• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > RD Congo - 02 août 1998 : Les crimes de la Deuxième Guerre du Congo et (...)

RD Congo - 02 août 1998 : Les crimes de la Deuxième Guerre du Congo et l’impunité sous Joseph Kabila

« Un peuple qui oublie son passé se condamne à le revivre », disait le Premier ministre britannique Winston Churchill. L’adage convient particulièrement à un pays, le Congo qui, depuis deux décennies, subit les mêmes atrocités, de la part de mêmes bourreaux, faute d’avoir tiré les leçons des crimes commis en 1998, au déclenchement de la Deuxième Guerre du Congo, et auxquels nous consacrons cet article. Pour rappel, le 17 mai 1997, les troupes de l'AFDL, composées essentiellement de l'armée tutsi rwandaise, avec les appuis de l'Ouganda, de l'Angola et des Etats-Unis, entrent triomphalement dans la capitale zaïroise Kinshasa, mettant fin au règne du Maréchal Mobutu. Laurent-Désiré Kabila est le visage de cette épopée dont les acteurs pléniers ne tardent pas à revendiquer les dividendes de leur implication dans l’aventure militaire. Mais le nouveau président réalise assez rapidement qu'il ne peut pas, en même temps, reconstruire son pays et honorer en l’état les engagements pris avec ses partenaires du maquis. Il leur tourne le dos. Sont les plus affectées, les compagnies minières occidentales qui avaient soutenu l'aventure guerrière, avec le Rwanda et l’Ouganda, en échange de contrats léonins. Laurent-Désiré Kabila ne fait pas que tourner le dos à ces accords irréalisables. Il se lance dans la diversification des partenariats en approchant certains États « mal vus » de l’Occident : Chine, Cuba, Libye, Soudan... ce qui lui vaut d'être mis au ban de la « communauté internationale ».

Confronté, par ailleurs, sur le plan interne, à un mécontentement populaire des Congolais dévastés par les exactions auxquelles se livrent les militaires rwandais, et surtout flairant un complot d’assassinat contre sa personne, le nouveau président décide de renvoyer dans leurs pays les militaires rwandais et ougandais, ce qui achève de le couper de ses anciens parrains, devenus "insupportables", selon ses propres mots. Ces derniers réagissent en déclenchant, le 02 août 1998, une guerre particulièrement barbare contre le Congo et sa population, avec des crimes semblables à ce que le monde a découvert avec l'Etat islamique, mais sous la direction de Paul Kagame, l'homme des Américains en Afrique. Bilan : six à dix millions de Congolais et de Congolaises tués (cf. Noam Chomsky). Un demi-million de femmes et petites filles congolaises violées (des bébés-filles de trois mois aux vieilles femmes de 80 ans) par l’armée tutsi rwandaise. C’est ce qu’on appelle le génocide/l’holocauste des Congolais, encore qu’un concept plus approprié reste à trouver. Les Congolais s’accordent sur « Congo génocide » auquel ils consacrent une journée de méditation les 02 août. Devoir de mémoire...

Dimanche 02 août 1998 : Une agression particulièrement barbare

  Le 02 août 1998, les unités de l’armée tutsi rwandaise basées à Goma prennent le contrôle de la ville congolaise de l’Est. Le général Sylvain Buki lit un communiqué sur les ondes de la Radio-télévision nationale congolaise (RTNC) de Goma annonçant le déclenchement d’une mutinerie. Tous les militaires de la 10e Brigade des FAC s’étaient mutinés[1]. La ville est passée sous contrôle des forces fidèles à Kigali sans véritable combat. Elles sont rejointes par des colonnes de plusieurs camions, chargés de militaires lourdement armés, qui franchissent la frontière Gisenyi-Goma tandis qu’une autre colonne se dirige vers Bukavu. Pendant ce temps, à Kinshasa, un millier de soldats rwandais qui s’étaient soustraits à l’opération de rapatriement décrétée par le Gouvernement congolais prennent d’assaut les camps militaires Tshiatshi et Kokolo. À Kisangani, toujours dans cette nuit du 02 au 03 août 1998, un autre groupe de militaires rwandais, qui attendaient le rapatriement pour Kigali, ouvre le feu sur la garnison de la ville. Le 04 août 1998, trois avions civils, les Boeings des compagnies Congo Airlines, Lignes Aériennes Congolaises et Blues Airlines sont détournés au départ de Goma pour atterrir sur la base militaire de Kitona (Bas-Congo) avec des militaires rwandais à bord sous le commandement du général James Kabarebe[2], l’actuel ministre rwandais de la Défense.

La deuxième Guerre du Congo vient de commencer. Elle sera le conflit le plus meurtrier au monde depuis la Seconde Guerre mondiale, avec un bilan astronomique de six millions de morts. Les parrains de Laurent-Désiré Kabila (Américains, Rwandais et Ougandais) vont lui faire subir le même sort que Mobutu, exactement comme ce dernier l’avait prévenu.

Pour rappel, quinze mois auparavant, sur le navire sud-africain l’Outeniqua, Mobutu avait prévenu Kabila : « les gens qui se servent de vous pour m’humilier, je les connais et je sais ce que j’ai fait pour eux. Ils vous feront subir le même sort que moi ». Le Maréchal pensait aux Tutsi rwandais qu’il avait accueillis au Zaire dans les années 60-70, protégés, "enrichis" et même envoyés dans des universités européennes et américaines avec des bourses du gouvernement zaïrois et qui, en ce moment, dans l'AFDL, avaient pris les armes contre lui. Des ingrats. Il parlait aussi des ingrats américains à qui il avait fourni, tout au long de la Guerre Froide, l’uranium et le cobalt congolais (le Congo était le premier exportateur de l'uranium et du cobalt vers les pays de l'OTAN). Sans l’uranium (ogives nucléaire) et le cobalt congolais (balises de missiles), les puissances occidentales n’auraient jamais remporté la bataille de l’équilibre de la terreur nucléaire devant l’Union soviétique. Les Russes ont toujours regretté de ne pas avoir réussi à prendre le contrôle du Congo. Mais en ces années 1990, le peuple congolais se faisait payer en monnaie de singe. Kisangani tombe le 23 août 1998, Shabunda le 11 septembre, Isiro le 22 septembre. La guerre continue simultanément dans la province de l’Équateur où l’Ouganda, sous couvert du MLC, s’empare des villes les unes après les autres. En moins de deux mois, près de 40 % du pays sont passés sous contrôle des troupes rwando-ougandaises. Mais cette guerre débute de la pire des manières. C’est une série de boucheries auxquelles se livrent les agresseurs contre la population congolaise avec une frénésie qui rappelle l’extermination des réfugiés hutu un an auparavant.

Le début d’un holocauste

Sur le front Est, après la reprise de Goma, l’armée tutsi rwandaise s’empare de Bukavu dans des conditions atroces. Le 3 août 1998, des officiers loyalistes (plus de 72 officiers et des centaines de militaires congolais) sont massacrés à l’Aéroport national de Kavumu (Bukavu). Plusieurs noms d’officiers rwandais seront cités pour leur participation à ce massacre, dont les commandants Ruvusha et Obed Rwabasira[3].

Le 24 août, à la suite d’une attaque la veille menée par des résistants locaux, l’armée rwandaise se déchaîne littéralement sur la population du Sud-Kivu. Plus d’un millier de civils, dont des femmes, des enfants et des bébés dans les villages de Kilungutwe, Kalama et Kasika, dans le Territoire de Mwenga, sont tués de façon particulièrement cruelle. Avant d’être tuées, les femmes sont violées, torturées et mutilées à leurs organes génitaux. De nombreux corps d’enfants et de bébés sont jetés dans des latrines. Les agresseurs entraient dans des maisons d’habitation et achevaient les occupants à l’arme blanche. Certaines familles qui s’étaient terrées dans leurs habitations sont mortes calcinées, le feu ayant été mis sur les toitures. Personne ne fut épargné, même pas l’autorité coutumière et l’Église catholique. Le chef coutumier Mwami François Naluindi Mubeza III fut tué non loin de la paroisse de Kasika. Son cœur fut extrait de son thorax et sa tête coupée. Sa femme, Yvette Nyange Mukulumanya, enceinte, fut tuée à coups de machette. Elle fut ensuite éventrée. Le fœtus extrait de son ventre fut découpé en morceaux. Dans la maison du Mwami on dénombra 26 corps nus gisant à même le sol. Une femme tuée avait un gros bâton enfoncé dans le sexe. Des enfants, tenus par les pieds, avaient été tués la tête fracassée contre les murs ; beaucoup furent jetés dans des latrines[4]. Quarante-trois corps furent découverts après le départ des forces rwandaises. À Kalama, une localité proche, 95 corps calcinés furent retrouvés dans des maisons après le départ des forces tutsi rwandaises[5].

L’Abbé économe de la Paroisse de Kasika, Stanislas Wabula Kombe, ainsi que des religieux et des religieuses catholiques subirent le même traitement. Les uns furent exécutés à coups de baïonnette, les autres à coups de machettes[6]. Les organisations humanitaires avancèrent un bilan provisoire de 1.200 civils tués[7]. Le décompte provisoire révélé par les témoignages des rescapés religieux, confirmé par le C.I.C.R., fit état au bout de l’opération, de 1.200 tués, sans compter ceux dont les corps furent retrouvés plus tard, au fur et à mesure des recherches, dans les buissons. Ces massacres ont particulièrement affecté une tribu locale : les Banyindu. Sur une population de 19.000 personnes, 1.200 avaient été tuées[8].

La destruction des populations congolaises va se poursuivre avec, en plus, le recours à un procédé d’élimination bien particulier à l’armée tutsi rwandaise[9], à savoir « rassembler la population » en promettant des vivres ou une communication importante, « la rassurer », puis « la massacrer » sans laisser de survivant[10]. Ça s’appelle « appâter et tuer »[11], une pratique déjà utilisée durant la Première Guerre du Congo. Ainsi, à Kilungutwe, les forces rwandaises organisèrent un rassemblement de la population sur la place centrale puis ouvrirent le feu dans le tas. Bilan 173 civils tués. Par la suite, elles demandèrent aux habitants de se regrouper à 50 par maison puis les massacrèrent. Un trajet de 60 kilomètres (entre Kasika et Kilungutwe) était jonché de cadavres[12]. Dans son livre blanc paru en 2001, le Ministère congolais des droits humains cite les noms des responsables de ces massacres. « Les auteurs, co-auteurs et commanditaires de ces barbaries sont connus, à savoir respectivement : les Commandants (Afande) Muhire[13], Mukarayi […] et le Commandant Machumu […] Quant à Monsieur Benjamin Serukiza, Vice-Gouverneur du Sud-Kivu, il est cité comme commanditaire […] en raison de la réunion de sécurité de la province organisée et présidée par lui […] »[14]. Un autre officier de l’armée rwandaise, le Commandant Muheto, dit « Shetani », est cité pour avoir mené du 13 au 15 septembre 1998 l’opération dite « Mwenga propre ». Elle avait consisté à une série de carnages dans les localités de Kalole, Busawa et Bulinzi en Territoire de Mwenga, Sud-Kivu. Bilan : 115 habitants tués. Les troupes rwandaises se déchaînèrent sur les populations d’autres localités : Sawa, Burhinyi, Lulingu, Kigulube, Mboko, Makobola, Nindja, Idjwi.

Attentat contre un avion et enterrement de femmes vivantes

Le 9 octobre 1998, un Boeing 727 de la compagnie Congo Airlines est abattu par un commando de l’armée tutsi rwandaise sous couvert du RCD (l’ancêtre du M23). L’aéronef est abattu au-dessus de la ville de Kindu par des missiles Sam 7, le même type de missiles utilisés dans l’attentat contre l’avion du président rwandais Juvénal Habyarimana[15]. L’affaire a rebondi devant la justice belge en juillet 2017 et embarrassé le ministre congolais de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba[16], ancien cadre du RCD, le mouvement derrière lequel opéraient les hommes de Kagame en 1998-2003. L’avion évacuait vers Kinshasa 37 femmes et enfants[17]. Tous les passagers et membres d’équipage furent tués. À la fin de cette année-là les violences franchissent un nouveau seuil avec le massacre de Makobola. Du 30 décembre 1998 au 2 janvier 1999, les agresseurs rwandais massacrent plus de 800 personnes dans les localités de Makobola II, Bangwe, Katuta, Mikunga et Kashekezi, dans le Territoire de Fizi, à 24 kilomètres au sud d’Uvira. Un grand nombre de femmes et d’enfants, de volontaires de la Croix-Rouge et de responsables religieux figurent au nombre des victimes. Certaines des victimes sont mortes brûlées vives dans des maisons incendiées[18].

Ces atrocités se poursuivent tout au long de l’occupation rwando-ougandaise avec, parfois, des actes qui dépassent l’entendement. L’un d’eux fait l’objet des commémorations chaque année dans le Sud-Kivu. Du 15 au 22 novembre 1999, les forces d’occupation plongent la ville de Mwenga dans l’effroi. Quinze femmes, accusées de collaborer avec la résistance locale, sont enterrées vivantes. Les victimes avaient préalablement subi des traitements inhumains : promenées nues dans la ville, violées, pour certaines avec des bâtons, et soumises à des traitements cruels consistant notamment à introduire du piment dans leurs organes génitaux[19].

Ces actes d’extrême cruauté permettent aux forces d’agression rwando-ougandaises de s’emparer de vastes territoires mais, en même temps, les privent du soutien populaire, ce qui n’est pas le cas de Laurent-Désiré Kabila.

La résistance de Kinshasa

En effet, pour revenir au déclenchement de la Deuxième Guerre du Congo, le front ouest n’a pas connu de « succès ». Le général James Kabarebe, qui avait détourné à Goma des avions de transport civil et déposé des troupes, par plusieurs rotations, dans la province du Bas-Congo, escomptait une opération éclair sur Kinshasa. Laurent-Désiré Kabila parvint à mobiliser la population et à s’octroyer les services de ses nouveaux alliés. L’Angola, la Namibie et le Zimbabwe dépêchèrent des troupes à Kinshasa. Écrasés dans le Bas-Congo par les forces angolaises, les maquisards rwando-ougandais s’infiltrèrent dans plusieurs quartiers de la capitale. Les quartiers de Kimbanseke, Masina et N’Djili étaient particulièrement infestés. Mais les habitants, excédés par les coupures d’électricité du Barrage d’Inga et galvanisés par un patriotisme intrépide, débusquèrent les agresseurs à main nues. Nombreux furent lynchés.

La colère était palpable. Pendant des semaines, les agresseurs avaient plongé la capitale Kinshasa dans un profond désarroi en arrêtant les turbines du barrage d’Inga, privant la capitale et une bonne partie de la province du Bas-Congo de leur principale source d’électricité, et entraînant la mort des enfants et des malades dans les hôpitaux[20].

La Deuxième Guerre du Congo s’est poursuivie avec son lot de massacres et autres atrocités innommables jusqu’à la signature, en 2002-2003, en Afrique du Sud, d’un accord de partage du pouvoir dont les institutions actuelles de Kinshasa tirent leur légitimité. Entretemps, le 16 janvier 2001, le président Laurent-Désiré Kabila avait été assassiné dans son Palais de Kinshasa. Il devenait le quatrième président de l’Afrique des Grands Lacs à être assassiné en l’espace d’une décennie seulement[21]. Il avait préalablement fait l’objet d’une campagne médiatique et diplomatique assez odieuse consistant à le présenter systématiquement comme le principal « obstacle à la paix ». Depuis, les forces fidèles à son ennemi juré, Paul Kagame, sont revenues en masse au Congo et contrôlent pratiquement tous les rouages de l’appareil d’Etat congolais, avec la complicité active de « son fils », Joseph Kabila. Pourtant, la paix n’est toujours pas là et la situation sécuritaire de la RDC n’a jamais été aussi catastrophique. Après le massacre des officiers loyalistes à Bukavu, le 3 août 1998, quasiment toutes les villes et localités où furent déployées les forces rwandaises (ou liées au pouvoir de Kigali), sous divers masques (RCD, CNDP, M23, voire FARDC) ont été endeuillées par des massacres, devenus une pratique banale au Congo, Beni et le Grand Kasai étant les exemples les plus récents. Cette banalisation de la mort a récemment provoqué l’indignation d’un député européen[22], ce qui, en même temps, pose la question du grand silence international sur l’extermination des Congolais, depuis maintenant deux décennies. Ces tueries des Congolais sont non seulement passées pour être des « pratiques banales », voire « normales », mais surtout, des crimes dont les victimes n’ont pratiquement aucune possibilité d’obtenir justice, leurs bourreaux étant solidement protégés par un Etat ouvertement en guerre contre sa propre population.

Conclusion 

Parmi les raisons pour lesquelles les Congolais sont si nombreux à réclamer la fin du régime de Joseph Kabila, il y a cette chape de plomb sur les crimes de masse. Aucun magistrat congolais ne peut oser hasarder son petit doigt sur les crimes de la Deuxième Guerre du Congo, le conflit le plus meurtrier au monde depuis la Seconde Guerre mondiale. Bien entendu, aucune famille congolaise, comptant des victimes de ces atrocités ne peut espérer obtenir justice au Congo. Les individus qui devaient être arrêtés et traduits en justice, déjà depuis la Première Guerre du Congo, se sont vus gratifiés par des nominations à des postes qui les mettent à l’abri des ennuis judiciaires. Le scandale déclenché par l’ouverture, devant la justice belge, d’un dossier judiciaire pour crime de terrorisme contre le ministre congolais de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, illustre à quel point, l’Etat congolais s’est enfermé dans la culture des crimes contre l’humanité et l’impunité qui va avec au fil des choix cyniques à l’occasion des nominations aux postes ministériels. 

 

Boniface MUSAVULI

Boniface Musavuli est analyste politique et militant des droits de l’homme. Il est le coordonnateur du Think Tank DESC-Wondo spécialisé dans l’analyse des questions militaires et sécuritaires au Congo. Il vient de publier « Les Massacres de Beni – Kabila, le Rwanda et les faux islamistes », achetez le livre sur https://www.amazon.fr/dp/152170399X

 

[1] Rapport Mapping 2010, p. 175, § 340.

[2] La supervision des opérations est assurée par des conseillers militaires noirs américains, membres des Forces spéciales, qui ont installé sur l’île d’Idjwi, sur le lac Kivu, un centre de commandement. Deux navires américains, avec 3.500 hommes à bord, ont pris position dans l’Atlantique, au large du port de Banana, pour procéder aux écoutes radios et assurer les communications des troupes d’agression. Cf. Patrick Mbeko, Honoré Ngbanda, Stratégie du chaos et du mensonge, Québec, Éd. de l’Érablière, 2014. p. 356.

[3] Rapport Mapping 2010, op. cit., p. 180 ; Ministère des droits humains de la RDC, « Livre Blanc : La guerre d’agression en RDC. Trois ans de massacres et de génocide à huis clos », octobre 2001, p. 4.

[4] Ibidem.

[5] Le RCD (Rassemblement Congolais pour la Démocratie) est le nom que prend l’agression dont se charge le Rwanda pour avoir les apparences d’une « rébellion congolaise ». L’agression ougandaise, quant à elle, prend le nom de MLC (Mouvement de Libération du Congo). Plus tard, le RCD connaîtra des dissensions internes et se fractionnera en deux groupes, puis en trois, l’un d’obédience rwandaise et deux d’obédience ougandaise.

[6] Ministère des droits humains de la RDC, « Livre Blanc », op. cit., p. 11.

[7] CADDHOM, Rapport sur 50 jours sous régime d’occupation et rebelle au Kivu (2 août 1998 – 23 septembre 1998) inédit, septembre 1998.

[8] A. Bulambo, Mourir au Kivu, du génocide tutsi aux massacres dans l’Est du Congo RCD, Paris, L’Harmattan, 2001, pp. 36-37.

[9] Le procédé (non revendiqué, mais confirmé par les faits). Il consiste à massacrer les habitants d’une localité donnée, après les avoir attirés à un rassemblement en évoquant un motif banal ou d’intérêt vital (communication officielle, distribution des vivres, présentation de nouvelles autorités,…). L’enjeu consiste à éliminer la totalité des personnes attirées au rassemblement. Mais il y a parfois des survivants.

[10] Les « tueurs Tutsi » utilisent souvent le feu pour effacer les traces. L’expression « tueur tutsi » est employée dans l’ouvrage de Charles Onana pour désigner les escadrons de la mort en mission au Congo pour le régime de Kigali. Cf. C. Onana, Ces tueurs tutsi. Au cœur de la tragédie congolaise, Paris, Éd. Duboiris, 2009.

[11] « À leur entrée dans une localité, ils ordonnaient à la population de se rassembler pour les motifs les plus divers. Une fois regroupés, les civils étaient ligotés et exécutés […] », Rapport Mapping 2010, p. 125, § 273.

[12] « Requête introductive d’instance à la Cour internationale de Justice de la RDC contre le Rwanda » du 28 mai 2002, p. 5.

[13] Le commandant François Muhire Sebasonza a été cité dans une enquête de Radio France Internationale (RFI), comme étant l’un des principaux massacreurs du Kasai où deux experts de l’ONU ont été tués le 12 mars 2017.

[14] Ministère des droits humains de la RDC, « Livre Blanc sur les violations massives des droits de l’homme et des règles de base du droit international humanitaire par les pays agresseurs (Ouganda, Rwanda, Burundi) à l’Est de la République Démocratique du Congo couvrant la période du 02 août 1998 au 05 novembre 1998 », décembre 1998  », p. 11.

[15] Pierre Péan, Carnages, op.cit., p. 393.

[17] Ministère des droits humains de la RDC, « Livre Blanc », op. cit., p. 18.

[18] Rapport Mapping 2010, op. cit., p. 185.

[19] Ibidem, p. 188. « Requête introductive d’instance à la Cour internationale de Justice de la RDC contre le Rwanda » du 28 mai 2002, p. 5.

[20] Rapport sur la situation des droits de l’homme dans la RDC (E/CN.4/1999/31) ; CICR, communiqués de presse, 19, 28 août et 9 septembre 1998.

[21] Melchior Ndadaye du Burundi (21 octobre 1993), Cyprien Ntaryamira du Burundi (06 avril 1994), Juvénal Habyarimana du Rwanda (06 avril 1994) et Laurent-Désiré Kabila (16 janvier 2001).

Documents joints à cet article

RD Congo - 02 août 1998 : Les crimes de la Deuxième Guerre du Congo et l'impunité sous Joseph Kabila RD Congo - 02 août 1998 : Les crimes de la Deuxième Guerre du Congo et l'impunité sous Joseph Kabila RD Congo - 02 août 1998 : Les crimes de la Deuxième Guerre du Congo et l'impunité sous Joseph Kabila

Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • Joss Mandale Joss Mandale 4 août 21:33

    Merci à l’auteur pour ces informations. Un silence effectivement assourdissant en occident...


    • Oceane 4 août 22:28

      @Joss Mandale

      Que les Africains règlent leurs problèmes ou disparaissent.


    • Oceane 4 août 22:32

      @Joss Mandale

      Que les Africains règlent leurs problèmes ou disparaissent. « L’Afrique sans les Africains » n’est pas une simple « provocation » et encore moins un trait d’humour.


    • Joss Mandale Joss Mandale 4 août 22:56

      @Oceane

      Bonsoir, je préfère la version longue de votre commentaire et je crois comprendre parfaitement ce que vous voulez dire.

      L’auteur me corrigera peut être mais outre le cobalt et l’uranium, le coltan présent dans cette region est également un enjeu économique considérable.

      L’un des composants essentiels des smartphones et des Playstations... Son exploitation est une catastrophe tant sur le plan humain qu’écologique.

      Alors effectivement l’Afrique sans les Africains...


    • Oceane 4 août 22:26

      Merci pour ce si long et instructif article.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès