• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > République, où est passé ton combat émancipateur ?

République, où est passé ton combat émancipateur ?

« Même si je ne suis pas d’accord avec tes options, je me battrai pour que tu aies le droit de les exprimer ». Si cette pensée très voltairienne est à l’honneur ces derniers temps, en saisit-on toujours toute la logique ?

Le 9 août dernier, l'adjoint au maire de Lormont (Gironde) informait Gérald Dumont, directeur de la compagnie Théâtre K, metteur en scène et interprète de Lettre aux escrocs de l'islamophobie qui font le jeu des racistes (texte de Charb qui fut massacré à Charlie hebdo) que son spectacle, préalablement invité par l'association Laïcité 33, faisait l'objet d'une déprogrammation de dernière minute de la part de la Mairie (PS). Le motif invoqué était que la représentation n’allait pas dans le sens d'une transmission apaisée. Parallèlement, d’autres déprogrammations ont eu lieu à Lille ou à Avignon.

Dans la même période, un évènement public baptisé « camp décolonial » rassemble des personnes censées représenter les victimes d’un passé raciste et excluant les blancs non originaires de catégories autrefois soumises à l’oppression et, de ce fait, arbitrairement considérés comme oppresseurs. Le Conseil d’Etat n’y trouve rien à redire.

Une député « insoumise » soutient un groupe censuré qui chantait « Nique la France » au nom de la liberté d’expression. Soutient-elle la liberté de parole du boxeur Quarteron, violemment attaqué sur les réseaux sociaux pour avoir affirmé sa fierté d’être français ?

Au-delà des questions légitimes de trouble à l’ordre public, force est de reconnaitre que nous nageons en pleine confusion et que pointe le risque de censure à géométrie variable. Les combats pour la promotion des idées républicaines et laïques sont souvent présentés comme réactionnaires tandis que les luttes claniques ou communautaires sont de plus en plus considérées comme positives. Au nom de souffrances historiques plus ou moins instrumentalisées par des « héritiers » autodésignés, on casse toute possibilité de rassemblements progressistes. Au nom des chaos de l’Histoire, on oppose au lieu de réunir. La peur des réactions fait le reste.

République, où est passé ton combat émancipateur ?

André Bellon

--------------------------------------------------------------------

LIRE AUSSI...

4 février 1794 : la Convention montagnarde abolissait l’esclavage dans les colonies françaises

Les catégories racistes et ethniques ont été inventées par les colons eux-mêmes

--------------------------------------------------------------------
Nous suivre sur : Facebook | Twitter | Google +

 


Moyenne des avis sur cet article :  3.75/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

6 réactions à cet article    


  • Crab2 13 septembre 09:05

    Voltaire estimait que l’athéisme était bon pour l’aristocratie mais pas pour le peuple, donc je ne suis pas voltérien mais plutôt du coté de Jean Meslier et Olympe de Gouges -

    Dans notre pays, il aura fallu des siècles de combats pour que le principe d’égalité entre hommes et femmes, en droits, en devoirs et en dignité, soit enfin reconnu

    https://laicite-moderne.blogspot.fr/2017/09/droits-du-citoyen-et-de-la-citoyenne.html




    • Cateaufoncel 13 septembre 11:06

      @Crab2

      "Dans notre pays, il aura fallu des siècles de combats pour que le principe d’égalité entre hommes et femmes, en droits, en devoirs et en dignité, soit enfin reconn."

      Et depuis, la société se porte infiniment mieux. Quant au couple, il baigne dans une telle félicité, qu’on plaint les gens qui se sont mariés sous l’obscurantisme
      inégalitaire.


    • Le Canard républicain Le Canard républicain 13 septembre 11:23

      @Crab2

      Concernant Olympe de Gouges, avez-vous lu l’article de l’historienne Florence Gauthier, Olympe de Gouges, histoire ou mystification ? : http://www.lecanardrépublicain.net/spip.php?article668


    • Cateaufoncel 13 septembre 11:03

      « ...force est de reconnaitre que nous nageons en pleine confusion... »

      Quelle confusion ? Il n’y a pas l’ombre d’une ! Il y a d’un côté le politiquement correct, c’est-à-dire le bien, de l’autre le politiquement inccorrect, c’est-à-dire le mal.

      Je ne vous ferai pas l’injure de vous énumérer ce qui est halal et ce qui est haram, pour ces phares de la bienpensance que sont Libération, Le Monde, L’Obs, L’Express et Le Point maintenant qu’ils ont viré Brighelli

      Bien loin de la confusion, nous sommes en plein manichéisme


      • Jonas 14 septembre 07:50

        « « Même si je ne suis pas d’accord avec tes options, je me battrai pour que tu aies le droit de les exprimer ». 


        Voltaire n’a jamais dit ça !
        Voltaire, emblématique représentant de la philosophie des Lumières était raciste, intolérant, misogyne, et antisémite obsessionnel.
        Il n’hésitait pas à calomnier dans ses pamphlets ceux qui le critiquaient (Maupertuis en sait quelque chose).
        Tous ceux qui ont tenté de le critiquer par écrit, ont été harcelés et incarcérés, Voltaire conduisant parfois PERSONNELLEMENT, avec le commissaire, les opération policières d’arrestation ou d’audition de ses contradicteurs (Phélizot, Mairault, Pierre-Charles Roy, Louis Travenol).
        Voltaire était un fervent antichrétien, car il n’admettait pas l’idée »ridicule" qu’un noir puisse être à l’égal d’un européen, comme le prétend l’Église, qui considère tout Être humain aimé de Dieu.
        Voltaire plaçait en effet sur l’échelle des races, le noir africain comme inférieur au macaque.

        • Jonas 14 septembre 07:54

          Le politiquement correct interdit toute critique de l’islam, religion des pauvres, des opprimés, des colonisés, des victimes du racisme.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès