• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? La pensée humaine s’invite dans la (...)

Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? La pensée humaine s’invite dans la compréhension de la crise sur la Présidentielle 2019 en Algérie

 Le « Qui sommes-nous ? » ou le « Où allons-nous ? » sont des questions de base de notre essence d’être. Ce sont des questions fondamentales qui se posent à nous et auxquelles nous avons toutes les difficultés du monde à y répondre. Dans ce qui va suivre, nous ne prenons pas le dogme religieux comme base de recherche, base de compréhension de l’humain, parce que le dogme religieux nous mène à la foi et à la croyance, et le problème est qu’une grande partie de l’humanité est animiste ou tout simplement ne croit pas. Nous ne prenons pas aussi la conceptualisation de l’humain par le dogme philosophique. Donc, notre approche est d’être à la fois dans notre réalité et dans notre abstraction, tout en réfléchissant s’il n’y a pas une intention que nous ne connaissons pas ou difficilement l’appréhendons dans notre devenir. Qu’en fait, c’est cette intention qui nous donne le sens d’être, le sens d’exister, le sens de notre existant.

 

Tout d’abord qui sommes-nous ? Nous sommes des humains. Nous savons que ce qui nous différencie des autres espèces vivantes sur terre, animales et végétales, c’est cette faculté humaine que nous avons, la «  pensée ». Nous sommes « conscients de nos pensées et par nos pensées  » qui pensent en nous. Nous sommes donc ces pensées. Sans elles nous ne pouvons exister. Donc les êtres humains ont une conscience et aucune espèce vivante n’a ce qu’ont les humains qui peuvent penser tout ce qui existe sur la Terre.

 

L’homme peut-il s’apercevoir qu’il pense ? Il n’a point besoin de s’apercevoir qu’il pense. Il pense tout simplement. Qu’il fait quelque chose, qu’il étudie, ou qu’il travaille, c’est de sa pensée que procède tout son existant.

 

Donc si on se pose la question « Qui sommes-nous ? », nous sommes ce corps réel qui existe dans la réalité. Donc un réel de l’homme par soi et la réalité qui lui arrive aussi par soi. Pour comprendre, ces mots et ces phrases que j’aligne à cet instant même, sont-ils de moi ? La réponse est Oui, ils sont de moi, mais je ne peux m’empêcher de dire qu’ils viennent avant tout de ma pensée. C’est une vérité. Et ceci nous amène à la question : « Qu’est-ce qui précède ma pensée ou mon existant ? »

 

Jean-Paul Sartre dira « l’existence précède l’essence. » Mais quand je regarde mes mots que j’ai écrits, force pour moi de dire que c’est ma pensée qui a précédé puisque c’est elle qui m’a poussé à les écrire. Dès lors, pour moi, c’est l’« essence qui précède à l’existence ».

 

Si je pose la question à mes mains pourquoi elles écrivent sur le clavier de l’ordinateur, elles ne pourront pas me répondre ? Si je pose la question à mon cerveau, pourquoi il réfléchit, il ne pourra pas me répondre, il est soumis à ma pensée. Mon cerveau ne comprend pas ce que j’écris, il fait que ce que ma pensée lui dit de faire. Donc ce n’est pas mon cerveau qui comprend mais ma pensée qui comprend. Le cerveau n’est que l’interface entre moi, mon corps et la pensée qui commande tout.
 

De même, mes yeux qui lisent ces mots que j’écris et qui contrôlent l’exactitude de ma réflexion, de ma pensée dans ces mots, ne peuvent pas répondre. Et ceci je le dis pour simplement montrer que mon corps entier est au service de ma pensée. Et c’est valable pour chaque humain sur terre. Qu’il travaille, qu’il étudie, qu’il marche, qu’il vole dans les airs, qu’il commet des mauvaises actions, l’homme le fait avec sa pensée, l’homme est dirigée par sa pensée. Si, par exemple, un lecteur vient à réfuter ces réflexions, il le fera par sa pensée. S’il fait siennes ses réflexions, il le fera par sa pensée.
 

On peut se poser la question pourquoi une personne réfuterait ces pensées que j’écris qu’il viendra à lire si elles sont publiées, alors qu’un autre les accepterait comme juste. Et pourtant les deux lecteurs pensent avec leurs pensées dont ils ne savent rien. Pourquoi alors ces différences d’appréciation dans chacune des pensées qui auront lu ces réflexions. Il est évident que, pour qu’il y ait différence d’appréciation, il existe forcément des différences dans les pensées de chacun. Si la plupart sont d’accord avec ces réflexions, forcément celui qui les réfute a peut-être mal compris.
 

Pour simplifier la question, prenons dans une classe de cours, des étudiants qui excellent dans leurs études et ont de très bonnes notes, et ils sont peu nombreux, par contre les autres qui n’excellent pas ont des notes moins bien, et sont plus nombreux. Pourtant tous pensent la même pensée. On doit donc conclure que certains sont avantagés parce qu’ils sont soutenus dans leurs études par des pensées qui éclairent plus, qui leur permettent de raisonner vite et conclure juste, et d’autres avec des pensées qui éclairent moins, et des notes moins bien. Donc c’est une situation liée à la constitution biologique de chacun, liant corps et esprit.
 

Par cet exemple, on constate que l’être humain est un tout mais chaque être se différencie de l’autre. Le monde est ainsi fait. Que l’on soit juste dans notre raisonnement ou que nous soyons dans l’erreur, « nous sommes dépendants entièrement de notre pensée  ».
 

Souvent, les hommes, ne se rendant pas compte, commettent des actes graves, répréhensibles. Mais là nous entrons dans la « sphère de l’intentionnel dans la pensée ». Par exemple, prenons une situation historique qui a existé. Un homme ou un groupe d’hommes prennent des décisions graves. Dans la prise de décision à l’instant même où elle est décidée, et qu’ils l’appliquent cette décision, ces hommes n’y ont vu que leur intérêt, ils n’ont pas vu les conséquences ou l’« intention », la « finalité » que va entraîner cette décision.
 

En 1945, Truman et son staff à la Maison Blanche ont décidé de lancer une bombe atomique sur Hiroshima, le 6 août 1945, et trois jours après, le 9 août 1945, sur Nagasaki. Évidemment, cela a été une décision motivée pour obtenir la reddition du Japon, à la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Mais, par cette décision, tout un processus s’est mis en marche. Un hasard qui n’était pas un hasard a fait que les États-Unis ont procédé à une explosion nucléaire en juillet 1945. Et ce sont les cerveaux des savants américains qui ont mis au point la bombe atomique, et l’essai nucléaire a été concluant.
 

Dans l’absolu de l’Essence, ce ne sont pas les cerveaux des savants américains qui ont trouvé l’arme nucléaire mais leurs pensées dont ils ne savent rien qui leur ont fait découvrir la bombe. Pour la Pensée absolue, le secret de la bombe n’existe pas, l’ordre du monde aussi. Et qu’est-ce que la Pensée absolue ? Si ce n’est Dieu, Allah le Tout Puissant Créateur du monde et de l’univers.
 

L’homme ne sait rien de sa destinée, il ne sait que ce que sa pensée lui fait découvrir. De même, Truman et son staff, après la découverte nucléaire, les (bombes nucléaires) ont rapidement « essayées » sur le Japon. Leur objectif a été vaincre rapidement le Japon et sans pertes.
 

Au final, qu’est-ce que l’homme ? L’homme est simplement ce qu’il est selon ce qu’il doit être. Si la Pensée absolue qui transcende l’humain que nous sommes, et par laquelle tous les êtres existent, avait voulu que les deux bombes ne soient pas larguées sur Hiroshima et Nagasaki, qui l’empêcherait ? Elle n’avait qu’à laisser les savants américains dans l’obscurité, dans le non-savoir. Mais la Pensée du monde a « décidé » que les hommes trouvent et l’essaient sur des êtres humains pour qu’ils voient la puissance destructrice qui ressort. Depuis 1945, soit 74 ans, le monde n’a pas eu de guerre entre les puissances. Ces bombes venant de la Science de l’Essence, sur le plan absolu, montrent aux grandes puissances ce qu’ils leur coûteraient de se lancer dans une guerre nucléaire. On constate, en fait, que ce n’est pas l’homme le «  maître du monde, mais la Pensée vient de Dieu, le maître du monde. »
 

Sur un autre thème, on parle beaucoup de l’islamisation de l’Europe. Et on met tout sur l’immigration en provenance des pays islamiques. Et toujours l’avertissement, comme on me l’a écrit dans un des commentaires (2) que j’ai reçus, « Je vous observe au télescope depuis le fuseau horaire de Yakutsk, et chaque fois que je passe en France, je prends la mesure du désastre auquel l’immigration de masse en provenance de pays islamiques va vous conduire.

Si rien n’est fait, dans deux générations, la France va se transformer en une espèce de Planète des singes dirigée par des islamopithèques et où les derniers « blancs » non croyants seront considérés comme du gibier. Revoyez ce film si vous ne comprenez pas ce que cela veut dire. 
 »
 

Et ce que dit l’auteur de ce commentaire est valable pour l’Allemagne, la Belgique et pour tous les pays de l’Union européenne. Un autre commentateur lui répond. « Mais vous avez raison : les petits blancs sont déjà considérés comme des proies. Le féminisme a fait des dégâts... »
 

Si rien n’est fait, la question est « Quoi faire ? » En réalité, il n’y a rien à faire pour la simple raison que la situation relève de la situation intrinsèque du monde et de son devenir. La Pensée régit le monde vivant et non-vivant, et il n’y aucun fatalisme, tout au plus une évolution du monde. Si les Terres d’Europe se dépeuplent et l’Allemagne en est un exemple, le taux de natalité n’arrive pas à compenser les décès, il est tout à fait normal que le dépeuplement se compense par un autre peuplement. D’où va-t-il venir ? Des pays d’Europe ? Ce n’est pas possible, tous les pays d’Europe sont confrontés au phénomène de dénatalité. Donc le seul moyen est le recours aux peuples issus de l’immigration africaine, d’Asie... Et ce problème de dépeuplement concerne d’autres peuples, à savoir le Japon, la Russie... On comprend alors que l’arrivée des migrants étrangers n’est pas seulement un phénomène naturel, mais porte en lui une « intention démographique compensatoire ». Ce qui explique pourquoi la chancelière allemande, Angela Merkel, a régularisé la situation de un million d’immigrés africains et leur intégration dans la société allemande qui est vieillissante et a un fort pourcentage de retraités.
 

Quant à l’islamisation, si elle est rejetée aujourd’hui, rien ne dit que cette islamophobie se tasserait avec le temps au fur et à mesure que s’opère l’intégration des Musulmans en Europe. L’Islam alors sera accepté comme une deuxième voire même une première religion que ce soit en France ou dans tout pays européen qui a une forte population musulmane pratiquante.
 

Dans cette intégration, ce ne sont pas seulement les Musulmans qui seront portés dans l’intégration mais les populations autochtones qui vont se trouver assimilé dans ce rapprochement intercommunautaires. En clair, puisque tout vient de l’Essence, dès lors les Européens seront acquis à cette islamisation qui ne serait plus demain une islamisation rejetée. Les êtres humains évoluent, ce qui était obscur hier peut s’éclairer demain. En effet, les Européens commandent-ils leurs pensées ? Etaient-ils islamophobes il y a 50 ans, ou 80 ans ? Les êtres humains changent. Aujourd’hui ils sont ceci, demain, ils seront cela.
 

Là aussi il existe une intention dans l’essence de la pensée des peuples. Ces peuples ne peuvent que penser leurs pensées. Ou comme le dit l’homme de Yakutsk sauf qu’il faut corriger ce n’est pas « une Planète de singes qu’ils soient islamopithèques ou christiano ou laïcopithèque  » mais tout simplement des êtres humains qui forment dans leurs différences une même communauté, une même identité nationale au fur et mesure qu’avancent les générations. Jusqu’à ce que cette conceptualisation de l’islamophobie s’efface avec le temps de la mémoire, ou tout au plus reste un événement passé qui aura perdu de son importance.
 

Ceci étant, on peut prendre un autre exemple, et celui-ci est actuellement en cours et concerne le peuple algérien dans toutes ses composantes. Un rendez-vous majeur l’attend, l’élection présidentielle qui doit se tenir le 18 avril 2019 pour désigner le futur président de la République. Et le monde entier a les yeux braqués sur l’Algérie. Surtout les régimes totalitaires, et en premier, les pétromonarchies et monarchies arabes retiennent leur souffle. Cette bombe révolutionnaire et civilisationnelle en Algérie peut emporter dans son sillage leur système politique monarchique absolutiste rétrograde.
 

Que s’est-il passé en Algérie avant cette révolution sortie pour ainsi dire du néant. Il faut se rappeler ce que l’éditorial du Quotidien d’Oran, titrait, le 1er avril 2018. « Sinistrose ». « A un an ou presque, de la prochaine présidentielle, rien ne transparaît des intentions des partis politiques quant à leur préparation pour cette échéance que d'aucuns présentent déjà comme une simple formalité si le président Bouteflika se porte candidat. Même si les partis d'opposition tardent en fait à s'exprimer sur cette échéance, hormis le PT qui, lui, veut mettre en place une assemblée constituante avant avril 2019, des échos parviennent de certains états-majors selon lesquels il n'y a aucun consensus pour le moment pour que des candidats émergent. Une candidature commune représentant les principales tendances de l'opposition ne serait pas possible pour affronter le candidat du pouvoir, si tant est que le président Bouteflika est partant pour cette présidentielle, car aucun rapprochement extraordinaire n'est visible ou possible, ni maintenant ni à l'horizon.  » (1)
 

Evidemment, le gouvernement et la classe politique affairés dans la lutte pour le pouvoir ont oublié totalement le peuple. Au point que dimanche 10 février, juste après le show du FLN du vendredi 8 février pour son soutien du président sortant, l’APS annonce presque avec un air de victoire, comme si c’était acquis : « M. Bouteflika prévoit dans son message d'initier « dès cette année », s’il est élu, une conférence nationale inclusive qui aurait pour objectif l’élaboration d’une « plateforme politique, économique et sociale », voire « proposer un enrichissement de la Constitution ». (2)
 

Et la réponse à laquelle le pouvoir ne s’est pas attendu, il ne l’a pas eu de l’opposition, mais du peuple, de cette jeunesse qui constitue le futur de l’Algérie. Elle n’a pas accepté cette élection-mascarade. Qu’un homme gravement malade, ne parlant pas, ne marchant pas, paraissant très peu sur la scène publique, recevant rarement des personnalités étrangères, vivant enfermé dans un lieu médicalisé, soit utilisé par le pouvoir parce que les clans qui le constituent ne se sont pas accordés pour désigner un nouveau candidat pour le remplacer, et ont opté pour reconduire Bouteflika pour un cinquième mandat, cela ne pouvait pas passer.
 

Et arrivent les grandes manifestations populaires dans toutes les principales villes d’Algérie, le 22 février 2019. Le pouvoir n’arrive pas à croire, et des manifestations qui se sont tenues avec un mot d’ordre impérieux pour tous « pacifique  ». Et des menaces ont suivi du pouvoir avertissant que les appels anonymes dans les réseaux sociaux pouvaient entraîner l’irréparable. En clair, les manifestations devaient cesser pour éviter des conséquences sur la population. Mais le peuple algérien a continué dans ses revendications jusqu’à cette journée historique du vendredi 1er mars 2019 où, dans toutes les villes d’Algérie, le peuple a marché comme les doigts de la main, et pacifiquement. Pour le seul Alger, on dénombre 800 000 mille manifestants. Et les manifestations des étudiants dans toutes les universités d’Algérie n’ont pas discontinué.
 

Il faut se poser la question sur la pensée du peuple algérien. Pourquoi cette pensée du peuple algérien s’est élevé et a rejeté cette élection qui était pour lui une mascarade tant le président algérien, par sa maladie invalidante, ne réunissait aucun critère pour être éligible ? Le peuple algérien avait-il peur ? Puis, armé d’un sursaut, il a dit non. Évidemment, on peut dire tout ce qu’on veut dans ce sursaut salvateur. Cependant, il demeure que, quoi que l’on dise, que le peuple algérien pense, et aurait pu ne pas agir et rester dans cette sinistrose où se trouvait l’Algérie. Après tout Bouteflika ou un autre, quel changement pourrait s’opérer en Algérie si le système politique restait toujours le même.
 

De même, la pensée des décideurs pourquoi changer Bouteflika si aucun consensus n’est trouvé sur un candidat pour le remplacer. Et chaque partie du pouvoir craignait pour ses intérêts et privilèges si un candidat autre que le président sortant venait à être élu et aura à bouleverser l’ordre du système politique algérien.
 

Donc, globalement nous avons ceux qui pensent maintenir la continuité et reconduire le président sortant, l’opposition très affaiblie et bien qu’elle s’oppose au cinquième mandat ne pèse d’aucun poids pour s’opposer à la reconduction du système. Et le peuple ne bouge pas, ne pense pas et regarde simplement.
 

Puis le destin frappe à la porte de l’Algérie. Des appels anonymes pour manifester son opposition arrivent sur les réseaux sociaux. L’incroyable arrive. D’où viennent-ils ces appels anonymes dans les réseaux sociaux, donc d’Internet ?
 

Si on regarde l’histoire, le peuple, en octobre 1988, en pleine crise économique, le peuple a aussi entendu des appels et, à cette époque, il n’y avait pas de réseaux sociaux, et Internet n’existait pas. Pourtant, il s’est soulevé et il y a eu des centaines de morts entre le 5 octobre 1998 et le 10 octobre 1988. Mais ce sacrifice a été nécessaire puisqu’il a permis l’instauration de la démocratie. Le multipartisme, la liberté de presse, d’opinion..., l’Algérie se transformait. Elle a réellement avancé malgré qu’elle ait payé un prix cher avec la décennie noire. Plus de 100 000 morts. Mais, c’était le prix à payer comme l’ont payé avant les pays avancés dans leur histoire. Combien de guerres et de révolutions ont jalonné l’histoire de l’Europe. On peut dire que l’Europe par ses guerres et ses révolutions est le « phare de la démocratie » pour les pays du monde. Et encore aujourd’hui, a eu lieu en Europe et aux États-Unis le mouvement des Indignés venant en droite ligne du Printemps arabe, et aujourd’hui, les Gilets jaunes en France. Mais ce « phare  » en Europe a été permis par l’Essence qui gouverne le monde. Et c’est ce que l’on doit savoir, il est venu par une histoire tumultueuse de l’Europe.
 

Donc le soulèvement du peuple algérien même s’il n’était pas attendu, même s’il n’a pas été prévisible, et en aucun cas n’a été pris comme une carte sérieuse par le pouvoir, montre qu’en fait, c’est la Pensée du monde, donc « Allah qui façonne les peuples. » Le peuple algérien aurait pu rester spectateur, non concerné, car au final, les cartes en Algérie sont pipées. Et le système politique bien verrouillé ne lâchera aucune concession au peuple.
 

« Et c’est là où entre la métaphysique-monde.  » Quelques appels anonymes et le peuple algérien sort de sa léthargie. Peut-on dire que ce sont ces appels qui ont poussé le peuple algérien à se lever et marché ? Il est évident que non. Le peuple algérien aurait pu être indifférent à ces appels. Mais il ne l’a pas été. Pourquoi ? Pour la simple raison que dans ces appels comme dans la pensée du peuple, il y avait cet ordre de l’Essence qui commandait au peuple de se lever, de marcher, avec toute la discipline que requérait son obligation d’être dans ce rendez-vous majeur de son histoire. La « pacificité » de ses marches dans toutes les villes d’Algérie était « veillée  » par l’Essence. Son Printemps était porté par l’Essence qui régit l’humanité entière.
 

Et c’est ainsi que le pouvoir a compris qu’il ne disposait plus de cartes maîtresses. Son système prend de l’eau, il n’est plus maître de la situation. Et cette fois-ci, ce n’est pas l’opposition mais le peuple qui lui a dit non. Et pas seulement le peuple, l’Essence par laquelle est le monde, l’humanité entière, l’univers entier, qui lui a signifié qu’il doit lâcher du lest, d’être crédible et répondre aux doléances du peuple algérien.
 

Évidemment, le pouvoir peut toujours continuer à louvoyer, et cela est tout à fait normal. Et bien que, il est sommé par le peuple, et l’Essence, cette même Essence par laquelle le pouvoir pense lui donne des éléments de sortie de crise. Tout d’abord quels sont les éléments de sortie de crise ?
 

Pour répondre, il faut regarder la réalité. Comme il n’y a pas de personnalités suffisamment crédibles pour remplacer Bouteflika, et puisque le dossier de Bouteflika a été avalisé par le Conseil constitutionnel, on peut dire que n’est pas le pouvoir qui a opté le 3 mars pour reconduire Bouteflika, et même si c’est lui qui l’a décidé, il reste que c’est l’Essence par laquelle est la pensée du pouvoir qui a donné son aval.
 

Et c’est ainsi que s’est opéré la reconduction de Bouteflika, non pas pour le reconduire à la magistrature suprême, mais simplement pour s’accorder un temps de quelques mois au système politique algérien actuel pour procéder à des élections présidentielles anticipées sur des bases consensuelles saines avec tous les représentants du peuple. Tel était le programme arrêté par le pouvoir pour sortir de la crise. Et, comme le montrent les 6 points stipulés dans ce programme présidentiel qui suivra rapidement l’après 18 avril 2018, une instauration d’une nouvelle république et d’un nouveau système politique adoptés avec l’approbation du peuple. Le contenu en 6 points du programme :

  1. Tenir juste après l’élection présidentielle, une conférence nationale inclusive et indépendante.
  2. Elaboration et adoption par référendum d’une nouvelle constitution qui consacrera la naissance de la nouvelle république et du nouveau système algériens.
     
  3. Mise en œuvre rapide de politiques publiques garantissant une redistribution des richesses nationales plus juste et plus équitable.
     
  4. Elimination de la marginalisation et de l’exclusion sociales, y compris le phénomène de la harga, ainsi qu’une mobilisation nationale effective contre toutes les formes de corruption.
     
  5. Révision de la loi électorale, avec, notamment, la création d’un mécanisme indépendant dans l’organisation qui aura la responsabilité exclusive de l’organisation des élections.
     
  6. Organisation d’une élection présidentielle anticipée conformément au calendrier arrêtée par la conférence nationale indépendante. Je m’engage à ne pas être candidat à cette élection qui assurera ma succession dans des conditions incontestables de sérénité, de liberté et de transparence.

On constate bien le souci du pouvoir de donner toutes les assurances au peuple pour l’apaiser et que cessent ces manifestions qui se généralisent à travers tout le territoire. Il est évident que la pression va certainement baisser mais elle restera à l’état latent car le peuple ne pourra être apaisé que s’il constate que les gages donnés sont crédibles et vérifiables sur la scène politique nationale.
 

Donc, sauf imprévu, tout en étant sous pression, la situation politique va se calmer et donner au peuple tous les moyens pour suivre de près l’évolution de la situation. On ne peut oublier que, sur le plan extérieur, le danger pèse toujours sur l’Algérie. En cas de dérapages de la part du pouvoir, pour aller contre les offres même de paix qu’il a présentées au peuple.
 

Le pouvoir ne peut oublier la situation géostratégique du monde. En effet, comme on l’a souligné dans la première partie de l’analyse. « L’Algérie est à un rendez-vous politique crucial, en avril 2019. Si le pouvoir fait bien, tout ce qui arrivera arrivera bien, dans le sens que l’après-rendez-vous présidentiel sera plus facile pour le peuple, pour le pouvoir, pour la nation algérienne. Et surtout ne pas croire que l’Algérie est immunisé contre de graves crises voire des guerres comme ce qui s’est passé et se passe encore en Syrie, ou au Venezuela. Et si le pouvoir fait mal, ou croit que tout va pour le mieux alors que cela ne va pour le mieux, tout ce qui arrivera arrivera mal. »
 

« L’impérialisme occidental, s’il perd dans une région cherchera à rebondir dans une autre région. Et même l’impérialisme a un sens, il ne rebondit pas pour rebondir. Il a des objectifs géostratégiques. Du Vietnam, il s’est trouvé à ce qui lui est encore possible, le Moyen-Orient. Mais s’il va reculer du Moyen-Orient, et l’Égypte qui est déjà dans le camp américain, et qui a normalisé ses relations avec Israël, restera alors l’Afrique du Nord. Et l’Algérie, si elle s’affaiblit économiquement compte tenu de la baisse ininterrompue des réserves de change, risque de se trouver dans l’œil du cyclone. » (1)
 

Par conséquent, le pouvoir politique actuel ne doit pas se croire fort au détriment de la volonté du peuple. Il faut simplement se rappeler comment le système politique de Kadhafi a été renversé, en 2011, lors du Printemps arabe. L’Occident ne fait pas dans la dentelle. Pour lui, l’Algérie est un pays rebelle à son hégémonie. L’Égypte est entrée dans la zone d’influence occidentale, et a établi depuis 40 ans les relations diplomatiques avec Israël. En Afrique du Nord, la Lybie est en crise, la Tunisie aussi, le Maroc a toujours le soutien des pétromonarchies arabes et de l’Occident.
 

L’Algérie n’est pas la Syrie, ni n’a l’Iran et le Hezbollah et la Russie pour la soutenir. Une erreur du pouvoir dans la gestion de la crise pourrait être fatale pour nation. A voir seulement le récent avertissement d’Amnesty international. Il est dit : « Amnesty international met en garde le pouvoir contre l’usage de la violence. « À l’instant présent, le monde a les yeux braqués sur l’Algérie, et la façon dont le gouvernement choisira de répondre à ces manifestations sera un indicateur crucial de la force de son engagement à respecter les droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique », écrit l’ONG dans un communiqué.  » (Messages diffusés par plusieurs quotidiens nationaux, depuis les manifestations)
 

Ce message est à lui seul une menace à prendre très au sérieux. L’Algérie ne vit pas en vase clos, et l’Occident aurait aimé voir l’Algérie intégré son camp. Et c’est la raison pour laquelle l’Essence qui fait mouvoir le monde et veille sur le monde, veillera aussi sur le peuple algérien pour ses aspirations à la dignité, à son choix souverain de choisir son président, à l’égalité de droits entre citoyens, à lutter contre la gabegie du système politique, du clientélisme, la corruption qui mine le pays jusqu’à transformer un grand pays, un peuple à la lourde histoire en une république bananière.
 

Dès lors, on comprend le sens du programme présenté par le pouvoir en 6 points, il exprime aussi la prise conscience du pouvoir dans la crise générationnelle d’aujourd’hui. Il est conscient qu’il doit laisser place à de nouvelles énergies pour mener le pays non seulement en promouvant de nouvelles stratégies de croissance, mais d’ouvrir le pays au lieu de l’enfermer dans la prison du pétrole qui ne fait que le régresser en l’affublant de l’appellation d’Etat rentier. Celui-ci n’assure aucun espoir à la jeunesse algérienne qui compte aujourd’hui plus de 50 % de la population algérienne. Et dont la moitié n’a pas connu les affres de la guerre civile des années 1990. Ils étaient soit très jeunes soit n’étaient pas nés encore. Depuis 2000, la démographie a augmenté de 13 millions de jeunes.
 

Cependant, les manifestations que l’on constate tous les jours montrent que la situation ne s’apaise dans les villes algériennes. Partout la jeunesse algérienne manifeste son opposition au cinquième mandat présidentiel de Bouteflika. Souvent drapés du drapeau algérien, les étudiants manifestent dans les campus universitaires et à l’extérieur de leurs campus, dans les rues de la plupart des villes : Alger, Oran, Constantine, Bejaïa, Bouira, Boumerdès, Médéa, Guelma, Annaba, Jijel, Blida, Adrar... Que signifie ce mouvement de masse populaire concernant surtout la jeunesse qui n’a pas vécu les affres de la décennie noire ?
 

Cela exprime seulement leur ras-le-bol et les étudiants algériens ne veulent pas d’un cinquième mandat qui ne fera que ralentir le processus de démocratisation de l’Algérie. Par conséquent ils veulent le report de l’élection présidentielle, et partir pour un nouveau départ pour l’Algérie.
 

On comprend donc, dans le « Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? », que nous sommes comme nous allons n’est pas sans qu’une trajectoire n’est déjà prédéfinie pour l’Algérie, comme pour tous les autres peuples du monde, n’est déjà tracée depuis le début de l’histoire du peuple algérien. Par conséquent, on ne peut douter que l’Essence d’Allah le Tout Puissant, le mènera certainement à bon port. Le régime politique actuel est appelé à disparaître ou à défaut à se transformer. Ce n’est pas lui qui disparaît, c’est l’Essence de Dieu qui gouverne le monde qui le fera disparaître, « comme il est venu, il partira  », ou, à défaut, «  il changera, il se transformera ».
 

Ce n’est pas lui qui se changera ou se transformera, « c’est l’Essence qui l’a donné, qui lui a permis d’être, d’exister, qui le changera et le transformera grâce à la formidable puissance revendicatrice qu’elle a mise dans le cœur et l’esprit du peuple algérien. » Et l’Essence, à travers la révolution du Printemps algérien, influera inévitablement sur les autres régimes politiques arabes. Mais tout événement se fera selon un « calendrier »
 

C’est par ces mots sur l’« Essence de Dieu qui gouverne le monde » que se termine la troisième partie de l’analyse sur la crise politique que vit aujourd’hui l’Algérie.

 

 

Medjdoub Hamed
Auteur et chercheur spécialisé en Economie mondiale,
Relations internationales et Prospective.
www.sens-du-monde.com

 

 

  1. Première partie de l’analyse parue :

« Election présidentielle 2019. Les « herméneutiques majeures » dans l’histoire de l’Algérie », par Medjdoub Hamed. Le 18 février 2019
https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/election-presidentielle-2019-les-212745
http://www.lequotidien-oran.com/

  1. Deuxième partie parue :

 

« Présidentielle 2019, marches et pouvoir. Pourquoi l’Algérie dépassera la crise et en sortira plus forte ? Un modèle pour le monde arabe ? », par Medjdoub Hamed. Le 1er mars 2019

https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/presidentielle-2019-marches-et-213090

http://www.lequotidien-oran.com/

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.65/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • cathy cathy 5 mars 18:13

     « l’Algérie est un pays rebelle à son hégémonie. » LOL


    • Hamed 6 mars 10:50

      @cathy

      Risible, c’est vrai risible LOL Encore une petite tête qui pense qu’elle pense. 



      • Hamed 6 mars 10:54

        @Montdragon

        Quelle guerre, Montdragon en papier, ou plutôt en mots ??? C’est ça déclarez la guerre ouverte.... A qui ? 


      • MagicBuster 6 mars 00:00
        Qui sommes-nous ? Où allons-nous ?

        Faut consulter. Ca se soigne smiley
        Ce n’est pas sale . . .
        Arf


        • Hamed 6 mars 10:52

          @MagicBuster

          C’est vrai qu’il faut que cela se soigne. Mais où est la maladie dont vous parlez ? En vous, cela suppose puisque c’est vous qui en parlez. Oui, ça se soigne. 


        • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 6 mars 03:11

          Je bosse avec un Algérien, un ingénieur, bien content d’avoir mis les sales colons de Français dehors. Mais le plus drôle, c’est qu’il est venu travailler dans un TOM, ex colonie française par excellence, car en Algérie, les salaires sont trop faibles. Au bout du compte, il est bien content de profiter de la colonisation et de la manne française. On est plus à une contradiction près avec les Algériens.

          Ah oui, aussi, pour la petite histoire, il ne cherche pas du tout à s’intégrer et n’a pas d’amis depuis 1 an passé qu’il est là, et ce n’est pas faute de lui avoir proposé des sorties. Je ne sais pas pourquoi mais je suppose que cela a un rapport avec la religion, ou peut être qu’il n’aime personne. Vraiment pas facile de l’apprécier !

          Nos 2 peuples ne sont pas faits pour se mélanger, c’est un constat personnel basé sur plusieurs rencontres depuis mon adolescence.


          • Hamed 6 mars 10:38

            @dr.jambon-beurre

            Bonjour, 

            La petite histoire, c’est dans votre tête.

            De même « Nos 2 peuples ne sont pas faits pour se mélanger, c’est un constat personnel basé sur plusieurs rencontres depuis mon adolescence ». Là encore c’est dans votre tête depuis votre adolescence.

            Jambon-beurre, la pensée dans votre tête n’a donné que ce qu’il a en vous. Ne lui en voulez pas, elle ne fait que suivre ce qu’il y a de potentiel en vous. Je m’explique en bien ou en mal. Parlez à elle, peut-être, qu’elle vous expliquera. 

            Merci pour le post


          • delor 6 mars 17:37

            @Hamed
            Enfin ! Je crois avoir trouvé en vous la personne qui pourra (je dis bien « pourra ») répondre aux questions suivantes  : puisque le cerveau ne pense pas (il existe, en effet, sur Terre, bon nombre de vivants qui n’ont pas de cerveau et qui, pourtant, mettent en place des stratégies de survie ou de contournements des « difficultés » auxquelles ils sont confrontés dans le cours de leur existence : les végétaux, les oursins, les méduses, les bactéries, les virus, etc., pour ne citer que ceux-là) qu’est-ce qui pense ? Quelle est la « nature » de ce « qu’est-ce qui ... » ? Qu’est-ce la pensée ? Quelle est sa nature ? Je peux encore beaucoup écrire et beaucoup demander, mais, comme vous le savez, Agoravox n’autorise que des interventions « résumées ». 


          • Hamed 6 mars 19:50

            @delor

            Et si je vous dis qu’il n’y a une grande différence entre vous et une chaise. Comme je l’ai expliqué précédemment. Une chaise peut penser sans penser. Un homme certes pense mais sans penser.

            L’homme est-il plus qu’un oursin, plus qu’une méduse, plus qu’une bactérie ? Mais qui nous dit que nous sommes plus ? Et la question peut être posé dans le relatif et l’absolu, dans le subjectif et l’objectif.

            Quel homme peut se targuer et dire qu’il vit par lui-même ? L’oursin, la méduse, une bactérie ont-ils un cerveau ? L’homme bien qu’il a un cerveau l’aide-il ce cerveau qui ne pense pas ? Il est certain que le cerveau aide l’homme mais ce cerveau n’est qu’un organe, un interface, mais qui a besoin de la pensée. Mais la pensée, on ne sait pas où elle. La chaise peut-elle voir qui l’a construite. Pourtant elle est inanimée. Pourtant elle se déplace aussi.

            Donc, ici, vous ne faîtes dès lors que confirmer votre limite au-delà de laquelle vous ne pouvez savoir que ce que vous pourrez savoir de vous-même, de ce qu’li y a de plus profond en vous. En clair, cela signifie que vous n’existez pas ou simplement vous croyez que vous exister, ce qui est différent de réellement exister.

            J’espère vous avoir éclairé. Et qu’en fait tout n’est pas obscur.

            Merci pour le post


          • dr.jambon-beurre dr.jambon-beurre 7 mars 01:41

            @Hamed

            La petite histoire, c’est dans votre tête.

            J’aurais aimé mais malheureusement non. C’est un récit vécu, je ne relate que des faits personnels, libre à vous de ne pas y croire.

            Pensez vous que cette situation n’est que pur fantasme ? Pourquoi y a t’il autant de problèmes avec les musulmans qui adoptent une position victimaire quasi systématique alors qu’il n’y a presque pas de problèmes avec les asiatiques, qui, bien que beaucoup ne cherchent pas à s’intégrer non plus à la société française, restent dans leur coin sans faire de vagues à s’occuper de leurs petites affaires sans pleurnicher à tout bout de champ.

            J’aime bien l’exemple des Hmongs en Guyane car il est assez représentatif des asiatiques : En danger dans leur pays d’origine, parqués par l’état français là où on avait besoin d’eux, sur une terre pauvre et difficile à travailler, rejetés par les locaux à leur arrivée. Ils ont su, grâce à leur travail et leur flegme, prospérer pour finalement devenir des producteurs incontournables sur le marché local. Ils sont maintenant intégrés et acceptés et n’ont jamais pleurniché pour quoi que ce soit, pourtant il y avait de quoi !

            Différence de culture, d’éducation, d’instruction mais cela doit aussi être dans ma tête.


          • Hamed 7 mars 07:39

            @dr.jambon-beurre

            Votre réponse est simplement humaine. Vous ne relatez que ce qui est. Un constat si vous voulez.

            Par, exemple, pour comprendre, supposez que dans votre entourage, vous avez des camarades et peu importe qui. Et ils sont ce qu’ils sont. Certains avec qui vous sympathisé, certains qui sont pleurnichards ou victimaires, certains qui ne s’intéressent pas à vous et qui vous paraissent curieux, certains qui sont pauvres mais ils sont batailleurs et ne pleurnichent pas et qui vous épatent, et tout ce beau monde est dans votre tête.

            Et je dis bien dans votre tête, dans votre cerveau, et votre cerveau ne vous dit que ce que voulez entendre. Et il conclue « Différence de culture, d’éducation, d’instruction mais cela doit aussi être dans ma tête. »

            Et avant même ces mots, votre cerveau vous dit  «  La petite histoire, c’est dans votre tête.

            J’aurais aimé mais malheureusement non. C’est un récit vécu, je ne relate que des faits personnels, libre à vous de ne pas y croire. »

            Oui, vous aurez aimé, mais votre pensée et non votre cerveau qui n’est qu’un organe pour vous transmettre le message, qui est celui-ci : 

            « Oui, j’aurais aimé, mais malheureusement votre pensée n’a pas aimé et elle est parti dans moult justifications, arguments pour justifier ce qu’elle n’a pas aimé » En clair, soyez ce que vous êtes et n’en parlons plus.

            Merci pour vos mots ou plutôt pour votre pensée


          • popov 6 mars 12:41

            @Hamed

            Bonjour

            Demain, s’il ne pleut pas, il fera bon... puisqu’Allah en a décidé ainsi depuis le début de l’histoire.


            • Hamed 6 mars 14:21

              @popov

              Bonjour popov

              Merci pour cette phrase « métaphysique » . Oui, très juste : « Demain, s’il ne pleut pas, il fera bon... puisqu’Allah en a décidé ainsi depuis le début de l’histoire.  »

              J’ajouterais « Demain, s’il pleut, il fera bon aussi, et on peut dire plus bon encore puisque Allah nous envoie de l’eau. »

              Maintenant, dire que « Allah en a décidé ainsi depuis le début de l’histoire. » Cela peut être juste ou simplement juste. Bien qu’on n’en sait rien. 

              Vous savez popov, je vais vous donner un exemple de ce que vous êtes en vous virtualisant.

              Supposez que vous êtes une chaise et ayez une pensée, et là, vous regardez le menuisier qui vous a conçu à partir du bois. Donc, parti d’un morceau de bois, le menuisier vous transforme en chaise. Et il vous vend à des gens qui vous mettent dans la salle à manger, par exemple. Et vous, en tant que chaise, passiez votre vie dans cette maison. Et on s’asseoit sur vous matin et soir, vous avez une pensée, et vous regardez le temps passé. On vous nettoie, puis un jour, un de vos pieds se brise, on vous répare, et ainsi de suite jusqu’à ce que vous ne pouvez plus être une chaise. Donc, d’autres chaises neuves.

              La question qui se pose, popov, vous étiez une chaise pensante, on vous déplaçait, mais imaginez que c’est vous qui vous déplaciez, c’es-à-dire les gens qui vous déplacez en hait étaient invisibles. Vous fournissiez un travail puisque ces gens vous déplacez et vous servez à quelque chose. Et ces gens en fait sont vos pensées que vous ne connaissez pas.

              Donc, aujourd’hui , que vous me disiez « puisqu’Allah en a décidé ainsi depuis le début de l’histoire. » C’est très possible comme on ne sait pas ce que le menuisier ce qu’il fera.

              Puisque vous êtes un être humain qui pense mais vous n’agissez que ce que décide votre pensée que vous pensez. Et vous vous déplacez comme si quelqu’un au sein de votre pensée vous déplace. Et que vous disiez « puisqu’Allah en a décidé ainsi depuis le début de l’histoire. », comme si quelqu’un autour de vous que vous ne voyez qui peut être un ange ou un démon vous dit de dire ce qu’il en est d’Allah.

              Alors, popov, ressaisissez-vous, ne dîtes pas n’importe quoi. Et ce n’est pas que suis « suffisant » comme vos me l’avez reproché dans un de vos commentaires, je suis simplement logique sur l’existence de l’humain.

              En février, à Yakutsk combien fait-il ? Je parle du froid ? -10°, -15°. On dit que la ville la plus froide du monde. Moi j’ai vécu un froid de -39° à Saint-Pétersbourg. Mais habituellement à Pouchkine, -20°,-25 °C. Un autre monde intéressant à vivre, j’y ai vécu plusieurs années. Et j’aime bien.

              Voilà, popov, merci pour le post

               


            • popov 7 mars 17:12

              @Hamed

              je suis simplement logique sur l’existence de l’humain

              Vous êtes jusqu’au cou dans la « logique » d’Al Ghazali, celle qui a écrasé dans l’œuf l’essor de la réflexion scientifique de l’« âge d’or de l’islam ».
              Si Hegel n’a pas eu le même effet en Occident, c’est parce qu’on s’en fout Hegel.
              Oui, il parait qu’il fait froid à Yakutsk. 


            • Hamed 7 mars 19:00

              @popov

              franchement, popov, à court d’arguments, vous m’assénez « Vous êtes jusqu’au cou dans la « logique » d’Al Ghazali »

              Et non seulement vous me condamnez à travers ce Monsieur d’il y a 9 siècles, en me disant « celle qui a écrasé dans l’œuf l’essor de la réflexion scientifique de l’« âge d’or de l’islam ». », et surtout vous versez dans l’arbitraire sans preuve de ce que vos avancez. Une image stéréotype qu’a votre pensée de moi. Et je ne dis pas vous dans le sens vous, mais dans le sens de votre pays qui vous dit de dire n’importe quoi et selon la matérialité physique et libre de l’humain que vous êtes. En clair, vous vous rendrez pas compte de ce que vous dîtes. Votre pensée vous et vous répétez. Sans arguments, sans rien. Donc point barre. 

              Qu’est-ce que j’ai à voir avec ce quidam qui n’a rien à voir avec ma pensée , deux, pour moi c’est un quidam comme les autres et le plus gave d’après ce que j’ai lu de lui sur wiki, ce qu’il raconte m’étonne qu’on ait fait tellement cas de sa philosophie. Où i a été utilisé pour asseoir le pouvoir temporel des souverains de l’époque. 

              Pour ce qui est de mon analyse, pour votre gouverne, et je crois que l’ai écrit si vous avez bien u le texte publié. Ma base de recherche ne repose sur le dogme religieux ni sur le dogme philosophique. Je suis plutôt, dans ma raison, « mathématique ». 
              Je raisonne l’existant, avec ma pensée qui me pense et que je pense. C’est clair, c’est mathématique comme 1+1 font 2.

              Alors si vous avez des arguments sérieux sur ma supposé logique et la logique d’al Ghazali, apportez-le. Quant à Hegel, il faut surtout ne pas en parler. Vous n’êtes pas de taille à en parler. Et j’espère que vos en êtes conscient. Parfois, popov, je me dis que vous n’êtes pas conscient du tout de ce que vous dîtes. Et ce n’est pas pour vous blessez. Combien d’amis russes j’ai eu, Et si vous êtres russe, je parle le russe et j’écris le russe, mais vous ne faîtes pas du tout russe.par votre logique qui ne tient pas. Le russe, il est terre à terre, et il raisonne. Votre raisonnenement n’est pas porteur.

              J’espère que vous ne m’en voudrez pas pour ces mots qui peuvent paraître désagréables, méchants ou suffisants. Il n’y a aucune suffisance plutôt une humilité qui veut être objective. Pour preuve vous écrivez deux lignes moi j’écris 10 pour vous expliquer.


            • Hamed 7 mars 19:06

              @Hamed

              Je corrige. Il faut lire « dans le sens de votre pays à vous, dans le sens de votre structure humaine à vous ou si vous voulez de votre corps-esprit à vous et non de pays d’origine qui n’a rien à voir avec votre être, à l’humain que vous êtes »


            • popov 8 mars 13:01

              @Hamed

              Dire « c’est dieu qui fait pleuvoir », c’est se conformer à la métaphysique occasionnaliste d’Al Ghazali. Vous n’avez même pas besoin de le connaître : ses idées imprègnent tout le monde arabo-islamique. Vous êtes tombé dans la marmite quand vous étiez petit.
              Allez-vous un jour vous en sortir ? C’est à vous de voir.
              On tourne en rond : à chaque intervenant qui vous contredit, vous répondez que sa pensée qui ne lui appartient pas le fait penser mal. On pourrait vous retourner le compliment.


            • Hamed 9 mars 01:51

              @popov

              « Dire « c’est dieu qui fait pleuvoir », c’est se conformer à la métaphysique occasionnaliste d’Al Ghazali. » Mais popov, l’humanité entière est métaphysique. 

              La définition de méta dans le dictionnaire Le Petit Robert est :

              Élément, du grec mÉlément, du grec meta, exprimant la succession, le changement, la participation, et en philosophie et dans les sciences humaines « ce qui dépasse, englobe » (un objet, une science)eta, exprimant la succession, le changement, la participation, et en philosophie et dans les sciences humaines « ce qui dépasse, englobe » (un objet, une science)

              Nous sommes englobés par l’« essence ». On est englobé par la pensée, c’est elle qui nous guide dans la vie, et si elle nous guide, notre corps essentiellement.

              Popov, pour comprendre, mettez les deux mains sur les yeux, ne regardez pas, essayez de marcher dans votre pièce ou lieu où vous êtes. Essayez de rester 5 minutes dans cette position, n’essayez pas d’entrouvrir vos mains pour regarder, essayer de marcher doucement, sans vous cognez. Restez 5 minutes. Essayer avec une minuterie de votre portable. Dès que le portable sonne, n’ouvrez pas les mains, continuer à rester ainsi jusqu’à ce que, fatigué, vous les ouvrez.

              Répondez-moi ensuite ce qui s’est passé ? Etiez-vous certains que vous existiez dans le noir (vous pouvez aussi mettre un bandeau noir sur les yeux) ? Dans le sens oui vous existiez (c’est au passé), et quel a été le moyen pour exister.

              Je vous ajoute encore lorsque vous étiez dans cette position, pensez ce que vous m’avez dit : « Vous êtes tombé dans la marmite quand vous étiez petit.
              Allez-vous un jour vous en sortir ? C’est à vous de voir.
               »

              Et si, enfermé dans le noir, pensez à cette marmite ne seulement que vous étiez petit, mais aujourd’hui vous êtes petit et n’arrivez pas à sortir de cette marmite de votre jeunesse. Et restez toujours les mains cachant vos yeux, pensez que ce n’est pas vous qui êtes dans la marmite mais Hamed qui vous perturbe dans votre pensée et qui veut vous faire dire ce que vous cachez de dire.

              Et ce n’est pas pour vous faire du mal, c’est pour vous faire prendre conscience que je n’ai rien à voir dans votre pensée.Et que ce n’est pas moi qui tourne en rond.
              Et qu’au contraire, je ne contredis pas j’apporte un plus. Voilà popov et merci de me retourner le compliment.


            • popov 9 mars 09:06

              @Hamed

              Au lieu de me livrer à vos jeux enfantins, je vais plutôt commettre un petit péché ou deux.


            • Hamed 9 mars 10:25

              @popov

              Pensez-vous que je joue à des jeux enfantins ? D’abord ne faîtes pas attention aux fautes d’orthographe. C’est ma pensée qui écrit. 

              Si je vous ai dit restez dans le noir en fermant les yeux, c’est simplement pour vous montrer que vous n’avez de prise sur le monde que les images du monde qui vous entoure et que vous donne les yeux.Le rapport entre vous et l’univers sont vos yeux. Lorsque vous fermez vos yeux, l’image de l’univers n’existe plus. 

              L’organe visuel est donc un organe essentiel de l’essence qui vous donne sens de la place que vous occupez dans l’univers. Si tous les êtres humains étaient aveugles, pensez-vous que l’humanité pourrait exister ? Donc pourrait assurer gîte et nourriture ? Répondez à cette question ?

              Et supposez qu’un arc gigantesque plasmatique venait à éclater sur terre, et que l’humanité devient aveugle, pourrions-nous continuer à vivre ? Répondez à ce que vous définissez comme un jeu enfantin.

              Or, privé des yeux quelques secondes, dans votre chambre, vous tâtonnez difficilement pour trouver l’interrupteur, et s’il y a une coupure d’électricité comme ce qui se passe quotidiennement au Venezuela, comment vous avancerez dans le noir. Pas de lumière, comme si vous n’avez pas de yeux, que vous reste-il comme organes des sens pour vous orienter ? Le toucher et la pensée. Le goût, l’odorat et l’ouïe ne vont jouer en partant du principe qu’il n’y a pas d’odeur, pas de bruit, et votre langue, elle reste sagement dans votre bouche.

              Donc, ce n’est que le toucher et encore dépendant de l’organe central, le décodeur qu’est la pensée.

              En clair, je veux ici vous montrer que tant vos yeux, votre toucher et les autres organes des sens dépendent tous de votre pensée. En clair, vous être un corps pensant qui marche. Pour Pascal, l’homme est un roseau pensant. 

              Voilà, je crois que tout est dit, sauf qu’il y a un tout petit problème pas seulement en vous mais en des milliards d’êtres humains qui vivent, et c’est normal d’ailleurs, c’est qu’ils ne sont pas conscients qu’ils ne sont existants que par leurs pensées et l’illusion de leur existence que leur donnent leurs pensées.

              A la seule différence que c’est une illusion réelle, vécue, concrète, non artificielle... grâce à notre pensée. Si quelqu’un nous voyait d’en haut, il regarderait des corps sur terre qui, dotés de yeux et d’organes des sens, de pensées, qui tout affairés qu’ils sont, qui construisent, qui croient vivre, mais en fait sont artificiels. Ils sont une création qui croit créer, en fait ce n’est pas elle qui créé, mais ce qui est donné à leurs corps, à leurs organes de sens, à leurs pensées de créer
              .
              Comme je le fait maintenant dans cette création et cet agencement de mots en vue d’une vision sortant de mon être en tant que corps et esprit.

              Je ne sais si vous me comprenez, et cela m’étonnerait que vous le pourriez non pas que vous ne pouvez pas, mais que vous ne pourrez le vouloir parce qu’il y a des freins en vous. Et sur ce, arrêtons-nous là. point besoin d’aller plus loin. Pourquoi ? Parce que c’est métaphysique et surtout ça a rapport à cette herméneutique qu’est notre situation d’humain, d’eksister et non exister comme l’écrit Heidegger.

              Merci pour les posts, popov 


            • popov 9 mars 14:12

              @Hamed

              Merci à vous pour vos posts. Il faut être Hamed pour y voir autre chose que du bavardage qui ne débouche sur rien de concret, et ce n’est pas donné à tout le monde.


            • delor 6 mars 19:02

              Tout d’abord qui sommes-nous ? Nous sommes des humains. Nous savons que ce qui nous différencie des autres espèces vivantes sur terre, animales et végétales, c’est cette faculté humaine que nous avons, la « pensée ». Nous sommes « conscients de nos pensées et par nos pensées » qui pensent en nous. Nous sommes donc ces pensées. Sans elles nous ne pouvons exister. Donc les êtres humains ont une conscience et aucune espèce vivante n’a ce qu’ont les humains qui peuvent penser tout ce qui existe sur la Terre. Il me paraît pour le moins prétentieux d’affirmer que « ce qui nous différencie des autres espèces vivantes sur Terre … c’est cette faculté humaine que nous avons, la pensée ». « Des chercheurs ont découvert que certains virus émettaient des signaux encourageant leurs semblables à « épargner » momentanément leur hôte pour éviter la destruction complète de leur habitat. Si l’on savait que les bactéries échangent des signaux, c’est la première fois qu’un tel système de communication est mis en évidence chez des virus » (source Soline Roy - FIGARO.Santé - 23/01/2017). Il faut bien que ces micro-organismes pensent à ce qu’ils vont faire pour émettre de tels signaux dans un tel but. Il y a nécessairement une « intention » dans cette démarche stratégique.

               

              L’homme peut-il s’apercevoir qu’il pense ? Il n’a point besoin de s’apercevoir qu’il pense. Il pense tout simplement. Qu’il fait quelque chose, qu’il étudie, ou qu’il travaille, c’est de sa pensée que procède tout son existant. S’il est évident que l’être humain « n’a pas besoin de s’apercevoir qu’il pense », il est tout aussi évident qu’« il peut s’apercevoir qu’il pense ». Là, en ce moment même, en écrivant cela, je « pense à ce que je pense à écrire ». L’intention sous-tend ce processus. J’ai, certes, la faculté de penser, mais j’ai aussi la faculté de m’apercevoir que je pense, je peux parfaitement m’observer en train de penser. Je mets en marche souvent, tous les jours, ce processus consistant à « penser en en pleine conscience ».

               

              Donc si on se pose la question « Qui sommes-nous ? », nous sommes ce corps réel qui existe dans la réalité. Donc un réel de l’homme par soi et la réalité qui lui arrive aussi par soi. Pour comprendre, ces mots et ces phrases que j’aligne à cet instant même, sont-ils de moi ? La réponse est Oui, ils sont de moi, mais je ne peux m’empêcher de dire qu’ils viennent avant tout de ma pensée. C’est une vérité. Et ceci nous amène à la question : « Qu’est-ce qui précède ma pensée ou mon existant ? ». Vous confondez allègrement deux choses : le « soi » et le « moi ». Le « soi » est ma part essentielle et immatérielle source de mes pensées, c’est le conscient, « l’œil qui était dans la tombe et qui regardait Caïn » (Victor Hugo – La conscience), il met en œuvre un instrument matériel appelé « cerveau » ; le « moi » est ma part existentielle, amalgame de pensées et d’émotions, enregistrés par mon cerveau sous forme de schémas mentaux, il ne pense pas il réagit en se projetant à l’extérieur de manière masquée, c’est le subconscient. Ce que « j’aligne à cet instant même » est pensé par le « soi » et s’exprime à l’extérieur après avoir subi le filtre du « moi » … ou bien du « ça » (l’inconscient) s’il s’agit d’une pensée originelle et inédite. Ce n’est (apparemment) pas simple. 

               

              Jean-Paul Sartre dira « l’existence précède l’essence. » Mais quand je regarde mes mots que j’ai écrits, force pour moi de dire que c’est ma pensée qui a précédé puisque c’est elle qui m’a poussé à les écrire. Dès lors, pour moi, c’est l’« essence qui précède à l’existence ». Le « moi » de Jean-Paul Sartre était visiblement « pollué » ou « perverti » par la pensée de Pascal qui avait dit « je pense donc je suis », faisant du fait d’être la conséquence du fait de penser. J’aurais préféré qu’il écrive « je suis donc je pense ». Mais n’avait-il pas « l’intention » de promouvoir le « mouvement existentialiste » dans lequel, JP Sartre s’est empressé de s’engouffrer pour « régler son compte à Dieu » ?

              (à suivre)

               


              • Hamed 6 mars 21:24

                @delor

                Je pense delor que vous vous mélangez les pinceaux. Ce n’est pour vous blesser. Mais c’est vrai, vous partez de Freud, Lacan, Sartre, etc., et m’assénez le moi, le soi. A mon sens, ce sont certes des instances psychiques mais virtuelles.

                Vous m’assénez : « Il me paraît pour le moins prétentieux d’affirmer que « ce qui nous différencie des autres espèces vivantes sur Terre … c’est cette faculté humaine que nous avons, la pensée ».

                C’est votre droit d’apporter un jugement, mais est-il juste ? Pour preuve vous ajoutez que « Des chercheurs ont découvert que certains virus émettaient des signaux encourageant leurs semblables à « épargner » momentanément leur hôte pour éviter la destruction complète de leur habitat. Si l’on savait que les bactéries échangent des signaux, c’est la première fois qu’un tel système de communication est mis en évidence chez des virus » (source Soline Roy - FIGARO.Santé - 23/01/2017). Il faut bien que ces micro-organismes pensent à ce qu’ils vont faire pour émettre de tels signaux dans un tel but. Il y a nécessairement une « intention » dans cette démarche stratégique. »

                Mais ces chercheurs ont abouti à cette conclusion après bien des recherches. Et dans un certain sens qu’ils confirment ce que j’ai énoncé.  Dans le qui sommes-nous ? J’ai indiqué : « Nous sommes des humains. Nous savons que ce qui nous différencie des autres espèces vivantes sur terre, animales et végétales, c’est cette faculté humaine que nous avons, la « pensée ». » 


                Et donc certains virus émettent des signaux qui peuvent s’assimiler à une pensée animale, instinctive comme programmée.

                Et nous delor, ne sommes-nous pas dès lors programmé sauf que nous nous ne sentons pas, croyant agir mais en réalité, ce n’est pas nous qui agissons mais notre pensée qui nous fait agir. Comme moi, ma pensée me dit en ces instants de vous répondre. En clair ce n’es pas moi qui vous réponds mais ma pensée qui réponds à la vôtre.

                Vous me dites « Vous confondez allègrement deux choses : le « soi  » et le « moi ». Le « soi » est ma part essentielle et immatérielle source de mes pensées, c’est le conscient, « l’œil qui était dans la tombe et qui regardait Caïn » (Victor Hugo – La conscience), il met en œuvre un instrument matériel appelé « cerveau  » ; le «  moi  » est ma part existentielle, amalgame de pensées et d’émotions, enregistrés par mon cerveau sous forme de schémas mentaux, il ne pense pas il réagit en se projetant à l’extérieur de manière masquée, c’est le subconscient. »

                 

                Vous me récitez là Freud, Lacan, Jung, etc. Ce ne sont ici que des commodités psychiques pour scinder la conscience humaine en plusieurs instances le moi, le soi ou le ça, le surmoi, le conscient, l’inconscient, etc.  La logique serait plutôt de dire que la pensée c’est la faculté abstraite la plus essentielle qui définit l’essence humaine. La plus transcendante, la plus immanente dont on ne sait rien sinon qu’elle est la condition même de notre existence. C’est elle qui tout en nous permettant, d’exister, de vivre, d’aspirer à tout dans ce cosmos où l’humain est plongé nous indique aussi la place que l’on occupe dans cosmos.

                 

                Quant au moi, le soi, ce ne sont que des commodités qui d’ailleurs ne servent qu’aux psychologues et non au commun des mortels. D’ailleurs qui a donné ces commodités psychologiques ? Est-ce l’homme ? Il est évident que non. C’est sa pensée spéculative qui lui a offert cette vision. Comme elle a offert aux hommes du Moyen-Âge, pendant plusieurs siècles que la Terre était plate.

                 

                Et gare, à cette époque, qui viendrait contredire l’Église. C’est le bûcher. Et même le bûcher venait de l’ordre de la pensée. Aujourd’hui, la pensée a évolué ? Non, elle a communiqué la vraie version, la Terre est ronde. Qui commande la pensée ? Je vous le laisse deviner.

                 

                Donc Jean-Paul Sartre avait le droit de dire tout ce qu’il voulait ou plutôt ce que la Pensée lui a communiqué, des choses certes justes, mais des choses aussi fausses.

                 

                Dire, par exemple, « de Jean-Paul Sartre était visiblement « pollué » ou « perverti » par la pensée de Pascal qui avait dit « je pense donc je suis » », ça c’est votre idée. Et cela ne signifie que vous êtes dans le vrai ou du moins ce qu’elle vous a communiqué.

                Aussi, pour terminer merci pour le post, d’autre part le sujet ici est très complexe, parce qu’il parle du sens de l’existence même de l’être humain...


              • delor 7 mars 10:47

                @Hamed
                Ainsi, selon vous, la pensée serait une faculté exclusivement « humaine » « qui définirait »l’essence humaine« et sans laquelle l’humain n’existerait pas. Voyez vous, ce qui ne va pas dans votre raisonnement, c’est qua vous faites exactement la même erreur que Pascal et Sartre (et consorts) : vous inversez la nature et le rôle des »choses« . Ce n’est, encore une fois, pas la pensée qui fait de l’homme un »être« , mais l’inverse : c’est parce que l’homme est un être que la pensée »advient« . La pensée procède de l’être qui la »produit« (le vocabulaire humain est trop restrictif, c’est vrai, d’où la mise entre guillemets). La pensée est le produit, le mode d’expression ou d’intervention de l’être dans la matérialité. Je ne cite en rien »Freud, Lacan, Jung, etc.«  : j’exprime ce que j’ai compris (à force de recherches : comme vous je recherche, mais je reste un »libre penseur dans mes actions de recherche) de ce que je suis et de ce que je fais là, ici et maintenant. Cela dit, en supposant que je cite ces « auteurs », en quoi leurs pensées ne seraient que « des commodités qui ne servent qu’aux psychologues et non aux communs des mortels » ? Vous croyez vraiment que les psychologues sont des sortes de dieux ou d’avatars situés au-dessus ou en dessous ou à côté des « communs des mortels ». Ils n’ont ABSOLUMENT PAS cette prétention , les psychologues, contrairement à vous, savent pertinemment qu’ils sont des « communs des mortels ». Personne ne peut prétendre être autrement, puisque l’homme (contrairement à ce qu’il croit pour son malheur) EST DE LA NATURE. Et la Nature est un monobloc non-modifiable. Nous ne sommes pas reliés les uns aux autres, nous sommes indissolublement liés les uns les autres. Il reste les questions suivantes à évoquer : qu’est-ce « la Nature » ? Uniquement ce qui relève du phénoménal (le sensible de la matière blanche) ? Ou bien inclut-elle également le nouménal (l’insensible spirituel que les scientifiques appellent « matière noire », de manière erronée puisque l’esprit n’est pas matériel) ? 


              • Hamed 7 mars 11:55

                @delor

                Bonjour delor,

                 

                J’apprécie votre réponse à sa juste valeur. Je vais essayer de vous répondre point par point.

                 

                Tout d’abord, vous dîtes « Ainsi, selon vous, la pensée serait une faculté exclusivement « humaine » « qui définirait »l’essence humaine« et sans laquelle l’humain n’existerait pas. » Selon moi, et je précise, la pensée est certes humaine, elle définit l’essence humaine » et sans laquelle l’homme, l’humain n’existerait pas. Je m’explique, vous delor, et tous les êtres humains sont érigés des êtres vivants pensants par cette pensée en eux. En clair, les hommes croient exister, ils croient exister par eux-mêmes, mais en réalité, il ne vient pas à leur esprit qu’en fait ils sont inexistants par eux-mêmes mêmes s’ils ont un corps, un cerveau, etc., mais c’est insuffisant, et donc, ils n’existent en réalité que parce qu’il existe en eux un Esprit qu’il ne connaisse pas et secrète en eux une pensée.

                 

                Pour comprendre, delor, arrêtez-vous un instant, asseyez-vous, debout ou assis, fermez les yeux, et dîtes à vous-même est-ce que vous existez ? Ne répondez-pas, laissez votre esprit vous répondre. Restez longtemps dans cette position. Si votre esprit vous dit que vous existez, cela signifie que vous mentez à vous-même. S’il ne vous dit rien, et ensuite fatigué d’attendre, vous ouvrez les yeux, vous êtes dans le vrai. Ce qui signifie « Pensez sans penser », et point barre. Que vous croyez être ou on, avec ou sans la pensée, soyez vous-même. Et cela s’arrête là. Et arrêtez de philosopher. C’est pour votre bien.

                 

                Deuxième point. Vous le dîtes : « Voyez vous, ce qui ne va pas dans votre raisonnement, c’est qua vous faites exactement la même erreur que Pascal et Sartre (et consorts) : vous inversez la nature et le rôle des »choses« . Ce n’est, encore une fois, pas la pensée qui fait de l’homme un »être« , mais l’inverse : c’est parce que l’homme est un être que la pensée »advient« . La pensée procède de l’être qui la »produit« (le vocabulaire humain est trop restrictif, c’est vrai, d’où la mise entre guillemets). »

                 

                Donc selon vous, c’est l’être qui est que la pensée lui advient. C’est du Sartre. Et qu’est-ce que cet être qui vient ? D’où il vient ? Du ventre de sa mère ? Et sa mère et son père d’où viennent-ils ? Et leurs pensées d’où viennent-elles ? Ça ne tient pas debout. On ne sait ni l’être d’où vient-il ni la pensée d’où vienne-t-elle ? Donc, delor, passez votre chemin. Vous vous mélangez les pinceaux.

                 

                Troisième point. Vous dîtes « « : j’exprime ce que j’ai compris (à force de recherches : comme vous je recherche, mais je reste un »libre penseur dans mes actions de recherche) de ce que je suis et de ce que je fais là, ici et maintenant.  » D’accord que vous cherchez. Mais restez logique, utilisez votre raison.

                 

                Quatrième point. Vous dîtes « Cela dit, en supposant que je cite ces « auteurs », en quoi leurs pensées ne seraient que « des commodités qui ne servent qu’aux psychologues et non aux communs des mortels » ?

                 

                Vous croyez vraiment que les psychologues sont des sortes de dieux ou d’avatars situés au-dessus ou en dessous ou à côté des « communs des mortels ». »

                 

                Je ne crois rien, et je n’ai jamais dit que les psychologues sont des sortes de dieux. C’est dans vos pensées qui vous informent mal parce que la matérialité de votre être est ce qu’elle est, et vos pensées ne font que leur travail pour vous informer mal. Et on comprend pourquoi elles arrivent même à dénaturer les propos de l’autre parce que votre matérialité conçue initialement libre est revêtue par ce qu’elle veut entendre de l’esprit qui est en vous.

                 

                Je ne sais si je me fais comprendre. A vous donc d’en déduire.

                 

                Cinquième point. Vous me dîtes « Personne ne peut prétendre être autrement, puisque l’homme (contrairement à ce qu’il croit pour son malheur) EST DE LA NATURE.

                 

                Et la Nature est un monobloc non-modifiable. Nous ne sommes pas reliés les uns aux autres, nous sommes indissolublement liés les uns les autres. 

                 

                Il reste les questions suivantes à évoquer : qu’est-ce « la Nature » ?

                 

                Uniquement ce qui relève du phénoménal (le sensible de la matière blanche) ?

                 

                Ou bien inclut-elle également le nouménal (l’insensible spirituel que les scientifiques appellent « matière noire », de manière erronée puisque l’esprit n’est pas matériel) ?  »

                 

                Juste ce que vous dîtes. L’homme effectivement est de la Nature. Juste tous les humains sont liés. Et heureusement que nous sommes liés, sinon il n’y aurait pas eu l’espèce humaine, le genre humain, le plus élevé sur terre. Qu’est-ce que la Nature ? Là c’est déjà plus difficile. Vous n’expliquez rien, tenter d’être plus précis, et surtout n’utilisez pas le jargon, le dogme philosophique qui n’explique rien.

                 

                Voilà, merci pour l’effort de vos pensées dans votre réponse


              • popov 8 mars 17:06

                @Hamed

                Ou bien inclut-elle également le nouménal (l’insensible spirituel que les scientifiques appellent « matière noire », de manière erronée puisque l’esprit n’est pas matériel) ?  »

                Pourriez-vous nous citer un scientifique qui appelle la matière noire « le nouménal » ?

                L’hypothèse de la matière noire n’a pas été émise pour tenir compte d’un « esprit », mais pour expliquer les anomalies mesurées de la vitesse d’expansion de l’univers tout en conservant les équations de la relativité générale qui se sont avérées correctes dans de nombreuses circonstances. Le dilemme est le suivant : soit les équations d’Einstein ne sont pas correctes, soit il y a dans l’univers plus de matière que l’on ne peut en détecter par des mesures optiques. En d’autres termes, une telle matière n’interagirait pas avec le champ électromagnétique. 
                Rien à voir avec le spiritisme.


              • Jonas 7 mars 20:19

                Bonjour Hamed. 

                Sans vouloir vous vexer , il n’y a jamais eu, il n’existe pas encore aujourd’hui un Etat Arabo-musulman ou musulman non démocratique , parce que l’islam est incompatible avec la démocratie. D’ailleurs vous serez en peine de me citer un seul pays arabo-musulman ou musulman non arabe démocratique. ( Respect de la femme, des minorités religieuses , ethniques etc. Le Vote seul ne fait pas la démocratie , comme une hirondelle ne fait pas le printemps.

                  Or dans les pays musulmans , la religion et la politique marchent la main dans la main. Les musulmans ne séparent pas le religieux du politique. Donc un Etat arabo-musulman ou musulman non arabe ne peut pas être démocratique , même, s’il cherche, à imiter , souvent très mal. Les masses ne suivent pas. On ne se décrète pas démocrate. Je reconnais qu’un arabo-musulman ou musulman non arabe , peut- être à titre individuel démocrate, mais pas un Etat.  

                Pour l’Algérie qu’y a t-il de démocratique ? Avant Boutéflika des dictatures Puis . Boutéflika est au pouvoir depuis 1999 ( 73,80% de voix) après quelques bidouillages de la Constitution , il est élu, en 2004 ( 84,99% de voix) suivi d’une autre élection 2009, ( 90,24% de voix ) et enfin en 2014, élu avec 81, 49% (de voix ).Comment l’Algérie peut-elle être démocratique , avec un seul syndicat UGTA, dévoué au président ; son responsable , Abdelmadjid Sidi-Saïd déclare«  Nous avons été avec Boutéflika , Nous sommes toujours avec lui nous n’allons pas le trahir ». Dans quel pays démocratique au sens occidental, un responsable syndical peut s’exprimer ainsi. D’autant qu’il n’y a qu’un seul syndicat. Les seuls exemples , se trouvent à Cuba , en Corée du Nord , en Chine. et à l’époque de l’URSS. 

                Ce dont les pays arabo-musulmans ont besoin ce sont des hommes et des femmes , capables de les sortir de leur misère physique et morale , de leur retard , de pouvoir les maintenir dans leur pays en stoppant l’immigration et en luttant contre le chômage , leur donner la possibilité de se soigner normalement dans leur pays au lieu pour les riches d’aller en France ou en Turquie. Voilà un projet d’avenir. Le reste n’est que la méthode Coué , dont vous êtes un adepte. Puis il faut cesser d’accuser les autres de vos maux. Ce n’est pas comme cela que vous allez rendre , les jeunes algériens responsables, puisque vous leur désigner les étrangers comme responsables de leur malheur. 


                • Hamed 7 mars 21:21

                  @Jonas

                  Bonjour Jonas,

                   

                  Je suis entièrement d’accord avec vous. Mais le monde est ainsi. Le monde arabe est certes en retard, mais il avance. Certes lentement mais il avance.et il est condamné à avancer avec la mondialisation. La situation se complique dans le monde, l’Occident est tout juste mieux que ce qui se passe dans les pays arabes.

                   

                  Vous dîtes être venu en Algérie, mais si vous êtes venus en 2016, 2017, 2018, vous ne reconnaîtrez pas l’Algérie. Ce sont des millions de voitures, des familles ont parfois 4 voitures, pour la fille, le garçon, la maman, et le père. Rares sont les familles qui n’ont en ont pas. Les pays arabes sont riches, ils ont le pétrole, ils ont le soleil et donc le tourisme.

                   

                  L’informel occupe pratiquement 50 % de la population active, et il se débrouille bien. 75 % ont internet à la maison, et peut-être autant en internet mobile. Il existe peut-être 20 millions ou plus de smartphones, sans compter les millions de petits portables. Le téléphone fixe est pratiquement délaissé et maintenue surtout pour ADSL fixe. 

                   

                  C’est parce que l’Algérie est un pays riche et l’État a tout fait pour acheter la paix sociale, mais depuis la chute des cours, le peuple algérien qui avance et il est sûr de lui aujourd’hui, qu’il cherche à se gouverner lui-même avec des hommes qu’il aura à choisir, un système politique qu’il aura à contrôler démocratiquement, et donc à rompre avec les méthodes dépassés.

                   

                  Donc ce que vous dîtes est très juste. Mais il faut du temps et surtout le temps manque, et il faut aller vite. Et l’Algérie avance bien. Et ce sont là les effets de l’évolution du monde. L’Algérie n’est sorti de la colonisation que depuis 57 ans, c’est un pays jeune. 


                  Voyez l’Europe, la Russie, la Chine, ce sont des pays vieillissants. Une faible natalité. Donc ce n’est pas si simple la distribution des richesses du monde. Les pays riches ont besoin dans quelques décennies de plus de populations. Venant d’Afrique, du Moyen-Orient. Ce sont les lois des vases communicants.


                  Ce n’est pas moi ni la méthode Coué, mais les desseins de Dieu. Et d’ailleurs vous ne croyez pas à Dieu, mais c’est grâce à lui que vous ne croyez pas à lui ni à ses desseins. Donc nous sommes tous englobés dans ce dessein divin. Regardez le Brexit, la Catalogne, le mur que Trump ; veut ériger avec le Mexique. Le monde change, et partout, en France, les Gilets jaunes qui expriment un mal-vivre.


                  Oui, Jonas, le monde est programme pays riches ou pays pauvres, ils sont tous dans le même sac. Je ne sais si je vous ai répondu. Je l’espère Jonas.


                  Merci pour le post






                   

                   


                • Jonas 8 mars 09:38

                  @Hamed
                  Bonjour Hamed.
                  Non , Hamed , lorsque les occidentaux fuiront leur pays au péril de leur vie, pour aller s’installer dans un quelconque pays arabe , vous pouvez dire , que l’Occident est un un peu mieux que le monde arabe. 

                  Lorsque , les occidentaux , fuiront leur pays pour aller se faire soigner dans un pays arabe, vous pourrez à juste titre dire que l’occident est a peine mieux que le monde arabe. 

                  Lorsque les Universités des pays Arabes dépasseront , par leur renommée et leur enseignement , les pays occidentaux , vous pouvez dire que votre méthode Coué a réussi

                  Non, et non , l’Occident est trop en avance sur le monde arabe , même avec les pays confetti du Golfe et leur richesse, vous avez encore des décennies et des décennies de travail, c’est pour cela , qu’il faut commencez à labourer très rapidement. Nous ne somme plus plus à l’époque des vieilles industries ( souvenez-vous de Boumédienne et les usines clés en main de l’URSS) mais a celle des innovations et des découvertes constantes. 
                  Le pays qui n’avance pas recule. 

                  Les voitures , ne sont plus un besoin nécessaire , pour les occidentaux . ils ont passé , ce temps où la voiture était l’Alpha et l’Oméga de toute réussite. Ce sont les pays que l’on appelle en voie de développement qui prennent le relais et découvrent ce moyen de transport et les maladies qu’il engendre. Dans les pays Africains , les pays arabes ( le Caire est un vrai remède contre la voiture , pollution et bruits entremêlés ) la Chine etc. En Algérie , justement avec tant de voitures , la consommation des hydrocarbures interne est en augmentation constante. 

                  Ce que je retiens de l’Algérie , ce n’est pas le nombre de voiture , mais la saleté de certains quartiers , les ordures , le délabrements intérieurs de certains immeubles , les bagarres , les cris dans les bus et les rues , le non respect de la bienséance etc. 

                  L’Inde a plus de smartphones que l’ensemble des pays arabes réunit , cela ne prouve rien, son PIB est de 1940 dollars ( 191e, pays ) l’Algérie 4 123 dollars ( 154e pays ). France, 38 843$ (37e)---Royaume-Uni, 39720$ (38e)—,45 032$ (31e)—Allemagne ,44 470$(32e)—Israël ,40 270$ (36e) —Belgique ,43 324$ ( 33e)—Etats-Unis , 59 532$ (14e) Danemark ,56 308$ ( 18e) etc.
                  Vous voyez que l’Algérie comme beaucoup de pays arabes ont beaucoup de chemin a parcourir , des sacrifices a faire et un besoin de femmes et d’hommes compétents et dévoués à leur pays , pas d’idéologues. 
                   

                  L’Algérie est certes un pays riche ( grâce aux hydrocarbures , comme le Venezuela, l’Angola , le Nigéria) mais dont les habitants sont pauvres. L’Algérie est un pays rentier , qui ne doit sa stabilité politique et sociale que grâce aux subventions distribuées aux populations nécessiteuses de plus en plus nombreuses. Même l’eau potable est de plus en plus difficile a obtenir dans certaines régions. 

                  L’Algérie , comme l’Egypte et un grand nombre de pays arabo-musulmans et Africains , seront confrontés à des problèmes sociaux à cause de la démographie galopante, quel que soit le chiffre de croissance , il sera absorbé par cette démographie. Même la Chine dont la croissance florissante, fléchie , donc les achats des hydrocarbures aussi. 


                • Hamed 8 mars 10:48

                  @Jonas

                  Bonjour Jonas,

                   

                  Je comprends parfaitement vos arguments. Ils sont très défendables. Vous dîtes « Non , Hamed , lorsque les occidentaux fuiront leur pays au péril de leur vie, pour aller s’installer dans un quelconque pays arabe , vous pouvez dire , que l’Occident est un un peu mieux que le monde arabe. 

                  Lorsque , les occidentaux , fuiront leur pays pour aller se faire soigner dans un pays arabe, vous pourrez à juste titre dire que l’occident est a peine mieux que le monde arabe. 

                  Lorsque les Universités des pays Arabes dépasseront, par leur renommée et leur enseignement, les pays occidentaux, vous pouvez dire que votre méthode Coué a réussi

                  Non, et non , l’Occident est trop en avance sur le monde arabe , même avec les pays confetti du Golfe et leur richesse, vous avez encore des décennies et des décennies de travail, c’est pour cela , qu’il faut commencez à labourer très rapidement. Nous ne somme plus plus à l’époque des vieilles industries ( souvenez-vous de Boumédienne et les usines clés en main de l’URSS) mais a celle des innovations et des découvertes constantes.  »

                  Cependant, il faut relativiser les situations du monde arabe et de du monde occidental pris dans son ensemble. Et c’est là où est votre erreur. Pourquoi votre erreur ? Pourquoi la réalité vous échappe ? Je vais vous le dire.

                   

                  Les noirs américains étaient de simples esclaves venus d’Afrique à bord de bateaux-négriers. Qui a permis l’arrivée des nègres d’Afrique devenir des esclaves d’Alabama, de la Louisiane, etc. Pensez-vous que ce sont les blancs qui faisaient de la traite des noirs ? Pensez-vous que les Américains qui, après avoir défaits les Indiens d’Américains, ont en plus apporté de pauvres noirs enchaînés dont une partie mourait en mer en Amérique ? Non, ce ne sont pas les blancs. Ce sont leurs pensées venues du Cosmos qui les a poussés à faire tout cela.

                   

                  En clair, mon cher Jonas, nous ne nous appartenons pas dans l’absolu. Je vous pose une simple question. Fermez les yeux et pensez-en vous qu’est-ce qui vous a poussé à m’écrire et à poser tant de questions sur les différences flagrantes qui existent entre le monde avancé et le monde arabe qui est en retard ? Vous ne pouvez pas me répondre ou si vous me dîtes que c’est vous, le doute demeure que ce n’est pas vous qui répondez mais votre pensée qui n’arrive pas à comprendre ou plutôt elle comprend tout mais ne vous dit que ce qu’elle veut vous dire. Au final, vous comprenez sans comprendre.

                   

                  Mais ces esclaves

                  Mais ces esclaves importés d’Afrique ont une destinée, une finalité. Et en finalité, le temps n’existe pas. Ce qui est doit être. Et c’est ainsi que des noirs sont devenus des personnages importants au point qu’ils ont donné des hommes noirs d’une grande valeur pour l’Amérique. Martin Luther King, Collins Powell, Ray Charles, Obama qui est devenu le 46ème président américain.

                   

                  C’est vrai que l’Occident est trop avancé, et les pays arabes confettis qui les a créés, c’est l’Occident. Maintenant comme vous dîtes, il y a à labourer, labourer  et labourer c’est autant d’espoir pour vivre, un but pour vivre qui se déroule dans le temps. Et donc, nolens volens ils doivent avancer quel que soit les sacrifices.

                   

                  Et pour l’Occident, ils sont arrivés, ils sont avancés, que doivent-ils faire ? Labourez quoi ? ils sont arrivés, c’est fait. Désindustrialisation, une économie certes arrivé mais en berne, ils s’enferment dans leurs frontières, leurs peuples s’angoissent, la drogue dure, le vieillissement, la dénatalité, ils sont obligés de chercher la meilleure immigration pour compenser la dépopulation, la perte de foi en Dieu, l’homosexualité qui fait des ravages. La femme a perdu son charme naturel de naguère qui a permis le socle de la cellule familiale. Les mariages pour tous, et tant de maux.

                   

                  Quant aux usines en mais pour l’Algérie, cela a été une phase de l’histoire, une expérience de l’histoire, des erreurs de l’histoire.

                   

                  Quant à « Ce que je retiens de l’Algérie , ce n’est pas le nombre de voiture , mais la saleté de certains quartiers , les ordures , le délabrements intérieurs de certains immeubles , les bagarres, les cris dans les bus et les rues, le non respect de la bienséance etc. », A part la saleté et encore les moyens mis pour la collecte des ordures ménagères et leur recyclage sont importants , et l’incivisme qui n’est pas très fort, et c’est normal pour un pays jeune et une population qui avance et veut plus, dire l’intérieur des immeubles est insalubre est faux. Ou des bagarres dans la rue est faux. C’est vraiment rare les bagarres en Algérie, et certainement beaucoup moins qu’en Occident où l’alcool est libre et consommé par tous. En Algérie, les gens respectent les horaires des mosquées, et surtout le vendredi heure de prière de 13 heures qui réunit pratiquement toute la population. Les rues sont vides.


                  Et je crois que l’Algérie est un pays avancé, très avancé même s’il n’est pas avancé industriellement.


                  Quant aux chiffres sur le PIB, ce sont des chiffres c’est tout, et que des chiffres. Ils ne reflètent pas les peuples. Les peuples ne sont pas des chiffres statistiques.

                  C’est vrai Jonas ce que vous dîtes « Vous voyez que l’Algérie comme beaucoup de pays arabes ont beaucoup de chemin a parcourir , des sacrifices a faire et un besoin de femmes et d’hommes compétents et dévoués à leur pays , pas d’idéologues. »  Donc c’est un CHEMIN de l’ESPOIR.


                  Pour conclure, l’Algérie a tout à espérer avant de devenir une nation avancée mais frappée par le vieillissement et la dénatalité. En effet, on fur et à mesure que l’Algérie s’industrialise, se démocratise, elle subira aussi le syndrome des pays avancés.


                  Et c’est faux cette assertion que « Le pays qui n’avance pas recule.  »


                  J’espère vous avoir éclairé, Jonas


                • Jonas 9 mars 10:24

                  @Hamed(1)
                  Bonjour Hamed.
                   Merci de citer l’esclavage des noirs en Occident, à travers cet événement historique , l’occident a montré sa supériorité sur le monde musulman, en reconnaissant ses erreurs tout en étant le premier à a abolir l’esclavage ( qui existe encore dans bon nombre de pays de l’islam ) . Or les pays arabes ont été les plus grands esclavagistes et longtemps avant les pays occidentaux. Votre compatriote l’écrivain Rachid Boudjedra déclare : << On en parle peu , mais il s’agit bien d’une colonisation ( parlant de l’Andalousie ndlr) . Il faut avoir le courage de le dire. Nous avons colonisé et nous avons« esclavagé » les autres. Bien avant les Portugais. Les arabes étaient des esclavagistes . Il y a encore des non-dits.>> 

                  Dans son livre « Le génocide Voilé » Tidiane N’Diyane , ( Ed. Gallimard, 2008), écrit « La traite des Noirs d’Afrique par le monde arabo-musulman , cette traite a concerné dix-sept millions de victimes tuées , castrées ou asservie, pendant plus de treize siècles sans interruption . Les razziés étaient contraints de traverser le désert à pieds pour rejoindre le Maghreb, l’Egypte ou la péninsule Arabique via Zanzibar , par bateaux ... pourtant , cette traite négrière a été minimisée , contrairement à la traite occidentale vers l’Amérique . Pourquoi ? Parce seule la conversion à l’islam permettait d’échapper à l’esclavage , mais n’a pas épargné les Noirs. Toutefois , de nos jours la majeure partie de l’Afrique est devenue musulmane, d’où une forme de fraternité religieuse entre le côté -blanc et le côté -noir du continent , et une volonté commune de  » voilé « ce génocide.>> 

                   En 2010, Muammar Kadhafi, fait des excuses au nom des Arabes pour la traite négrière au sommet afro-arabe de Syrte , sous les applaudissements des chefs d’Etat et de gouvernement des pays participant à ce sommet. 
                  Il a rappelé que les » riches Arabes « ( ?) ont dans le passé , acheté des enfants africains ensuite convoyés en Afrique du Nord, en Arabie et dans les autres régions arabes, pour les réduire en esclavage et pour les vendre. il a accusé ces Arabes d’avoir pratiquer de manière scandaleuse la traite négrière et le trafic des personnes , qui suscite de nos jours l’embarras des Arabes devant les Africains. << Nous sommes aujourd’hui embarrassées, choqués par ces pratiques scandaleuses des »riches arabes « ( ?) qui avaient regardé leurs frères africains avec mépris et condescendance. Le comportement de ces Arabes était identique à celui de l’Occident , de l’Amérique à l’Europe . Nous devons aujourd’hui ( 2010 ndlr) reconnaître cette question, la dénoncer vigoureusement et la placer dans sa véritable dimension .>> Pour cette déclaration @Hamed , des journalistes Arabo-musulmans sous , les directives de leur régimes ont qualifié Muammar Kadhafi , de ».juif"


                • Hamed 9 mars 11:04

                  @Jonas

                  Bonjour Jonas,

                  Je pense, à mon sens, que l’humanité doit aller de l’avant. L’esclavage, la traite négrière, la barbarie passée et la colonisation restent des événements historiques, et par conséquent relèvent de l’histoire.

                  Les générations d’aujourd’hui, et quoique disent les hommes qui n’ont pas vécus ces phénomènes historiques passés, doivent s’en tenir à l’histoire présente. A voir comment a disparu Kadhafi et dans quel état il a laissé son pays. 

                  Il faut aller de l’avant aujourd’hui, et créer un lien entre les peuples, et je crois c’est ce que fait le progrès avec le rapprochement mondialisé et les réseaux sociaux. Donc, il faut être positif et avancer et non reculer. Si un homme ou un groupe d’hommes recule, les peuples avancent inexorablement. Et c’est cela que l’on constate année après année.

                  Voilà, Jonas, et merci pour le post


                • Jonas 9 mars 11:11

                  @Hamed, (2) 
                  Quant a la drogue et l’homosexualité , ils sévissent ; dans les pays musulmans + qu’ailleurs , a cause du patriarcat, de la promiscuité des membres de mêmes familles se tassant les uns contre les autres. d’où les incestes et les crimes d’honneur , sans parler de l’avenir bouché. 

                  C’est une des raisons pour lesquelles , les arabo-musulmans comme musulmans non arabes fuient leur pays pour l’Occident et non pour un pays d’Islam. Tous sans exception désirent , l’Europe , le Canada , l’Australie , les Etats -Unis .etc Ils ne mettent pas en Avant les pays musulmans. 

                  L’homosexualité , parcours tous les pays musulmans , Algérie, Maroc , Tunisie , Irak , Egypte etc ; l’homosexualité« est interdite sous peine de mort dans certains, pays dans d’autres , elle fait partie des moeurs et coutumes du pays . En Afghanistan pays musulman à 99% , la pédophilie est tolérée , le Bacha Bazi, Les femmes sont grillagées , en revanches les riches , peuvent s’offrir des enfants imberbes de 10 à 12 ans » la danse des enfants afghans. L’islam et la pédophilie font bon ménage dans ce pays. 

                  Pour la drogue , les trois grands pays producteurs de cannabis , sont l’Afghanistan , le Maroc et le Pakistan , partout où j’ai pu me rendre dans les pays arabo-musulmans , la drogue est présente. C’est le seul dérivatif de la jeunesse dans ces pays. Même la République islamique d’Iran malgré ses nombreuses milices et les polices des meurs, le pays compte le plus d’héroïmanes et d’opiomanes , plus de 2 millions. 
                  Mon cher Hamed, revoyez vos fiches , sur l’esclavage, la drogue et l’homosexualité dans les pays arabo-musulmans et musulmans non arabes. Vous êtes en retard. 

                  Quant à ce qui se passe en Algérie , je vous laisse écouter , les personnes interviewées , sur leur situation économique et politique. « Les bouches s’ouvrent ». Vous qui vantez le régime Boutéflika depuis des décennies. 


                • Hamed 9 mars 12:11

                  @Jonas

                  Je pense, mon cher Jonas, que vous voulez faire patte blanche à l’Occident et patte noire au monde musulman. Et ces deux monde sont différent. Si ce que vous dîtes en matière de drogue, d’homosexualité, en partie vraies, il demeure que ces pays sont dans le chemin de l’espoir.

                  Si mœurs négatives sur ce que j’ai mentionné supra, ceci se fait parce qu’il y a retard dans l’évolution, par conséquent, il faut labourer, labourer, labourer, sans cesse. Et ces pays sont dans la voie de l’espoir.

                  L’Occident ne s’est pas fait tout seul ? N’est pas sorti de la Terre par une baguette magique comme monde avancé. Il a subi les affres de l’histoire. Guerres et révolutions avec des centaines de millions de morts au cours des siècles, les deux grandes guerres dernières avec la grippe espagnole ont fait plus de 100 millions de morts.

                  L’Occident est arrivé, mais lui aussi est confronté à l’angoisse et le désespoir. La drogue dure, un système politique policé, programmé, l’homosexualité libéré avec le mariage pour tous, la cellule familiale éclatée. Les peuples ne peuvent se soulever au péril de perdre un œil. On ne les tue pas, on les bastonne. 

                  Les peuples d’Afrique, on ne les bastonne pas, on les tue, on les torture. Ainsi va l’Occident, et le reste du monde. Au final, personne n’est gagnant, ils ne seront gagnants que plus tard au fur et à mesure que l’histoire se fait, au fur et à mesure qu l’histoire avance.

                  Qu’aurait vous dit des Arabo-musulmans si vous avez vécu en 1936, 1937, 1938, 1939, ils étaient enchaînés, et les Juifs pourchassés, vivants dans les ghettos, et faisant objet de pogroms haineux, Mais c’est ainsi que va le monde. Le monde depuis a changé. Les rapports de forces ont changé. Les peuples ont commencé à s’imposer.

                  Je sais que vous ne serez pas satisfait de ces mots mais si votre pensée est plus ou moins ce qu’elle est, et qu’elle vous enchante à dire ce que vous vouliez entendre, libre à elle qu’elle vous enchante puisque vous la vouliez en tant que tel Jonas vous êtes. On a beau vous dire que 1+1 égale 2, vous trouvez toujours à dire pourquoi un peuple et un autre peuple que l’on additionne font deux peuples, vous trouverez toujours à dire cela ne fait pas deux peuples. Qui est fautif ? Jonas ? Ou sa pensée ? Mais Jonas sans sa pensée n’est pas Jonas, et sa pensée sans Jonas n’est pas sa pensée.

                  Voilà, Jonas, je ne peux vous dire plus. Laissez à une autre analyse vos commentaires.

                  Heureux de vous avoir lu.


                • Jonas 9 mars 18:18

                  @Hamed
                  Vous faites de la philosophie à bon compte. Vous avez entamé votre litanie sur l’Occident son esclavage et sa colonisation, en occultant , le rôle premier dans ces domaines des pays arabo-musulmans. Dont les manuels scolaires de vos pays ne traitent jamais. je vous ai montré par des faits et des citations que , si la traitre négrière est occidentale , l’esclavage est arabo-musulman. Ayez le courage de le reconnaître comme l’ont fait votre compatriote l’écrivain Rachid Boudjedra et votre coreligionnaire ,l’ancien leader de Libye Muammar Kadhafi. 
                   
                  << Ceux qui ne peuvent se souvenir du passé sont condamnés à le répéter et a commettre les mêmes erreurs.>> le philosophe américain , George Santayana.

                  Les nombreux conflits , guerres , coups d’Etat, massacres , violes , esclavage etc , sont courants depuis des décennies dans pays arabo-musulmans et musulmans non arabes. Partition du Pakistan et ses millions de morts pour donner le Bangladesh. La guerre Iran/Irak , Un million de morts , la guerre civile Algérienne , 200 000 morts , celle du Liban , 150 000 morts , sans paler de Syrie , d’Irak , Yemen , Bahrein , Somalie, Soudan et bien d’autres. 

                  L’Occident malgré ses imperfections va de l’avant , , l’Avion, les Trains, la Télévision, les Voitures , les nouvelles technologies , la médecine , l’Espace etc parce qu’il a eu le courage de reconnaître son passé. L’islam stagnera , tant qu’il ne reconnaîtra pas ses crimes passés. En 1400 , il n’a pas produit un seul objet quotidien. Les musulmans sont de simples consommateurs , des produits et de la technologie Occidentale. 


                • Jonas 9 mars 18:52

                  @Hamed
                  Cher Hamed , vous endormez , votre monde , par votre philosophie de Souk, le passé de l’Occident est connu , nos historiens, nos écrivains , géographes , géopoloticiens etc se sont chargés de le décortiquer . Nos Bibliothèques regorgent de leurs livres. Les journalistes de divers bords traitent également ces sujets. 

                  C’est l’islam qui brille par son silence sur son passé. C’est l’islam , qui occulte ses crimes , comme le génocide Arménien ( Empire Ottoman. ) les massacres et violes , lors de la colonisation de l’Inde etc. 
                  tant qu’Algérien , vous connaissez la colonisation française qui s’est étalée sur 130 ans, mais connaissez-vous , celle que votre pays a subi pendant plus de 400 ans par l’Empire Ottoman ? Cet Empire qui a eu sous sa botte tous les pays Arabo-musulmans à ’exception du Maroc. 

                  Les guerres, entre pays occidentaux sont connues, les maladies etc , ce qui compte aujourd’hui , c’est vous arabo-musulmans ,, qu’avez-vous fait de vos indépendances ? Des libertés que vous attendiez une fois cette indépendance 
                   recouvrée ? Pourquoi êtes vous en retard ? Pourquoi la jeunesse de vos pays cherche à fuir ? 

                  Les Juifs certes , vivaient dans les ghettos, parce qu’ils n’avaient pas d’Etat. Aujourd’hui, ils ont un Etat et sont mieux classés et plus en avance que les pays musulmans, 1+1 , ne font pas deux. Les Algériens, Marocains , Tunisiens , Egyptiens ,etc bien que vivants dans des pays indépendants , habitent dans des taudis , insalubres , sans électricités , souvent pas d’eau courante , et trainent de nombreuses maladie en plein début du XXIe siècle. Sans parler de ce fléau qu’est le chômage. 

                  Un homme n’est pas différend d’un autre homme , il est fait comme lui de chaire et de sang. Mais il y a des peuples qui avancent plus vite et plus loin que les autres. La Norvège a découvert le gaz , l’année de l’indépendance de l’Algérie 1962. S’était un pays pauvre , pourquoi , ce pays est aujourd’hui un des plus riches du monde , alors que l’Algérie se débat , dans ses problèmes politiques économiques et sociales ? Là aussi 1+1 , ne font pas deux. 


                • Hamed 9 mars 20:37

                  @Jonas

                  Je vais encore vous répondre. Et je suis obligé d’être direct, et de vous obliger à penser en vous-même. Moi, Hamed, je ne suis qu’un être humain, et j’ai une pensée dont je suis conscient qui me fait écrire des mots parce qu’en moi-même, et dans ma pensée même figure un libre-arbitre, et qui me commande de dire ce qu’il est.

                  Donc, Jonas, n’en voulez pas trop à ces mots que j’estime justes et qui font ressortir que les peuples sont tous égaux devant Dieu.

                  Si vous défendez l’Occident, moi aussi je le défends à sa juste valeur puisque j’y ai vécu, assez longtemps, j’ai étudié en Occident, j’ai pu sentir l’essence de l’Occident, sa richesse, et tant de choses. 

                  On m’a même aimé pour ce que je suis, et j’ai été sidéré que combien d’affection existe en les peuples européens. Mais aussi combien il existe d’affection, de richesses, en les peuples arabes et d’une manière générale musulman, et combien il y a des richesses dans le peuple juif, et combien d’humilité en eux. Ces peuples ne regardent pas dans leur quotidien, ce peuple est avancé, ce peuple est en retard. Chaque peuple existe dans la terre que lui a octroyé Dieu.

                  Et tout cela, vous ne le comprenez pas Jonas, et si vous le comprenez, je crois qu’il y a quelque chose en vous qui est «  schizophrène  ».

                  A suivre


                • Hamed 9 mars 20:39

                  @Jonas

                  Je sais que cela ne vous plairait que je vous dise ceci, mais vous ne me laissez pas le choix. Aussi, voyez en vous-même. Je ne dis pas que vous êtes fou. Mais il existe la folie douce. 

                  Voilà, Jonas, réveillez-vous, lutter contre vous-même. Je ne peux vous dire plus. Merci pour l’intérêt que vous portez à mon analyse même si elle vous chiffonne.Voilà une image qui est très suggestive

                  Heureux de vous avoir lu


                • Jonas 10 mars 11:52

                  @Hamed
                  Bonjour Hamed. 
                  Vous ne pouvez pas parler de -libre-arbitre , puisque vous avez besoin de vous appuyer sur Dieu. C’est Dieu qui vous guide, c’est Dieu qui vous insuffle vos réflexions et vos agissements , si je comprends votre réponse.

                  Vous n’avez pas d’autonomie personnelle, ni de démarche personnelle, puisque tout est guidé de l’a-haut. C ’est là notre désaccord. Car , moi, Jonas, je pense que l’homme est libre et responsable de ses actes et n’a pas besoin de béquilles. 
                  Je vous souhaite une bonne journée et une heureuse décision , pour l’Algérie et son peuple. On peut ne pas croire en Dieu et vouloir le bonheur de son frère humain. 
                   

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Hamed


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès