• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Remettre la poésie à l’honneur...

Remettre la poésie à l’honneur...

Dans le cadre du printemps de la poésie...

 

En un temps où la parole déborde et éructe, abondante, volubile, à une époque où les réseaux sociaux frémissent et résonnent de propos débridés, il semble opportun de remettre la poésie à l'honneur....

La poésie n'est-elle pas recherche de beauté et d'harmonie musicale ?

 

"La concision, la retenue, la condensation, la cristallisation... toute une lignée de poètes diamantaires nous ont offert des joyaux..", nous dit François Cheng, poète d'origine chinoise qui dans son dernier ouvrage intitulé Enfin le royaume, distille de courtes poésies sous forme de quatrains...

Le quatrain n'est-il pas un condensé, une quintessence de la forme poétique ?

Une forme épurée qui dit tout en quelques mots...

 

La poésie est ainsi bien à l'inverse du discours et du bavardage, on peut la définir comme une pensée profonde venue de l'âme.

La poésie s'accommode de formes brèves, car elle dit l'essentiel en peu de mots.

 

Voilà un genre littéraire qui dès les origines, associé à la musique, doit être longuement maturé, réfléchi.

 

La poésie nous renvoie à une intériorité... Une intériorité qui s'émousse en un temps où nous sommes sans cesse accaparés par des sollicitations extérieures, par toutes sortes d'écrans et de distractions futiles.

La poésie est aussi une pause dans un monde d'accélération vertigineuse.

 

Notre monde matérialiste valorise la vitesse, la quantité, le chiffre, la rentabilité.

Et on en oublie l'importance de la spiritualité et de l'intériorité : bousculés par un monde qui va de plus en plus vite, nous ne prenons plus le temps de savourer, d'observer, de regarder, de percevoir...

La poésie des êtres et des choses nous échappe... Le regard s'émousse, la pensée s'étiole et s'évanouit.

 

La poésie nous ramène à l'essentiel : elle dit la vie, ses blessures, ses beautés, sa fragilité...

Elle peut dénoncer, vitupérer, s'insurger contre les injustices et les détresses humaines...

Elle peut nous faire redécouvrir la beauté du monde, son harmonie.

Elle nous invite à la réflexion, elle nous invite à porter un regard attentif sur la nature et tous les spectacles qu'elle nous offre...

JPEG

 

Le roi Cheng sur France Culture :

https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/le-roi-cheng

 

Un quatrain à méditer :

"Nous rions, nous trinquons. En nous défilent les blessés,
Les meurtris ; nous leur devons mémoire et vie. Car vivre,
C’est savoir que tout instant de vie est rayon d’or
Sur une mer de ténèbres, c’est savoir dire merci."

 

Un autre :

"Le sort de la bougie est de brûler

Quand monte l'ultime volute de fumée

Elle lance une invite en guise d'adieu

Entre deux feux, sois celui qui éclaire..."

 

 

Le blog :

http://rosemar.over-blog.com/2018/02/remettre-la-poesie-a-l-honneur.html

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.23/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

44 réactions à cet article    


  • Ben Schott 3 mars 2018 15:46

     

    Je transmets derechef votre papier à Paulo Coelho.
     


    • Paul Leleu 3 mars 2018 19:30

      @Ben Schott


      à lire vos commentaires, vous semblez avoir une haine non-résolue pour la poésie... la haine, le mépris, la caricature, la raillerie (et l’ignorance) de la poésie est un marqueur typique de la middle-class occidentale sans identité

      Il s’entend bien-sûr que la poésie ne peut pas être résumée aux fumisteries alcoolisées ou shiteuses petites-bourgeoises en cours au 20ème siècle, relayées par la mièvrerie du rock ’n roll et du jazz, façon surréalistes, Bob Dylan et autre Jim Morrizon, et sous-artistes américains. 

      Tous les grands peuples du monde ont pratiqué la poésie comme art suprême. Sauf les bourgeois capitalistes romanciers et les américains sans civilisation. Je ne comprends même pas comment on peut prétendre résister à l’idéologie dominante en détestant la poésie. La poésie est justement la contre-société. 

      En fait, la haine de la poésie est le syndrôme de stockolm... vous crachez sur votre propre civilisation, ouvrant des autoroutes à la merde américaine. C’est schizophrène et masochiste. Typiquement « blanc européen qui se déteste lui-même »

      De deux choses l’une : soit tous les gens du monde qui ont fait de la poésie depuis des millénaires jusqu’à l’arrivée d’Elvis Presley et des Beatles sont des cons... soit c’est l’inverse... mais je partage avec vous que les deux sont incompatibles... 

    • Elixir Elixir 3 mars 2018 15:59

      La poésie va plus loin que la science, c’est peut-être pour çà qu’on a crucifié les poètes...


      • Ben Schott 3 mars 2018 16:08

        @Elixir
         

        J’organise un dîner avec des potes, je peux vous compter parmi les nôtres ?
         


      • Elixir Elixir 3 mars 2018 16:18

        @Ben Schott

        Y’en a pas marre
        vous les trolls
        de pourrir les sujets de rosemar ?
        surtout quand c’est pas drôle ?

        Bon le prends pas perso, c’est juste pour etre raccord avec le sujet.

        3ème degré, au cas où dans les diners que tu organises on n’y soit pas encore...


      • Ben Schott 3 mars 2018 16:36

        @Elixir
         

        « surtout quand c’est pas drôle ? »
         
        Pourquoi, tu as l’œuvre complète de Coelho dans ta bibliothèque ?
         
        Mes potes et moi on t’attend avec impatience !...
         
         


      • Elixir Elixir 3 mars 2018 16:57

        @Ben Schott

        Tu pourras attendre longtemps alors...mais je pense que vous trouverez facilement quelqu’un pour me remplacer en choisissant l’un d’entre vous pour vous foutre de sa gueule...

        Les trolls, c’est un peu comme les hyènes tachetées, on sait pas trop s’ils chassent ou s’ils rigolent...voire les deux en même temps...


      • rosemar rosemar 3 mars 2018 17:12

        @Elixir

        On songe aux poètes maudits, frappés par la misère, le mépris...




      • rosemar rosemar 3 mars 2018 17:38

        @Elixir

        « La poésie est capable de révéler le mystère de notre destin au sein de l’univers vivant »... François Cheng.

      • Elixir Elixir 3 mars 2018 19:13

        @rosemar

        oui je crois que la poésie va la ou la pensée rationnelle ne peut que jeter l’éponge, surtout, elle englobe toute la vie, la poésie est à la fois rationnelle et irrationnelle, contrairement à la science qui est certes incontournable mais stérile, un peu un homme sans une femme.


      • Paul Leleu 3 mars 2018 19:47

        @Ben Schott


        prétention du petit-bourgeois occidental sans identité et honteux de lui-même... haine blafarde et ignorance satisfaite de sa propre culture et de sa propre identité... 

        si la poésie ne vous évoque rien d’autre que cette platitude et cette haine psychanalytique, je vous plains... vous n’êtes pas original... ces dizaines de millions de jeunes bouffons européens ont la même réaction que vous à l’évocation de la poésie... 

        bien-sûr, ces mêmes gens qui ignorent et détestent (comment font-ils les deux) la poésie et l’identité des peuples d’Europe, ont la prétention démesurée de sauver la civilisation et de nous exprimer leur « pensée »... cette démesure, cette haine, ce mépris et cette prétention, ils l’ont acquise dans le rock n’ roll... 

      • JC_Lavau JC_Lavau 4 mars 2018 03:25

        @rosemar.

        Il était une fois 
        Dans la ville de Foix
        Une marchande de foie
        Qui vendait du foie
        Dans la ville de Foix.
        Elle se dit ma foi,
        Puisqu’il fait si froid
        Dans la ville de Foix
        Je ne vendrai plus de foie
        Dans la ville de Foix.
        Je vendrai du nouillorque !

      • kalagan75 4 mars 2018 09:30

        @Elixir
        La science est tellement stérile qu’elle est tout autour de toi ...

        Comparer science et poésie , quelle idée saugrenue ...

      • JC_Lavau JC_Lavau 4 mars 2018 12:57

        @kalagan75.

        Poézizi !
        La rivière est dans son lit !
        ...
        Ça se trouvait en 45 tours.

      • Elixir Elixir 4 mars 2018 14:25

        @kalagan75

        Pourquoi ne pas comparer les pommes et les poires si on veut ?
        Le féminin et le masculin ?

        Le rationnel et l’« irrationnel »

        La logique et l’imaginaire me semblent toucher des zones du cerveau différentes, et en ce sens sont complémentaires, des neurologues passent même leur vie à essayer de le comprendre, et je pense qu’il n’ont pas fini...


      • Xenozoid Xenozoid 3 mars 2018 16:26

        a que de beaux mots
        qui au lieux d’être sots
        nous renvoient sur hugo
        victor victor victor
        n’oublie pas le pôt
        car pour les vers invitro
        le maitre arrangera les mots
        victor victor victor


        • Nestor 3 mars 2018 16:34

          Salut Rosemar !

          Ah la poésie beaucoup si sont laissés tenter ... Mais faut faire gaffe quant même les poètes ont souvent été étiquetés style consommateurs et amoureux des substances illicites ... Mais aussi faire gaffe parce que simplement quelques verres d’alcool peuvent eux aussi suffire pour amener à plusieurs styles de vers qui ensuite sortent de partout  smiley ... Mais sinon quelle douceur de vivre accompagné de cette belle et magnifique phonétique ... smiley

          Vraiment une autre façon de voir les choses ... Non ? smiley


          • Paul Leleu 3 mars 2018 19:41

            @Nestor


            j’ai regardé les liens... c’est drôle d’avoir une vision aussi caricaturale et ignorante de la poésie... il ne vous vient pas d’autres idées ni d’autres références ? ... pauvre de vous... sans doute trop imbibé d’idéologie américaine, et de haine de soi-même... 

            Je vous souhaite un jour d’avoir d’autres références en tête, et d’autres émotions, quand vous entendrez parler de poésie... et si vous êtes ignorants en la matière, demandez-vous pourquoi, et commencez par suspendre votre jugement en attendant de connaitre, plutôt que de jeter des pierres avec les ignorants... 

            en attendant, la vidéo des Inconnus montre surtout la connerie des rockeurs qui ont des prétentions à être des artistes... et tous les bouffons soumis qui hurlent dans la fosse en ayant l’impression d’être libres... nombrils du monde qui croient chacun être le seul détenteur du jouir et de la joie... bref... la racaille américanisée... le problème c’est pas les zarabes... c’est vraiment ça. 

            Quant à Depardieu, j’ai toujours pensé que c’était un sous-développé subventionné par le système... 

          • pemile pemile 3 mars 2018 19:50

            @Paul Leleu

            Vous semblez avoir un problème avec l’humour, le second degré, la caricature, non ?


          • Paul Leleu 3 mars 2018 20:23

            @pemile


            l’humour, le second degré et la caricature sont la quintessence de la culture... je pense que nous sommes pour le moment dans l’ignorance... il ne faut pas confondre... 

            chaque fois qu’on souligne ce problème, on a le droit à cette même remarque... c’est juste une technique pour déconstruire tranquillement une civilisation... « je fais du second degré »... 

            demandez donc à vos spécialistes du second degré, de commencer par faire un peu de premier degrer, pour voir... et vous verrez qu’on n’est pas dans le second degré, mais bien dans la déculturation, et l’orgueil. 

            Qui peut le plus peut le moins... mais l’inverse n’est pas forcément vrai.. alors, avant de nous propser des desserts sucrés, je demande que ces « artistes » nous proposent des plats de résistance qui tiennent la comparaison avec les anciens. 

          • Nestor 3 mars 2018 21:25

            Salut Paul !

            « c’est drôle d’avoir une vision aussi caricaturale et ignorante de la poésie »

            Ce qui est surtout très drôle c’est d’avoir une vision aussi sectaire et ignorante d’une certaine expression ou forme d’humour comme vous l’explique Pemile ! smiley

            De tout façon je tiens à vous préciser que j’ai signalé votre post à Nathalie Saint-Cricq en espérant vraiment qu’elle est un traitement adéquate pour vous ... ! smiley ... Il y a des limites quant même à ne pas être Charlie comme à ne pas être charlot ...  smiley 

            Peut-être bien une mauvaise vu ? Cela expliquerait-il dans votre pseudo ce mélange de L et de N ?

            Perso, Je me demande bien quel poète aurais été choqué par ce style de caricatures ? Et me demande même ci cela ne les aurait pas prêter à sourire voir à rire !

            Monsieur, j’aime bien moi aussi certaines formes de poésie (désolé les autres smiley ) ! La poésie Monsieur, vous n’en avez pas le monopole du cœur smiley ! Elle n’appartient pas qu’à votre petite vision qui semble vachement restreinte malheureusement ...  smiley ...

            Sinon à part ça ! Un souci avec le peuple Américain ? ↓

            « sans doute trop imbibé d’idéologie américaine, et de haine de soi-même... » ... « la racaille américanisée... »

            Même bob Dylan tu ne l’aimes pas ? smiley

            Désolé mais je crois que là tu es malheureusement au delà des gentils méthodes douces de la chère Nathalie ... Ton cas est bien plus grave en fait  !  smiley


          • Nestor 3 mars 2018 21:46

            Pemile,

            « un problème avec l’humour, le second degré »

            Sinon il y a aussi le premier degré. si il veut le Paul ! smiley


          • phan 3 mars 2018 16:58

            Avec Cheng, dans le cadre des rouleaux de printemps de poésie :

            Longtemps, longtemps, longtemps
            Après que les poètes ont disparu
            Leurs chansons courent encore dans les rues
            La foule les chante un peu distraite
            En ignorant le nom de l’auteur
            Sans savoir pour qui battait son cœur
            Parfois on change un mot, une phrase
            Et quand on est à court d’idées
            On fait la la la la la la
            La la la la la la
            Longtemps, longtemps, longtemps
            Après que les poètes ont disparu
            Leurs chansons courent encore dans les rues
            Un jour, peut-être, bien après moi
            Un jour on chantera
            Cet air pour bercer un chagrin
            Ou quelque heureux destin
            Fera-t-il vivre un vieux mendiant
            Ou dormir un enfant
            Ou, quelque part au bord de l’eau
            Au printemps tournera-t-il sur un phono
            Longtemps, longtemps, longtemps
            Après que les poètes ont disparu
            Leur âme légère court encore dans les rues
            Leur âme légère, c’est leurs chansons
            Qui rendent gais, qui rendent tristes
            Filles et garçons
            Bourgeois, artistes
            Ou vagabonds.
            Longtemps, longtemps, longtemps
            La la la…



            • JBL1960 JBL1960 3 mars 2018 23:56

              @rosemar Je ne résiste pas, l’ayant également intégré dans mon tout petit blog, mais chantée par Maurane car cette chanson est magique, et elle hante ma mémoire depuis que je suis gamine...

              Et puis-je me permettre de vous tirer l’œil vers les textes de Zénon l’ailé, et ses poèmes inédits, qu’il m’avait fait l’amitié de me confier, car je lui ai ouvert une page dans mon blog et comme on ouvre son cœur ; LES CHRONIQUES DE ZÉNON j’ai d’ailleurs mis tous ces textes en format PDF pour permettre la lecture, le téléchargement et l’impression gratos, car lire Zénon sous le soleil ou les étoiles c’est pas mal non plus...
              Hier, c’est l’histoire.
              Demain est un mystère.

              Et aujourd’hui ?

              Aujourd’hui est un cadeau ;

              C’est pourquoi on l’appelle le présent…

              Et nous savons, désormais, que l’Histoire s’écrit au présent…
              Et que le futur commence MAINTENANT !
              Extrait de mon billet de la Saint-Silvestre : Les Promesses de l’aube...

              Longtemps, longtemps, longtemps,

              Après que les poètes ont disparu…

              Leurs chansons,

              Courent encore dans les rues…


            • Diogène Diogène 3 mars 2018 17:07

              La poésie, c’est l’opium de la pensée.


              • Paul Leleu 3 mars 2018 19:06

                @Diogène


                et vice-versa... 

              • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 mars 2018 17:19

                Si les vents ont donné un sens à la rose, c’est bien pour orienter le pèlerin lequel autrement serait perdu dans la jungle de la nature sans l’aide des mots pour le guider. Que serait le Rose sans Ronsard ? : juste une fleur qui trop vite se fane vite et donne beaucoup de travail au jardinier. Si Dieu dans son infinie bonté à créé le rose, c’est aussi parce qu’il avait compris que l’humain ne pourrait survivre sans la poésie. Autrement les pissenlits suffiraient à notre survie. 

                 

                • rosemar rosemar 3 mars 2018 17:31

                  @Mélusine ou la Robe de Saphir.

                  Très joli message... merci.



                • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 mars 2018 17:46

                  Ma vie ne fut pas toujours roses, loin de là, comme la plupart d’entre nous (comme il me le fut reporché (je garde le laspsus calami) sur le site de Nabum : Oh toi, on voit bien que tu n’as jamais du traire les vaches,....), mais partout, j’avais toujours le carnet de poésie de ma mère dans le fond de ma valise. Mon Graal,, avec son carnet en peau de cuir (toujours aussi brillant) et en l’ouvrant, par hasard, je lis : C’est un petit chat noir, effronté comme un page, je le laisse jouer sur ma table, souvent, quelque fois, il s’assied, sans faire de tapage, on dirait un joli presse-papier vivant,...Ed Rostand. Pierrot,...Le 1-12-1951,.... Je n’ai jamais perdu ce fil rouge, cette pelote de laine qui m’a souvent permit de franchir ce que je peux bien appeler : le mur de la haine. Mais là, c’est une autre affaire, comme aurait dit Maigret,...


                  • Ben Schott 3 mars 2018 17:56

                    @Mélusine ou la Robe de Saphir.
                     

                    Et pendant le même temps, madame votre maman dansait le twist sur du Johnny !
                     


                  • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 3 mars 2018 18:02

                    @Ben Schott


                    Non, Johnny c’était pas son style. Tendance Gréco et existentialiste. Zazou,...


                    • Paul Leleu 3 mars 2018 19:43

                      @rosemar


                      je ne peux pas dire que j’apprécie les manifestions officielles de poésie... et le style actuel ne me plait pas du tout... 

                      par contre, je suis stupéfait de l’ignorance blafarde et satisfaite, et de la haine ordinaire qui entourent la poésie... merci pour votre article. 

                    • rosemar rosemar 3 mars 2018 20:58

                      @Paul Leleu


                      Merci pour ce message...
                      La poésie donne le goût des mots... on a tous appris des poésies à l’école : un apprentissage qui permet de développer la sensibilité... et la sensibilité manque à notre époque...

                    • Nestor 3 mars 2018 22:32

                      Rosemar,

                      Oui merci pour ce message vous avez raison de le signaler Rosemar ... 

                      « La poésie donne le goût des mots. »

                      Oui sans aucun doute possible ...

                      « sans doute trop imbibé d’idéologie américaine, et de haine de soi-même... »
                      ... « la racaille américanisée... »

                      Oui c’est vrai Rosemar c’est vraiment magnifique  ! Çà inspire totalement la paix entre les peuples !


                    • JC_Lavau JC_Lavau 4 mars 2018 15:05

                      Ô Saint Hubert patron des grandes chasses,

                      Toi qu’attrapais les moustiques au lasso !
                      En poursuivant la limace à la trace
                      Tu l’écrasais sous ta Quatre-chevaux ho ho ho ho ho ho !
                      ...

                      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 4 mars 2018 15:10

                        Hâte-toi lentement. A chacun son Paradis. Evangile selon Saint Matthieu : "Si vous ne devenez comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le domaine de Cieux

                         Poètes, vos papiers chantait Ferré. Il avait tort et raison. Au Paradis, les papiers n’ont plus raison d’HETRE. Seul compte le chant,.....

                        • JC_Lavau JC_Lavau 4 mars 2018 19:21

                          Un poème inédit de Stéphane Mallarmé :
                          Quand le vaticinant erratique, au larynx 
                          Dédaléen, divague en sa tant dédiée 
                          Manie et de l’absent avant tout radiée 
                          Pour de l’insaisissable animer la syrinx, 

                          O n’être qu’aboli le mystère du sphinx 
                          Par qui du clair-obscur l’âme est congédiée ! 
                          O chevaucher, vers la victoire irradiée, 
                          Aveugle, et de ses yeux exorbités, le lynx ! 

                          Hypogéenne telle énigme la Pythie, 
                          Ambage non pas un d’où l’inconnu dévie, 
                          J’ai de l’impénétrable approfondi l’azur ; 

                          Et, ténébral sitôt hiéroglyphique cygne 
                          Qu’obstructif en son vide ombre un déléatur, 
                          J’offusque, triomphal, le néant qui m’assigne. 

                           
                           
                           
                           
                           
                           
                           
                          Traduction française à lire absolument :


                          •  C BARRATIER C BARRATIER 4 mars 2018 19:34

                            les poètes sont les mieux placés pour parler de la poésie. Ses poètes sont parfois méconnus de leur vivant, l’étude de leur oeuvre la fait finalement aimer parois au bout de tres longtemps.

                            A l’école primaire la poésie (la récitation a contribué à m’accrocher aux études , j’avais un instituteur exceptionnel, la récitation n’était pas un simple exercice d’apprentissage.

                            Alfred ARNAUD, un instituteur peut changer une vie http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=297

                            Devenu professeur j’ai réussi à faire de la récitation, en classe de terminale bas, un exercice d’expression

                            Ecole,projets reforme Blanquer examen critique http://chessy2008.free.fr/news/news.php?id=296

                            •   « La poésie n’est elle pas la recherche de beauté et d’harmonie musicale   »

                               A condition d’éviter le malencontreux « kakemphaton » tant redouté du poète « tel ce vers de Corneille dans Polyeucte :
                               
                                » Vous me connaissez mal ; la même ardeur me brûle « 
                                » Et le désir s’accroit quand l’effet se recule " ...... 
                              Oh pôvre  !  smiley
                               
                               


                              • JC_Lavau JC_Lavau 4 mars 2018 20:00

                                @Armand Griffard de la Sourdière.

                                Vingt fois dans mon coeur ce fer a repassé !

                              • arthes arthes 5 mars 2018 07:34

                                @JC_Lavau
                                Je suis l époux de la reine, poux de la reine, poux de la reine...


                                Cela dit, Joli , Mallarme.



                              • @JC_Lavau
                                 heureusement que ce fer qui frise le ridicule ne tuera personne .
                                 Emportés par leur élan créateur , les poètes n’ont pas remarqué qu’un de leurs pompeux alexandrins acquérait à la déclamation une irrésistible vertu comique .
                                 Mais il semblerait que l’on soit là en présence d’un pastiche façon J.Racine , une parodie en somme .
                                 Et pour le plaisir , une authentique perle assez connue que l’on doit à Dumas (l’autre)

                                 «  Je sortirai du camp , mais quel que soit mont sort »
                                 «  J’aurai montré du moins , comme un vieillard en sort »
                                 

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès