• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sarkozy utilise un cheval de croix pour faire entrer le religieux à (...)

Sarkozy utilise un cheval de croix pour faire entrer le religieux à l’école

A travers la prise en charge de la mémoire des enfants juifs victimes de la Shoah, n’assiste-t-on pas à une tentative de faire entrer le religieux à l’école ? Telle est la question troublante que se propose d’instruire ce court billet.

La question des morts n’est pas un point de détail. D’ailleurs, la manière dont les peuples règlent la question des morts, prennent soin des corps et des âmes défuntes, permet de caractériser les sociétés. Des rites précis, codifiés, sont organisés à l’occasion des décès, avec la participation d’une tribu, de proches et, le plus souvent, un homme de foi, administrateur du culte. Ici, en France, la cérémonie religieuse est encore la règle pour la plupart. On ne se marie plus trop à l’Eglise, de moins en moins d’enfants sont baptisés, mais les bénédictions sont la règle, même pour les familles peu croyantes, voire même pour les obsèques d’un défunt n’ayant jamais pratiqué et devenu athée. Plus tard, les proches iront au cimetière, ne serait-ce qu’une fois par an, pour déposer dans un moment de recueillement une gerbe en versant une larme. Quelques familles célèbrent le défunt à travers une messe annuelle commémorant le décès. Avec la mort, on entre dans les secrets de famille, on pénètre dans l’indicible de l’absence et on cultive le silence du sacré. Le mot est lâché. Sacré, voilà le caractère qui définit bien tout ce qui entoure la mort d’une personne et d’ailleurs, on ne touche pas aux morts. Même si quelques-uns s’emploient à salir la mémoire d’hommes publics, ce qui participe de la vie historienne d’un peuple, on ne profane pas une tombe. C’est d’ailleurs sévèrement réprimé par la loi. Et dans une famille, on le tait le plus souvent lorsqu’on veut évoquer les travers d’un défunt.

La mort revêt un côté sacré, donc inviolable. Plus précisément, elle définit un espace. Le sacré étant un lieu où l’on s’interdit de pénétrer. Ou du moins, on pénètre que si on y est autorisé. Un deuil est sacré. Il ne se porte que par les proches, qui ne vont pas chercher aide chez leur prochain, excepté les individus spécialisés pour aider au travail de deuil, le curé et souvent le psy. On se trouve ici au plus intime de l’âme.

La religion, c’est aussi relier, entretenir un lien avec l’altérité, le tout autre. En se reliant au Christ, les chrétiens créent un lien communautaire. Quant au lien spirituel avec un mort, il participe aussi de cette communion. Certains parviennent à entrer en contact avec un proche. Parfois un compagnon, comme le racontait Madly Bamy, qui partagea la vie de Jacques Brel. En ce cas, le mort revêt un caractère surnaturel, définissant la dimension verticale de l’existence, le lien par-delà le temporel et à travers deux personnes, l’une vivante et l’autre décédée, un lien intime de nature sacrée. Et la survie par-delà le temps, le matériel.

Que penser alors de cette mémoire proposée à chaque écolier devant prendre en charge la mémoire d’un autre ? Ce n’est pas un banal exercice historique de remémoration, comme cela se passe dans la vie républicaine, ni un élément pédagogique (de nature intellectuelle et non pas spirituelle et affective) car, à ce qu’on sait, l’Histoire ne s’est jamais enseignée en demandant aux élèves d’entretenir un rapport intime avec un personnage historique, ni un simple manant du peuple évoqué dans un texte ancien. Avec cette mémoire d’un mort, doté d’un prénom, on a affaire à une relation relevant de la communion, du sacré, de l’intime, de la relation imposée à une altérité, comme peut l’être celle du chrétien qui communie avec le Christ et partage sa souffrance. N’est-on pas dans le cas d’un chemin de croix, d’un fardeau de l’existence que les chrétiens célèbrent toutes les années à l’occasion des fêtes pascales. Ils le font, mais dans un contexte religieux et non pas laïc. Que dirait-on si l’école républicaine amenait les élèves de CM2 à participer à ces chemins et porter la croix du Christ en guise de célébration de la mémoire d’un autre qui se sacrifia pour le bien de l’homme ? Eh bien, avec cette mémoire des juifs morts en camp de concentration, Sarkozy n’impose pas autre chose aux petits Français que de porter symboliquement la croix de ces sacrifiés de l’Histoire et ses horreurs.

Alors, cheval de Troie ou cheval de croix ? Sarkozy joue dangereusement avec les fondamentaux de notre nation, inventant même une nouvelle pratique de religion, plus proche de la religion positiviste inventée par Auguste Comte, la religion de l’humanité. Tout cela est grave.

Et je suis passé sur le cas des écoliers de confession musulmane qui pourraient réclamer qu’on entretienne une mémoire avec un autre enfant, ce gosse palestinien tué sous les yeux des caméras pendant l’intifada qui, toutes proportions gardées, est vue comme leur Shoah par les Palestiens et les peuples arabo-musulman. Sarkozy joue avec le feu et les symboles. C’est plus grave que la simple affaire du CPE. En a-t-il conscience ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • Napakatbra Napakatbra 18 février 2008 12:40

    Sarkozy le sait, il en use en permanence. Entrer dans le domaine de l’émotion fait sortir du domaine de la réflexion. Ses discours ne sont pas purement "logiques", mais au plus proche de l’ "émotif".

    Sauf que quand il s’adresse à des personnes qui ont eu le temps de réfléchir, qui ont toutes les données pour raisonner... des adultes en somme, ça passe. Mais quand on s’adresse à des enfants, ça ne passe plus ! On ne vend pas la mort et la culpabilité comme on vend un programme électoral.

    Regardez l’effet d’une lecture de Guy Moquet par des brutes de Rugbymen, au bord des larmes. Alors sur des enfants, l’effet est forcément décuplé. Le tout est de savoir s’il faut prendre le risque du traumatisme, s’il faut prendre le risque de verser dans l’émotivité exacerbée ou rester dans le domaine du raisonnement.

    http://lesmots.freelatitude.net

     

     


    • antireac 21 février 2008 04:27

      Religion pourquoi pas c’est l’héritage de nos ancêtres qui entre parenthéses n’étaient pas si cons que ça.


    • morice morice 18 février 2008 12:55

      Bien vu MrDugué, bien écrit comme d’habitude chez vous, et superbe titre, qui définit en une seule phrase le projet sous-jacent aux déclarations à l’emporte-pièce.


      • tvargentine.com lerma 18 février 2008 13:20

        Décidement si vous recherchez un travail comme vous écrivez nous pouvons comprendre que vous ne trouvez pas.

        A moins bien sur d’être salarié d’Agoravox et de faire des "articles" uniquement pour inciter à faire des clics pour améliorier le ratio publicitaire

        Une fois de plus votre article est d’une médiocrité pure

        "Sarkozy joue dangereusement avec les fondamentaux de notre nation, inventant même une nouvelle pratique de religion, plus proche de la religion positiviste inventée par Auguste Comte, la religion de l’Humanité. Tout cela est grave"

        Vous devez etre mal dans votre peau pour écrire ainsi

         



        • Blé 18 février 2008 15:32

          Aujourd’hui, en France, la possession de diplômes ne garantit pas un emploi, je dirai même que certains diplômes peuvent être un handicap pour le trouver. En effet, les normes économiques qui dominent toutes les activités humaines ou presque sont difficilement applicables à la réflexion. La qualité d’un système cognitif ne pouvant être quoté en bourse, votre jugement est perturbé.

          Pourquoi Sarko a t-il besoin d’exiger ce qui se pratique déjà depuis un bon moment dans les établissement scolaires ? Les enseignants ne l’ont pas attendus pour transmettre l’histoire avec un grand "H" en l’adaptant au niveau des classes d’âge.

           


        • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 février 2008 17:20

          Bah, Lerma, maintenant que vous êtes modérateur avec vos quatres articles, vous pouvez continuer à me pourrir la vie sur l’avox, sans doute, un de mes meilleurs billets va passer à la trappe grâce à vos soins, il est maintenant dans le rouge. Mais c’est la vie, alors allez-y, défoulez-vous !


        • faxtronic faxtronic 18 février 2008 20:00

          Quoi Quoi Quoi, Lerma moderateur. Ca va devenir comique


        • misstigris 18 février 2008 14:28

          en effet je me demande comment faire admettre a un enfant qu’il va passer des journées et des nuits avec le souvenir d’un inconnu , mort dans un lieu inconnu de lui meme et dans des circonstances terribles . je ne pense pas qu’il soit décent d’imposer ceci à un enfant sensible et fragile pour une raison somme toute politique ; personnellement nous vivons en dehors de la télévision et de ces multiples messages de violence banalisée et je n’accepterai pas que mes enfants soient soumis à l’école primaire à une pression psychologique de cette sorte . ce d’autant que la mémoire de la violence des guerres ne semble pas en éviter de nouvelles si nous faisons le tour d’horizon de la planète ; il me semble difficile de porter la violence au Tchad comme la France la faite dernièrement en aidant le pouvoir en place et d’etre moralisatrice par ailleurs


          • Méric de Saint-Cyr Méric de Saint-Cyr 18 février 2008 14:32

            Laissez les morts ensevelir leurs morts (Évangile selon Matthieu 8:22)

            Ce serait bien la première fois qu’on parraine des morts. Il me semblait qu’on parrainait exclusivement des vivants.

            Une question de candide : pourquoi seulement les victimes de la shoah ? Pourquoi ne pas aussi se remémorer les victimes de tous les génocides : les indiens d’amérique, exterminés par les colons espagnols (les "conquistadors"), les arméniens, les kurdes, les biaffrais, les hutu et tutsi, et j’en oublie ?

            Le saviez-vous ? Ce ne sont pas les nazis qui ont inventé la déportation, mais les colons américains, condamnant à mourir de froid et de faim les amérindiens en les déportant dans le grand nord…

            Pour ceux qui veulent en savoir plus : http://lesogres.org/article.php3?id_article=311



            • Mescalina Mescalina 18 février 2008 14:57

              Bon article DUGUE, pas trop long et clair. Je partais avec un a priori négatif pour moinssers (encooooore un article sur le sujet et en plus Dugue ;o), mais vous vous en sortez très bien.


              • Icks PEY Icks PEY 18 février 2008 15:55

                Vieux rêves des laïcards héritiers des hussards noirs de la république : couper l’homme de sa spiritualité.

                L’homme est religieux.

                Et c’est d’autant plus vrai que même les athées s’en recréée une : par exemple, les francs maçons, avec les rites, leurs coutumes, leurs traditions, leurs textes « sacrés » etc.

                L’homme est religieux. C’est sa réponse au néant existentiel qui s’impose au lui : né poussière, l’homme réduit à son corps retournera à la poussière. Seule la spiritualité peut lui faire échapper à ce destin.

                La quête de spiritualité est donc inhérente à l’homme soucieux de ne pas être que de la poussière.

                Icks PEY


                • SciFi SciFi 18 février 2008 17:17

                  @Icks Pey

                  "L’homme est religieux"... mais les institutions d’un état laïc n’ont pas à l’être.

                  "Et c’est d’autant plus vrai que même les athées s’en recréée une : par exemple, les francs maçons..." : çà, c’est un sophisme : partir de rites d’une d’une société secrète pour déduire une généralité sur l’athéisme, ça mérite un petit retour au CM2.

                   


                • Bernard Dugué Bernard Dugué 18 février 2008 17:27

                  Certes, mais les Francs Macs ne vont pas dans les écoles et le religieux est avant tout un acte d’adhésion qui n’a pas à être imposé par un Etat si on lui reconnaît la légitimité laïque. Que les parents donnent une instruction religieuse à leurs gosses, cela les regarde et pas l’école.

                  Quoi qu’il en soit, Sarkozy a réussi à faire l’unanimité contre lui sur cette proposition. Ce qui paraît inquiétant, c’est qu’il insiste


                • Icks PEY Icks PEY 18 février 2008 17:41

                  Un débat sur religion & laïcité serait inapproprié sous votre article donc je serai bref. Mais je pense qu’étant indissociable, faire une école humaine sans religion est un non sens. Et puis je pense que vous confondez religion au sens étude du fait religieux d’un point de vue sociologique et historique et catéchèse. L’école n’a pas à promouvoir une religion (mais ce point fait-il réellement débat ?) mais elle peut enseigner ce qu’est une religion.

                  De toutes façons, il est absurde d’enseigner l’art, l’architecture, l’histoire des hommes et des idées, la sociologie ou la philosophie (et j’en passe) en niant le phénomène religieux. C’est un peu comme si vous prétendiez ouvrir une école de peinture en interdisant d’utiliser le rouge car cela serait connoté politiquement parlant.

                  Sinon, oui, Sarko fait une connerie en persistant dans l’erreur. En plus, cela adoucirait son image de montrer que parfois, il sait céder sur des sujets : il y agagnerait en humanité, je pense.

                  Icks PEY


                • faxtronic faxtronic 18 février 2008 20:04

                  XP,

                  Dis pas n’importe quoi, un gamin sait ce que c’est une religion. Tu veux qu’il y ait des croix dans les ecoles ou quoi ?


                • Odal GOLD Odal GOLD 18 février 2008 20:47

                  Spiritualité et religion, ce n’est pas pareil. Souvent, c’est tout l’inverse.


                • Icks PEY Icks PEY 18 février 2008 22:54

                  @ faxtronic

                  Ai-je dis cela ? Mettre une croix dans une salle de classe, c’est un signe d’adhésion à une conviction religieuse. Ce n’est pas l’enseignement du phénomène religieux.

                   

                  @ Gold

                  Une religion, c’est l’expression collective d’une spiritualité individuelle, non ?

                   

                  Icks PEY


                • antireac 21 février 2008 04:35

                  En effet ne dis pas n’importe quoi.


                • antireac 21 février 2008 04:36

                  a fax bien entendu


                • Robert TINCHON 28 février 2008 18:51

                  Pour aider, s’il se peut, Icks PEY, à s’élever dans l’exercice créateur de la "spiritualité..."

                   La spiritualité telle que la laisse entendre notre ami, j’ignore ce en quoi elle consiste... En revanche, je sais que l’esprit religieux n’est pas inné et qu’il résulte tout simplement du conditionnement subi dès la mamelle, concernant des histoires phénoménales que l’individu n’aura pratiquement pas les moyens de comprendre si d’aventure les légendes dont son cerveau est matricé, seraient susceptibles de recéler quelques vérités...

                   La foi est respectable mais il serait souhaitable que celui qui en est imprégnée soit au fait des mécanismes psychologiques l’ayant générée...

                   Le plus important des docteurs chrétiens - Clément d’Alexandrie - écrivait dans les "Stromates" :

                  " Tous ceux qui ont traité du divin ont masqué les principes le concernant, travestissant la vérité en légendes, métaphores et images diverses : presque toute l’Ecriture étant devenue ainsi énigmatique..."

                   C’est lui encore qui ne cachait aucunement l’existence d’une vérité cachée et dispersée au sein d’innombrables sectes qui en détenaient chacune une parcelle... Il ajoutait : "A celui qui, à l’issue de longues et patientes recherches, parviendrait à en faire la synthèse, il atteindrait à sa parfaite connaissance..." Son disciple Origène compléta les allusions fondamentales du Maître : "Pour ceux qui en sont capables à lissue d’une longue réflexion, la Lettre - religieuse - s’efface pour laisser apparaître une au tre histoire... ? Serait-ce la Vraie ?

                   D’âge en âge se sont transmis oralement les éléments "historiques" constituant le socle sur lequel se sont élaborées les légendes dogmatiques, révélant ainsi que les cultes ne seraient que le reflet d’une histoire dévoyée, conçue pour dominer une humanité ignorante, sortant de l’enfance, crédule, naïve et superstitieuse. Ces éléments sont pourtant décelables dans de multiples écrits au sein desquels ils constituent des repères initiatiques... Ainsi, le tétragramme YHVH qui est un sigle tétramorphique copieusement représenté par l’iconographie, ou le fameux chiffre de la bête : 666  ???

                   Pour être bref tout en éveillant la curiosité de quelques-uns conscients des limites de ce qu’ils croient savoir... je cite en un passage de l’opportuniste Augustin :

                   "l’esprit qui appréhenderaitle passé, en possession d’une science et d’une préscience certaine, le épouillerait des mystères masquant des faits extraordinaires, stupéfiants, effroyables...(Conf. 11, 31)

                   Un personnage s’est attelé à cette tâche en de libres recherches, libres de tout système. Si vous ne craignez pas de remettre en cause nombre d’idées reçues, par la démonstration scripturaire que Abraham, Moïse et Jésus ne sont que des êtres fictifs personnifiants, prenez-donc la peine, ou le plaisir, de lire son dernier ouvrage publié par les éditions du Cygne.

                   L’Auteur : Robert-Jean VICTOR

                   Titre du livre : ’Homme et ses origines. S/titre : A la recherche d’un savoir perdu, connu d’anciens auteurs...

                  Au plaisir de débattre de cette hypothèse globale et originale et partant hautement polémique, proposant, paradoxalement, de concilier évolution et création...............................

                  Cordialement.

                  Kilabourre

                   

                   


                • sery 19 février 2008 10:59

                  Ceux qui n’ont pas encore franchi la riviere devraient eviter d’invectiver ceux qui sont en train de se noyer meme de facon aussi joliment poetique

                  sery ( 40 ans)

                  On en reparlera qd vous l’aurez franchi ...


                • Aafrit Aafrit 18 février 2008 17:31

                   je profite pour vous rafraichir la mémoire par ce que pensait De gaulle :

                  << Le président de la République ne saurait être confondu avec aucune faction. Il doit être l’homme de la nation tout entière, exprimer et servir le seul intérêt national. >>

                  Toujour De gaulle :

                  << La clé de voûte de notre régime, c’est l’institution d’un président de la République désigné par la raisonet le sentiment des Français pour être le chef de l’État et le guide de la France. >>

                   

                   

                  Sarko s’y perd


                  • ATHENA 18 février 2008 17:58

                    Je ne m’attarde pas sur les conséquences "psychologiques" concernant les enfants, qui émeuvent l’opinion... d’autres se sont répandus ici ou ailleurs sur le sujet.

                    Juste une remarque : le Président de la République est-il habilité à "remanier" les programmes scolaires ??

                    Une précédente initiative du même ordre (Lettre de Guy Mocquet) nous avait déjà inquiété. Là il persiste et il signe !!

                    A quoi sert le Ministère de l’Education Nationale ? A quoi servent les programmes ? N’y a t-il pas de personnes aussi (plus) compétentes que lui dans ce domaine ??

                    Fort heureusement, la France endormie est sortie de sa léthargie pour protester. La vigilance est de mise avec cet individu désaxé qui brasse de l’air pour masquer son incapacité à résoudre les problèmes.

                    Quelle sera sa prochaine "initiative" désastreuse ? Les paris sont ouverts...


                    • Odal GOLD Odal GOLD 18 février 2008 19:53

                       

                      Monsieur Dugué, vous avez parfaitement vu juste. Ce gouvernement veut tout simplement nous faire retourner au Moyen Age, avec sa Terre plate créée il y a 7000 ans et sa terre sainte pleine de croisés, de vindictes et de cailloux. Dans la tête des Guaino, des Boutin et des Sarkozy, l’aristocratie élue du dieu chrétien aura été seulement remplacée par les financiers et les présidents des "Corporations" (Grandes Sociétés dans le sens anglo-saxon) > http://www.fairelejour.org/article.php3?id_article=1670
                       
                      --------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 
                       
                      Ce qui me plairait, c’est qu’une association traîne les imans, les curés et les rabbins en justice, pour les apologies à la haine, à la vindicte et aux flammes éternelles contre les libres-penseurs, que l’on retrouve partout dans leurs textes quand on les prend littéralement. Parce qu’eux, ces textes, ils les prennent souvent littéralement. (Ce qui me plairait, c’est que cette association gagne.) > http://odalgold.blog4ever.com/blog/lirarticle-106908-323994.html
                       
                      ------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
                       L’Etat sarkozien continuera dans ce sens de beaucoup de misère – autant qu’il n’aura pas remplacé toute la solidarité sociale par la charité (charité-buziness, charité-plaisir-de-remuer-la-misère) ad æternam :
                       
                       -------------------------------------
                       (…) « Je savais bien que les prêtres et les riches, tous et toujours du même avis, ne demandent pas mieux que de voir les gueux fabriquer des enfants. Les baptêmes, les mariages et les enterrements rapportent gros aux curés, surtout aux curés bretons. Et pour les riches exploiteurs et parasites, plus il y a de gueux, plus ils trouvent à choisir de serviteurs bons marché, et leurs jouissances en ce monde sont d’autant plus grandes qu’ils voient des misères et des souffrances autour d’eux. »
                       ---------------------------------------
                       « Mais ces prolétaires méritent certainement ce qu’ils ont, par leur ignorance, leur bassesse et leur lâcheté. Les peuples ont, dit-on, le gouvernement qu’ils méritent, ces stupides prolétaires ont aussi les maîtres qu’ils méritent. »
                       -------------------------------------
                       Mémoires d’un paysan Bas-breton de Jean-Marie Déguignet 1834-1905 (Pocket)
                       

                      > http://odalgold.blog4ever.com/blog/lirarticle-106908-592176.html


                      • COLRE COLRE 18 février 2008 22:58

                        Il faudrait finir par cesser d’oublier que les millions de morts dans les camps d’extermination ne l’ont pas été du fait de leur religion mais de leur « race », leur ethnie, la couleur de leur peau, ou d’une particularité sociale jugée anormale (handicapés, homos…), sans parler de leur engagement politique jugé, lui, si dangereux (communistes, résistants).


                        • sery 19 février 2008 11:17

                          Pour certains cette charmante et tardive compassion pour les victimes ne doit pas faire oublier le profit qu’ils ont tire de ses actes et d’autres leur refus delibere de chatier des coupables

                          Ca bouffe son chien et voudrait etre recompense pour vouloir genereusement lui donner les os

                          Enfin, ne remettons pas cela sur le tapis, apres tout l’essentiel n’est-il pas qu’il y ait enfin des elections libres en POLOGNE ?Le monde libre peut respirer en paix.


                        • plboitel 19 février 2008 11:07

                          Une pétition indépendante de tout parti, de tout groupe de pression, de tout groupe de presse, pour faire cesser ce scandale.

                          http://79.170.40.42/nonalhorreur.net/

                           

                          Bien cordialement à tous.

                           


                          • Emmanuel W 19 février 2008 11:25

                            Quelle ingratitude, nos religieux prennent tellement soin de nos enfants :

                            "J’ai commis des attouchements sexuels sur une cinquantaine d’enfants entre 1985 et 1997. En 2001, l’un d’entre eux a déposé une plainte. Devant le juge, j’ai reconnu les faits et ai parlé d’une quinzaine de victimes. Mais le juge s’est déclaré incompétent, il n’a pas voulu donner suite à cette affaire."

                            http://www.lepost.fr/article/2008/02/14/1098437_religieux-pedophile-ma-communaute-n-a-pas-juge-bon-de-me-faire-soigner.html

                            http://www.apostasie.org/french/pedo.php

                            L’apostasie, pour se désolidariser de la perversion couverte par le Vatican :

                            Vous êtes athée, vous avez changé de religion ou vous n’êtes tout simplement pas en accord avec la religion catholique. Vous avez le droit, voire le devoir, de faire savoir à l’institution catholique que vous ne voulez plus être comptés parmi les fidèles de cette religion. Ce droit est garanti par la Déclaration universelle des droits de l’Homme (Article 18).

                            http://www.apostasie.org/french/index.php

                             


                            • Nemrod 19 février 2008 11:51

                              Avant d’être légitimement scandalisé du moyen choisi ( les CM2 ), il faut se souvenir que l’intention déclarée du President Sarkozy était une lutte contre le racisme. Or, la majorité des gens éprouvés par la Shoah était de la même race que l’européen standard mais d’une confession différente. Promouvoir la tolérance, c’est bien. Mais choisir pour maîtriser "la bête immonde" les dérapages d’un conflit millénaires entre cathos et juifs avec en message implicite et subliminal "protégeons les Juifs", ce n’est pas le rôle du chef de l’Etat ( quelque soit la justesse de son propos ) et c’est vouloir agir sur des notions non pas racistes mais confessionnelles. Or le respect de chacun et la liberté associée ( principe fondateur de la République ) sont ici bafoués. La tolérance, OUI. L’immixtion de l’Etat dans les libertés individuelles NON


                              • Grasyop 19 février 2008 21:11

                                Oui, l’article vise juste !

                                Notre chanoine voudrait imbiber son peuple de religion. Il aurait bien voulu réintroduire directement les principales religions dans l’École, avec leurs clergés tant qu’à faire, mais ce ne serait pas très discret et un peu trop frontalement contraire à une certaine loi plus que centenaire.

                                Alors il joue plus subtil, pour faire passer l’essentiel. Pas la peine d’une religion nommée, avec ses rites et son clergé, alors que de la religiosité générique suffit amplement au but qu’il recherche. Pas la peine d’introduire un Christ crucifié dans l’École pour imposer aux enfants une forme de dévotion aux martyrs. On trouvera d’autres martyrs, moins voyants, qu’il s’agisse de Guy Moquet ou des enfants juifs victimes du génocide nazi. Pourvu qu’il s’agisse d’innocents sacrifiés, ça permettra d’imprégner les petites têtes de la quintessence de la religion du martyr, sans la nommer.


                                • jeanclaude 19 février 2008 22:02

                                  Si j’étais juif athée ou agnostique, je serais un peu géné à la lecture de cet article et de certains commentaires. Une fois la nuance faite qu’il faut distinguer race et religion, rien n’empêche d’être contre cette nouvelle intrusion de NS dans un champ qu’il n’a pas à investir, en tout cas pas lui personnellement comme président de la république.

                                  Sur la réponse finale à apporter à ce dossier, je pense pour ma part que c’est la position des juifs de France qui devrait prévaloir. Les victimes, c’est dans leurs familles, et nous n’avons pas à nous en prévaloir pour contrebalancer la passivité d’une grande majorité et d’une complicité de l’état au moment des évènements.


                                  • ernst 20 février 2008 01:33

                                    Je ne vois pas ce qu’il y aurait d’anti-laïc à faire revenir à l’école l’instruction religieuse. Au lycée La Fontaine et Claude Bernard, en 1958, il y avait cours donnés par un rabbin et un abbé. À cette époque il n’y avait pas encore de musulmans. Mais rien n’empêche que ces cours fassent partie de l’éducation, de la culture.

                                    Ces cours étaient notés et figuraient, à raison d’une heure par semaine, sur le carnet de notes.

                                    Trois jours étaient prévus par l’établissement pour la préparation à la communion solennelle ou la Bar-Mitzvah. So what ?... Cela n’empêchait personne d’être bon républicain que je sache !...Beaucoup de bruit pour rien !...


                                    • Grasyop 20 février 2008 02:26

                                      Ne pas confondre laïcité et œcuménisme !

                                      La laïcité ne consiste pas à partager le gâteau (l’École) entre les différentes religions. Elle tient au contraire toutes les religions à l’écart de l’École.

                                       

                                      « Trois jours étaient prévus par l’établissement pour la préparation à la communion solennelle ou la Bar-Mitzvah. So what ? »

                                      Ce n’est pas le rôle de l’École, c’est tout. L’École doit rester à l’écart de la religion, comme elle doit rester à l’écart de la politique. Imaginez ça : « Trois jours étaient prévus par l’établissement pour former des militants du PS ou des militants de l’UMP ». Vous en penseriez quoi ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON








Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires