• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > RSF - La France seulement 33ème au classement 2018 pour la liberté de la (...)

RSF - La France seulement 33ème au classement 2018 pour la liberté de la presse

La France seulement 33ème, alors que le Surinam dirigé par Desi Bouterse, un président qui "a manœuvré pour être amnistié du crime de 15 opposants politiques, dont cinq journalistes" est classé 21ème. De plus, dans ce pays frontalier avec la Guyane française, existe une loi sur la diffamation qui sanctionne une « expression publique de haine » contre le gouvernement. Bon, ça pourrait être pire et les exemples ne manquent pas dans la liste des 180 pays notés. Mais après ça, allez comprendre la méthodologie du classement pour la liberté de la presse de Reporters sans frontières.

Maintenant, si le classement de RSF est discutable, peut-être que l'affirmation suivante vous conviendra...

"L’édition 2018 du Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières (RSF) témoigne de l’accroissement des sentiments haineux à l’encontre des journalistes. L’hostilité revendiquée envers les médias, encouragée par des responsables politiques et la volonté des régimes autoritaires d’exporter leur vision du journalisme menacent les démocraties".

Qu'en pense Kim Jong-un (180e), à ne pas confondre avec Attila le Hun qui mangeait sa viande crue, comme les crocodiles de Kim. En réalité, Kim Jong-un est totalement satisfait du travail de ses journalistes de l’agence centrale de presse KCNA qui lui obéissent au doigt et à l'oeil. Ce n'est pas comme en France, où les médias sont détestés par les citoyens et méprisés par le président qui préfère que son équipe s'occupe de son image et de sa communication. Vous remarquerez  "La méthodologie du classement s’appuie sur leurs performances en matière de pluralisme, d’indépendance des médias, d’environnement et d’autocensure (...)". Ce qui pourrait expliquer la position assez médiocre du pays des droits de l'homme. 

Nous pourrions également parler de la 148ème place de la Russie, mais à quoi bon, n'est-ce-pas toujours les mêmes sempiternels reproches qui sont adressés à l'inoxydable président Poutine ? Alors passons ! Et puis finalement non, il faut quand même en dire quelques mots.

D'abord, vous remarquerez que la Russie fait mieux que la Turquie (157e), l'Arabie Saoudite (169e) et l'Iran (164e) pour ne citer qu'eux, ce qui n'est que justice. Par ailleurs son classement reste stable par rapport au passé. Par souci d'objectivité et ne rien oublier, il est préférable que vous lisiez le lien suivant https://rsf.org/fr/russie. RSF en rajoute une couche avec Vladimir Poutine qui "étend son réseau de propagande à travers le monde grâce à ses médias comme RT et Sputnik". Mais alors que dire de la Chine (176e) de Xi Jinping qui "exporte son modèle d’information verrouillée en Asie. Dans leur répression implacable des voix critiques, ils confortent ainsi des pays qui figurent déjà en queue de Classement comme le Vietnam (175e), le Turkménistan (178e) ou l’Azerbaïdjan (163e)".

Et l'ami américain (45e) d'Emmanuel Macron... Donald Trump ! https://rsf.org/fr/etats-unis

Est-il nécessaire d'en rajouter ? Pour Trump, la presse est « l’ennemie du peuple américain », surtout lorsqu'elle dénonce ses excès. D'ailleurs il n'est pas le seul dirigeant du monde à prendre le bon peuple à témoin des méfaits des journalistes. Il a bon dos le peuple, mais c'est vrai que les médias ont bien des défauts et des travers et sont parfois au service des despotes ou des puissants. Mais sans eux vous devenez aveugles et sourds et des proies faciles pour un pouvoir sans partage qui n'hésitera pas à contrôler internet, comme c'est déjà le cas dans certains pays. C'est donc bien une presse aussi indépendante que possible qu'il faille exiger, avant qu'il ne soit trop tard.

Selon RSF, le bon exemple à suivre vient de la Norvège (1e) https://rsf.org/fr/norvege. Mais rien n'est parfait, même si "les médias du pays sont libres et les journalistes ne subissent ni censure ni pressions politiques". 


Moyenne des avis sur cet article :  1.58/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

57 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 25 avril 2018 17:44

    Y’a erreur, c’est manifeste.
     
    La France devrait être en noir.
    Et même en ’’noir foncé !’’
     


    • gruni gruni 25 avril 2018 18:39

      @Jeekes


      ’’noir foncé !’’ ?

    • Kostic 25 avril 2018 20:14

      @gruni : Ironie, vous ne connaissez pas ?


    • troletbuse troletbuse 25 avril 2018 20:16

      @Jeekes
      Si jamais ils lisaient les articles de Grounicjhou et Fergus, on serait bon avant-dernier.


    • sylvie 25 avril 2018 17:46

      oui bon, rsf, amnesty etc vous savez ce que c’est ?


      • leypanou 25 avril 2018 18:28

        @sylvie
        mais non, rsf est un vrai thermomètre de la liberté de la presse dans un pays.
        Quant à amnesty, quelques ex du Département d’état y ont des postes à responsabilité, mais chut, il ne faut pas trop en parler.
        Un petit rappel pour nos « amis » d’agvx sur rsf ne fait de mal à personne ici.


      • gruni gruni 25 avril 2018 18:55

        @sylvie


         « vous savez ce que c’est ? » ils sont dans leur rôle, utiles ou pas ?


      • Parrhesia Parrhesia 25 avril 2018 18:20
        Dites 33...
        Et encore, l’évolution actuelle du cynisme médiatique mondialiste risquant fort d’être au mieux constante, ou au pire, de se dégrader encore, autant nous attendre à grimper encore vers les sommets de l’inacceptable lors des prochains classements !!!
        Beurkkkkkk !!!

        • Kostic 25 avril 2018 20:13

          Trop de poncifs, dans cet article. Une vision manichéenne qui semble sortie tout droit des médias ’’mainstream’’, avec la bonne presse franco-américaine attendue au tournant par la propagande russe, forcément la propagande !
          Mais vous noterez que le classement RSF intègre le pluralisme de la presse avec le comportement autoritaire ayant cours dans certains pays, alors bonjour la précision découlant de ces critères aux antipodes l’un de l’autre !
          Il ne faut pas non plus perdre de vue que la presse des pays ’’libres’’ devrait être au sommet du classement, puisque les journalistes y sont (y seraient !) ’’libres’’, enfin !
          Alors, taper sur les pays ’’autoritaires’’ pour dire ’’c’est si bien chez nous’’ est inexact au possible. Car ce sont bien ces journalistes qui y produisent ’’librement’’ ce qui nous vaut d’aussi mauvais résultats.
          Autrement dit ce sont les journalistes qui sont à l’origine du mauvais classement qu’ils dénoncent ! Juge et partie, cela vous dit quelque chose ?


          • gruni gruni 25 avril 2018 20:43

            @Kostic


            « Mais vous noterez que le classement RSF intègre le pluralisme de la presse avec le comportement autoritaire ayant cours dans certains pays, alors bonjour la précision découlant de ces critères aux antipodes l’un de l’autre ! »

            Sont pris en compte, seulement les critères négatifs. Une presse pluraliste c’est 0
            Une presse qui ne l’est pas c’est un point. A l’arrivé le gagnant est celui qui a le moins de points. 
            Ce ne sont pas les journalistes qui sont responsables du manque de liberté de la presse, mais les Etats. 

          • Kostic 25 avril 2018 21:31

            @gruni ’’Ce ne sont pas les journalistes qui sont responsables du manque de liberté de la presse, mais les Etats.’’ Désolé, gruni, ce sont encore des propos sans nuance, qui ne sont donc qu’erronés par définition. 
            Prenons le cas de la France. Chaque titre de presse y a une conception différente de la liberté d’expression, souvent limitée par l’orientation politique du titre, mais également par son ouverture ou non à l’expression des lecteurs, avec en ce cas une censure fort variable. Ce n’est donc pas ’’l’État qui est à la manœuvre ici.
            Qui verrouille cela, le cas échéant ? Les Rédactions. Pas la justice aux mains de l’État, du moins pas de façon trop visible chez nous. Alors ce sont les journalistes qui se restreignent d’eux-mêmes, même si c’est l’État qui intervient dans d’autres pays.
            Vous devriez donc cesser d’être aussi péremptoire, ou l’on vous croira dogmatique, mais vous en tenir aux faits constatés et à leur juste interprétation. Ce qui demande un minimum de connaissances, mais parfois bien des recherches.  


          • gruni gruni 26 avril 2018 07:18

            @Kostic


            Je suis nullement péremptoire, je parle de la liberté de la presse dans le monde, pas seulement en France ou cette liberté est mise à mal par la main mise des grands groupes qui détiennent les principaux titres de presse. Mais c’est bien plus grave encore dans d’autres pays où certains Etats n’hésitent pas à emprisonner voire éliminer les journalistes. J’insiste dans le texte sur l’importance de l’indépendance de la presse et je prends l’exemple de la Norvège où les grands groupes ne peuvent prendre que 40% du journal. C’est donc bien au niveau de la loi, donc de l’Etat que les choses doivent bouger. Et je n’ai jamais dit que certains journaux n’étaient pas orientés politiquement, par choix éditorial ou sous la contrainte. 

          • vesjem vesjem 26 avril 2018 09:59

            @gruni
            n’aggrave pas ton cas, mon petit gruni ; arrête ta propagande pour gamins


          • Franchounet 27 avril 2018 16:05

            @Kostic

            La liberté d’expression c’est aussi d’avoir la chance de se voir proposer des titres de presse à points de vue contraires.
            Vous pouvez prendre 2 abonnements, un à gauche (Humanité, Libération, Marianne, L’Obs...), un à droite (Figaro, Valeurs Actuelles,...) ou d’autres, soi disant inclassables qui se disent au-dessus de la mêlée (Express, Le Point, Le Monde,...) et qui se prennent pour les « bien-pensants ».
            Bref, vous avez l’embarras du choix,n’hésitez pas à varier régulièrement !

          • Nicole Cheverney Nicole Cheverney 29 avril 2018 17:05

            @gruni

            Bonjour, « sous la contraite », on peut faire son travail de journaliste le pistolet sur la tempe, certes, mais en France, anciennement pays de la « Liberté », on fait son travail de « journaleux », non pas le pistolet sur la tempe, mais la porte du DRH du milliardaire qui vous emploie, entrouverte, si vos bons offices de propagandiste ne sont pas assez éloquents, et ne vont pas dans le sens imposé ! C’est-à-dire dans la sens de la Route du Rhum, et non celui de la Vodka ! Et une porte de DRH entrouverte, vu les émoluments de certains, c’est pire qu’un flingot !

            C’est la raison pour laquelle nous voyons sur toutes les chaînes télé, nous entendons sur toutes les radios, nous lisons dans tous les grands quotidiens « mainstream » des mêmes groupes de milliardaires, les mêmes sornettes, les sempiternels mensonges, les éternelles resucées depuis 2001, le jour où le monde a basculé dans la chienlit transatlantique.


          • biquet biquet 25 avril 2018 21:31

            Au 33 è rang, quand on sait que 95 % de la Presse française est aux mains de grands groupes financiers, c’est vraiment du n’importe quoi cette étude ! C’est à croire que rsf a de très bons rapports avec ces groupes.


            • François Vesin François Vesin 25 avril 2018 23:16

              « ../..mais c’est vrai que les médias ont bien des défauts et des travers

               et sont parfois au service des despotes ou des puissants. 
              Mais sans eux vous devenez aveugles et sourds et des proies faciles 
              pour un pouvoir sans partage../.. »

              Parfois !!!
              100% des médias - TV, radio, journaux - aux mains des oligarques
              ont soutenu l’irrésistible ascension le « l’inconnu » Macron tandis ce qui
              restait de « forces vives » appelait à faire obstacle au fascisme FN !!!

              Avec eux
              nous sommes saoulés de verbiages, de poncifs et de propagande,
              condamnés à venir éructer sur Agoravox en quête d’authenticité
              immédiatement polluée par leurs trolls et leurs collaborateurs...

              • gruni gruni 26 avril 2018 07:22

                @François Vesin


                « condamnés à venir éructer sur Agoravox en quête d’authenticité »

                D’abord vous n’êtes condamné à rien, quant à l’authenticité ou la réalité de la propagande, elle ne fait aucun doute. J’en suis la preuve vivante, non ?


              • vesjem vesjem 26 avril 2018 10:02

                @gruni
                si, mon petit gruni, nous sommes condamné à lire tes mensonges ; tu n’y crois pas toi-même ;
                refais nous des articles sur le sexe, çà te va mieux


              • buratino buratino 27 avril 2018 16:18

                @François Vesin Quelle bouffonerie, ce classement la Suède 2ème, mouaff, tous les médias qui ont essayé de parler de la situation catastrophique de l’Islam dans ce pays se sont fait lyncher et puis la Suisse 5ème, quand leurs merdias pourront parler librement des activités de leurs banques, peut être


              • troletbuse troletbuse 26 avril 2018 12:26

                Eh Grounichou, allez donc vous renseigner sur un journal non subventionné par nos impôts comme Rivarol et dites nous à combien de dizaines de milliers d’euros est-il condamné. L’objectif étant de le faire couler. En plus, il faut bien chercher pour le trouver car la plupart des magasins n’en ont pas ou bien le planquent.


                • Legestr glaz Ar zen 26 avril 2018 13:29

                  @troletbuse

                  Savez vous que les gérants de kiosques, des maisons de la presse, « les diffuseurs de presse », en France, ne choisissent pas les journaux ou les magazines qu’ils proposent à la vente ?

                  En réalité, le panel du « papier » qui sera vendu est organisé par la société de distribution. C’est elle qui décide du choix des journaux et magazines qui seront proposés aux clients. En fonction des ventes réalisées et des « ’invendus » ces sociétés peaufinent leur choix de diffusion. Elles peuvent donc « blacklister » un journal comme « Rivarol ». 

                  « La distribution de la presse nationale est effectuée dans un réseau composé de 3 niveaux : les messageries de presse reçoivent les titres des éditeurs, puis répartissent les journaux aux dépositaires (grossistes) qui distribuent à leur tour aux diffuseurs (kiosques et autres marchands de journaux) chargés de la vente directe au public. Il s’agit d’une profession réglementée soumise à des conditions d’installation et d’exercice. »

                   le processus est définitivement aux mains des sociétés de messagerie de presse qui font la pluie et le beau temps. Elles sont au nombre de 2 en France : « presstalis » et « messagerie lyonnaise de presse ». Facile de contrôler l’information de cette façon.

                  Sinon, vous pouvez vous abonner en ligne à un journal comme ’Rupture". Mais c’est un mensuel. Mensuel totalement indépendant toutefois !


                • vesjem vesjem 26 avril 2018 16:35

                  @Ar zen
                  c’est là que l’on découvre vraiment l’imposture de gruni, qui sachant tout çà, feint de l’ignorer dans le but de nous leurrer ;
                  GRUNI, ou la perversion de la désinformation en marche


                • Kostic 26 avril 2018 17:48

                  @troletbuse : Faire couler une personne physique ou morale par voie judiciaire, c’est par la voie du procès-baillon, bien expliquée sur Wikipédia.
                  On le voit aussi en matière politique, avec la discrimination judiciaire entre diverses tendances, qui se retrouve comme par hasard en phase avec les choix oligarchiques du moment.
                  Mais il se trouvera alors toujours des Gruni pour venir prétendre que la justice est ’’indépendante’’ (sic et lol ! ) :/ 


                • eau-du-robinet eau-du-robinet 26 avril 2018 13:46

                  Bonjour,
                  .
                  L’ex-rédacteur en Chef de RFI, Richard Labévière nous explique ce qui est passé avec la presse française.
                  Il n’existe plus de pluralité médiatique en France, la grande presse est unanimement oriente pro israélienne, Pro UE, pro Mondialisation, la presse à été confisque par l’oligarchie financière .... La presse française subit la censure par les sionstes voire pro-sionistes ! Ceux qui s’opposent comme Richard Labévière sont licencié !!! Richard Labévière à été licencie suite à l’intervention d’un ambassadeur israélien.
                  https://www.youtube.com/watch?v=3osvZo8hL1U
                  .


                  • gruni gruni 26 avril 2018 14:03

                    @eau-du-robinet


                    Bonjour

                    « La presse française subit la censure par les sionstes »

                    Je lis la presse régulièrement et j’ai lu des articles qui dénonçaient les agissements du gouvernement israélien contre les palestiniens, et pas qu’un. Nous ne devons pas lire la même presse. Alors, certes, la presse française n’est pas un modèle d’indépendance, mais il y a pire.


                  • vesjem vesjem 26 avril 2018 16:39

                    @gruni
                    1 article, caution démocratique, pour mille
                    tu mens comme tu respires, mon petit gruni


                  • Zolko Zolko 26 avril 2018 17:09

                    @gruni : « des articles qui dénonçaient les agissements du gouvernement israélien contre les palestiniens »
                     
                    vous appelez le meurtre de milliers de personnes des « agissements » ? Vous appelez « agissements » le bombardement de villes est villages ? C’est sûr qu’on doit pas lire la même presse, non.


                  • gruni gruni 26 avril 2018 17:21

                    @Zolko


                    Si je connais les agissements des israéliens, c’est bien que nous lisons la même presse, maintenant si vous préférez massacres, je suis d’accord que c’est plus réaliste. 

                  • Fanny 26 avril 2018 17:43

                    @gruni

                    Vous avez raison, la presse rapporte méticuleusement les faits relatifs au conflit en Palestine. Chaque Palestinien tué fait l’objet d’une brève, et s’il s’agit d’un Israélien, ce sera un article.

                    Mais il y a une ligne rouge : ne pas « dénoncer » les agissements du pouvoir israélien, mais simplement les « rapporter ». Votre emploi du terme « dénoncer » est une erreur factuelle qui traduit votre orientation, cette dénonciation étant néanmoins implicite compte tenu des faits rapportés, mais rarement exprimée et explicitée : ligne rouge oblige.

                    On pourrait d’ailleurs penser que la méticulosité des journalistes à « rapporter » les faits qui ensanglantent le conflit en Palestine est une manière de compenser le fait qu’il leur est interdit de « dénoncer » le pouvoir de Netanyahou, comme ils ont le droit de le faire et le font systématiquement quand la force répressive est celle d’un ennemi de notre oligarchie.

                    Cette « ligne rouge » n’est pas propre au conflit en Palestine, elle est générale. Chaque journaliste mainstream connaît la règle du jeu et la respecte. Pas bien grave quand le lecteur est averti et sait filtrer. Mais à la longue, il y a dérive vers un conformisme, une « pensée unique » d’Etat qui finit par déformer la réalité.

                    L’exemple récent de la Ghouta est un cas d’école. Des médias mainstream anglo-saxons et allemands (ZDF je crois) se posent des questions quant aux auteurs de l’attaque chimique. Dans notre mainstream, c’est béton : c’est Assad. J’ignore la vérité des faits, mais des médias étrangers m’incitent à me poser des questions. Nos médias répètent en coeur la « vérité » d’Etat.    


                  • Kostic 26 avril 2018 17:58

                    @gruni : C’est fou jusqu’où la mauvaise foi peut aller ! @eau-du-robinet vous parle censure d’articles et vous, vous prétendez pouvoir les lire ! ?
                    Ne dites pas que vous n’aviez pas compris cela au moment de lui répondre !
                    Et dispensez-vous de vos explications foireuses, merci.


                  • gruni gruni 26 avril 2018 18:03

                    @Kostic


                    Et dispensez-moi de vos leçons foireuses. Merci

                  • gruni gruni 26 avril 2018 18:29

                    @Fanny


                    « Chaque Palestinien tué fait l’objet d’une brève, et s’il s’agit d’un Israélien, ce sera un article. » - Non, ça c’est faux, la « marche du retour a été largement rapportée par la presse dans son ensemble. 

                     »qu’il leur est interdit de « dénoncer » le pouvoir de Netanyahou« C’est vrai mais le fait de rapporter l’information dans les moindres détails n’est-il pas aussi une dénonciation ? C’est une question, pas une affirmation. Je crois également que la presse française devrait dénoncer franchement la politique répressive et meurtrière du pouvoir israélien. 

                    Vous parlez de lecteurs avertis. Je crois que les lecteurs sont majoritairement avertis et savent bien ce qui se passe en Palestine. Mais je comprends et j’approuve vos reproches justifiés à nos médias. Je suis pour la solution à deux Etats, mais je me demande si je le verrai un jour.

                    En ce qui concerne la Ghouta, j’ai lu attaque »présumée". Mais là nous sommes dans la propagande et la contre-propagande, c’est du grand classique, la vérité dans tout ça ?




                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 26 avril 2018 22:07

                    Bonjour gruni,
                    .
                    « Je lis la presse régulièrement et j’ai lu des articles qui dénonçaient les agissements du gouvernement israélien contre les palestiniens, et pas qu’un. Nous ne devons pas lire la même presse. »
                    — fin de citation —
                    .
                    La malhonnêteté des grands médias à l’égard de la Palestine
                    https://www.investigaction.net/fr/la-malhonnetete-des-grands-medias-a-legard-de-la-palestine/
                    .
                    Dans les reportages occidentaux, les Palestiniens ont une fois de plus été présentés comme des gens habités par une « colère » irrationnelle, et la couverture médiatique que mériterait l’oppression dont ils sont victimes leur a été refusée une fois de plus.
                    .
                    En règle générale, les Palestiniens ne sont mentionnés dans la presse dominante que lorsqu’ils manifestent ou qu’ils résistent physiquement aux agressions israéliennes. Leurs protestations sont qualifiées d’ « escalade de la violence » dans la région. Par contre on ne parle pas d’« escalade de la violence » quand Israël intensifie ses raids nocturnes sur les maisons palestiniennes, ou que les colons attaquent des fermiers palestiniens.
                    .
                    Les médias grand public mettent toujours l’accent sur la réaction palestinienne et jamais sur les actions israéliennes, ce qui laisse croire que les Palestiniens sont à l’offensive alors qu’ils ne font que se défendre.
                    .
                    Israël s’est construit en tenant un discours « défensif » et les médias grand public abordent tout ce qui arrive dans la région en utilisant le même cadre de référence. C’est pourquoi, ils parlent des « émeutes » palestiniennes et disent qu’elles sont « dispersées » par les forces israéliennes, en reprenant mot à mot le discours des porte-paroles du gouvernement israélien. C’est pourquoi, dans la plupart des articles, on appelle le mur d’apartheid un « mur de séparation » et que les correspondants étrangers à Jérusalem ne disent jamais « Jérusalem occupée », ce qui est pourtant le cas selon le droit international.
                    .
                    Les Palestiniens ayant la citoyenneté israélienne sont appelés des « arabes israéliens » (et non des Palestiniens, ndt). La Cisjordanie est un endroit où les Palestiniens « cherchent à établir un État » comme si ce territoire ne leur appartenait pas. Gaza est dépeinte comme une entité souveraine alors que c’est une ville palestinienne assiégée !!!!!!!
                    .
                    .
                    Patrick Drahi est à la tête d’un empire des télécommunications, contrôlant Numéricâble, SFR et Virgin Mobile ; il possède aussi la chaîne d’information israélienne i24 News, une chaîne multilingue internationale avec un regard israélien.
                    .
                    En 2012, dans une interview à La Tribune, il a expliqué financer la chaîne pour « des motivations sionistes sincères afin d’améliorer l’image d’Israël ! » En effet, derrière l’affichage, le contenu d’ i24 News est en réalité clairement orienté, comme l’atteste le traitement des récentes attaques terroristes en France ou les tribunes publiées sur le site. Cette ligne éditoriale sera certainement suivie par les organes de presse du milliardaire sioniste, afin d’œuvrer dans le sens du conflit de civilisation.
                    .
                    Le pouvoir d’influence délirant des dix milliardaires qui possèdent la presse française

                    Dix milliardaires ont pris le contrôle d’une grande partie des médias français. Ces oligarques, venus du BTP, de l’armement, du luxe ou de la téléphonie, ont accaparé les grands quotidiens nationaux, les chaînes de télévision et les radios, pour asseoir leur influence. Avec à la clé, conflits d’intérêts, censures, pressions, licenciements, ingérence malsaine… Cette concentration des moyens de production de l’information entre les mains de quelques uns met en péril l’indépendance de la presse dans notre pays. Et porte ainsi atteinte au fonctionnement démocratique. Comment garantir la liberté de l’information et le pluralisme de la presse ? Résumé d’une situation critique, à l’occasion de la campagne #LibertéEgalitéInformés.
                    À qui appartient la presse française ?
                    .
                    En 2009, Patrick Drahi, originaire du Maroc, affirmait vouloir investir en Israël en raison de ses convictions « sionistes »
                    Voir l’organigramme de l’empire industriel de Patrick Drahi, réalisé par l’économiste Benoît Boussemart et publié par Le Canard enchainé
                    https://reseauinternational.net/wp-content/uploads/2018/02/presse-fran%C3%A7aise-20180215.jpg
                    .
                    Un sénateur dénonce Patrick Drahi, patron franco-israélien.
                    https://www.youtube.com/watch?v=zBQXy89NSkI
                    .
                    BFMTV Chaine sioniste de propagande
                    https://www.youtube.com/watch?v=UEYJ9heUJoU
                    .
                    Les Sayanim - Contrôle sioniste des médias avec Jacob Cohen (Juif et Anti-Sioniste)
                    https://www.dailymotion.com/video/x2459vy
                    .
                    Puis il n’y pas que la presse qui est infiltre mais aussi notre justice et la politique en particulier la politique extérieure !
                    .
                    Il ne faut pas oublier le monde de la finance :

                    Le rapport de la Fédération Internationale des Droits de l’Homme avait fait des révélations plus qu’embarrassantes sur le rôle déterminant de grandes banques françaises dans le financement des programmes d’implantation des colonies sionistes et dans le financement des investissements qu’elles effectuent !.
                    Axa, BNP Paribas, BPCE, Crédit Agricole et Société Générale détiennent des participations dans des banques et entreprises israéliennes ayant financé la colonisation des Territoires palestiniens
                    https://www.cbanque.com/actu/62347/bnp-paribas-credit-agricole-societe-generale-bpce-et-axa-financent-la-colonisation-israelienne-selon-la-fidh
                    .
                    Ces cinq grands groupes français gèrent ainsi des « participations financières » ou « détiennent des actions » dans des banques israéliennes, qui constituent un « outil essentiel de la politique de colonisation » en « finançant les constructions », indique ce rapport co-écrit notamment avec la Ligue des droits de l’Homme (LDH) et la CGT.


                  • eau-du-robinet eau-du-robinet 26 avril 2018 22:19

                    complément d’information :
                    .
                    Le lobbyisme néo-sioniste écrase tout débat ouvert
                    Les débats ne sont pas équilibrés.
                    Dans la plupart des débats de société vous trouverez au moins un représentant de la communauté juive, ce n’est pas le cas en général pour les autres communautés minoritaires. Vous y trouverez toujours plusieurs idéologues néo-sionistes. Souvent même, sur des sujets très sensibles comme Israël ou Bush ou les pays arabes, vous trouverez 100% de débatteurs juifs, qui ne diront pas la plupart du temps leur partialité dans le débat. Imagine-t-on un débat sur les Noirs sans Noir ? Un débat sur les Noirs avec uniquement des Noirs ? Quel équilibre de débat ? Quand un débat comporte un antisioniste, vous trouverez toujours pour l’encadrer une forte majorité et des « calibres » néo-sionistes.
                    Des émissions se font une spécialité de ce genre de manipulation.
                    Il s’agit de :
                    .
                    C DANS L’AIR / FRANCE 2 de Yves Calvi,
                    RIPOSTES / FRANCE 5 de Serge Moati,
                    ARRET SUR IMAGES / FRANCE 5 de Daniel Schneidermann,
                    Chez FOG / FRANCE 5 de Franz Olivier-Giesbert,
                    EN APARTE / CANAL + de Pascale Clark,
                    ESPRITS LIBRES / FRANCE 2 de Guillaume Durand,
                    LE DROIT DE SAVOIR / TF1 de Charles Villeneuve,
                    LES ENFANTS DE LA TELE / TF1 de Arthur,
                    T’EMPECHE TOUT LE MONDE DE DORMIR / M6 de Marc-Olivier Fogiel.
                    .
                    Les chaines de télévision les plus idéologues néo-sionistes sont
                    .
                    Direct 8,
                    BFM,
                    i Télévision,
                    LCI,
                    France 2,
                    France 5,
                    M6, sans oublier Arte, qui « entretient la flamme » au moins deux soirs par semaine...
                    https://numidia-liberum.blogspot.fr/2013/11/les-medias-francais-aux-mains-des.html
                    .


                  • Fanny 26 avril 2018 14:27

                    La vie est un combat, un combat à mort. Chacun défend sa culture, sa vision du monde.

                    Qu’une institution occidentale comme RSF s’érige en juge suprême de la liberté d’expression dans le monde est d’une arrogance infinie, ridicule. Au nom des valeurs universelles, diront certains ?

                    Mais ces valeurs universelles se résument à presque rien. Tu ne tueras point, et encore. Les Incas avaient un avis à ce sujet, les nazis et les soviétiques un autre, les occidentaux n’ont pas encore donné leur réponse définitive, l’index caressant le bouton rouge de l’Argameddon nucléaire. Mais avec leurs deux guerres mondiales, les occidentaux ont déjà montré avec éclat tout leur savoir faire : inégalé à cette date.

                    Et même en se référant aux valeurs occidentales, le classement RSF est bidon. Il est établi avec en arrière plan la carte géopolitique des « amis » et « ennemis » du bloc occidental.

                    Pour preuve : la charge contre la Russie, dont un des crimes est d’étendre « son réseau de propagande à travers le monde grâce à ses médias comme RT et Sputnik ». Cela rappelle la menace que constitue l’armée russe pour le monde, armée en réalité dix fois moins puissante que celle des USA. Le classement presque au même rang de Turquie (OTAN) et Russie (anti-OTAN) confirme le bidonnage RSF, quand on sait la situation des journalistes dans ces deux pays dans la période que nous vivons.

                    Pour ceux qui ont un peu de temps et de courage, et un bon traducteur automatique, essayez de lire sur Internet Echo de Moscou ou Nezavissimoïa Gazeta, ou encore Novaïa Gazeta. Ils découvriront ce qu’est une presse d’opposition, dont on a un peu oublié le goût dans notre pays.


                    • Hecetuye howahkan 26 avril 2018 14:43

                      @Fanny

                      salut, non la vie n’est pas un combat....ce que nous avons fait de nos non vies oui bien sur...

                      le premier combat étant celui de moi contre moi....notre ignorance à part sur quelques machines est abyssale , le prix est souffrance...etc

                      sujet d’une vie donc pas question de commencer ici, cela dit il est là pour tous, nous n’y allons jamais sur le chemin de la vie pourquoi donc ??

                      je te salue.. smiley


                    • Fanny 26 avril 2018 15:07

                      @Hecetuye howahkan

                      Bien d’accord. Nos structures mentales d’humains assurent à la fois notre survie à court terme, et contiennent potentiellement les mécanismes de notre autodestruction.

                      Mon post traitait du court terme. Du monde réel tel qu’il est dans l’immédiat. Je cherche à connaître le réel, à comprendre ses mécanismes, conscients ou inconscients. Et je place mon pays au dessus des autres, en termes de culture, d’histoire, de beauté et diversité des paysages et des habitats (nos villages). Ce qui n’est pas un « nationalisme » car je sais apprécier les qualités et beautés d’autres nations, d’autres langues (j’en pratique 4).

                      D’où ma tristesse et ma révolte de voir l’état de déliquescence propagandiste de nos médias mainstream. La France ne mérite pas ça.


                    • vesjem vesjem 26 avril 2018 16:40

                      @Fanny
                      tu fais partie de la grunisphère ?


                    • zzz999 26 avril 2018 14:37

                      Les journalistes n’ont jamais autant mérité la citation de Swinton qui n’ a pas pris une ride bien au contraire :

                      À New York, lors d’un banquet, le 25 septembre 1880, le célèbre journaliste John Swinton se fâche quand on propose de boire un toast à la liberté de la presse :
                      « Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées. On me paye un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous nous retrouverions à la rue illico. Le travail du journaliste est la destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent. Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes. Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! »

                      • zzz999 26 avril 2018 14:38

                        Comme dirait très justement Soral : Il y a 2 types de journalistes : les prostitués et les chômeurs.


                        • zzz999 26 avril 2018 14:40

                          Quand on voit les cartes de RSF on a presque l’impression que c’est issu du décodex du monde......c’est dire ! .......lol !


                          • vesjem vesjem 26 avril 2018 16:45

                            MON petit GRUNI , TU DECLARES FORFAIT ?????


                            • gruni gruni 26 avril 2018 16:58

                              @vesjem


                              JAMAIS ! Mais je discute seulement avec les gens avec qui on peut discuter.

                              Je fais une exception avec toi aujourd’hui. mais une seule !

                            • vesjem vesjem 26 avril 2018 20:56

                              @gruni
                              merci pour tout


                            • troletbuse troletbuse 27 avril 2018 00:58

                              @vesjem
                              JAMAIS ! Mais je discute seulement avec les gens avec qui on peut discuter.
                              C.a.d. que Grounichou na parle qu’avec les personnes qui sont d’accord avec lui (ou bien les macronichiens)


                            • Fergus Fergus 26 avril 2018 20:51

                              Bonsoir, Gruni

                              Ce classement reflète malheureusement ce que nous percevons de manière plus ou moins consciente.

                              Mais il ne faut pas se faire d’illusions, ce n’est pas demain que nos médias deviendront réellement indépendants du pouvoir, et l’on continuera de regarder avec envie du côté de la Scandinavie.

                              Sur ce plan-là comme sur d’autres, et notamment la lutte contre la corruption ou l’indépendance de la magistrature.


                              • gruni gruni 27 avril 2018 08:07

                                @Fergus


                                « on continuera de regarder avec envie du côté de la Scandinavie. » Oui, sinon, pour l’indépendance médiatique, il nous reste ago... mais c’est un autre débat smiley


                              • Aristide Aristide 27 avril 2018 09:41

                                @gruniIl me semble qu’il manque l’explication de texte donné par RSF, explication assez savoureuse. 

                                Une presse libre mais la concentration inquiète

                                Si la presse est globalement libre et plutôt bien protégée par la loi, le paysage médiatique français est largement dominé par de grands groupes industriels dont les intérêts se trouvent dans d’autres secteurs. Cette situation entraîne des conflits qui font peser une menace sur l’indépendance éditoriale, et même sur la situation économique des médias. En décembre 2017, la chaîne de télévision Canal +, dont Vincent Bolloré est actionnaire à travers le groupe Vivendi, a été soupçonnée de faire sur son antenne la promotion du Togo, où le groupe Bolloré a réalisé d’importants investissements. Le groupe et son partenaire commercial, la holding luxembourgeoise Socfin, ont lancé plus d’une vingtaine de procédures en diffamation contre des médias ces dernières années. La mise en cause croissante du travail des médias d’information (mediabashing) par des politiques ou des personnalités médiatiques a été particulièrement virulente pendant la dernière campagne présidentielle. Se sont également ajoutés des refus d’accréditation qui ont provoqué des levées de boucliers immédiates de la part de la profession. L’annonce d’un projet de loi pour lutter contre les fausses nouvelles a suscité de vifs débats.

                                Toute ressemblance avec des candidats qui ne cessent d’attribuer à la presse d’obscurs desseins est purement fortuite. 


                              • gruni gruni 27 avril 2018 10:17

                                @Aristide


                                Bonne initiative Arisistide, j’ai également oublié de donner le lien sur le classement complet, même s’il était facile de le trouver.


                                « Toute ressemblance avec des candidats qui (en même temps N.D.L.R.) ne cessent d’attribuer à la presse d’obscurs desseins est purement fortuite. » 

                                Je me suis permis de rajouter un petit complément à votre phrase

                                 





                              • vesjem vesjem 27 avril 2018 23:23

                                @gruni
                                t’as pas dit « bonjour » à tonton fergus !


                              • Fanny 26 avril 2018 20:52

                                Question hyper sensible que celle des médias, qui assurent la respiration de la démocratie. Aujourd’hui, on manque un peu d’air, sensation heureusement compensée par Internet.

                                Il n’existe pas de solution simple, il n’y a pas de structure garantissant la liberté d’expression. Il y a surtout des journalistes, bons ou mauvais.

                                Un journal du peuple, comme proposé par un commentateur, ne garantit rien du tout. La Pravda du temps de l’URSS, journal très riche en informations, est le meilleur exemple historique de journal du peuple. Nos médias audiovisuels publics financés par le peuple ne me satisfont pas du tout. Ils ne rendent pas compte de la diversité des opinions des Français mais, outre qu’ils nous coûtent cher, expriment et diffusent l’état d’esprit d’une partie de la classe dominante, celle attachée à la fois au libéralisme économique mondial et aux avancées sociétales ouvrant de nouveaux marchés.

                                Nos journalistes adorent les idées, les idéologies, les partis pris, la littérature. Ils aiment se compter parmi une avant-garde progressiste à la crête du tissu social. Cela n’en fait pas de bons journalistes a priori sauf - cas exceptionnels - s’ils ont un vrai talent littéraire qui les rapproche des écrivains.

                                Les journalistes anglo-saxons sont plus près des faits, mais les repeignent ensuite aux couleurs d’une morale puritaine lourdingue orientée business.

                                Les bons journalistes donnent la parole au réel, aux cultures et classes sociales qui leurs sont étrangères en s’effaçant. Les mauvais journalistes parlent d’abord d’eux-mêmes, de leur culture, de leurs envies et des désidératas de leurs patrons.

                                Nous avons les médecins, les ingénieurs, les scientifiques, les marins, les militaires, les haut-fonctionnaires … parmi les meilleurs au monde. Pourquoi nos journalistes sont-ils aussi médiocres ? Il faudrait leur poser la question.


                                • Trelawney Trelawney 27 avril 2018 09:29

                                  La France seulement 33ème, alors que le Surinam dirigé par Desi Bouterse, un président qui « a manœuvré pour être amnistié du crime de 15 opposants politiques, dont cinq journalistes » est classé 21ème. De plus, dans ce pays frontalier avec la Guyane française, existe une loi sur la diffamation qui sanctionne une « expression publique de haine » contre le gouvernement.


                                  La France est 33ème est risque trés prochainement de descendre sous la barre des 50ème voir plus.
                                  Outre le fait que la presse française est tenue par quelques grandes fortunes, Macron qui est comme certains disent « le président des trés riches » a fait passer une loi sans que personne ne trouve rien à redire, sur le secret des affaires et va faire passer une loi sur les « fake news ».

                                  Actuellement en France un journaliste de France 2 qui est prix Albert Londres 2017 a reçu une plainte de Bolloré. Il est protégé par des gardes du corps payés par France 2, car tous les jours il est menacé dans la rue par des inconnus. Le jour du procès il a du faire venir des serruriers chez lui car il était enfermé dans son appartement (des barbouzes la nuit avaient changé sa serrure, les caméras vidéos le prouvent). Ce même journaliste a une plainte en diffamation du Cameroun (plainte de Bolloré) où il risque jusqu’à trois ans de prisons. Bolloré a attaqué France 2 en justice et réclame 50 millions d’euro
                                  Bolloré attaque systématiquement au tribunal les journalistes qui enquêtent sur lui. Avec cette nouvelle loi il a de forte chance d’envoyer quelques journalistes sous les barreaux.
                                  Loi sur les fake news. Reprenons l’affaire de l’étudiant de Tolbiac : Si la loi était passé, média et Reporterre n’aurait plus le droit d’être diffusé. Je vous laisse imaginer combien de temps il restera à Agoravox avant de disparaitre lorsque cette loi passera (10 secondes pas plus).

                                  Liberté de la presse vous avez dit ?

                                  • gruni gruni 27 avril 2018 09:42

                                    @Trelawney


                                     « Je vous laisse imaginer combien de temps il restera à Agoravox avant de disparaitre lorsque cette loi passera (10 secondes pas plus) »

                                    Vous êtes trop pessimiste Trelawney. De toute façon nous ne risquons rien, il n’y a jamais de fake news sur ago.


                                  • Franchounet 27 avril 2018 16:09

                                    Etonnant le classement de la Turquie qui n’est pas en noir, et comme par hasard  :

                                    Turquie : 14 journalistes d’opposition condamnés à de lourdes peines de prison.
                                    C’est tout chaud, çà vient de sortir !

                                    • Analis 28 avril 2018 11:16

                                      Doit-on dire « seulement trente-cinquième » ? Une tell expression suppose que ce classement n’est pas terrible, alors qu’en réalité il est encore trop favorable. Je note d’ailleurs que ce classement de la France s’est un peu amélioré, parce qu’il y a quelques années elle était à la 38ème place. Qu’est-ce qui peut justifier une telle montée, alors que la presse française est toujours aussi truqueuse et menteuse à grande échelle, comme on a encore pu le voir au sujet du traitement de l’attaque chimique sous faux drapeau en Syrie ? Comme cela avait déjà été le cas il y a un an ? Et comme on le voit en général au sujet du traitement de tout ce qui se passe en Syrie, comme en Libye, en Irak, mais aussi en Ukraine. Et si les USA de Trump s’améliorent pareillement un peu, là encore on ne discerne pas les raisons objectives qui justifieraient cette amélioration, fût-elle si faible.

                                      Et Reporters Sans Frontières se discrédite en donnant dans la même propagande, en acclamant la grotesque désinformation incarnée par les Casques Blancs. Et en reprenant le couplet traditionnel sur l’extension des réseaux d’information russes, assimilés sans nuances à de la désinformation du Kremlin, alors qu’ils ne disent rien de semblable, non seulement au sujet de ce qu’ils ne seraient alors qu’une réponse aux réseaux bien établis depuis longtemps de propagande de l’Occident, et pas davantage au sujet de leurs extensions récentes (car ils semblent considérer qu’ils ne déversent encore pas assez d’immondices), tels que France 24, média d’État français auquel tout ce que l’on peut dire à propos de Sputnik ou RT s’applique à priori parfaitement. Bon, d’un autre côté, ce que l’on peut aussi en retirer, c’est que même une organisation mainstream comme RSF, intégrée au Système, est obligée de reconnaître que tout ne va pas si bien dans ces soit-disant bastions de la « démocratie » et de la "liberté de la presse" que sont France, USA et Grande-Bretagne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès