• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Réveiller la droite avec les nouveaux visages de la France !

Réveiller la droite avec les nouveaux visages de la France !

Ils sont plus de 100, élu(e)s locaux, régionaux, et nationaux, sympathisants Les Républicains et de la droite réunie à avoir co-signé la Tribune "Réveiller la droite avec les nouveaux visages de la France !".

A la veille des élections pour la Présidence du parti Les Républicains, j'appelle en effet ma famille politique à se réinventer, sortir des principes rétrogrades au sein même du fonctionnement interne, surpasser les combats d'égo pour se rapprocher des préoccupations de tous les français, panser les fractures territoriales et sociales.

Les élections législatives de 2017 ont de nouveau connu des records d'abstention – 48,8% au premier tour, et jusqu'à 56,83% au second tour ! – pourtant, dès que je sors dans la rue, je ne peux que constater l'intérêt de mes administrés envers la « chose publique » (res publica, en latin). Alors, amour ou désamour des Français envers la politique ?

 Je suis tentée de répondre : les deux ! D'un côté, les citoyens se passionnent pour tous les débats (économiques, sociaux, culturels, etc.), qui leur permettent de s'exprimer sur les sujets qui les questionnent ou les angoissent, au cours de séances publiques ou bien simplement entre amis, mais d'un autre côté, les femmes et les hommes politiques installés dans le système depuis trop longtemps ne prennent pas réellement la peine de les écouter, d'où une méfiance générale à l'encontre DU politique, qui se traduit par une absence aux urnes.

 Le parti Les Républicains a sa part de responsabilités dans la tournure que prennent les événements. Que nous ont appris les élections, présidentielles puis législatives, de ces derniers mois ? Que la droite française n'a pas su convaincre les électeurs ! Pour quelles raisons ? Parce qu'elle fonctionne encore selon des principes rétrogrades, où notamment les femmes et les jeunes élus sont tenus à l'écart), avec de surcroît une tentation conservatrice, qui ne peut que la diviser et la faire se replier toujours plus sur elle-même.

La Droite n’a pas su parler à la France que l’on entend plus. On a perdu les élections car la notion de pouvoir d'achat a été oubliée, nous éloignant toujours davantage des classes moyennes. Or aujourd'hui, nous devons trouver des solutions pour panser et pallier les fractures territoriales (deux poids deux mesures entre les métropoles, nos provinces, et nos banlieues), mais aussi les fractures entre ceux qui sont aisés, ceux qui sont aidés et ceux qui se sentent délaissés.

Je pense ici aux PME, aux commerçants et indépendants, aux ouvriers, aux retraités, souvent sacrifiés, souvent invités à payer mais jamais considérés.

 La société française a changé, les préoccupations de ses membres également. La droite doit en tenir compte, si elle veut développer une ligne politique cohérente et fédératrice. Aujourd'hui, les instances dirigeantes du parti s'inquiètent d'abord de se choisir un chef. Laurent Wauquiez est d'ores et déjà sur les rangs, tandis que Valérie Précresse vient de décliner l'offre, et toujours pas d'unité à l'horizon, et pour cause ! Les Républicains doivent redéfinir les raisons qui les font militer ensemble. Au-delà des combats d'ego qui continuent de voir le jour, il est de notre devoir d’ouvrir une réflexion de fond qui ouvrirait de grandes et belles perspectives .

 La droite française, si elle ne veut pas passer une nouvelle fois pour le « dindon de la farce », doit se réinventer et c'est ce qu'elle fait ! Mais les projecteurs sont tellement braqués sur les pugilats de nos « coqs » que les initiatives positives sont occultées !

 Emmanuel Macron croit qu'il a inventé le concept de renouvellement de la vie politique, mais dès 2014, une partie des Républicains, rassemblée autour de l'association « Les Nouveaux Visages d'Île-de-France », créée par Vincent Jeanbrun, a déjà initié ce mouvement. Cette association et ses actions ont permis à la droite de l'emporter lors des élections régionales. Et le modèle fonctionne !

 Depuis trois ans, l'Île-de-France est administrée par une assemblée paritaire, jeune et partiellement novice (moi-même, je ne fais de la politique que depuis 2014). Cette assemblée, bien ancrée dans ses valeurs de droite, telles que le travail, le mérite et l'éthique, ose néanmoins parler de justice sociale (en matière de santé et d'économie), d'égalité femmes-hommes (une déléguée spéciale a même été désignée), d'écologie, de soutien à la culture. Ces thématiques ne sont plus l'apanage de la gauche ou de ce nouveau « centre » qui s’impose depuis les dernières élections. Ce sont des sujets urgents non seulement pour les Franciliens mais aussi pour tous les Français.

 Qui peut dire aujourd'hui que la région Île-de-France, sous la direction de Valérie Pécresse, est mal gérée ? La moitié des vice-présidents sont des femmes, et elles ont en main des portefeuilles conséquents qu'elles savent répartir de manière réfléchie et moderne. Des projets humanistes et innovants voient le jour, tels que le développement de la SmartRégion et des incubateurs pour les entreprises, l'objectif d'une région sans Sida, des aides accrues aux personnes handicapées et aux femmes victimes de violences. L'environnement est également au cœur de nos préoccupations, car nous avions conscience de l'urgence de la situation avant même la Convention sur le Climat de Paris. La culture dans les lycées a été intensifiée. Et toutes les décisions relatives à ces sujets sont bien souvent approuvées à l'unanimité par le Conseil Régional !

 Je suis ainsi fermement persuadée qu'il existe pour la droite française un avenir plus brillant que ce que la « guerre des chefs » nous promet : on peut être gaulliste et libéral tout en ayant des aspirations sociales et humanistes fortes. Le parti Les Républicains a sous les yeux et en son propre sein la preuve qu'une telle politique plaît et tient la route. C'est cette vision de la droite que je défends et que le mouvement Libres !, lancé par Valérie Pécresse, entend promouvoir afin de refonder l'idéologie de droite. En effet, si cette dynamique fonctionne pour l'Île-de-France, pourquoi pas pour la France entière ? 


Moyenne des avis sur cet article :  1.55/5   (29 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 septembre 2017 12:02

    Oui mais faire du neuf avec du vieux ça ne changera pas grand chose : prendre des jeunes et femmes qui tiendront le langage du XIX e siècle ça n’ira pas très loin.

    Vouloir faire « un grand parti conservateur et populaire », qui soit en même temps libéral et pro euro c’est faire le grand écart.

    Si ça marche dans les pays de l’Est, qui sont dirigés par des partis conservateurs libéraux un peu fachos sur les bords, c’est parce que la population bénéficie à fond du libéralisme. Et encore l’UE n’est elle que tolérée du bout des lèvres. Un Kascinski français aurait rué dans les brancards depuis longtemps, tellement nous sommes économiquement perdants sur tous les plans.

    N’est pas Trump qui veut.

    Vous continuez à porter le deuil de la candidature Fillon, je suis bien désolé pour vous.


    • Cateaufoncel 4 septembre 2017 12:54

      « on peut être gaulliste et libéral tout en ayant des aspirations sociales et humanistes fortes. »

      Et pourquoi pas européiste, tant qu’on y est ?

      Ces gens qui parlent de politique et de gouvernement sans faire la moindre mention de la prééminence de Bruxelles sur les états nations, vivent dans leur monde de 1960, et prétendent renouveler les visages pour n’avoir pas à renouer avec leurs valeurs traditionnelles.

      Dans La cause du peuple, Patrick Buisson explique tout cela magistralement. Mais on ne peut se réclamer de Buisson et, en même temps, avoir peur des éditoriaux à venir de Mouchard dit Joffrin.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 septembre 2017 13:11

        @Cateaufoncel

        Il faudrait faire part de vos analyses à la direction du FN, qui ne semble pas elle-même convaincue du bienfondé de la critique de l’UE.

        Quant à Buisson, ses états de service sarkoziens parlent d’eux-mêmes quant à la lucidité de la droite enfumeuse


      • Cateaufoncel 4 septembre 2017 14:24

        @Olivier Perriet

        « Quant à Buisson, ses états de service sarkoziensparlent... »

        Il a fait ce qu’il a pu*, en espérant dès le départ, pouvoir faire beaucoup plus, avec une influence à géométrie variable sur un instable qui ne pensait jamais qu’à sa propre image. Et ses analyses restent d’une très grande pertinence.

        * Vous ne pensez tout de même pas que c’est lui qui a suggéré l’entrée dans lke gouvernement de gens comme Kouchner, Amara ou Mitterrand (Frédéric), pour ne citer qu’un exemple ?


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 septembre 2017 14:46

        @Cateaufoncel


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 septembre 2017 14:54

        @Cateauforcel

        Le buissonnisme n’est en rien incompatible avec l’européisme, sinon on ne comprend pas pourquoi il se serait associé aussi longtemps avec Sarko.

        C’est ce qui fait la différence avec les grands partis conservateurs d’Europe de l’Est :

        eux ils sont pro européens (du bout des lèvres) car ils en bénéficient à fond économiquement.

        Ici on a une droite extrême / extrême droite européiste qui se voudrait populaire, mais qui est juste ridicule, car avec l’UE on est perdant sur tous les tableaux.

        Et vos élucubrations raciales ne sont pas incompatibles avec l’euro fou, vous n’aviez pas remarqué ?

        C’est difficile d’avoir deux adversaires en même temps, il faudra choisir son camp.


      • Cateaufoncel 4 septembre 2017 15:20

        @Olivier Perriet

        "Le buissonnisme n’est en rien incompatible avec l’européisme, sinon on ne comprend pas pourquoi il se serait associé aussi longtemps avec Sarko.« 

        Buisson n’a été engagé ni comme conseiller économique, ni comme consultant sur les questions de politique étrangère. Son domaine d’action ressortissait exclusivement à l’histoire, à la culture nationale, au patriotisme, à l’identité nationale, et aux attitudes et déclarations que l’apatride Sarkozy devait adopter en ces matières...

        J’ai dépassé la moitié du bouquin, je ne crois pas qu’il ait été question une seule fois d’euro, d’Europe, d’U.E, et pas non plus de choix et d’orientations économiques.

        Jusqu’à présent, le seul voyage à l’étranger auquel Besson ait participé, c’est la visite à Benoît XVI, ce qui n’a rien à voir avec la politique étrangère.

         »Et vos élucubrations raciales ne sont pas incompatibles avec l’euro fou, vous n’aviez pas remarqué ?"

        Ce que je n’avais pas remarqué, c’est que ce sont des élucubrations smiley

        Pour le reste, je crois que l’euro fou est compatible avec le racisme, la xénophobie, le sexisme, l’antisémitisme, l’arachnophobie, l’opposition à la GPA et la philatélie.


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 septembre 2017 15:52

        @Cateaufoncel

        Oui, c’est une doctrine d’intellos bourgeois qui n’ont pas trop de problèmes matériels :

        à part quand on s’appelle Eric Zemmour, et qu’on vend 15 fois le même livre et le même article, on ne mange pas en étant identitaire.


      • Cateaufoncel 4 septembre 2017 16:37

        @Olivier Perriet

        « ..on ne mange pas en étant identitaire. »

        Ils ont tort ceux qui ramènent le prolétaire à un morlingue et à un appareil digestif. Péguy, maintes fois cité par Patrick Buisson, a écrit : « Les patries sont toujours défendues par les gueux et
        livrées par les riches.
         »

        Et, dans Le quai de Wigan (1937), George Orwell écrit :

        « Que dire des millions de gens qui ne sont pas des capitalistes, qui, sur le plan matériel, n’ont rien à attendre du fascisme, qui bien souvent s’en rendent parfaitement compte, et qui pourtant sont fascistes ? De toute évidence, leur choix est purement idéologique. S’ils se sont jetés dans les bras du fascisme, c’est uniquement parce que le communisme s’est attaqué, ou a paru s’attaquer, à des valeurs (patriotisme, religion) qui ont des racines plus profondes que la raison économique. »

        Il faut bien que quelqu’un s’en soucie aussi de nos jours, de ces racines plus profondes que la raison économique.

        « ...on s’appelle Eric Zemmour, et qu’on vend 15 fois le même livre et le même article... »

        Je vois que vous citez beaucoup, mais que vous lisez bien peu...


      • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 septembre 2017 17:38

        @Cateaufoncel

        il y avait tout un programme social et sociable derrière « le fascisme » qui a été bien apprécié ; des millions de gens ne se sont pas jetés dans les bras du fascisme par amour des théories hitlériennes fumeuses, mais parce qu’il y a eu de la convivialité, du travail, des vacances, des progrès matériels, ce genre de petites choses.

        Mais bon vous n’êtes pas prêt de le comprendre


      • Cateaufoncel 4 septembre 2017 19:27

        @Olivier Perriet

        « ...par amour des théories hitlériennes fumeuses... »

        Hitler lui-même ne surestimait pas le poids des théories, fumeuses ou non, dans la conduite des foules, puisqu’il professait que "tous les grands événements qui retournent le monde entier, ont été provoqués par la parole et non par des écrits." Mein Kampf, t II.

        Les théories fumeuses, il laissait cela à Alfred Rosenberg (Le mythe du XXe siècle) et surtout à Heinrich Himmler, et sa mystique SS.


      • foufouille foufouille 4 septembre 2017 14:18

        « On a perdu les élections car la notion de pouvoir d’achat a été oubliée, nous éloignant toujours davantage des classes moyennes. »
        non c’est par ce que tu as soutenu un escroc et tu es un escroc comme les autres.
        De Gaulle payait sa bouffe et ses timbres. rien à voir avec ton ramassis de crevure qui se goinfre.


        • Olivier Perriet Olivier Perriet 4 septembre 2017 14:46

          @foufouille

          Rhôô, voyons Foufouille .... smiley smiley


        • Sparker Sparker 4 septembre 2017 15:15

          @foufouille

           smiley smiley smiley smiley


        • François Vesin François Vesin 4 septembre 2017 14:45

          "Alors, amour ou désamour des Français envers la politique ?

          Ni l’un, ni l’autre
          mais une terrible nausée contagieuse
          devant ce cadavre putride qui n’inspire plus que le dégoût





          • Sparker Sparker 4 septembre 2017 15:20

            L’avenir n’appartient pas au 19éme siècle, vous êtes en fin de vie idéologique, l’avenir sera pragmatique ou ne sera pas...
            L’avenir sera un politique et économie du réel et non plus les délires égotiques d’animaux intelligents ; Il faudra devenir vraiment humain sinon on laissera la place, nous sommes en définitive bien fragile et en sursis.
            Bon, et Pécresse, désolé mais, comment dirai-je euh euh... ha zut je trouve pas les mots....


            • Pere Plexe Pere Plexe 4 septembre 2017 18:13

              @Sparker
              ..c’est sans doute mieux pour la bienséance.
              Car moi les mots qui me viennent spontanément à l’évocation de la dame ne sont pas très correctes.

              Cette assemblée, bien ancrée dans ses valeurs de droite, telles que le travail, le mérite et l’éthique, ose néanmoins parler de justice sociale.

              c’est curieux cette manie d’ inversion des faits
              La droite à toujours soutenue la rente et les rentiers, l’héritage et l’héritier, elle à toujours privilégié le propriétaire ou l’actionnaire face au travailleur.
              Ces positions sont l’exact contraire de la valorisation du travail ou du mérite !
              Pour l’éthique c’est tellement pathétique et ridicule tant on à vu les travers de cette droite qu’il ne me parais pas indispensable de revenir dessus.
              Itou pour la « justice sociale » ; cette droite à toujours favorisé les riches et accablé les autres accentuant gravement les inégalités.

              Que la droite assume ses vraies positions anti sociales, héréditaires et pro riches serait un bon début.


            • paoum 4 septembre 2017 15:23

              Ben, il ne m’a pas semblé qu’elle était endormie la droite, ces dernières années....
              elle nous les a bien brisé menu, jour après jour, avec son arrogance de riche et son mépris du peuple !

              Quand je dis la droite, je comprends aussi ses amis et petits camarades pseudo-socialistes qui en sont de dignes représentants !

              Elle était bien réveillée la droite, pour nous manger la laine sur le dos avec ses partenariats public-privés, sa vente de nos autoroutes, sa mise en bière de notre hôpital public, sa culpabilisation des pauvres, son haro sur les pme au profit des grosses boîtes, son bouclier fiscal pour ceux qui n’en ont pas besoin, sa trahison impardonnable de la république avec le traité européen ( reviens séguin !)...etc...

              Vous ne manquez pas d’air de croire que les citoyens de ce pays ont oublié ces saloperies !

              Alors vous vous réveillez naïvement en nous disant que :« La Droite n’a pas su parler à la France que l’on entend plus » oh que si, elle n’a même fait que ça, et on a tous bien compris le message à force de nous le rabâcher comme si nous étions un ramassis de stupidité ambulante !!!

              on a bien saisi le : « ta gueule, bosse et moi je m’enrichis »

              Désolé mais vous enfoncez de vieilles portes vermoulues ouvertes aux quatres-vents.

              Depuis le temps que vous êtes aux affaires et que tout s’empire pour le peuple de ce pays, il serait temps de comprendre que vous mesures cosmétiques de merde, on en peut plus !

              De Gaulle avait un courage politique et un amour du pays et de ses habitants qui vous fait défaut, j’en veux pour preuve ce texte pathétique, dans la continuation totale de l’aveuglement politique qui tient lieu de réflexion depuis trop longtemps.

              L’europe, l’europe... tant que vous n’aurez pas compris qu’en la soutenant vous nous enfoncez à tous la tête sous l’eau, vous ne serez qu’une apparatchik de plus, sans intérêt aucun...


              • paoum 4 septembre 2017 15:27

                @paoum
                 j’ajouterai que vous ne faites pas de la politique depuis longtemps, ok

                Et bien il faut croire que ça n’a manqué à personne parce que personne n’a vu la différence depuis que vous êtes là pour nous pondre des textes transparents d’autopromotion sois disant critique et qui ne contiennent rien à se mettre sous la dent de sans-dent muni d’un cerveau curieux.

                Je ne vous salue pas


              • BA 4 septembre 2017 19:56

                A propos du parti « Les Républicains » :


                Le parti « Les Républicains » est éparpillé par petits bouts façon puzzle :


                • Le mouvement « Libres ! », dirigé par Valérie Pécresse.

                • Le mouvement des anciens soutiens de François Fillon, dirigé par Bruno Retailleau.

                • Le mouvement des anciens soutiens d’Alain Juppé.


                A propos des cinq candidats qui veulent être chef du parti :

                • 1- Le mouvement des anciens soutiens de Nicolas Sarkozy, dirigé par Laurent Wauquiez, qui est candidat pour devenir chef du parti.


                • 2- Le mouvement « Sauvons la droite », dirigé par le député Daniel Fasquelle, qui est candidat pour devenir chef du parti.

                • 3- Laurence Sailliet, membre du bureau politique des Républicains, est candidate pour devenir chef du parti. C’est une proche de Xavier Bertrand.

                • 4- Florence Portelli est candidate elle-aussi. C’est une proche de François Fillon.

                • 5- Le député du Vaucluse Julien Aubert est candidat. Julien Aubert explique : « J’ai été un séguino-pasquaïen, je suis un eurosceptique. »


                http://www.lemonde.fr/politique/article/2017/09/03/le-depute-julien-aubert-candidat-a-la-presidence-de-lr_5180466_823448.html



                • soi même 5 septembre 2017 00:07

                  Tien une femme qui est montée sur le Ring et décroche une Droite dans le vide.
                   smiley 


                  • vesjem vesjem 5 septembre 2017 08:31

                    ah ! , la drôôaate et la gôôôche .... tout un (seul) programme : en mettre plein la vue et s’en mettre plein les poches


                    • bob14 bob14 5 septembre 2017 08:58

                      On ne réveille pas les morts...ils dorment pour l’éternité...


                      • Clocel Clocel 5 septembre 2017 08:58

                        "Cette assemblée, bien ancrée dans ses valeurs de droite, telles que le travail, le mérite et l’éthique, ose néanmoins parler de justice sociale"

                        Merde,,, quand on a eu Fillon comme chef de file, effectivement, faut oser... Cher Audiard...


                        • baldis30 5 septembre 2017 23:06

                          l’avenir appartient à celui qui a le casque le plus solide !  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès