• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Retraites : comment favoriser les riches !

Retraites : comment favoriser les riches !

 Le PERP, Plan Epargne Retraite Populaire, a été créé par la loi Fillon en août 2003. C’est un contrat d’assurance individuel et facultatif. Le souscripteur effectue des versements sur son plan jusqu’à l’âge de départ en retraite. Une fois à la retraite, le souscripteur voit son capital accumulé converti en rentes. Ces rentes lui seront reversées jusqu’à son décès.

 Les sommes versées pour constituer le capital sont déductibles, dans certaines limites, des revenus imposables. L’avantage fiscal est très intéressant pour les contribuables fortement imposés, plus votre tranche d’imposition est élevée, plus l’économie d’impôt est importante.

 Les taux d’imposition selon les revenus sont les suivants :

 ≤ 9 964 € 0 %

 9 965 € - 27 519 € 14 %

 27 520 € - 73 779 € 30 %

 73 780 € - 156 244 € 41 %

 ≥ 156 245 € 45 %

 Si vous touchez 830 € par mois, vous ne payez pas d’impôts sur le revenu. Vous payez cependant une taxe sur la valeur ajoutée sur tous les produits que vous achetez. Pour les plus démunis, cette taxe représente 17% des revenus. Par contre, vous ne pourrez faire aucune déduction si vous contractez un PERP. Si vous touchez 13 000€ par mois, les dépenses liées à la TVA deviendront relativement bien moindres, environ la moitié, et vous pourrez déduire les sommes versées au titre du PERP de vos impôts :

 Si la tranche est à 14%, l’adhérent peut déduire 14% de ses versements.

 Si la tranche est à 45%, l’adhérent peut déduire 45% de ses versements.

 Cette déduction ne peut pas dépasser un plafond fixé pour chaque membre du foyer fiscal. Pour les versements effectués en 2019, ce plafond est égal au plus élevé des 2 montants suivants :

 10 % des revenus professionnels de 2018, nets de cotisations sociale et de frais professionnels, avec une déduction maximale de 31 786 €,

 ou 3 973 € si ce dernier montant est le plus élevé.

 En d’autres termes vous pouvez déduire au moins 4000 € et au plus 31 000 € si vous payez suffisamment d’impôts.

 Ainsi, 1000 € versés dans un PERP procurent une économie de

 - 450 € pour les contribuables soumis à un taux de 45%

 - 410 € pour les contribuables soumis à un taux de 41%

 - 300 € pour les contribuables soumis à un taux de 30%

 - 140 € pour les contribuables soumis à un taux de 14%

 Si vous n’utilisez pas le montant de votre réduction fiscale en totalité sur une année, vous aurez la possibilité de reporter le solde l’année suivante et au maximum pendant les 3 années qui se suivent.

 A la sortie en rente, les revenus du PERP seront imposés au barème progressif de l’impôt sur le revenu après l’application d’un abattement de 10%. Toutefois, il n’est pas possible de connaître avec certitude le montant de la rente lorsque vous entamez le plan. À titre d’exemple, pour une liquidation à la retraite en 2012, il fallait avoir constitué un capital de 107 500 € pour obtenir une rente de 300 € mensuelle à 62 ans. Il n’en reste pas moins que l’effort d’épargne est financé en partie par la collectivité.

 On peut souscrire à plusieurs PERP.

 Le Plan Épargne Retraite Populaire a été créé par la loi Fillon d’août 2003. D’autres solutions existent. Le contrat dit Madelin de 1994 est un autre produit d'épargne retraite, il est réservé aux travailleurs indépendants (artisans, commerçants), aux dirigeants d’entreprise et aux professions libérales. Là encore, Les sommes versées au capital sont déductibles, dans certaines limites, des revenus imposables, ce qui se révèle intéressant pour les contribuables fortement imposés. Il est déclaré que les artisans, commerçant, chef d'entreprises peuvent déduire jusqu'à 73.504 € pour l'année 2018.

 Bien, avec un minimum d’habileté ou l’aide d’un conseiller quelque peu compétent, vous pouvez à une toute petite échelle, c’est à dire dès 830 € par mois, trouver des dispositifs légaux pour échapper, du moins en partie, à l’impôt. Bien entendu, les gens fortunés en profitent davantage que les autres, mais l’important c’est de donner le goût de ‘penser’ son capital, son patrimoine, pour le faire fructifier.

 Et votre sagacité déprendra de vos moyens, le modeste souhaite conserver le peu qu’il a : il achètera des obligations et recevra 1% d’intérêts. Si vos sources de revenu sont nombreuses et diverses et si vous ne risquez au pire que perdre une part de superflu, vous achèterez des actions à un taux de 15%. Pour 1000 € investis, le plus démuni recevra au bout de 30 ans 1348 €, le plus fortuné au bout du même temps 66 212 € soit 50 fois plus au prix d’un risque (virtuel puisqu’il ne survient pas) pris.

 Lorsque vous grandissez au sein du monde de la finance, de multiples autres opportunités s’ouvrent à vous. Le législateur a prévu un grand nombre d’exonérations à l’impôt vous est offert : 

 - les revenus tirés d’un Plan Épargne en Actions (PEA),

 - les indemnités de licenciement,

 - les plus values ayant fait l’objet d’un abattement pour durée de détention,

 - les plus values réalisées lors d’un départ à la retraite,

 - certaines pensions…

 En matière d’impôt sur les sociétés, certains revenus peuvent bénéficier d’une exonération :

 - les plus values sur titres de participation,

 - les distributions intra-groupe,

 - les bénéfices réalisés par des jeunes entreprises innovantes, des entreprises situées dans certaines zones du territoire…

 En dehors des règles « simples » dont certaines sont listées ci-dessus, la pratique, en utilisant les leviers instaurés par le législateur, a imaginé un nombre colossal de structures complexes d’optimisation, dont la forme peut paraître parfois quelque peu baroque : l’endettement, les démembrements de propriété, les restructurations (fusions, intégration fiscale, scission…)

 Votre intelligence sociale se résume à votre aptitude à échapper aux contraintes collectives qui donnent lieu à impôt en naviguant dans les textes législatifs d’une complication sans nom afin que le commun des mortels ne puisse pas se rendre compte de l’escroquerie faite. Les lois sont de plus écrites par les possédants eux-mêmes ce qui permet de les rendre favorables à ceux-ci.


Moyenne des avis sur cet article :  3.44/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

109 réactions à cet article    


  • JL JL 5 décembre 2019 09:45

    Un constat : en 1980, un ouvrier travaillait 9 jours par an pour le capital ; en 2019, il travaille 45 jours par an !


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 10:33

      @JL
      Le calcul est probablement correct mais j’ai du mal à le vérifier.


    • JL JL 5 décembre 2019 11:48

      @Jacques-Robert SIMON
       
      entendu ce matin, sur radio Classique, dans l’émission de Guillaume Durand par l’invité (le Secrétaire Général de la CFDT, je crois).
       
      Explication : en 30 ans la part des revenus du capital a grimpé de 30 à 40% cependant que celle du travail est descendue de 70 à 60%.

       


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 12:54

      @JL
      Merci de l’information.


    • titi 5 décembre 2019 16:58

      @Jacques-Robert SIMON
      Bah non le calcul n’est pas correct.

      Si il y a 30 ans, 9 jours représentaient 30% alors 40% ne peuvent pas représenter 45j.
      Faites une règle de 3.
      Si vous commencez à suivre JL pour ce qui est de l’arithmétique de base et l’économie, vous êtes mal partis.


    • JL JL 5 décembre 2019 18:57

      @titi
       
      ça ne se fait pas avec une règle de trois : je suppose que ce ne sont pas les mêmes bases de calcul.
       
       Je me suis en effet posé la même question. Il faut demander à celui qui s’exprimait ce matin sur l’an sur les ondes de Radio classique, et que personne n’a démenti.
       
      Ceci dit, vous êtes toujours mortifié par nos dernières escarmouches où je vous ai prouvé que vous n’avez aucune leçon à me donner en matière d’arithmétique ? ça n’excuse pas vos commentaires fielleux.


    • Eric F Eric F 5 décembre 2019 19:09

      En fait, il faut savoir si on parle à un niveau de l’économie dans son ensemble, ou au niveau des entreprises.
      Voir le document INSEE https://www.insee.fr/fr/statistiques/fichier/1376782/ES422A.pdf . Dans le graphique III , la courbe noire indique la part des salaires (charges incluses) dans la valeur ajoutée des entreprises non financières : le pic en 1983 a été de 74% et il est revenu atour de 65% dès la fin des années 80 et jusque 2007 (il existe d’autres sources, celle-ci a le mérite de préciser la méthodologie).

      Les chiffres cités par des intervenants concernant le nombre de jours travaillés pour la rémunération du capital se rapportent peut-être à la distribution aux actionnaires après impôt et investissements.


    • JL JL 5 décembre 2019 19:14

      @titi

       
      la preuve que votre règle de trois est inappropriée ici, c’est que si on l’appliquait, avec pour base une année de 220 jours, il y aurait 88 jours pour le capital et 140 pour le travailleur.
       
       Non seulement en arithmétique vous avez quelques faiblesses l’âge peut-être mais sur la compéhension des problèmes, ça va pas du tout.
       
      Moi j dis ça ...


    • titi 5 décembre 2019 21:05

      @JL

      « avec pour base une année de 220 jours, il y aurait 88 jours pour le capital et 140 pour le travailleur. »
      Il y a 101 jours pour la collectivité (46% en 2017)...
      Faites la règle de 3 sur les 119 jours restants et regardez le chiffre que vous trouvez.

      Ne me remerciez pas...


    • Yaurrick Yaurrick 5 décembre 2019 22:19

      @titi
      C’est même pire que ça, vu que le jour de libération fiscale en France est le 23 juillet en 2019...


    • JL JL 6 décembre 2019 09:04

      @Eric F,
      titi,
       
       Dans le document INSEE, il serait intéressant de connaitre l’évolution de cette courbe depuis 2005.
       
      Quoiqu’il en soit, l’évolution du ratio, de 70/30 à 60/40 n’explique pas tout. Par exemple, le fait qu’il y a de moins en moins de salariés et de plus en plus de chômeurs et d’indépendants. Que la France est devenue le pays champion de versements de dividendes en Europe sinon dans le monde, etc ...


    • titi 6 décembre 2019 11:34

      Le document de l’INSEE est très intéressant.

      Déjà pour ceux qui ne savent pas ce qu’est la valeur ajoutée, c’est la différence entre le prix de vente d’un produit et toutes les dépenses nécessaires « extérieures » à l’entreprise.
      Quand on remplace un salarié par un sous traitant au même cout, on baisse la valeur ajoutée d’un produit et bien évidemment la part du salaire dans cette VA disparait.

      Donc cette VA elle sert à payer les salaires mais aussi le capital, mais aussi les cotisations, les impôts, les investissements, ...

      Et c’est là ou répéter une ânerie n’en fait pas une vérité.

      Dire que si la part du salaire a baissé c’est au profit du capital est faux.
      La part du salaire a baissé au profit du reste… le capital, les cotisations, les impots l’investissement + etc...

      Donc 2 réflexions :

      1. Tout d’abord on voit que le rapport 30/70 ou 40/60 sont très constants, et qu’il y a une bascule brutale entre 1981 et 1986.

      Rappelez moi ? Qui était au pouvoir à cette époque ?
      Les mecs du PCF ou de la FI ? des commentaires ?

      2. L’autre tableau très intéressant c’est le tout dernier avec l’évolution des cotisations+CSG+RDS à la charge du salarié qui ont doublé sur la durée de l’étude.

      Ne cherchez pas où est passée la VA... elle est là.


    • titi 6 décembre 2019 11:36

      @Yaurrick

      JL parlait en jours ouvrables.
      J’ai donc compté en jours ouvrables.


    • Yaurrick Yaurrick 6 décembre 2019 19:46

      @titi
      J’avais bien compris, j’ai précisé que le con-tribuable commençait à gagner sa vie le 23 juillet 2019, qui est le 204e jour de l’année... soit après environ 56% de la durée d’une année.


    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 décembre 2019 20:18

      @titi
      Merci des informations.


    • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 12:05

      Et avec des intérêts négatifs, il restera quoi, de l’épargne par capitalisation ?

      Charles Sannat sur les taux d’intérêts négatifs.

      .

      Il existe des sources de financements autres, qui permettent de combler les 24 milliards qui manquent.

      Le gouvernement brandit le déficit du système des retraites pour justifier une réforme allongeant la durée de cotisation ou repoussant l’âge de départ. Or ce déficit pourrait être effacé par la réaffectation des 24 milliards d’euros de recettes annuelles de la Caisse d’amortissement de la dette sociale, qui aura comblé le trou de la sécu dès 2024.



      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 12:56

        @Fifi Brind_acier
        Il s’agit en fait d’un choix de société : peut-on continuer à avoir une fonction publique avec ses particularités ou non.


      • Clouzit 5 décembre 2019 15:32

        @Jacques-Robert SIMON

        Ou alors auront nous du personnel motiv ? pour faire les boulots de prof...facteurs...conducteur de metro..flic...pompier...etc quand on voit qu au concours de prof il y a plus de poste que de postulant...et que pour les concours il y a des annees nous etions surdiplome par rapport au poste ....pour des payes pas tres motivante si nous n avions pas la secu de l emploi serions nous rest ?...


      • titi 5 décembre 2019 17:03

        @Fifi Brind_acier

        La CADES a été créée en 1996 pour 13ans. Elle devait donc disparaitre dès 2009.

        Nous sommes en 2020, elle est toujours là, et on nous annonce sa fin en 2024.

        Et vous y croyez ? Vous êtes bien naïf.

        La CADES « reprend » les dettes de nos organismes sociaux pour qu’ils puissent afficher des comptes « présentables ». Un énorme tapis pour planquer le cracra.
        Sans cela notre sécu serait plombée par les intérêts de sa dette.
        => transfert de dette = transfert de la charge des intérêts.
        Hop ! ni vu ni connu et la sécu redevient « à l’équilibre ».

        Je peux vous assurer que le capital adore notre système par répartition.
        Ca fait plein d’emprunts et d’intérêts pour un risque quasi nul.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 17:45

        @Clouzit
        La fonction publique est un choix de société, c’est le mien.


      • Clouzit 5 décembre 2019 18:43

        @Jacques-Robert SIMON

        C ?tait tait le mien aussi et en trente ans..j ai vu la casse du minist ?re des postes et T ?l ?com ?com ...ensuite la casse des T ?l ?com entre le r ?seau et les autres services ensuite la poste pareil s ?paration de la distribution et du secteur bancaire...et ?a a continue...mais pas de concours des contractuel qui nous remplace avec des salaires bien sup ?rieurs ou des facteurs qui s en foutent et partent sans pr ?venir...mais dans le futur je rigole d avance des difficult ?s de gestion du personnel ...deja maintenant j ai un coll ?gue ? Paris qui passe plus de temps au commissariat que dans son bureau....


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 19:48

        @Jacques-Robert SIMON
        Et bien votre choix de société avec la capitalisation, les Français n’en veulent pas.


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 19:55

        @titi
        Et les 173 milliards par an de niches fiscales au bénéfice du Médef, ils sont sous le tapis aussi ! Sans parler des 40 milliards du CICE qui a créé 0 emploi.


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 20:21

        @Clouzit
        Je choisis la fonction publique parce que c’est un bon choix pour la société.


      • Eric F Eric F 5 décembre 2019 20:53

        @Jacques-Robert SIMON
        « La fonction publique est un choix de société, c’est le mien »


        La fonction publique n’est pas une fin en soi, la finalité première est qu’elle soit au service du public. Or que constatent les usagers ? La RATP et la SNCF sont quasi paralysées, mais dans de nombreuses villes de province les transports publics ont assuré un service parfois réduit mais effectif. De nombreuses écoles publiques ont fermé, les écoles privées sont resté ouvertes. Etc.
        Alors, un statut avec des avantages spécifiques -dont l’emploi garanti- serait justifié s’il a comme contrepartie d’assurer la continuité du service (comme le font les hôpitaux publics)

        PS : Maurice Thorez avait déclaré le 15 décembre 1945 « pour les fonctionnaires, faire grève, ce serait commettre un crime contre la patrie ». Les termes sont excessifs et la situation est différente, mais l’idée de « devoir de service » envers le pays est exprimée.


      • titi 5 décembre 2019 21:24

        @Fifi Brind_acier

        C’est pénible : chaque fois qu’on vous répond sur un point vous détourner la conversation.

        Merci de réponde à la question : la fin de la CADES vous y croyez ?

        En plus vous bottez encore une fois en touche mais à coté : les niches fiscales, le CICE (jusqu’au 01/01/2019) ce sont les recettes de l’état qui sont touchées, pas celles des organismes sociaux.
        Donc ca ne change rien à leur déficit, ni à leurs dettes.

        Ca changera peut être cette année puisque le CICE est devenu un allégement de charges, mais en attendant c’est comme ça : on parle de deux budgets différents.


      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 décembre 2019 07:38

        @titi
        les niches fiscales, le CICE (jusqu’au 01/01/2019) ce sont les recettes de l’état qui sont touchées, pas celles des organismes sociaux.


        La CSG et le CRDS, ce ne sont pas des impôts payés par tout le monde ??


      • titi 6 décembre 2019 09:11

        @Fifi Brind_acier

        Le CICE jusqu’à cette année c’est du crédit d’impôt sur les sociétés. Donc les recettes de l’état.

        La CSG, le RDS, la C3S, et je sais plus quelle taxe sur les salaires, l’état ne fait que collecter et reverse aux organismes sociaux.

        Vous ne comprenez vraiment rien aux chiffres.
        Faut vous essayer à autre chose...


      • titi 6 décembre 2019 09:13

        @Fifi Brind_acier

        En fait c ’est même flippant de voir à tel point vous ne maitrisez pas le sujet et pour autant vous militez...

        Comme si je moi pouvais enseigner la peinture...


      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 décembre 2019 20:19

        @Fifi Brind_acier
        Je n’ai pas parlé des mes choix à ce sujet.


      • egos 5 décembre 2019 13:08

        Avec un rendement annuel brut de 1,1 % avant IR et CSG, RDS,

        hors inflation qui au fil du temps laminera le retour sur placement, des conditions de sortie en capital floues,

        les placements spéculatifs, la bourse, l’immobilier, le marché de l’art, l’émigration fiscale devraient continuer à prospérer.

        Que le dispositif ait été promu par F Fillon ne relève pas du hasard.


        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 14:13

          @egos
          C’est certain.


        • Matlemat Matlemat 5 décembre 2019 13:28

           Avec l’inflation c’est un placement qui fait perdre de l’argent, et avec les taux négatifs actuellement sur les obligations d’état européens on ne voit pas bien comment il peut être rémunéré.

           Il vaut placer pour sa retraite dans l’immobilier, les métaux précieux et les certaines crypto-monnaies déflationnistes.


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 17:46

            @Matlemat
            Je suis un bien piètre investisseur ou spéculateur et je pense que la situation actuelle ne peut pas continuer.


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 20:02

            @Jacques-Robert SIMON
            Spéculer avec des taux négatifs, mieux vaut s’abstenir ! Ou alors, suivez le conseil de Charles Sannat, achetez des nouilles, le prix du blé dur va augmenter, vous les vendrez dans 6 mois sur le Bon coin, avec un bénéfice !
            .
            Achetez des nouilles !
            Le livret A ne rapporte plus rien, snif !
            Les obligations d’États ne rapportent plus rien bouh-bouh-bouh
            Les actions ne rapportent plus rien ouin-ouin-ouin
            Conclusion : les actifs financiers sont tous moisis !

            Achetez des nouilles !
            .

            "Si vous achetez des paquets de pâtes aujourd’hui en promo (50 cts le paquet de 500 g de Panzani chez Intermarché acheté par lot de 4), vous allez faire une plus-value de malade. Oui, le prix du blé explose, enfin le blé qui sert à faire des pâtes parce que le blé de qualité alimentation humaine est rare cette année à cause de mauvaises récoltes. Du coup, certains parlent déjà d’une augmentation de 70 % du prix des pâtes en 2015 !

            Alors franchement, le type qui se demande ce qu’il va faire de ses 5 000 euros d’épargne sur son livret A, il fonce chez Intermarché, il achète 4 000 euros de pâtes et il vient de gagner 70 % ! Vu que le livret A, c’est 1 % en net, il aura un rendement de 69 % ! Et en plus hors impôts, vu que l’État ne vient pas encore calculer vos plus-values latentes sur les boîtes de conserve et bols de riz stockés dans vos placards. Puis vous revendez l’année prochaine sur leboncoin.fr et hop, terminé !...


          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 20:23

            @Fifi Brind_acier
            J’achèterai aussi du cassoulet en boîte, j’aime bien.


          • Eric F Eric F 5 décembre 2019 21:06

            @Fifi Brind_acier
            « Spéculer avec des taux négatifs, mieux vaut s’abstenir ! »


            spéculer à la baisse sur le prochain krach boursier est probablement le plan B des agioteurs (vente à découvert).


          • titi 5 décembre 2019 21:29

            @Fifi Brind_acier

            « Spéculer avec des taux négatifs, mieux vaut s’abstenir ! »
            Si vous prêtez en euros, oui c’est ridicule.
            Mais si vous prêtez en $ ou en tout autre devise alors le taux de l’obligation est à combiné avec le taux de change espéré de la monnaie.

            En clair : le fait que les prêts à taux négatifs en euros trouvent preneurs, prouvent que les gros prêteurs, qui en général prêtent en dollars, parient sur une très bonne santé de l’euro à l’échéance du prêt.

            Ouille…. une très bonne santé de l’euro… ca doit vous faire mal...


          • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 décembre 2019 07:41

            @titi
            C’est la zone euro qui se porte mal...
            C’est la zone économique la plus plombée de la planète !
            Vous avez de quoi vous réjouir.


          • titi 6 décembre 2019 07:51

            @Fifi Brind_acier

            C’est la zone ou le revenu par habitant est le plus élevé ou le temps de travail est le plus faible.

            C’est quoi pour vous « se porter mal » ?


          • Matlemat Matlemat 5 décembre 2019 13:43

            «  À titre d’exemple, pour une liquidation à la retraite en 2012, il fallait avoir constitué un capital de 107 500 € pour obtenir une rente de 300 € mensuelle à 62 ans. »


            (107500/300)/12=29.8


            il faut vivre plus de 92 ans ans pour juste récupérer son investissement pour un non imposable bien qu’il y est impossible à un non imposable d’épargner autant même en mangeant des patates toute sa vie.


            107500  45 % = 107500-48375=59125


            (59125/300)/12 =16.42


            Pour un contribuable soumis à 45 %, la mise est récupérée à 78,42 ans, l’espérance de vie est à 82 ans.


            Pas très intéressant comme placement sur 30 ans.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 14:15

              @Matlemat
              Je refais vos calculs.


            • Matlemat Matlemat 5 décembre 2019 22:20

              @Jacques-Robert SIMON
              Et cela c’est sans compter l’inflation, un euro d’aujourd’hui vaudra beaucoup moins dans 30 ans.


            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 décembre 2019 20:21

              @Matlemat
              C’est exact mais mes exemples sont malgré tout pertinents.


            • sweach 5 décembre 2019 14:29

              *il fallait avoir constitué un capital de 107 500 € pour obtenir une rente de 300 € mensuelle à 62 ans*

              Donc cela devient rentable si votre espérance de vie dépasse les 92 ans (hors inflation) car c’est un peu le flou pour savoir si cette rente viagère est revalorisé ?

              Que ce passe-il si l’organisme de gestion de votre PER fait un dépos de bilan ? Car on est sur une échelle de temps excessivement longue ?

              On parle de 1 ou 2% de rendement mais généralement les frais des organismes de gestion engloutisse le peu de bénéfice si les rentes sont faible.

              Le PER trouve son intérêt si on est imposé à 30% ou plus, mais il a maintenant un deuxième intérêt c’est celui de l’achat de la maison principal, car sur une courte période vous pouvez capitaliser  réduire vos impôts et lancer votre projet immobilier avec un solde anticipé du PER


              • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 17:48

                @sweach
                Les dépôts de bilan ont existé en Grèce et aux États-Unis. Le PER est effectivement « rentable » si on paie beaucoup d’impôts, d’ailleurs il est conçu pour cela.


              • _Ulysse_ _Ulysse_ 5 décembre 2019 15:05

                Ce qui me fascine dans ce débat sur les retraites c’est que le sujet de la démographie n’est que très rarement abordé.

                Si il y a un pb des retraites c’est parce que depuis 1975 la fécondité française tourne autour des 1,85 enfants par femme en moyenne. 45 années de sous fécondité ça laisse des traces dans la pyramide des âges.Vers 1995-2015 il y a eu un mieux mais essentiellement du à l’arrivée de femmes du sahel, cet effet est bien retombe maintenant vu que les fécondités dans ces pays ont fortement chuté.

                Le problème démographique est aggravé par le départ de 125 000 jeunes par an à l’étranger soit 16% d’une classe d’âge

                Aujourd’hui, on a 21 millions d’équivalents temps plein pour 18 millions de retraités.

                Le problème c’est juste de trouver des arguments pour ponctionner les actifs afin d’honorer les pensions des retraités.

                Les promesses de pensions futures pour les actifs d’aujourd’hui ne valent rien.

                Les actifs d’aujourd’hui toucherons en fonction des conditions démographiques, politiques et économiques que nous aurons lors de leur départ en retraite.


                • sweach 5 décembre 2019 16:39

                  @_Ulysse_
                  effectivement on peut regarder le taux de fécondité, mais le fait d’être plus nombreux dans une tranche d’age ne changera pas le problème.

                  C’est bien beau de vouloir tout faire reposer sur les actif, mais faudrait-il encore que tout le monde puisse être actif.

                  Nous ne manquons pas de bras de France, on a déjà plus de 3 millions de chômeurs et la plupart sont diplômé et souhaite travailler.

                  Vue qu’on ne résout pas les problèmes de chômage, il faut trouver d’autre source de financement pour les retraites que la fiscalité sur le travail.


                • _Ulysse_ _Ulysse_ 5 décembre 2019 16:52

                  @sweach

                  Il ne s’agit pas d’être plus nombreux dans une classe d’âge mais d’être le même nombre. Il y a 830 000 personnes de 65 ans et 780 000 naissance l’an passé.
                  Avec les 125 000 qui partent on tombe à 655 000.

                  Pour ce qui est du nombre de travailleurs, aujourd’hui et justement à cause de la démographie il y a beaucoup de postes non pourvus. Je sais que c’est très contesté mais malgré tout le chômage baisse par cet effet démographique.

                  Il y a néanmoins un problème de répartition géographique du travail par rapport à la population. Le travail fuit les campagne et la périphérie pour se concentrer dans les villes.


                • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 17:51

                  @Ulysse
                  Je souscris à ce que vous écrivez. Les retraités (en général) ne veulent pas être mieux traités que l’ensemble de la population, mais cet état d’esprit doit se retrouver à toutes les strates sociales.


                • Clouzit 5 décembre 2019 19:41

                  @_Ulysse_

                  Oui mais que on t ils fait du baby boom cotisation pour nos parents vivant moins vieux et des retraites plus faibles ou est ce pognon....


                • Clouzit 5 décembre 2019 19:42

                  @_Ulysse_

                  Oui mais que on t ils fait du baby boom cotisation pour nos parents vivant moins vieux et des retraites plus faibles ou est ce pognon....


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 20:18

                  @_Ulysse_
                  Que le chômage soit dans les campagnes ou dans les villes ne change rien au fait que nous avons un chômage de masse depuis longtemps.
                  .
                  En 20 ans, la France a perdu 40% de ses usines.
                  soit elles ont fait faillite à cause de la concurrence européenne et mondiale, soit elles ont profité de la liberté de circulation des capitaux pour se délocaliser sous des cieux plus cléments sur le plan salarial.
                  .
                  L’agriculture, plus elle est industrielle, moins elle nécessite d’emplois.
                  Il reste les services et le tourisme. C’est le brillant résultats des Traités européens qui ont dérégulé toutes les protections qui protégeaient les entreprises et les emplois, supprimé les taxes aux importations et les quotas, pour s’ouvrir à la mondialisation.
                  .
                  L’ennui, c’est que la plupart des pays du monde, la Chine en premier, ne fonctionnent pas avec les mêmes règles du jeu.
                  Les idiots utiles de la mondialisation ce sont les pays occidentaux.


                • Désintox Désintox 5 décembre 2019 20:58

                  @_Ulysse_

                  L’argument démographique pourra être pris en compte quand on sera dans une société de plein emploi.

                  Dans l’attente, c’est complètement bidon.


                • Eric F Eric F 5 décembre 2019 21:25

                  @_Ulysse_
                  Vous comptez le nombre de départs à l’étranger par an dans les jeunes classes d’âge, mais d’une part c’est dans une certaine proportion des départs temporaires, et d’autre part il y a davantage d’arrivées depuis l’étranger, le solde est un accroissement de population.
                  De plus, comme plusieurs intervenants ont fait remarquer, ce qui compte ce n’est pas le nombre de personnes en âge de travailler, mais le nombre de personnes effectivement au travail (une augmentation du nombre de personnes en âge de travailler sans augmentation du nombre d’emplois aggrave le déficit, car le cout du chômage s’ajoute à celui des retraites).

                  La question peut se poser autrement : l’augmentation de la proportion de seniors devrait entrainer une augmentation de la part de PIB affectée aux retraites, sans faire porter le surplus sur la masse salariale (donc la valeur ajoutée non salariale devrait contribuer, dont les importations).


                • Eric F Eric F 5 décembre 2019 21:46

                  @Fifi Brind_acier
                  « En 20 ans, la France a perdu 40% de ses usines »
                  C’est en effet la clé de tout, le secteur productif -qui enrichit globalement le pays- est en déconfiture. La part de « biens » importés devient prépondérante par rapport à la production locale, y compris pour les marques françaises (même le luxe délocalise dans les pays low cost pour marger encore plus, Arnault est l’homme le plus riche du monde)

                  C’est là que l’on voit la duplicité des politiciens et affairistes qui nous bassinent avec les rejets carbonés, alors qu’ils soutiennent le modèle mondialisé avec des transports non taxés (à ce propos, le dernier canular est de prétendre qu’en réduisant de 27 à 22 km/h la vitesse des cargos on en divisera par deux la consommation). La relocalisation est le principal facteur d’économie d’énergie à niveau technologique équivalent.

                  « Les idiots utiles de la mondialisation ce sont les pays occidentaux »
                  et depuis les élargissements de l’UE, ce sont les pays d’Europe de l’Ouest qui sont les pigeons, avec des pays low cost intégrés dans le marché unique (hormis les pays comme l’Allemagne ou la Suède avec des industries « de niche »). Vous me direz que c’est un argument que je vous sers sur un plateau, et s’il devait y avoir une raison qui m’inciterait un jour à opter pour la sortie, ce serait celle-là (dans l’Europe des 15, le marché unique aurait été relativement homogène donc viable).


                • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 décembre 2019 07:51

                  @Eric F
                  La relocalisation est le principal facteur d’économie d’énergie à niveau technologique équivalent.

                  Nous sommes d’accord, les écolos devraient être les premiers à vouloir la relocalisation des entreprises ! Mais pour relocaliser, il faut sortir de l’ UE, qui impose la libre circulation des capitaux, des marchandises, des hommes et des services. Et remettre en place le contrôle des mouvements de capitaux.
                  .
                  ’L’entreprise Latécoère vient de passer sous contrôle américain« , voilà une chose qui serait impossible avec un contrôle des mouvements de capitaux.

                  Mais le gouvernement actuel n’y peut rien, il ne peut pas empêcher des capitaux étrangers d’acheter des entreprises françaises.
                  Les capitaux doivent circuler librement, à l’intérieur de l’ UE, mais aussi avec les »pays tiers", c’est à dire avec le reste du monde. (Article 63 du TFUE)


                • _Ulysse_ _Ulysse_ 6 décembre 2019 10:53

                  @Fifi Brind_acier

                  Je me doutais que ce que j’allais dire allait faire des émules smiley

                  Je ne nie absolument pas les conséquences économiques et industrielles que la France a connu ces dernières décennies et cela continue.

                  Cela a entraîné un chômage de masse effectivement due à ces politiques.

                  Mais la démographie a quand même pour effet de réduire le chômage depuis quelques années non pas grace à de bonnes performances économiques mais uniquement parce que chaque année nous avons plus départs en retraite que de jeunes qui commencent à travailler, immigration incluse.

                  C’est une situation très dangereuse car cela « gomme » en quelque sorte nos mauvaises performances économiques avec un marché de l’emploi qui a énormément bougé ces 10 dernières années. Ce qui peut donner l’illusion d’une situation meilleure.
                  Mais maintenant, en plus d’avoir de la désindustrialisation, les entreprises qui restent commencent à manquer de main-oeuvre qualifiée. Les salaires des personnels recherchées augmentent rapidement ce qui devrait être une bonne chose sauf que dans le contexte de l’euro (qui fait que nos entreprises ne peuvent pas augmenter leurs prix de vente) cela risque à terme de laminer le peu d’industrie qu’il nous reste.

                  En gros cela va conduire à des coûts en augmentation constante, des pénuries de main-d’œuvre qualifiée et des prix de vente bloqués par la concurrence en sein de la zone euro et la sacro sainte lutte contre l’inflation.

                  L’économie Française a un besoin d’inflation de plus en plus pressant sous peine de voir quantité d’entreprises faire faillite dans les 10 années qui viennent.

                  La sortie de l’euro et la dévaluation va devenir indispensable sous peine de réduire à néant notre appareil productif.



                  • Désintox Désintox 5 décembre 2019 20:59

                    @Tall
                    Je suis allé manifesté aujourd’hui. Ce n’était pas du tout comme ça.

                    RT, c’est de la propagande russe.


                  • JC_Lavau JC_Lavau 5 décembre 2019 21:22

                    @Surintox. Toujours du mal avec les propositions infinitives...


                  • Tall Tall 5 décembre 2019 21:32

                    @Désintox
                    Je l’ai vue en direct là-tantôt


                  • zygzornifle zygzornifle 5 décembre 2019 16:26
                    Retraites : comment favoriser les riches !

                    Il suffit de laisser faire macron et son gouvernement ....


                    • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 17:52

                      @zygzornifle
                      C’est exact, mais on peut ne pas être en accord avec ses visions (qui sont d’ailleurs celles des années 1980)


                    • Spartacus Spartacus 5 décembre 2019 16:28

                      Vision gauchiste.

                      La retraite est un salaire différé qui permet de s’offrir des années de loisir en fin de carrière avant de ne plus être capable d’assumer un travail

                      Vision mutualiste.

                      La retraite est une indemnité d’assurance, qui assure le préjudice de ne pas pouvoir assumer un travail en fin de carrière...

                      Vision gauchiste..

                      Le système est génial, les autres vont me payer des années de loisir avant que je ne puisse plus travailler.

                      Vision mutualiste.

                      Le système est fait pour indemniser le préjudice de ne plus avoir la capacité de travailler, pas de fournir gratos des revenus à des gens capables d’assumer un travail. 


                      Vision gauchiste

                      J’adore être passager clandestin de la redistribution et vivre aux dépens des autres et la retraite est géniale pour ça car j’ai payé moins que les autres qui eux paieront pour moi. Tout bénéfice pour ma tronche de gauchiste aux dépens des autres. Mon petit luxe, c’est de savoir que les générations futures paieront plus e auront moins, mais je m’en fou je vis au présent et y’a que ma tronche qui compte.

                      Vision Mutualiste

                      Le système favorise les castes proche de l’état, les élus, les fonctionnaires, les salariés des entreprises publiques et les groupes de pression. Le régimes spéciaux sont la pire des injustices et des inégalités, les inégalités en droits.

                      La répartition est un système de Ponsi qui va s’écrouler par le rétrécissement démographique de la base et l’augmentation des indemnités a donner par l’augmentation de la longévité. Le problème est grave...

                      Vision gauchiste

                      Les gens qui épargnent sont méchants et doivent être diabolisés. C’est autant pour ma gueule de passager clandestin que je n’aurait pas.

                      Il ne faut surtout pas les laisser trouver un autre chemin aux gens. Je suis gauchiste, donc jaloux et pervers, donc j’utilise la belle excuse éternelle de diaboliser les riches, mais in-finé pour en fait diaboliser tout le monde qui épargne pour sa retraite qui me fait du tors et que je jalouse.. Le système est tellement bon pour ma tronche qu’il faut imposer le monopole .

                      Vision Mutualiste

                      Les gens sont libres et les gens qui épargnent sont prévoyants, et il faut favoriser et inciter les gens à épargner dans des systèmes PERP, Madelin ou autres qui sont une sécurité et une indépendance au système...

                      Vision gauchiste

                      Qu’ils sont beaux mes régimes spéciaux. J’ai plus de droits que les autres et c’est mon luxe de gauchiste. Je bénéficie d’avantages et d’un meilleur calcul que les autres. Que c’est chouette pour ma tronche et les autres peuvent bien crever.

                      Vision Mutualiste

                      Les régimes spéciaux sont des inégalités sociales et des iniquités. Il n’est pas normal que des castes soient favorisées aux dépens des autres...

                      Vision gauchiste

                      Je suis gauchiste, je me crois dans le camp du bien et de la morale. Les médias sont complaisants avec mes castes. Je peux imposer aux autres la pire des inégalités, l’inégalité en droits.

                      Vision Mutualiste

                      L’hypocrisie c’est l’absence étique des gauchistes qui sont le contraire de ce qu’ils présentent....

                      Ils veulent les inégalités, mais pour eux c’est les inégalité en droits. Ils veulent préserver le futur des jeunes avec des discourt dithyrambiques sur la planète, mais n’ont rien a foutre de laisser un système qui s’écroulera indubitablement au futur pour les jeunes....

                      Voila, la retraite, c’est une question de point de vue, entre ceux qui veulent profiter inégalitairement du système et ceux qui veulent que le système soit juste et libre...


                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 17:56

                        @Spartacus
                        Il est difficile de vous répondre sur tous les points soulevés, mais in fine, il y aura c’est vrai à revenir à une éthique clairement affirmée (pour tous) ;


                      • Désintox Désintox 5 décembre 2019 21:04

                        @Spartacus

                        La retraite est un droit fondamental., comme l’éducation, la santé et la culture.

                        Il doit donc être soustrait à la sphère capitaliste.

                        À chacun son job : au capitalisme, la fabrication des bagnoles et des smartphones.

                        Pour le reste...


                      • Eric F Eric F 5 décembre 2019 21:56

                        @Spartacus
                        « indemniser le préjudice de ne plus avoir la capacité de travailler »

                        Vision bien sinistre, où il faut être cacochyme pour arrêter de travailler

                        Ceci étant il y a effectivement un aspect « assurance » pour acquérir des droits à en bénéficier, mais c’est comme dans un relai, pour souffler après avoir effectué son parcours -et en tant qu’assurance, le principe d’un système universel me semble justifié, avec éventuellement des aménagements proportionnés-.


                      • Spartacus Spartacus 6 décembre 2019 01:20

                        @Desintox

                        Une mutuelle est une entreprise qui ne fait pas de bénéfices et son job est d’assurer les risques....

                        C’est donc pas du tout capitaliste...

                        Essayez de réfléchir.

                        Les « droits » sont en corrélation avec la responsabilité et les comportements...

                        Un droit à l’éducation implique la responsabilité des parents à présenter à l’école les enfants, de se présenter en classe.

                        Le droit à la santé implique la responsabilité de chacun de prendre soin de sa personne, d’éviter les comportements autodestructeurs.

                        Le droit à la retraite, implique de compenser l’incapacité de travailler, pas de financer des années gratos de loisir sur le compte de la collectivité et que les castes renonces à leurs privilèges injustes et inéquitables.


                      • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 décembre 2019 07:56

                        @Spartacus
                        Qu’ils sont beaux mes régimes spéciaux. J’ai plus de droits que les autres


                        S’ils ont plus de droits que les autres, c’est qu’ils ont mené plus de combats syndicaux que les autres, ça s’appelle « la lutte des classes ».
                        .
                        Vous savez, ce machin archaïque, que Macron avait promis de faire disparaître dans son nouveau monde « progressiste », avec l’égalité par le bas ??
                        Manque de bol, les Français se rappellent à votre bon souvenir...


                      • Spartacus Spartacus 6 décembre 2019 09:26

                        @Fifi Brind_acier
                        Donc en résumé, les castes de l’état, sous prétexte qu’elle ont la force, la force et le pouvoir de nuisance et le monopole légitimerait l’inégalité la plus injuste, l’inégalité en droits...

                        Et ça joue les donneurs de leçons de morale et d’étique...   smiley

                        Truite comportement corporatiste...
                        Les titres de noblesse « statutaires » donne des droits spéciaux à la cour du roi....


                      • Eric F Eric F 6 décembre 2019 11:05

                        @Fifi Brind_acier
                        "S’ils ont plus de droits que les autres, c’est qu’ils ont mené plus de combats syndicaux que les autres, ça s’appelle « la lutte des classes »"


                        L’argument que des droits supplémentaires du para-public sont « un du » parce qu’ils ont été obtenus par des luttes sociales -non pas « de classe » mais corporatistes puisque la classe ouvrière n’en profite pas- me parait très spécieux, car autant pour les mineurs c’était explicable, autant pour les « services publics » c’est lié à leur position de monopole et non parce qu’ils sont opprimés par les capitalistes -ils ne risquent pas de perdre leur emploi du fait de grèves, alors qu’une usine peut déposer le bilan-. Et cela ne tire absolument pas les droits des autres salariés vers le haut, puisqu’au contraire ces avantages sont payés par leurs impôts,


                      • Pere Plexe Pere Plexe 5 décembre 2019 18:34

                        Le vent de panique qui touche le gvt et LREM les amènes à démolir eux mêmes leurs arguments à deux sous !

                        On nous a dit que le système prévu est égalitaire et juste. Apparemment non puisque de nombreuses modifications et entorses à cette égalité sont déjà prévu !

                        Avec des listes à la Prévert...

                        On nous a dit que des garanties sont apportées sur cette réforme. Mais on nous assure que pourtant ces contours ne sont pas encore connus !

                        Ce qui est quand même un tour de force : de quoi ont ils parlé ?


                        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 20:26

                          @Pere Plexe
                          Nous sommes au milieu d’un plan com pour contrer les syndicats.


                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 5 décembre 2019 20:30

                          @Pere Plexe
                          Ce qui est quand même un tour de force : de quoi ont ils parlé ?


                          Macron doit faire une réforme de retraites avec 5 milliards d’économies.
                          C’est ce que demande Bruxelles. De quoi discutent-ils ?

                          De la meilleure manière de remettre en selle les syndicats discrédités (pas seulement la CFDT et l’ UNSA), pour pouvoir négocier la meilleure manière de nous enfumer.
                          .
                          D’où le flou artistique maintenu depuis des mois par le gouvernement.
                          Les citoyens s’alarment, les médias « agitent le peuple avant de s’en servir ».
                          Les syndicats appelle à la grève reconductible et à des manifs, vachement mieux organisées que celles des Gilets jaunes, avec service d’ordre, toussa, toussa.
                          .
                          Les syndicats sont des gens « sérieux et responsables », pas comme les Gilets Jaunes qui mettent le boxon chaque samedi...
                          .
                          Et hop ! les syndicats sont remis en selle et prêts à négocier les 5 milliards d’économies que doit faire le gouvernement pour être « dans les clous de Bruxelles »...

                          ça s’appelle « un billard à trois bandes ». On parie ?


                        • Eric F Eric F 5 décembre 2019 22:08

                          @Pere Plexe
                          « de nombreuses modifications et entorses à cette égalité sont déjà prévues »
                          Ben ouaih, les corporations qui ont un pouvoir de blocage vont obtenir des arrangements à leur avantage, et c’est effectivement une liste à la Prévert.
                          Alors c’est triste à dire, mais là où il y a concurrence, le service du public est mieux assuré, ainsi le courrier, l’électricité, le téléphone assurent la continuité.


                        • Captain Marlo Fifi Brind_acier 6 décembre 2019 08:05

                          @Eric F
                          Les syndicats discutent depuis 2 ans avec le gouvernement.

                          Gilles Legendre explique :
                          « Depuis deux ans que nous négocions, les syndicats n’ont jamais, jamais, quitté la table des négociations et aujourd’hui, quand vous les interrogez ils savent parfaitement que nous irons jusqu’au bout », a-t-il déclaré.

                          .
                          Il a en outre souligné qu’il était temps de mettre en place le projet et « les syndicats […] les manifestants et les personnes qui ont des inquiétudes aujourd’hui pourront observer que nous avons tenu le plus grand compte des remarques, des suggestions, des critiques qui nous ont été faites pendant cette période de discussions et de négociations qui a duré 2 ans ».

                          .
                          En clair, le dossier est bouclé. Il est possible que le gouvernement lâche quelques cadeaux aux secteurs les plus grévistes, mais rien de plus.
                          .
                          Fillon avait expliqué la retraite à points :
                          « Le système de la retraite par points, cela permet une chose qu’aucun homme politique n’avoue. Cela permet de diminuer chaque année la valeur des points et donc de diminuer les pensions. »


                        • Eric F Eric F 6 décembre 2019 10:52

                          @Fifi Brind_acier
                          Vous répétez en boucle cette phrase de Fillon, mais le système actuel par « trimestre » est lui aussi modulable à la baisse, il l’a été en augmentant de 10 à 26 années la période de référence pour le privé (ah tient, pas pour le public !), et le « taux » de remplacement de 50% pourrait tout autant être réduit en cas de déséquilibre persistant. En outre le montant des retraites est bloqué ou quasi bloqué depuis plusieurs années (ce qui défavorise au passage ceux qui ont pris leur retraite il y a 5 ans par rapport à ceux qui arrivent aujourd’hui à la retraite).

                          Pour ce concerne les discussion, en effet Delevoye a mené une concertation depuis plusieurs années, mais il était inévitable qu’il y ait protestations, on est en ce moment dans un bras de fer et jeu de postures. Le gouvernement à son habitude donnera des bonifications aux plus vindicatifs ayant un pouvoir de nuisance, et les salariés du privé se verront appliquer les dispositions standards.


                        • pallas 5 décembre 2019 19:08
                          Jacques-Robert SIMON

                          Bonsoir,

                          La génération Mai 68, appréciant la pédophilie, immigrationniste, consumériste.

                          Il est bien normal qu’après eux il ni est plus rien.

                          La pire génération de l’histoire, enfants des « Collabo » lors de la seconde guerre mondial.

                          Tel Père tel Fils.

                          La France est morte, devenu le tiers monde.

                          Salut


                          • Clouzit 5 décembre 2019 19:45

                            @pallas

                            Bien construit bien ton avenir trop facile de critiquer des ann ?es que on a pas v ?cu


                          • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 20:26

                            @pallas
                            Il n’est pas nécessaire d’espérer pour se battre.


                          • Eric F Eric F 5 décembre 2019 22:09

                            @pallas
                            Pas lasse de toujours radoter les mêmes imprécations ?


                          • ribouldingue ribouldingue 5 décembre 2019 19:18

                            Après le PERP (plan épargne retraite populaire) sortit lors de la réforme des retraites de 2003 avec fillon pon pon les doigts dans le fion. Les enchères sont ouvertes mesdames messieurs ! Voici que le 1 octobre 2019 « macro 1er » invente le PER (plan épargne retraite) celui là n’est plus populaire à l’inverse de son prédécesseur fillon. Le PER, donc, est un machin fait pour casser définitivement la sécurité sociale. D’ailleurs, les complémentaires de santé ont commencé à blesser la bête. Avec la retraite par points et par capitalisation voulut par le petit roitelet et ex banquier de chez Rothschild pour satisfaire ses petits amis patrons, banquiers et actionnaires. Les charognards vont finir d’achever et de dépecer la bête en s’acharnant sur son cadavre. Mais revenons à nos actions du PER(lin pimpin). Vous commencez par alimenter le machin tous les mois pendant 8 ans. Durant l’ouverture du PER vous n’êtes pas imposable vous passez à la caisse fiscale soit : 10 % du revenu capitalisé à la sortie du machin. Le truc fonctionne par actions. En clair, tant qu’il n’y a pas de crack boursier genre comme celui de 2008 qui était juste un hors d’œuvre de celui qui va arrive à grand pas. Votre PER ne craint rien. Par contre, dès que le crack boursier pointera son nez il ne vous restera plus que vos yeux pour pleurer et aller faire la queue aux restos du cœur... Ô merci ! Monseigneur est trop bon ! Nous allons de ce pas, souscrire les yeux fermés à un PER pour faire plaisir aux actionnaires qui sont dans le besoin. Et comme dirait l’autre, si tu veux un boulot, un beau costard, une bonne retraite Alors faite comme vous dit l’autre, traversez la rue...


                            • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 20:28

                              @ribouldingue
                              L’analyse est correcte.


                            • Clouzit 5 décembre 2019 19:48

                              Bonne analyse....c est no ?l


                              • Clouzit 5 décembre 2019 19:49

                                Bonne analyse....c est no ?l ?l


                                • Alain 5 décembre 2019 20:05

                                  Cet article est un peu de mauvaise foi car le PERP ne sert pas qu’aux riches. EXEMPLE :

                                  Perso, je suis artisan, à chaque fois que je vends un truc à 10 euros, l’état prend 20% d’office (TVA). Disons que sur ce truc à 10, je vais être gentil, je vais avoir 3 euros pour moi. Le RSI prend 50% grosso-modo de ces 3 euros. Il me reste 1,50. Si j’ai la chance de gagner de l’argent à la fin de l’année. Bang, l’impot sur le revenu arrive.

                                  Bref, tu files un pognon monstre au RSI pour toucher des clopinettes à la retraite (voir tous les sites qui parlent des pbs entre le RSI et les artisans, ca pullule sur le net...). Tu files un pognon monstre de TVA et le peu qui te reste, on t’en prend encore. La seule solution, c’est de se dire que tant qu’à défiscaliser, autant le faire pour sa retraite vu que le RSI est le plus gros escroc institutionnel des artisans.

                                  Je me fais même pas le smic par mois, certains semaines je bosse 7j/7 (déclarations/comptabilité/commandes fournisseur/déplacements divers) et j’ai ouvert un plan madelin pour pas me faire baiser le peu qui me reste.

                                  Donc, le plan PERP ou Madelin, pour les artisans dont le RSI baise leur retraite, c’est le seul moyen de pas finir pauvre dans 10 ans ou tondu tout de suite.


                                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 5 décembre 2019 20:31

                                    @Alain
                                    Je ne suis pas conseiller fiscal et je trouve normal que vous optimisiez vos investissements. Par contre, je déplore le caractère caché des faveurs faites aux mieux nantis.


                                  • Berthe 6 décembre 2019 07:44

                                    @Alain
                                    de très mauvaise foi, c’est un troll


                                  • Alain 6 décembre 2019 08:10

                                    @Jacques-Robert SIMON
                                    Optimiser les investissements ? Je ne parle pas d’investissement. Je parle juste du revenu que tu arrives à sortir pour vivre.
                                    Je n’ai pas non plus parlé dans mon commentaire du « Centre de Gestion Entreprise » qui te coute par an quelques centaines d’euros et qui « controle » ce que ton comptable a déjà controlé. Si tu ne prends pas de CGA, automatiquement tes déclarations de revenus sont majorés de 25% (si je me rappelle bien), en gros, t’as gagné 1 euros mais l’état considère que t’en a gagné 1,25.
                                    T’as aussi la banque qui t’adore : obligation d’avoir un compte pro.. agios sur tes achats en pourcentage selon le montant des achats dans le mois...prélèvements sur chaque transaction CB faites par tes clients...Obligation de dire d’où`viennent les espèces que tu déposes sur ton compte dès que tu veux déposer plus de 1500 euros.
                                    Le fournisseur internet ou d’énergie ne t’envoie pas de facture papier ? (ce sont les plus grands pollueurs mais ils font çà par « écologie ») ===> interdiction de récupérer la TVA sur la facture....
                                    Et puis chaque jour qui passe, tu reçois des appels sur ta ligne pro pour l’isolation à 1 euro (1 appel par semaine) , le partenariat pour te faire un site web (au moins 4 fois par semaine), l’arnaque africaine des numéros commençant par 0022 (plusieurs fois par jour), les numéros masqués où personne ne répond (parfois 3 par jour).

                                    Il parait que nous sommes dans un pays de liberté. Mais pour qui ?


                                  • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 décembre 2019 20:26

                                    @Alain
                                    Je compatis mais le foisonnement des lois et règlements s’impose si l’honnêteté n’est pas apprise ou imposée.


                                  • Désintox Désintox 5 décembre 2019 21:08

                                    Aucun pays du monde n’a de système de retraite fondé sur la capitalisation.

                                    Tout le monde marche avec la répartition.

                                    Pour changer de système, il faudrait que la génération intermédiaire paye deux fois. C’est impossible.

                                    Et en plus, il y a les taux négatifs, les crashes boursiers, les faillites de fonds de pensions.

                                    La retraite par capitalisation est une fumisterie.


                                    • Matlemat Matlemat 5 décembre 2019 22:22

                                      @Désintox
                                      C’est vrai, ceux qui disent que la retraite par répartition est en danger sont des ignorants ou des menteurs.


                                    • Eric F Eric F 5 décembre 2019 22:24

                                      @Désintox
                                      « La retraite par capitalisation est une fumisterie »

                                      Avant la seconde guerre mondiale il y avait des mécanismes de retraite par capitalisation, qui ont été laminés lors de la « grande dépression » qui a suivi le krach de 29. Donc à la libération, le système par répartition a été mis en place offrant une meilleure pérennité.
                                      Ceci étant, certains pays utilisent encore largement la capitalisation en complément d’un système de base très faible, et il se produit régulièrement des effondrements de valeur des fonds de pension (même si c’est généralement « lissé » sur une très longue période ...hors faillites)
                                      https://www.lemonde.fr/la-crise-financiere/article/2008/10/29/le-krach-boursier-menace-les-retraites-dans-de-nombreux-pays_1112372_1101386.html


                                    • Yaurrick Yaurrick 5 décembre 2019 22:25

                                      @Désintox
                                      On attend de voir ce que la répartition peut faire lorsque la population à la retraite représente actuellement 24% de la population (5 fois plus qu’il y a 50 ans) et en constante augmentation.


                                    • Eric F Eric F 5 décembre 2019 22:33

                                      @Matlemat
                                      Le système par répartition n’est pas menacé en lui-même, ce qui l’est c’est le montant des pensions versées lorsque les cotisants diminuent et le nombre d’allocataires augmentent. Un système unique harmonisé vise à effectuer une péréquation entre l’ensemble des professions et répartir selon les mêmes critères pour tous. Çà lisse les disparités, mais ça ne résout pas la question de l’équilibre global des recettes.


                                    • Eric F Eric F 6 décembre 2019 10:39

                                      @Yaurrick
                                      Vue l’automatisation croissante de la production et le vieillissement démographique, il faudra inévitablement élargir l’assiette des cotisations sociales à la valeur ajoutée non salariale


                                    • Matlemat Matlemat 6 décembre 2019 11:03

                                      @Eric F
                                      Oui c’est logique soit on augmente les cotisations soit on diminue les versements pour maintenir l’équilibre.


                                    • Pere Plexe Pere Plexe 6 décembre 2019 19:26

                                      @Matlemat
                                      ceux qui disent que la retraite par répartition est en danger sont des ignorants ou des menteurs

                                      Plus souvent encore se sont des saboteurs qui votent massivement des exonérations de charges pour arriver à leurs fins.


                                    • Berthe 6 décembre 2019 07:42

                                      @l’auteur, puis je savoir d’où vous tenez ces calculs ? Selon votre explication plus le salaire est élevé, plus on a les moyens d’acheter des biens et produits plus chers, mais la TVA diminue. Vous plaisantez j’espère, parce que je suis comptable et on ne me l’avait encore jamais sortie celle là

                                      "Si vous touchez 830 € par mois, vous ne payez pas d’impôts sur le revenu. Vous payez cependant une taxe sur la valeur ajoutée sur tous les produits que vous achetez. Pour les plus démunis, cette taxe représente 17% des revenus. Par contre, vous ne pourrez faire aucune déduction si vous contractez un PERP. Si vous touchez 13 000€ par mois, les dépenses liées à la TVA deviendront relativement bien moindres, environ la moitié, et vous pourrez déduire les sommes versées au titre du PERP de vos impôts"

                                      ...


                                      • titi 6 décembre 2019 09:15

                                        @Berthe

                                        Vous prêchez dans le vide. Ne perdez pas votre temps.


                                      • Eric F Eric F 6 décembre 2019 10:16

                                        @Berthe
                                        La TVA est payée sur la consommation, or les plus riches dégagent une partie de leur revenue pour épargner, alors que les plus modestes consacrent la totalité de leurs revenus aux consommations courantes, et abonnements incontournables (électricité, etc.).
                                        Ceci étant, la TVA sur les produits alimentaires et de nécessité est de 5,5%, donc le taux moyens pour les dépenses courantes est probablement inférieur à 17% (le taux max sur les biens et services est de 20%).
                                        Quoiqu’il en soit, il existait jadis un taux majoré de TVA (33% en 1970) qui frappait même les automobiles, elle pourrait être rétablie par exemple sur les voitures de plus de 100 ch (en remplacement de la surtaxe sur les plus de 36cv fiscaux, trop spécifique), la bijouterie, les smartphones de plus de 100 euros, etc. afin de renforcer la progressivité de la taxation indirecte en fonction du « train de vie effectif ».


                                      • titi 6 décembre 2019 11:09

                                        @Eric F

                                        Sauf que l’épargne ne dort pas dans les banques. 
                                        Elle est transformée en crédit pour que le gens puissent…. consommer...

                                        Oui je sais, c’était pas comme ça au 19è siècle, je comprend que ça vous surprenne.

                                        Bref.. les riches consomment. Ils consomment simplement autrement.
                                        C’est d’ailleurs à cela qu’on reconnait un « nouveau riche » : il a de l’argent mais il pense et consomme comme dans son ancienne vie.

                                        Et donc bien évidemment la TVA est progressive.
                                        C’est une question de part dans son budget des besoins de base taxé à 5%, du reste taxé à 20%.
                                        Et je suis assez d’accord dans l’idée d’une TVA à 33%
                                        Qui d’ailleurs existe déjà puisqu’il existe tout en tas d’autres taxes sur les grosses voitures par exemple.


                                      • titi 6 décembre 2019 11:54

                                        @Eric_F

                                        En fait je vous ai lu trop vite.

                                        Je suis tout à fait d’accord avec vous : sur votre analyse et vos conclusions.

                                        Il faut une TVA à 33 sur les produits de luxe.

                                        Et la mise en place d’une TVA sociale…. 


                                      • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 6 décembre 2019 20:27

                                        @Berthe
                                        Personne ne conteste l’ordre de grandeur de ces chiffres.


                                      • Eric F Eric F 7 décembre 2019 13:30

                                        Le système de retraite comporte des plafonnements, ceux qui sont au delà épargnent donc en complément. L’objectif des financiers est d’orienter au maximum l’épargne vers les actions (la bourse est actuellement artificiellement botoxée, les revenus du capital bénéficient de la flat tax, etc.), au détriment de l’immobilier (surtaxé) ou des fonds en euros (dont les rendements ont été délibérément réduits).


                                        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 7 décembre 2019 17:42

                                          @Eric F
                                          Je mentionne les plafonnements. Mais dans l’épargne par achat d’actions ou d’obligations, il y a un très réel problème : si vous n’avez qu’un petit revenu vous achèterez par prudence des obligations, pas des actions, ce qui vous fait perdre des sommes considérables.


                                        • Eric F Eric F 8 décembre 2019 18:11

                                          @Jacques-Robert SIMON
                                          « si vous n’avez qu’un petit revenu vous achèterez par prudence des obligations, pas des actions »


                                          Le potentiel de gain est inférieur avec les obligations, mais en cas de krash boursier -que l’on dit imminent bien qu’artificiellement repoussé par les injections des banques centrales- la perte est plus forte sur les actions que sur les autres supports. La prudence serait d’acheter lorsque le CAC passe en dessous 3000 (son du canon) et vendre quand il passe au dessus de 5000 (son du violon).

                                          Actuellement les « institutionnels » et les « initiés » poussent les petits épargnants à placer en bourse ...pour leur refiler leurs actions avant le krash. L’objectif premier des plans style PER n’est pas tant de favoriser les riches que le « secteur financier » en incitant ceux qui ont une forte capacité d’épargne à la placer en bourse plutôt que sur d’autres placements.


                                        • Jacques-Robert SIMON Jacques-Robert SIMON 10 décembre 2019 13:01

                                          @Eric F
                                          Favoriser les riches n’est pas incompatible avec favoriser le secteur financier. D’ailleurs expérimentalement, c’est ce qu’on constate.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès