• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > RSI ... Le gros mensonge !

RSI ... Le gros mensonge !

Voici un communiqué de la CFE-CGC qui va vous donner une autre vision de la crise au RSI, tant décrié :

 

La suppression du RSI et son adossement au régime général...

une nouvelle catastrophe déjà assurée ?

 

5 septembre 2017, le 1er Ministre Edouard PHILIPPE présente le programme du gouvernement en faveur des travailleurs indépendants qui prévoit, dans son 3ème item, l’adossement du RSI au régime général pour une « protection sociale des indépendants confortée et simplifiée » dès le 1er janvier 2018.

Il annonce que « cette réforme doit permettre aux travailleurs indépendants de bénéficier d’un système de sécurité sociale aussi efficace et rapide que celui des salariés. Cette réforme permettra également de simplifier les démarches des assurés sociaux ».

Dès aujourd’hui, nous savons que ces objectifs ne pourront pas être atteints.Pour mémoire, il est important de rappeler que, du 1er juillet 2006 au 31 décembre 2007, le RSI nouvellement créé fonctionnait bien sur ses 3 missions principales : les prestations santé, les prestations vieillesse, invalidité/décès et le recouvrement des cotisations santé et vieillesse. Il n’y avait pas de critiques notoires à son égard.

Puis, les pouvoir publics ont décidé de transférer une partie de l’activité du recouvrement descotisations du RSI à l’URSSAF et donc de lui « adosser » une partie de ces 3 missions mais sans répartition claire des compétences et sans gouvernance unique identifiée.

Ça a été une erreur politique notoire car le système informatique de l’URSSAF n’était pas adapté ni configuré pour gérer les appels de cotisations (appel « ISU ») aux lieu et place du RSI et n’était pas compatible avec les applications du RSI. Les liens avec les applications du RSI qui permettaient de liquider les droits et prestations santé et de calculer et liquider les droits retraite dysfonctionnaient, les comptes ne pouvaient pas être régularisés, les prélèvements automatiques ne pouvaient pas être stoppés…

Le comble était que les bases des fichiers (à l’URSSAF et au RSI) n’étaient pas les mêmes (immatriculation sur le NIR et au domicile personnel pour le RSI et immatriculation sur le Siret et Siren au siège de l’entreprise pour l’URSSAF) ! Et quand les fichiers ont été fusionnés au 1er janvier 2008, ce fût le début de la « catastrophe industrielle »…

Depuis le 1 er janvier 2008 et encore à ce jour, le RSI n’a donc plus la main ni sur les appels de cotisations et les régularisations, ni sur les encaissements et remboursements.

En effet, depuis cette date, c’est l’URSSAF qui, avec son application informatique « SNV2 » défaillante et inadaptée, calcule les cotisations, édite les appels de cotisations, les envoie aux artisans et commerçants (avec le logo RSI seul jusqu’au 1er janvier 2017, avec double logo RSI et URSSAF depuis cette date), effectue les régularisations de cotisations, notifie les échéanciers, encaisse les cotisations et ventile les paiements sur le plan informatique et calcule et effectue les remboursements des sommes trop versées !

C’est encore cette application informatique SNV2 de l’URSSAF qui cadence le recouvrement en cas d’impayés et déverse son flot de courriers plus ou moins compréhensibles (toujours avec le logo RSI et l’information du « Centre de paiement RSI » qui n’est autre que...l’URSSAF). Pourquoi le logo RSI figure sur les courriers sortants de l’URSSAF ? Une exigence des administrateurs du RSI qui ne voulaient pas entendre parler de...l’URSSAF.

Et ce fût encore une erreur magistrale ! Car le fautif, le coupable de toutes les anomalies informatiques de la SNV2 de l’URSSAF devenait logiquement le RSI car son logo figurait sur tous les appels de cotisations et courriers sortants.

La suite est logique : conjoncture économique défavorable, les charges sociales deviennent un poids souvent insoutenable, le mode de calcul des cotisations qui est inadapté du fait de son décalage dans le temps, ajoutés aux erreurs informatiques de la SNV2, ont engendré des conséquences parfois dramatiques.

Le personnel du RSI décontenancé, car sans autorité sur le partenaire URSSAF, subissait toutes ces anomalies sans pouvoir intervenir. N’oublions pas qu’il y a eu des consignes internes de ne pas dire que c’était la faute du « frère » URSSAF, sous peine de sanctions... Ambiance dramatique pour des assurés mais également pour le personnel du RSI impuissant et vite accablé…

Aujourd’hui il est annoncé un miracle à partir du 01/01/2018 et qu’il n’y aura plus de problèmes car le seul « responsable » de tous ces maux, le RSI, va être supprimé, il va disparaître et être intégré au régime général des salariés qui est « plus efficace et rapide » !

Malheureusement, ce miracle n’aura pas lieu, car rien ne changera au 01/01/2018.

Et pour cause, ce sera toujours l’URSSAF qui poursuivra son activité (mais cette fois-ci en principe sous son propre nom et logo sur tous les courriers sortants !) avec le même applicatif SNV2 et donc avec toujours les mêmes anomalies ou blocages informatiques qui perdureront jusqu’à ce que ce système informatique non performant soit remplacé...et ce n’est pas pour « demain » !

Et dès 2018, les artisans et commerçants vont vite se rendre compte que les dysfonctionnements n’ont pas disparu et auront le sentiment de s’être fait berner. Ils prendront peut-être enfin conscience qu’ils se sont trompés de bouc émissaire…

Parallèlement, le RSI qui est efficient sur son activité de liquidation des prestations santé, via ses sous-traitants assureurs et mutualistes performants, ne pourra que voir son efficience altérée par un transfert d’activité au régime général.

L’activité de versement des prestations vieillesse, invalidité/décès qui fonctionne (même si les délais de liquidation peuvent ponctuellement s’allonger, à l’instar de certaines CARSAT) ne pourra pas espérer d’amélioration notoire du fait de son transfert à la CARSAT.

Quant à l’accueil des assurés qui doit être « simplifié », il sera au contraire bien compliqué !

En effet, à ce jour, le conseiller du RSI peut à l’accueil renseigner, en une seule fois, les artisans et commerçants sur leur affiliation, leurs cotisations, leurs prestations santé et sur leurs prestations vieillesse.

Demain, les assurés devront se déplacer dans 3 endroits différents pour obtenir une réponse globale ! A la CPAM (pour la santé, l’invalidité/décès), à la CARSAT (pour la vieillesse) et à l’URSSAF (pour les cotisations et contributions).

Et les artisans et commerçants vont donc rapidement prendre conscience que globalement le service qui leur a été promis, et qui est désormais rendu, ne s’est pas amélioré et qu’il s’est même vraisemblablement dégradé…

Où se trouvent la simplification et l’efficience dans cette réforme ? Si en supprimant le RSI, il n’y aura pas de simplification ni d’amélioration notoire de l’efficacité du service rendu aux artisans et commerçants, pourquoi supprimer le RSI ?

Est-ce pour faire des économies d’échelles ? certainement.

Ne serait-ce pas aussi et surtout pour que les pouvoirs publics mettent la main sur les ...

17 milliards d’euros d’excédents du RCI

(Régime Complémentaire retraite des Indépendants) ?

On peut le penser…

 

Enfin, en parallèle, un profond trouble social va inévitablement s’emparer des 5 700 salariés qui, dans ce contexte difficile, gèrent avec professionnalisme les activités du RSI et qui demain vont devoir être éclatés, petit à petit, sur des entités nouvelles du régime général qui seront forcées,contraintes de les accueillir... au cours d’une longue période de deux années.

De quoi provoquer une nouvelle catastrophe...sociale cette fois-ci.

Ce qui est certain, c’est que tout le monde pense gagner quelque chose avec cette réforme...sauf les salariés, qui n’ont jamais démérité et qui sont aujourd’hui les victimes de la suppression de leur entreprise du fait de dysfonctionnements informatiques imputables à une autre entité et qui, lucides, sont conscients d’être aujourd’hui les seuls grands perdants d’un système qui les a abandonnés.

N’oublions pas de plus toutes les agressions physiques et verbales subies par le personnel du RSI depuis 2008, les menaces, les intimidations et les incivilités récurrentes et ce, parce que les artisans et commerçants se plaignaient des anomalies et dysfonctionnements informatiques pour leurs cotisations qui se sont cumulés aux charges sociales trop élevées dans un contexte de crise économique…

N’oublions pas le mal fait par les relais politiques en période électorale et les relais médiatiques sur la stigmatisation du RSI et de tous ses salariés…

Pour éviter cette catastrophe sociale qui se profile avec la disparition du RSI et son intégration au régime général, il va être nécessaire que le plan d’accompagnement social et financier mis en place par le gouvernement avec les partenaires sociaux soit très ambitieux et très respectueux des salariés dont le préjudice, la souffrance et la déception sont aujourd’hui très importants.

Il va falloir que ce plan soit non catégoriel, qu’il soit juste et équitable pour tous, et favorise la meilleure intégration possible des personnels du RSI au sein des structures du régime général afin d’éviter tous rejets humains de la part des Caisses accueillantes.

Fin du communiqué.

 

J'ajoute que le RSI est une entreprise de droit privé, ayant mission de service public, et que ses salariés sont des salariés du secteur privé.

De plus, le conseil d'administration de la caisse nationale est élu par les administrateurs des conseils d'administration des caisses de base, lesquels sont élus au suffrage direct par tous les assurés.

Et aussi que le RSI a été créé par ordonnance par Jean-Pierre Raffarin en fusionnant, sans étude préalable sérieuse, 3 organismes qui fonctionnaient parfaitement bien !

Pour une couche de finition, je précise que c'est au moment où le RSI restructure son réseau de caisses de base (réduction à 13 caisses au lieu de 30) que le gouvernement lance son opération !

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.27/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

43 réactions à cet article    


  • Olivier 9 septembre 20:19

    Il faut préciser que le regroupement entre RSI et URSSAF s’est fait dans la précipitation alors que le logiciel gérant le recouvrement URSSAF, le SNV2, n’était pas conçu pour cela et n’a pas eu le temps de s’adapter. Entre-temps les URSSAF ont tenté de remplacer le SNV2 par un système plus moderne (appelé Clé-A), entreprise qui s’est révélé un échec et qu’il a fallu abandonner après 5 ans de travaux. Le SNV2 n’est donc pas prés de disparaître !


    • Garibaldi2 10 septembre 01:29

      N@Olivier

      Utile précision !

      A laquelle il convient d’ajouter que les développements informatiques étant largement sous-traités à des entreprises prestataires, celles-ci n’ont pas fini de se goinfrer comme elles le font depuis de longues années !


    • beo111 beo111 10 septembre 11:30

      @Garibaldi2

      Ben oui mais le recours à des prestataires informatiques extérieurs me parait assez inévitable, vu qu’ils faut plus de gens pour développer un logiciel que pour le maintenir et l’exploiter.

      Pour faire un parallèle, votre entreprise a-t-elle salarié les ouvriers qui ont construit vos locaux ?
       


    • Garibaldi2 10 septembre 13:49

      @beo111

      Les AVA et l’Organic avaient leurs propres services informatiques qui fonctionnaient parfaitement bien et faisaient beaucoup plus que de la maintenance, car il fallait sans cesse faire de nouveaux développements pour adapter les applications aux changements de la législation, et à la jurisprudence.

      Créer un logiciel comptable ce n’est pas un problème, il y a des milliers d’informaticiens qui peuvent le faire car les règles sont archi connues, on peut même l’acheter clé en main ; mais combien d’informaticiens connaissent la législation sur les retraites ? On est allé chercher à l’extérieur des informaticiens qui n’avaient pas les compétences des informaticiens en interne. En plus il y a eu une opération de bascule des fichiers sans retour possible en arrière ! Mais qui a piloté cette bascule ?!


    • Garibaldi2 10 septembre 13:53

      @Garibaldi2

      Si je n’ai pas fait mention de la Canam, c’est parce que cet organisme avait précisément une culture d’externalisation !


    • Garibaldi2 11 septembre 14:18

      @Olivier

      Mais au fait qui a payé les travaux de développement de Clé-A ? Les URSSAF ? Le RSI ? Les 2 ???


    • Olivier 12 septembre 10:43

      @Garibaldi2

      Les URSSAFs, c’est-à-dire le cotisant. Le coût serait de l’ordre de 85 millions d’euros.
      S’agissant des prestations c’est devenu systématique dans les services informatiques. On voit des projets qui fonctionnent parfois pendant 10 ans avec uniquement des prestataires. Pour les directions informatiques c’est une solution de facilité, puisque de plus en plus tout est sous-traité, y compris l’expression des besoins ! Mais pour les managers ça permet de se décharger de tout travail et de toute responsabilité sur le société de services et de continuer à dormir paisiblement en réunion...

    • gaijin gaijin 10 septembre 08:12

      ben m’ enfin ?
      ça fait des années que des mecs crèvent des conneries et que le rsi dit « c’est même pas vrai »
      et puis là d’un coup a ben si c’est vrai mais c’est pas nous ......
      je sais pas si c’est du foutage de gueule mais ça y ressemble


      • Garibaldi2 10 septembre 13:29

        @gaijin

        C’est la première fois que les personnels du RSI ont voix au chapitre et expliquent ce qu’il s’est passé. C’est factuel. Le foutage de gueule c’est vous. Vous êtes l’un de ces gueulards incapables d’argumenter, ne connaissant rien sur le fond d’un dossier mais qui a une ’’opinion’’. Vous feriez un excellent journaliste de télé qui torche un sujet grave en 45’’ chrono.


      • gaijin gaijin 11 septembre 11:31

        @Garibaldi2
        « C’est la première fois que les personnels du RSI ont voix au chapitre et expliquent ce qu’il s’est passé. »
        c’est bien ce qu’il y a leur reprocher la france n’étant pas la corée du nord il n’aurait sans doute pas été impossible de faire fuiter de l’info ?
        non ? si ?
        « Vous êtes l’un de ces gueulards incapables d’argumenter »
        et c’est un logiciel qui vous impose ce mépris pour vos interlocuteurs constaté par ceux qui ont eut affaire a vous ?
        si on ne dit rien on n’a pas légitimité a reprocher ensuite aux autres de ne pas être informés ......
        même problème en 2008-2010 avec la fusion pôle emploi-assedic issue des délires des mêmes gouvernants logiciels a la ramasse, bordel administratif, personnels pas formés et personne ne l’ouvre. tout le monde le petit doigt sur la couture du pantalon a jouer « tout va bien madame la marquise »


      • Garibaldi2 11 septembre 11:54

        @gaijin

        Faire fuiter ... comme vous y allez ! Quand on est obligé de faire fuiter c’est bien qu’il n’y a pas de démocratie. En 2006, quand les personnels des organismes concernés ont manifesté contre la création du RSI, vous êtiez où ?

        Le RSI est gouverné par un directeur général qui met en oeuvre ce qui est décidé par le conseil d’administration dans le cadre de la législation. Les administrateurs sont élus démocratiquement. Qui leur a demandé des comptes ?


      • Paul Leleu 11 septembre 12:26

        @Garibaldi2


        je sais pas... en tous cas, il me semble que l’URASSAF aussi est un « organisme de droit privé avec mission de service public »... 

        votre article est intéressant... mais d’une manière générale, je ne vois pas comment on peut vraiment simplifier tout cela... 

        oui, avec des logiciels informatiques on peut améliorer beaucoup les choses... mais le mythe du « zéro paperasse » me semble complètement utopique, et un peu régressif : les gens veulent des prestations sociales (ce qui est bien normal), ils veulent du contrôle prélèvements et lutte contre la fraude (ce qui est bien normal), mais ils ne veulent pas de paperasse... l’administration c’est l’administration... tu peux la simplifier, mais faut pas rêver ! ...et je vois pas du tout ce que le « droit privé » vient améliorer là-dedans !! Axa et SFR (par exemple) sont des boites privées, mais elles sont championnes de l’embrouille et de la paperasse... et leurs employés aussi lunatiques que des anciens des PTT... 

        tout le monde est dans la paperasse... y compris les chômeurs et les allocataires du RSA... Il n’y a que les milliardaires et les mafieux qui sont dans les paradis fiscaux... 

        je pense (d’une manière plus générale) que les « indépendants » gagneraient à moins râler, et à exprimer plus clairement leurs revendications... franchement, les « petits-entrepreneurs », ils sont parfois beaucoup plus bornés que la CGT dans le genre... 

      • gaijin gaijin 11 septembre 13:22

        @Garibaldi2
        en 2006 je n’avais pas encore le net donc pas de moyen de m’informer ......
        et depuis ?
        il y a eut par exemple pas mal d’articles du avoxbleu je n’ai jamais lu de commentaires mentionnant ce que vous dites ici .....

        « Quand on est obligé de faire fuiter c’est bien qu’il n’y a pas de démocratie. »
        en effet il n’y en a pas mais on ne se fais pas encore tirer dessus ( a moins d’être un gros poisson )


      • Garibaldi2 11 septembre 13:27

        @Paul Leleu

        A mon opinion, l’urgence c’est de ne pas ajouter une couche supplémentaire aux problème que connaît le RSI. Ce n’est pas en voulant changer la gouvernance au 1er janvier 2018, donc en lançant le top départ du ’’combat des chefs’’ qu’on va aider à trouver une solution !

        C’est Dominique Giorgi (inspecteur général des affaires sociales) qui doit conduire ’’les travaux préparatoire de la réforme’’ dixit G.Darmanin et A.Buzyn dans un courrier du 8 août transmis aux salariés du RSI. En clair, le gouvernement ne sait absolument pas ce qu’il veut faire, sauf liquider la structure juridique indépendante du RSI et transférer la protection sociale des indépendants au régime général. Si les indépendants sont OK, c’est leur problème.

        Reste que si les indépendants veulent la même protection sociale que les salariés, il va falloir qu’ils cotisent autant qu’eux, étant rappelé que ce qu’on appelle les cotisations ’’patronales’’ pour les salariés, sont en fait payées par les salariés. Si un salarié n’est pas rentables, c’est à dire s’il ne rapporte pas au moins sont salaire net + toutes les charges sociales rattachées + les autres charges liées à son poste, l’employeur n’a aucune raison de le garder. C’est donc bien le salarié, par ce qu’il produit, qui paye toutes les charges liées à son poste.


      • Garibaldi2 11 septembre 13:43

        @gaijin

        Comme je l’ai déjà dit, le ’’gouvernement’’ du RSI est élu démocratiquement. Peut-être faut-il commencer par là et se poser la question : comment se fait-il qu’en situation d’échec en 2012, le conseil d’administration de la caisse nationale a élu à nouveau le même président ? Pourquoi les indépendants n’ont-ils pas refusé sa reconduction ?

        En période de chômage, il est logique que les salariés fassent profil bas et ferme leur gueule. Vous vous souvenez de ce qu’il est arrivé au coureur cycliste qui avait cafté pour le dopage ?!


      • gaijin gaijin 11 septembre 18:34

        @Garibaldi2
        «  le conseil d’administration de la caisse nationale a élu à nouveau le même président »
        bonne question
        puis je vous proposer le point de vue de françois coppé sur la démocratie : « la démocratie c’est quand tout le monde a finit de tricher et qu’on est a peu près a égalité on se met autour d’une table pour décider qui a gagné » c’était a la grande époque du duel coppé-fillon ......
        voilà pour la démocratie

        « Vous vous souvenez de ce qu’il est arrivé au coureur cycliste qui avait cafté pour le dopage ?! »
        oui m’ enfin on peut écrire des articles ou des commentaires sous thor le risque est faible ( évidemment on ne va pas ouvrir sa G a la télé )


      • Trelawney Trelawney 10 septembre 08:31

        le RSI est une entreprise de droit privé, ayant mission de service public,


        Comme l’URSAFF et les CPAM. Et le gros problème vient de là. Pour le recouvrement des taxes et impôts, il ne faut pas se substituer à l’état, ça ne marche pas

        • Garibaldi2 10 septembre 13:21

          @Trelawney

          Il semble que vous n’avez pas bien compris pourquoi j’ai mis cette précision. On nous bassine régulièrement avec le fait que les assurances maladie et retraite devraient être gérées par des entreprises qui sont supposées être plus performantes que les organismes d’état. Or le RSI est en fait l’une de ces entreprises et il est géré par ses assurés. En fait on peut dire que c’est une sorte de mutuelle. Il n’est pas là pour distribuer des dividendes à des actionnaires mais pour tout reverser à ses assurés.

          Le problème ne vient pas de là mais du fait qu’on a voulu à tout prix ’’rationaliser’’ la gestion des 3 organismes constituants le RSI sans prendre le temps de préparer cette opération, qui n’était pas illégitime sur le fond. Ce n’est pas l’état qui a créé cette catastrophe mais bien le gouvernement Raffarin.


        • Trelawney Trelawney 11 septembre 07:52

          @Garibaldi2
          L’état a créé cette catastrophe depuis le début, mais on ne peut en tenir rigueur au créateur de la sécu. car c’était une époque où la notion de service n’était pas abord par l’état ni même le privé.

          Cependant lors qu’est venue la concurrence entre les pays (à la fin des années 60) et qui c’est soldé par la destruction de certains secteurs d’activités (textiles, machines agricoles, métallurgie, naval etc), c’était à l’état de reprendre la gestion de la sécu avec création d’une TVA sociale.
          Seulement les syndicats gestionnaires des caisses n’en voulaient pas.
          Résultat : aujourd’hui la sécu fonctionne tellement bien que 25% des français renoncent à se soigner, Les retraites je n’en parle même pas. Quant au chômage on sait ce que cela donne.
          Ce gouvernement tente de réduire les cotisations salariales pour les transférer sur une taxe nommée CSG mais c’est un peu tard, car la concurrence fonctionne comme cela depuis des lustres et continue de nous tailler des croupières.

          J’en revient à dire que c’est au trésor public qui revient la tache de gérer la sécurité sociale car lui seul sait faire

        • Garibaldi2 11 septembre 11:45

          @Trelawney

          Je vous invite à vérifier sur Wikipedia ce qu’est exactement le Trésor Public.


        • titi 11 septembre 20:44
          @Trelawney

          « J’en revient à dire que c’est au trésor public qui revient la tache de gérer la sécurité sociale car lui seul sait faire »
          Là je me marre d’avance.
          Le trésor public est incapable d’absorber le moindre changement, la moindre évolution.

          Chaque trésorerie est engoncée dans ses habitudes. Tous ce que sais faire le Trésor Public c’est faire comme il y a 20 ans. Ne rien changer.


        • foufouille foufouille 10 septembre 12:07

          « 17 milliards d’euros d’excédents du RCI »

          ça a l’air bizarre car le RSI est en déficit depuis des dizaines d’années, normal vu le un cotisant pour un retraité.
          une retraite complémentaire reste une complémentaire.
          avec cette réforme, soit les cotisations vont augmenter beaucoup au niveau des salariés, soit les retraites seront ridicules.
          à moins que les salariés payent encore pour les « indépendants ».


          • Garibaldi2 10 septembre 13:09

            @foufouille

            Vous confondez le régime vieillesse de base et le régime vieillesse complémentaire. C’est le régime vieillesse de base qui est déficitaire et nécessite que l’intercompensation le renfloue.

            Il ne fait pas de doute que les indépendants vont devoir payer plus pour leur retraite.


          • foufouille foufouille 10 septembre 13:37

            @Garibaldi2
            je ne confonds rien , je m’étonne d’un excédent alors que le RSI manque de cotisants.
            et comme c’est privé, l’état ne peut rien récupérer de cet excédent qui devrait servir à augmenter les bonnes retraites versées par le RSI ( vu son déficit depuis des dizaines d’années).


          • Garibaldi2 10 septembre 14:00

            @foufouille

            Quand le RSI a été créé, il a récupéré les placements effectués pas les Ava et l’Organic, à savoir de l’immobilier (plus de 100 immeubles pour les AVA) et les portefeuilles en bourse. Ces placements étaient (sont) effectués exclusivement au titre du régime complémentaire en application de la législation. Avant que le régime complémentaire ne monte en charge, il y a eu le temps de mettre des noisettes à l’abri pour couvrir les retraites futures.


          • Garibaldi2 10 septembre 14:02

            @foufouille

            Le RSI n’a pas des dizaines d’années d’existence mais seulement 10 ans (fusion des caisses en 2006)


          • Le421 Le421 10 septembre 17:39

            En 1996, je me suis fait dévaliser par le RSI.
            Avec le statut d’autoentrepreneur en 2014, tout s’est parfaitement déroulé.
            Bizarre.
            Et pour mon départ en retraite, le RSI a très bien géré l’affaire.
            Bon, je les ai suivi pas par pas, quand même !!
            Entre Périgueux et Bordeaux, le discours était radicalement différent...
            Enfin, Bordeaux, disons Bruges...


            • Garibaldi2 11 septembre 02:18

              @Le421

              Le RSI n’existait pas en 1996. C’était soit l’Organic (commerçants) soit les AVA (artisans).


            • Le421 Le421 11 septembre 09:59

              @Garibaldi2
              Exact. Au temps pour moi, c’était l’AVA. Ils m’ont demandé plus de cotisations que mon chiffre d’affaires.
              Avec l’aide du célèbre Maître TORELLI de Périgueux, ils m’ont taxé plus de 20.000€, « à l’amiable », pour deux trimestres, soit deux fois mon CA. Dans des conditions familiales très difficiles, il faut préciser.

              *http://www.charentelibre.fr/2015/06/23/jean-francois-torelli-quatre-ans-que-je-cherche-a-comprendre,2004331.php


            • Garibaldi2 11 septembre 11:43

              @Le421

              Merci d’éclairer ma lanterne, l’article de presse n’est pas très clair.


            • REFLEX 10 septembre 18:12

              un grand bravo aux auteurs qui manifestement ont baigné dans cette institution !
              nous courons à l’évidence vers une nouvelle catastrophe , et les indépendants vont être bien déçus car en deux ans, rien ne sera d’aplomb et une fois de plus, les gouvernants ont sombré dans la démagogie et les promesses non tenables de la campagne présidentielle.
              Soit nous nous dirigeons vers une prise en charge des cotisations , au moins en partie, par la collectivité, soit les cotisations vont très sensiblement augmenter et nous aurons un soulèvement des masses, puisque les cotisations actuelles reposent sur des revenus nets de charge, contrairement aux salariés,
              soit le choix entre régime de solidarité et organismes privés se reposera comme le souhaitaient certains mouvements il y a quelque années et que certains le souhaitent encore 
              Dommage pour tous


              • Garibaldi2 11 septembre 02:40

                @REFLEX

                Je pense qu’hélas, les auteurs du communiqué ont raison. Ce n’est pas maintenant qu’il faut charger encore plus la mule et imposer au RSI une nouvelle réforme. Les petits personnels en ont ras le bol, les sachants partent à la retraite depuis des années, donc perte de l’expertise.

                Le président du conseil d’administration de la caisse nationale était Gérard Quévillon de 2006 à 2017. Il n’est pas pour rien dans la ’’catastrophe industrielle’’. Il vient de décéder en juin dernier. Son successeur hérite d’une bombe allumée avec une mèche courte !


              • Armelle Armelle 11 septembre 10:01

                @l’auteur,

                "En effet, depuis cette date, c’est l’URSSAF qui, avec son application informatique « SNV2 » défaillante et inadaptée, calcule les cotisations, édite les appels de cotisations, les envoie aux artisans et commerçants (avec le logo RSI seul jusqu’au 1er janvier 2017, avec double logo RSI et URSSAF depuis cette date), effectue les régularisations de cotisations, notifie les échéanciers, encaisse les cotisations et ventile les paiements sur le plan informatique et calcule et effectue les remboursements des sommes trop versées !"

                "C’est encore l’URSSAF qui cadence le recouvrement en cas d’impayés et déverse son flot de courriers plus ou moins compréhensibles« 

                Mais au fait QUE FONT LES SALARIES DU RSI finalement ??? C’est une institution fantôme si je comprends bien ce que vous nous dites !!!
                Leur passe temps loisir au bureau doit être passionnant car rien que pour obtenir un correspondant au téléphone, c’est le parcours du combattant !!!

                Enfin globalement vous racontez un peu n’importe quoi, j’ai déposé une plainte en 2010 contre le RSI, pour tentative d’extorsion de fonds (rien que ça), une demande de régularisation établie à 32.500 euros pour 11 mois de salaires (en tant que conjointe associée) à 1800 euros par mois  !!! cherchez l’erreur !
                Une conciliation amiable m’a alors été proposée (tiens donc !), et tous les documents émis, calculs, relances émanaient du RSI, établis par les salariés du RSI et signés par une responsable du RSI, que j’ai rencontré pdt cette conciliation !!!
                Le seul moment où j’ai entendu URSAFF est quand cette demeurée m’a dit au téléphone avant que je ne me fâche  »mais vous ne savez pas à qui vous vous attaquez, si vous ne payez pas nous transmettons votre dossier à l’ursaff, par conséquent tout le dossier est bien géré, administré et suivi par le RSI

                Mais peut être êtes-vous un salarié du RSI pour défendre avec tant de ferveur une institution aussi pourrie, ayant massacré des milliers d’entreprises et mis sur la paille autant de gens !!!

                 


                • Garibaldi2 11 septembre 11:38

                  @Armelle

                  ’’tous les documents émis, calculs, relances émanaient du RSI, établis par les salariés du RSI et signés par une responsable du RSI, que j’ai rencontré pdt cette conciliation !!!’’

                  Il semble que vous n’avez pas compris que ce sont les URSSAF qui ont la maîtrise des fichiers du RSI et qu’en conséquence les personnels du RSI ne peuvent se baser que sur les infos qui leur sont fournies par cet organisme à travers le circuit informatique.


                • Garibaldi2 11 septembre 12:05

                  @Armelle

                  Pour le reste il y a beaucoup à faire : comptabilité, gestion des personnels, gestion de l’action sociale, créations et liquidations des dossiers, gestion des fonds placés et de l’immobilier de placement, gestion du parc et du réseau informatique, traitement des dossiers d’appels d’offre, ...


                • patz 11 septembre 14:21

                  Parmi les personnels du RSI n’oubliez pas ceux des organismes conventionnés qui gèrent les prestations de base maladie et maternité. 3600 en France avec des délais de traitement et une qualité de service supérieurs au régime général.


                  Ces salariés doivent aussi être réintégrés au régime général au même titre que les autres, or, on en parle nulle part.
                  C’est une casse sociale annoncée...


                  • rocla+ rocla+ 11 septembre 14:47

                    Coucou , 


                    Ici un cotisant , 

                    J’ai commencé à mon compte en 1972  je crois me souvenir qu’ à l’ époque 
                    c’ était l’ Organic qui encaissait les cotisations  vieillesse , pris ma retraite en 2004 
                     la RSI existait pas encore . 

                    je comprends pas qu’ un espèce d’ enculé sur ce site du pseudo de Foufouille 
                    me parle  de RSI à mon sujet . 

                    Pouvez vous m’ éclairer ? 


                    • foufouille foufouille 12 septembre 11:07

                      @rocla+
                      tu penses que ta retraite est versée par une caisse qui a coulée ?
                      elle est versée par le RSI.


                    • rocla+ rocla+ 12 septembre 11:11

                      @foufouille


                      je pense rien , j’ ai cotisé 44 ans rubis sur l’ ongle et je t’ emmerde .

                    • foufouille foufouille 12 septembre 11:11

                      @rocla+

                      La caisse de retraite RSI, (anciennement AVA et ORGANIC)

                      Le Régime Social des Indépendants, RSI est la caisse de retraite des chefs d’entreprise artisans, industriels, commerçants et professions libérales.

                      Le RSI est né en 2006 de la fusion de la caisse de retraite AVA, l’Assurance Vieillesse des Artisans et de la caisse de retraite ORGANIC, l’Organisation Autonome Nationale de l’Industrie et du Commerce.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Garibaldi2


Voir ses articles






Les thématiques de l'article

RSI


Palmarès