ensemble des pays Européens et au-delà, la problématique majeure concerne la croissance démographique avec l’habitat urbain qui ne cesse de se densifier et continue à s’étendre vers sa périphérie, notamment vers des communes à caractère rural, dont certaines deviendront de petites villes dortoirs, dès lors que les activités économiques resteront concentrées vers le principal espace urbain. En France, les 33 000 communes peu ou très peu denses rassembleraient un tiers des habitants du pays avec une densité moyenne inférieure à 64 habitants au km2. Les 609 communes les plus densément peuplées, plus de 2 969 h/km2, regroupent, elles aussi, un gros tiers de la population. En 2017, après avoir enregistré la fusion de 1160 communes par rapport à 2015 où elle comptait 36 658, la France compte actuellement 35 498 communes, ce qui signifie que 1889 communes regroupent le dernier tiers. Ainsi la population française reste très inégalement répartie sur le territoire.

Un mouvement contradictoire avec d’un coté une croissance démographique qui semble « bouder » les grandes villes, mais ne se répartit pas pour autant vers des zones de bassins ruraux qui ne cessent de se désertifier

 Si la population augmente, la croissance n’est toutefois pas partout la même. Depuis 2009, la population des 100 plus grandes villes françaises n’a augmenté que de 0,3 % en moyenne par an (contre 0,5 % au niveau national). Vingt-sept d’entre elles ont même perdu des habitants. C’est le cas de Paris, qui comptait 2 220 445 habitants en 2014, soit 13 660 de moins qu’en 2009. La capitale ne réunit plus que 3,4 % de la population totale du pays, alors que cette part était de 5,9 % en 1962. Toujours selon les études de l’INSEE Les communes les plus peuplées n’accaparent plus la population régionale avec la même intensité que dans le passé. Sur le terrain, cela se traduit par une répartition plus équilibrée de la population au sein d’une seule région, Par exemple, en 1962 les populations parisienne et marseillaise représentaient respectivement 33 % et 28 % de leurs populations régionales. En 2014, elles n’en constituent plus que 18 % et 17 %. Mais là encore les déplacements de ces populations se font en grande partie dans des communes qui se situent autour des grandes villes. L’une des questions majeures reste la croissance démographique, quelle que soient ses différentes causes, et son étalement autour des zones urbaines

Des inégalités territoriales avec toutefois des situations très variables 

Le Conseil Economique, Social et Environnemental (CESE) portant sur les inégalités territoriales soulève la complexité de ce phénomène, constatant : « que les inégalités territoriales peuvent varier selon la « maille » et les critères étudiés : si inégalités sociales et territoriales sont souvent corrélées, un territoire peut être en situation délicate dans un domaine mais favorable au regard d'autres paramètres. Les personnes, de plus en plus mobiles, vivent à diverses échelles au cours de la semaine, de l'année et de leur vie. Le cumul de certaines inégalités compliquant leur correction au seul niveau des acteurs territoriaux, le CESE appelle au renouveau d'une politique nationale d'aménagement du territoire. Celle-ci doit être menée sur le long terme par l'Etat, sans négliger la dimension européenne, de manière déconcentrée et concertée, à partir d'un diagnostic territorial partagé, en s'appuyant sur une péréquation renforcée, pour conforter une « France en réseau ». Tel est l'objet de la « feuille de route » proposée par cet avis ».

Il est par ailleurs évident que l’on ne réduira pas les inégalités territoriale par une politique d’encouragement de la croissance démographique qui restera dans et autour des zones urbaines, au prétexte que nous serions sous peuplés par rapport à nos grands voisins Européens. Politique qui par ailleurs devra tenir compte des vagues de fortes immigrations, dues à l’équation climat – conflits locaux de plus en plus violents. Ces conflits étant par ailleurs aggravés par des données cultuelles avec le terrorisme islamiste. 

Pression démographique progressive vers les zones urbaines à partir des années 1960

Au début des années 1960, 40% de la population Française est encore rurale, contre 20% en 2016 et l’on passe de 2,3 millions d’exploitations agricoles à 514 800. On voit se créer de plus en plus de grandes entreprises sociétales agricoles, annexes des multinationales de « l’agro-business alimentaire ». Quand les plus petites exploitations agricoles disparaissent, celles qui subsistent augmentent en taille (de 45 ha à 55 ha en moyenne). La croissance démographique de la population Française, avec pour conséquence l’étalement urbain et péri urbain, s’accompagne actuellement d’une perte accélérée, jamais atteinte, des terres arables de 26 m2 par seconde, soit 224 hectares par jour et plus de 80 000 hectares par an. Les villes continuent de s'étaler plus rapidement que leur population ne s'accroît.

De 1900 à la fin des années 1950 les campagnes se dépeuplent très lentement et la mécanisation tarde à venir. Chevaux de traits, bœufs ou vaches restent la norme pour tracter les chars et les charrues pour travailler les champs. Même si les tracteurs commencent à faire leur apparition, une majorité de petits paysans vivent au rythme des saisons et d’un travail harassant. Ils ignorent, mais pour très peu de temps encore la société de consommation qui frappe de plus en plus fort à leurs portes en se faisant alléchante, grâce à la publicité et les crédits bancaires.

C’est à partir du début des années 1960, qu’apparaît progressivement l’agriculture moderne qui va sonner le glas de ce mode de vie dans les campagnes. L’accélération de la mécanisation va produire deux phénomènes : 

- Un accroissement de la productivité, nécessitant des parcelles de plus en plus grandes. - La disparition des petits paysans les plus fragiles qui ne sont pas exclusivement propriétaires, mais aussi locataires de la plupart des parcelles qu’ils exploitent. Leurs enfants ne voulant ou ne pouvant pas vivre la vie difficile de leurs parents s’en vont à la ville travailler dans des usines, des administrations ou des services publics… Vivre dans leur HLM, manger du poulet aux hormones… Comme le chantait Jean FERRAT avec « la montagne »… Les pouvoirs publics vont encourager et accompagner alors favorablement leur départ, où les usines les attendent. Alors que la problématique des destructions de la guerre, l’habitat insalubre, les bidons villes, et les cités d’urgence ne sont pas encore résolues, il faut loger cette nouvelle population venue de la campagne et gérer l’arrivée d’un million de rapatriés d’Algérie. Dans l’urgence, généralement à la périphérie des centres ville, on va construire de fortes concentrations d’habitats sous forme successive de « grandes barres d’immeubles rectangulaires », dénommées « ZUP »… Ces tours que Marcel HOUEL député maire PC de Vénissieux présentait en 1962 comme… « L’habitat de l’an 2000 »… En 2000, elles sont synonymes de misère sociale et de délinquance. On commence à en démolir certaines.

Est-il possible de rééquilibrer les inégalités territoriales existant entre les fortes concentrations en zones urbaines et les zones rurales actuellement délaissées ?

La deuxième révolution industrielle, mais aussi la troisième (celle de l’informatique et des NTIC) ont privilégié les activités économiques dans les grands centres urbains qui ont servi d’aimants pour attirer toujours plus de nouveaux habitants.

Un triptyque indissociable pour réduire les inégalités territoriales

Maîtrise démographique des populations urbaines, réforme territoriale par fusion des communes,  nouvelle révolution des intelligences artificielles sont indissociables et complémentaires pour parvenir à un rééquilibrage territorial dans une logique de MENAGEMENT du territoire à la place de celle d’aménagement du territoire qui prévaut depuis bien des décennies et génère de façon exponentielle une urbanisation désordonnée avec de la concurrence économique entre communes. Dans le cadre d’une fusion entre elles, les communes, aujourd’hui concurrentielles, dans le cadre des schémas de cohérence territoriale, en privilégiant la notion de MENAGEMENT du territoire cela implique que la venue des nouvelles activités économiques se fasse sur une seule des anciennes commune qui ont fusionné et non dispersées sur plusieurs, comme c’est le cas actuellement avec l’intercommunalité.

Une exception française en Europe en nombre de communes

Trop de communes avec d’énormes différences démographiques entre certaines d’entre-elles. Si d’après l’INSEE, Paris intra muros comptait 2 257 981 personnes au début de l’année 2012, de nombreuses communes ne connaissent pas une telle affluence. Il y a en pleine campagne française des communes où l’on ne dépasse pas les 10 habitants. Il est donc temps de remettre tout ça à plat et de procéder à une fusion de Communes de manière à les réduire, au moins des deux tiers et ramener leur nombre aux environs de 10/12 000. La France est le pays qui compte le plus de communes en Europe. Avec 35 498 communes pour 67 millions d’habitants. La France possède, à elle seule, près de 40% des communes de l’Union européenne. Un ancien Premier Ministre (M. FILLON) souhaitait même ramener le nombre de commune à 7500, c'est-à-dire à un niveau inférieur à celui de L’Italie, mais à l’évidence ce ne fut que des vœux pieux.

A titre de comparaison, l’Allemagne en a 12 196 (81,5 millions d’habitants), l’Italie 8 101 (61 millions d’habitants). L’Espagne 8108 (47 millions d’habitants).

Une fusion choisie des communes n’interdirait pas des regroupements mais contrairement à la situation actuelle ce serait des communautés de projets et ne pourraient percevoir des impôts locaux, à charge des nouvelles communes sur leur budget de financer la mutualisation des services ou projets au sein de ces groupements éventuels.

Par des contrats de projets avec d’autres communes, dont la territorialité se situerait au-delà des actuelles intercommunalités, à ces nouvelles communes, en particulier dans les déserts ruraux, cela leur permettrait de se doter de centres de soins, transports en commun et surtout des réseaux internet à très haut débit. Ces services sont indispensables, notamment, pour des activités de télé travail vers lesquelles, par la révolution des nouvelles intelligences artificielles, nous allons tendre, y compris par des plateformes numériques nouvelles génération. La qualité de vie avec des conditions d’accueil par des structures de télétravail adaptées et mesures fiscales attrayantes devraient encourager des populations à transiter vers ces nouvelles communes.

Par la nouvelle révolution des intelligences artificielles (4éme révolution industrielle) un outil au service du rééquilibrage démographique dans les territoires

Grâce à la fusion des communes et aux technologie du numériques, bien qu’il soit difficile aujourd’hui de prévoir les nouvelles activités que génèrera cette nouvelle révolution du numérique des mégas-données, comme il était impossible de prévoir dans les années 80 l’émergence des nouvelles activités des plateformes numériques dues à la création et au développement d’internet, on peut toutefois penser que de très nombreuses personnes travailleront à distance sur de nombreux paliers des activités générées par le numérique et la robotique, notamment pour des travaux de gestion et maintenance robotique.

La troisième révolution industrielle qui a commencé au cours des années 1970 avec l’informatique allait permettre de remplacer l’Homme par des robots dans des taches répétitives, sales et souvent dangereuses. Au fond, le robot, même s’il convient de distinguer celui qui fait seul aujourd’hui le travail qu’accomplissait hier une myriade d’ouvriers, par exemple sur une chaine de montage automobile dans les années 60 ou celui qui tond la pelouse, ou encore celui qui va vous réveiller le matin ou celui qui va faire le café, ils ont en commun la nécessité de l’intervention Humaine pour la programmation, la mise en route, l’arrêt ou la surveillance.

Avec la nouvelle révolution des intelligences artificielles ou 4éme révolution industrielle, ainsi définie par les experts du forum économique mondial de Davos, dans laquelle nous entrons à marche forcée depuis le début des années 2010 les robots changent de statut. De simples esclaves mécaniques, outils au service de l’Homme, grâce aux nouvelles intelligences artificielles et à l’interconnexion entre eux, les robots peuvent désormais, pour des taches intellectuelles ou nécessitant une dextérité des gestes, se substituer à l’homme avec une plus grande efficacité. 

Aujourd’hui on est en mesure de confier des taches sélectives de décision, notamment, pour la justice, la médecine, l’enseignement, mais aussi faire déplacer des véhicules sans chauffeur ou des drones-taxis sans pilote, y compris faire fonctionner des usines sans aucune intervention humaine grâce aux interconnexions de l’intelligence numérique entre les machines, avec toutes les conséquences d’éthique que cela suppose. Par exemple, s’agissant de la justice pour désengorger les tribunaux, lorsque cela ne relève pas de décisions concernant des jugements dans des situations complexes, où elles doivent être prises en « son âme et conscience, les robots peuvent très bien suppléer les magistrats pour prononcer des sanctions en fonction de critères très précis. Plus besoin d’habiter en zone urbaine à proximité de lieu d’activités où l’intervention humaine était indispensable, tout les systèmes de gestion et de programmation des robots peuvent se faire à distance…

Mais attention tout de même à certaines problématiques écologiques et sociétales, car, en ne visant que l’aspect positif de la nouvelle révolution des intelligences artificielles, il ne faut négliger les contraintes ?

La problématique démographique ou les besoins en électricité qui vont croître démesurément, ainsi que les Terres Rares qui sont aussi une énergie venant du sous-sol vont être des problèmes que les futurs robots ne pourront résoudre … Sans terres rares, pas d’intelligence artificielle (IA), pas d'Ipad, pas d'écrans plasma ni LCD. Impossible de produire une voiture hybride ou à pile à combustible, pas d'ampoules LED basse consommation. Dans une technologie donnée où elles sont utilisées, les Terres Rares sont difficilement substituables, ou alors au détriment de la qualité et des performances. Il peut en revanche y avoir des basculements de technologies, or, aujourd'hui, la situation est alarmante. En effet, la demande de terres rares est explosive, notre dépendance totale et l'offre est sur le point de s'assécher violemment. Il n´existe peu de matières premières, dont la demande, a été multiplié par 30 fois en 50 ans.

La Chine, c'est 90 à 95% de la production mondiale (2013). Elle alimente à elle seule toute la planète en terres rares. En 10 ans, elle a éradiqué la quasi-totalité de ses concurrents occidentaux par une guerre de prix destructive. Elle est devenue totalement « maître du jeu ».

S’efforcer de parvenir à un rééquilibrage territorial, ne serait-ce que dans un rapport comparable à la situation de 1960, nécessitera, par la « robovolution » un recours accru aux intelligences artificielles grosses consommatrices de métaux rares issus de terres tout aussi rares et satisfaire les besoins dans ce domaine ne sera pas chose aisée, encore faut-il, dès aujourd’hui, que nos responsables politiques en fasse une priorité de réflexion.

Réduire les inégalités territoriales passe aussi par une « refondation » du système ferroviaire, mais pas dans le sens que semble le préconiser la Ministre des transports

La ministre des Transports Mme. Elizabeth BORNE a confié à Jean-Cyril SPINETTA, l'ancien Président d'Air France, la préparation d'un rapport sur la « refondation du système ferroviaire ». Et si elle se refuse à préconiser une piste d'amélioration plutôt qu'une autre, sa position est toutefois précise : « Les dessertes fines du TGV ont un impact non négligeable sur le modèle économique du TGV ». Selon ses critiques, la cause de ces difficultés est toute trouvée : la hausse du nombre de gares desservies (230). Ce qui fait perdre de « précieuses minutes » sur les trajets rapides et obligerait fréquemment les TGV à circuler sur des lignes classiques, à la vitesse bien plus réduite. Autrement dit un certain nombre de villes devraient donc bientôt apprendre à se passer du TGV. Quelles villes seront concernées ? La question est loin d'être tranchée, et nul doute qu’elle promet de faire l'objet d'intenses batailles politiques… 

Un remaillage de manière à s’efforcer de desservir par le train chaque bassin de vie, en particulier en zone rurale excentrée, est par ailleurs incompatible avec les préconisations de la Ministre des Transports quand celle-ci ne considère que l’aspect quantifiable du TGV. Quel intérêt de réserver exclusivement le TGV sur les longues distances sans arrêt entre Paris et sa Gare de Départ, ignorant ainsi les relations inter villes entre ces deux points, alors qu’il existe tout autour de ces villes des liaisons ferroviaires pour des usages de vie quotidienne qui sont d’ailleurs reliées à ces dessertes TGV. Des montages Régionaux de partenariat Public-Privé pour les dessertes locales ferroviaires peut être une piste à exploiter dans ce sens.

Pour conclure

La question centrale est celle de la croissance démographique et de savoir si l’on va laisser l’habitat se densifier en zone urbaine, en poursuivant son étalement dans les secteurs ruraux de proximité où surtout, par une volonté politique forte, comment parvenir à un meilleur rééquilibrage territorial ?...

 

Documents joints à cet article

Quelle politique territoriale ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • Diogène diogène 18 décembre 2017 10:28

    La territorialité est une chose trop sérieuse pour qu’elle soit confiée aux élus !


    • Pere Plexe Pere Plexe 18 décembre 2017 17:43

      @diogène
      ...c’est pourquoi la France à depuis longtemps renoncé à un vrai aménagement du territoire ?

      Laissant faire « le marché ».
      Avec le succès que l’on constate.

    • Choucas Choucas 18 décembre 2017 10:38

       
      BÉTON = COLONS
       
      FIN DES ITALIENS, ALLEMANDS ETC...
       
      Fécondité italienne 1,37 enfant par femme, plus basse que pendant la deuxième guerre mondiale.
       
      http://fr.sputniknews.com/international/201601121020872772-demographie-italie-crise
      http://francais.rt.com/international/27702-allemagne-record-taux-natalite
       
      26m2 DE BÉTONNAGE DE TERRE BOOBA A LA SECONDE  :
       
      http://wwww.latribune.fr/actualites/economie/france/20111221trib000672707/c haque-seconde-26m-de-terres-agricoles-disparaissent-en-france.html
       
      Pour la surnatalité africaine importée
       

      (on paie les stades J.O du 93 aussi...)
       


      • Choucas Choucas 19 décembre 2017 00:36

         
         
         
        95 000 PSEUDO-DEMANDEURS D’ASILE / AN
         
        =
         
        UNE GRANDE VILLE COLONIALE A BÉTONNER / AN
         
         
        + regroupement, mariage au bled (mixtes !), surnatalité 93 etc....
         


      • oncle archibald 18 décembre 2017 12:02

        Une autre conséquence catastrophique du développement urbain et notamment de la construction à outrance dans les zones rurales situées en périphérie des villes est la suppression d’énormes surfaces de terres en friche ou agricoles autour des villes.

        Faute de pouvoir pendant un temps s’infiltrer naturellement dans le sol les eaux pluviales collectées par les toitures, par les terrasses , par les voiries et les parkings se retrouvent dans les ruisseaux et les rivières quasi instantanément provoquant des crues très soudaines et brutales jamais vues auparavant lors d’épisodes pluvieux importants ou même d’orages brefs mais intenses.

        Les inondations catastrophiques à Nimes en 1988, dans le département de l’Aude en 1999, dans la région de Cannes et Antibes en 2015, etc etc ... sont la conséquence de précipitations exceptionnelles certes, mais surtout de la montée très rapide des eaux qui résulte de cette urbanisation insensée. Des pluies aussi importantes s’étaient déjà vues, mais des morts surpris dans leurs maisons, notamment les garages en sous sol, ou encore emportés avec leur voiture dans le courant des rivières en crues non.

        Et à ce type de catastrophes on peut ajouter celles qui résultent de la spéculation foncière qui a conduit certains maires à délivrer des permis de construire dans des zones que tout le monde savait inondables !


        • Claudec Claudec 18 décembre 2017 17:31

          «  Les villes sont d’importantes consommatrices de ressources naturelles et d’espaces »

          Ce ne sont pas les villes qui sont consommatrices ... , ce sont leurs habitants, qui le seraient tout autant ailleurs.
          L’équilibrage territorial ne peut nullement être une solution durable aux problèmes que pose la surpopulation humaine, tant en termes de gouvernabilité que de ressources, où qu’elle puisse vivre et consommer.

          • oncle archibald 18 décembre 2017 17:38

            @Claudec : mais à population égale il existe des façons plus ou moins stupides de gerer l’espace nécessaire au logement et à l’activité de ces populations.


          • Claudec Claudec 19 décembre 2017 10:25

            @oncle archibald

            Bien entendu, mais le problème est que non seulement nous ne vivons pas “à population égale” (250 millions à bientôt 8 puis plus de 11 milliards en 21 siècles), mais que notre stupidité nous empêche précisément de tenir compte des limites que cela implique, moins en termes d’espace que de gouvernabilité, de besoins (vitaux comme superflus) et par conséquent de ressources non renouvelables.
            Invitation à lire à ce sujet “Précis de pyramidologie sociale”

          • Pere Plexe Pere Plexe 18 décembre 2017 18:09

            Les déséquilibres démographiques sont une source importante de gâchis.

            En zone fortement peuplé les travaux nécessaires à l’augmentation de population coûte à minima deux fois le prix des mêmes travaux en zone moins dense.
            Pour les zones en voie de désertification c’est le maintien des services minima qui coûtent beaucoup par habitant. 

            Rien que pour les généralistes la surconsommation de santé là où les professionnels sont nombreux est évaluée à un milliard d’euros !
            Pour l’ensemble généralistes+ spécialistes + kiné la cour des comptes parle d’un surcoût de 3,2 milliards
            Le secteur des transports la facture est plus importante encore.
            Le seul coût des embouteillages est estimé à 20 milliards
            Des chiffres à comparer par exemple au 0.4 milliard du coup de rabot sur les allocations logement.

            Quand les politiques auront ils les c.... d’imposer une démarche de rééquilibrage ?



            • Didier Barthès 18 décembre 2017 20:24

              Oui, le nombre est une donnée incontournable, il est extraordinaire que cette question ne soit pas au cœur de tous les débats.


              • Ouam Ouam 19 décembre 2017 02:15

                "Il est par ailleurs évident que l’on ne réduira pas les inégalités territoriale par une politique d’encouragement de la croissance démographique qui restera dans et autour des zones urbaines, au prétexte que nous serions sous peuplés par rapport à nos grands voisins Européens. Politique qui par ailleurs devra tenir compte des vagues de fortes immigrations, dues à l’équation climat – conflits locaux de plus en plus violents. Ces conflits étant par ailleurs aggravés par des données cultuelles avec le terrorisme islamiste. "
                 
                C’est foutu, les collabos sonts à l’oeuvre (ci dessous) et le peuple lui ne se réveille pas, et les dirigeants onts euxs tout à fait interet à cette situation.

                Par ex du très récent.
                https://france3-regions.francetvinfo.fr/provence-alpes-cote-d-azur/alpes-maritimes/menton/manifestation-pro-migrants-commence-menton-1386163.html

                https://www.ladepeche.fr/article/2017/12/18/2706827-alpes-elan-solidarite-envers-migrants-danger-mort.html
                 (etc...)

                Alors foutu pour foutu, l’écologie bôf, faisons plutot comme les Russes en 40’s lorsque les nazis ont tenté de coloniser cad d’appliquer comme euxs la politique de la terre brulée vu que ce ne sera plus les enfants qui hériterons de ce territoire, plus rien à carrer de ce pays  smiley


                • Ouam Ouam 19 décembre 2017 02:29

                  "En effet, la demande de terres rares est explosive, notre dépendance totale et l’offre est sur le point de s’assécher violemment. Il n´existe peu de matières premières, dont la demande, a été multiplié par 30 fois en 50 ans."
                   
                  Ouais et pendant ce temps la, les bobos décérébrés trouvent du plus chic de rouler en 100% Electrique (qui est LA demande majoritaire de ces terres rares)
                   
                  C’est d’ailleurs ce meme bobo pro-immigrationnistes, et pro expentionniste (cf croissance infinie), le roi de l’open-bar multiculturaliste et no borderiste qui va bien sur avec
                   (On fout le bordel à un endroit, une fois que c’est mort on part le mettre ailleurs, enfin chez tous les peuples deumeurés qui ne comprennent pas le danger de cette terrible situation , ou qui la comprennent mais qui sonts tellement baillonnées intellectuellement par la bien pensance culpabilisatice du moment pour ne pas dire castratrice)
                   
                   Bref, j’suis pas du tout, mais alors du tout du tout optimiste....
                   
                  Sur la photo, dans 50 Ans cela sera un minaret qui y sera, un muezzin fera l’appel à la prière, la charia de rigueur, et quand à l’ambiance elle sera la meme que celle en Afrique en ce moment, ces peuples euxs contrairement à nous chérissent et valorisent LEURs cultures (et ce n’est pas un défaut, immense respect à euxs , et honte à nous àau passage)


                  • toma 19 décembre 2017 09:28

                    J’en tenais juste a signaler que j’habite dans une barre en béton, à Berlin. Ici, pas de problèmes de délinquance, pas d’insalubrité, pas de dealer dans les escaliers, il faut un certificat de revenus désormais (vu l’explosion des prix, alors qu’il y a 4 ans c’était pas le cas, on cherchait plutôt a occuper tous ces moches logements avec peu importe qui) pour obtenir le saint graal.

                    C’est partout pareil ! Pourquoi ? On a ici des russes, ukrainiens, roumains, polonais, kosovars, yougoslaves,... C’est très bariolé, mais ici, les gens ne sont pas jaloux de ceux qui ont réussi a payer une 4 façades, les gens susnommés bossent pour essayer de se payer cette 4 façades avec jardin, sinon ont appris a se contenter de ce genre dapparts. Marzahn, Hellersdorf, Höhenschönhaüser, littéralement « hautes belles maisons ».

                    C’est toute la différence avec la.France, ce explique aussi l’apathie du marché immobilier berlinois, bien trop de logements construits par la partie Est de la ville. Cela prouve que la politique de la dictature communiste était de loger les gens, pas de spéculer, méchante dictature ! Là, l’immobilier a fait 400% en 5 ans, la ville ne construit rien, les nouveaux apparts se vendent a des investisseurs scandinaves, restent vides 51 semaines par an, en attendant que ça monte et ça monte, vu qu’on construit pas pour loger, mais uniquement pout placer et spéculer.

                    Berlin est une ville intéressante je pense, car en 30 ans, on a toute la politique depuis 1945 résumée.

                    On passe d’un trop a un pas assez, alors qu’on a jamais bâtis autant de logements inutiles, car trop grands et trop chers et inoccupés. Dans ma rue reste un loft de 250 m2, prix a la demande. Vide depuis 2 ans.

                    On aurait fait 3 logements de 70m2 on aurait loger 3 familles depuis longtemps ! Mais non, on mettra deux riches israéliens qui ont une galerie d’art (qui occupent aussi 300m2 pour 2 tableaux et 4 statues, une autre sortent de spéculation), un oligarque russe ou, un fils d’un riche suédois qui viendra prendre ses lignes de coke a pas cher dans les disco berlinoises.

                    Aucun racisme la dedans, c’est la réalité, j’ai une amie russe qui bosse en galerie d’art principalement avec des israéliens, et un pote irlandais qui acheté a un danois un appart a Friedrichshain qui a de facto servît aux soirées fooles des enfants.

                    Je pense que les problèmes d’urbanisme viennent aussi de là, l’absence de politique de celle-ci. Enfin, sauf a ce que la spéculation soit la politique urbanistique en vogue, ce qui de facto semble être le cas. En France et ailleurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès