• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Résumé de la Manifestation du 17 décembre à Rennes

Résumé de la Manifestation du 17 décembre à Rennes

Arrivé à Charles de Gaulle, c’est déjà noir de monde. Il y a foule du bout de la Cours des alliés jusqu’à la moitié du boulevard Magenta. Plusieurs personnes se demandent à quel moment la manifestation va démarrer. Tout le monde est là, les enseignants, la CGT, le NPA, la France Insoumise, l’UNSA, la CFDT, bien décidés à ne pas laisser le gouvernement passer en force sur cette réforme. A l’avant, tout est en train de se mettre en place pour que le départ ait lieu. En tête de cortège, les Gilets Jaunes lancent le départ, suivis du cortège de l’Alliance Rebelles (Rennes2), de quelques personnes masquées et des Arts en Grève. C’est une foule impressionnante qui marche vers l’avenue janvier dans une ambiance bon enfant.

Arrivée sur les quais, la foule se sépare laissant défiler sur le Quai Emile Zola les syndicats et les partis et sur le Quai Chateaubriand le cortège de Rennes2, quelques Gilets Jaunes et quelques personnes masqués. Deux personnes expliqueront que « la CGT ne voulait pas jouer le jeu de la convergence ». Les CRS vont charger directement, sans débordement apparent, d’abord au tir de lacrymogènes sur le quai Chateaubriand puis ensuite au canon à eau, rue d’Orléans. Le cortège se rassemble Place de Bretagne mais la tension est lourde et la présence policière particulièrement nombreuse et oppressante.

C’est dans le Boulevard de la Liberté que les choses s’enveniment. Alors que la manifestation avance bon train, les CRS chargent au croisement de la rue Tronjolly. Une charge violente sans aucun motif apparent, faisant retentir le slogan « Tout le monde, déteste la police » et voler certaines canettes contre eux. Ils se déplaceront après, vers la rue d’Isly sous les huées de ceux qu’ils viennent de matraquer.

L’ensemble de la manifestation va mettre du temps à arriver rue d’Isly, tellement une marée humaine (10 000 selon la police, 20 000 à 25 000 selon les syndicats) déferle sur l’ensemble du parcours. Les CRS bloquent l’entrée de la rue du Maréchal Joffre et interviennent violemment pour confisquer un engin à fumigène appartenant à la CGT. Ils feront croire qu’il s’agissait d’un tir de mortier, comme le prouve ce tweet

Une poule nommée Céget, faisant toutes les manifestations avec ses propriétaires, défile non loin des CRS et amuse la foule. L’ambiance redevient bon enfant, les gens dispersent au fur et à mesure. Plusieurs informateurs invitent à prendre le métro pour aller soutenir les étudiants de Rennes 2 rencontrant des problèmes avec les forces de l’Ordre, ce qui est confirmé par cet article. https://blogs.mediapart.fr/philippe-blanchet/blog/181219/interventions-policieres-rennes-2-apres-la-manifestation-du-1712

La mobilisation reste donc forte à Rennes comme sur l’ensemble du territoire. Les charges policières violentes et les médias n’ont pas réussi à démotiver la foule. Un bon signe pour le 9 janvier ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.05/5   (20 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • chapoutier 31 décembre 2019 09:14

    un témoignage du 17 à Rennes

    la répression pour terroriser

    Rennes, 17 décembre. La manifestation, massive, s’est déroulée sans incident notable. À 14 heures, des dizaines d’étudiants rejoignent leur campus en métro. Arrivés à la station Villejean-Université, ils sont pris en souricière ; des policiers lourdement équipés, les visages masqués, les attendent.


    Fouilles au corps, placage contre les murs, saisie d’objets personnels. « Au milieu de la station, jetés au sol, un tas d’objets hétéroclites confisqués : banderoles, cartons de revendication, lunettes de piscines... J’aperçois même un sac à main », rapporte le professeur Philippe Blanchet, témoin de la scène, qui ajoute : « La scène est sinistre, on se croirait dans un film relatant les exactions de telle dictature dans un pays à plaindre. »


    Une demi-heure plus tard, la police revient en force, à l’entrée du campus cette fois-ci. Le président de l’université intervient surles lieux pour empêcher, de justesse, l’intrusion des policiers. Philippe

    Blanchet ajoute : « Faire pression sur tout un campus, (en) faire encercler l’entrée par des dizaines de policiers en habits guerriers impressionnants, traiter des jeunes comme des délinquants pris en flagrant délit (...), saisir des objets personnels indispensables sans aucun lien avec aucun omportement suspect, rudoyer des personnes... Pourquoi (...) ? Pour intimider des jeunes ? »


    Quelques jours plus tôt, la police avait brutalement poursuivi des étudiants sur le campus de Brest, jusque dans la bibliothèque universitaire !


    • berry 31 décembre 2019 10:31

      Des black blocs cagoulés sont venus pourrir la manifestation du 17 décembre, d’après les témoignages des pompiers qui manifestaient ce jour-là.

      Comme Nantes, Rennes devient une ville pourrie, livrée depuis des années à la violence de l’ultra gauche et des immigrés.

      http://www.fdesouche.com/?s=rennes


      • JL JL 31 décembre 2019 11:21

        @berry
         
        ’’Rennes devient une ville pourrie, livrée depuis des années à la violence de l’ultra gauche et des immigrés.’’
         
         C’est n’importe quoi. J’y habite depuis des décennies, et je peux vous dire que ça ne se dégrade pas plus vite qu’ailleurs à cause d’une ultra gauche fantasmatique. 
         
        En revanche, il y a de plus en plus de personnes à la rue, des gens des Balkans certes apparemment, mais aussi des pauvres gars bien de chez nous.


      • berry 31 décembre 2019 13:18

        @JL
        Disons que la violence n’a pas encore atteint la rue où vous habitez... tant mieux pour vous.
        A chacun de se faire une idée avec le lien que j’ai mis dans mon commentaire, il ne donne qu’une vision partielle de la réalité mais c’est déjà édifiant.


      • Cadoudal Cadoudal 31 décembre 2019 13:37

        @berry
        S’agissant de mineurs de moins de 16 ans, ils ne peuvent être gardés en rétention que 12 heures renouvelables une fois. Soit 24 heures au total. Et ensuite être remis en liberté dans l’attente d’éventuelles mesures éducatives.

        Ils ont été interpellés ce mercredi 18 décembre 2019 par la police dans les quartiers de Villejean et Sud Gare. Sept jeunes âgés de 11 à 15 ans impliqués dans 21 vols avec violence, parfois avec armes.

        https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/rennes-ages-de-11-15-ans-ils-agressent-23-personnes-pour-voler-des-airpods-6660480


      • JL JL 31 décembre 2019 18:15

        @berry
         
         si la violence n’a pas encore atteint ma rue, alors c’est que vous parlez de violence dans les quartiers.


      • Edwin 31 décembre 2019 18:16

        @berry

        Fdesouche, ce bon site de fachos des familles....


      • berry 31 décembre 2019 19:32

        @Edwin
        Pour rigoler un peu, un vote lors d’une AG à la fac de Rennes :
        http://www.fdesouche.com/1125357-flagrant-deni-de-democratie-en-pleine-ag-a-rennes-2-aujourdhui
        D’après les commentaires, c’est habituel à la fac de Rennes.

        Les fachos sont de gauche de nos jours.


      • Fifi35 Fifi35 3 janvier 11:08

        @JL
        Il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.
        J’habite RENNES depuis 25 ans et j’ai vu cette ville se dégrader. La violence explose depuis plusieurs années et pas forcément dans les quartiers. 
        Allez vous promenez à République au centre de Rennes, ainsi que dans le quartier St Anne. Dès 16h00, il n’est pas rare de constater des faits de violences aux personnes. Après 20h00, c’est pire !
        Les mineurs étrangers volent et rackettent en toute impunité, souvent à la solde de réseaux mafieux que nous entretenons et nourrissons.
        Les manifestations dégénèrent quasi systématiquement, parce qu’elles sont noyautées par une frange d’extrême gauche aculturée et violente, dont le seul but est de mettre à bas l’état, sans proposer une politique de substitution qui tienne la route.
        Oui, il y a des pauvres gens biens de chez nous à RENNES, mais ils ne sont pas prioritaires.
        La priorité est donnée aux « migrants » qui logent dans des hôtels à nos frais, sont soignés gratuitement à nos frais, alors que nous « pauvres Français », nous cotisons à la sécurité sociale, dans des mutuelles, avec pour finalité une reste à payer !
        Ceux qui sont déboutés ne quittent pas le pays et continuent à vivre aux frais de la générosité nationale, au détriment des citoyens de France. Je ferais la même chose à leur place, c’est pourquoi je n’entretiens aucune animosité à leurs égards.
        La lâcheté de nos dirigeants locaux et nationaux, sous couvert d’humanisme, est en train de tuer le peuple de France.
        Lorsque l’on nourrit « l’étranger » au détriment de sa famille, c’est que l’on a inversé les valeurs de bon sens sur l’hôtel d’une idéologie mortifère.


      • JL JL 3 janvier 11:44

        @Fifi35
         
         ’’Allez vous promenez à République au centre de Rennes, ainsi que dans le quartier St Anne.

        ’’
         
        Je m’y promène tous mes jours. Si la place Ste Anne est en piteux état, c’est parce qu’elle est depuis si longtemps en travaux.
         
        Mais je persiste : ce n’est probablement pas pire que dans toutes les grandes villes, et si je ne désapprouve pas le constat que vous faites je crois qu’il n’est pas spécifique à Rennes.


      • Fifi35 Fifi35 4 janvier 12:17

        @JL

        J’habite Rennes depuis 1995. J’ai toujours vu St Anne comme un secteur où les marginaux, les dealers ont pignon sur rue, pendant que les bobos sirotent leur café en terrasse. Pitoyable... Les travaux n’ont donc rien à voir.
        Rennes n’est pas spécifiquement plus insecure que d’autres villes de France, je la trouvait même très agréable à vivre jusqu’à l’arrivée du TGV qui a amené la banlieue parisienne dans nos murs. Et les trafics qui allaient avec !
        Les mineurs isolés étrangers sont nombreux à Rennes. Pourquoi ? Parce que c’est le département qui vote le budget de l’ASE. Et cette institution à la fleur de roses n’est pas avare quand il s’agir de mettre à contribution ses ouailles !
        L’ASE est en folle expansion, comme l’arrivée à Rennes des mineurs étrangers non accompagnés, avec pour conséquence des places disponibles pour des placements d’enfants Français ou de familles résidant en France réduites à néant en Ille et Vilaine.
        Encore une fois, on privilégie l’étranger au détriment des siens ! Y compris malheureusement lorsque cet étranger vous mord la main tendue après s’être servi. Et Rennes en particulier est bien connue pour son accueil et sa tempérance masochiste...
        Connaissant l’impunité dont ils bénéficient, ces jeunes ont vite compris qu’ils n’étaient pas touchés par la sanction pénale et commettent agressions, vols avec violences, trafic de drogue et j’en passe.
        Allez en mairie comme je l’ai fait et demandez audience à un élu à ce sujet. Vous trouverez porte close avec fin de non recevoir.
        L’idéologie tombe en cendre face au réel. Et c’est pour cela que beaucoup ne préfèrent pas voir.

        https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/mineurs-etrangers-isoles-le-cri-d-alarme-des-departements-6057900

        https://www.ouest-france.fr/bretagne/rennes-35000/delinquance-des-mineurs-rennes-des-renforts-attendus-pour-la-police-6239739

        http://alter1fo.com/mensuel-rennes-mineur-etranger-mna-119080

        https://www.letelegramme.fr/ille-et-vilaine/rennes/hausse-de-la-delinquance-a-rennes-chiffres-explosifs-a-manier-avec-doigte-04-10-2019-12400542.php

        https://www.20minutes.fr/faits_divers/2548203-20190624-rennes-recrudescence-vols-arrache-centre-ville


      • JL JL 5 janvier 08:53

        @Fifi35
         
         la preuve que Rennes n’est pas plus sujette aux violences que les autres grandes villes, au contraire : lisez cet article Ces autres « feux d’artifices » de la saint-Sylvestre regardez la carte

         : vous n’y trouverez rien concernant Rennes.


      • Edwin 7 janvier 22:55

        @berry

        Il se trouve que j’étais à cette Assemblé Générale. C’est fou, avec un angle de vue, on peut réussir à faire croire ce qu’on veut aux naïfs ou aux déjà convaincus avec des oeillères. L’angle oublie juste qu’il y a du monde hors-champ à gauche et au fond, qu’on ne voit pas car les personnes sont assises devant les escaliers.... 

        Les votes ont été parfaitement démocratiques, j’en veux pour preuve que le blocage n’a pas été voté car justement, il y avait une majorité de contre. 

        Mais bon, continue à prendre tes informations sur une source aussi précise que fdesouche, qui va dans le sens de ce que les lobotomisés du cerveau veulent penser....


      • Gasty Gasty 31 décembre 2019 12:17

        « Les CRS bloquent l’entrée de la rue du Maréchal Joffre et interviennent violemment pour confisquer un engin à fumigène appartenant à la CGT. Ils feront croire qu’il s’agissait d’un tir de mortier. »

        Pour illustrer le propos quelques photos, c’est une boite à faire du bruit et sur la première photo on voit les manifestants se boucher les oreilles. Aucuns tirs de quoi que ce soit n’est dirigé contre les CRS, d’autant qu’il y a du monde devant eux.

        Tous les manifestants présents ont été stupéfait par la charge des CRS dans le cortège afin de s’emparer de l’engin. ( deuxième photo )

        http://www.asgsystm.fr/diaporama/17DEC/17DECRetraites%20(16).JPG

        http://www.asgsystm.fr/diaporama/17DEC/17DECRetraites%20(19).JPG


        • av88 av88 31 décembre 2019 16:43

          A Paris, s’il n’y avait y pas eu grève des transports, il y aurait eu trois plus de personnes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Edwin


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès