• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Remera, malformations, pesticides : Le remake d’ « Un jour sans fin ! (...)

Remera, malformations, pesticides : Le remake d’ « Un jour sans fin ! »

                        

 

 "Les pesticides sont une tragédie pour la santé. Ils provoquent des cancers, des maladies de Parkinson, des troubles psychomoteurs chez les enfants, des infertilités, des malformations à la naissance. L’exposition aux pesticides est sous-estimée par un système devenu fou, qui a choisi la fuite en avant. Quand un pesticide est interdit, dix autres prennent sa place. Il y en a des milliers"

      Voilà un extrait du manifeste lancé par mouvement citoyen "NOUS VOULONS DES COQUELICOTS", exigeant le retrait des pesticides de synthèse. Une pétition en ligne circule. https://bit.ly/2P83Zx0 . Elle a recueilli déjà plus de 320 000 signatures, à l'initiative d'un journaliste courageux : Fabrice Nicolino.

       L'affaire du REMERA, menacé, après avoir signalé un nombre anormal de bébés touchés par des malformations est dans toute les têtes, et potentialise la colère et l'indignation. Le temps de l'omerta serait-il révolu ? 

      "André Cicolella, président du Réseau environnement santé (RES), n’y allait pas par quatre chemins. « Beaucoup ont intérêt à ce que rien ne change ! », confie ce spécialiste de l’évaluation des risques sanitaires. Dernier exemple en date : l’attaque dont fait l’objet une petite équipe de chercheurs en épidémiologie à Lyon, et qui a bien failli à cette date supprimer leur financement.. C’est qu’ils tiennent le Registre des malformations en Rhône-Alpes (Remera)". : 

      Ces lignes, qu’on pourrait penser écrites en rapport avec le scandale actuel que provoque la disparition du REMERA, datent en fait du 16 Janvier 2012, et sont extraites d’un excellent article du journal « Basta », écrit par Sophie Chapelle. (Alertes sanitaires : Ces associations qui dérangent un peu trop !) https://bit.ly/2yHmaiR.

        A les lire, on a l’impression d’être englué dans un espace figé de l’espace temps, comme ce film américain « Un jour sans fin  » où le héros chaque matin doit revivre le supplice de Tantale, entre deux hamburgers, dans une petite ville américaine. https://bit.ly/2AGyuRK

        Le temps n’avance plus, pourrait on penser. Ou du moins le profit qu’on tient de l’expérience du jour d’avant ne sert à rien. Les choses vous reviennent avec le même accablement. L’évocation des polluants chimiques, des pesticides et des perturbateurs endocriniens semble amener chez tous les responsables politiques d’étranges attitudes, cent fois répétées : Apragmatisme, amnésie, ironie, banalisation, voire une certaine agressivité vis à vis des fusibles et des lanceurs d’alerte. Sans doute notre bon premier ministre, Edouard Philippe, inflexible sur la hausse des carburants, car " il s'agit de sauver la planète", n'est-il pas au courant du scandale, sinon il agirait dans l'heure !

       Le toxicologue André Cicolella ne s’y trompait pas, qui commentait le projet de fermeture du REMERA en 2012 : « Fermer un registre de malformations, c’est se priver d’un outil pour mieux comprendre le lien avec l’environnement. C’est certainement l’objectif recherché l’argument budgétaire étant un prétexte, car s’il est un domaine qui ne doit pas être touché par les restrictions budgétaires, c’est bien celui là, c’est un investissement qui permet à la fois des gains de santé et des gains économiques... Ces décisions sont en totale contradiction avec l’objectif affiché par le plan national santé-environnement . »

           Presque sept ans se sont passés depuis cette analyse, les membres des bébés n’ont pas repoussé. Mais on a oublié cette histoire douloureuse, comme tant d’autres, cachées sous le tapis. 

       Emmanuelle Amar, directrice du RIMERA, avait reçu vendredi sa lettre de licenciement, tout comme ses cinq collègues du registre. Jointe par Libération lundi matin, Emmanuelle Amar a indiqué avoir reçu un mail des services hospitaliers de la région lyonnaise l'informant que la procédure était suspendue. Rétropédalage rapide donc des autorités, qui une fois de plus, dans leur tour d’ivoire, n’avaient pas compris que cette affaire c’était de la bombe, et que casser le thermomètre n’était pas la meilleure chose à faire quand on est météorologue.

      Il suffit de taper « bébé » sur le moteur de recherche, pour que les grands titres traitant de l’affaire envahissent l’écran. Santé publique France (SPF) a publié, mardi 30 octobre, un nouveau décompte des malformations survenues dans l’Ain. Au total, selon l’agence, 18 cas « suspects » de réductions des membres supérieurs ont été dénombrés dans ce département entre 2000 et 2014.. Sur le décompte, Emmanuel Amar n’est pas d’accord. « Ces sept cas présentés comme nouveaux ne conduisent qu’à diluer inutilement le problème, dit-elle au Monde" . 

         Impression déplaisante de manipulation. Voilà nos experts et nos autorités prêts à déplacer des nouveaux nés sans membres, comme des pièces d’échec, afin de mettre en danger une tour maîtresse qu’ils veulent supprimer, car trop dérangeante. Il semble que nous soyons ici dans le monde de la real politique, celle qui ne s’embarrasse pas de considérations humanistes, mais gère la vie des entreprises et des bénéfices. .

       Faut-il le préciser, mais en tapant « bébés sans membres » la rubrique photo de Google vous envoie autant que celles des bébés, d’autres images liées aux pratiques agricoles : Rampes d’épandage, zones sinistrées par l’agriculture intensive. Les pesticides sont dans toutes les têtes. Pourtant des prudences de sioux sont la marque des journaux officiels d’information. On évoque le problème avec bien des prudences, en l’intégrant à des processus de vérifications, d’enquêtes à venir, d’analyses à croiser. Pas de piste à privilégier, chez ces détectives à la "Dupont et Dupont," avançant avec une loupe à la main, mais ayant oublié leurs lunettes, et regardant l’horizon au milieu du massacre. On évoque des pistes, bien réelles, comme la surpèche, ou la déforestation, mais ce sont des leurres bien pratiques, pour nous faire regarder ailleurs, afin d'éviter le problème massif, intrusif, condamnant le vivant sous toutes ces formes : Les pesticides de synthèse !

       « Si vous voulez enterrez une affaire, nommez donc une commission ! » Disait Clemenceau.

       Justement une enquête nationale est lancée ce 31 octobre. Le résultat sera connu courant janvier. C’est marqué dans l’agenda. https://bit.ly/2Pwixpn . Mais comment fait on pour déterminer la date du désignation du coupable avec deux mois d’avance ?..."Les investigations devront cerner les causes et déterminer s'il existe une anomalie statistique" Nous dit le journal "Les échos". Sherlock Holmes n'aura donc peut-être pas à faire le déplacement. 

       Ouest France, toujours très prudent en rapport avec la chose agricole, car ménageant sa clientèle, analyse les choses à sa façon : «  Pour l’heure, rien de commun à toutes les femmes concernées n’a été identifié. Ce matin, la ministre de la Santé a parlé d’une piste environnementale possible mais sans aucune certitude. la ministre de la Santé Agnès Buzyn assurant ne vouloir « fermer aucune piste  ».

      « C'est possiblement une piste environnementale », peut-être lié à ce que les femmes « ont mangé » lorsqu'elles étaient enceintes, « peut-être ce qu'elles ont respiré  », a indiqué ce mercredi la ministre sur BFMTV et RMC. « Je veux savoir, je pense que toute la France veut savoir », a-t-elle ajouté. Au cours de l’enquête nationale, chaque famille concernée sera interrogée.

       Déclaration lénifiante de la ministre, jouant l'intransigeance et la hauteur de vue, mais avec des oeillères sur la coté.... Les recherches seraient donc circonscrites aux vies et mœurs des familles, sans se soucier de ce qu’il y autour ?... D’autant que des interrogatoire familiaux ont déjà été effectué : Ceux ci ayant permis de désigner un point commun entre toutes les familles concernées, contrairement à la déclaration de la ministre : La proximité avec des zones de traitement agricole. Ces propos ne vont certainement pas effaroucher son collègue de l’agriculture, s’étant déjà fait remarquer par son courage envers les polluants agricoles. Certains l’ont déjà baptisé « ministre des pesticides » https://bit.ly/2JsniL9

       Ca serait sans doute formidable pour certains de trouver des éléments d’analyse déplaçant la responsabilité sur des pratiques individuelles, et culpabilisant les mères, en oubliant le champ derrière la maison :. « Vous êtes sûre que vous n’avez pas fumé, ni bu un verre ou deux ? »…..Les intérieurs des habitations pas indemnes d’imprégnations chimiques il est vrai, sont souvent montrés du doigt par les autorités, ainsi, oubliant la dégradation de l’air liée aux pratiques industrielles, automobiles et agricoles. Néanmoins, la vérité est têtue : Toutes ces malformations se passent dans le cadre campagnard : C’est dans les champs, et dans les serres, qu’il faut chercher en priorité semble-t-il le serial killer ! ...

       Il sera difficile sans doute de trouver le coupable !. Surtout en si peu de temps. Surtout si on ne met pas trop de zèle à chercher, dans cette jungle de produits psychopathes qui ont anéanti le vivant tous lieux confondus… L’opération aurait elle pour but de rassurer à tout prix le public, qui s’interroge ? Pendant trop longtemps nous avons cru plus ou moins cette fable systémique, assénée par la FNSEA : «  Le paysan, c’est le jardinier de la France  ! »

      Sans doute avions-nous envie d'y croire !  En 1996, l’admirable fllm Microcosmos nous faisait entrer dans le monde de l’herbe, celui des minuscules qui parsèment une prairie. Nous avions été saisi, enthousiamés alors par cette symbiose, cette complémentarité des êtres avec leur milieu ? La première merveille du monde.... Nous regardions alors éblouis ces images de beauté, encore naïfs, inconscients de l’holocauste qui s’amplifiait d’année après année.

      Cette affaire, à travers l'émotion qu'elle soulève, semble montrer que l'opinion bouge, et prend conscience de la gravité du problème. Le départ de Nicolas Hulot, totalement découragé, faisant le bilan amer du champ de la régression écologique, de la soumission de la politique aux diktats des industriels a secoué une opinion trop longtemps infantile, se raillant volontiers de l'homme, avouant en direct son impuissance !    

       C'était un moment de vérité. L'homme refusait d'être plus longtemps l'alibi d'un système cynique, brillant par sa capacité de récupération. Moqué, villipendé, pour son impuissance, Hulot tout à coup prenait une vraie dimension. Autant que ses mots, son émotion non feinte parlait aux Français, amenait un vrai malaise dans l'opinion. Les masques tombaient, dévoilant le roi nu, mais provoquait par réaction, une interrogation, un catharsis collectif ! 

 

      Aurait-on parlé auparavant autant de l'affaire des malformations, et de celle du Metam-soduim, un produit juqu'alors totalement inconnu du public ? Employé par les maraichers, et en particulier par les producteurs de mâche, c'est un poison systémique, une sorte de "Kalashnikov" à cote duquel le roundup serait un enfant de chœur ! ...   https://bit.ly/2zumEIO&nbsp ; Ce pesticide a intoxiqué nombre d'ouvriers agricoles et de riverains depuis Octobre. La presse a fait mention d'un premier " accident" dans le Maine et loire, impactant quelques personnes. Puis en quelques semaines, une série de signalements du même ordre, dans le Finistère et en Loire-Atlantique, ont amené les autorités à interdire pendant deux mois ce produit, avant évaluation. https://bit.ly/2yHcYea

.

    On n'attendra finalement pas cette date ! Ce 5 Novembre, le produit vient d'être défninitivement interdit en France. https://bit.ly/2yHcYea. Décision courageuse et qui redonne espoir envers le monde politique, bravant les coorporations sur ce coup là. Mais le terrain à reconquérir est gigantesque. . Une bombe atomique a été lâchée sur le monde des minuscules, et les héros de « microcosmos », créant autant de Nagasaki et d'Hiroshima. Toute l'industrie des la chimie est venue de la guerre, et de ses produits de mort recyclés. https://bit.ly/2AIG3rb

 

       En ce mois de novembre 2018, si près du centenaire de l'armistice de 14-18, une des informations les plus lue du journal Libération a trait à la disparition incroyable du vivant : « Les écosystèmes d’eau douce se dégradent effroyablement depuis 1970… et les populations de poissons s’effondrent. C’est un des constats mis en avant par l'« Indice planète vivante » publié cette semaine par le WWF, et dont on a surtout retenu un autre chiffre très alarmant : la baisse de 60% des vertébrés sauvages de la planète. » https://bit.ly/2zkh23K

       Non seulement les poissons disparaissent, mais le peu qui restent sont impactés par des modifications aberrantes, d'ordre sexuelles, organiques, comportementales. Tant de lanceurs d’alertes, et tant de victimes, dans ce monde du silence imposé, où même les oiseaux ont disparu !

        Rachel Carson https://bit.ly/2pwxFER fut la première lanceuse d'alerte. En 1962, cette américaine autodidacte et passionnée par la vie animale et les océans publie « Un printemps silencieux » ! Ce livre qui deviendra une référence universelle, met avec force arguments, en accusation l’industrie des pesticides, à commencer par le DDT. Il s’agit pour Rachel d’un désastre global qui touche en priorité les animaux, menaçant leur reproduction. Cette pionnière a déjà tout compris, et s’applique à démontrer comment l’industrie à décidé de manipuler l’opinion, et de pratiquer la désinformation, nerf de la guerre.

       Car c’est bien d’une guerre déclarée au vivant dont il s’agit, touchant d'abord les jeunes, au corps en formation, plus sensibles aux molécules mortifères. Les cancers des testicules et de la thyroïde explosent ainsi chez les jeunes gens. https://bit.ly/2DlAy4e&nbsp ;&nbsp ;

       Pas question de prétendre être exhaustif. Il y aurait trop à dire. On pourra lire avec profit le livre de Fabrice Nicolino, qui a publié "Un empoisonnement universel "https://bit.ly/2DcaAjk , une référence en ce domaine.

      .En 85, Lou Guillette, missionné par les autorités fédérales, fait une étude sur les alligators de Floride. Les animaux sont pesés, dimensionnés, étudiés sous toutes les coutures. Bien vite Guillette et ses collaborateurs vont s’apercevoir que la moitié des œufs sont stériles, que les malformations aux ovaires et aux testicules sont courantes, que la taille des pénis des mâle est très réduite... Ils font le rapport avec un insecticide, le difocol, déversé accidentellement dans les eaux, en 1980… Pourtant, à des degrés divers, tous les lacs de Floride sont frappés. Et, dans ce monde en symbiose, les hommes eux aussi sont impactés. https://bit.ly/2yPoS5K

       Ce n’est plus un secret. Le nombre de spermatozoïdes chez les hommes s’est effondré. Cette information aberrante a été nié par des chercheurs, qui ont dû, après étude, dans plusieurs pays, réviser leur jugement devant l’évidence. Du nord au sud, et de l’est à l’ouest, les pesticides ont réussi les premiers la globalisation des échanges. 

      En 2012, en France, la docteur Joëlle Le Moual, épidémiologiste à l’INVS mène une étude sur 26609 hommes. https://bit.ly/2SGtUKn Celle ci révèle qu’entre 1989 et 2005, le nombre de spermatozoïdes par millilitre a baissé de 32,2 % sur cette seule période. Soit presque 2 % par an  !... En 2014, la même équipe de chercheurs peaufine son travail, et précise que deux régions françaises sont plus impactées que les autres : Midi-Pyrénées, et Aquitaine. Précisément les deux régions où l’on utilise le plus de pesticides, rapporté à la surface agricole. Il existe en France six registres du contrôle de malformation (Rhône-Alpes, Antilles, Auvergne, Bretagne, Paris, La Réunion). Pour quelle rasion étrange toutes les régions ne font elles pas l'objet d'un travaill d'évaluation ?. Il serait intéressant de connaître les chiffres en Midi-Pyrénées et en Aquitaine. Ces régions pourvues de beaux domaines viticoles seraient-elles trop pauvres ?

       L’affaire du Remara est bien un classique en forme de traitement. Dans toutes les affaires où la chimie et ses conséquence a été impliquée, les lobbys agricoles, industriels, ou pharmaceutiques accusés ont construit à chaque fois les même lignes de défense : Négation du problème, mises en cause de la qualité des personnes, tentative de décrédibilisation de leur travail, voire chantage, menaces, harcèlement ! Des rapports scientifiques factices, tentant de prouver aux forceps la qualité et la non dangerosité du produit en cause, seront commandés contre rémunération à des pseudo scientifiques pour faire diversion. Ne parlons pas des relais politiques banalisant le problème, ou l'étouffant, au nom d'un intéret économique bien mal compris. 

      Rachel Carson, l’auteure d ‘« un printemps silencieux » fut traînée dans la boue, accusée d’être communiste, folle, lesbienne, agent du KGB... Elle avait osé s’attaquer au DDT ! Les chiens de garde donnèrent donc de la voix, comme dans l’affaire de l’amiante, du Gaucho, et maintenant du Roundup ! Avec la complicité des "acteurs de terrain" souvent dans le déni, ne voulant en rien changer leur pratique, oubliant qu'ils ont des enfants.

      Comment être surpris donc par ces malformations de nouveaux nés, déjà si nombreuses, alors que les mutations du vivant sont légions. La dégénérescence à commencé dès l’après guerre. Où situer la normalité d’hier, alors que nous étions déjà tous impactés, que nombre d’entre nous présentons toujours des traces de TNT, alors que le produit est interdit depuis des lustres ?... Une femme enceinte, vivant près d'une ferme utilisant des pesticides a 66% plus de chance qu'une autre d'avoir un enfant atteint d'autisme, nous révèle une étude américaine. https://bit.ly/2PBtIgG

      La nature, sur lesquelles nous faisons nos expériences à grande échelle nous révèle en tout cas une des grande origine du mal, comme elle l’a fait dans les étangs de Floride. Et l’interdiction des pesticides sous toutes leur forme semble donc une nécessite vitale pour l’humanité.

      Face aux lobbys, l’état ne défend même pas son périmètre régalien. Ainsi l’affaire scandaleuse du Gaucho, un néonicotinoïde tueur d’abeilles, qui a tellement décimé les ruches, que la pollinisation est devenu quasiment impossible dans certaines régions, mettant la sécurité alimentaire du pays, et la variété du vivant en danger. https://bit.ly/2PAm2uV

     Le Gaucho est interdit depuis peu ! Mais quel temps perdu ! Des responsables politiques se sont couchés devant les lobbys ! Ceux-ci ont réussi à entretenir la commercialisation d'un poison systémique en se servant des techniques habituelles de manipulation, d’influence, et de menace, celles qui réussissent, à retarder les décisions de justice. En 2017, le Gaucho se voyait ainsi encore une fois innocenté..... https://bit.ly/2CYbzTC

     Il est urgent d’attendre, d’enquêter, nous dit-on. Mais à quoi bon s'épuiser à trouver d'autres preuves, comme si on n'en possédait pas assez pour condamner le serial killer ! Sinon à faire le jeu de celui-ci, et de ses avocats ?. C’est à se demander si l’intelligence humaine n’est pas elle même impactée, comme déjà prétendent certains, brandissant des tests de QI préoccupant. Une étude Norvégienne, constatant le phénomène au niveau mondial la met clairement en rapport avec la qualité de l’environnement  ! https://bit.ly/2CZdebh

     Combien de matins encore à vivre, comme Phill, le héros d' « Un jour sans fin », à entendre les mêmes informations, le journal météo : Une perturbation est installée sur les îles britanniques, mais ne chassera pas le soleil sur la France ! Les nuages et et les toxiques se sont arrêtés à la frontière du déni.

     Ce « tout va bien madame la marquise » sera-t-il arrêté par un sursaut salvateur, ou suivi par cette sieste coutumière, qui ressemble à un état comateux ?

     Le monde agonise. Les enfants sans bras ne peuvent plus nous montrer la lune ! 

     Nous nous tenons impuissant sur le bord du vide, le regard perdu dans le spectacle d’un écran factice, ayant perdu nos valeurs sacrés, incapables de voir que nos jours sont comptés.

    Comment passer au jour d’après, sortir de l’état catatonique, du temps arrêté à l’horloge des dédisons.

      Comment s’en est-il sorti Phil, au fait ?... Comment est-il parvenu à sortir du temps qui béguait interminablement ?... Ah oui, ça me revient... Il parvient peur à peu à se lier d’amitié avec tous ceux qu’il rencontre. Un état de grâce, de communion, où tout devient possible, en simultanée avec les événements. Les grecs appelaient cela « Le kairos »…

       "Le terme peut se traduire par « occasion », « moment propice, favorable ». Dans l'Antiquité, il a d'abord été utilisé dans le domaine médical, chez les disciples d'Hippocrate, pour indiquer qu'il y a deux façons d'échouer dans le traitement d'une maladie : intervenir trop tôt ou trop tard, alors qu'il existe un temps opportun (ce que les Grecs appelaient la crise) pour soigner. Les spécialistes de rhétorique se sont ensuite emparés du thème : il ne suffit pas d'exprimer une chose exacte, il faut encore le faire à propos. C'est Aristote qui, dans l'Éthique à Nicomaque, a érigé le kairos en catégorie centrale pour analyser les actions humaines : profiter du kairos, c'est savoir saisir ces instants rares, où nos désirs d'une part (« Je veux devenir président de la République ») et, d'autre part, le cours du monde (le bipartisme explose, par exemple) coïncident." Extrait d'un article de Denis Moreau : Le Kairos, l'art de saisir l'instant " https://bit.ly/2SMuhTK

     C'est la recette du bonheur ! Sans morale, sans loi, sans espoir, soumise à la seule loi du marché, la vie n'a plus acun sens ! Alors les horloges s'arrêtent, les boussoles deviennent folles, le brouillard nous entoure. 

     Parviendra-t-on nous aussi à cet accord miraculeux avec les autres, et le milieu, qui nous ferait passer enfin au jour d’après ?

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.17/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

41 réactions à cet article    


  • sls0 sls0 5 novembre 16:26

    Ah les études épidémiologiques.

    Au Canada ils ont eu un coup de génie, on laisse pourrir les archives pour cause de réduction de budget et la mémoire s’efface.

    Quand on voit qu’une simple spéculation sur les céréales à Chicago ou sur le riz à Bangkok fait des milliers de morts de faim pour que des actionnaires aient plus de dividendes, on va quand même pas avoir une baisse de rendement d’action pour quelques centaines ou milliers de malformations.

    Si un chercheur honnête (ils le sont pour la plupart) sort une étude qui risque de faire baisser le rendement d’actions, quelques millions à d’autres chercheurs qui sortiront une autre étude biaisée qui invalidera la première avec l’appuie des médias les actionnaires sont tranquilles 10-20 ans. Une étude épidémiologique c’est déjà plus chiant à contrer.


    • velosolex velosolex 5 novembre 17:53

      @sls0
      Malheureusement, trop de coups tordus pour croire qu’une étude suffit à interdire un produit. On savait que l’amiante était cancéreux il y a 100 ans mais il a fallu attendre ces dernières années pour l’interdire. Quand à la recherche, si on trouve bien sûr des gens qui allient intégrité, conscience, avec courage, c’est pas le cas de tous. Je pense 
      Pour un Einstein, ou une Oppenheimer, qui étaient animés de vrais conscience on trouve un type aussi sinistre que ce Fritz Haber, « Ce savant qui adhérait tant aux valeurs du Reich reçoit le prix Nobel de chimie en 1918. Après la guerre, ses recherches sur les pesticides vont permettre la mise au point de la fabrication industrielle de l’acide cyanhydrique, un acide dangereux qui entre dans la composition d’un pesticide, le Zyklon B, produit que les nazis utiliseront dans les chambres à gaz des camps d’extermination. » https://bit.ly/2SQNAvd
      ...En 34 il dut s’exiler en rapport avec ses origines juives....


    • NEMO NEMO 5 novembre 16:38

      Ce qui est étonnant dans tout ça, c’est que les familles des « coupables » sont aussi exposées que les autres.

      C’est sans doute parce que personne ne se sent coupable dans la chaine des actionnaires (anonymes ?), des techniciens (dont le l’emploi dépend de l’efficacité), des gestionnaires (qui se sentent talonnés par la concurrence). 

      Tout le monde met sa tête dans le trou de l’autruche, en pensant que Bhopal est loin alors que leurs enfants y vivent sans le savoir.


      • velosolex velosolex 5 novembre 17:43

        @NEMO
        Il a fallu des lustres pour qu’on se rende compte de l’ampleur de la catastrophe.

        Ce qui s’explique par le travail d’intoxication des firmes chimiques, des médias influencés par les lobbys. 
        100 ans nous sépare de la fin de la guerre de 14...C’est elle qui a accouché de l’expérimentation des gaz

        Agro-industrie, industrie de guerre, les liaisons coupables | SOS ...

        https://bit.ly/2D1kovI
        Pour ce que vous dites, sur la cécité des acteurs, et l’impossibilité aux prédateurs de changer leur nature, la fable de La Fontaine sur le scorpion sauvé par la grenouille me semble très pertinent. 


      • alinea alinea 5 novembre 18:50

        @velosolex
        « on » se rende compte d’une catastrophe ; mais pas tout le monde, quand « on » utilise des gaz toxiques fabriqués pour tuer l’ennemi et qu’on le met en terre pour nourrir les humains, « on » sait bien ce qu’il fait !


      • ASTERIX 6 novembre 10:21

        @NEMO

        avec MME BUZYN MINISTRE DE LA santé controlée par son mari YVES LEVY INSERM

        nous avons la 1ère et meilleure « lobbyste d europe »  :

        14 ANS DE LOBBYISME LABOS PHARMAS  scandales médiator gardesil metam-sodiium Levothyrox glyphosates pesticides ET PIRE DES BEBES SANS MAINS

        EX BELLE FILLE DE MME WEIL ELLE SE CROIT SUPER PROTEGEE PAR NOTRE CABOTIN MACRON


      • ASTERIX 6 novembre 10:24

        @ASTERIX

        DE PLUS ELLE CROIT QU ON VA L AIDER A SUPPRIMER LE REMERA

        1er essai perdu !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!


      • Doume65 6 novembre 10:57

        @alinea
        « quand « on » utilise des gaz toxiques

         »
        Si ce n’était que ça ! Mais velosolex nous apprend bien pire :
        « nombre d’entre nous présentons toujours des traces de TNT

         »
        Information explosive ! smiley


      • velosolex velosolex 6 novembre 17:34

        @Doume65
        DTT bien sûr...Ca fait rien cette coquille rigolote mais significative ( cette saloperie est bien égale au TNT) me donne le prétexte pour développer ; 

        L’étude santé du jour : le DDT soupçonné d’être impliqué dans la ... - LCI  https://bit.ly/2F4m0rn
        La preuve des ravages du DDT sur les oiseaux - Le Figaro https://bit.ly/2Dqq4k3
        Autre impact, les oiseaux. ( Même le Figaro s’alarme maintenant)..Mais aussi les moustique. Génial on n’a plus besoin de laver les parebrises comme dans le temps ; Encore une génération, et les gamins ne nous croiront plus....Des oiseaux des moustiques. Tu dérailles grand père
        A moins qu’il n’y ai plus de gamin non plus. 
        Plus de piqûres de moustiques plus de cris de gamin.
        Bayer travaille pour la tranquillité des cimetières

      • foufouille foufouille 5 novembre 16:43

        ce qui est étonnant est que ce n’était pas visible à l’échographie ou ce sont des khmers verts qui ont volontairement gardé un enfant martyr. quelle est la différence entre le salpêtre et le nitrate de potassium ?


        • alinea alinea 5 novembre 18:47

          J’ai appris , il n’y a pas longtemps, et parce que son pain était moins bon, que le boulanger était en congé, et que c’est sa fille qui le faisait.

          ses arrêts,pour déprimes sont cycliques, voilà : j’achète son pain depuis une dizaine d’années ; ce mec est venu de Beauce où il était céréalier.

          ici, il cultive son blé bio, petite surface, moud sa farine et fait son pain.

          Sa conversion est due au fait que son fils de six ans qu’il emmenait avec lui sur le tracteur, est mort d’une leucémie foudroyante dont les pesticides furent très vite reconnus comme la cause.

          Son fils aurait une petite trentaine d’années maintenant, et régulièrement, il craque, se sentant coupable, étant coupable de sa mort.

          Je me demande combien de cas dans son genre dont on n’entend évidemment jamais parler !


          • velosolex velosolex 5 novembre 19:25

            @alinea
            Bonjour
            Il y une vraie omerta dans le monde agricole. On peut dire que les gens qui se rebellent, après avoir été souvent victime, sont apparentés à des traîtres, s’ils dénoncent le lobby. Quelque chose de mythologique. Ramenant les grandes questions existentielles, comme on les rencontre dans la guerre. Se taire ? Collaborer ? Résister ?... 
            Il y a l’histoire de cette femme courageuse, qui a dénoncé l’emploi des pesticides, dans les vignes du Bordelais, après la mort de son frère, décédé suite à une cancer lié, étant ouvrier agricole....Elle est maintenant montré du doigt. 
            Que faire ?..Se barrer peut être si on a l’énergie et la volonté de faire autre chose. Ce qui est une marque de grande courage et de lucidité..
            .Ils ont réussi à tuer la terre de Beauce, une des plus belles de France. Les nappes sont épuisées, l’eau des réseaux est inconsommable, la terre ne produit plus comme autrefois, même en augmentant les doses....Il y a donc aussi cette addiction. L’usage des pratiques anciennes a été oublié, exige de toute façon un autre rapport au milieu. Ca peut être notre chance. Finit la mondialisation, le bottage en touche. On revient au local, on fait marcher les gens du coin en circuit court. Tout le monde s’y retrouve, sauf les multinationales... 
            Peut être qu’elles seront gentilles, que tout se passer bien, et que monsieur Bayer voudra bien partir en retraite faire pousser des pommes et des tomates dans son jardin, en pensant à ses petits enfants. 


          • alinea alinea 5 novembre 20:25

            @velosolex
            Je suis désolée bakersolex, il faut voter FI ; on n’a vraiment rien de mieux à faire.


          • Aita Pea Pea Aita Pea Pea 5 novembre 20:30

            @alinea

            C’est Bo ...


          • Doume65 6 novembre 11:07

            @alinea
            En quoi veauter FI nous fera sortir des pesticides ?
            Les paysans français ne pourront pas faire de l’agriculture sans pesticide tant qu’ils seront soumis à la concurrence étrangère.Et les français se verront envahis de produits pourris importés tant qu’ils seront dans l’UE qui impose la concurrence libre. Et Mélenchon a affirmé plusieurs fois qu’il n’était pas question pour lui de sortir de l’UE. Donc Mélanchon ne peut pas interdire l’agriculture à base de pesticide. Tu peux soutenir Mélenchon sur un tas de points, mais pas celui-là.

            Tu le sais parfaitement,on te l’as déjà dit plusieurs fois ici. Ça devient du mensonge de ta part.


          • velosolex velosolex 6 novembre 16:11

            @Doume65
            Personnellement j’ai fini de croire en un sauveur quelconque, et croit bien plus à la mobilisation, aux idées, et aux mouvements, pour « aider » le choix des politiques. Mélenchon ou pas. 
            L’europe est toujours un alibi pour ne rien faire. Pour le coup du nitram soduim la france n’a pas attendu l’aval de l’europe pour prendre pour une fois une décision courageuse....Sans aucun doute lié au climat actuel, avec l’affaire du remera, et d’autres scandales en jeu, dont on commence à prendre la dimension. 
            100 ans que la guerre est finie, et il faut prendre la dimension de continuité du chimique dans cette drôle de paix, ou l’on continue à mourir en silence,...Beaucoup de victimes des pesticides inconnus, qui n’iront pas au panthéon
            . Cristophe Clark a écrit " les somnambules, dans lequel il dresse le portrait de cette europe de 14 marchant sur le bord du vide, avec des pays tétanisés, incapables de réagir. A la solde d’une économie mortifère, d’une morgue imbécile, et d’un nationalisme étroit. Rien n’a changé pour le fond. Le danger même s’il est silencieux m’apparaît encore plus effroyable qu’en 18. 
            La France a sans doute des intérêts agricoles à courte vue. Mais elle met son potentiel économique en danger à moyen et à long terme en danger...Des mutations sont en préparation : La consommation de viande décline pour des raisons philosophiques, de santé, et de respect envers les animaux. Ce qui est formidable car cela se conjugue avec une nécessité ; Moins de méthame, de nitrates, liés à la consommation carnée. Les surfaces agricole de maïs peuvent ainsi par exemple disparaître, sources de pollution et de consommation d’eau insensée. Le retour à des circuits courts, avec des acteurs bio, peuvent non créer des problèmes mais en résoudre : Retour de l’autonomie alimentaire qui n’est plus qu’un leurre, arrêt du fret insensé, gisement d’emplois agricoles, amélioration de la santé dont on bidouille les chiffres, alors que les cancers et les maladies dégénératives n’en finissent pas d’exploser. Il me semble que les gens continuent à croire que ça n’arrivera qu’aux autres...C’est sûr que les gens ne comptent pas tous les jours le nombre de spermatozoides qui’ils ont dans les bourses, préférant leur compte en banque......Ma bafouille n’est pas exhaustive


          • alinea alinea 9 novembre 18:39

            @Doume65
            Lisez le programme, et, ne croyez pas au père noël : il faut s’y mettre tous, arrêtez d’attendre que papa fasse tout pour vous.
             La Fi c’est pas un papa génial qui s’occupera de tous également, c’est un rassemblement de gens responsables qui attend de s’agrandir avec vous, quand vous serez responsables.
            Et ne prenez pas son bateleur qui sait si bien le défendre, pour le papa à venir.
            On n’entend que ce genre de critiques ici ; ça commence à bien faire, il faut grandir, là, ça urge.


          • Sergio Sergio 5 novembre 19:41

            Un peu de provocation. Je suis sur qu’à l’instar du gaz moutarde reconverti en anticancéreux (guérison par la destruction), on trouvera probablement une bonne raison à recycler ces poisons, Bayer est aussi un labo pharmaceutique, j’exagère, mais à peine ! 


            • velosolex velosolex 5 novembre 19:48

              @Sergio
              Non, je pense pas que tu exagères, le système tel qu’il est étant à cent lieux de ces pudeurs.
              Le marché est un monstre, sans âme, juste tiré vers la force des intérets.
              C’est donc quelque chose de pire qu’une puissance qui vous veut du mal.
              Car c’est quelque chose de mort, de vide, de désespérant.
              L’horreur économique, avait écrit Viviane Forrester. https://bit.ly/2QhH2Ux


            • Sergio Sergio 5 novembre 19:44

              Et d’ailleurs ce Remera ne se colle pas au requin, c’est le requin !


              • velosolex velosolex 5 novembre 19:59

                @Sergio
                Le pire c’est que contrairement à ce qu’ils disent, c’est ce l’emploi de pesticides est toujours en expansion continue. « Les chiffres 2016-2017 sur l’évolution de la consommation des pesticides de l’agriculture française ont enfin été rendus publics et ils sont mauvais avec une augmentation de 12,4% par rapport à 2009, dont 12% sur la période 2014 à 2016 par rapport à 2009-2011. C’est ce qui ressort de la note de suivi du plan Ecophyto qui utilise l’indicateur NODU (nombre de doses unités) pour mesurer l’utilisation des pesticides en France : »s’agissant de cet indicateur, force est de constater que les résultats attendus ne sont pas au rendez vous : après une légère baisse pour l’année 2015, le NODU pour les usages agricoles est stable en 2016. Sa valeur moyenne triennale 2014-2016 a même augmenté de plus de 12 % par rapport à la moyenne triennale 2009-2011, au lancement du plan Écophyto« , avouent Nicolas Hulot et Stéphane Travert dans l’édito de la note de suivi du plan. »https://bit.ly/2OstKCS


              • nono le simplet nono le simplet 6 novembre 04:26

                salut velosolex

                article brillant comme d’habitude ...

                concernant les registres il est hallucinant qu’il n’y ait aucun registre national des cancers ...

                dans le registre national des maladies à déclaration obligatoire, à part des maladies virales, parasitaires et bactériennes on trouve un cancer, le mésothélium de l’amiante et le saturnisme ...

                une demande avait faite après Tchernobyl concernant le cancer de la thyroïde ... non suivie d’effets ... on se demande bien pourquoi ... smiley


                • velosolex velosolex 6 novembre 09:55

                  @nono le simplet
                  Salut nono
                  L’affaire sur le Remera, j’ai du mal à digérer. 
                  Me baladant sur le marché il y a deux semaines, j’ai trouvé le bouquin de Nicolino chez un vendeur de livre d’occasion. La moitié des références que je met dans l’article sont issus de ce bouquin.
                  Un réquisitoire implacable contre la pollution et la politique qui s’y raccroche, et l’économique ; Tout se tient par la main comme dans une danse macabre..Les pathologies, le nucléaire, les pesticides. L’explosion des maladies dégénératives, avec la fatalité qui s’est raccroche : « C’est pas de chance pour vous.... »...Bien sûr la maladie sera récupérée par l’industrie pharmaceutique dans cette usine à gaz et à profit où tout doucement on se rapproche du bord du vide..C’est tellement énorme qu’on se dit que la guerre a commencé en 1914 et qu’elle ne s’est jamais terminée....
                   « Un empoisonnement universel »https://bit.ly/2DcaAjk 


                • foufouille foufouille 6 novembre 10:04

                  @velosolex
                  « L’explosion des maladies dégénératives »
                  ma grand mère en avait une mais il aurait fallu qu’elle aille à paris pour avoir un diagnostic qui n’existait pas dans son département de khmer vert. elle a vécu 94 ans sans manger bio.
                  avant, les maladies rares étaient psychologiques et le sont toujours chez les khmers verts sadiques.


                • nono le simplet nono le simplet 6 novembre 10:10

                  @velosolex
                  merci pour le lien que j’enregistre smiley


                • velosolex velosolex 6 novembre 10:33

                  @foufouille
                  Votre grand mère a simplement mangé bio au moins la moitié de sa vie sans le savoir...Le bio n’étant qu’une appellation moderne d’un fait qui concernait tout le monde avant les années 50.
                  C’est comme la qualité de l’air et de l’eau...Pas de traces des nitrates dans la flotte avant les années 60. Ensuite, cela monte année après année, insidieusement...Et c’est ainsi qu’on transforme un droit pour tout le monde, l’eau potable, en produit de luxe. Mais les pesticides sont maintenant partout, et les manoparticules dans les emballages plastique. 
                  Maintenant je n’ai pas de logiciel pour vous aider à faire la différence entre khmers de chaque couleur


                • foufouille foufouille 6 novembre 10:45

                  @velosolex
                  pas le moins car ton bio imaginaire n’existait pas. tu devrais te payer des vieux livres de jardinage pour voir comment faisait mon grand père (rustica par exemple ). en fait, ils avaient la main lourde pour la dose de nitrates. nitrate chimique ou naturel, c’est la même chose.
                  il faut remonter à l’époque des famines pour ton bio .......
                  sa maladie est génétique et héréditaire.


                • velosolex velosolex 6 novembre 10:52

                  @foufouille

                  Nicolino brasse énormément d’informations, fait autant de recoupements. Mais on n’est pas vraiment, effaré de découvrir que tout de qui arrive aux animaux, arrive bien sûr aux hommes. Mais quand les données sur la disparition des spermatozoïdes, nous amène à considérer l’infertilité des couples actuels, c’est comme un tremblement de terre tout de même...
                  Sur inter que j’écoute en ce moment, une émission maintstream avec débat« Est ce que c’était mieux avant », avec écrivain américain faisant l’apologie de notre société, en association avec le journaliste « plus d’empathie, plus de confort, plus de communication, moins de mortalité infantile.... » Ils ne parleront donc pas de ce qui fâche. La coque pourrie d’un navire dont certaines cabines sont rutilantes. ...L’homme parle de « Progrétrophobe »...« Ca n’a pas toujours été comme ça, nous dit-il. Voyez l’époque des lumières... »
                  On peut avoir une joie de vivre, mais sans se leurrer sur la direction faussée du navire, qui nous emmène vers le mur...Refuser la réalité, et s’arranger avec le mensonge, quand il est planétaire,est suicidaire. Et l’optimisme alors un mensonge et une forme de mépris
                  Quels sont les raisons profondes de nos déni, du négationnisme, du refus de prendre nos responsabilités par rapport aux générations futures ? D’ouvrir les yeux, en évitant de ne voir que ce qui nous arrange ?


                • velosolex velosolex 6 novembre 10:54

                  @velosolex
                  Ce dernier post était adressé à Nono, pas à Foufouille pédalant dans sa choucroute 


                • foufouille foufouille 6 novembre 11:00

                  @velosolex
                  ce qui est important est la méthodologie scientifique et pas des croyances.
                  si tu utilises des rats qui ont beaucoup de cancer naturellement, il inutile de dire que le pesticide va leur donner le cancer ........


                • Aristide Aristide 6 novembre 11:23

                  Sur le QI en baisse vous écrivez : « C’est à se demander si l’intelligence humaine n’est pas elle même impactée, comme déjà prétendent certains, brandissant des tests de QI préoccupant. Une étude Norvégienne, constatant le phénomène au niveau mondial la met clairement en rapport avec la qualité de l’environnement  !  »

                  Dans le coeur de l’article, les auteurs avouent leur ignorance : « Même si nos résultats soutiennent l’affirmation selon laquelle les principaux facteurs des effets Flynn sont environnementaux et varient entre les familles, nous ne sommes pas en mesure d’identifier la structure causale des effets environnementaux sous-jacents »


                  En gros une conclusion qui n’est suivi d’aucune analyse sur la causalité. Les auteurs affirme sans qu’aucune causalité soit établie, c’est tout de même assez ... discutable de conclure sans qu’aucune étude ne corrobore les conclusions.


                  • velosolex velosolex 6 novembre 12:39

                    @Aristide
                    Les gens honnêtes avouent leurs limites, alors que les empoisonneurs bétonnent, achetant des études, comme dans l’affaire du glyphosate, et tant d’autres. La disproportion de moyens entre les prédateurs, n’ayant que les notions économiques en tête, et les défenseurs de l’environnement, à qui ont demandent de prouver que les produits qu’ils condamnent sont mauvais pour l’environnement ( sortie affligeante du ministre de l’agriculture)....On peut toujours trouver des brèches pour se rassurer dans les rapports, pointer des insuffisances, mais quand on n’a un gamin atteint d’une maladie dégénérative dont le lien avec l’environnement est plus que plausible, vu l’explosion, les compteurs affolés, alors on abandonne les postures intellectuelles de déni et on regarde la plaine, les oiseaux disparus, les terres aseptisés par le roundup, l’eau impropre à la consommation....Comment peut on rester de marbre devant notre infertilité programmée, avec la chute prouvée des spermatozoïdes à raisons de 2% pour cent. Ce n’est plus le sort de quelques hommes qui est en jeu, mais celle de notre humanité. Si on lit les études multiples à ce sujet, il est bien difficile alors de trouver une brèche, pour introduire un pied de biche. Je vous laisse faire votre conclusion, en gros 


                  • velosolex velosolex 6 novembre 19:38

                    @Aristide
                    Encore un lien cauchemardesque. 
                    On ne peut se cacher nul part....

                    L’ISSeP repère des pesticides jusqu’en Fagnes

                    https://bit.ly/2qvnQHt


                  • zygzornifle zygzornifle 6 novembre 12:39

                    Grace aux pesticides et autres il n’y a plus un jour avec faim, c’est un prix très lourd a payer .....


                    • velosolex velosolex 6 novembre 13:19

                      @zygzornifle
                      La fin après la faim ?



                      • velosolex velosolex 7 novembre 11:44
                        Les enfants « sans bras » du Morbihan sont plus nombreux que les seuls recensés à Guidel

                        « On explique comment à nos enfants ? » lance un père de famille lors de la réunion publique qui a suivi, alors qu’Aurélie Bingler témoigne au micro d’Hélène Chevallier. Elle habite à Calan à une vingtaine de kilomètres de Guidel. Sa fille Lola, née en novembre 2011, n’a pas de main droite. Elle n’a pas été prise en compte dans les cas de Guidel. _« _On a été complètement oubliés, on ne nous a jamais posé de questions, on ne s’occupe pas de nous », estime Aurélie. « On était là pour expliquer qu’il y a d’autres cas aux alentours, et pour nous, rien. Je pense que ça peut être la même chose, c’est dans les mêmes années de naissance, on vit tous dans le milieu rural : ça fait beaucoup de coïncidences dans un petit périmètre. »


                        • velosolex velosolex 9 novembre 18:21

                          Source mediapart du 9 novembre

                          Levée de bouclier sur les réseaux sociaux, volte-face, médiation et tentative d’apaisement de Mme Buzyn. Lire ici. On croyait l’affaire désormais réglée : une nouvelle enquête, le maintien de subventions, la « suspension » du licenciement.Que nenni ! Dans sa NOTE D’ETAPE N° 1 (ce qui sous-entend qu’il y en aura d’autres !), l’association REMERA s’en prend rudement à l’État. Tout se passe comme si elle avait délibérément choisi l’affrontement avec ce dernier !Qu’on en juge, au travers de quelques unes des mises en causes.

                          1. Depuis 2011 et encore aujourd’hui, Santé Publique France n’est jamais revenu officiellement sur sa mise en cause du travail de REMERA. Et ce malgré l’annonce d’une nouvelle enquête par Mme Buzyn,2. SPF reproche à REMERA de ne pas avoir consulté le site PMSI. Un site dont les données sont qualifiées de « souvent erronées » « dont on ne peut tirer aucun enseignement des donnnées »  selon REMERA,3. La nouvelle enquête évoquée par le Ministre ne se ferait « que sur dossiers ». Sans investigation « sur le terrain » (comme préconisé par Mme Royal). Sans enquête judiciaire (comme proposé par moi).4. Absence actuelle de précisions concernant les subsides futurs (« Pas question de les supprimer » a seulement dit Mme Buzyn). Les 100.000 € de la Région sont d’ors et déjà supprimés.5. Aucune précision n’est donnée concernant la levée du licenciement chez REMERA. Il est seulement « suspendu ».

                          6. Il n’existe actuellement pas en France de registre national des naissances incluant ce type de malformations (On comprend que REMERA ait étudié d’autres Régions que la sienne-Rhône-Alpes).Et je m’arrête là. Pour ceux qui veulent prendre connaissance de la totalité de la note, lire ici.On le voit, le ton est ferme, des précisions argumentées sont données, les insuffisances, les retards de l’État dénoncés. Un vrai pavé jeté dans la marre au vu et su de tous ! Une première en la matière.Je ne vois plus guère que la nomination d’un médiateur pour sortir de ce bourbier. Au plus vite !Personnellement, pédiatre, défendant une cause juste (celle de la prévention des malformations par le biais d’enquêtes épidémiologiques), Mme Amar et REMERA me trouveront toujours à leur côté pour les défendre et les soutenir.

                          Dernières remarques :-avec cette affaire, et au contraire de ce qui se passait « avant »(Thalidomide, sang contaminé, hormone de croissance, vache folle,...), on voit bien le rôle important joué à la fois par les réseaux sociaux et internet. Désormais, plus rien n’est « comme avant ». Peut-être Mme Buzyn et SPF devraient-ils en tenir compte ! On peut penser que n’étant pas fonctionnaires, mais seulement employés d’une association financée par des organismes officiels, REMERA semble de ne pas craindre d’être attaquée sur la notion de « droit de réserve » auquel sont soumis les fonctionnaires.


                          • nono le simplet nono le simplet 10 novembre 04:30

                            @velosolex
                            merci à toi !
                            j’ai tout lu, liens compris, avec attention ...
                            je suis pas, par nature, adepte des théories du complot en général ...
                            mais là, comme pour les exemples antérieurs cités, il y a franchement de quoi se poser des questions ...
                            j’attends la suite avec intérêt


                          • nono le simplet nono le simplet 10 novembre 04:47

                            @nono le simplet
                            je rajoute que de reprocher à Remera de ne pas avoir détecté certains cas c’est un monument à la gloire de la mauvaise foi et de la fourberie ... une honte ...
                            semer le doute, mettre en cause, nier, exiger des preuves ... toutes ces techniques qui permettent de retarder l’inéluctable ... et en France on est très fort pour le faire ... on est toujours dans le peloton de queue pour prendre les mesures qui s’imposent ... et toujours pas de registre national ... 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès