• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Retraites à 64 ans : Lundi, Macron la passe en catimini

Retraites à 64 ans : Lundi, Macron la passe en catimini

Métro, boulot, caveau

Nous pourrions juste nous arrêter au titre, car tout -ou presque- y est contenu.

Jugez plutôt : lundi prochain, le 21 novembre 2022, il y a de grandes chances que l'amendement des sénateurs LR poussant l'âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans, et inclus par ces mêmes sénateurs dans le PLFSS en guise "d'avertissement" au gouvernement, finalement ne soit pas ...retoqué par le gouvernement Borne.

Ce qui équivaudra, de fait, à faire passer rapidement, lors du passage du PLFSS prévu lundi 21, l'âge légal de départ à la retraite de 62 à 64 ans. Sans aucun débat, ni même une manif dans la rue, sur un sujet pourtant crucial pour tous les français.

Il faut ici souligner le cocasse de la chose : les sénateurs LR avaient inclus cette mesure dans le PLFSS pour "avertir le gouvernement" car voyez-vous, les Sénateurs LR (oui, je parle de ces gros pleins de soupe comme Larcher, qui n'ont jamais connu le vrai monde du travail, celui où on s'use la santé parfois jusqu'à en mourir, mais juste les fauteuils dorés et les restaurants de luxe de la "République" toute leur vie de pacha durant), ces sénateurs pleins de soupe républicaine LR donc, n'étaient "pas satisfaits" de la manière dont le gouvernement louvoyait avec la réforme des retraites. Comme le disent si bien Edouard Philippe et tant d'autres "responsables" de drouate : il faut taper vite et fort sur les retraites. Pourquoi pas aller jusqu'à 70 ans, tant qu'on y est ?

Avec un pays qui compte 6 millions de chômeurs, ça aurait pas de la gueule d'avoir des travailleurs grabataires, qui partiraient directement du boulot à la morgue, pendant que des millions de jeunes ne trouvent plus aucun taff ?

Mais bon, je m'égare...

Car le gouvernement sait que 79% des français sont contre ce report, et plus globalement contre cette "réforme-des-retraites-qui-ne-sert-à-rien-car-les-comptes-sont-à-l'équilibre-jusqu'en-2050" . Sans entrer dans le détail, le sujet est, dans le contexte délétère que connait le pays (pour rappel inflation galopante et pas d'augmentation des salaires), très explosif pour le gouvernement.

Peut-être d'ailleurs que l'obstination du gouvernement de ne pas augmenter les salaires de manière générale, vient de là : seulement 1% d'augmentation des salaires, ce serait juste + 2 milliards de cotisations dans les caisses de retraite. Et autant dans les autres soi disant "trous" des caisses d'assurance maladie, qui seraient de fait en voie de résorbtion, autrement que par des réductions de personnels et de prestations continuelles, jusqu'à en faire des coquilles vides comme avec les hôpitaux. Donc imaginez avec +6,5% d'augmentation , si on suivait ne serait-ce que l'inflation "officielle", comme le demandent les syndicats et la méchante gôôôôche ? Le problème qui n'existera pas avant 2050 serait en fait immédiatement résolu.

Mais c'est fou comme je m'égare aujourd'hui : poursuivons voulez-vous ?

Les sénateurs LR ont donc inclus un amendement en forme d'avertissement pour ce même gouvernement, mais en ne se faisant pas d'illusions sur la suite qui aurait dû lui être réservée.

Oui, qui aurait dû : les sénateurs savaient que le gouvernement allait user de son 49.3 une fois de plus pour faire passer le PLFSS en force lundi 21, et grâce à cette disposition (qui permet également au gouvernement qui l'utilise de supprimer les amendements dont il ne veut pas, du projet de loi qu'il fait passer en force) et donc ils pensaient que le gouvernement ne se priverait pas de mettre à la poubelle cet amendement provocateur. Ils l'escomptaient, car la logique l'aurait voulu : vu ce que leur avait dit Jean-Christophe Combe, le ministre des solidarités, qui représentait le gouvernement au Sénat, qui leur demandait de "ne pas brusquer les choses" et donc de patienter encore un peu, jusqu'en 2023, avant de taper sur les Français.

Sauf que ...

 

La macronie, péripapéticienne du capital

Coup d'esbrouffe de LFI ? Envie de mettre la pression ? Toujours est-il que Mathilde Panot, présidente du groupe LFI à l'Assemblée nationale, est intervenue à la demande de Méluche (sortez les fusils !) et a demandé à Elisabeth Borne la chose qui fâche lors de la séance des questions au gouvernement : 

« Samedi dernier, les sénateurs vous ont servi sur un plateau le report de l’âge de départ à la retraite à 64 ans, avec 43 annuités, en l’introduisant dans le PLFSS. Pratique, une mesure adoptée en catimini, pas de mouvement social. Un petit 49.3 et le tour serait joué ! 

Vous n'avez pas le mandat des français pour réaliser cette réforme : 8 français sur 10 y sont opposés. Non : vous êtes les commis des intérêts privés qui vous ont élus et attendent leur retour sur investissement.

Avec vous, la réforme des retraites passerait en force, peu importe si elle couterait des milliards en pensions d'invalidité, indemnités maladie et chômage. Peu importe si un quart des hommes les plus pauvres sont déjà morts avant 62 ans. Oui, seuls les riches pourront vivre en paix en macronie

Pour les autres, vous ne reculez pas l'âge de la retraite : vous avancez l'âge de la mort.

Alors, pourquoi faire une réforme dont personne ne veut ?

Madame la Première ministre, vous voilà prévenue. Un seul geste, et vous nous trouverez dans la rue dès le lendemain. Un seul geste, et nous vous ferons battre en retraite ! »

Réponse de la maitresse d'école, mi-ironique mi-méprisante comme d'habitude : après avoir prononcé les accusations rituelles ("vous ne reconnaissez pas la République, vous mettez en doute la légitimité du président légitimement élu", et que c'est lui le plus beau le meilleur que la france ait jamais connu et patati patata) elle a lancé avec la morgue de professeur principal qui la caractérise « En effet, parallèlement, les sénateurs ont avancé des propositions, même si elles ne viennent pas de notre majorité, nous regarderons ces propositions avec attention ».

Panot relance alors la ministre : « Madame la Première ministre, êtes-vous en train de nous confirmer que vous allez passer en catimini la réforme des retraites dans le PLFSS que vous étudiez avec intérêt comme vous venez de nous le dire ? ».

Borne refuse alors carrément de répondre.

 

Si tu ne te préoccupes pas de la politique...

L'affaire est ainsi bien mal engagée : il y a de grandes chances que le titre -si peu putaclic- de cet article se réalise sans coup férir lundi prochain.

Car, quels que soient la teneur des "débats" à l'Assemblée, et malgré le fait que la majorité est loin d'être acquise à la macronie, celle-ci pourra bien sûr user de son 49-3 habituel pour contourner le "débat" et donc faire passer ce projet de loi, et les amendements qui l'intéressent avec.

Alors certes, avec les retraites la macronie voulait aller moins vite, prendre "le temps de la concertation" -entendre : faire passer le truc en 2023 après avoir reçu des "partenaires sociaux" qui de toutes façons auraient eu, dans le contexte actuel, toutes les difficultés du monde à ne pas passer pour impuissants. Il y a (avait ?) en effet un vrai risque à utiliser le 49-3 sur les retraites, du moins la macronie le pensait-elle jusqu'à très récemment. 

Mais, depuis quelques temps, et au vu de l'actualité récente, pourquoi se priverait-elle ?

La grève des raffineurs lui a certes fait très peur, mais elle a rapidement pu tester ses méthodes de communication destinées à éviter la contagion : accuser les grévistes d'être des "privilégiés qui font grève alors qu'ils gagnent 5000 euros par mois" a permis de monter une partie de la population contre l'autre (quand bien même ça n'était, comme d'habitude, qu'un tas de mensonges), et d'éviter le sujet qui fâche : la macronie refuse purement et simplement d'augmenter les salaires, alors que l'inflation dans les produits alimentaires explose (pâtes alimentaires : +20%), touchant de fait les catégories les plus défavorisées en premier.

En ce moment même, certains économistes prévoient une inflation fin 2023 à +30 voire +40% Le président du groupe Leclerc a même alerté sur le "tsunami d'inflation" qui va s'abattre sur la france d'ici la fin de l'année, car les supermarchés sont en pleine phase de renégociation annuelle des achats, et les producteurs demandent des augmentations de prix exorbitantes... rappelons que les entreprises ne sont pas protégées par le bouclier tarifaire sur l'énergie et que par voie de conséquence, leurs coûts de production explosent pour beaucoup, avec des factures d'électricité multipliées par 5,10 voire 20 en quelques mois...Certaines mettent même préventivement la clé sous la porte.

Il n'y a que notre (extraordinaire) ministre de l'économie Bruno "j'ai fait 4% à la primaire de droite en 2017" Le Maire qui estime que l'inflation "refluera" en 2023. Si son expertise est toujours aussi affutée que lorsqu'il avait certifié en mars dernier que "nous allons provoquer l'effondrement de l'économie Russe" , alors nous voilà rassurés : selon ce grand manitou de l'économie "l'inflation baissera sans doute maximum à 5% dès janvier , pour finir par culminer à 4% à la fin de l'année"... non non, je suis sérieux : nos impôts servent en fait à payer un incapable qui va faire un peu partout de la (mauvaise ) psychanalyse de masse sur les plateaux TV de ses amis milliardaires, en balançant perpétuellement et sur tous les canaux de communication possible des conneries plus grosses que la perruque de notre président. Même mon neveu de 12 ans sait pertinemment que l'inflation est partie pour exploser : il lui suffit de regarder les vrais experts, pas ceux qui mentent, mais ceux qui travaillent, et qui connaissent leur sujet, pour se rendre compte de la panade dans laquelle nous sommes.

Toujours est-il qu'aujourd'hui, nous sommes pieds et poings liés par une sorte d'abattement collectif chez la majorité des français, abattement qui ravit jusqu'au tréfonds de la macronie, qui n'en demandait pas tant. Du coup il faut avancer, coûte que coûte, tant qu'il en est encore temps. C'est un trou de souris dont ils disposent, et ils comptent bien en profiter pour s'y faufiler.

Car paradoxalement la peur est en effet grande, du côté de Jupiter et Brigitte, de finir à court ou moyen terme comme Louis XVI et Marie-antoinette. Et je n'exagère pas : cette peur est corroborée par plusieurs actions récentes du gouvernement, actions visant à se prémunir d'une possible éruption sociale de grande ampleur..

 

...la politique s'occupera de toi

Il y a d'abord eu la commande "exceptionnelle" de 90 blindés de guerre à l'entreprise Soframe. Des blindés high tech, destinés non pas aux soldats de l'armée française (qui bien souvent sont obligés d'aller au charbon en se payant eux-mêmes un matériel plus adapté que les vieilleries qu'on leur donne pour aller "apporter la démocratie" un peu partout en Afrique, et ce pour un coût moyen de 2500 euros croyez-le ou non) mais bien à la... Gendarmerie nationale et ce, pour "le maintien de l'ordre et contrer les crises de haute intensité". 

Nous sommes également très rassurés d'apprendre que Centaure (c'est son petit nom) sera équipé de la dernière technologie à la mode "pour la gestion démocratique des foules". 

Extrait de la plaquette de présentation du fabricant au salon de l'Armement, et du site de la Gendarmerie  : 

Le Centaure dispose d’une lame mobile grâce à un système pneumatique composé, entre autres, de vérins. Quant au canon mitrailleur monté sur le Centaure exposé à Eurosatory cette semaine, il ne sera, bien sûr, pas présent sur les 90 VBP qui circuleront, à terme, en France. 

Ces dernières précisions sont de Darmanain : ouff...continuons le tour du propriétaire

Le Centaure de la Gendarmerie nationale sera utilisé lors de missions de type anti-émeute et dans le cadre de la lutte terroriste, ceci par le GIGN (Groupe d’Intervention de la Gendarmerie Nationale).

Le Centaure peut transporter de 10 à 12 personnes et son moteur V6 diesel développe plus de 300 chevaux envoyés aux quatre roues via une boîte de vitesses automatique (6 rapports).

En creusant un peu, par exemple , on apprend quand même que "Le véhicule blindé sera doté d’équipements comme des tourelles, des lance-fumigène, de l’optronique." 

Ouf ! Toujours pas de mitrailleuses contre les manifestants, juste des "tourelles et de l'optronique", ça va mieux en le disant ! Et tout ça pour un blindé étanche qui pourra se payer une "foule haineuse" sans que les 12 fonctionnaires à l'intérieur ne daignent même de sortir risquer leur peau. Je ne sais pas vous mais moi je suis bien plus rassuré de vivre dans notre belle "démocratie" après ça !

Et puis il y a eu cette mesure insérée à la sauvette dans le futur projet de loi concernant la programmation de la sécurité intérieure (LOPMI), l'amende forfaitaire délictuelle, qui se traduira par une amende allant de 400 euro (si vous payez cash) à 1500 euros (si vous attendez ou n'avez plus un rond) lorsque, tenez vous bien, "aura été constatée l'occupation illégale d'un lieu d'études" ou "l‘intrusion non autorisée dans un établissement scolaire". Avec, of course, inscription au casier judiciaire puisqu'il s'agira d'un délit. Ce type d'amende avait été adopté en septembre 2020 dans le cadre de l'usage de stupéfiants, ce qui permettait d'accélérer les procédures lorsque votre gamin se faisait chopper avec son joint au bec à la sortie de l'école par exemple.

Mais ici c'est bien l'extension de ce type de procédure qui pose problème. Si cette loi est votée, et qu'une explosion sociale de grande ampleur survient (au hasard : grève générale avec occupation des locaux), qui empêchera le gouvernement de ruiner et décourager les contestataires/révoltés/soulevés/révolutionnaires (rayez la mention inutile) en les matraquant d'amendes équivalant, voire dépassant un mois de SMIC, et ce avec inscription au casier judiciaire ?

Et pour conclure, tant que nous y sommes n'oublions quand même pas cette étrange et inédite "opération nationale d'abandon simplifié d'armes à l'Etat (? ??)" : du 25 novembre jusqu'au 2 décembre prochain, plus de 300 sites spéciaux seront créés par le ministère de l'intérieur. Il s'agit ici, selon le ministre qui demande des faveurs sexuelles en échange d'un appartement, et qui est toujours en poste Place Beauvau à l'heure où je vous parle, d'une ""opération nationale destinée à mettre en règle les possesseurs d'armes illégales, et ce sans sanctions". Derrière cette curieuse formulation, une campagne "inédite et historique" qui aurait pour objectif de retirer de la circulation les quelque cinq à six millions d'armes détenues illégalement par les particuliers. Et les sortir de la clandestinité soit en les inscrivant dans le nouveau fichier de traitement et de contrôle automatisé SIA, ce qui permettra de géolocaliser avec précision toutes les armes et leurs propriétaires, mais aussi de contrôler les possesseurs de manière annuelle (casier, antécédents psychiatriques...), soit de les abandonner pour les détruire.

C'est vrai que les estimations officielles parlent jusqu'a 6 millions d'armes illégales dans notre pays, contre 7 millions détenues dans les règles. D'autres-plus taquins- avancent même le chiffre de 15 à 20 millions d'armes illégales...impossible de savoir avec certitude en fait, mais la multiplication des faits divers semble dire une chose : les armes de gros calibre sont hélas aujourd'hui courantes dans certains milieux.

Mais il est évident que Jean-patrick, le dealer de cité qui se fait "respecter" grâce à sa kalach acquise auprès de la mafia des pays de l'est, ira sans doute déclarer ou abandonner de bonne grâce son joujou dans un de ces centres ... non ?

Il y a comme qui dirait un malaise... un non dit, un impensé dans cette belle propagande. Les arguments sonnent creux.

Alors oui, dans son argumentation le gouvernement parle plutôt de récupérer les armes "héritées" : vous savez la pétoire que papy amenait à la chasse, et qu'il laisse à sa mort à la famille... ou celle qu'on retrouve oubliée dans le grenier. C'est vrai qu'il est bien plus urgent d'essayer de contrôler les millions de pétoires oubliées dans un grenier depuis des années, , et souvent mal entretenues, avec des munitions ayant pris l'humidité (donc inutilisables ou dangereuses pour leur utilisateur). Plutôt que de lutter contre le vrai, très lucratif et dangereux trafic d'armes de guerre qui alimente les réseaux du crime organisé dans notre pays.

Au vu d'une telle débauche de moyens (+ de 300 centres spécialisés, des dérogations pour que ceux qui transportent des armes ne soient pas inquiétés par la police, et des centaines de fonctionnaires mobilisés dans ces centres) on ne peut que s'interroger sur le réel but de tout ceci : est-ce seulement pour contrôler les 6 millions d'armes illégales qui circulent dans notre pays ?

Le tireur sportif que je suis connait la réponse : c'est une excuse en bois. Comme je le disais les vraies armes illégales -celles qui tuent, dans des braquages ou des règlement de comptes- ne seront évidemment jamais rendues par leur gentils propriétaires. De la même manière, le trafic florissant en provenance des pays de l'est (ex yougoslavie, ex urss, mafia albanaise, etc) ne sera pas plus freiné par cette "opération exceptionnelle" à la con que par la passoire des marchés et de la finance qu'est devenue l'Union Européenne.

Normal : presque plus de douaniers, presque plus de moyens pour les brigades spécialisées, et bien sûr aucune politique européenne dans ce sens. Non : mieux vaut emmerder le tireur sportif ou le collectionneur qui lui, est déjà en règle et qui est perpétuellement contrôlé.

A moins que ... Et l'Ukraine ? 

 

L'Ukraine, bientôt en bas de chez toi, Manu...

Je ne vais même pas m'abaisser à en rajouter une couche sur l'Ukraine : tout le monde a à peu près une idée sur ce qui s'y joue.

Toujours est-il qu'on apprend au détour d'une dépêche, par exemple comme ici, que l'Ukraine est inondée d'armes de tous calibres par l'Oncle Sam et son caniche européen, et qu'une bonne partie de ces "dons" est en fait détournée pour améliorer les fins de mois des gentils soldats ukrainiens qui se battent contre le méchant Poutine, et pour "la démocratie" -oui oui, la même qui mutile et emprisonne à tour des bras de pauvres gars en gilets jaunes qui ne demandaient qu'un peu de partage et de justice.

Certaines infos vérifiées parlent même d'armes qui auraient atterri...en Finlande, entre les mains de gangs de motards...

Et ce n'est même pas une surprise : le 22 juillet déjà, Europol, organisme de surveillance et de police européen, publiait une déclaration indiquant que «  la prolifération des armes à feu et des explosifs en Ukraine pourrait entraîner une augmentation du trafic d’armes et de munitions vers l’Union européenne via des itinéraires de contrebande établis ou des plateformes en ligne  ».

Il ressort donc que la préoccupation du gouvernement pourrait être plus que réelle, bien que, comme d'habitude en macronie, cachée sous un gros tas de mensonge et de bobards. Car que se passerait-il si certaines de ces armes atterrissaient en France, ce pays aux 6 révoltes et révolutions, ce pays aujourd'hui certes plongé dans la léthargie mais si coutumier des éruptions sociales qui peuvent apparaitre en un claquement de doigt, et devenir rapidement incontrôlables ? Faut-il le craindre ? ou plutôt le souhaiter ? 

 

Irresponsables et coupables

La question n'est même plus là : face à un gouvernement sourd, muet et aveugle à la détresse de millions de français, ce même gouvernement, au lieu de sortir par le haut (en revalorisant le travail, donc les salaires), préfère multiplier les chèques et autres mesurettes qui sont tout sauf émancipatrices.

Ce que les travailleurs veulent ? Un salaire à la hauteur de leur travail.

Pas la manche, pas des petits chèques, pas, en définitive, du mépris.

Cette façon totalement irresponsable et pour tout dire totalement méprisante, qui consiste à donner des chèques pour tout et n'importe quoi, en les faisant payer, à terme, par ces mêmes bénéficaires -et pas par les oligarques qui se gavent de plus en plus jusqu'à la nausée, alors que d'autres se privent de chauffage ou de nourriture par millions-, cette façon de faire est totalement irresponsable.

Car la macronie (et la droite et l'extrême droite en général) ont beau jeu de hurler à l'irresponsabilité de celles et ceux qui demandent des augmentations de salaire. En avançant que cela ferait "exploser l'inflation"...comme si ça n'était pas déjà le cas, et comme si ça n'était pas à cause des centaines de milliards injectés dans l'économie depuis quelques mois qui en étaient la véritable cause ! Un tel niveau d'incompétence ne peut que laisser pantois. Tout comme l'argument qui consiste à affirmer que ne pas augmenter les salaires en période de forte inflation, c'est "responsable", il suffit de retourner celui-ci : les irresponsables, ce sont ceux qui refusent de dépenser finalement assez peu en augmentations de salaires, de façon à soutenir la consommation, et à éviter :

1/ une récession : la crise des débouchés est là, les entreprises vendent de moins en moins et licencient de plus en plus car la consommation des ménages s'effondre. Et même l'INSEE, avec ses chiffres bidons et décorrelés de la réalité, n'arrive plus à le camoufler 

2/ un révolte sociale de grande ampleur. En refusant une augmentation générale des salaires de quelques pourcents aujourd'hui, vous préparez le terrain à une explosion sociale dans quelques mois. Quand les gens commenceront à ne plus pouvoir se nourrir, les gilets jaunes -ou rouges, ou violets, ou sans gilets- ressurgiront et viendront demander des comptes. Déjà, les prémisses sont là : police judiciaire, médecins...des catégories de professions considérées comme privilégiées commencent à se révolter face à l'inanité de ce gouvernement, et face à son sentiment d'impunité.

Avec tout ce que nous venons de voir, il m'étonnerait que le macronistan ne s'attende pas à quelque chose de bien, bien plus étendu.

 

Alors, quand le pays sera en quasi guerre civile...

A ce moment-là, qui seront les irresponsables ?


Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

64 réactions à cet article    


  • Jean 18 novembre 16:06

    Bien la retraite à 64 ! mais il faut qu’elle soit obligatoire et pour tout le monde, cela éliminera pas mal de politiques


    • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 11:56

      @Jean « Bien la retraite à 64 ! »

      Pourquoi imposer des contraintes à chacun quand il serait si simple d’équilibrer les comptes avec une liberté/responsabilité individuelle maximale permettant de répondre équitablement à tous les souhaits individuels.

      Oublions tous les notions d’age légal, d’age pivot, de nombre d’annuités mini, de taux plein, de majoration, de minorations, ... plus rien de tout cela

      Chacun choisit librement son age de départ !

      Naturellement, pour équilibrer les comptes, le montant mensuel de la retraite dépend de 2 facteurs (et seulement 2) :

      • le total cotisé durant la vie active
      • l’espérance de vie moyenne au moment choisi pour le départ

      La pénibilité est un point traité via la rémunération (donc rémunération/cotisation plus forte pour du pénible, permettant de partir plus tôt à montant égal)

      Les « enfants » sont traités par un versement par enfant (avec cotisation retraite, permettant de partir plus tôt à montant égal)

      Pour ces 2 derniers points, pendant une période transitoire, eventuelle régularisation/correction du montant cotisé, mais pas de case spéciale dans le dossier retraite pour la pénibilité et les enfants. Même règle (simple) pour tous.


    • sirocco sirocco 18 novembre 17:21

      Pour montrer qu’on ne veut pas de la retraite repoussée à 64 ans, ni de l’augmentation vertigineuse des prix des biens de consommation et de l’énergie, ni du soutien à la guerre en Ukraine, ni de l’obligation vaxxinale... mais qu’on veut la paix, le réintégration des soignants suspendus...

      soyons nombreux à rejoindre les Gilets jaunes et les patriotes demain samedi 19 novembre à 14 H 00 Place du Palais Royal à Paris.


      • @sirocco
        rejoindre les Gilets jaunes et les patriotes demain

        C’est une des rares occasions que je soutiens à 100%. Dommage que je sois en Provence...


      • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 12:01

        @sirocco
        Même si ok sur les causes défendues, absolument contre les violences et perturbations liées aux manifs, grèves, droit de retrait, etc. alors qu’il y a tant d’autres moyens d’expressions.
        Exprimer son opinion, faire apparaitre la volonté du peuple OUI !
        Se polluer bêtement la vie entre nous NON !


      • Lynwec 18 novembre 17:29

        Réforme inutile, avec les injections on meurt désormais bien plus tôt, mais bon, il faut qu’ils s’occupent, nos précieux « représentants » ...

        https://mortsapresvaccination.wordpress.com/2022/11/18/il-manque-6000-deces-dans-les-bases-de-donnees/


        • J’ai pris ma retraite il y a 15 ans...

          Parfois j’ai envie de bosser Gratos dans n’importe quel métier à ma portée quand je vois comment des gens peuvent saloper le boulot.


          • Eric F Eric F 19 novembre 11:45

            @Les Loups sont entrés dans Paris, cessez de rire..
            ’’j’ai envie de bosser Gratos dans n’importe quel métier à ma portée quand je vois comment des gens peuvent saloper le boulot’’
            Après ’’la grande démission’ (nombreux départs dans les entreprises) , il est question de la ’’démission silencieuse’’ (en faire le moins possible), parfois appelée ’’grande flemme’’ d’après covid, les indemnités de non-travail du quoiqu’il en coute sont passées par là, à quoi s’ajoutent le climat d’angoisse permanente, les sombres perspectives tous azimuts (guerre, climat, récession, submersion migratoire...).

            C’est une stupidité de reculer l’âge de la retraite, le problème n’est pas de prolonger le travail des vieux, mais que l’ensemble des classes d’âge plus jeunes travaillent effectivement.
            Mais pour cela, la rémunération doit absolument suivre l’inflation, car travailler autant pour moins de pouvoir d’achat est inacceptable !


          • @Eric F
            car travailler autant pour moins de pouvoir d’achat est inacceptable !

            Il est plus que temps d’adapter son train de vie à ses moyens.
            Je vois beaucoup de gens gaspiller leur argent dans beaucoup de domaines :
            conso,
            alim,
            loisirs...
            La demande pousse les prix à la hausse et c’est le cercle vicieux...
            Je ne vais pas donner d’exemples pour ne pas exciter ceux qui se sentiraient visés mais qd mm, qd mm...
            un peu de sobriété ne ferait pas de mal.
            Le 26 décembre, les files d’attente pour rendre les cadeaux de Noël


          • Adèle Coupechoux 19 novembre 10:06

            « Faut-il le craindre ? ou plutôt le souhaiter ? »

            Sommes nous prêts à en finir avec les monarchies ? Une fois pour toute.



            • jef88 jef88 19 novembre 11:05

              J’ai commencé à bosser à 18 ans et j’ai pris ma retraite à 60 ans DONC 42 ans de boulot.

              J’ai des copains qui ont commencé de bosser à 23 ans et pris leur retraite à 60 ans donc 37 ans de boulot .

              Cherchez l’erreur...


              • sylvie 19 novembre 11:06

                @jef88
                vos copains ne touchent surement pas le même montant.


              • Eric F Eric F 19 novembre 11:52

                @jef88
                Retraite au bout de 37 ans de boulot alors que depuis Balladur c’est passé à 40 annuités (puis augmenté progressivement, jusqu’à 43 en 2035) ?
                Soit il y a une forte décote, soit il s’agit de départ anticipé pour raison de santé ou handicap, soit il y a eu un plan social avec période de chômage.


              • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 11:50

                @jef88
                « Cherchez l’erreur... »
                Inutile de chercher l’erreur car il n’y en a pas.
                Pourquoi voulez vous que tout le monde soit identique alors

                qu’il serait si simple d’équilibrer les comptes avec une liberté/responsabilité individuelle maximale permettant de répondre équitablement à tous les souhaits.

                Oublions tous les notions d’age légal, d’age pivot, de nombre d’annuités mini, de taux plein, de majoration, de minorations, ... plus rien de tout cela

                Chacun choisit librement son age de départ !

                Naturellement, pour équilibrer les comptes, le montant mensuel de la retraite dépend de 2 facteurs (et seulement 2) :

                • le total cotisé durant la vie active
                • l’espérance de vie moyenne au moment choisi pour le départ

                La pénibilité est un point traité via la rémunération (donc rémunération/cotisation plus forte pour du pénible, permettant de partir plus tôt à montant égal)

                Les « enfants » sont traités par un versement par enfant (avec cotisation retraite, permettant de partir plus tôt à montant égal)

                Pour ces 2 derniers points, pendant une période transitoire, eventuelle régularisation/correction du montant cotisé, mais pas de case spéciale dans le dossier retraite pour la pénibilité et les enfants. Même règle (simple) pour tous.


              • the clone the clone 19 novembre 11:29

                Comme la droite a fait son lit en fRance et que Macron en est un digne représentant la réforme passera voté par ceux qui ne se lèvent pas aux aurores, tant pis pour ceux qui gagnent un smic de merde voire moins, ça permet a ceux qui se la grattent de vivent confortablement accrochés comme des tiques sur le dos des autres, bosse et crève voila la devise de la droite .....  


                • the clone the clone 19 novembre 11:32

                  Quand je vois les députés et les sénateurs je comprend mieux pourquoi ils veulent la retraite le plus tard possible, ces gens la n’on jamais rien fait de leurs 10 doigts et ils craignent qu’il n’y ait plus assez de « pognon de dingue » pour eux  .... 


                  • the clone the clone 19 novembre 11:34

                    Vu la crise et toutes ses augmentations sauf pour les salaires et les retraite travailler au smic peut être considéré comme du bénévolat ......


                    •  Et tout ça pour un blindé étanche qui pourra se payer une « foule haineuse » sans que les 12 fonctionnaires à l’intérieur ne daignent même de sortir risquer leur peau.

                      Kif-kif, scenario « Soleil Vert  »

                      On va vivre des époques épiques...ou plutôt vos chérubins, parce que moi, je suis au sec

                       smiley  smiley smiley


                      • Eric F Eric F 19 novembre 12:11

                        D’accord avec l’auteur sur l’ineptie de reculer l’âge minimal de départ à la retraite et l’allongement de la durée de cotisation, alors qu’il y a un fort taux de non-emploi dans les classes d’âge de moins de soixante ans.

                        Et d’accord aussi que, pour assurer l’attractivité du travail, il est impératif que les rémunérations ne perdent pas de pouvoir d’achat, donc soient au moins alignées sur l’inflation.S’il s’agit de ’’suivre’’ l’inflation et non de la précéder, cela n’ajoute pas d’inflation supplémentaire (dans les années 80, les rémunérations pédalaient plus vite que les prix, d’où la désindexation).

                        L’inflation n’atteindra pas globalement 30 à 40%, mais certains produits et l’énergie atteindront ou dépasseront ce chiffre, tout dépendra alors pour chacun de ses contraintes de dépense.

                        Mais certaines hausses sont surréalistes, ainsi le prix du baril de pétrole (80$/baril) est inférieur à celui qu’il avait en 2013 et 2014 (>100$/baril), et pourtant le fioul domestique est 80% plus cher : Il y a des profiteurs de guerre/profiteurs de crises.

                        Enfin, quant aux craintes d’émeutes de la part du gouvernement évoquée dans l’article, il y en a de deux types : les violences urbaines dans un contexte de trafics et de haine du pays, un mouvement insurrectionnel plus intense que celui des GJ. Mais le découragement (démission silencieuse) semble l’emporter sur la révolte.


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 11:47

                          @Eric F
                          Vous dénoncez fort justement de GROSSES incohérences (genre "le prix du baril de pétrole (80$/baril) est inférieur ...le fioul domestique est 80% plus cher).
                          Ce qui prouve une fois de plus non seulement l’absence de bon sens, mais les manipulations des opinions pour faire gober tout cela aux citoyens, et malheureusement dans tous les domaines (Covid, Ukraine, énergie, retraite, etc.)

                          REVEILLONS NOUS ! retrouvons le bon sens, et réagissons, mais toujours sans violences, sans manifs, sans grèves. D’autres moyens existent (cf. le projet)


                        • Eric F Eric F 20 novembre 12:33

                          @lecoindubonsens
                          A propos du prix des carburants, la ristourne gouvernementale a baissé de 20 centimes (10 au lieu de 30) mi-novembre, mais le carburant n’a augmenté que de 5 centimes max, il y avait donc un sur-profit de 15 centimes pour les raffineurs/ distributeurs.
                          On a parlé de ’’partager’’ les profits, mais c’est plutôt alors partager le butin, ce sont les marges qui devraient être bloquées.


                        • sirocco sirocco 20 novembre 12:59

                          @lecoindubonsens
                          « ...réagissons, mais toujours sans violences, sans manifs, sans grèves. D’autres moyens existent... »

                          Bien sûr : sucer par exemple, comme vous le faites... On peut aussi se mettre à quatre pattes et baisser son froc...

                          On croirait lire du REMY Ronald !... Bouffon !  smiley


                        • Lynwec 20 novembre 13:25

                          @Eric F

                          Dans l’équilibre rompu de l’inflation et des salaires, il faut prendre en compte les mensonges permanents de gouvernements au service des plus riches, de tous temps, ce qui amène à une inflation officiellement reconnue de 2 à 7% pour une inflation réelle à deux chiffres .

                          La cause de l’inflation n’a jamais été les salaires, mais une politique de création monétaire cédée au privé, incohérente et fondée sur la surchauffe de la planche à billets pour des monnaies ne reposant plus depuis longtemps sur l’économie
                          réelle .


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 13:38

                          @Eric F
                          "On a parlé de ’’partager’’ les profits, mais c’est plutôt alors partager le butin, ce sont les marges qui devraient être bloquées."
                          une idée toute simple : vendre au prix de revient (après prise en compte de toutes les dépenses, recherches et investissemens inclus, mais sans dividendes qui aujourd’hui constituent une anomalie, ... pour ne pas dire une escroquerie légale)


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 13:42

                          @sirocco
                          une preuve de plus du
                          « quand on n’a plus d’argument, quand on ne sait plus quoi dire, on passe à l’ironie, l’insulte ou la violence » avec un poil de vulgarité en prime.
                          Dommage, car, pour votre article, sur le fond des choses à corriger, nous semblons relativement d’accord smiley


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 13:54

                          @Lynwec
                          OK sur l’esprit, même si je le formule un peu différemment.
                          Politique de transfert monétaire du travail productif vers des revenus (genre dividendes ou produits financiers) sans réelle contrepartie de production.
                          Dit autrement, pour acheter le gateau produit par quelques uns, distribution de plus en plus grande vers des gens n’ayant pas contribué à la confection du gateau (qu’ils s’agissent des aidés/chomeurs/assistés en tous genres ou de ceux se remplissant les poches avec des dividendes = 2 parasitages différents, mais tous parasites quand même !)

                          Heu ! je viens sans doute de me faire des copains à droite ET à gauche, moi qui suis de gauche ET de droite ! Mais chacun retient mieux ce qui fâche que ce qui est partagé. Tous ensemble, ne tapez pas trop fort, merci smiley


                        • Eric F Eric F 20 novembre 16:06

                          @lecoindubonsens
                          Dans un système où les investisseurs sont privés et les entreprises sont multinationales, il parait impossible d’imposer un profit zéro ; mais lorsque du jour au lendemain la marge passe de 5 à 10%, 20%, 30% dans certains cas (labos, incluant ceux d’analyse, par exemple), alors il y a abus manifeste.
                          On veut brider les salaires et retraites, mais on ne bride pas les marges des différents étages de production, transport et vente, alors que si par exemple le cout d’extraction et de raffinage est de 10 quand la baril est à 50, il n’y a aucune raison qu’il double quand la rareté conduit à ce que le prix du baril passe à 100, ce n’est pas le cout de revient effectif qui est appliqué, mais un coefficient (dans mon exemple : 20%), C’est ça qu’il faut plafonner.
                          Le gouvernement fait de même avec la TVA, du reste, l’augmentation du cout des carburants en entrée de cuve profite aussi au budget. 


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 20:04

                          @Eric "Dans un système où les investisseurs sont privés et les entreprises sont multinationales, il parait impossible d’imposer un profit zéro« 

                           »les entreprises sont multinationales«  : cela permet a des entreprises (notamment sous controle non français) de »diriger« notre mode de vie. Je préfère que les français gardent la maitrise de leur mode de vie

                           »les investisseurs sont privés" : dès qu’une entreprise atteint une certaine taille, ce n’est plus l’investisseur qui a la bonne idée et crée de la valeur, mais ce sont les salariés de l’entreprise. Pour financer ces entreprises estimées rentables (motivation essentielle des investisseurs) pourquoi ne pas les financer par des emprunts auprès d’une banque de Farnce, elle même sous contrôle des citoyens ?

                          Ne me dites pas que c’est du communisme. Juste une bonne organisation démocratique pour que les citoyens d’un pays maitrise les grands choix collectifs de leurs vies.

                          Alors le profit zero devient logique. Vendre au prix de revient, c’est rendre tous les consommateur bénéficiaires

                          , donc tous les citoyens bénéficiaires.


                        • Armelle Armelle 21 novembre 10:58

                          @lecoindubonsens
                          « une idée toute simple : vendre au prix de revient (après prise en compte de toutes les dépenses, recherches et investissements inclus, mais sans dividendes qui aujourd’hui constituent une anomalie, ... pour ne pas dire une escroquerie légale) »

                          En effet, mais tellement simple qu’on se demande alors les entreprises iront bien trouver l’argent nécessaire à leurs investissements, lesquels cependant vous incluez « en toute logique » dans le prix de revient ???
                          Demandez donc à tous les Français s’ils sont d’accord pour que les taux de rémunération de leurs actifs en plan épargne soient de 0. Parce que c’est tout simplement ce que cela veut dire !!!
                          Le montant des dividendes perçu par chaque actionnaire est proportionnel aux nombre d’actions de chacun, et qui elles sont établies en fonction des sommes apportées, et si leur rémunération est nulle, ils privilégieront un autre investissement, et comme les banques ne font plus leur taf de prêteur, les entreprises disparaîtront...
                          Mais sinon, sérieusement, la logique étant davantage dans la répartition, ex ; 50% à distribuer aux salariés et 50% aux actionnaires, et qu’en cas de déficit, l’actionnaire perd une part son capital, dites-moi donc ce que vous préconisez pour les salariés si la boîte fait des pertes ? 
                          Votre système pourrait fonctionner chez les bisounours mais pas dans notre monde !!! 
                          Moi je verrai plutôt un système de prêt aux entreprises par l’état à taux réduit, donc plus d’investisseurs, donc plus d’actionnaires et l’état encaisse des bénéfices, lesquels viennent en déduction des impôts, mais si la boîte fait des pertes, et bien ce sera augmentation des impôts...et nous retomberons néluctablement dans les mêmes travers...


                        • Eric F Eric F 21 novembre 11:26

                          @Armelle, @lecoindubonsens

                          On peut évidemment rêver de refaire tout le système économique sur des bases entièrement nouvelles, mais ça reste dans l’utopie.

                          Dans la vraie vie, il faut partir des réalités, les grandes entreprises sont multinationales, et leur capital est détenu par des investisseurs du monde entier.
                          Le principe théorique du libéralisme est que la concurrence devrait éviter l’explosion des marges, mais on voit que cela ne se produit pas, parce que les multinationales n’y ont pas intérêt. Donc les états ou groupes d’états (UE, G20...) doivent reprendre leur rôle de régulation, et notamment encadrer certaines marges. On parle de ’’valeur ajoutée’’ à chaque étape de la fabrication, mais c’est en terme de ’’surcroit de prix sur le produit final’’ qu’il apparait, c’est à dire un surcroit de cout de revient + bénéfice brut , ce dernier poste explose en ce moment par ’’effet de levier’’ en répercutant proportionnellement la hausse des matières premières sur les prestations à tous les étages de la chaine.

                          Lorsque la hausse est liée à des pénuries du fait de guerre ou de crise, on peut parler de ’’profiteurs de guerre’’. Donner une part du magot aux salariés ne résout pas le problème, s’agit d’une surfacturation pour les usagers ou consommateurs.


                        • Armelle Armelle 21 novembre 11:53

                          @Eric F
                          « Le principe théorique du libéralisme est que la concurrence devrait éviter l’explosion des marges, mais on voit que cela ne se produit pas »

                          Bien sûr que si, le phénomène se perçoit très bien à l’échelle des PME (c’est d’ailleurs pour cette raison que des produits de merde arrivent sur le marché)...mais évidemment si vous ne ciblez que les grosses entreprises ayant un positionnement monopolistique, c’est clair et c’est logique, ça ne marche pas dans ce marché !!!
                          C’est d’ailleurs pour cette raison (par exemple) qu’un billet SNCF coûte la peau du cul...
                          Du coup votre argument n’est guère consistant, puisque les entreprises que vous citez sont justement sous le coup (favorable) d’une forme de régulation !!!
                          Et puis notez que pour ces structures monopolistiques, il n’y a pas que le privé...
                          Tout individu qui gère ou a géré une entreprise sait qu’en l’absence de bénéfices, celle-ci cour à sa fin. Donc le problème n’est pas le bénéfice mais ce qu’on en fait et comment on le fait.
                          Et dans le contexte connu, je ne pense pas qu’il soit insurmontable de trouver une solution de répartition EQUITABLE, entre travailleurs, patronat et investisseurs, c’est juste une question de volonté économique et politique !!!
                          Maintenant se posera TOUJOURS cette question de QUI PAYE quand la boîte fait des pertes car s’il est logique de répartir les bénéfices quand il y en a parce que manifestement les salariés ont bien « travaillé », le problème reste entier dans la cas inverse !!! sachant que des pertes peuvent être attribuée à une mauvaise gestion mais aussi parce que les salariés n’ont pas été performants...


                        • Armelle Armelle 21 novembre 12:31

                          @Eric F
                          Une solution ? ; plus de salariés, que des prestataires, responsables de leur activité

                          Et si vous me dites que certains n’auraient aucun revenu, je vous répondrais que l’origine en serait leur faible performance, et du coup vous avoueriez que l’entreprise en supporte le coût en version salarié !!! logique non ?
                          Alors autant avouer dans ce cas que certains n’ont pas les capacités d’être acteur dans ce modèle économique violent qu’est la loi du marché et que le besoin d’harmonie d’une société responsable serait de les assister en toute logique sur une base décente en échange de travaux d’utilité publique...


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 21 novembre 14:26

                          @Armelle
                          bonsoir, merci pour la participation mais bizarre votre critique

                          car votre proposition
                          "Moi je verrai plutôt un système de prêt aux entreprises par l’état à taux réduit, donc plus d’investisseurs, donc plus d’actionnaires et l’état encaisse des bénéfices, lesquels viennent en déduction des impôts, mais si la boîte fait des pertes, et bien ce sera augmentation des impôts.« 

                          est exactement ce que je propose même si je l’écrit un peu différemment avec
                           »Moi je verrai plutôt un système de prêt aux entreprises par l’état/banque de France à taux nul, donc zéro investisseurs, donc plus d’actionnaires et état/banque de France est remboursé avec les ventes de l’entreprise, (plus besoin des impôts), mais si la boîte fait des pertes, et bien ce sera une perte collective (toujours pas besoin des impôts spécifiques pour cela) car le collectif aura décidé de lancer des actions qui finalement ne servent à rien et ne produisent rien.

                          Mais quelle différence avec tant d’autres actions lancées par le collectif qui finalement ne servent à rien et ne produisent rien.

                          Nous retombons donc sur le choix collectif à faire sur les choses utiles à financer collectivement. C’est loin d’être parfait actuellement, large débat qui dépasse de beaucoup le financement des entreprises (qui n’est qu’un cas particulier parmi d’autres)


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 21 novembre 14:35

                          @Eric F « Dans la vraie vie, il faut partir des réalités, les grandes entreprises sont multinationales »

                          Oui elles le sont, non elles ne l’ont pas toujours été.

                          Oui elles le sont, et le fonctionnement actuel n’est pas satisfaisant, donc pourquoi vouloir garder un truc qui ne fonctionne pas, juste pour la raison qu’il existe actuellement ?

                          Si ne pas changer un truc parce qu’il existe « comme cela » vous semble un motif suffisant,
                          si vouloir se débarrasser d’un truc qui ne fonctionne pas ne peut être pour vous qu’utopie,
                          alors sans doute inutile de réfléchir ensemble et de débattre smiley


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 21 novembre 14:45

                          @Armelle
                          « répartition EQUITABLE, entre travailleurs, patronat et investisseurs »
                          c’est effectivement une bonne question !

                          perso je ne fais que 2 catégories car le patron qui travaille est un travailleur même s’il a un rôle différent dans l’entreprise (notamment d’organisation et responsabilité de choix).

                          donc « répartition EQUITABLE, entre travailleurs, et investisseurs ».
                          Il me semble équitable de faire cela au prorata du service rendu.
                          Avec la « Bdf/état » que nous proposons finalement ensemble, quel est le service rendu par l’investisseur = NUL (je vous donc laisse calculer sa part)


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 21 novembre 14:57

                          @Armelle "il est logique de répartir les bénéfices quand il y en a parce que manifestement les salariés ont bien « travaillé"

                          TOTALEMENT EN DESACCORD !
                          quand un salarié a bien travaillé, il mérite une prime, voire une promotion vers un poste mieux rémunéré (ce qui réduira d’autant les bénéfices)
                          mais vous savez certainement que les bénéfices sont en général davantage liés au contexte et au secteur d’activité qu’au mérite personnel d’un salarié. En ce moment croyez vous réellement qu’un informaticien ou un assistant chez Total travaillent bien mieux qu’un informaticien ou un assistant

                          faisant la même chose chez Hertz ?
                          Et pourtant les premiers s’en mettent plein les poches, les seconds ... dur dur !

                          ce qui est équitable est de payer le service rendu, qui est indépendant du contexte !

                          Avec cette saine hypothèse, pas de problème sur « le problème reste entier dans le cas inverse !!! »


                        • Armelle Armelle 21 novembre 16:24

                          @lecoindubonsens
                          "En ce moment croyez vous réellement qu’un informaticien ou un assistant chez Total travaillent bien mieux qu’un informaticien ou un assistant faisant la même chose chez Hertz

                          « 
                          Sur cet aspect, je pense que l’origine en est plutôt le positionnement de l’entreprise dans un contexte quasi monopolistique, ce que je défendais plus haut auprès d’Eric quant à un autre sujet.
                          J’ai eu l’occasion de gérer 2 entreprises dans ma vie dont une avec 62 salariés, et je peux vous assurer déjà rien qu’au niveau du salariat, certains se laissent portés par d’autres, lesquels se coupent en 4 pour faire avancer la machine, et certaines entreprises abritent une majorité de ces premiers par conséquent le contexte et le secteur d’activité ne fait pas 100% des résultats. La preuve en est que dans des activités similaires et un contexte identique, certaines entreprises feront de meilleurs résultats...
                          Et là, vous abordez la question de l’Equité, un grand chantier, qui en France ne sera pas réglé demain quand on entend de façon permanente ce mot »égalité", un terme qui, pour moi, ne saurait avoir la moindre crédibilité. 
                          Et si vous souhaitiez débattre sur ce sujet, celui des retraites en serait un bon cas d’école !!!


                        • lecoindubonsens lecoindubonsens 21 novembre 19:53

                          @Armelle
                          Sur le thème retraite, je me suis déjà largement exprimé, notamment souvent dans les commentaires et déjà en 2021 avec
                          https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/e-macron-et-la-reforme-des-238002
                          mais avec plaisir si mon argumentation vous choque.

                          Je comprends que nous partageons la préférence pour l’équité et non l’égalité (si ce n’est l’égalité des chances en début de vie). OK

                          Par contre toujours pas convaincu par votre exemple « occasion de ...meilleurs résultats ». Cela me semble même plutôt un argument en faveur de ma proposition = dans votre entreprise de 62 salariés, normal de donner des primes et promotions à ceux qui se coupent en 4 pour faire avancer la machine, mais avec participation/intéressement/partage des bénéfices, ceux qui « se laissent portés » bénéficient des efforts des premiers, c’est l’égalité mais pas l’équité.

                          Et c’est même particulièrement injustes vis a vis de ceux qui se coupent en 4 dans d’autres entreprises, sans les résultats car trop de « se laissent portés » chez eux ... smiley


                        • stef 19 novembre 14:46

                          quand on voit le pognon de dingue qui a été dépensé pour le covid faisant la fortun e des pharmaciens des labos et de l’industrie pharmaceutique ,, l’économie qui sera réalisée avec la retraite à 64 ans est inférieure


                          • stef 19 novembre 14:49

                            en ce moment il y a les toubibs qui émargent pourtant à > 10 000 € net mensuel AVEC SECURITE DE L’EMPLOI ET LIBRE INSTALLATION GEOGRAPHIQUE et qui réclament 100 % d’augmentation ( consultation de 25 € à 50 € rien que ça ! ! ! )


                            • jymb 19 novembre 18:39

                              @stef
                              Si la situation était aussi facile, il n’y aurait pas un raz de marée de déserts médicaux, et un taux affolant de burn-out et de suicides parmi les médecins 


                            • Adèle Coupechoux 20 novembre 09:55

                              @jymb

                              Dommage de réduire le corps médical aux seuls médecins.. Quand les aides-soignants, infirmiers gagnent 5 moins que des médecins en faisant en faisant des horaires décalés non rémunérés en heures supplémentaires contrairement aux médecins qui font des gardes.


                            • Adèle Coupechoux 20 novembre 10:45

                              @stef

                              A l’hôpital, de plus en plus de médecins pratiquent des tarifs de secteur 3..Quand l’hôpital devient privé avec l’argent public. Les infirmiers, secrétaires et aides-soignants sont bien payés eux par l’Etat et avec un salaire qui n’a rien à voir avec celui du PU-PH qui pratiquent ces tarifs. Déjà le secteur 2, c’était limite..
                              https://www.mgefi.fr/tout-comprendre/secteurs-1-2-3-chacun-son-niveau-remboursement.html


                            • Adèle Coupechoux 20 novembre 10:46

                              @Adèle Coupechoux

                              des PU-PH qui pratiquent 


                            • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 11:38

                              @jymb
                              Si la situation n’était aussi facile, il n’y aurait pas autant de voitures haut de gamme chez les médecins smiley


                            • jymb 21 novembre 13:18

                              @Adèle Coupechoux
                              Vous avez raison, cependant stef parle des « toubibs » 
                              je réponds en conséquence 


                            • Réflexions du Miroir Réflexions du Miroir 19 novembre 15:55

                              En Belgique, L’âge légal de départ à la retraite est fixé à 65 ans. Il est prévu qu’il soit porté à 66 ans à partir du 1er février 2025 et 67 ans à partir du 1er février 2030.


                              • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 11:34

                                @Réflexions du Miroir
                                Que les belges fassent ce qu’ils souhaitent, mais pour les français,

                                il serait si simple d’équilibrer les comptes avec une liberté/responsabilité individuelle maximale permettant de répondre équitablement à tous les souhaits.

                                Oublions tous les notions d’age légal, d’age pivot, de nombre d’annuités mini, de taux plein, de majoration, de minorations, ... plus rien de tout cela

                                Chacun choisit librement son age de départ !

                                Naturellement, pour équilibrer les comptes, le montant mensuel de la retraite dépend de 2 facteurs (et seulement 2) :

                                • le total cotisé durant la vie active
                                • l’espérance de vie moyenne au moment choisi pour le départ

                                La pénibilité est un point traité via la rémunération (donc rémunération/cotisation plus forte pour du pénible, permettant de partir plus tôt à montant égal)

                                Les « enfants » sont traités par un versement par enfant (avec cotisation retraite, permettant de partir plus tôt à montant égal)

                                Pour ces 2 derniers points, pendant une période transitoire, eventuelle régularisation/correction du montant cotisé, mais pas de case spéciale dans le dossier retraite pour la pénibilité et les enfants. Même règle (simple) pour tous.


                              • charclot charclot 19 novembre 17:19

                                didier lallement montre l’exemple grand doit être notre amour et notre fierté d’être guidés par des esprits aussi diligents resplendissants et clairvoyants... Gloire soit rendu à notre président et à tous ceux qui le suivent malgré la méchanceté et la médisance des pauvres.... Honneur de la patrie et du monde libre décrétons dés aujourd’hui un mandat à vie gloire gloire gloire


                                • Ffgismo 19 novembre 17:56

                                  L’espérance de vie pour les hommes en France se situe à 76 ans, mais l’espérance de vie en bonne santé elle est à 64 ans pour les hommes, c’est pas un hasard, au delà de cet âge, sa rapporte des millards aux organisations criminelles internationales que sont les big-pharma. C’est plus une classe politique c’est une meute mafieuse au service des dominants.


                                  • roby roby 19 novembre 18:14

                                    Bosser puis crever mais pas pour nos parlementaires


                                    • jymb 19 novembre 18:41

                                      Il faudrait diminuer l’âge de départ à la retraite tant qu’il y a plus de 500 000 chômeurs en France. 


                                      • Eric F Eric F 19 novembre 19:33

                                        @jymb
                                        il y a eu, dans les années 80, un dispositif de départ en pré-retraite contre une embauche, mais ça n’a pas été maintenu.


                                      • jymb 19 novembre 23:18

                                        @Eric F
                                        Décidemment on ne peut que regretter ces années de liberté 


                                      • Adèle Coupechoux 20 novembre 10:07

                                        La retraite des députés serait la suivante :

                                        « Pendant une durée de cinq ans, la cotisation du mandataire permet la perception d’une rente nette de 661 €. Grâce aux dix ans de mandat, il se verra octroyer une retraite de 1322 €. Or, c’est le montant de la pension qui serait obtenu si ce dernier ne choisissait pas de réclamer des cotisations supplémentaires (surcotisation). En effet, la pension moyenne est de 2 700 euros pour un député. » A condition d’avoir effectué 160 à 170 trimestres.

                                        Quoi qu’il en soit, un député peut partir à la retraite après 10 ans de présence ou non au travail, l’hémicycle de l’assemblée nationale étant rarement plein, en touchant tous les mois 1322 €...

                                        Il parait que si l’hémicycle était plein de ses députés, les débats seraient ingérables. Et la retraite au bout de 10 ans d’activité, c’est quoi la justification ?


                                        • I.A. 20 novembre 11:06

                                          Que les salariés jettent tous un œil sur leurs fiches de paie. Ils constateront que la part salariale des cotisations sociales qu’on leur retire, tous les mois, avant impôt sur le revenu, est comprise entre 300 € et 1000 € en moyenne, selon leur salaire (retraite, CSG, RDS, maladie...)

                                          Ils constateront également que la part patronale des cotisations sociales payées par l’employeur pour chacun de ses employés, se situe entre 1400 € et 3200 € en moyenne, selon les salaires (retraite, allocations familiales, maladie, taxes sur salaires… – pas de CGG ni de RDS)

                                          Je propose un chiffre médian pour la part salariale, que j’additionne à un chiffre médian pour la part patronale :

                                          • salarié : 500 € x 12 x 42 annuités = 252 000 €
                                          • employeur : 1800 € x 12 x 42 annuités = 907 200 €

                                          Ce qui nous fait un total, au moment de partir à la retraite à 62 ans, de 1 159 200 €. Soit plus d’un million d’euros cotisés pour l’employé, en 42 ans de travail, sans tenir compte des impôts sur le revenu.

                                          Sachant qu’embaucher un jeune vigoureux coûte moins cher que garder un vieux fatigué, petites questions à 2 balles :

                                          • il est passé où, ce fric ?
                                          • Pourquoi allonger la durée des cotisations ?

                                          Réponse : cette volonté est celle de ceux et celles qui sont extrêmement bien payés à ne rien faire, si ce n’est de l’esbroufe.


                                          • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 11:29

                                            @I.A.
                                            Comme vous le savez sans doute, en gros, les 68M de consommateurs français se partagent chaque année ce qui est produit par seulement 24M de français (30M si les chômeurs produisaient).

                                            Donc poser la question « il est passé où, ce fric ? » n’a pas de véritable sens. La réponse est évidente, chaque année, il a permis de donner un pouvoir d’achat aux retraités et jeunes du moment.

                                            Par contre votre question « Pourquoi allonger la durée des cotisations ? » est excellente. En effet retarder la retraite (ou, dans un autre domaine, remettre en question les 35h) revient à avoir plus de bras et de cerveaux sur le marché du travail. Pourquoi en vouloir plus ?

                                            Manquons nous actuellement de bras et de cerveaux en France ?

                                            globalement non puisque 6M de productifs potentiels que nous ne savons pas utiliser !

                                            Certes, certaines professions sont « en tension » pour reprendre le terme à la mode, mais ce sont des pbs de formations et de conditions d’emploi (dont rémunérations) , et non un problème démographique.

                                            Alors si nous ne manquons pas de bras et de cerveaux pour produire ce qui nous est nécessaire, pas besoin de maintenir le ratio entre actifs et retraités. Les énormes gains de productivité permettent désormais à un petit nombre de produire pour tous. Donc la réduction du nombre d’heures de travail annuel, et la réduction du nombre d’annuités de travail avant retraite est possible.

                                            Mais puisque désormais peu produisent pour tous, il faut accepter l’idée que le partage, c’est donner beaucoup (et de plus en plus) de sa production personnelle. En d’autres termes, accepter un prélèvement de plus en plus élevé pour payer les retraites.

                                            Le ratio actuel est d’environ 2 (cohérent avec votre exemple) entre superbrut (sorti de la poche de l’employeur) et le netpayé (qui entre dans la poche du salarié)

                                            C’est la base du projet que je propose

                                            « les humains financent les humains »

                                            https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/refaire-le-monde-avec-bon-sens-a-237261


                                          • Francis, agnotologue Francis, agnotologue 20 novembre 11:42

                                            @lecoindubonsens
                                             
                                             ’’Comme vous le savez sans doute, en gros, les 68M de consommateurs français se partagent chaque année ce qui est produit par seulement 24M de français (30M si les chômeurs produisaient).’’
                                            >
                                             Il ne faut pas oublier que les retraités ont contribué à fabriquer la machine économique, que les fonctionnaires font fonctionner les services publics, que les mères au foyer élèvent les enfants qui sont les travailleurs de demain ...


                                          • Lynwec 20 novembre 13:39

                                            @Francis, agnotologue

                                            Partant du principe que les retraites sont financées par les actifs cotisants et que leur nombre ne va pas aller croissant, si l’on en croit ce qui est constaté par exemple en Australie, moins de naissances, moins d’actifs, plus d’eugénistes
                                            ravis ...

                                            https://www.crashdebug.fr/laustralie-enregistre-une-baisse-de-63-des-naissances-apres-lintroduction-des-vaccins-contre-le-coronavirus-quelle-sera-lexcuse-du-gouvernement-dcdirtylaundry-com

                                            Comme le bouclier protecteur des Vosges ne peut pas s’appliquer dans ce domaine précis, vu que les Véran et compagnie ont été sur la même ligne d’injections sous la contrainte que les forcenés australiens, on peut s’attendre à des résultats comparables, même s’ils sont occultés pour le moment chez nous .


                                          • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 14:02

                                            @Francis, agnotologue « Il ne faut pas oublier que.... »

                                            Naturellement je n’ai oublié personne

                                            • les retraités (qui ont contribué à fabriquer la machine économique) étaient à leur époque dans les 24M, et désormais doivent partager la production des actifs du moment
                                            • les fonctionnaires (qui font fonctionner les services publics) sont dans les 24M : fonctionnaires ou pas, peu importe = que des travailleurs produisant tous (en principe) des choses nécessaires même si l’on pourrait simplifier bien des choses
                                            • les mères au foyer élèvent les enfants qui sont les travailleurs de demain : oui, c’est pour cela que mon projet prévoit un versement pour chaque enfant, car il faut assurer l’avenir et permettre la même chance pour tous en éducation et formation.


                                          • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 14:19

                                            @Lynwec
                                            Même si le sujet est sérieux, un peu d’humour
                                            https://www.francetvinfo.fr/sante/enfant-ado/natalite-le-nombre-de-naissances-en-hausse-en-france-un-effet-deconfinement_5389978.html
                                            le (dé)confinement augmente la natalité
                                            alors pour la natalité confiner au lieu de lieu de vacciner ? smiley

                                            Plus sérieusement sur « retraites sont financées par les actifs cotisants et que leur nombre ne va pas aller croissant », cela me semble un faux problème (bien que souvent mis en avant).

                                            La bonne question me semble être
                                            « les actifs (plus précisément les heures de bras et cerveaux disponibles) sont-ils en nombre suffisant pour produire tout ce qui est jugé nécessaire par les consommateurs »

                                            et la réponse est manifestement OUI

                                            puisque 6M de productifs potentiels que nous ne savons pas utiliser !

                                            Certes, certaines professions sont « en tension » pour reprendre le terme à la mode, mais ce sont des pbs de formations et de conditions d’emploi (dont rémunérations) , et non un problème démographique.

                                            Alors si nous ne manquons pas de bras et de cerveaux pour produire ce qui nous est nécessaire, pas besoin de maintenir le ratio entre actifs et retraités. Les énormes gains de productivité permettent désormais à un petit nombre de produire pour tous. Donc la réduction du nombre d’heures de travail annuel, et la réduction du nombre d’annuités de travail avant retraite est possible.

                                            Mais puisque désormais peu produisent pour tous, il faut accepter l’idée que le partage, c’est donner beaucoup (et de plus en plus) de sa production personnelle. En d’autres termes, accepter un prélèvement de plus en plus élevé pour payer les retraites.


                                          • Eric F Eric F 20 novembre 16:17

                                            @lecoindubonsens
                                            ’’ Les énormes gains de productivité permettent désormais à un petit nombre de produire pour tous. Donc la réduction du nombre d’heures de travail annuel, et la réduction du nombre d’annuités de travail avant retraite est possible’’
                                            Excellente remarque, les gains de productivité font baisser certains couts, permettaient jusqu’à il y a quelques années d’augmenter lentement le pouvoir d’achat des salariés, ils font fortement monter certains profits. Mais il y a de quoi aussi financer le système social (il y a eu naguère des propositions de baser les charges sociales sur la valeur ajoutée au lieu de la masse salariale, non sous forme de TVA mais de cotisation à la source).


                                          • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 16:53

                                            @Eric F « (il y a eu naguère des propositions de baser les charges sociales sur la valeur ajoutée au lieu de la masse salariale, non sous forme de TVA mais de cotisation à la source) »

                                            si vous vous intéressez au projet que je présente, vous verrez qu’il y a les 2 principes suivants

                                            « les humains financent les humains », c’est dédier totalement les charges sociales (patronales+salariales) pour donner un pouvoir d’achat à chaque humain (les actifs donnant aux jeunes et aux seniors = finalement juste un décalage dans le temps des rémunérations, donc acceptable)

                                            on pourrait s’arrêter la, avec des biens et des produits tous payants, mais ce n’est pas très réaliste, donc 2ème principe « les biens et services financent les biens et services »gratuits«  » via un truc qui ressemble à la TVA (ceux qui consomment plus et cher financent davantage)

                                            https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/refaire-le-monde-avec-bon-sens-a-237261
                                            https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/refaire-le-monde-article-2-les-237339


                                          • lecoindubonsens lecoindubonsens 20 novembre 11:11

                                            Même s’il y a quelques excellents points de vue, article un peu trop fourre tout. Dommage de ne pas avoir fait un article par thème. Ce serait plus pratique pour débattre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité