• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Réponse d’un « Gaulois réfractaire » et de ses compatriotes au mépris (...)

Réponse d’un « Gaulois réfractaire » et de ses compatriotes au mépris dont ils sont l’objet

Un président ne devrait pas insulter ses compatriotes et encore moins mépriser ses concitoyens, surtout lorsqu'il sent qu'il a "perdu la main" et que la réalité des faits lui impose une vérité qu'il se refuse d'autant plus à voir qu'il est incapable de composer avec.

Renaud Bouchard

L'imbécillité : essentialisation et orgueil de la sottise par le sot qui croit savoir.

Camille Loty Malebranche

Comme l'écrit L. Joffrin dans Libération : "En fait, quand on soupire après le conservatisme supposé des Français, c’est dans un sens très particulier : on attaque leur réticence devant les réformes libérales que la classe dirigeante veut leur imposer, en général pour son plus grand profit. Or ces réformes sont en réalité des sacrifices : moins de protections, moins d’acquis sociaux, moins de salaire, moins de retraite, moins d’indemnités chômage. Ce sont ces réformes-là – ces reculs – que les « Gaulois » d’aujourd’hui n’aiment pas. Incroyable découverte : les Français veulent bien changer, mais pour le mieux. Autrement dit, ils ne sont pas masochistes. Pas besoin d’aller au Danemark pour s’en apercevoir."

Il ya des propos imbéciles et inexacts qui sont ce qu'ils sont et qui en disent long sur leur auteur. Il est inutile pour celui-ci de tenter ensuite d'en minimiser la portée comme d'essayer de noyer le poisson en voulant les mettre sur le compte de la plaisanterie. La manoeuvre est puérile et ne prend pas. Les faits sont têtus, comme chacun sait, et il est manifeste qu'à l'occasion de son voyage au Danemark M. Macron a encore perdu une occasion de se taire.

https://www.lci.fr/politique/video-polemique-au-danemark-emmanuel-macron-evoque-un-peuple-gaulois-refractaire-au-changement-petite-phrase-2096885.html

Mais voilà. On ne pouvait laisser les choses en l'état dans l'attente d'une nouvelle insulte, et ce d'autant plus que ce qui transparaît des déclarations imprudentes et impudentes du chef de l'Etat n'est autre que sa crainte de ne pouvoir surmonter, sur fond de question identitaire et migratoire européenne, le fait qu'au-delà de la question migratoire, est en train de se constituer en Europe un nouveau front bien décidé à redéfinir en profondeur les clivages politiques autour de l'adhésion à l'Union européenne.

Et voici que mes lectures m'ont conduit à découvrir et lire un texte remarquable dont la profondeur comme l'intelligence m'ont paru pouvoir répondre à l'imbécillité sournoise qui vient une fois de plus d'éclabousser la France et les Français, ces vieux Gaulois "réfractaires" au front bas qui ne comprendraient rien à rien et seraient trop stupides pour saisir la pensée trop complexe de celui qui leur fait la leçon, les prend pour des abrutis et les dénigre sans vergogne.

Tout est dit dans ce texte qui peut utilement servir ici de réponse au jeune Hamlet, celui qui "est et qui n'est pas", qui dit une chose et son contraire en moins de deux jours et qui va finir par se faire mal s'il continue de faire le grand-écart en servant deux soupes différentes en France et au Danemark. Le Lecteur appréciera. Il me semble personnellement que de l'imbécillité à l'arrogance, la frontière est mince, au point qu'elles finissent toutes deux par se nourrir l'une et l'autre à satiété.

" L’imbécillité s’identifie par l’inaptitude de l’imbécile à identifier et à comprendre les nuances ; l’imbécile est cet arriéré gnoséologique dont le jugement lacunaire ne connaît le monde qu’en bloc indifférencié, incapable qu’il est de saisir les nuances à travers le phénomène des êtres et des choses qu’il perçoit...

L’imbécile, de la plus pertinente acception, est ce manant ou cette poissarde qui fait des vilenies et blesse son semblable gratuitement par les errements de son bas niveau d’humanité sans jamais se reconnaître fautif au point de se gonfler de ses propres bêtises. L’enflure sur la bêtise par inaptitude à se juger, voilà un indice majeur de l’imbécillité, un signe révélateur de l’entendement primitif de l’imbécile. L’imbécile est un grossier mais pas un narcissique. Car le narcissique est, malgré ses motivations d’extrême égotisme et précisément pour cet égotisme qui veut se faire voir toujours ostensiblement grand et bon, un séducteur ; alors que l’imbécile, par manque de toute estime de soi, de toute qualité dont il peut être fier, est immédiatement repoussant, ne faisant exhibition que de ses conneries… Le narcissisme est la surenchère, l’intumescence de l’estime de soi mal assumée par l’excès, qui se dévie en autolâtrie, je dis bien mal assumée, car l’on ne s’estime jamais assez quand l’estime est bien orientée. L’imbécile, quel que soit sa fonction sociale, qu’il soit politicien, journaliste, industriel ou itinérant, ressasse les mêmes incohérences, reproduit les mêmes aberrations sans pouvoir les dépasser malgré les évidences contraires ne réclamant pourtant nul dépassement intellectuel pour être appréhendées.

L’imbécile a toujours raison car pour lui, il n’y a pas de discernement entre la sphère du sacré et le monde du profane, entre l’individuel et le social, le populaire et le démocratique, l’État et la nation, entre l’intime et le divulgable, entre homme d’élite et vulgaires privilégiés, entre penser et répéter, entre fierté authentique et mégalomanie, entre prestige et histrionisme, entre vie privée et droit public, entre identité et chauvinisme xénophobe, entre patriotisme et racisme… En fait, le seul sacré pour un imbécile, c’est ce que son moi balourd et aveugle a cru comprendre, ce pour quoi on l’a programmé. C’est aussi un monstre qui te fait n’importe quoi et se fâche si tu le lui fais comprendre même avec tact et douceur. Voilà pourquoi un imbécile ne peut évoluer vers son humanité bafouée par ses cécités mentales ; l’imbécile a une conscience déviée qui involue sans cesse vers de vieux repères qu’on lui a tracés car sa carence intellectuelle, sa déficience d’entendement le bloque psychologiquement faisant de lui un sous-produit des bêtises qui le programment.

S’il n’a pas de signe somatique distinctif, sa morphologie étant humaine, une fois que se déploient ses tares d’imbécillité, l’imbécile ne trompe plus personne par son arriération grivoise irrémédiablement coulée au béton de ses réflexes primaires, de son ignorance abyssale aggravée par un cruel manque de courage pour l’apprentissage et une quasi aboulie quant à l’introspection et la prise de conscience de lui-même. L’imbécile souffre d’une pathologique absence de toute volonté et de capacité d’autocritique… Ainsi, pour un imbécile systémique ou antisystémique, il s’agit de se soumettre, de s’adapter à son credo car son petit monde mental est le commencement et l’aboutissement de l’univers. Rebut fanatique du programme idéologique, l’imbécile est l’assimilé joyeux, le programmé obsédé de la supériorité de ce qu’il a ingurgité dans son émotive mémoire inintelligente, qu’il profère sans nuance sans interrogation et veut imposer par la violence… L’imbécile est ce surhomme, cette surfemme que les humains ne devraient fréquenter que sans jamais problématiser ses croyances car son essentialisme de profane en fait l’antithèse d’un être humain, c’est un hermès au panthéon des aberrations pérennes qui sévissent et se renouvellent à chaque génération d’ignares colportés par notre société vulgarophile. Envahissants, les imbéciles prolifèrent comme une race dominante dans notre société de malentendus et de crises endémiques de valeurs…

Aussi, est-ce pourquoi l’imbécile est si sûr de lui, qu’il fait à qui veut l’entendre, leçon de bon sens dans les médias, les universités et les administrations ! Reprenant des lieux communs maquillés de science quand il est certifié de scolarité ponctuée par des diplômes, il argue selon ses rétentions scolaires qu’il prend pour la vérité, pour seul bien possible universel. L’on comprend pourquoi l’imbécile crie, en appelle à l’autorité, feint de se moquer, insulte et s’indigne non de la mauvaise foi ou de l’incurie d’un interlocuteur bête mais par incapacité de défendre discursivement ses positions. L’imbécile hait l’intelligence qu’il agresse en conspuant idiotement et méchamment en dénigrant pour lui et ses pareils tout argument d’autrui ébranlant ses arguties et son simplisme.

« Il y a trop d’imbéciles sur cette terre » déplorait Fanon au début de ‘Peau noire et masques blancs’ ! En effet, les imbéciles constituent une espèce dénaturante de l’humanité à qui elle livre la plus violente, la plus avilissante et marginalisante des compétitions par leur agressivité, leur nocuité dans une société que l’imbécillité transforme en pilori des individus et groupes restés conformes aux caractéristiques ontologiques et mentales de l’espèce humaine. La lignée sans cesse montante des imbéciles fait de la terre entière un biotope séquestré, envahi par organismes toxiques repoussant les humains à la marge où ceux-ci sont constamment raréfiés malgré l’explosion démographique censée répandre l’humanité en nombre partout sur la planète…

Humains qui me lisez, prenez garde, ne sous-estimez guère la virulence du phylum innombrable des imbéciles et leur exponentielle expansion ; faites gaffe, Hommes, car si vous les laissez faire par complaisance ou passivité, je vous le dis, un jour prochain, ils pourraient vous effacer totalement et vous remplacer irréversiblement sur la face de la terre !"

Allons ! Il est temps de rétablir le paragraphe qui a désormais disparu et que l'on trouvait en exergue de tous les albums racontant la saga d'Astérix le Gaulois ! " “Nous sommes en 50 avant Jésus-Christ. Toute la Gaule est occupée par les Romains… Toute ? Non. Un village peuplé d’irréductibles Gaulois résiste encore et toujours et à l’envahisseur…”

Lundi 28 août 2018, devant la conférence des ambassadeurs, M. Macron expliquait à une assemblée de diplomates attentive ce qu'il en était du retour de l'identité et de la "psyché profonde" des peuples : « Enfin, parce que, partout dans le monde, les identités profondes des peuples ont resurgi, avec leurs imaginaires historiques. C’est un fait. Ceux qui croyaient à l’avènement d’un peuple mondialisé, protégé des morsures de l’histoire, se sont profondément trompés. Partout dans le monde, la psyché profonde est revenue à chacun de nos peuples, et c’est vrai, de l’Inde à la Hongrie, en passant par la Grèce, jusqu’aux Etats-Unis. Regardez-y de plus près, elle est parfois détournée, parfois exacerbée, mais c’est un fait qui dit quelque chose du retour des peuples. C’est une bonne chose sans doute, en tout cas, je le crois. »

Dont acte.

Et voilà que le lendemain au Danemark, devant une assemblée d'étudiants, il tenait un tout autre discours : « Le vrai Danois n’existe pas, déclarait-il, il est déjà européen. Même votre langue n’est pas seulement le danois, elle est part de la langue européenne », avant d’ajouter : « C’est pareil pour les Français ».

Non, Monsieur le Président.Vous ne pouvez pas dire une chose et son contraire, encore moins lorsque tout montre que vous avez parfaitement perçu la profondeur du mouvement politique, économique, géopolitique qui est en train de travailler les peuples européens qui ne veulent pas de la conception européenne et de l'Europe que des gens tels que vous, tels que M. Juncker, Mme Merkel, M. Draghi, s'ingénient de la manière la plus imbécile, la plus arrogante, la plus dangereuse qui soit, à imposer à marche forcée à des gens qui n'en veulent pas.

Comme l'écrit l'excellent David Desgouilles "...le Royaume du Danemark n’était pas forcément le meilleur lieu pour illustrer le projet « progressiste » de M. Macron contre les méchants « nationalistes ». Car c’est bien ce pays qui, en 1992, fut en quelque sorte le « village gaulois » en rébellion, décidant souverainement par référendum la non-adoption du traité de Maastricht et donc le maintien de la Couronne comme monnaie nationale. C’est bien ce peuple qui, avant même l’Italie ou la Hongrie, envoya un groupe puissant au Parlement de ce qu’Emmanuel Macron nomme « nationalistes » ou « populistes ». C’est bien ce pays qui a mis en œuvre une politique d’assimilation et de baisse de l’immigration qui feraient hurler les députés LREM si c’était Laurent Wauquiez qui les proposait.

Qui sait si, du côté de Milan, Salvini et Orbán n’ont pas été surpris qu’Emmanuel Macron leur réponde aussi vertement depuis Copenhague, alors que, décidément, il y a sans doute plus « populiste » qu’eux au Royaume du Danemark."

 

Nous sommes en 2018 et la France est réfractaire. Elle est réfractaire à l'imbécillité et au mépris. Elle est réfractaire à tous ceux qui la prennent précisément, elle et ses habitants, pour des imbéciles. Elle n'est d'ailleurs pas la seule en Europe, et du Groupe de Visegrád en passant par l'Autriche, l'Italie, bientôt la Suède et très probablement l'Allemagne, il se pourrait bien que la vision européenne de M. Macron et celle relayée et développée par son Ministre des Affaires européennes, Mme Nathalie Loiseau, puissent rencontrer de sérieuses déconvenues à neuf mois des prochaines élections européennes.

La question identitaire et migratoire est désormais prégnante partout en Occident, que cela plaise ou non à certains. Ce sera le grand sujet des élections européennes de mai 2019.

Emmanuel Macron : « Ce n'est plus une crise migratoire, c'est une crise politique

On lira avec intérêt ce document, cette "note secrète" qui ne l'est plus, et qui montre que le président de la République est désormais très inquiet de la tournure que prend la question de l'immigration et de l'identité à l'échelle de l'Europe.

https://www.lexpress.fr/actualite/politique/exclusif-la-note-secrete-du-quai-d-orsay-sur-la-crise-migratoire_2031846.html

« Nous avons des mots-clefs qui nous relient : Dieu, la patrie, la famille, la sécurité, le travail, l’honneur, le bon sens, la souveraineté, la liberté ». Par ces mots, Viktor Orbán, parlant au nom du V4, établit la ligne directrice du Visegrád comme groupe dissident au sein de l’UE. Il s’agit d’un bloc d’Européens qui rejettent la vision libérale-libertaire, immigrationiste, laïque et mondialiste. Une autre Europe est possible, et le V4 entend bien la concrétiser.

D’ailleurs, le groupe ne cache pas ses ambitions : comme l’a dit Andrej Babiš, il faut réformer l’UE afin de la faire évoluer vers quelque chose qui ressemble plus au V4. Le Premier ministre tchèque aimerait « dépolitiser la Commission européenne » et aller vers des décisions collégiales des chefs de gouvernements européens. Bien entendu, cela semble peu réaliste, en l’état actuel des choses. Mais les faits sont là : aujourd’hui, Juncker doit négocier avec le V4. Le groupe de Visegrád a réussi à s’imposer comme un acteur politique majeur en Europe, porteur d’idées avec lesquelles il faut composer.

Ignorance et refus de voir la réalité font très mauvais ménage. Elles mènent les dirigeants politiques dans le mur. Le chef de l'Etat est en mauvaise posture.

Ne nous y trompons pas.

La question identitaire et migratoire sera le tombeau politique de M. Macron.

Les "Gaulois réfractaires" pourraient bien lui en apporter la démonstration.

Nous y reviendrons.

 

Sources et références :

http://intellection.over-blog.com/2015/09/l-imbecillite-essentialisme-et-orgueil-de-la-sottise-par-le-sot-qui-croit-savoir.html

https://www.valeursactuelles.com/culture/pourquoi-la-page-douverture-dasterix-t-elle-ete-supprimee-du-nouvel-album-90059

https://www.causeur.fr/macron-danemark-danois-gaulois-154092

https://www.breizh-info.com/2018/02/18/89462/a-27-ans-groupe-de-visegrad-plus-fort-jamais

http://www.lefigaro.fr/vox/monde/2018/08/29/31002-20180829ARTFIG00273-pourquoi-macron-et-salvini-ont-tous-les-deux-interet-a-une-opposition-frontale-et-simpliste.php

https://www.lemonde.fr/politique/article/2018/08/20/nathalie-loiseau-de-quelle-europe-a-t-on-envie_5344190_823448.html

Documents joints à cet article

Réponse d'un « Gaulois réfractaire » et de ses compatriotes au mépris dont ils sont l'objet

Moyenne des avis sur cet article :  3.28/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

21 réactions à cet article    


  • Arogavox 31 août 2018 11:48

    Je retiendrai surtout  :

    « Nous sommes en 2018 et la France est réfractaire. 
    Elle est réfractaire à l’imbécillité et au mépris. 
    Elle est réfractaire à tous ceux qui la prennent précisément, elle et ses habitants, pour des imbéciles.  »
      

    • placide21 2 septembre 2018 09:07

      @Arogavox
      De gaule a été le grand réfractaire du siècle dernier,il a essayé de préserver les français de l’emprise de l’ami-requin , n’oublions pas sa phrase. « Je n’aime pas les gens de droite car ils ne pensent qu’à l’argent ,ni les socialistes car ils ne sont pas socialistes »


    • Arthur S BOZO 31 août 2018 11:53

      Il ne sait même pas cacher son jeu, l’imbécile !


      • Passante Passante 31 août 2018 13:36
        j’en connais un qui va se prendre un menhir qui traîne ..

        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 août 2018 13:45
          @Passante

          Bonjour, ainsi qu’aux précédents visiteurs.

          « Il semblerait qu’Amora, déesse de la moutarde, soit montée au nez des autres dieux... »
          (R. Goscinny, Le Devin, sept.1972)

          Elle pourrait bien monter au nez des Gaulois.

          RB

        • Arthur S BOZO 31 août 2018 14:38

          @Renaud Bouchard

          Marcus Sacapus : « Les Gaulois sont venus, ils ont vu et ils ont emporté Caligula Minus ! »



        • Matlemat Matlemat 31 août 2018 17:56

          Macron se prendrait pour Jules César que cela ne m’étonnerait pas.


          • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 31 août 2018 19:06

            Aux lecteurs.Analyse assez fine :"

            Lundi dernier, Emmanuel Macron réunissait nos ambassadeurs à l’Élysée. Au programme des réjouissances, l’Europe et comment la remettre en marche, en quelque sorte. D’où ce constat : « L’Europe ne peut plus remettre sa défense aux seuls États-Unis. Nous devons tirer toutes les conséquences de la fin de la guerre froide. » Près de trente ans après la chute de l’URSS, il était effectivement temps d’y penser.

            Il s’agit donc de renforcer « la solidarité européenne ». Fort bien, sauf qu’en même temps, le même Macron entend mener « le combat contre les nationalismes ». Soit, au mieux, se désolidariser des peuples ayant mal voté, « lèpre populiste » oblige ; pis, leur déclarer une guerre plus ou moins larvée au nom d’un « modèle humaniste de la mondialisation » censé porter « une volonté de souveraineté européenne ». C’est beau, sauf qu’en même temps, ça ne veut rien dire ; ou alors tout et son contraire.

            Celle qui ne s’y est pas trompée, c’est Alice Weidel, l’une des dirigeante de l’AfD allemande qui, dans un entretien accordé au Parisien, évoque ce « rassemblement des progressistes » : « Je n’y vois que le dernier sursaut d’une vieille élite complètement désorientée. […] Je pense, au contraire, qu’Emmanuel Macron finira par accélérer la division de l’Europe. »

            Mieux, toujours à l’en croire, ce seraient surtout ces partis populistes qui auraient désormais une longueur d’avance : « Les pays qui donnent actuellement une impulsion à l’Europe sont ceux d’Europe centrale et orientale, de l’Autriche à la Pologne en passant par la Hongrie, la Slovaquie et la Tchéquie » qui se partagent un territoire appartenant à l’ancien espace culturel commun de l’empire des Habsbourg. »

            Bref, l’un fait tourner le moulin à prières avec son « modèle humaniste de la mondialisation » tandis que l’autre en appelle aux mânes d’une histoire millénaire tout en appelant de ses vœux « l’Europe des patries selon le général de Gaulle ». On voit bien qui, des deux, est le premier de cordée.

            En même temps, toujours en Allemagne, Sahra Wagenknecht, sorte d’Alice Weidel de gauche, tire la sonnette d’alarme sur les récentes vagues migratoires, tel que rappelé en ces colonnes, tandis qu’en Italie, le M5S fondé par Beppe Grillo vient à la rescousse de Matteo Salvini de la Ligue, toujours sur ces mêmes questions. Si «  l’élite désorientée » resserre les rangs, les populistes, eux, auraient plutôt tendance à ouvrir les bras…

            Et en France ? Emmanuel Macron vient peut-être ici de commettre sa première erreur politique majeure. Il avait saisi la demande d’un peuple exigeant plus de « verticalité du pouvoir » ; il n’a pas su faire de même avec d’autres aspirations populaires relatives à l’identité et à la souveraineté. Un autre populiste, Jean-Luc Mélenchon, est d’ailleurs en train de commettre une faute stratégique similaire, persistant à « vouloir accueillir les migrants au nom de la Révolution de 89 », à rebours de ce qu’exige son reliquat d’électorat populaire.

            Il aurait pu accepter la main tendue par Marine Le Pen, (tu parles d’une alliance entre un Robespierre mâtiné de banquise stalinienne et une hurluberlue qui s’est politiquement flinguée en public) il a préféré revenir à ses vieux réflexes. C’est un repli frileux, mâtiné de populisme à la sauce quinoa. Avec Gérard Miller en caution ouvrière ? Jean-Luc Mélenchon veut en même temps fromage et dessert, café et digestif. En attendant l’addition ? Laquelle pourrait bien être aussi salée pour lui que pour un Emmanuel Macron persistant à marcher. Mais à reculons.

            Même agité de ces soubresauts annonçant généralement la phase terminale, c’est qu’il est de moins en moins fécond, le ventre d’où a surgi leur vieux monde."

            Tout cela sent le pâté et la faillite à court terme.

            Source :

            http://www.bvoltaire.fr/macron-contre-les-nationalismes-lagonie-dun-vieux-monde/


            • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 1er septembre 2018 11:13
              @Renaud Bouchard

              Bonjour, sous l’expression « solidarité européenne », le mis-en-place par les banques et les médias, projette une Europe fédérale, conforme aux intérêts de la ploutocratie.


            • Armelle Armelle 1er septembre 2018 11:33

              @bébert

              Hé bebert, on a retrouvé une photo de classe de ta 5ème !!!
              Vous êtes où ?
              http://www.madmoizelle.com/poisson-penis-animaux-phalliques-ver-261517


            • zygzornifle zygzornifle 31 août 2018 19:34

              Moi ça ne me dérange pas je me sent Gaulois et fier de l’être je suis pour le populisme en opposition au le Rotchildlisme , il est vrai qu’a cette époque Macron aurait léché copieusement l’a..s à César ....


              • SPQR Sono Pazzi Questi Romani SPQR Sono Pazzi Questi Romani 31 août 2018 20:14
                Moi, je suis Gaulois donc Celtes et fier de l’être ....

                Quant au petit minable qui nous insulte depuis un autre pays, qu’il dégage.... !

                Par Taranis ...

                 smiley 
                 

                • Ciriaco Ciriaco 1er septembre 2018 01:10

                  On dirait que la Gaule attire les crabes.



                    • psynom 1er septembre 2018 09:22

                      Je remarque que Macron n’oppose pas les danois aux français, mais les luthériens aux français.

                      Ce qui a distingué le luthérien du catho, est sont « réalisme » économique sans scrupule.

                      Les français ont donc, pour lui, le double défaut d’être catho et gaulois.


                      • Albert123 1er septembre 2018 10:05

                        @psynom


                        « Ce qui a distingué le luthérien du catho, est sont « réalisme » économique sans scrupule. »

                        et un certain relativisme moral si cher aux psychopathes.

                      • psynom 1er septembre 2018 12:13

                        @Albert123

                        Effectivement, la liberté de faire des affaires ne s’embarrasse pas de considération morales.

                        La Hollande avec seulement 1 million d’habitants, sans ressources naturelles, fut 2 fois plus riche que l’Angleterre, 3 fois plus que la France. Son secret (avec le commerce international) :

                        - la spéculation : acheter le plus de blé et le revendre extensivement cher quand il manquait (des millions de pauvres européens en ont manqué, et sont morts)

                        - le commerce des esclaves...

                        Je ne sais pas si Louis IV, gaulois, très catho, en les envahissant se rendait compte qu’il sauvait des millions d’européens et des millions d’africains (certes au frais du peuple français)

                        De toute façon, la liberté de s’enrichir ne s’est pas arrêté à ce moment là chez les luthériens.

                        En tout cas moi, l’esprit luthérien, vu comme ça…. Macron dégage !


                      • Passante Passante 1er septembre 2018 09:31
                        il a bien fallu dire non à un certain pape pour se saisir de brigitte.

                        mais le problème est aussi de se dessaisir de brigitte..
                        pourquoi ?
                        parce que ce mot de réfractaire, il l’a préparé et il l’a choisi,
                        plus précisément, on l’a choisi pour lui :
                        ça polarise les choses, ça détourne l’attention...

                        mais cette agression gratuite est presque une stratégie désespérée,
                        car c’est le singe s’aventurant au sommet du mât durant la tempête.

                        • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 2 septembre 2018 19:06

                          Aux lecteurs, que je remercie de leur visite comme de leurs observations que je lis attentivement, cet article qui mérite le détour.

                          Italy and Hungary Create ’Anti-Immigration Axis’

                          Ou l’on voit en effet que non seulement la politique de la France et de l’Europe n’est pas déterminée, pensée et mise en place rue du Fbg St-Honoré,à Berlin et à Bruxelles, mais encore qu’elle est désormais solidement revue par des dirigeants décidés à prendre en main la réalité des faits.
                          • "We are close to a historic turning point at the continental level. I am astonished at the stupor of a political left that now exists only to challenge others and believes that Milan should not host the president of a European country, as if the left has the authority to decide who has the right to speak and who does not — and then they wonder why no one votes for them anymore." — Italian Interior Minister Matteo Salvini.

                          • "This is the first of a long series of meetings to change destinies, not only of Italy and of Hungary, but of the whole European continent.« — Italian Interior Minister Matteo Salvini.

                          •  »We need a new European Commission that is committed to the defense of Europe’s borders. We need a Commission after the European elections that does not punish those countries — like Hungary — that protect their borders." — Hungarian Prime Minister Viktor Orbán.

                          Hungarian Prime Minister Viktor Orbán and Italian Interior Minister Matteo Salvini have pledged to create an « anti-immigration axis » aimed at countering the pro-migration policies of the European Union.

                          Meeting in Milan on August 28, Orbán and Salvini, vowed to work together with Austria and the Visegrad Group — the Czech Republic, Hungary, Poland and Slovakia — to oppose a pro-migration group of EU countries led by French President Emmanuel Macron.


                          Orbán and Salvini are seeking a coordinated strategy ahead of the March 2019 European Parliament elections to defeat the pro-immigration Party of European Socialists (PES), a pan-European party representing national-level socialist parties from all EU member states. The objective is to change the political composition of European institutions, including the European Parliament and the European Commission, to reverse the EU’s open-door migration policies.

                          Lire la suite sur le lien précité.


                          • lloreen 2 septembre 2018 20:34

                            Quelqu’un écoute encore les déblatérations de ce bio-robot ?


                            • Renaud Bouchard Renaud Bouchard 5 septembre 2018 16:42
                              Emmanuel Macron ou la confusion par le flou.

                              Très bon article de Guilaume Berlat.

                              Faute de moyens suffisants35, on ne peut faire des miracles. Faute d’une stratégie claire, on ne peut faire des exploits. Ni sur la crise du multilatéralisme, ni sur celle de l’Europe, Emmanuel Macron n’a fourni de pistes prometteuses, se contentant de litanies aussi ennuyeuses que creuses36. Faute d’être l’architecte clairvoyant du « nouveau monde », il se transforme en pompier inefficace de l’incendie qui consume « l’ancien monde »37. En définitive, l’adresse de Jupiter à sa joyeuse troupe d’excellences n’était en réalité qu’un superbe concours d’impuissance38.

                              Lire le texte en entier.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès