• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Retraites : égalité/équité

Retraites : égalité/équité

Ce que j'ai, je le garde... ce que tu as, c'est négociable.

En physique il faut se méfier des postulats, en philosophie des présupposés… et en politique des bonnes idées. Pour deux raisons, soit elles sont bonnes mais ne peuvent être acceptées (et ceux qui croient que la démocratie produit toujours les bonnes décisions se trompent), soit elles ne sont en fait pas si bonnes que ça, voire franchement mauvaises, et conduisent ceux qui les portent dans le mur. Et quand elles sont vraiment bonnes o mauvaises mais acceptées par l’opinion… on n’en parle pas !

On doit donc s’interroger sue cette formule qui est à la base de la révision systémique des retraites : l’euro cotisé doit produire pour tous le même montant de retraite. Alors que l’heure de travail ne produit pas, pour tous, le même revenu – ce qui est accepté – les cotisations aux caisses de retraite devraient produire les mêmes montants pour tous. On sait qu’il vaut mieux travailler par exemple dans l’industrie pétrolière que dans l’industrie textile ; et que les sommes que l’on peut affecter à la retraite (y compris par le rachat des points) ne seront pas les mêmes pour un salarié de la première et de la seconde. Et on peut ajouter à compétence égale dans l’une et l’autre, mais avec des conditions de travail qui ne sont pas identiques : ni les menus de la cantine, ni les avantages en nature (voitures, frais de déplacement…)… Pourquoi donc les régimes de retraite devraient-ils être alignés sur ce principe unique : 1 euro cotisé = x points de retraite, sans prendre en compte le niveau des rémunérations, les conditions de travail, la pénibilité et l’espérance de vie, l’histoire de l’entreprise et des rapports entre salariés et dirigeants/actionnaires, et d’autres critères particuliers aux branches…

Cette notion d’égalité contenue dans la formule ci-dessus n’interdit donc pas de fortes disparités (inégalités) en sortie. Tous les salariés à compétences égales dans leurs métiers respectifs n’ont pas la même capacité de cotisation à leur caisse, et le dispositif proposé cache, sous une sorte de perfection comptable, des situations très différentes qui ne peuvent être corrigées ou atténuées que par des péréquations fiscales. C’est le jeu des minima et des maxima.

La formule produira le même éventail des montants de retraite que celui des revenus du travail ou de la rente qui en sont à la source. Elle est dite systémique, mais pour quel gain ? Le législateur ne répond pas à la question de l’équité, question qui sous-tend les équilibres et les tensions au sein de la société, beaucoup plus que celle de l’égalité mise en scène par commodité de communication. Diviser par deux ou quatre les revenus de la catégorie supérieure réduit certes l’inégalité mais n’apporte strictement rien en pouvoir d’achat à la catégorie du bas de l’échelle. L’équité, qui est la traduction d’une morale, suppose que cette catégorie ait en effet un niveau de revenus suffisamment élevé pour vivre décemment par rapport au PIB national ; et la même morale exige que les revenus obscènes de certaines catégories supérieures soient fortement rabotés pour devenir acceptables (revenus des sportifs dits de haut-niveau par exemple). L’équité produit cette diminution des inégalités recherchée, mais elle en est une conséquence heureuse ; se limiter à cette approche c’est passer à côté de certaines obligations morales que l’on peut résumer dans une formule : suffisamment pour tous, mais pas trop pour certains…

L’action en cours sur les retraites exige d’être accompagnée par un mécanisme fiscal de bonus/malus pour faire les corrections nécessaires en fonction de multiples critères selon les branches, comme l’âge de départ, la pénibilité, l’espérance de vie etc. Et avoir plutôt que la clause du grand père, celle du petit-fils en ligne de mire…


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

15 réactions à cet article    


  • MagicBuster 26 novembre 10:27

    Les femmes vivant plus longtemps , elle (donc) gagne moins à la retraite . . .


    « L’espérance de vie à la naissance atteint 79,5 ans pour les hommes et 85,4 ans pour les femmes en 2018 en France métropolitaine, selon l’Insee. »


    La situation est inégalitaire, les hommes veulent vivre plus longtemps.



    • njama njama 26 novembre 11:27

      Ce raout ministériel sur les retraites ne vise surtout il me semble qu’à s’accaparer au prétexte fallacieux de la solidarité nationale les « provisions » des caisses de retraites du privé pour financer le montant des pensions (civiles, militaires,...) de la fonction publique dont le budget est déficitaire.

      Or cette situation n’est que la conséquence de la destruction programmée de la fonction publique et de la suppression de dizaines de milliers de postes de fonctionnaires par l’État employeur, c’est à dire d’autant de cotisants et cotisations qui finançaient les pensions.

      Si l’on veut changer les règles il serait injuste et tout à fait immoral de faire valoir une forme de rétroactivité en faisant un Hold up de 130 milliards sur les provisions des caisses du privé voire de 165 milliards suivant les chiffres de Les Échos .

      La « clause du grand père » n’est jamais que ce qui se passe avec les nouveaux contrats de travail dans de nombreuses grandes entreprises, les nouveaux salariés entrants ne bénéficiant plus ou que partiellement des avantages contractuels des conventions collectives.


      • kimonovert 27 novembre 21:55

        Dans le budget il est prévu une ligne traitements des fonctionnaires et une ligne retraites des fonctionnaires...La cotisation est fictive..


      • kimonovert 27 novembre 21:59

        @kimonovert

        Et c’est une grosse partie des impôts ou frais de fonctionnement...


      • kimonovert 27 novembre 22:00

        @kimonovert

        En conclusion, vous racontez des sornettes !


      • njama njama 26 novembre 11:48

        « Les retraites représentent 13,8% de la richesse nationale. C’est plus que la moyenne européenne qui se situe à 12%. » La totalité des pensions atteint 310 milliards d’euros par an. Un argent qui provient pour l’essentiel des cotisations des actifs : 77%. Pour le reste, le budget est comblé par diverses subventions publiques financées par les impôts et les taxes, en particulier la CSG« , explique Jean-Paul Chapel sur le plateau de France 2. »

        https://www.francetvinfo.fr/economie/emploi/carriere/vie-professionnelle/retraite/finances-quel-budget-la-france-consacre-t-elle-aux-retraites_2978193.html

        Le privé finance déjà une partie des pensions du public par le biais des impôts, taxes, CSG.

        C’est plus que la moyenne européenne ! on sent là le crime de lèse-majesté, les retraités français un peu plus avantagés que la moyenne des retraités en Europe.

        Et donc est-ce que le problème c’est vraiment le financement des retraites ? ou est-ce que cette réforme n’obéit au final qu’aux diktats budgétaires de Bruxelles ?


        • lala rhetorique lala rhetorique 26 novembre 12:21

          M’enfin, la réaction « normale » devrait être non pas de demander de descendre tous les régimes à minima, mais plutôt de demander à s’aligner sur les meilleures retraites.... Et si ceux de la sncf ont obtenu des avantages, c’est qu’ils ont lutté pour les avoir. Ce plan retraites du gouvernement a pour but final que les pensions seront tellement basses qu’il faudra prendre et payer en parallèle une retraite privée qui gavera encore les assureurs, et les assureurs étant de plus en plus les banquiers, ya pas photo !


          • Armelle Armelle 26 novembre 19:46

            @lala rhetorique
             « ...mais plutôt de demander à s’aligner sur les meilleures retraites.... Et si ceux de la sncf ont obtenu des avantages, c’est qu’ils ont lutté pour les avoir  »

            Elle est bien bonne !!!
            Pour ce qui est des « sncf » et cie, c’était facile, y a qu’à pomper dans la caisse des autres et augmenter les impôts (celle des cheminots est une catastrophe, un déficit permanent, que les autres payent et ne partiront en plus qu’à 62, 65, voire 67 ans !!! Bah voyons, pourquoi se gêner !!!
            Donc pour aligner tout vers le haut il faut faire comment maestro ? Vous nous le trouvez où ce pognon ? dans votre poche ?
            On continue à endetter les générations futures qui elles héritent déjà d’un joli paquet de merde, que NOUS leur laissons ; une dette abyssale et une véritable poubelle !!!
            Allez au diable...


          • lala rhetorique lala rhetorique 27 novembre 09:36

            @Armelle Le pognon comme vous dites, on en aurait largement assez si les entreprises du CAC40 payaient leurs impôts en France... Et il y en aura de moins en moins si la fusion FIAT/PSA se fait, vu que le siège social de cette nouvelle société sera aux Pays Bas... Si on récupérait ce que l’on a prêté à des entreprises étrangères pour reprendre des société françaises, entreprises qui n’ont pas modernisé l’outil de production et ont fermé maxi deux ans après... sans rendre l’argent prêté par l’état, donc par nous tous ! et des exemples comme ça, il y en a des milliers... donc au lieu de taper sur les salariés, ayez au moins les couilles au cul pour taper plus haut sur ceux qui vraiment détournent l’argent


          • Armelle Armelle 27 novembre 12:52

            @lala rhetorique
            « Le pognon comme vous dites, on en aurait largement assez si les entreprises du CAC40 payaient leurs impôts en France  »
            Un système doit être fiable dans sa conception, et non en prenant du pognon dans les autres caisses !!! Même si ce fait est incontestable. ET quand ce pognon dont vous parlez ne sera plus suffisant pour l’équation retraite insensée de 2030, vous allez faire comment banane ?

            Sinon heu, vous êtes plutôt gonflé !!! Vous nous bassinez avec les rachats d’entreprises Française par les étrangers mais on ne vous entend pas sur les 100 milliards en deux ans investis par les Français à l’étranger. Vous vous souciez du sort des salariés de ces entreprises ? Bah non, évidemment, c’est... « moi je, moi je, moi je », le bon Franchouillard, ne pensant qu’à sa gueule et ses ptits acquis, son ptit confort et sa tuture bien clean dans le garage !!!
            https://www.europe1.fr/emissions/L-edito-eco2/entreprises-francaises-qui-investissent-a-letranger-il-faut-y-voir-un-signe-de-dynamisme-pas-de-fragilite-3900033

            Quand au soit disant pognon donné par l’état au étrangers pour racheter les boîtes Françaises et non restitué, là il y a de quoi se marrer !!!
            Mais ! vous parviendrez quand à prendre AVEC DISCERNEMENT ce que nos bons gauchistes Français via les syndicats de merde et autres sangsues de la société, vous disent ?????? 
            Pauvre mentalité !!! Et quand on est dans l’ignorance on s’abstient, ça évite de passer pour un âne !!!
             


          • Coriosolite 26 novembre 14:28

            Bonjour,

            « si ceux de la sncf ont obtenu des avantages, c’est qu’ils ont lutté pour les avoir »

            On peut appliquer cette réflexion à n’importe quelle catégorie sociale : « si les notaires ont des avantages … » et ça ne légitime pas pour autant ces avantages.

            Je n’ai rien a priori contre des avantages en matière de primes, pension de retraite etc., mais à condition qu’ils soient justifiés encore actuellement par des conditions de travail difficiles ou une contribution exceptionnelle au bien commun.

            Et, autre condition importante, que ces avantages ne soient pas intégralement à la charge des autres salariés.

            Cordialement


            • foufouille foufouille 26 novembre 14:34

              @Coriosolite

              c’est effectivement le cas comme pour 1910, 36, etc mais pour tout le monde vu que tout le monde le demandait et tout le monde aussi paye la sécu, etc.

              tu peux toujours partir en corée du sud ou singapour, tu pourras voir les pauvres dormir dans un bidonville sur un toit .........


            • zygzornifle zygzornifle 27 novembre 09:33

              Bosser plus longtemps pour avoir moins ......

              A moins de faire de la politique .....


              • Jonas 27 novembre 09:43

                A l’auteur , 

                Le dernier classement sur les centenaires classe la France première , suivie par l’Espagne , l’Italie , la Suisse etc.Donc , nous avons pour certains d’autres nous la chance de vivre centenaires. Mais il ne faut pas oublier que cela a un prix, surtout lorsque des femmes et des hommes parmi ces centenaires vivront avec un handicap. 

                Croyez -vous sincèrement que sur le plan financier , qu’avec le système actuel , on peut vivre en retraite , plus de temps que l’on a consacré au travail ? 

                Nous sommes en 2019 et non plus dans les années 1936, , ou 3 personnes travaillées pour un retraité , aujourd’hui c’est l’inverse. 

                Le gouvernement a raison de soulever le problème et de chercher un autre mécanisme ,en tenant compte bien sûr de la pénibilité et de la situation des femmes. Mais la France ne peut pas continuer à accepter que certains partent à la retraite à 55 ans et d’autres à 62 ou 65 ans . Oû est l’égalité ? Où l’équité. 


                • Ruut Ruut 28 novembre 10:10

                  Ok, commençons par le Président et son régime spécial...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès