• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Régimes spécifiques, militaires, policiers, marins... Attention à (...)

Régimes spécifiques, militaires, policiers, marins... Attention à l’arnaque

1- La retraite de base des salariés du privé, situation actuelle. 2- L’arnaque des régimes spécifiques avec le régime par points. 3 - Alors qui seront les cocus ? 4 - Récapitulons. Où est l’entourloupe ?

La retraite de base des salariés du privé, situation actuelle.

 

Le taux des cotisations salarié-employeur suivant divers plafonds fluctue entre 25 et 30 % dont 17,8% maximum pour les retraites, plus, de 7 à 21% pour les complémentaires obligatoires Agirc-Arrco selon deux tranches.

La pension maximale de base versée au titre du régime général s’élève à 50% du plafond de 3 880 euros brut, soit 1 940 euros brut.

Pour les gros salaires au-dessus de de 3 880 euros brut les cotisations ne servent plus au calcul de leur pension* et sont utilisées pour la solidarité :

  • Trimestres accordés aux mères par enfant (8 trimestres par enfant avant 2004) ;
  • Trimestres accordés aux chômeurs indemnisés et non indemnisés ;
  • En compensation pour les agriculteurs, certains artisans ;
  • Pour les pensions de réversion ;
  • Pour les régimes en difficulté à cause de la démographie comme les charbonnages où il n’y a plus d’actifs, toutes les mines ayant été abandonnées ;
  • Les carrières longues ;
  • Etc.

* contrairement à ce qu’a affirmé madame Sibeth Ndiyae, porte-parole du gouvernement, sur France Inter le 12 décembre 2019.

 

Mais ne croyez pas que c’est ce qui provoque les déficits. Le Conseil d’Orientation des Retraites a démontré que ceux-ci résultaient de la faiblesse des recettes à cause des exonérations, du chômage, des suppressions de postes de fonctionnaires, etc., autant de cotisations qui ne rentrent pas.

Pour une fois on prend un peu aux plus aisés pour aider les moins fortunés et cela n’a ruiné ni les riches ni la France.

Ambroise Croizat qui a instauré la sécurité sociale était un militant communiste français.

 

Les gros salaires cotisent beaucoup plus pour leur complémentaire pour atteindre au final le même taux de remplacement d’environ 75% que les autres salariés du privé ou les fonctionnaires pour une carrière complète.

En calculant le salaire de référence sur les 25 meilleures années on élimine les 18 plus mauvaises années et parfois en début ou fin de carrière des très mauvaises années.

 

 L’arnaque des régimes spécifiques avec le régime par points.

 

Les marins pourront partir à 55 ans, les policiers de terrain ou de bureaux (métier dangereux) à 57 ans, les navigants de l’aviation civile à 60 ans, etc.

En cotisant jusqu’à 55, 57, 60 ans ces salariés acquerront moins de points que s’ils avaient cotisé jusqu’à 62 ans, âge légal de départ à la retraite et plus encore jusqu’à 64 ans âge pivot pour le moment maintenu.

Donc dans le régime par points leur pension sera inférieure même si on leur a promis le taux plein. Le taux plein qui ne veut plus rien dire dans un régime par points.

Ou alors, le gouvernement prévoit de compenser la perte de points non cotisés. Comme pour les enseignants (on parle de 10 milliards nécessaires), les retraites inférieures à 85% du SMIC pour une carrière complète et tous les autres régimes spécifiques, la pénibilité, les carrières hachées, plein d’autres cas particuliers.

Où prendra-t-il l’argent ?

 

Trois possibilités.

 

Sur le total des cotisations de tous les travailleurs français, il prélèvera le montant nécessaire à cette solidarité faisant ainsi baisser la valeur du point de tous qui ne correspondra plus aux cotisations payées. Plus de 1 euro cotisé égale 1 euro reçu, alors ?

Ça c’est de la réforme plus juste ! Les pauvres comme les riches mettront la main au porte-monnaie. Pas de jaloux.

 

Soit il fiscalisera la solidarité en créant de nouveaux impôts ou en augmentant ceux payés par tous, genre CSG et RDS. Tout aussi juste que précédemment.

 

Soit, il compte faire beaucoup d’économies sur les pensions payées grâce au régime par points, le conseil européen les a évaluées à 5 milliards par an, qu’il affecterait à la solidarité. Déjà, il faut 10 milliards pour les enseignants. De plus rien ne garantit que cette manne ne fonde pas comme neige au soleil ou qu’elle puisse être détournée comme le fut la vignette automobile d’autrefois censée subvenir aux besoins des vieux.

 

 Alors qui seront les cocus ?

 

S’ils ne bénéficient pas des compensations nécessaires, les bénéficiaires des régimes spécifiques qui ne sont pas des régimes spéciaux puisque ceux-ci ont été supprimés. Faut suivre !

 

Si on intègre la solidarité dans le calcul de la valeur du point celle-ci baissera pour tous, pauvres, classes moyennes ou mieux loties, et tout le monde y perdra. Plus juste on vous répète.

Tout le monde sera perdant dans le cas où tous ces trous dans cette réforme des retraites seraient comblés, soit sur la valeur du point, soit par l’impôt.

 

Récapitulons. Où est l’entourloupe ?

 

L’âge légal de départ à la retraite peut-être « maintenu » à 60 ans, 57 ans, 55 ans, 42 ans, si, si, pour les danseurs du ballet de l’Opéra, par les rusés ministres négociateurs ouverts, leur main tendue, parce que ce qui compte dans le régime par points c’est le nombre de points acquis. L’âge légal de départ à la retraite n’influence pas le montant de la pension.

Le nombre de points acquis : est-il suffisant pour avoir une pension correcte ? Oui, alors je prends ma retraite. Non, alors je continue à travailler même au-delà de l’âge légal de départ à la retraite généreusement maintenu.

Mais, je continue à travailler, si j’en suis encore capable : les régimes spécifiques sont justement accordés sur la reconnaissance de la difficulté, la dangerosité voire l’impossibilité de continuer dans ces emplois au-delà d’un certain âge. Par exemple le métier de policier dans les bureaux devient trop dangereux à pratiquer à partir de 57 ans, on n’a plus les bons réflexes nécessaires.

 

Plus simplement dit : si vous n’avez pas travaillé assez longtemps pour accumuler un nombre de points suffisants pour obtenir une pension correcte vous ne pourrez pas partir à l’âge légal de départ fixé pour votre régime spécifique !

Après soit disant deux ans de « négociations » qui ont surtout rapporté gros à monsieur Delevoye, Macron fait ouvrir de nouvelles négociations pour la troisième fois. Pour régler les dernières « difficultés » apparues après la présentation du projet par le premier ministre, « ferme mais pas fermé ».

La conclusion de tout ça, c’est que ce gouvernement ne sait pas ce qu’il fait. Il improvise au fur et à mesure qu’il découvre les problèmes, jusqu’à la catastrophe prévisible accompagné par les syndicats dits abusivement réformistes mais pas plus clairvoyants.

Pourquoi abusivement ? Parce qu’ils sont toujours à la remorque de toutes les réformes du pouvoir quel qu’il soit. Eux ils ne réforment rien : alors pourquoi réformistes ?

 

Vous ne croyez pas possible tant d’amateurisme de la part d’un si brillant président « in fine inopérant ».

C’est parce que vous ne savez ni comment ni par qui il a été choisi pour être placé là.

Il a mis un an pour produire un programme électoral, il en fallait un pour être crédible. Celui-ci n’est qu’un compendium d’idées pêchées dans le rapport de la commission Attali, les recommandations du conseil européen et bariolées d’antiques principes de libéralisme économiques à la Bernard Mandeville, XVIIe siècle, premier de cordée, Adam Smith, XVIIIe siècle, ruissellement, Friedrich Hayek, né en 1899, moins d’état. Il avait trouvé original et moderne d’y inscrire ce projet de réforme de retraite à points dont il ne connaissait rien mais revendiqué par la CFDT.

Voilà pourquoi on en est là.

Obstiné, trop infatué de sa personne, malgré le ridicule de cet amateurisme révélé au grand jour, caché derrière le premier ministre, il « veut aller au bout de cette réforme (…) je n’aurai aucune forme de faiblesse ou de complaisance ». (28 octobre 2019, RTL)

Il n’aura « aucune forme de faiblesse ou de complaisance » pour détruire « l'un des meilleurs systèmes de retraite au monde » dixit Cole Stangler correspondant du journal anglais The Guardian, mercredi 4 décembre 2019. Pour appauvrir les futurs retraités.

Oh ! Combien sont stupides les français qui croient ce président, ce gouvernement et ces syndicats collaborateurs, stupides parce que pas informés, stupides parce que pas concernés, stupides parce que ni de droite ni de gauche, stupides parce que pas de politique ou stupides tout court !


Moyenne des avis sur cet article :  3.77/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • samy Levrai samy Levrai 30 décembre 2019 17:12

    Les GOPÉ publiées en 2018 précisaient en particulier que « l’alignement de différents régimes de retraite des secteurs public et privé réduirait de plus de 5 milliards d’euros les dépenses publiques à l’horizon 2022 » et préconisaient en conséquence d’« uniformiser progressivement les règles des différents régimes de retraite ».
    (Source : https://ec.europa.eu/transparency/regdoc/rep/1/2018/FR/COM-2018-409-F1-FR-MAIN-PART-1.PDF )

    Cette recommandation a été reprise à l’identique dans les GOPÉ pour 2019 et 2020 où il est également indiqué que « la réforme prévue du système de retraite pourrait aider à alléger la dette publique ».
    ( Source : https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/file_import/2019-european-semester-country-specific-recommendation-commission-recommendation-france_fr.pdf )


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 décembre 2019 20:38

      Voilà encore nos européistes qui couinent... Fallait voter Asselineau en 2017, au lieu de « voter utile » !Tu parles d’une utilité, de voter encore une fois pour un candidat européiste... !

      Nous serions à cette heure, sortis de l’UE, de l’euro et de l’ OTAN, enfin libres de ne plus appliquer les oukases de la Commission européenne et ses Traités tout pourris.


      • Aimable 31 décembre 2019 14:37

        @Fifi Brind_acier
        De toutes façons , si la finance donne l’ordre au politique de modifier une protection sociale c’est pour en tirer bénéfice .


      • Le421 Le421 1er janvier 09:25

        @Fifi Brind_acier
        Les poules pondraient deux fois plus et comme « Bojo » l’a promis aux anglais, les femmes auraient de plus gros seins !!
         smiley


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 décembre 2019 20:49

        En fin d’année, il est intéressant de faire un petit bilan des deux derniers quinquennats, en matière de réformes, pardon, « de régressions sociales » imposées par Bruxelles et mises en musique par Sarkozy 2007/2012 :


        4 avril 2007 : lancement de la révision générale des politiques publiques (RGPP) qui implique le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux.

        21 août 2007 : instauration d’un service minimum en cas de grève dans les transports.

        21 août 2007 : la loi Tepa (travail, emploi, pouvoir d’achat) prévoit la défiscalisation des heures supplémentaires, allège l’ISF et les droits de succession. Le bouclier fiscal plafonne à 50 % l’imposition des revenus.

        20 août 2008 : réforme des règles de représentativité des syndicats dans les entreprises.

        1er janvier 2009 : création de Pôle emploi, fusion de l’ANPE et de l’Assédic.

        1er juin 2009 : le revenu de solidarité active (RSA), créé par Martin Hirsch, remplace le revenu minimum d’insertion (RMI), moins avantageux que le RMI.

        26 octobre 2010 : l’âge minimum légal de départ en retraite est repoussé de 60 à 62 ans et de 65 à 67 ans pour une retraite sans décote.

        31 décembre 2010 : la réforme de la carte judiciaire est achevée, aboutissant à la suppression de près de 400 tribunaux sur 1 200.

        2012 : le projet de TVA sociale, actuellement en discussion, prévoit de rehausser le taux de TVA normal de 1,6 point, en contrepartie d’un allègement des cotisations sociales des employeurs.


        • titi 31 décembre 2019 13:42

          @Fifi Brind_acier

          Sauf que c’est du vent :

          « non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux. » : jamais appliqué. On a jamais eu autant de fonctionnaires.

          « instauration d’un service minimum en cas de grève dans les transports. » : faux. Ce n’est pas une service minimum mais une obligation de se déclarer pour optimiser au mieux le service. Ce qui était rendu nécessaire par le fait que les syndicats détournaient l’obligation légale de préavis.
          Ce n’est pas un service minimum comme dans les autres pays par exemple.

          Pour les autres mesures elles ont été immédiatement annulées par Hollande dans sa première année de mandat.
          Ce qui a amené au plein emploi, à la fin du déficit à la fin du quinquennat en 2017.

          Ah attendez ? On me dit que non ? 
          Bizarre non ?


        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 30 décembre 2019 21:10

          Réformes du Gouvernement Hollande, 2012/2017, en application des feuilles de route de Bruxelles, comme pour Sarkozy :

          .

          Le pacte de responsabilité et de solidarité constitue un ensemble de mesures pour redynamiser l’économie française. Il se décline en plusieurs volets, allant de l’allègement du coût du travail à la modernisation de la fiscalité.

          .

          (François Hollande a rétabli par décret le retour à la retraite à 60 ans à taux plein dès le mois de juillet 2012. Le nombre d’années de cotisations varie cependant en fonction de l’âge du travailleur et modifie l’âge de départ à la retraite, en fonction de l’âge auquel celui-ci a commencé à travailler.)

          .

          On a aussi vu les impôts augmenter fortement. Si on fait le hit parade des premiers ministres qui ont le plus taxé le pays depuis un quart de siècle, c’est Jean-Marc Ayrault qui occupe la première place. C’est le paradoxe de cette mi-quinquennat. On n’a jamais autant augmenté les impôts, et pourtant le déficit ne s’est pas réduit. En fait, l’impôt rentre moins bien que prévu à cause de la croissance zéro.

          .

          Les allocations familiales seront distribuées en fonction des revenus à partir du 15 juillet 2015.

          .

          Promulguée le 6 août 2015, la loi pour la croissance et l’activité et l’égalité des chances économiques, dite « loi Macron » car portée par Emmanuel Macron, alors Ministre de l’Économie de François Hollande, a été adoptée le 10 juillet 2015, sans vote et en lecture définitive, après de longs mois de débats et un recours à l’article 49–3 de la Constitution, décidé par le Premier ministre, Manuel Valls.

          .

          Souvent qualifié de « fourre-tout », le texte vise de manière générale à « libérer » l’activité économique, un thème repris dans le projet présidentiel du mouvement En marche ! d’Emmanuel Macron, en introduisant plus de concurrence, notamment dans les secteurs réglementés.

          Parmi ses mesures, on trouve l’élargissement des possibilités d’ouverture des commerces le dimanche et la nuit, la libéralisation des transports par cars grâce à la suppression du monopole de la SNCF et une réforme de la réglementation de certaines professions (notaires, huissiers de justice et commissaires-priseurs) afin d’augmenter le nombre de ces professionnels.


          La loi du 8 août 2016, relative au travail, à la modernisation du dialogue social et à la sécurisation des parcours professionnels, dite « loi El Khomri », du nom de la ministre du Travail qui l’a portée, a suscité une forte opposition au sein même de la majorité.

          En cause, notamment, l’article 2, une disposition d’une cinquantaine de pages qui réécrit totalement la partie du code du travail relative à l’aménagement du temps de travail et permet aux accords d’entreprises de déroger aux accords de branches en matière de temps de travail, d’heures supplémentaires ou de congés.

          Après treize journées de manifestations nationales au printemps 2016, Manuel Valls, le Premier ministre, a fini par recourir au 49–3 pour imposer un texte qui vise « plus de dialogue social, plus de souplesse et de visibilité pour les entreprises, plus de protections pour les actifs et en particulier ceux en situation de précarité ».


          • Cadoudal Cadoudal 30 décembre 2019 21:41

            https://www.ouest-france.fr/mer/reforme-des-retraites-les-marins-ont-deja-obtenu-des-garanties-6670597

            https://www.meretmarine.com/fr/content/retraites-les-marins-devraient-conserver-leurs-conditions-actuelles

            Suppression de l’ENIM de Colbert, le plus vieux système de retraite du Monde en 2025 après 355 ans de bons et loyaux services...

            Avec toutes ses Start-Up inclusives IslamoLGBTQ compatibles sponsorisées par Soros, la Nouvelle France n’aura de toute façon plus besoin de marins Français ?

            Les Philippins feront très bien le boulot...lol...

            « 10 % des pêcheurs du Morbihan sont de nationalité étrangère. Ce chiffre révèle les problématiques d’attractivité. D’ici 2023, on estime à 500 le nombre de pêcheurs qui manqueront à l’appel en Bretagne ».

            https://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/morbihan-matelots-mieux-les-connaitre-pour-mieux-les-seduire-28-10-2019-12420617.php


            • chapoutier 31 décembre 2019 09:23

              "La conclusion de tout ça, c’est que ce gouvernement ne sait pas ce qu’il fait. Il improvise au fur et à mesure qu’il découvre les problèmes"

              je pense au contraire que ce gouvernement sait parfaitement ce qu’il fait ; détruire les fondements des acquis sociaux à n’importe quel prix !

              qu’il cède partiellement à certaines catégories de salariés n’est que le prix à payer pour diviser les français pour casser la retraite du régime général !


              • Alain Alain Alain Alain 31 décembre 2019 10:40

                @chapoutier
                Evidemment oui, aussi et surtout.


              • zygzornifle zygzornifle 31 décembre 2019 09:49

                Dans le privé ils ont tout a perdre avec leur 1100€ mensuel sans 13e mois , regardez les dans les magasins se battre pour 4 figues , dans les hypers s’éreinter a mettre des conserves et des bouteilles en rayon , les caissières en voies de disparition subir des clients limite , ils ne sont pas sortis et personne ne vient ni ne viendra chialer pour eux , les hypers c’est 650 000 emplois et c’est ces gens la qui se feront dépecer par Macron et sa bande de vautours et ce n’est ni les cheminots ni les profs qui prendront parti pour eux et encore moins des flics qui se feront un plaisir de les tabasser a mort en cas de manif....

                Ce pays est de plus en plus DEGUEULASSE , les politiques ne sont que des charognards qui tournent en boucle au dessus des citoyens cherchant par tous les moyens a leur assèner le coup le plus bas possible , dire que nos parent et grands parents ont chassés les « boches » pour les remplacer par cette bande d’émasculeurs , a gerber et dire que l’électeur dé-neuronés va encore faire son sursaut républicain en 2022 pour ré-élire Macron et ne me dites pas le contraire , en face de lui il n’y a plus que les cendres du PS , la droite en ruine qui de toute façon est compatible Macron prete a lui lècher le fion , LFI est sabordée par Mélanchon, reste le RN qui n’est la que pour que les mougeons veautent LaREM ....


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 31 décembre 2019 10:35

                  @zygzornifle
                  Et pourtant, bien des salariés boostés par la propagande, continuent à vouloir rester dans l’ UE et l’euro. C’est toujours plus facile de tromper les autres, que de reconnaître qu’on a été trompé.


                • Eric F Eric F 31 décembre 2019 11:07

                  @zygzornifle
                  « ce n’est ni les cheminots ni les profs qui prendront parti pour eux... »
                  Effectivement, les négociateurs de l’ombre accordent des « concessions » pour les professions publiques pouvant bloquer le pays, mais les salariés du privé essuieront les plâtres, que ce soit dans le cadre du maintien de l’ancien système ou de la mise en place du nouveau système ainsi accommodé.
                  Si la lutte s’était focalisée sur la suppression du concept d’age pivot et la garantie de maintien du pouvoir d’achat -et donc du financement-, chacun y aurait trouvé son compte, et non les seuls corporatismes.


                • Eric F Eric F 31 décembre 2019 10:45

                  Je me permets de rectifier deux points mentionnés dans l’article :
                  ------

                  "Les gros salaires cotisent beaucoup plus pour leur complémentaire pour atteindre au final le même taux de remplacement d’environ 75% que les autres salariés du privé ou les fonctionnaires pour une carrière complète.« 

                  C’est inexact, le taux de remplacement diminue au delà du plafond de la sécu, malgré les complémentaires https://www.capital.fr/votre-retraite/les-cadres-s-inquietent-du-montant-de-leur-future-retraite-514698

                  extrait :  »Selon l’OFCE, ...chute du taux de remplacement des retraites des cadres qui est passé de 76 % en 1990 à 60 % en 2008 (contre 75,5 % pour un non-cadre)« [et ça a encore baissé depuis, avec le gel des retraites]

                   »Le Conseil d’Orientation des Retraites a démontré que ceux-ci résultaient de la faiblesse des recettes à cause des exonérations, du chômage, des suppressions de postes de fonctionnaires« ,

                  Cette suppression de postes de fonctionnaires était peut-être prévue au programme, mais elle n’a pas eu lieu, au contraire une légère augmentation.

                  https://www.challenges.fr/france/en-2018-le-nombre-de-fonctionnaires-a-finalement-augmente_655579

                  https://www.ifrap.org/fonction-publique-et-administration/budget-2019-la-baisse-du-nombre-de-fonctionnaires-est-elle (lire le résultat global en fin d’article :  »sur le champ de l’Etat et des opérateurs, le solde des plafonds d’emplois est en croissance de 1.322 ETPT en 2019")



                  • Alain Alain Alain Alain 31 décembre 2019 18:56

                    @Eric F
                    Sur le taux de remplacement des cadres je n’ai pas vérifié les dernières données parce que ce n’est pas le sujet de l’article ; j’ai cité de mémoire.
                    Pour la suppression des postes de fonctionnaires il faut prendre en compte ce qui s’est passé depuis 2007 et qui n’a pas été rattrapé ni sous Hollande malgré des recrutements et pas du tout avec Macron.
                    Merci de votre réaction attentive.


                  • Eric F Eric F 31 décembre 2019 11:00

                    "parce que ce qui compte dans le régime par points c’est le nombre de points acquis. L’âge légal de départ à la retraite n’influence pas le montant de la pension"

                    Mais l’âge de départ a un impact sur la durée de retraite, ainsi un danseur d’opéra partant à 42 ans resterait à la retraite plus longtemps qu’il n’aura travaillé. Donc pour ce type de professions, une reconversion est à prévoir, comme c’est le cas des sportifs professionnels qui arrêtent leur carrière à 30 ans mais font ensuite autre chose. Les points obtenus en tant que danseur restent acquis.

                    -----

                    "Par exemple le métier de policier dans les bureaux devient trop dangereux à pratiquer à partir de 57 ans, on n’a plus les bons réflexes nécessaires"

                    Ce qui est dangereux, c’est de patrouiller, par contre faire de l’administratif ou de la veille internet a les mêmes caractéristiques pour un policier que pour un assureur ou un employé de mairie. 


                    • ETTORE ETTORE 31 décembre 2019 12:51

                      La fRANCE.....

                      Un Alcatraz dirigé par un patron banquier véreux.

                      Le seul investissement apporté, est l’épaisseur des barreaux !


                      • Un des P'tite Goutte Un des P’tite Goutte 1er janvier 12:34

                        Bonjour AlainAlain,

                        « Ni de gauche ni de droite » donc stupide.

                        Méditons cette phrase, je vous prie.

                        Sérieusement, j’apprécie et remercie pour l’article entier, mais je crois que dorénavant, le dilemme gauche-droite doit absolument être remis en question. J’ose péremptoirement parler de ma personne, qui n’a rien d’exemplaire : cohabitent en moi des idées/comportements et de gauche, et de droite.

                        J’estime que la société a nécessairement besoin de cohabitation des deux tendances, de même. Pour caricaturer, imaginons par exemple un pro-justice sociale et défenseur d’opprimés d’un côté, un comptable pragmatique, entrepreneur qui crée emplois et calcule la faisabilité de mesures d’aides avec équilibre financier de l’autre.

                        J’exclue de ce paysage, cela coule de source, les parasites et toxiques, tels maqueron, attali, lagardère, soros etc.

                        Ni de droite ni de gauche, je milite pourtant en soutenant youtubeurs, associations, parti politique, en manifestant, en faisant grève.

                        Cordialement.


                        • Alain Alain Alain Alain 1er janvier 21:41

                          @Un des P’tite Goutte

                          En 2017.
                          Voilà ceux qui ont le pouvoir : Walamart, USA, chiffre d’affaires 500 miliards de dollars ; State Grid, USA, chiffre d’affaires 349 miliards de dollars ; SINOPEC Group, Chine, chiffre d’affaires 327 miliards de dollars ; China National Petroleum, Chine, chiffre d’affaires 326 miliards de dollars ; Royal Dutch Shell, anglo- néerlandaise, chiffre d’affaires 312 miliards de dollars ; Toyota Motor, Japon, chiffre d’affaires 265 miliards de dollars ; etc.
                          Les 500 plus riches entreprises du monde ; chiffre d’affaires cumulé 30 000 miliards de dollars.
                          Les 500 plus riches entreprises du monde ont réalisé autant de bénéfice cumulé que le PIB de l’Italie.

                          Voilà ceux qui ont le pouvoir : Jeff Bezos, amércain, fortune 131 milliards de dollars ; Bill Gates, amércain, fortune 96,5 milliards de dollars ; Warren Buffet, amércain, fortune 82,5 milliards de dollars ; Bernard Arnaud, français, fortune 76 milliards de dollars ; 15°, Françoise Bettencourt Meyers et sa famille, française, fortune 49,3 milliards de dollars, etc.

                          La différence gauche/droite est là : entre ceux de gauche véritable qui affirment que l’humanité et la planète ne peuvent être sauvées sans remettre en question cette ploutocratie et les immenses inégalités sociales intra et inter nations, inhérentes à ce systéme, et les autres qui pensent pouvoir faire avec.
                          Ce n’est pas être extrémiste ou fanatique. Ça n’implique pas la violence. C’est juste être réaliste.
                          Ce n’est pas qu’ils soient immensément riches qui posent problème. C’est qu’ils accaparent inutilement les moyens nécessaires à l’élimination des inégalités, la sauvegarde de la planète, à la survie de notre espèce, tant, qu’ils n’en restent pas assez pour mener les batailles écologiques urgentes et indispensables.

                          Merci pour votre intérêt.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès