• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Réponse ouverte aux jérémiades de Mme Joly sur le thème « Nicolas Hulot (...)

Réponse ouverte aux jérémiades de Mme Joly sur le thème « Nicolas Hulot n’a pas tenu sa parole »

Je tiens à préciser ici que ces propos n’engagent que moi. Bien qu’ayant participé activement, du sein de son staff, à la campagne de Nicolas Hulot durant la Primaire de l’écologie, les sentiments que j’exprime ne sauraient refléter ceux de mes camarades ou amis qui, preuve en est, se sont pour certains engagés auprès d’Eva Joly.

Mme Joly ne retient plus son mépris. Il ne suffisait pas que la presse, ignorant visiblement le détail des engagements contractés lors de la Primaire écologiste, se répande en titres moqueurs ou pointe l’absence jugée peu loyale de Nicolas Hulot auprès d’elle. Voilà la candidate verte qui, abondant en ce sens dans son livre Sans tricher, ne trouve rien de mieux à faire – au moment où sa campagne redéfinit tous les standards de débâcle – que d’adresser à son ex-concurrent une ultime remontrance. L’ayant défini quelques pages auparavant comme « favori des élites politiques et médiatiques » – qui a dit candidat du système ? – voici notre Eva qui, nous la jouant femme sensible et trahie, s’émeut : « J'ai aussitôt pensé qu'une fois son chagrin passé, Nicolas m'aiderait dans la campagne, comme il s'y était engagé. »

« Comme il s’y était engagé. » Ce fut… comment dire ? Le reproche de trop. Voici donc Hulot repeint en homme déloyal et infidèle à la parole donnée. Quelle farce ! Peut-être est-il temps de dire les choses de manière suffisamment claire.

Le soutien après la Primaire était conditionné par le respect pendant.

Le respect mutuel était l’une des clauses de cette Primaire ; elle ne fut assurément pas la plus observée. N’étant peut-être pas aussi naïf qu’ont voulu le dire certains, Nicolas Hulot avait légèrement pressenti la chose et prévenu : le soutien mutuel suite à la Primaire ne s’appliquerait qu’à condition que la Primaire elle-même se tienne proprement. Il faut dire que les toutes premières attaques d'Eva Joly chez J.-J. Bourdin, le lendemain même de la déclaration de candidature de Nicolas Hulot, avaient donné le ton : ce serait frontal. La femme politique libre et intègre contre le présentateur vedette, dénué de crédibilité et lié dans son parcours à l’influence des multinationales. C’était déjà un peu limite sur le dernier point, mais admettons, cela restait vaguement politique et il s’agissait d’une campagne ; l’heure n’était pas aux mamours. La suite, néanmoins, fut nettement plus crasse.

Eva Joly a remporté cette investiture par des méthodes de chien enragé. Persistant dans la voie de la polémique, n’épargnant à son concurrent aucun dénigrement. Celui-ci eut droit à tout : showman superficiel, vendu de la droite, corrompu à la solde des multinationales… Elle alla même jusqu’à lui reprocher publiquement, dans un pantomime de délire paranoïaque, d’être une espèce de misogyne xénophobe qui l’attaquerait sur son apparence et son accent. C’était à Lille. Ce fameux, désastreux débat qui nous illustra à travers tous les médias, nous écologistes, comme des brutes sectaires. Eva Joly y démontra au moins une chose : elle n’était pas du genre à injurier par des moyens détournés. Pas du genre à laisser les porte-flingues monter au front à sa place ou à se contenter de propos de caniveau agités par des soutiens de second cercle sur les réseaux sociaux. Oh, tout cela eut sa place, mais Eva ne se retint pas pour autant. À Lille toujours, sa tirade fit dans la douceur figurative : « Les écologistes ont déjà dû avaler beaucoup de couleuvres, mais cette fois-ci c'est une couleuvre qui essaie de nous avaler. » Toujours de bon goût de se faire traiter de couleuvre – donc, en filigrane, de prédateur à la cause que l’on défend. Mais encore, si ça n’avait été que cela…

« Une écologie à genoux, aux ordres des lobbies. »

Voilà à quoi, d’un claquement de langue d’Eva Joly, nous nous trouvions réduits. Des vendus. Des malhonnêtes. Je crois pouvoir dire sans me tromper que la césure est partie de là. Comment s’attendait-elle à ce que nous le prenions, exactement ? Ce n’est pas que question d’honneur ou de fierté. Si la politique est la publicité de l’engagement, encore faut-il à un moment prendre au sérieux le sens des mots. Et si l’on prétend soi-même être pris au sérieux, encore faut-il agir en conséquence. Aujourd’hui Mme Joly vient geindre que Nicolas Hulot ne la soutient pas, mais de qui voudrait-elle le soutien ? D’un vendu ? D’un malhonnête ? Quelle détestable image d’insincérité nous renverrions là ! Il faut que Mme Joly s’en rende compte : les mots ne sont pas des jouets qu’on agite. Et si sa crédibilité auprès des Français est rendue au point calamiteux où elle en est, peut-être est-ce aussi parce qu’à traiter M. Hollande de « marionnette » avant que d’aller l’embrasser en l’appelant son « champion », on passe au mieux pour une girouette, au pire pour une hypocrite.

Ayons un petit instant de cohérence et de clarté. De deux choses l’une : soit Eva Joly pense sincèrement ce qu’elle a dit lors de cette Primaire, et dans ce cas il est incompréhensible voire inacceptable qu’elle songe même à garder à ses côtés un individu aussi vil et fourbe que le Nicolas Hulot qu’elle a décrit. Soit c’est une grande comédienne, capable de dénigrer un homme par pure duplicité et d’entretenir autour de lui la méfiance – sinon la haine, comme en attesta l’ultime humiliation d’un seau d’épluchures – à la seule fin de remporter un scrutin. Et dans ce cas, comment serions-nous allés nous corrompre dans la campagne de cette dame ?

Nicolas Hulot soutient l’écologie. Cela a toujours été, avec ou sans clause et depuis bien longtemps, son unique engagement. Que ceux qui soupirent après son retrait de la politique se demandent : l’auraient-ils vraiment vu se traîner à la remorque d’Eva Joly, assailli qu’il eût été de questions sur le défilé militaire, Jeanne d’Arc ou les jours fériés, à devoir défendre des positions idéologiques sans rapport avec l’écologie ? Nicolas Hulot a repris une position apolitique d’associatif et de contre-lobbyiste, position qui lui permettra de porter librement ses thèmes, ses propositions et le travail de sa Fondation. Et c’est très bien ainsi. Peut-être va-t-on enfin entendre parler de réforme institutionnelle pour qu’entre en politique la préoccupation du long-terme, de fiscalité verte, de protectionnisme écologique et social, de révision des indicateurs de richesse, de croissance qualitative, de développement humain, de progrès… Peut-être – si l’on fait exception des avancées remarquables mais encore bien solitaires de Jean-Luc Mélenchon sur ces thèmes – va-t-on voir enfin l’écologie entrer dans le débat présidentiel.


Moyenne des avis sur cet article :  3.5/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

28 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 14 février 2012 08:30

    Il me semble que la première méga erreur des écologistes... est d’avoir déjà négocié leur ralliement au PS, moyennant prébendes et postes, bien entendu. A partir de là, ils sont décrédibilisés. Normal.

    Quant à N.Hulot ... est ce un vrai politique ? A part le sort des baleines et autres girafes, quel est son message ? Je prétends que s’il avait du mener lui même cette campagne, son « inconsistance » serait très vite apparu clairement. Que la « nouvelle vague » écolo soit fascinée par la présence de cet homme très médiatisé ne fait pas automatiquement de lui une personnalité suffisamment solide pour une campagne électorale.
    D’ailleurs, son refus actuel d’y participer montre clairement qu’il n’était pas là pour défendre des idées écologiques-il serait toujours là-mais mener SA propre campagne.
    D’autre part, et comme d’habitude, les autres dirigeants Verts passent leur temps à dénigrer, ou du moins à ne pas soutenir leur candidat. Rien de nouveau.
    Le résultat de tout cet imbroglio est que les idées et la campagne écologique sont inaudibles.

    Quand donc cet indispensable courant de pensée deviendra t-il « adulte » ?


    • Alexis Dayon Alexis Dayon 14 février 2012 08:45

      Tellement d’accord avec vous...

      Pas sur le manque d’idées de Hulot bien sûr, sinon je ne serais pas allé m’engager derrière lui (c’est une partie de son travail moins connue qu’Ushuaïa, mais cela fait des années qu’il développe dans ses bouquins une critique du libéralisme infiniment plus radicale que la plupart des Verts). Mais pour ce qui est de l’immaturité politique du mouvement, vous avez tellement raison !...

      Ca me fait mal au cœur de le dire, mais quand je vois EELV réduit à mettre des bâtons dans les roues de Mélenchon (alors que celui-ci est en train de développer une prise de conscience tout à fait inédite dans tout un pan de la société) juste pour retenir quelques voix, je me dis que ce parti est tombé bien bas. Je me dis qu’il rendrait presque service à l’écologie en éclatant...

      Ah, tout ceci mis à part, j’attends de voir si je vais réussir à dépasser les 90% d’opinions défavorables sur cet article ! ^^


    • Karash 14 février 2012 12:08

      Les gens ne pensent jamais à cette chose élémentaire : Même si on réussit à museler son voisin, il faudra toujours vivre avec. Vivre ensemble.

      J’étais au meeting d’EJ à Roubaix. J’ai été sidéré de voir les attaques gratuites de Cécile Duflot sur Mélenchon, dont les valeurs sont tellement proches des écologistes.

      Quelle absurdité de blâmer quelqu’un qui veut « frapper, frapper, frapper » la finance quand une heure plus tard on frappe sur la majorité avec toute la violence des attaques ad hominem ( Woerth, Pasqua )

      Et puis cette merveilleuse intervention de Cohn Bendit, qui réussit l’exploit de faire comprendre l’inverse de ce qu’il dit (la présidentielle, c’est important, mais bon c’est surtout pour les législatives que c’est important ). Tout ça pour ne pas dire qu’il est trop tard pour faire marche arrière et qu’il faut les 5% pour ne pas couler le parti.

      Bref, une union avec le FDG serait aussi salutaire qu’impensable, mais c’est bien dommage.


    • Catart Catart 14 février 2012 12:21

      hola bonjour,

      c’est plusqu’une erreur cette magouille PS Vert c’est une honte de plus envers nos politiques vertueux qui montrent que la place promise est plus importante que le sujet à débattre.

      Pour moi qui suis N. Hulot depuis sa première émission et son premier engagement mais juste en spectateur passionné par notre terre et les hommes qui y vivent...
      je pense qu’il a fait une grosse erreur qui à mes yeux le rend encore plus proche de nous, c’est d’être allé avec cette bande d’incapable du parti des « verts »...ou...« vers » qui depuis des lustres se mangent entre eux...
      Contrairement à ce que tu dis il a reçu une giffle qui lui a enfin fait comprendre que ce monde de politiques voyous ne cherche pas à faire avancer les choses...40 ans et plus de mensonges doivent nous alerter... ??? mais a pour but unique une chaude place sur le compte du français qui bosse...
      Il a raison de ne pas soutenir une personne qui a dit de lui autant de mensonge et d’anerie... faire comme les membres de l’UMPS n’a rien de glorifiant.
      Et puis pour moi le parti Vert... celui qui seul doit s’occuper de notre planète et de nous...c’est lamentable...car en premier ils ne comprennent rien dans ce domaine, en deuzième encore moins dans les autres domaines, et en troisième ce domaine est l’affaire de TOUS et non d’une poignée de ridicule...

      J’aimerais que Nicolas Hulot vienne écouter je dis bien juste écouter notre conférence de presse du 17 Mars 2012 à 15h30 au Champ-de-Mars à Paris car ce « programme 2012 que nous aimerions » 100 % écrit par le Peuple comprendra entre autres sur ce sujet 2 propositions incroyables venant d’un jeune et quand tu écoutes ça tu te dis ...mais comment personne n’y a pensé... ??? elles ne figurent pas sur notre site comme d’autres nous les réservons à la conférence de presse pour le plaisir de montrer que le Peuple avec un grand P est tout sauf stupide comme nous le laisse entendre bon nombre d’élus...

      Mobilisez et venez le 17 Mars il n’y a rien à perdre mais tout à gagner nous ne sommes pas un parti mais un regroupement de mouvements qui s’unissent pour PROPOSER.

      http://www.indigne-je-propose.fr/ 
       


    • Redrogers 14 février 2012 12:52

      " D’ailleurs, son refus actuel d’y participer montre clairement qu’il n’était pas là pour défendre des idées écologiques"


      J’ai du louper quelque chose car pour l’instant, je n’ai pas entendu beaucoup EELV et EJ parler d’écologie... A part le nucléaire, ils n’y connaissent rien ! 
      De toutes façons, la plupart des dirigeants de ce parti de guignols n’a jamais du sortir de leur bureau sauf pour faire le mariole sur un vélo électrique. Ils sont pitoyables. 
      Tout ce qui les intéresse maintenant c’est de lécher le c.. des socialistes pour éviter la faillite (au sens propre du terme car au sens figuré, ça fait belle lurette que c’est fait).

    • Robert GIL ROBERT GIL 14 février 2012 08:59

      mais que diable est-elle allée faire dans cette galere ?

      http://2ccr.unblog.fr/2010/12/18/verts-de-quelle-couleur/


      • anarcococo 14 février 2012 09:40

        Hollande comme Mitterrand en son temps, avec la « bénédiction » des organisations écologistes complices (genre EELV), pourra continuer tranquillement le programme nucléaire en France !


        • eric 14 février 2012 09:41

          Madame Joly est une victime.

          Entre vote utile prévisible d’une gauche échaudée par 2002, et spécificité des présidentielles, aucun requin du parti n’a voulu prendre le risque d’associer son nom à une défaite qui aurait pu lui couter cher en interne.
          D’ou la stratégie de désigner un candidat plus ou moins extèrieur à l’appareil et de vendre le capital électoral vert au PS en échange de quelques concessions programatiques, mais surtout de postes d’élus en nombre très supèrieurs à ce que justifierait la simple représentation électorale. C’est soit dit en passant, une drôle de conception de la démocratie, qui détermine la représentation populaire en fonction de cuisine d’appareil plus que du vote des citoyens.
          Une fois ce cap fixé, il n’aurait pas fallu que le dit candidat extérieur fasse sur son nom, disons , mieux, ou pas plus mal que les apparatchik en leur temps. Il aurait pu alors obtenir une légitimité susceptible de lui donner un poids trop fort dans le parti dans l’avenir.

          Je pense que c’est délibérément que l’appareil a choisit madame Joly, avec une pleine conscience des difficultés qu’elle rencontrerait en campagne. Les reproches que vous lui faites pendant la primaire, ressemblent tellement au discours des ayatollahs verts, qu’on se prend à douter qu’elle l’ait définie toute seule.
          J’imagine qu’elle doit en baver, mais qu’il doit lui être difficile de mettre ne cause ses mandants, plus occupés à labourer leurs circonscriptions négociées avec le ps, que préoccupés par la campagne en cours.

          Si cela se trouve, son agressivité vis à vis de Hulot, est son seul défouloir possible face à la frustration qu’elle doit éprouver vis à vis du parti en général. Est ce qu’elle reste parce qu’elle aime être médiatisée ou parce qu’elle se veut fidèle à ses engagements ?

          De toute façon la conclusion que l’on peut tirer de ces divers épisodes est que europe écologie les vert est sans doute un des pires endroit pour faire avancer la cause des préoccupations environnementales sur le plan politique.


          • Alexis Dayon Alexis Dayon 14 février 2012 10:08

            Le pire, savez-vous, c’est que je suis d’accord avec vous !

            J’ai de l’admiration pour le parcours d’Eva Joly, et beaucoup de tristesse quand je la vois s’enfoncer entourée de tous ces tireurs dans le dos qui l’ont soutenue pendant la Primaire.

            Mais je fais la part des choses : elle a eu à mon sens des comportements politiques mauvais qui ont nui à l’écologie. Et je lui en veux pour cela.


          • LE CHAT LE CHAT 14 février 2012 10:19

            Nicolas Hulot ne savait pas dans quelle galère il s’embarquait avec ces verts pastèques , il ne pouvait pas se douter à que point ce parti est gangréné par les gauchistes qui s’y sont incrusté pour promouvoir leurs lubies soixantehuitardes ..


            • LE CHAT LE CHAT 14 février 2012 12:24

              @cassino

              les mariages gays , fumer le chichon , l’antimilitarisme , l’immigrationisme , je sais très bien ce que je dis et sans barre de fer ! tout ça n’a rien à voir avec l’écologie !


            • kitamissa kitamissa 14 février 2012 10:41

              Je sors un peu du débat ...


              mais Eva Joly prétend dans son programme créer un million d’emplois !!!!!! rien que ça .....

              (on se demande pour quoi on ne lui a pas filé tout de suite un ministère du travail ...)

              bon, plus sérieusement , quel travail ? et comment financer ce « mirifique » projet ?

              d’autant plus que les permanents de son parti n’ont pas eu de salaire durant un petit bout de temps, et qu’il y a un redressement judiciaire en vue, suite à une mise en garde de la banque !

              • Alexis Dayon Alexis Dayon 14 février 2012 11:08

                De manière générale, EELV table sur une création massive d’emplois dans le bâtiment (construction et surtout restauration pour mise aux normes), dans la transition énergétique (qui à elle seule constituerait la refondation de toute une filière industrielle), ainsi que par exemple dans la décentralisation de la production agricole. Si vous êtes sceptique, référez-vous à l’Allemagne qui a déjà recréé plusieurs centaines de milliers d’emplois dans ces domaines sans pourtant aller aussi loin que le suggèrent les écologistes.

                Pour ce qui est du financement, la Fondation pour la Nature et l’Homme a mené un travail très sérieux qui se fonde sur une reconsidération du rôle de la BCE. Je vous laisse vous faire votre idée : en cliquant ici.

                Le coût reste à relativiser. Il ne s’agit pas de tout étatiser et les créations de postes suggérées ne sont pas à comptabiliser comme s’il s’agissait de création de postes de fonctionnaires. Une immense partie de tout ceci (dans le bâtiment surtout) serait supporté par le privé qui y aura tout intérêt sitôt qu’un cadre avantageux y sera dédié. De manière générale, comptabiliser le coût de toute chose sans regarder dans la colonne des recettes, c’est une attitude qui amène au tassement économique et c’est précisément le mal dont souffre l’Europe actuellement.


              • kitamissa kitamissa 14 février 2012 11:52

                Eh bien cher ami voyez vous ....puisque c’est dans le domaine du BTP que nous arrivons, nous causons de le même chose vu que je suis un ancien de la profession en avec une formation de Métreur Vérificateur ou économiste de la construction , avec un parcours de chef d’entreprise dans ce domaine ...


                alors justement, la main d’oeuvre métropolitaine est très rare voire inexistante dans ce domaine....le Français n’aime pas patauger dans la boue, dans le béton, être soumis aux intempéries, au chaud ou au froid , bref le bâtiment, le BTP en général c’est un monde à part que madame Joly semble méconnaître ...

                vous parlez de rénovation et mise en conformité ?, j’en ai fait plein ! la remise en conformité des barres HLM, de résidences, la construction en neuf ......

                il y a déjà le chiffrage, ensuite les lots attribués à telle ou telle entreprise bien introduite dans le système, l’enveloppe pour ces lots qui doit inclure le prix du matériel, de la main d’oeuvre, et la marge bénéficiaire pour chacune des entreprises parce que personne ne travaille à perte bien longtemps !

                alors je ne sais pas si votre candidate est bien au courant de ces choses là, de plus, les entreprises font venir de la main d’oeuvre qualifiée de Pologne, du Maroc, d’Egypte également ...pour les Portugais et les Italiens, c’est autre chose vu que ce sont eux les chefs d’entreprise ou les grands patrons .

                alors évidemment , comme l’Europe est ouverte, les Polonais vont casser les prix.....les Marocains qui auront un permis de séjour comme les Egyptiens enverront une partie de leur paie chez eux , et les nationaux eux auront peau de balle , à part l’Architecte qui lui est Français !

                eh oui, le BTP c’est une jungle , il faut être bien introduit dans ce monde, et celui qui ne suit pas les règles établies ne travaille jamais, le bouche à oreille ou téléphone arabe fonctionne très bien dans cette corporation , et les Verts me semblent bien tendres ou angéliques pour foutre les pieds dans ce monde à part !

              • kitamissa kitamissa 14 février 2012 12:04

                De plus, j’ajoute : 


                avant d’envisager d’emprunter à la BCE, il va falloir déjà rembourser tous les emprunts en cours , ça ne va pas être du gâteau vu que nos recettes actuelles suffisent à peine pour payer les intérêts !

                alors c’est quoi la recette, annuler la dette auprès des organismes de crédit et repartir à zéro en devenant débiteurs auprès de la BCE ? 

              • Alexis Dayon Alexis Dayon 14 février 2012 12:31

                @kitamissa>> Vous connaissez à l’évidence le domaine bien mieux que moi, il est donc inutile que je m’aventure plus avant sur le BTP. Mais il n’est aucun problème qui n’ait pas ses solutions. Tous les mondes sont des « mondes à part » pour ceux qui les fréquentent activement. Cela ne veut pas dire que toute vocation publique et politique en soit exclue. Précisément, une réforme politique lorsqu’elle est bien menée, l’est en s’appuyant sur l’expérience de terrain de ceux qui la possèdent ; le politique est là pour fixer l’objectif.


              • Alexis Dayon Alexis Dayon 14 février 2012 12:37

                Pour ce qui est de la BCE, cela ressort de la volonté politique. L’essentiel de la dette qui s’amoncelle est fait d’intérêts, pas des prêts eux-mêmes. Le grand problème est que la seule vocation de la BCE aujourd’hui soit de s’arc-bouter sur sa lutte contre l’inflation. Nous ne pouvons plus compter sur la création de richesse, lestée par la hauteur de la monnaie et son maintien forcené, pour résorber logiquement la valeur des dettes précédemment souscrites, alors le seul moyen est de tailler, pour le public dans ses dépenses, pour le privé dans le salariat. C’est un logique morbide et terrifiante, mais ce n’est pas un état de fait économique figé devant l’éternel, c’est une décision politique de préservation des rentes qui nous mène là !


              • Catart Catart 14 février 2012 12:52

                hola,

                Grande vérité que ne connait certainement pas Eva...Etant aussi un spécialiste, certes plus dans la restauration des monuments historiques je peux dire qu’elle ne comprend rien.
                il y a un dicton bien vrai qui dit « quand le bâtiment va tout va » oui mais faut-il d’abord en connaitre les fondations pour vouloir bâtir des étages... ???
                Il y a dans ce domaine, uniquement si nous faisons les 90 milliards d’économie sur le train de vie de l’état, l’administration mille feuilles et les élus de France « champion du monde toutes catégories dans ce domaine »... un programme fabuleux tant en construction de logements sociaux, de logements pour les jeunes et étudiants, de refonte de zone urbaine, de création de parcs verdure-sport en ville, de programme de restauration du patrimoine historique rural, du patrimoine industriel, etc..etc...avec à la clé un nombre énorme d’emplois ce qui veut dire des indemnités en moins à verser des cotisations qui rentrent, des gens qui retrouvent de la dignité, de la relance de l’économie, des visiteurs en plus avec tous les effets secondaires, puis l’effet boule de neige se met en place pour le bien des français.

                Là aussi nous allons présenter le 17 Mars lors de la conférence de presse des propositions venant du Peuple avec un grand P pour le domaine du bâtiment qui ne l’oublions pas est lié à la vie des humains...
                Si nous voulons réussir il faut chercher simple et ne pas faire comme nos vertueux politiques qui nous ont tout compliqué dans un seul but diviser pour mieux entuber...

                http://www.indigne-je-propose.fr/
                 


              • docdory docdory 14 février 2012 11:05

                @ Alexis Dayon

                Merci d’être venu ici étaler sur la place publique ( ou l’agora, si on veut ) la quintessence des débats internes du parti EELV ( ci-devant « les Verts » ).
                Je n’aurais manqué pour rien au monde cette controverse, désuète et néanmoins enflammée, qui a le charme, l’exotisme et l’intérêt intellectuel d’une réunion du comité central du Parti Communiste Nord-Coréen ( réunions auxquelles, pour des raisons d’éloignement et autres motifs annexes, il est malheureusement difficile d’assister pour un non-Coréen ! ).
                Je crois que si un citoyen français de 2012 est motivé par une évolution écologique de la société, il vaut mieux qu’il vote pour le petit parti de l’excellente et sérieuse Corinne Lepage, qui me paraît représenter une version beaucoup moins sectaire et politicarde de l’écologie politique que les prétendus « Verts ».
                J’oserai même pronostiquer que, si cette dernière obtient ses 500 signatures ( ce qui est peu probable), elle affichera un score meilleur que celui de Effa Choly !
                Je frémis d’impatience à la réjouissante perspective de contempler la mine déconfite des caciques « Verts » à la soirée électorale du premier tour si cette hypothèse, hautement souhaitable, venait, par bonheur, à se matérialiser !

                • Alexis Dayon Alexis Dayon 14 février 2012 11:24

                  Mais de rien.

                  Quand le gros animal (pour reprendre un terme platonicien - et je parle là du parti, pas de Mme Joly) devient un poids si contre-productif qu’il en vient à ridiculiser publiquement des idées cruciales pour l’avenir, mieux vaut qu’il meure.

                  Je n’aime pas ce type de « règlements de compte », mais je m’y livre une bonne fois pour toutes, pour n’avoir plus à y revenir. Les piques récurrentes depuis des mois et jusqu’aux représentants les plus importants des écologistes, d’anti-hulot gorgés de bonheur méchant, tels des gamins sadiques s’acharnant à sauter à pieds joints sur le vaincu, commençaient à m’insupporter grandement. Elles continueront, mais au moins j’en aurai dit ce que je pensais. Politiquement, ils se tuent tout seuls à se comporter comme cela.


                • Pie 3,14 14 février 2012 11:14

                  Je pense que la proposition de Cohn Bendit n’était pas la plus mauvaise. Il sait que les présidentielles sont de mauvaises élections pour les verts et que cette fois le vote utile va jouer à plein.

                  Il aurait été plus judicieux de passer un bon accord électoral avec le PS durant l’été, dans la foulée de Fukushima et de mener une campagne conjointe sans présenter de candidat.

                  Cela aurait évité cette campagne pathétique qui met au jour les faiblesses du parti, va coûter cher car elle ne sera pas remboursée, permet au PS de négliger la question du nucléaire et de passer des accords a minima avec les verts tant ils pèsent peu.


                  • docdory docdory 14 février 2012 11:55

                    @ Pie = 3,14

                    Je doute fort que l’accord électoral PS-Verts dure jusqu’aux législatives.
                    Si les « Verts » représentés (?) par Effa Choly ne font que 1 ou 2 % des voix, il est à peu près certain que le PS ne va pas s’amuser à donner des circonscriptions qu’il a des chances de gagner, au parti Vert transformé en groupuscule ! 
                    Comme le Parti Vert aura du mal à rembourser ses frais de campagne ( il n’a aucune chance d’atteindre les 5 % ), et qu’il n’aura plus non plus de députés à l’assemblée, il rejoindra le NPA, le PCF et Lutte ouvrière dans le groupe des espèces politiques en voie d’extinction définitive !
                    Le PS n’aura plus que le front de gauche (réduit aux mélenchonnistes ) comme concurrent à sa gauche.

                  • Pie 3,14 14 février 2012 12:11

                    Vous vous trompez. Le PS n’a aucun intérêt à voir les verts s’effondrer car ils représentent une offre politique supplémentaire à gauche et veulent bien gouverner avec le PS, ce qui n’est pas le cas du NPA, ni de Mélanchon.

                    L’idéal pour le PS est d’avoir des alliés verts en forme mais pas trop (entre 5 et 10%).
                    Cela dit, le score très bas de Joly ne changera pas grand chose pour la présidentielle, il signifie simplement que l’écologie ne sera pas au centre de la campagne.


                  • kitamissa kitamissa 14 février 2012 12:12

                    Et encore .....le Front de Gauche fait beaucoup de bruit pour pas grand chose , Mélenchon n’est qu’un bateleur ...


                    une espèce de Georges Marchais du pauvre ( le vrai avait bien plus de talent ) !


                    • Catart Catart 14 février 2012 12:55

                      hola Alexis,

                      nous passons ton article sur notre site et aimerions que tu rentres en contact avec nous

                      merci


                      • jef88 jef88 14 février 2012 14:15

                        Panier de crabes !!!!!!!!!!!!!!!! !


                        • loretdid@yahoo.fr 19 février 2012 19:13

                           Un bon texte et une excellente analyse ...comme d’habitude !!
                          Attention toutefois au courroux de l’ex juge ....

                           Il serait dommage que tu termines en garde à vue !!


                          • Alexis Dayon Alexis Dayon 19 février 2012 19:47

                            Maman ! Comment tu fais pour débusquer systématiquement tout ce que j’écris ?? :p

                            Mais je ne veux pas aller sur ce terrain là, je ne veux pas railler le parcours de magistrate d’Eva Joly, parce que c’est un parcours admirable de lutte face aux pires difficultés et aux pires menaces du monde du pouvoir et de l’argent. Je lui reproche un comportement en tant que politicienne, je ne veux pas me moquer d’elle personnellement.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès