• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Qui contrôle les médias, contrôle les cerveaux… et les bulletins de (...)

Qui contrôle les médias, contrôle les cerveaux… et les bulletins de vote !

Les dernières élections ont démontré une fois de plus le lien de causalité entre le matraquage médiatique, en particulier télévisuel, et les bulletins de vote.
Ce phénomène à priori très intuitif, s’apparente au pilonnage publicitaire ayant pour but de faire vendre un produit. Il est évident que si cela ne fonctionnait pas, les entreprises auraient arrêté depuis longtemps de consacrer des budgets pharaoniques à la publicité.
Les mêmes techniques sont maintenant utilisées avec succès pour « vendre » un candidat à la présidence comme un vulgaire paquet de lessive.

 

Cependant, pour ce qui concerne les élections, les imposteurs (journalistes ?) ayant pignon sur rue dans les médias mainstream nous expliquent doctement que si ces derniers s’intéressent à un candidat, c’est parce qu’il a d’abord convaincu le peuple avant d’être mis en lumière par lesdits médias.
Cette assertion est un parfait exemple de sophisme, en effet le syllogisme est manipulatoire en ce sens où la prémisse majeure est non seulement fausse mais également inversée avec la conclusion.

La véritable chronologie est la suivante : ce sont d’abord les médias dominants également appelés MSM qui ont matraqué le « produit nouveau » Macron qui a seulement ensuite décollé progressivement dans les sondages [1].

La MSM, principal vecteur de la pensée unique
La MSM, abréviation pour « MainStreaM » concerne l’ensemble des médias occidentaux de masse à peu près tous propriété d’une oligarchie financière qui partage sensiblement les mêmes opinions et croyances.
La MSM est le principal vecteur de la fameuse « pensée unique » qui, de part sa puissance de feu, influence la plus grande partie des populations du monde occidental.
Le plus désolant est qu’une partie significative des classes éduquées, celles qui possèdent en théorie les capacités d’analyse, fait partie du lot des manipulés.

En synthèse, les principes directeurs de la pensée unique concernent l’ultralibéralisme, l’atlantisme, l’européisme et la russophobie primaire.
La MSM est donc capable de contrôler suffisamment les bulletins de votes pour arriver à imposer un choix aux élections avec une probabilité de succès élevée (*).
Cette caste médiatique dont les BHL ou Caroline Fourest sont des exemples parmi les pires représentants est à rapprocher des propagandistes de Vichy que furent Marcel Déat ou Philippe Henriot.

(*) Fort heureusement, le succès de cette manipulation n’est jamais assuré comme en témoignent l’élection de Trump et le Brexit.

Les élections, ou comment vendre un candidat comme une camelote consumériste ordinaire
Pour ceux qui ne seraient pas entièrement convaincus, voici une étude très bien faite [2] qui identifie les liens entre les deux paramètres connexes que sont l’exposition médiatique et le nombre de bulletins de vote.
Cette étude met en évidence non seulement les corrélations brutes, mais également les corrélations causales entre ces paramètres. Ces dernières sont chiffrées à l’aide du calcul des coefficients de corrélation au sens statistique du terme qui démontrent sans ambiguïté l’influence du matraquage médiatique sur les élections.

A partir du moment où l’on a compris ce phénomène, par ailleurs bien loin d’être nouveau, on conçoit aisément que dans les démocraties, les puissances d’argent ont eu tout intérêt à racheter les médias [3][4]. Elles peuvent alors téléguider suffisamment de bulletins de votes vers leur champion qui, une fois élu, va bien entendu servir leurs intérêts.
Rappelons une fois de plus que le brillant Noam Chomsky avait rigoureusement théorisé dans son ouvrage « La fabrication du consentement » [5] le modèle de propagande appliqué aux démocraties afin de manipuler les opinions publiques.
Cette propagande « soft power » est évidemment valable dans tous les domaines où l’on veut faire adhérer la population à une thèse (politique, géopolitique, économie, interventions militaires, …).

1944 : le dernier sursaut français pour l’indépendance des médias
La dernière occurrence où des actions furent prises par l’état pour assurer l’indépendance de la presse remonte aux ordonnances prises par le général De Gaulle dans le cadre de son gouvernement provisoire le GPRF. Ces dernières étaient issues du programme du CNR (Conseil National de la Résistance).

Alors que la presse nationale, propriété des grandes fortunes de l’époque, avait collaboré massivement avec l’occupant, les ordonnances correspondantes avaient assuré un minimum d’indépendance à la presse d’après guerre, à ceci près que cette indépendance n’était pas assurée vis à vis de l’état.
A la sortie de la guerre, cela ne posait pas vraiment problème car on observait une certaine unité politique issue de la résistance à l’occupant dans le cadre de l’état fraichement reconstitué autour de Charles De Gaulle.
Les principales factions politiques au cœur de cette unité étaient les Gaullistes et les Communistes.
Après l’élimination de la presse collaborationniste par le GPRF, ces derniers s’étaient alors simplement partagé les tâches, aux premiers la rédaction des contenus et aux seconds les actions d’impression et la distribution.

Les ordonnances, même si elles ne furent jamais complètement appliquées finirent par être abrogées en 1986 par François Mitterrand dont le comportement vis à vis de la collaboration et de l’oligarchie est toujours resté très ambigu.

(Re)prise de contrôle des médias de masse par l’oligarchie, une politique des petit pas
Après la guerre, les conditions de survie économique de la « nouvelle » presse n’ont jamais été réunies. En effet, les dirigeants de cette dernière, principalement issus de la résistance, n’avaient pas les compétences en gestion qui auraient permis de viabiliser économiquement une presse indépendante.
Le difficile mariage d’une presse indépendante avec sa rentabilité n’a donc pas réussi.

L’oligarchie n’est pas une organisation structurée au sens complotiste du terme, il s’agit simplement d’un ensemble de valeurs partagées par la classe dominante, à savoir les fameux 1% qui possèdent la plus grande part du capital financier mondial.
En un demi siècle, les oligarques sont donc revenus progressivement sur le devant de la scène.
Dans un premier temps, ils utilisèrent le vecteur publicitaire pour la reprise de contrôle des médias, avant de racheter ces derniers par paliers successifs [3], le mouvement s’est accéléré après l’abrogation explicite des ordonnances de 1944.

2000-2017, la purge des derniers journalistes indépendants
Dès lors où la presse mainstream est revenue sous le contrôle de la finance, il ne restait plus qu’à « purger » les derniers éléments non alignés à l’idéologie, en agissant progressivement afin de ne pas attirer l’attention.

Citons quelques noms connus de journalistes véritablement indépendants remerciés par leurs employeurs pour cause de pensée déviationniste :
Richard Labéviaire  : licencié de RFI en 2008 par Christine Ockrent
Aude Lancelin (*) : licenciée de l’Obs en mai 2016
Romaric Godin : février 2017, suppression de son poste de rédacteur en chef adjoint à « La Tribune »
Natacha Polony : licenciée en juin 2017 d’Europe 1
Frédéric Taddei : « poussé » à la sortie par France 2 en juin 2017 après une mise à l’écart progressive et sournoise de la chaine

Il reste cependant encore quelques francs-tireurs à éliminer, mais je ne les citerai pas ici pour éviter toute aide même minime à « l’ordre » MSM.

(*) A publié à cette occasion un très bon papier sur le « Putsch du CAC 40 »

L’élection de Macron : le dernier hold-up de l’oligarchie
Comment un candidat, Young Leader, ancien ministre du président le plus honni de la 5e république, parfait inconnu six mois avant, n’ayant aucun programme, toujours d’accord avec tout le monde (vidéo ici), a-t-il pu enlever la présidence de la république (*) ?

(*) Peut-être devrait on plutôt dire « administrateur de la zone France » en charge de la mise en œuvre des Grandes Orientations de la Politique Européenne (GOPE).

La réponse tient en trois lignes :
1) Support total de la MSM
2) Une stratégie évidente basée sur le rejet des partis traditionnels
3) Favoriser l’arrivée du FN au second tour

Le soutien ad nauseam des médias
L’article ici [1] analyse le parcours de Macron dans les médias bien avant qu’il ne déclare sa candidature.
En synthèse, sur les années 2015/2016, les grands titres de la presse écrite totalisent 8000 articles sur ce dernier contre 7400 à ses 3 principaux rivaux réunis.

Quelques perles :
« (Le diplômé de Science Po, énarque, banquier, ministre) est un candidat antisystème »
« Macron, nuit debout : même combat »
« Entre courage et imagination, il incarne la modernité »
« La nouvelle barbe de Macron affole la toile »
etc

Lors de l’annonce « très attendue » de sa candidature, il est invité aux JT de TF1 (17 minutes) et de France 2 (22 minutes), totalisant entre 4 et 8 millions de spectateurs.

Comparons au passage le silence médiatique assourdissant concernant le candidat de l’UPR, François Asselineau avec zéro article et zéro passage TV avant la campagne du 1er tour.
Ce dernier était pourtant le fondateur d’un parti qui existait depuis 10 ans affichant plus de 15 000 adhérents (*) et associé à un programme présidentiel solide.

(*) aujourd’hui le double

Le FN au second tour
Faire monter le FN au second tour est une stratégie qui a déjà fonctionné 7 fois.
En effet, pour une majorité de français, il est hors de question de voter pour un candidat dont le nom contient « Le Pen ».
La stratégie habituelle des médias et de leurs commanditaires est donc de laisser entendre que le FN est un parti républicain comme les autres avant le premier tour puis de le diaboliser entre les deux tours (FN = parti fasciste, etc).
Les idiots utiles des partis éliminés au premier tour appellent donc comme à chaque fois à « faire barrage au FN » en votant pour son adversaire, si ce dernier était une chèvre, alors elle serait élue !
Certains vont même jusqu’à reprocher à certains candidats qui ne donnent pas de consignes de vote comme Mélenchon de ne pas avoir appelé à voter Macron, ce qui est un comble.
On peut noter par ailleurs que la croissance initiale du FN fut une stratégie de Mitterrand en 1982 qui a parfaitement fonctionné. En effet, ce dernier a imposé son président Jean-Marie Le Pen aux médias publics de l’époque afin de faire progresser un parti à l’audience confidentielle pour diviser les voix de droite.
Cette stratégie a parfaitement réussi et elle a perduré jusqu’à ce jour.

La stratégie de rejet des partis traditionnels
Après deux mandats consécutifs catastrophiques des grands partis traditionnels que furent l’UMP et le P »S », la population a constaté sans ambiguïté que ces derniers menèrent à quelques détails près une politique ultralibérale identique avec un échec total à la clé.
Ajouté à cela, une liste d’affaires pléthorique (*) à droite comme à gauche, cette caste politique fut complètement décrédibilisée.

(*) Révélées curieusement au bon moment.

L’oligarchie n’eut pas besoin de faire de grands efforts intellectuels pour analyser ces fondamentaux, elle mit alors en place une stratégie assez triviale basée sur les points suivants :
. choix d’un homme jeune, ambitieux et surtout sans convictions
. utilisation massive des médias pour formater les cerveaux
. présenter le candidat comme étant rassembleur au delà des partis ayant démontré leur sclérose (détournement des valeurs du gaullisme)
. vente du produit à la population associé à une image de nouveauté et d’antisystème
. marteler que son semblant de programme n’a pas d’alternative viable (TINA)

Quelques points fondamentaux ont cependant été omis dans le discours.

Ce que les médias ont omis de préciser
Pour un « antisystème », le parcours de Macron est dans la droite ligne de ceux que choisissent environ 30% des énarques consistant en allers-retours entre Bercy et le secteur financier, passant par les cabinets ministériels [6].
Ces carrières en « revolving doors » sont évidemment truffées de conflits d’intérêts.

Le parcours de « l’antisystème » Macron (Science Po et ENA) est donc le suivant :
. Inspecteur des finances
. Banque Rothschild
. Conseiller de Hollande
. Ministre des finances
. Candidat à la présidence de la République (avec le soutien total de la MSM)
Ajoutons qu’il fit partie de la promotion 2012 des « Young Leaders » de la French-American Foundation et qu’il bénéficie du soutien inconditionnel du MEDEF et des oligarques du CAC 40 : Pierre Berger, Xavier Niels, Vincent Bolloré, …

Macron, un candidat Potemkine
Bien entendu, le candidat Macron n’est qu’un village Potemkine, seule la façade a changé et la politique déjà appliquée précédemment (*) va continuer de plus belle en pire.
Lors de la campagne présidentielle, il fut par ailleurs le seul parmi les onze candidats à être capable de parler 15 minutes pour exprimer un vide sémantique absolu. L’explication nous fut donnée le 29 juin, si nous ne comprenons pas ce qu’il dit c’est parce que sa pensée est « trop complexe » !

(*) Celle décidée à Bruxelles

Et pour couronner le tout, durant son mandat, la MSM poursuit dans le prosélytisme outrancier en faisant le maximum pour convaincre d’une manière « pédagogique » que sa politique est la meilleure.

Le seul point positif de tout cela est la mise au rencard des caciques du P« S » et dans une moindre mesure de ceux de l’UMP.
Cependant, un certain nombre de ces derniers n’ont pu se retenir « d’aller à la soupe » en ralliant le train Macron.

Du coté des élections législatives, un certain nombre de députés proviennent de ce que l’on nomme la « société civile ». Autrement dit, ils n’ont aucune expérience en politique ni même pour la plupart dans la connaissance des dossiers.
Ceux que l’on a vu à l’œuvre à l’oral laissent pour le moins perplexes ici, ici, ici et ici.

Que reste-t-il de l’opposition ?
Le système majoritaire de la 5e République par son effet de levier lié au scrutin majoritaire amplifie drastiquement les gains en siège au parlement pour le parti qui jouit d’une majorité même si elle est courte.
En effet, avec 11% seulement des électeurs ayant voté pour LREM au premier tour des législatives, le mouvement obtient au second tour 308 sièges sur 577, soit 53% du total.
On a déjà vu toute l’ambiguïté des partis zombie (UMP et P »S ») dont les survivants se rangent en deux groupes, ceux qui ont rallié LREM et les autres qui se prétendent positionnés dans l’opposition.

La seule opposition réelle sera la poignée de députés FN ainsi que le groupe « France insoumise » plus ou moins associé aux quelques communistes survivants et à quelques électrons libres.
Le vote de confiance nous a éclairé sur le nombre de députés réellement dans l’opposition. Avec 67 députés ayant voté contre, on obtient une représentation de 11%.
Cela fait peu !

Macron et son parti LREM, la question de la légitimité posée
Si nul ne conteste la légalité républicaine de la victoire du plus dangereux des onze candidats aux présidentielles et de son parti aux législatives, la question de la légitimité de ces victoires reste posée.
En effet, pour les présidentielles, et en prenant en compte les abstentions et votes blancs, on ne compte que 17% de voix pour Macron.
Quand au second tour, compte-tenu du syndrome de « barrage au FN », que peut on en conclure en termes d’adhésion ?
Pour les législatives, la situation est encore pire avec seulement 11% de l’ensemble du corps électoral ayant voté pour LREM.
Avec respectivement 17% et 11% de bulletins de vote, peut on considérer ces élections comme un plébiscite de la politique européiste et ultralibérale annoncée (*) ?

(*) Casse du code du travail, austérité programmée, poursuite des cadeaux fiscaux aux multinationales, risque de soumission de notre force de défense à l’Allemagne, etc…

Sur « l’indépendance » des médias
Concernant les médias du service public, leur positionnement est clair, ils vont être du coté du pouvoir par nature. Reste à voir quel degré de liberté le gouvernement leur laissera pour montrer un semblant de pluralisme.

Coté médias privés, rappelons seulement qui roule pour qui en ce qui concerne les principaux médias mainstream :
. TF1 : groupe Bouygues
. BFM Business : Alain Weill
. Le Monde et L’Obs : Pierre Bergé, Matthieu Pigasse et Xavier Niel
. Libération : Patrick Drahi, E. De Rothschild
. Le Figaro : Serge Dassault
. Europe 1, le JDD et Paris Match : Lagardère

L’article ici donne l’infographie du « qui possède quoi ».
Quelques journaux font de la résistance et restent indépendants tels Le canard enchainé, l’Humanité ou Le Monde Diplomatique (ne pas confondre avec son triste homonyme). Il ne faut donc pas s’étonner si l’on trouve encore des informations pertinentes dans ces derniers.

Rappelons enfin le classement 2017 plus que médiocre de la France au baromètre mondial de RSF caractérisant la liberté de la presse.
Cette dernière se retrouve 39ième rang sur 180, ils écrivent :
« Si la presse est globalement libre et plutôt bien protégée par la loi, le paysage médiatique français est largement constitué de groupes dont les propriétaires ont d’autres intérêts que leur attachement au journalisme. Cette situation entraîne des conflits qui font peser une menace sur l’indépendance éditoriale, et même sur la situation économique des médias… »

Et l’internet dans tout cela ?
Même si la montée en puissance de l’Internet est réelle, ce média est encore très loin d’avoir acquis un poids significatif dans le système.
En témoigne le plébiscite d’un François Asselineau sur Internet avant le premier tour des présidentielles et ensuite son score très décevant à l’élection.

On peut estimer que l’ordre de grandeur de l’impact du Net sur la population ne dépasse pas 5% maximum.
Le média prépondérant reste bien entendu la télévision.

Conclusion
Les médias écrits perdent leur lectorat par pans entiers. Ce dernier prend conscience de leur imposture, ils sont donc sous perfusion de l’état avec nos propres impôts.
Dit autrement, nous payons pour nous faire désinformer.

Pour les médias audio-visuels, les taux d’écoute sont encore très élevés. L’explication réside dans la course à l’audience pour obtenir du « temps de cerveau disponible » à destination de la publicité.

Pour obtenir de l’audience, aucune limite dans la médiocrité.

Nous constatons alors le triptyque :
. appâter en masse le gogo avec des mièvreries salaces, violentes ou « people »
. lui faire ingurgiter de fortes doses de publicité très lucratives
. et dans la foulée, le formater à penser « correctement » sur les aspects politiques, économiques, sociologiques, etc…

De nombreux sites Internet indépendants font un excellent travail d’analyse et de contre-propagande à partir des informations brutes fournies par les différentes agences de presse.
Bien entendu, en parallèle, une certaine racaille journalistique euro-atlantiste ne se prive pas de vomir son fiel sur ces derniers (ex : décodex).
Les représentants de cette coterie dont les capacités cognitives brillent par leur absence sont bien en peine de trouver des argumentaires pertinents pour alimenter le débat.
Ils se contentent d’une seule antienne qui se suffit à elle même : complotisme !

L’appel au boycott est en France interdit.
Cependant, sans citer de noms, le jour où le public délaissera la MSM et ira chercher en masse ses informations sur internet en utilisant son esprit critique pour trier le bon grain de l’ivraie, alors la démocratie reprendra progressivement ses droits et se remettra peut être « en marche ».

En attendant, le pire est à venir pour les cinq prochaines années…


J’suis pas content !

Article source
https://zevengeur.wordpress.com/2017/08/07/qui-controle-les-medias-controle-les-cerveaux-et-les-bulletins-de-vote/

Liens
[1] Comment les médias ont fabriqué le candidat Macron
http://lvsl.fr/medias-ont-fabrique-candidat-macro
[2] Série d’analyses — Corrélation temps de parole / nombre de votes :
http://notre-epoque.fr/serie-danalyses-correlation-temps-de-parole-nombre-de-votes/
[3] Le 4e pouvoir a été racheté
[4] ACRIMED – http://www.acrimed.org/
[5] « La fabrication du consentement » – 1988, Edition 2002 – Noam Chomsky
[6] Site Basta ! Analyses en trois parties sur certains énarques adeptes des « revolving doors » :
http://www.bastamag.net/Ces-enarques-charges-de-piloter-la-politique-economique-de-la-France-qui
https://www.bastamag.net/Inspecteurs-des-finances-une-caste-d-elite-qui-a-pour-mission-principale-de
https://www.bastamag.net/Etre-banquier-et-haut-fonctionnaire-peut-on-eviter-les-conflits-d-interets-au


Moyenne des avis sur cet article :  4.74/5   (46 votes)




Réagissez à l'article

120 réactions à cet article    


  • Aristide Aristide 21 août 13:29

    Comment un candidat, Young Leader, ancien ministre du président le plus honni de la 5e république, parfait inconnu six mois avant, n’ayant aucun programme, toujours d’accord avec tout le monde (vidéo ici), a-t-il pu enlever la présidence de la république (*) ?


    La réponse tient en trois lignes :
    1) Support total de la MSM
    2) Une stratégie évidente basée sur le rejet des partis traditionnels
    3) Favoriser l’arrivée du FN au second tour

    Plus prosaïquement le simple fait du choix catastrophique des candidats des partis LR et PS, le relatif succès du PG et une « progression » du FN. 

    Le parti LR avait un boulevard, s’il n’avait décidé de continuer avec le plus mauvais, plombé par les affaires.

    Le PS une possibilité de faire un peu mieux que le score d’un Hamont pas assez différent du PG.

    Un PG ou FI qui a, à la fois, souffert et bénéficié, de l’aura de son représentant.

    Le FN qui comme à son habitude profite de cette chienlit électorale.

    Le rejet des partis n’est qu’une apparence, il n’y a aucune réalité sociale qui corrobore cette affirmation. 

    Macron et LREM ont profité simplement d’un concours de circonstances exceptionnel.



    • Zevengeur Zevengeur 21 août 14:37

      @Aristide

      Fillon, après Juppé ont également eu la faveur des médias avant leur chute dans les sondages, ce qui montre que ces derniers étaient des candidats acceptables pour l’oligarchie.

      Cependant, après deux mandats consécutifs UMP/PS, ces deux partis étaient grillés vis à vis des électeurs.

      Pour LR, on ne s’est pas assez posé la question de savoir qui fut - au bon moment - derrière la révélation de ses casseroles.
      Suivant l’adage « à qui profite le crime », on peut soupçonner l’équipe Macron ou alors Hollande, dans le but de plomber le parti rival de toujours UMP/LR au profit de son poulain ministre de l’économie.

      Il s’est agit d’une lutte pour le pouvoir tout simplement !


    • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 21 août 15:53

      @Zevengeur


      Excellent résumé de la situation. Je m"étonné seulement que qui que ce soit puisse ne pas encore en être totalement convaincu ! Mais on ne pourrait changer cette situation qu’en dénonçant la. démocratie, dont tout le monde convient que c’est la façon la plus efficace de faire croire au petit peuple qu’il a un mot a dire dans sa gouvernance.  On peut changer les modalités, mais le principe même semble bien être là pour rester, assaisonné d’un peu d’autoritarisme quand on doit rassurer une population qui doute de sa présumés compétence....


       PJCA

    • Allexandre 21 août 20:28

      @Zevengeur
      Analyse intéressante et très juste bien sûr, mais qui aurait mérité d’aller plus loin dans la mise en relation entre les détenteurs des médias, la volonté du NOM (nouvel ordre mondial) et le vrai rôle des politiques dans les pays occidentaux.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 21 août 20:52

      @Allexandre
      Le vrai rôle des politiques en Europe, c’est d’appliquer les GOPé, la politique économique libérale de l’ Union européenne.


      Et d’aider à la destruction des Etats Nations par des réformes territoriales qui mettront les Régions sous la coupe directe de Bruxelles. Détruire les pays souverains, c’est le but final de la mondialisation politique : un gouvernement mondial, c’est ce qu’explique Soros.

      Enfin, si cela est possible..., car les peuples en ont ras le bol de la politique mondialiste. Même Bzrezinski s’en était aperçu : « il s’inquiète de l’éveil politique des masses ... »

      Et puis, il y a la Russie et les pays des BRICS, qui défendent la souveraineté des Etats...


    • mmbbb 27 août 17:37

      @Fifi Brind_acier l eveil politique des masses Vous voulez dire comme les Volcans d Auvergne qui se réveilleront un jour tres lointain ?


    • Daniel Roux Daniel Roux 21 août 13:48

      L’auteur a raison sur tout ce qu’il dénonce. Il n’est pas le premier et j’espère, pas le dernier à le contrôle de l’oligarchie sur les médias et l’influence indéniables de ces derniers sur les élections.

      Pourquoi Bouygues, Dassault et tous les autres achètent des médias ? Pour influencer les électeurs mais aussi pour avoir un moyen de pression sur le pouvoir et les hommes politiques.

      Apparaître à la télé a un coût pour un homme politique.

      La démocratie n’est qu’une illusion puisque l’information est contrôlée et les électeurs, manipulés.

      Il n’en reste pas moins qu’une grande partie des électeurs votent en conscience et selon leurs intérêts.

      Si Fillon, qui promettait du sang et des larmes aux classes moyennes, avait gagné, l’analyse de l’auteur serait vérifiée mais cela n’a pas été le cas.

      Macron est un choix éclairé, parce qu’il permet à la France d’obtenir 5 ans de délais supplémentaires, après l’immobilisme irresponsable de Chirac, après la gabegie sans scrupules de Sarkozy, après la trahison cynique de Hollande, les électeurs ont choisi le moins pire, en connaissance des causes et des effets.

      Sachant que les Français veulent conserver l’Euro, et l’UE, dans leur grande majorité, ni Mélenchon, ni Le Pen, n’avaient la moindre chance d’être élu, car trop clivants, excessifs et menaçant.

      Si Macron échoue à réformer la France, à répartir les efforts et à expliquer son action, il décevra ses électeurs.

      Cela ne veut pas dire qu’il ne sera pas réélu. Tout dépendra, non des médias, mais de l’alternative éventuellement proposée est crédible ou pas dans le contexte politique, si l’Euro et l’UE existent encore ou pas.


      • Vraidrapo 22 août 08:55

        @Daniel Roux
        il décevra ses électeurs.
         ???

        La belle affaire, Rothschild sortira un autre pantin égosillé de son sac à malice et on racontera une autre fable aux gogos effrayés et pas téméraires... et ainsi de suite....
        Non, tant qu’on ne sera pas vraiment mais, vraiment dans la merde, Roteux à de beaux jours Champagnisés. Je n’oublie pas les bouchons noirs à répétition de juillet et août... (faut pas se faire d’illusions)


      • Vraidrapo 22 août 08:59

        @Vraidrapo
        Tant que j’y suis, une petite...qui me vient à l’esprit

        « Tant que le Français est dans les bouchons, chez les Rothschild on trinque... »
         smiley  ???


      • Gorg Gorg 22 août 09:19

        @Daniel Roux

        « les électeurs ont choisi le moins pire, en connaissance des causes et des effets »

        Vous plaisantez j’espère... Les Français n’ont rien choisi du tout... Ils ont botté en touche...
        Un petit rappel :

        56,83% d’abstention, 9,5% de votes blancs et nuls... Si vous appelez ça choisir...

        En fait, proportionnellement, LREM ne représente qu’environ 15% d’électeurs, c’est à dire pas grand chose... Qu’un parti aussi minoritaire puisse avoir une majorité écrasante à l’assemblée est une insulte à la démocratie... Ça ne vous fait pas réfléchir... ?


      • Abou Antoun Abou Antoun 21 août 13:50

        Bon article, bien écrit, bien documenté, lucide ...
        Malheureusement l’impact de l’Internet sur la vie politique étant ce qu’il est (estimé ici généreusement à 5%), ce sera encore un coup d’épée dans l’eau.
        D’autre part la MSM étant maintenant totalement verrouillée, que faire ???
        A part la publication d’articles vengeurs sur le Net il ne reste que l’action insurrectionnelle qui, nous le voyons, a du mal à s’organiser. Le salut viendra-t-il de la rue ?
        Pour le moment les veaux sont encore trop grassement nourris pour esquisser un mouvement de révolte, il y a encore de beaux jours pour les ’followers’ de Macron.


        • gogoRat gogoRat 22 août 13:04

          @Abou Antoun
           Le titre de l’article identifie bien l’outil de captation du pouvoir ... reste à identifier la cause, le principe actif.
           Gageons que cette ruse est ... une systématisation de la fameuse captation du temps de cerveau disponible !

          à noter ce triste constat :
          « Le plus désolant est qu’une partie significative des classes éduquées, celles qui possèdent en théorie les capacités d’analyse, fait partie du lot des manipulés. »
           
           Où est donc passé le ’sapere aude’ de tous ces formatés qui, après une journée de labeur harassant (a priori plutôt intellectuel ?) , n’ont de cesse que de justifier la mise en veille de leurs neurones, pour se consacrer non pas à de l’otium, mais à la revendication de leur droit à déguster un relâchement mérité de leurs capacités d’alerte ?

           C’est là toute la puissance de la technique première du synchronisme des mesures foireuses du veaute !
           Si au lieu de veauter, tous en même temps, à des instants savamment préparés par des campagnes électorales lourdingues (i e , lourdes et dingues) ... les citoyens pouvait à tout moment, et même aux moments où ils sont convaincus d’avoir bien mûri , à leur rythme, leur décision, participer à des cahiers de doléances-propositions nationaux et déplacer des curseurs de cautionnement individuels sur chaque sujet politique qui leur sied, alors le temps de cerveau disponible, utilisé de façon respectable, permettrait une tout autre efficacité citoyenne !


        • Zevengeur Zevengeur 22 août 14:48

          @gogoRat

          Je ne sais plus si c’est Lordon ou Ruffin qui avait expliqué dans une vidéo que les cadres sont tellement pressurés au boulot que lorsqu’ils rentrent chez eux le soir, ils sont « cramés », et donc se vautrent devant les mièvreries télévisuelles, foot & Co...

          Plus beaucoup d’énergie résiduelle pour penser.


        • Abou Antoun Abou Antoun 21 août 14:02

          Le choix initial de la MSM était bien Juppé. L’affaire était pliée, sauf que ces cons d’électeurs l’ont placé avec son copain Sarko sur un siège éjectable.
          Fillon, bien que fidèle toutou de Sarko pendant 5 ans, n’était pas le candidat de la MSM, il faudrait peut-être voir pourquoi (pas suffisamment anti-russe ?). Sa forfaiture (réelle) était partagée par 80 députées à qui personne n’a cherché de poux ; on a vu comment on s’en est servi pour l’éliminer.
          Enfin, je n’ai aucun respect pour Fillon, qui sans doute pour des raisons de convenance personnelle, se rallie immédiatement à ’La Créature’ et fait donc ainsi allégeance.
          Voilà exit Juppé, bonjour Macron. Du point de vue des résultats cela n’a évidemment aucune importance, c’est la même soupe qu’on nous fera manger.
          IL ne fait nul doute que Macron va voir sa cote de popularité baisser. C’est déjà le cas dans des proportions importantes. Macron n’est destiné qu’à servir qu’une fois, il est à obsolescence programmée, la MSM ne commettra pas deux fois l’erreur de sortir du chapeau un vieux de la vieille.
          En attendant il va falloir bouffer du couple Macron pendant 5 ans, de quoi attraper une bonne indigestion.


          • Petit Lait 21 août 14:07

            Je n’ai pas souvenir d’avoir lu ce genre de théorie sur les médias qui vendent un candidat, lorsque Hollande a été élu il y a 5 ans... si ? Comme quoi, ce genre de théorie, aussi valable soit-elle, n’a de sens aux yeux de certains que lorsque le résultat leur a été défavorable... 


            • Zevengeur Zevengeur 21 août 14:27

              @Petit Lait

              Hollande et Sarkozy étaient des candidats valables pour l’oligarchie, européistes, atlantistes et ultra-libéraux.
              Et puis il y a 5 ans, le clivage traditionnel droite/gauche était encore une réalité.
              Réalité qui s’est avérée illusoire au vu de la continuité quasi parfaite de la politique Sarkozyste par Hollande.

              En 2017, on a constaté le FN toujours aux alentours de 20% mais la FI réussissait à siphonner les suffrages de l’aile gauche du PS, il y avait donc un vrai risque de scénario catastrophe pour l’oligarchie avec un 2nd tour FN/FI.

              Le moment était venu de tenter le « grand coup » avec un homme 100% pur valet de la finance même s’il fut membre du gouvernement Hollande.

              Le battage médiatique autour de Macron - bien avant - sa percée dans les sondages - est un fait avéré, qui fut en partie à la source de cet article.


            • Sozenz 21 août 14:36

              @Petit Lait
              il y a cinq an , il y avait encore le clivage gauche droite .. le ps etait là . la droite aussi . ils ne voulaient pas passer encore a la vitesse supérieure pour faire abandonner les gens la pensée de l etat social ou un peu social ;
              là etant donné qu’ il y a les attentats , la gauche qui à fait une politique de droite et meme pire . et bien il fallait mettre en place un autre système que gauche droite . et là rien de tel que le martelage des medias pour mettre en place un inconnu déjà voulu par monsieur Attali . .
              les gens écoutent ce qu on leur répète .. ;

              https://www.youtube.com/watch?v=-TSSMqV3Sdc


            • Petit Lait 21 août 14:43

              @Zevengeur

              Que faites vous de Fillon dans votre jolie démonstration ? Il était trop libéral pour votre « oligarchie » sans doute ? Pourtant, lui, il a clairement été abattu par la presse.... Il devait surtout être trop à droite pour les journalistes qui avaient peur de perdre avec lui, leurs petits privilèges fiscaux et autres.... non ? vous ne pensez pas ? Mais c’est vrai que voire une « oligarchie » qui dirige le monde à sa guise et surtout à votre détriment, c’est bien commode et ça aide à vivre sans se remettre en question, n’est-ce pas ? 

            • Petit Lait 21 août 14:48

              @Sozenz
              quand vous dites « etat social » vous voulez parler de ce fameux modèle social français, qui outre le fait d’être en faillite malgré les records de prélèvement du pays, génère des inégalités comme on en voit dans aucun autre pays occidental ? Je pense en effet que les gens devraient bien vite abandonner cette idée...


            • Zevengeur Zevengeur 21 août 15:13

              @Petit Lait

              Notre modèle social ne serait pas en faillite comme vous le dites si les multinationales du CAC 40 (ou même CAC 60) payaient leurs impôts. Il est bien connu que ces dernières se soustraient à l’impôt en déclarant leurs bénéfices dans les paradis fiscaux, soit un manque à gagner pour l’état estimé entre 40 et 80 Milliards.

              De plus, comme si cela ne suffisait pas, les gouvernements UMP et PS ont fait de gros cadeaux fiscaux à ces entreprises en échange d’embauches dont on a jamais vu la couleur.

              Les cadeaux fiscaux sont rentrés directement dans la poche des actionnaires !

              Voir la très bonne analyse de Sapir ici :
              http://russeurope.hypotheses.org/6140


            • Petit Lait 21 août 16:31

              @Zevengeur
              Oui, ’fin sauf que les entreprises du CAC 40 ne représentent qu’une infime partie des emplois en France... mais bon... C’est claire qu’en focalisant sa vision de l’économie que ce sur ce que l’on voit (et n’aime pas...) on ne peut en avoir qu’une vision faussée. 


            • Zevengeur Zevengeur 21 août 17:13

              @Petit Lait

              Une fraction des emplois certes mais de gros montant en chiffre d’affaires et en marges.

              Le CA est en France et les bénéfices sont déclarés dans les paradis fiscaux, c’est là que le bât blesse (*).
              Car pour vendre sa camelote dans un pays, on utilise les infrastructures (aéroports, routes, chemins de fer, ports, etc) payées par les deniers publics et si on se soustrait à l’impôt, alors ce sont les autres, c’est à dire nous, qui paient !
              -> J’appelle ça du vol.

              (*) Je rappelle que c’est l’impôt sur les bénéfices qui fait l’objet du manque à gagner pour l’état.


            • bubu123 21 août 17:33

              @Petit Lait

              c’est vrai que se passer de 80milliards par an pour le budget de la France c’est rien, une paille quoi ...


            • Petit Lait 21 août 17:36

              @Zevengeur
              Vous vous méprenez encore, les sociétés du CAC 40 opèrent dans le monde entier et leurs ventes en France sont faibles en comparaison du total. Sanofi est l’une des plus grandes entreprises pharma au monde, vous pensez vraiment qu’elle vend toute sa camelote en France ? Non, une infime partie seulement. Par contre, une partie de la production et de la recherche est faite en France. Une partie des bénéfices réalisés (et déjà taxés) à l’étranger sont rapatriés en France sous forme de dividendes perçus des filiales et servent à leur tour à payer les dividendes aux actionnaires détenant les actions cotées. 

              Les bénéfices réalisés en France devraient être taxé en France, absolument. Mais pas ceux réalisés au USA ou en Chine, puisqu’ils y sont déjà taxés. 


            • Petit Lait 21 août 17:37

              @bubu123
              De quoi parlez vous ? 


            • Zevengeur Zevengeur 21 août 17:53

              @Petit Lait

              Entièrement d’accord avec vous, la logique voudrait que le CA et donc la marge associée soit taxée en proportion pays par pays, je ne dis pas autre chose.

              Cependant avec la mondialisation et la circulation sans entraves des capitaux, les multinationales ne paient quasiment plus d’impôts dans aucun pays, voir l’exemple d’Apple qui paie zéro impôt !

              (En UE, l’acte fondateur de la transformation en passoire fiscale de la zone fut l’acte unique de Jacques Delors en 1986).


            • Abou Antoun Abou Antoun 21 août 21:21

              @Zevengeur
              Et puis il y a 5 ans, le clivage traditionnel droite/gauche était encore une réalité.
              On peut le dire comme ça ou de façon équivalente :
              Il y a 5 ans le ’système’ savait que Sarko ou Hollande c’était du pareil au même et ne se souciait pas du résultat sachant que ce serait ’business as usual’ (l’alternance était rodée depuis plus de 30 ans) et l’Etat Profond avait appris à vivre avec l’UMPS.
              Effectivement un second tour Melenchon-Le Pen c’était le scénario catastrophe et là ils ont mouillé la chemise, sorti l’artillerie lourde.


            • Alainet Alainet 22 août 23:49

              @Zevengeur Tout à fait d’accord avec vous !
               Et on continue à nous entraîner dans cette voie : détournements de bénéfices, spéculation boursière, casse sociale aussi, QE pratiqué sans limite prratiqué par la BCE, la BRRD pour saisir préventivement les avoirs des épargnants en cas de crise bancaire, la suppression du cash (loi de la commission UE) qui nous mettra à leur merci économique par la dictature des banques.. mais quand j’en parle autour de moi ; les gens tombent des nues car ils ne sont au courant de rien !
              - Je suis pro-Frexit et seuls 2 partis le sont (l’UPR et le PRCF ( c’est peu !). Macron pendant ce temps prépare avec l’amitié franco/allemande (lol !) 1 autre Conseil de l’UE pour relancer cette institution catastrophique, de non-élus, qui collectionnent les bourdes sur différents sujets. Macron va se déplacer dans l’Est de l’UE ( Hongrie, Pologne ,Bulgarie/Roumanie..hostiles ) pour faire le VRP...
              https://www.letemps.ch/monde/2017/06/21/emmanuel-macron-leurope-nest-un-supermarche-leurope-un-destin-commun
              http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/06/22/97001-20170622FILWWW00366-varsovie-accuse-macron-d-antipathie.php
              - Mais ce qu’oublie oublie de préciser cet idiot utile ( Macron ) : c’est que Merkel peut-être réélue indéfiniment tant que l’UE ( en France ça change tous les 5 ans ) profite à la classe dirigeante allemande. Merkel prévoit qu’il n’y aura plus de chômage sur le sol Allemand en 2025.. et que ses exportations ont doublé en 15 ans.« L’Allemagne va ruiner le reste de l’Europe et qu’elle devra 1 jour payer les déficits de ses voisins sinon l’UE disparaîtra » (Oscar Lafontaine ). Les écarts de salaire entre 1 Portugais et 1 Allemand sont de 1 pour 20 et dans 10 ans ce sera 1 pour 40... Je pense que l’UE finira dans 1 crise financière tant lesFrançais sont passifs et tétanisés !


            • Elixir Elixir 21 août 15:08

              Bon article, bien déroulé.


              il y a toujours un point commun dans le discours fondateur de chaque candidat à l’élection présidentielle : c’est le slogan subversif, emprunté systématiquement aux extrêmes qu’ils ont en même temps besoin de dénoncer. Tout un art...

              Mitterrand voulait changer le monde, on sait ce qu’il en est devenu
              Chirac c’était la « fracture sociale » , on connait
              Sarko s’érigeait contre la « pensée unique », on sait ce qu’est sa pensée devenue
              Pour Hollande, « l’ennemi c’était la finance », il a fait d’un jeune banquier ambitieux son fils spirituel
              Macron était le candidat « anti-système », en deux moi il est devenu le candidat le plus impopulaire de la 5ème république

              Le prochain président sera probablement un « pantouflard révolutionnaire » financé en partie par des actionnaires étrangers, et tout le monde sera content pendant les deux mois qui suivent l’élection... 

              Cela s’appelle le « mythe décisif ».

              • Abou Antoun Abou Antoun 21 août 21:26

                @Elixir
                Oui on s’oriente vers des présidents jetables, des ’Monsieur Propre’ sortis du chapeau au dernier moment. Il doit se constituer dès à présent une grande réserve de ces petits ’rien du tout’ interchangeables. Les remplaçants possibles de Macron sont peut être déjà désignés. Rien ne sortira jamais des élections et Coluche le savait.

                 


              • Zevengeur Zevengeur 21 août 22:07

                @Abou Antoun

                Le prochain candidat désigné par l’oligarchie est à chercher du coté des profils énarque et Young Leaders !


              • nono le simplet nono le simplet 21 août 15:17

                je ne pense pas qu’il faille chercher les raisons de l’élection de Macron dans un complot oligarco-médiatique ...

                Macron a bénéficié d’une chance extraordinaire grâce au maintien envers et contre tous de F Fillon.
                Le candidat de la droite devait être élu dans un fauteuil ...
                Et c’est le Canard Enchaîné ( excellent journal que l’on peut pas classer de droite ou de gauche ou de connivence avec qui que ce soit ) qui a dévoilé le scandale Fillon ... et c’est Fillon, par son image de chevalier blanc aux primaires de la Droite et son étonnant « Qui imaginerait le général De Gaulle ... » puis son maintien bien que mis en examen ...
                F Fillon malgré son handicap a tenu bon et réussi un score, si on y réfléchit bien, inespéré ... bon, faut dire que l’électorat de Droite en a vu d’autres au niveau de la corruption ...
                E Macron a fait une campagne de bonne qualité et si mes souvenirs sont bons il n’était pas particulièrement soutenu par la presse en général ... il a pompé les électeurs de Droite comme de Gauche déçus ...
                B Hamon a fait une campagne catastrophique et a, de plus, subi les défections de la plupart des ténors du PS... sans parler des sondages qui devraient, peut être, être plus soupçonnés d’orientation ... son score en est la preuve ...
                JL Melenchon a fait une campagne de très grande qualité en grand tribun qu’il est et a réussi à faire le plein de ce qu’il pouvait espérer, même peut être au delà ...
                M Le Pen s’est un peu mélangé les pinceaux et a baissé de qques pts ...

                et je ne vois pas trop quel rôle donner à la presse dans cette campagne, d’autant que l’orientation de la dite presse n’est pas tout à fait homogène smiley.

                JL Melenchon n’a pas été présent au deuxième tour pour une seule raison, il n’avait pas le réservoir pour y arriver surtout sans une entente préalable avec B Hamon, ce qu’aucun des deux n’était prêt à faire à temps ...
                La Gauche, vraie ou fausse, ne peut arriver au pouvoir qu’unie !

                • Zevengeur Zevengeur 21 août 15:33

                  @nono le simplet

                  Je n’ai pas parlé de complot de la part de l’oligarchie mais de stratégie !

                  Au sujet du Canard, il a certes initialisé la cabale casserolesque de Fillon mais on peut s’interroger sur le pourquoi il n’a pas fait la même chose sur les zones d’ombres concernant le patrimoine de Macron :
                  https://www.les-crises.fr/macron-36-millions-deuros-de-revenus-cumules-patrimoine-negatif/

                  Le Canard est certes financièrement indépendant, mais ce n’est pas pour autant qu’il faut en déduire qu’il n’est pas orienté idéologiquement ou politiquement.


                • pemile pemile 21 août 15:52

                  @nono le simplet "E Macron a fait une campagne de bonne qualité et si mes souvenirs sont bons il n’était pas particulièrement soutenu par la presse en général"

                  Une petite brouette de magnésium pour la mémoire ! smiley


                • nono le simplet nono le simplet 21 août 15:59

                  @pemile
                  écoute, j’ai pas ce souvenir, mais bon, je regardais peut être pas les bons journaux smiley


                • Sozenz 21 août 16:03

                  @nono le simplet

                  vous rigolez là ?
                  je crois que c est 180 articles en la faveur de macron dans des revues comme le point , durant toute la campagne de macron .
                  l hidstoire fillon juste apres les primaires ..
                   le dénigrement sur les médias de certains candidats ..

                  quelle mauvaise fois de votre part .


                • nono le simplet nono le simplet 21 août 16:04

                  @nono le simplet
                  je rajoute même que je garde le souvenir un peu contraire, genre trop jeune, trop inexpérimenté, sans parti donc ne pouvant gouverner ...

                  mais j’écoutais peut être que ce que je voulais entendre smiley

                • nono le simplet nono le simplet 21 août 16:08

                  @Sozenz
                  évidemment, ne lisant ni le point ni l’obs ni gala ni tout ça, ne regardant TF1, les chaînes d’info,ma vision est sûrement partiale mais par méconnaissance et non par mauvaise foi ...

                  dont acte, il a été élu par les média ... quelle honte !

                • Sozenz 21 août 16:08

                  @Zevengeur
                  ou qu il n aurait pas reçu une petite enveloppe ; ou ... ( suppositions , suppositions)
                  comme je disais l autre jour , temps que nous ne sommes pas les instigateurs des choses et que nous n avons pas de preuves . . on peut supposer ... et ça arrange bien certains ..
                  cela oblige presque de rentrer officiellement dans la pensée commune et toute propre de notre belle démocratie .


                • Sozenz 21 août 16:16

                  @nono le simplet
                  je n ai pas la télé . je ne lis pas gala , ni le point etc ... mais il y a moyen de voir par soi même  ; en passant devant les buralistes et kiosques à journaux . puis en faisant brièvement le tour sur ceux qui font la relève
                  http://lvsl.fr/medias-ont-fabrique-candidat-macron ( un exemple vite fait )

                  il y a moyen de savoir en cherchant un peu et en faisant des recoupement .
                  sur tous les sujets , c est possible. mais ça prend un peu de temps .

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires