• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Retour sur une opération d’influence : Les Enfants de Don (...)

Retour sur une opération d’influence : Les Enfants de Don Quichotte

L’opération d’influence choisie est exemplaire par sa brièveté et son impact. Avec très peu de moyens, en un temps extrêmement limité, « Les Enfants de Don Quichotte », association dirigée par le très médiatique Jean-Baptiste Legrand, ont orchestré une magistrale opération d’influence.

Mais par-delà son exemplarité, c’est peut-être aussi l’occasion d’interroger l’ « authenticité » même de cette action « citoyenne » issue de la société civile, bénéficiant a priori d’un puissant capital en termes de légitimité et d’image, et plus loin de toute campagne de relations publiques, que l’on peut toujours soupçonner d’une certaine artificialité.

Description

Les Enfants de Don Quichotte est une association française présidée par Jean-Baptiste Legrand, créée le 16 novembre 2006 à l’initiative d’Augustin Legrand, Pascal Oumakhlouf et Ronan Dénécé et domiciliée à Chécy dans le Loiret[1]. Défenseurs « attitrés » des sans-abri, Les Enfants de Don Quichotte s’intègrent dans un tissu associatif proche des idéaux défendus par le défunt abbé Pierre.

« Désireuse de porter à la connaissance générale les conditions de vie des sans domicile », comme le proclame haut et fort la charte disponible site Web dédié[2], l’association installa, dans la nuit du 15 au 16 décembre 2006, un village de quelque 200 tentes sur les berges du canal Saint-Martin à Paris. Les Enfants de Don Quichotte reçurent très rapidement le soutien de nombreuses personnalités politiques et, alors que les vœux du président de la République reprirent les souhaits d’Augustin Legrand en matière de lutte contre la précarité, le gouvernement annonça dans la première semaine de janvier un projet de loi sur « le droit au logement opposable ».

Analyse

En seulement deux mois, cette association jusqu’alors méconnue du grand public réussit un incroyable coup de force : obliger le gouvernement à adopter un projet de loi contre l’exclusion des sans-abri.

Aussi, cette opération d’influence n’est pas sans rappeler l’opération « Hiver 54 » mise en œuvre par les Compagnons d’Emmaüs et emmené par le charismatique abbé Pierre, comme le souligne David Berly[3], directeur du centre d’hébergement du Centre d’action sociale protestant :

Une action exceptionnelle comme cela, on en voit une par siècle. Au XXe siècle, il y a eu l’abbé Pierre, qui a utilisé les médias pour se faire entendre. Les Enfants de Don Quichotte reprennent les méthodes de communication de l’hiver 1954, avec des outils encore plus perfectionnés !

Mieux, le nom de l’association, Les Enfants de Don Quichotte, figure comme une véritable trouvaille médiatique, analyse Gilles Masson[4], président de l’agence M&C Saatchi GAD, « car il renvoie à un combat vain, livré contre des moulins à vent... Or, dans l’inconscient populaire, il est inacceptable que le combat contre l’absence d’abri soit assimilé à une lutte sans espoir... » Certains en attribuent la paternité flatteuse à Jean Rochefort, première personnalité médiatique à être montée au front, dont on chuchote canal Saint-Martin qu’il serait le parrain d’Augustin Legrand. A moins que sa longue stature - près de deux mètres - n’ait inspiré ce nom à Augustin Legrand, qui semble avoir longuement travaillé sa ressemblance physique avec l’abbé Pierre, allant jusqu’à s’inspirer de ses méthodes pour mieux frapper les esprits. A noter, point singulier, que la référence littéraire est omniprésente au sein de cette opération d’influence « romanesque ». Ainsi, les citations émaillent le site Web. Celle de Jean Wrésinski, empreinte d’un certain lyrisme, est notamment présente sur le site : « Là où les hommes sont condamnés à vivre dans la misère, les droits de l’homme sont violés. S’unir pour les faire respecter est un devoir sacré »[5]. Cette volonté de mobiliser les foules, en se servant notamment de l’art comme vecteur d’influence, tend à rappeler les analyses de Jean-Marie Guyau[6], philosophe et sociologue du XIXe siècle, qui confiait aux artistes la « mission sociale » de guider le peuple sur le droit chemin à l’image de Victor Hugo ou d’Alphonse de Lamartine.

Par ailleurs, il semble que les « foules » ne soient guère insensibles à la rhétorique passionnée d’Augustin Legrand, et ce d’autant plus que cette opération d’influence joue sur une thématique sociétale majeure, à savoir le droit au logement, enjeu de société auquel les Français sont d’autant plus sensibles au vu de l’augmentation perçue du coût de la vie.

C’est dire aussi que les « agenda-makers » ont utilisé toutes les ressources de l’influence afin de sensibiliser le public ciblé, par le choix du lieu, au cœur de Paris, le long du canal Saint-Martin, et l’instrumentalisation de l’agenda politique, puisque l’action a été lancée au début de l’hiver, cinq mois avant les élections présidentielles. Si l’on s’en réfère au dossier de presse réalisé par Les Enfants de Don Quichotte, le Herald Tribune, le New York Times, le Time, Tageblatt, jusqu’au quotidien libanais L’Orient, et Le Jour ont couvert la médiatisation éclair de la mobilisation. Canal Saint-Martin, des reporters américains travaillaient côte-à-côte avec les cameramen français, se faufilant entre les tentes colorées et numérotées.

Si l’on s’en réfère au cycle de décision en quatre étapes, Les Enfants de Don Quichotte ont été « exemplaires » dans leur opération d’influence en misant à la fois sur la perception (la couleur rouge vif des tentes), la croyance (la nécessité absolue de lutter contre l’exclusion), l’attitude (dimension interactive de l’opération, puisqu’il était possible de prendre part à la détresse des sans domicile en dormant dans une tente) et enfin le comportement (l’engagement contre l’exclusion), transformant un enjeu de société en débat éthique en jouant sur les valeurs d’équité, d’humanité et de dignité, comme on peut le lire dans le préambule de leur charte publiée opportunément le 25 décembre 2006 [7] :

Nous, citoyens et citoyennes, refusons la situation inhumaine que vivent certains d’entre nous, sans domicile fixe. Nous voulons que soit mis fin à ce scandale, à la honte que cela représente pour un pays comme le nôtre.

En définitive, il semble que la dimension participative de l’opération ait joué un rôle majeur, comme l’écrit Marc Castelli[8], directeur de la communication du Secours populaire :

C’est à partir du moment où ils ont appelé chaque citoyen à rejoindre le mouvement et à passer deux ou trois nuits sous la tente par solidarité que les médias ont commencé à s’intéresser à eux.

En somme, il semble nécessaire de mettre en doute l’authenticité et la spontanéité de ce mouvement de grassroots lobbying, opération d’influence préméditée, planifiée et maîtrisée dans sa totalité. Mais la singularité de l’action des Enfants de Don Quichotte réside probablement dans sa dimension esthétique, qui semble notamment avoir séduit le milieu journalistique. Jouant sur l’agenda du public (augmentation du coût de la vie), l’agenda des responsables politiques (la proximité d’avec les élections présidentielles), ce regroupement associatif a instrumentalisé l’agenda des médias (théorie de l’agenda Setting) et mis en œuvre un véritable coup de force que la rigueur nous interdit de prendre pour naturel et désintéressé.

[6] GUYAU, Jean-Marie Guyau, L’art au point de vue sociologique, Paris, Fayard (25 avril 2001), 1889


Moyenne des avis sur cet article :  4.3/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • jak (---.---.68.196) 6 mars 2007 10:09

    Bravo, très fine analyse. Si je peux me permettre la mienne est plus lapidaire, Augustin et sa clique de bateleurs nous prennent pour des CONS !!!!


    • tugdual 6 mars 2007 11:31

      En tout cas, quelle pub pour Decathlon et sa marque Quechua ! Un test en condition réelle. (Au fait, elles sont fabriquées où les tentes d’Augustin ?).


      • wired (---.---.92.11) 6 mars 2007 11:47

        J’ai adoré cett action , ce type a tout compris..Face à des politiques de cons il faut être encore plus « con » ou plus malin. Bravo. Comme il suffit d’être trés peu pour faire bouger les choses. Ca me fera toujours rigoler les gens qui critiquent mais qui finalement ne feront jamais rien. Reste à ta place et ferme là !


        • totoro (---.---.129.212) 6 mars 2007 12:01

          Vous résumez de manière franche et directe mais propos à suivre ( voir plus loin ). Merci


        • tugdual 6 mars 2007 11:55

          Maintenant que tout le monde a compris, Augustin devrait tester les sacs à dos ...


          • totoro (---.---.129.212) 6 mars 2007 12:00

            Pourquoi mettre en doute l’authenticité de cette action parce qu’elle utilise des techniques actuelles de communication ? Ces techniques que vous expliquez serait louable pour un gouvernement, une entreprise, un parti... mais condamnable pour une association ?

            Pour ma part, je ne peux que me réjouire que cette action et pour reprendre vos propos « exemplaire par sa brièveté et son impact »,« Avec très peu de moyens, en un temps extrêmement limité » qu’elle est été préméditée planifiée et maîtrisée dans sa totalité. Finalement, Les Enfants de Don Quichotte sont de grands professionnels de la communication...

            Et pour conclure, c’est vrai cette action n’a peut-être pas le naturel que l’on peut lui prêter mais l’objectif est juste et désintéressé.


            • Pierre-Antoine Rousseau 6 mars 2007 13:06

              Mon analyse se veut une déconstruction froide de cette opération d’influence. Je ne prends pas partie. Je suis tout simplement impressionné par le professionnalisme d’Augustin Legrand et son collectif. On peut juste regretter une mauvaise gestion des suites de l’opération d’influence, car il est vrai ques les habitants et commerçants du canal souffrent terriblement de cette situation.


            • (---.---.140.77) 6 mars 2007 23:18

              Pauvres petits habitants et commerçants du canal St Martin qui pétent dans la soie mais qui souffrent des nuisances des SDF... Vous êtes sérieux ou quoi ?


            • jak (---.---.68.196) 6 mars 2007 12:24

              De passage sur le canal, j’ai constaté que la situation est déplorable ( hygiène, violence, alcool, drogue )les riverains sont atterres, ils attendent avec impatience la fin de la campagne présidentielle afin qu’on les débarrassent des gentils membres de saint Augustin. Cela dit pour une réussite c’est une réussite, pour combien temps ? chat échaudé craint l’eau froide, peut-être quels que utopistes qui continuent a croire que l’on fait le bonheur des gens malgré eux


              • Micheline (---.---.161.74) 6 mars 2007 12:47

                Ayons une pensée pour tous les commercants qui connaissent une chute vertigineuse de leur activité grace à tous les clochards qui glandent devant leur boutiques grace à cette grande gueule de Legrand.


                • simplet simplet 6 mars 2007 13:45

                  t’as raison micheline la france tu l’aimes ou tu la quittes... ah ben merde ils sont français pour la plupart...

                  bon ben alors hop on les met dans des camps plutôt.. ??? avec des vigils armés et des chiens de combat nan ???

                  tant de bonne volonté çà laisse rêveur... merci de tant de compassion


                • (---.---.140.77) 6 mars 2007 23:21

                  Micheline qui rigole quand on la...

                  Scandaleux vos propos !!!


                • simplet simplet 6 mars 2007 13:42

                  ben voyons çà va être la faute aux clodos qu’ont pas de toit si les gens n’osent plus passer pour ne pas voir la misère en face... les gens qui râlent sont sans doute les même qui sortent les bras chargés de courses et qui font de gros détours ou qui parlent de tout et n’importe quoi pour ne pas à avoir à croiser des regards qui en disent long ou à lacher une piècette par ci par la...

                  alors oui il maîtrise la com et tant mieux pour lui, ségo et nico essayent de faire la même chose, et se lachent dans les amalgames à longueur de campagne...

                  au moins lui utilise la com pour reloger des gens...

                  si vous avez regardé le faux débat hier soir sur france 3 vous avez pu voir des jeunes salariés obligés de squatter des immeubles laissés vaquant pour la spéculation immobilère et JF Coppé ( des réalités d’ailleurs !! ) de s’énnerver uniquement parce qu’ils squattent et que c’est illégal.. et que ces jeunes freluquets ne comprennent pas que la vie coute chère à Paris et qu’il ferait mieux de se tirer en banlieu plutôt que de chercher à se rapporcher de leur lieu de stage ou de travail... il n’a apporté aucune réponse à leurs attentes, il a juste voulait recadrer le débat sur le sujet de l’illégalité du squat et rideau, rien de plus, pas de solutions même pas de tentative de compréhension de leur geste...

                  pitoyable...c’est çà l’UMP !!!


                  • seb59 (---.---.180.194) 6 mars 2007 14:46

                    @ simplet

                    Et le PS , c’est quoi ?

                    Aider les glandeurs avec l’argent des autres ?


                  • simplet simplet 6 mars 2007 14:55

                    jamais défendu le PS moi, d’ailleurs ils passaient leur soirée ( PS et UMP ) à casser les réalisations les uns des autres...

                    aucun des 2 n’a vraiment annoncé de programme ou de réforme ( allez soyons honnête, le PS proposait qd même qq trucs en + )

                    je soulignais surtout le manque d’écoute du porte parole de l’UMP qu’avait promis d’arrêter la langue de bois, je le trouve surtout très fort pour arrêter d’écouter les doléances le sieur...


                  • jak (---.---.68.196) 6 mars 2007 16:31

                    La misère en face, pour le quartier c’est en face, de dos et sur les côtés, la misère. Loin du canal les belles âmes pleines de compassion, pour ces pauvres hères, coule comme du miel dans la gorge de la diva, de près c’est comment dire : un cloaque nauséabond, grouillant de vermine. Difficile de se trouver un chemin a travers défécations, rejets biliaires et autres joyeusetés odorantes, surtout lorsque tout a votre itinéraire égoutier, des hommes avinés vous insultent, vous menacent en contre partie d’une petite pièce. Voila, cela est le quotidien des riverains et autres passants et il faut du recul et du sang froid pour ne pas sortir la boite a gifles. Quand aux clichés gros riches avec des cadeaux plein les bras, ce sont des arguments de prépubaire se tirant trop sur l’élastique. Bien que Saint Augustin en communicant hors pair a installé son camping, chez les gauchos bobos, les prenants aux pièges de leur idéologie, c’est très fort, surtout pour lui. Avouons, que devenir célèbre et incontournable en 2 mois, ce n’est pas a la portée de n’importe quel saltimbanque


                  • simplet simplet 6 mars 2007 16:53

                    et hop

                    dehors les romanos bordel...


                  • (---.---.140.77) 6 mars 2007 23:25

                    J’espère que tu finiras la tête dans le caniveau un jour seb59. Je m’en délecte d’avance !!!


                  • wired (---.---.92.11) 6 mars 2007 13:44

                    Moi j’ai une pensée pour tout ce qui galère avec un petit salaire pour se loger...Pourquoi faut-il toujours opposer une catégorie contre une autre ? Peut être qu’un jour vous serez content que des gens se battent pour qu’on est tous des conditions de vie acceptables et digne à moins que votre credo soit le moi je.


                    • (---.---.140.77) 6 mars 2007 23:29

                      Enfin quelques paroles censées et humanistes. Elles sont rares face aux réacs bourges. Merci Wired.


                    • ben (---.---.182.41) 6 mars 2007 14:43

                      ils doivent etre rudement contents les sans abris d’avoir servi de support de com’ aux candidats. un peu comme hulot pour l’écologie ! on signe un truc vite fait, et hop on en parle plus...ba non ! on a deja signé !


                      • bernard29 candidat 007 6 mars 2007 16:51

                        Votre étude à postériori n’apporte pas grand chose d’autant que vous avez occulté l’aspect le plus important de l’opération qui est la transgression de la loi. (installation de tentes sur le domaine public, trottoirs d’une ville).

                        La couleur rouge des tentes n’a absolument rien a voir. Si elles avaient été vertes ou bleues quelle différence ? or vous en faîtes un des 4 arguments pour une opération médiatique efficace. « en misant à la fois sur la perception (la couleur rouge vif des tentes) » !!!

                        Or la transgression ce n’est pas original. Mamère avec son mariage Homo, Bové avec ses fauchages de maïs. Tout le monde sait bien qu’il faut soit une transgresson, soit « emmerder » le monde pour attirer les caméras. Les ouvriers qui menaçaient de déverser leurs produits ultra polluants dans la rivière qui longeait leur usine etc etc..

                        La transgresion est le premier facteur d’une opération médiatique réussie. Le seul problème est donc d’oser. Quand en plus, ça concerne un aspect charitable bien partagé et donc un problème réel et grave, la transgresion devient une arme d’autant plus forte qu’elle en devient excusable.

                        Et de trangressions en transgressions qui démontrent opérations après opérations les blocages et inerties de notre société, on en arrive à ne plus croire à la démocratie et à démoraliser encore un peu plus les citoyens. D’autant qu’en plus, rien n’est résolu quand les tentes sont repliées, les faux remisées, et les mariés divorcés..,

                        Bon on a un peu fait avancer le smillblick, montrer l’acuité d’un problème et c’est déjà beaucoup ou pas si mal.


                        • non666 non666 6 mars 2007 17:09

                          Ils sont beaux, ils sont naifs ces emerveillés glorificateurs des Don Quichottes... !

                          Revouons l’action au ralenti :

                          1) Sarkozy lance le principe du droit au logement opposable, dans un meeting de province. Cette action, de la part d’un avocat d’afffaire qui a fait sa fortune dans les expulsions grace a ses clients institutionnels et ses relations dans le 92 devrait nous faire rire, mais curieusement , personne ne reprend, meme pour en rire ses propositions.

                          2) Une association « d’etudiants », dont leurs amis les decrivent très proche de Sarkozy trouve le finanbcement de tentes quachuas en grand nombre et reussit le remarquable exploit de ne pas se faire virer par la police pour ce campement hors site conforme...

                          3) Le droit au logement opposable revient dans la campagne, le gouvernement et l’Ump se font mousser sur le dossier, Sarkozy scie larbre de la solidarité avec les « sans-logis » sur laquelle s’assayait les gauchistes de toute obdience...

                          Moi je dis : joli coup, les communicants du candidat UMP !

                          Les naifs disent : super operation de communication desinteréssée....

                          Lenine disait : Il faut savoir utiliser les idiots utiles !

                          Si quelqu’un croit encore que dans cette campagne présidentielle, il y a une seule information qui nous arrive qui ne serve pas un des deux candidats « majeurs » et qui ne soit visée par les groupes de presse, il va faloir qu’il ouvre plus les yeux.

                          Heureux les simples d’esprit


                          • Phynance (---.---.8.58) 6 mars 2007 17:36

                            EPAVES DOREES

                            « Octobre 1999, le PDG d’Elf-Aquitaine, Philippe Jaffré, démissionne après le rachat de son groupe par TotalFina. Ses indemnités de départ, avec les stock-options, représentent un montant entre 30,5 et 45,7 millions d’euros.

                            En juillet 2002, Jean-Marie Messier quitte la présidence de Vivendi après avoir contribué aux pertes abyssales de son groupe. L’ancien PDG négocie alors une indemnité de 21 millions d’euros. La Commission américaine des opérations de bourse (SEC) le contraint finalement à renoncer à ce “parachute doré” en décembre 2003.

                            En novembre 2002, Pierre Lescure, ancien président du directoire du groupe Canal+, reçoit 2,9 millions d’euros d’indemnités, soit son “traitement mensuel multiplié par 18”, selon lui le “minimum légal”.

                            Après le rachat de Pechiney par Alcan, en 2003, le PDG sortant du groupe français d’aluminium, Jean-Pierre Rodier, reçoit près de 10,5 millions d’euros.

                            Igor Landau, en consentant en 2004 au mariage du groupe pharmaceutique Aventis, dont il était le PDG, avec son concurrent français Sanofi-Synthélabo, s’est offert une “retraite dorée”, avec une indemnité de départ de 10,5 millions d’euros, sans compter stock-options et autres primes.

                            Serge Weinberg, l’ancien président du directoire du groupe Pinault-Printemps-Redoute (PPR), remplacé en mars dernier par François-Henri Pinault, a touché 5,3 millions d’euros. Il possède aussi des stocks-options d’une valeur estimée à un million d’euros au cours actuel, et a reçu en outre une retraite complémentaire dont le groupe PPR n’a pas dévoilé le montant. »

                            lemonde.fr 24 avril 2005


                            • jak (---.---.68.196) 6 mars 2007 17:49

                              Hors sujet.


                            • tvargentine.com lerma 6 mars 2007 19:32

                              C’est l’exemple type de la manipulation de la misère comme instrument médiatique à des fins personnelles.

                              Si les hommes politiques n’étaient aussi détachés de la vie actuelle des problèmes de la vie courante des citoyens,ils n’existeraient autant de sans abris et de misère sociale

                              Je me rappelle encore cet été ce tour en bateau mouche et le spectacle de la misère sociale au grand jour des touristes du monde entier qui visitent notre pays.

                              Quelle belle image de la France,Monsieur le Maire de Paris !

                              Les hommes & femmes politiques de la ville de Paris étaient trop occupés à préparer PARIS-PLAGE (affreux affreux affreux !!!)pour s’occuper des pauvres (ils sont sales)

                              Quand on laisse le champ libre des idées et des initiatives politiques à la démagogie médiatique ou idéologique,alors c’est déjà un signal d’un déclin d’une grande nation


                              • Battement d’elle (---.---.90.133) 6 mars 2007 20:29

                                Là... ce genre d’insinuation est vraiment détestable : A vous lire, toute l’humanité serait pourrie ! Les Don Quichotte ont oeuvré, j’en suis certaine par un réel désir de venir en aide à ces pauvres gens. Leur seule erreur : c’est d’avoir cru qu’ils avaient déjà gagné ! C’était sans compter avec leurs ennemis (certaines fondation... associations...)qui n’accepteront jamais qu’on leur enlève ’’leurs pauvres’’ parce que ça leur rapporte un argent fou !! Je suis sure que tout ce qui se passe aujourd’hui au Canal St-Martin est manipulé par tous ces organismes soi disant « humanitaires ». Ne les laissez pas gagner !

                                PS : ne seriez vous pas un ’’gentil" membre d’une de ces fondation ou associations ?


                                • (---.---.140.77) 6 mars 2007 23:44

                                  Bien vu gentil papillon (battement d’elle).

                                  Malheureusement avec des politiques tel que Sarko, l’humanisme fout le camp. Vu les nombreux post réacs et haineux qui se plaignent des nuisances causées par les SDF, je suis sur le cul.


                                • daniel (---.---.176.254) 6 mars 2007 21:43

                                  Bel exemple de démagogie bobo :

                                  - Des artistes qui bénéficient de tous les avantages au détriment des travailleurs pauvres (voir le régime des intermittents qui pompe les cotisations de ces travailleurs...)...

                                  - Ces artistes vont jouer les dames de charité en se mettant « hors la loi » avec l’agrément de ceux qui sont censés faire respecter la loi. J’attends les propos de ceux qui approuvent ces Legrand, Bové, Mamére quand demain des « anti-avortement » ou des « petits blancs » spoliés de leurs emplois au nom de la ségregation « positive » entameront ce genre d’actions...

                                  - Ces spécialistes des médias (c’est leur métier...) propulsent sur la scéne les « héros » du jour : clochards, sans papiers....Et vas y les grands discours, la culpabilisation du pauvre con de public...

                                  On croirait presque que nous sommes la cause de cette boue...

                                  J’habite Paris , quand je vois ces hypocrites de Delanoé, Lepetit, etc...j’oublierai presque que ces gens financent Paris Plages, les mosquées (dont celle de la rue Léon à 2 pas de chez moi), leurs gueuletons et leurs agapes , tout cela à mes frais, avec mes impots...

                                  Impots qui devraient servir à financer de l’habitat d’urgence, ou à destination des SDF...

                                  Et puis tous ces SDF, ces pauvres gens, ces clodos, qui sont ils ? On sait qu’au moins 80 % sont des gens un peu « limités » exclus du monde du travail ...Exclus du fait de l’instrumentalisation de l’immigration par le Patronat. Ces 80 % occupaient des emplois sous qualifiés (manutentionnaire ou autres...)...Ils avaient leur place dans notre société, leur dignité...On a préfére employer à leur place des immigrés sous-payés et plus performants (moins « limités » dira t-on)...

                                  Quand j’entends « discrimination positive » c’est eux que je vois. Ils sont nos compatriotes, nos fréres , notre famille...Et c’est vrai que nous avons une responsabilité collective en les expulsant ainsi de notre société... Certains veulent compter les noirs ou les arabes pour leur réserver subsides divers et emplois...Peut être devrait on « compter » ou au moins « repérer » ces gens là, ces faibles (qui peuvent d’ailleurs aussi bien être noirs ou arabes...) et leur reserver des emplois et des formations pour leur permettre de se mettre « à niveau » de la société. Et qu’on ne me parle pas de flicage ou de fichage : ces gens sont connus et laissent des traces partout : de leurs échecs scolaires à leurs recherches désespérées d’insertion jusqu’à l’échec cruel et la clochardisation...

                                  Qu’on ne me parle pas non plus de fatalité. Il y a 30 ans la vie n’était pas plus belle , mais il y avait trés peu de clochards....

                                  Les 20% restant sont des accidentés de la vie, comme on dit : chomage, divorce, etc...Autant d’accidents qui peuvent conduire à la rue... Et là c’est plus dur à résoudre parce que les profils sont plus divers et moins prévisibles...

                                  Le probléme de fond restant celui de l’emploi....

                                  Quant au logement il y a un réel probléme...Mais la population a augmenté de 20 millions en quelques décennies ...Et chaque années 400000 immigrés s’installent en France ..Et la population vit de plus en plus longtemps......Faut aussi être logique : laisser nos frontiéres ouvertes comme actuellement et loger tout le monde , c’est construire au moins et en temps normal (c’est à dire sans parler du rattrapage à effectuer aujourd’hui en matiére de constructions) 200000 logements en plus par an...

                                  Sans financement que celui des impots puisque ces gens n’ont pas le 1er rond pour financer la construction et l’entretien...Et que bien souvent ils ne paient pas de loyers (ou au mieux par ils paient par le biais d’allocations logement financées au final par l’impôt)...Pas de leur faute d’ailleurs : il y a 5 millions de chômeurs en France..et si par bonheur pour eux ils trouvent un emploi et paient , ce sera par le biais d’un emploi soustrait à un de « souche » qui lui se trouvera en position de non emploi, et d’impossibilité de paiement de loyers...

                                  Alors le « droit opposable » n’est ce pas un moyen de faire payer au Français « lambda » le logement de l’« exclus » ? Car le droit opposable ne croyez pas qu’il s’exercera au détriment des Banques ou des riches promoteurs immobiliers qui disposent d’avocats et de moyens de pression forts sur nos gouvernants ; il ne s’exercera pas non plus sur le dos de nos artistes (vous savez les donneurs de leçons : Noah le Suisse ou Renaud l’Anglais) : eux aussi ont des moyens de pression...Au pire ils émigreront à Monaco ou en Terre de Feu...

                                  Non ce « droit » s’exercera sur le petit propriétaire...Suffit de regarder comme ça se passe de nos jours...Associations subventionnées par l’Etat, ayant pignon sur rue, pillant les logements de petits vieux pour y loger leurs « primo-arrivants » , ou s’appropriant les logements de résidants qui ont la surprise de découvrir une famille de Sénégalais installés chez eux à leur retour de vacances....

                                  Ou alors connivences « payantes » avec des hôteliers véreux ou des tenanciers de squatts « agréés » par l’Etat...


                                  • Oudeis 6 mars 2007 22:20

                                    « L’opération d’influence choisie est exemplaire par sa brièveté et son impact. »

                                    Et surtout pour son inconséquence totale : passés les quelques jours d’excitation médiatique et la promesse de loi, les personnalités et les organisateurs désertent la scène ... et laissent les sans abris et les riverains du canal Saint Martin dans une situation déplorable.


                                    • PASA (---.---.132.150) 6 mars 2007 22:59

                                      LES LEGRAND C’EST DES POURRIS !


                                      • (---.---.140.77) 6 mars 2007 23:46

                                        Et toi tu pues le rat mort !!!


                                      • Calmos (---.---.125.193) 7 mars 2007 09:21

                                        Que fait Delanoé ???

                                        Rien...comme d’habitude...

                                        C’est le maire de Paris mais ce genre de truc n’est pas de son ressort...il n’est pas concerné...« Monsieur » est trop occupé par l’organisation des meetings de la Ségo

                                        Legrand est un con...moi les tentes je les aurais mis devant l’Hotel de Ville...

                                        Cela l’aurait peut etre motivé.... ????


                                        • barbarito999 (---.---.112.200) 7 mars 2007 17:10

                                          Un des problème majeur non-souligné ni par l’analyse, ni par les réactions (pas toujours très fines...) est l’orchestration, l’organisation, la planification de cette misère au profit d’une ou d’un groupe de personnes.

                                          Les frères Legrand sont à mon sens les pires des monstres dans leur gestion de cette crise qu’ils ont eux-même crée. Entre Augustin qui s’en va en Afrique du Sud pour un tournage (pays qui à son lot de laissés pour compte) à la minute ou une annonce gouvernementale est faite, et ses frères qui ne gèrent rien et demandent des aides sans aucun but précis...

                                          Entre le remplissage « quasi forcé » (selon un témoignage)des tentes dès qu’un SDF est relogé et le refus d’un bon nombre (plus de 80 selon les sources) qui refusent toutes solutions... Je trouve que l’attitude des « Don Quichotte » plus immonde encore que le manque de compassion général de la société française.

                                          Même les véritables professionnels de l’aide aux SDF qui ne font pas les intéressants devant les caméras (CF les créateurs du SAMU Social) sont contre cette action et les Legrand.

                                          Entre ceux qui ne font rien et ceux qui en profitent, lequel est le pire des camps ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

P-A


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès