• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Russie : Quand les Américains ont fait réélire ELTSINE en 1996

Russie : Quand les Américains ont fait réélire ELTSINE en 1996

 

 Sidérant d’écouter les spécialistes parler de l’élection russe de 2018 ou de la « main du Kremlin » sur l’élection de Trump. Comme s’il y a avait les bons et les méchants…

 

Les Russes se souviennent de l’élection présidentielle de 1996, Eltsine, tombé dans les sondages à 13% d’opinion favorables, a été réélu.

D’âpres discussions animent toujours la société russe sur ce qui a influé sur le résultat de ces élections dont dépendait le développement du pays.

Au début de l’année 1996, une seule question taraudait Les oligarques : qui prendra les commandes du pays dans six mois  ? Récession, la crise des institutions, guerre en TCHECHENIE, le pays était malade et humilié.

Ce qui nuisait à Eltsine faisait le jeu de son principal rival, le leader des communistes, Guennadi Ziouganov. Autre signe encourageant pour ce dernier, le PC avait remporté les législatives en décembre 1995. L’entourage présidentiel commençait à évoquer la nécessité d’annuler ou de repousser les élections. Mais contre toute attente, Eltsine s’est présenté et a remporté les deux tours.

Bien qu’aucune information officielle n’ait confirmé depuis d’éventuelles falsifications des résultats par les autorités, nombreux sont ceux qui estiment que dans le contexte de l’époque, Eltsine ne pouvait pas remporter l’élection honnêtement.

En 2012, le caractère illégitime de cette élection a été confirmé par Medvdev. Selon des témoins, il aurait reconnu que l’élection n’avait pas été remportée par Boris Eltsine mais parle communiste Guennadi Ziouganov.

Tretiakov, poids lourd du journalisme russe, rédacteur et fondateur du journal populaire Nezavissimaya Gazeta, très influent à l’époque. « Selon certains faits que je connais, j’estime que […] c’est Guennadi Ziouganov qui a remporté le premier tour. Il le savait, mais il ne s’est pas décidé à annoncer sa victoire 

Je sais ce que disaient certains dans l’entourage d’Eltsine. Et ils disaient sans ambages qu’Eltsine était décidé à rester au pouvoir. Si Ziouganov avait été proclamé vainqueur, il se serait produit quelque chose qui ne lui aurait pas permis d’occuper ce poste. C’est ce qui s’appelle un coup d’Etat, avec emploi de la force ».

La peur de ce qui pourrait se passer après l’annonce de sa victoire était écrite sur le visage de Guennadi Ziouganov, renchérit le politologue Valéry Khomiakov qui était alors membre de l’état-major de campagne de Boris Eltsine.

L’anticommunisme est devenu l’une des idées maîtresses de la campagne de Boris Eltsine. Le journal Ne daï Bog  ! (Que Dieu nous en garde  !) était tiré à des millions d’exemplaires et distribué gratuitement. Il mettait à nu les pages repoussantes du passé soviétique récent et évoquait les horreurs que pourrait apporter la victoire de Guennadi Ziouganov.

Outre l’anticommunisme, on misait en outre sur la nouvelle image d’Eltsine : « Il est vif, combattif, actif, il danse. Il n’est pas comme on nous l’a fait croire ». La campagne électorale fut organisée autour de ces deux pivots et fut marquée, selon un expert, par « un niveau phénoménal et sans précédent dans l’histoire récente de recours aux technologies politiques ». Nombreux sont les analystes qui estiment qu’Eltsine doit son succès aux élections non à des falsifications, mais à l’efficacité de sa stratégie électorale.

A la mi-mai, la campagne a amorcé un tournant. Boris Eltsine a commencé à devancer son rival, en se frayant une voie vers la victoire au premier tour. Au second tour, il a pu battre Guennadi Ziouganov notamment grâce aux déclarations d’un militaire très influent à l’époque, le général Lebed, qui a appelé à voter en faveur du président sortant.

Qui fut à l’origine de ce retournement spectaculaire de l’opinion ??

Dans Time de Juin 1996 la vérité sort toute nue :

RESCUING BORIS

THE SECRET STORY OF HOW FOUR U.S. ADVISERS USED POLLS, FOCUS GROUPS, NEGATIVE ADS AND ALL THE OTHER TECHNIQUES OF AMERICAN CAMPAIGNING TO HELP BORIS YELTSIN WIN

En 2003 HOLLYWOOD fait un film de cette histoire : SPINNING BORIS

Trois spécialistes américains de la politique sont engagés comme consultants pour la campagne de réélection de Boris Elstine en 1996.

http://variety.com/2003/film/markets-festivals/spinning-boris-1200538359/

 

275519

L’Amérique faisait élire un clown dangereux , il est possible que 20 ans après…

https://www.persee.fr/doc/rfsp_0035-2950_1997_num_47_2_395161

https://fr.rbth.com/ps/2016/06/20/il-y-a-20-ans-la-victoire-volee-des-communistes_604591

http://content.time.com/time/magazine/article/0,9171,984833,00.html

 

https://pgibertie.com/2018/03/18/russie-quand-les-americains-ont-fait-reelire-eltsine-en-1996/


Moyenne des avis sur cet article :  4.71/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • Clark Kent Kent 19 mars 08:47

    L’ingérence américaine fleurissait sur un terreau fertile. La chute du système soviétique en 1991 a surtout été une aubaine pour les mafias locales. Ceux qui disposaient de capitaux pour investir étaient ceux qui s’étaient enrichis et qui avaient le pouvoir précédemment. Ils se sont appropriés les richesses nationales et les biens stratégiques tels que le pétrole, le gaz, les métaux rares et précieux. L’ouverture des frontières leur a permis de mettre à l’abri des fortunes colossales acquises illégalement dans des pays sûrs notamment des paradis fiscaux.

    Au début des années 1990, de nombreux groupes criminels se sont développés. Mais la presse internationale préférait regarder du côté de la Tchétchénie pendant que les grandes familles transfrontalières passaient de contrats. En fait, sur le terrain, pour contrecarrer la prise de contrôle de la zone sud ouest de Moscou par les gangs mafieux tchétchènes, le maire de Moscou a fait appel à des groupes criminels de Sibérie pour casser la domination tchétchène dans la capitale.

    L’argumentation de cet article peut se retourner : il est aussi ridicule d’attribuer les destinées de la Russie à l’Amérique (qui ne s’est pas gênée pour fournir un appui logistique) qu d’attribuer aujourd’hui à la Russie les malheurs occidentaux.


    • leypanou 19 mars 09:00

      Quand on entend/lit sur la prétendue interférence russe aux dernières présidentielles états-uniennes de la part des médias/politiciens états-uniens et d’ailleurs, cela ne peut que faire sourire (les journalistes perroquets en France sont bien placés pour remporter le prix de la stupidité)..

      Car qui a le plus interféré dans des élections d’autrui mieux qu’eux ? (et pas seulement élections d’ailleurs, pire des coups d’état, des déstabilisations).


      • Matlemat Matlemat 19 mars 10:51

         extrait du livre : « La Russie par-delà le bien et le mal » de Pascal Marchand, page 95.


         « Ils [les oligarques] sont apparus au grand jour d’avril 1995 lors de d’une opération appelée »pret contre actions« . Une dizaine de nouveaux milliardaires ont alors pretés des centaines de millions de dollars au gouvernement pour lui permettre de régler les énormes arriérés de salaires des fonctionnaires, de pensions de retraités, avant des élections très mal engagées »

         

        • Matlemat Matlemat 19 mars 10:54

           Non seulement Eltsine a mis fin à l’URSS pour assurer son pouvoir en Russie, mais il a aussi vendu a vil prix les fleurons du pays pour assurer son élection.


          • Alex Alex 19 mars 11:40

            À cette époque, pendant que ses amis dépeçaient ce qu’il restait de l’URSS, le « démocrate » Clinton adorait Eltsine. 

             On comprend mieux pourquoi mme Clinton n’aime pas Poutine.

            • Matlemat Matlemat 19 mars 13:12

              @Alex
              Beaucoup de Russes se sont sentis humiliés et cela explique pourquoi ils aiment tant Poutine.


            • bob de lyon 19 mars 17:37

              Merci pour ce rappel.

              L’info s’était effacée de ma mémoire.

              Par contre, pas de reset sur les mensonges de Tony Blair et ses affirmations sur les armes de destruction massive irakiennes…

              Bref les Britanniques devraient se remémorer leurs petits arrangements avec leur morale.


              • hervepasgrave hervepasgrave 19 mars 21:00

                Bonjour,

                Ce que j’aime dans la pollution médiatique générale qui n’est qu’identique dans tous les pays.C’est de vouloir créer de faux prétextes,de fausses rivalités etc etc En en rajoutant dans des débats fabriqués.Le problème deviendra tôt ou tard indicible et résolvable sans faire acte de violence et de dictature. Les peuples avaient encore il y a 20 ans quelques confiance dans les élections ,même s’ils savaient que rien de positif et durable arriverait.Le moindre mal comme planche de salut. Nous voyons que les élections sont désertées.Il certain qu’avec des images choisis ,des mises en scène et autres plans rapprochés cela pourrait faire illusion.Mais la route est ouverte .Je ne sais pas s’il faut s’avancer a dire trop rapidement « heureusement » car cela risque de tourner au carnage. Cela ne veux pas forcément dire massacre ouvert ,mais massacre en douce "chimique/bactériologique et autres gadgets que j’ignore. Alors faut-il faire ce genre de propagandes.Aujourd’hui Poutine ,hier macron ,avant hier Bush et tous les autres. Est-ce utile ?même pour préserver un semblant de légitimé chacun son tour ? Cestpasgrave ! ce qui est fait est toujours fait et là derrière il n’y a rien,mais rien du tout ! Cela continue de plus belle ,un vent est passé et les cons sont resté.Allez je rigole ! c’est de la science fiction.Et ce n’est pas de la science friction monsieur. 


                • Vraidrapo 20 mars 00:06

                  A l’époque de Glastnost et prestroïka, Gorbatchev faisait le tour du « Monde Libre ». Comme j’étais encore obstinément naïf (du genre « nos libérateurs américains » malgré les rumeurs CIA / Attentat de Bologne- assassinat Allende, et d’un autre côté, les goulags bolchéviks) je ne comprenais pas le but de son périple des Capitales. Récemment, un politologue a déclaré, « l’Occident préférait un despote ivrogne comme Eltsine au Kremlin qu’un Démocrate comme Gorby » et à ce moment là, la boucle a été bouclée, pour moi.
                  Si l’on se souvient que les banquiers et les chefs d’industrie tombaient comme des mouches malgré les gardes du corps et les gilets en Kevlar, on ne peut pas blâmer les Russes d’apprécier la stabilité de la Fédération.
                  Quel soulagement pour nos compagnies d’Assurance qui ont dû rembourser les vols de 500,000 berlines haut de gamme qui passaient les frontières comme lettre à la poste (avec simple photocopie de Carte grise...) soit pour le marché des voleurs de Varsovie soit celui de Moscou. Pour ceux qui ont un peu de mémoire...


                  • xana 20 mars 11:48

                    Merci Patrice Gibertie pour cet article fort intéressant.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès