• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Rabat exige de Madrid de pratiquer un franc-jeu

Rabat exige de Madrid de pratiquer un franc-jeu

Un certain 21 Avril 2021, un soi-disant citoyen algérien nommé Mohamed Ben Battouche a été admis à l’hôpital San Pedro Logroño, près de Saragosse dans un état avancé d’atteinte au Covid 19. Moins d’une semaine après les services de renseignements marocains ont appris que le malade hospitalisé n’était autre que le chef du Polisario Brahim Ghali, entré en Espagne à bord d’un avion militaire algérien et avec un faux passeport.

 Ni les services de douane ni ceux de la police espagnole n’ont eu la possibilité de contrôler l’identité du malade, reçu en tant que personnalité officielle avec l’aval de hauts responsables de l’Etat espagnol dont la ministre de Affaires étrangères. La nouvelle s’est vite répandue dans le pays, au Maroc et à travers le monde.

  Rabat a immédiatement et violemment réagi à l’admission du chef du Polisario, une organisation en ‘’guerre’’ contre le Maroc et à l’accueil d’une personne qui fait l’objet de plaintes pour des faits graves contre des sahraouis et des personnes étrangères (viols, assassinats, détentions arbitraires, actes de violence et de torsion)

 CE N’EST LA QU’UN RAPPEL DES FAITS

  L’Espagne va se trouver à partir de là dans une confrontation ouverte avec son voisin du Sud et avec un grand nombre de personnes qui veulent que la Justice se saisisse du dossier de Brahim Ghali impliqué dans des affaires pénales et criminelles très graves. Le gouvernement de Pedro Sanchez ne savait plus quelle décision prendre pour sortir de ce bourbier

 Le Maroc avait déjà un dossier bien chargé contre les gouvernants de Madrid auxquels il reproche notamment

* de manigancer derrière son dos avec les militaires d’Alger et les dirigeants du Polisario

* de s’être élevé contre Washington après l’annonce de la reconnaissance de la marocanité du Sahara par les USA

  * Les activités de producteurs espagnols de fruits et légumes qui ne cessent de faire obstacle aux exportations des produits marocains vers l’Europe : interception des camions, mise à terre de leurs chargements, mensonges sur la qualité des tomates marocaines, intervention auprès des instances européennes pour limiter l’importation de ce légume

  * La tenue à Madrid d’une manifestation organisée par des organisations et citoyens espagnols hostiles au Maroc mais attribuées au Polisario pour soi-disant appuyer la thèse du droit l’autodétermination du peuple sahraoui

 * Tout récemment une rue à Saragosse a été baptisée au nom du Polisario et ce, au lendemain de l’hospitalisation de Brahim Ghali dans cette ville : une injure envers le Maroc et une vexation qui dégage une senteur de chauvinisme et de racisme encore enraciné dans l’esprit des certaines couches espagnoles.

  Ce sont là autant de provocations et de gestes hostiles au Maroc. Pendant ce temps Madrid déclare solennellement vouloir entretenir de relations normales avec son voisin du Sud. Ce n’est pas sérieux. En réalité l’Espagne ne veut en aucun cas que le Maroc devienne une puissance régionale militaire et économique, par crainte de le voir la gêner et la dépasser sur les plans militaire et économique. Le Maroc est devenu, en effet, une menace pour l’économie de l’Espagne avec ses fruits et légumes, de très bonne qualité, offerts à des prix imbattables, défiant toute concurrence. 

 

 L’Etat ibérique s’est donc mis dans la tête que le seul moyen de retarder le développement du Maroc, de l’empêcher de prendre de l’ampleur, est de lui mettre les bâtons dans les roues afin DE L’ENLISER POUR LONTEMPS ENCORE, dans cette affaire du Sahara. L’Espagne affirme vouloir se remettre aux Nations Unies, seul organe qualifié pour la recherche d’une solution au problème du Sahara. Mais alors dans ce cas, pourquoi donner la main aux ennemis du Royaume chérifien à savoir l’Algérie et le Polisario ? Pourquoi sortir de ses gonds chaque fois que le Maroc prend une avance sur ce dossier ? Disons le franchement, Madrid doit pratiquer un franc-jeu et s’abstenir désormais de se mettre dans des situations ambiguës que le Maroc ne veut plus admettre de la part d’un pays considéré comme un partenaire dans un grand nombre de domaines.  

 


Moyenne des avis sur cet article :  1.63/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Opposition contrôlée Opposition contrôlée 1er juillet 14:11

    Vous avez oublié la partie croustillante de l’Histoire, quand en 2021, le très digne narco-Royaume chérifien a décidé de balancer à la mer quelques milliers de ses sujets crève-la-dalle pour qu’ils s’échouent à Ceuta, en représaille à l’affaire Ghali... 


    • Gégène Gégène 1er juillet 14:31

      le plus étonnant est que Madrid n’obéisse pas à Washington !


      • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 1er juillet 14:55

        Le Bataclan a été très heureux de l’apport musical marocain .


        • Decouz 1er juillet 17:42

          Cette source espagnole indique que le prédécesseur de Brahim Ghali, Mohamed Abdelaziz, a été soigné et est décédé à la clinique Mayo de Rochester, dans le Minnesota, aux États-Unis, en 2016, sans que le Maroc ne réagisse. 

          « Pourquoi le Maroc n’a-t-il pas protesté d’une manière véhémente auprès de l’administration de Barack Obama comme il le fait aujourd’hui avec l’Espagne ? », se demande-t-il ?

          Pour la simple raison que les États-Unis ne sont pas l’Espagne. Quand le Maroc a voulu récemment faire montre de son mécontentement envers l’administration Biden, qui tarderait, selon lui, à reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara, le très diligent ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a préféré rester coi...Pour la simple raison que les États-Unis ne sont pas l’Espagne. Quand le Maroc a voulu récemment faire montre de son mécontentement envers l’administration Biden, qui tarderait, selon lui, à reconnaître la souveraineté marocaine sur le Sahara, le très diligent ministre des Affaires étrangères, Nasser Bourita, a préféré rester coi...Pas de communiqué ni d’ultimatums comme les deux envoyés récemment à Madrid...Pour interpeller les États-Unis, on a demandé au chef de l’administration pénitentiaire marocaine, Mohamed Saleh Tamek, de publier un texte sur le site Quid.ma : « La dernière réunion du Conseil de sécurité et la position décevante des États-Unis »...

          Une décision qui a déconcerté certains observateurs. Que le geôlier en chef des dures prisons marocaines parle de politique étrangère est une nouveauté au Maroc...Néanmoins, si le gouvernement espagnol a décidé d’accepter de soigner Brahim Ghali, il n’était pas question de le faire à Madrid, Barcelone ou au Pays basque, qui comptent les meilleures infrastructures sanitaires de la péninsule. Ces régions sont trop exposées médiatiquement...

          D’où le choix de Logroño. Et là aussi pour deux raisons. La somnolente capitale de La Rioja, petite mais riche région vinicole, est enclavée et isolée dans le nord de l’Espagne. Et surtout, cette région autonome est gouvernée depuis 2019 par la socialiste Concha Andreu, du même parti que le président Pedro Sánche

          Logroño, cité de 150 000 habitants, était donc le lieu idéal. Mais c’était compter sans le vaste réseau d’espions et de « rapporteurs » de la DGED (Direction générale des études et de la documentation, service marocain dit de contre-espionnage) en Espagne...Une légion bien implantée dans la péninsule Ibérique, comme a pu le constater Ahmed Zefzafi, le père de Nasser Zefzafi, leader du hirak du Rif, lors d’une visite au maire de Cadix, José María González dit « Kichi », en février 2020...Lors de cette rencontre, un agent marocain a réussi à se faufiler parmi les convives jusqu’au bureau du maire pour écouter et filmer en catimini la conversation entre le père Zefzafi et cet édile. Avant qu’il ne soit repéré et identifié.

          https://www.middleeasteye.net/fr/actu-et-enquetes/maroc-polisario-espagne-brahim-ghali-hospitalisation-justice-diplomatie-sahara-occidental


          • Decouz 1er juillet 17:45

            Il y a quelques interrogations sur la position de Biden, il ne veut pas ouvertement aller contre la position de Trump (reconnaissance Israël contre reconnaissance Sahara occidental marocain, mais rien n’indique qu’il suive exactement la même direction).


            • zygzornifle zygzornifle 2 juillet 07:39

              Quel Rabat joie ....


              • buratino buratino 2 juillet 12:18

                Madrid et ses socialistes = franc jeu = MDR. Depuis Zapazero, champions toutes catégories pour critiquer l’attitude de l’Italie envers les migrants pendant que eux les flnguent à Ceuta.


                • zak5 zak5 2 juillet 15:17

                  faut arrêter de nous servir vos salades pourries ou de venir pleurnicher ici...c’est tout simplement bestial (même les bêtes ne le font pas) de se servir de sa propre population, en l’humiliant devant tout le monde, pour faire pression sur un pays. Erdogan n’est pas le bon exemple à suivre, encore que lui marchande les miséreux des autres pays...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité




Palmarès



Publicité