• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sarkozy veut-il nous déshériter ?

Sarkozy veut-il nous déshériter ?

Dans son discours du dimanche 29 avril 2007 à Bercy, Nicolas Sarkozy a déclaré : "Dans cette élection il s’agit de savoir si l’héritage de Mai 68 doit être perpétué ou s’il doit être liquidé une bonne fois pour toutes." (Source : site officiel de l’UMP). Face à la virulence de ces propos, que le bouillant Daniel Cohn-Bendit n’a pas hésité à traiter de "staliniens" (Source : site du Nouvelobs - 30/04/07), "L’OEuvre au noir" (prix Fémina 1968) de Marguerite Yourcenar brille d’un singulier éclat.

Ce roman captivant, publié à point nommé en mai 68 (le hasard fait parfois bien les choses !) met en scène un alchimiste, médecin et philosophe de la Renaissance, qui n’aurait certes pas renié les valeurs portées par Mai 68. En effet, derrière les outrances d’une jeunesse contestataire, se cachait une réelle et légitime "soif de vie" (dixit Daniel Cohn-Bendit) et de liberté ; c’est ce même appétit de vivre libre qui animait Zénon, le héros principal de l’ouvrage qui apporta la célébrité à la première femme à entrer sous la Coupole (en 1980). Nicolas Sarkozy, dans sa rageuse obstination à balayer ce legs, ne se trompe donc pas d’ennemi : sa longue et furieuse diatribe proférée à l’encontre des acteurs de ce salutaire mouvement d’émancipation, et des actuels "soixante-huitards", montre à l’évidence sa haine des libertés, contrairement à ses protestations d’amour de la démocratie. La "fixette" que fait notre tout récent président de la République sur Mai 68 est plus que suspecte, et révèle en filigrane de qui ou de quoi il est héritier : de l’obscurantisme sciemment entretenu par les autorités tant civiles que religieuses, auquel Zénon fut en butte tout au long de ses pérégrinations. Les pouvoirs séculier et spirituel de cette époque luttaient avec l’énergie du désespoir, contre toute tentative de "rupture" (comme dirait Sarkozy) avec la pensée scolastique moyen-âgeuse.

Ce 8 juin aura marqué le 104e anniversaire de la naissance du grand écrivain et humaniste que fut Marguerite Yourcenar. Souhaitons donc que de modernes Zénon naîtront (politiquement parlant), qui nous aideront à dissoudre la "substance" des conventions et de la pensée unique, qu’un "anti-Zénon" belliqueux voudrait nous imposer, malgré une apparente et feinte modernité : gageons que ce "Janus" nous montrera bientôt son vrai visage !


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • tvargentine.com lerma 7 juin 2007 12:26

    Vous avez peur de Nicolas Sarkozy ?

    En France,peu de citoyens français ont peur de Nicolas Sarkozy,puisqu’il a été élu Président démocratiquement.

    Vous citez « le bouillant Daniel Cohn-Bendit »

    Permettez moi de dire,que si la pensée de Mai 68 se résume à la carrière politique Daniel Cohn-Bendit ou d’un serge July,j’approuve entièrement Nicolas Sarkozy.

    Ces extrèmistes de gauche se sont TOUJOURS trompés en soutenant des régimes criminels (Mao,les khmers rouges..)

    Alors,oui liquidons ces pollueurs qui nous trop longtemps imposé leur idéologie du « laisser faire »


    • Niamastrachno Niamastrachno 7 juin 2007 22:03

      @lerma

      « En France,peu de citoyens français ont peur de Nicolas Sarkozy,puisqu’il a été élu Président démocratiquement. »

      y en a marre de tes copier/coller


    • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 13:19

      Si j’avais peur de Nicolas Sarkozy, je n’aurais jamais écrit un tel article ! Par contre, j’ai peur pour la France qui se lève tard, mais aussi pour « la France qui se lève tôt » (tant pis pour cette dernière !) Mais je suis rassuré sur le sort réservé aux transfuges et aux milliardaires !


    • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 13:21

      Merci à vous, Philippe.


    • toto1701 7 juin 2007 12:47

      je viens d’un pays ou le geolier en chef est élu en toute connaissance de cause a la majorité des captifs ,c’est cela la democratie ... smiley


      • prgrokrouk 7 juin 2007 13:08

        Il y a bien en France, un responsable d’étage « élu » ou désigné parmi les prisonniers : c’est lui qui est chargé de transmettre les doléances et de s’adresser à l’Administration au titre des autres (l’administration ne s’intéresse pas à n’importe qui) ... ET TOUT CA, c’est MOINS CHER. Et, en plus « tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Avec cachetons, musique débile, drogue, bières, télé », ... « La preuve... » ... et quand ils sortent de cette FORMATION, ils refont tout pareil dans les cités !

        Magnifique ! Magnifiques aussi, les valeurs chrétiennes de la pénitence ! et la réinsertion, ce sont d’autres Services Administratifs qui la FABRIQUENT. ça matte bien.


      • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 13:32

        Bonjour,

        aurait-on cherché à vous « réinsérer » contre votre gré, à vous « mater » ?


      • Marsupilami Marsupilami 7 juin 2007 13:06

        Très bon article avec un angle très original. Dimanche je voterai Zénon à l’UMP et son œuvre au bleu.


        • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 13:45

          Merci tout d’abord de votre appréciation sur mon article. Quant à « votre » Zénon (celui de l’UMP - M.Y. doit s’en retourner dans sa tombe !) son « oeuvre au bleu » n’a malheureusement aucune chance de virer au noir !


        • prgrokrouk 7 juin 2007 13:11

          J’aime bien quand c’est court, cet article me plaît parce qu’il invite à la culture avec pertinence et à propos. Mais je ne connais pas ce roman, mea culpa.


          • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 13:54

            Ce livre vous plairait sûrement ! Je vous invite à lire.

            Amicalement


          • LE CHAT LE CHAT 7 juin 2007 13:33

            il en faudra des « zenon » pour mettre un peu de couleur dans ce futur plein de godillots marchant au pas cadencé dans la france d’après .....


            • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 14:00

              Oui, il en faudra des « Zénon » ! Aussi, dans une France hypnotisée par « Mesmer-Sarkozy », faisons comme « Le chat » : ne dormons que d’un oeil !


            • Ronny Ronny 7 juin 2007 13:34

              @ auteur

              Original article. Bien écrit, décalé dans sa présentation et intéressant.

              Le propos de NS sur ’68 ne fait pas référence (à mon avis) aux idées ou aux idéaux de cette époque, ou alors NS serait veritablement un danger potentiel pour le progrès humain...

              Il faut le replacer dans le contexte de l’argumentation lourde du candidat (élu) et qui porte sur son fond de commerce habituel : la sécurité ! Mai 68 a été vécu par beaucoup de gens d’age moyen de l’époque (30/40 ans) comme une période d’insécurité, même si la sécurité des biens et des personnes n’a été mise en danger qu’archi-exceptionnellement (sur 50 millions de français). Certains sont restés traumatisés par les manifestations, les actions de ceux que l’on a présentés comme des « rouges » , le couteau entre les dents, par l’anar allemand, etc. Précisemment ceux-là constituent aujourd’hui la base de l’electorat de NS !

              Deuxième insécurité, là non plus non pas les idées, mais le fait que des individus aient laissé exploser une colère qui les minaient en se débarassant d’un certain nombre de liens... Ces personnes ont commencé à penser autrement et à autre chose qu’à ce que les pouvoirs en place voulaient les voir penser.

              La liberté des esprits est probablement une des pires craintes des « libéraux », car le libéralisme ressemble à s’y méprendre à une doctrine sectaire qui n’admet - pratiquement -aucune contestation.


              • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 14:10

                Merci de l’intérêt que vous avez porté à mon article. En ce qui concerne votre commentaire, vous avez fort bien mis en exergue le ressort psychologique de Nicolas Sarkozy, la PEUR ! Cet homme ne se sent effectivement pas du tout en sécurité dans le pays des droits de l’homme, et sa paranoïa risque de l’entraîner très loin !


              • Bill Bill 7 juin 2007 14:45

                Je n’ai pas lu ce livre, mais il me parait étrange d’évoquer NS pour un personnage de la Renaissance, cela signifie pour moi que le roman en question est trop politisé et c’est donc un fort mauvais roman, plein de préjugés, et qui ne rend pas l’Histoire telle qu’elle est. La Renaissance est une époque très intéressante, mais n’a que peu à voir avec ce que nous vivons, la personne du roi était sacrée, mais le peuple avait la possibilité de s’exprimer dans la rue et le faisait volontiers. Nous sommes loin de la tyrannie dans ce cas !

                Je ne suis pas derrière NS, cependant son discours sur mai 68 est tout à fait justifié. Depuis 68, la société ne vit plus que l’instant, à grand renfort de publicités, publicités qui utilisent très volontiers les thèmes de cette époque : la consommation est une liberté... Ce n’est pourtant pas que cela, et les défenseurs de mai 68 ne se rendent pas compte qu’ils ont un rapport très proche du libéralisme. C’est ce qu’un essayiste appelle les lili-bobo, liberal-libertaire-bourgeois-bohême... L’esprit (ou ce qui en ressort plutôt) a envahi l’école, et l’on voit tous les jours les dégats devenir évidents : le niveau a tellement baissé, que les élèves de terminal, ont du mal a se dépétrer des concours des années 60 au... brevet des collèges ! Ce n’est plus la société de papa, c’est l’autorité du père qu’on a renié. Depuis les jeunes filles vont à l’école en laissant dépasser leurs strings, les garçons se prennent pour des cracks en laissant dépasser leurs caleçons et en marchant comme des singes, et tous mettent un point d’honneur à parler une langue qui n’a plus que peu à voir avec le français. C’est lamentable... Nous nous y sommes habitués avec le temps. Personnelleme,t ma fille n’a pas intéret à se rendre à l’école dans cette tenue !

                N’importequel petit autodidacte sur les bancs de l’école peut se rendre compte que ses professeurs sont trop politisés pour être honnête. L’Histoire est déformée, ou c’est l’Etat qui impose la version officielle. On nous raconte qu’autrefois l’Etat avait la main partout avec la touchante naïveté de croire que ce n’est pas le cas aujourd’hui... c’est là qu’est la grande différence à mon avis, entre après et avant mai 68 : aujourd’hui non seulement la plupart des gens sont manipulés par l’Etat, mais en sus ils ne s’en rendent pas compte. Au moins autrefois, il se savait que l’Etat était derrière, tandis qu’à présent, on adhère, et on adhère à la façon de 1984, sans réserves, sans réfléchir. La pensée de l’Etat est devenue une façon d’être, et cette façon d’être rejette ce qui ne lui ressemble pas.

                Nous sommes finalement passés d’un extrème à l’autre !

                Mais ne vous en faites pas : Sarkozy parle, il parle tout simplement... mais le fond ne sera surement pas au rendez-vous...

                Bill


                • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 14:16

                  J’admire et j’envie votre aptitude à pouvoir jauger un livre sans l’avoir ouvert ! Que de temps gagné ! Comment faites-vous ? Donnez-moi votre recette !


                • Bill Bill 8 juin 2007 15:11

                  non monsieur, je ne juge pas du livre, je déduis de votre critique sans nuance que le livre doit l’être aussi, je critique en soit votre façon de la présenter...

                  Bill


                • Tab Tab 7 juin 2007 16:23

                  Cohn-Bendit ?

                  « Il m’était arrivé plusieurs fois, écrit l’ancien leader de Mai 68, que certains gosses ouvrent ma braguette et commencent à me chatouiller. Je réagissais de manière différente selon les circonstances, mais leur désir me posait un problème. Je leur demandais : » Pourquoi ne jouez-vous pas ensemble, pourquoi vous m’avez choisi, moi, et pas les autres gosses ? « Mais, s’ils insistaient, je les caressais quand même. » (source : site web de l’humanité)...

                  Jolie référence pour parler de valeurs !!!


                  • Tab Tab 7 juin 2007 16:25

                    Mais chacun compose avec l’héritage qu’il veut.


                  • thirqual 7 juin 2007 22:05

                    M.Nabokov a eu du mal à expliquer pourquoi son personnage était un monstre dans Lolita... c’était dans les années 50.


                  • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 15:06

                    Excusez-moi de ne pas être au courant des débordements sexuels de Cohn-Bendit, mais je ne fais pas les poubelles ! Et je ne suis pas un extrémiste non plus !


                  • NPM 7 juin 2007 17:45

                    « Ce roman captivant, publié à point nommé en mai 68 (le hasard fait parfois bien les choses !) »

                    On ne voit pas le rapport avec Mai 68 (?)

                    Mai 68 ce sont des gens monstrueusement égoisme qui voulaient surtout aller baiser des filles dans les dortoir universitaire du Crous. Pas besoin de faire de c’est idiot des idoles.

                    Et merci pour la dette, O 68ahrd ultra egoiste !


                    • Niamastrachno Niamastrachno 7 juin 2007 22:07

                      on n’en a pas beaucoup des vieux cxxx sur avox, mais dès qu’il pointent le bout du nez, on sent l’odeur venir avec...


                    • le pen la vie la vraie 7 juin 2007 23:38

                      niamachintruc vous ne méritez pas votre photo


                    • Niamastrachno Niamastrachno 8 juin 2007 02:33

                      encore fallut-il que vous sachiez de quoi il retourne...

                      http://abidbol.free.fr/


                    • Niamastrachno Niamastrachno 8 juin 2007 02:53

                      ah tiens rien à voir avec le sujet mais pour les néophytes :

                      http://abidbol.free.fr/html/extraits.htm


                    • hadrien 8 juin 2007 12:02

                      Je crois que depuis qu’on rassemeble des jeunes filles à un endroit pour y passer la nuit, les jeunes hommes tentent de les rejoindre... ! Rien à voir avec mai 68...quoique peut-être....vous parlez certainement de la libération sexuelle ! Rassurez vous mon bon monsiuer, certain ont su (du) rester pur ! Vous peut-être ?


                    • Odal GOLD Odal GOLD 7 juin 2007 18:22

                      Mai 68 est un état d’esprit et les cheveux longs que se sont mis alors à porter les gens étaient un signe de liberté (les gens « libres » ont presque toujours porté les cheveux longs).

                      Ne faites pas qu’apprendre et répéter, sentez les choses, soyez, soufflait alors avec les Beatles et les Rolling Stones toute une époque. Coté « délique » : http://odalgold.blog4ever.com/blog/lirarticle-106908-323833.html

                      Odal GOLD www.odalgold.com


                      • NPM 7 juin 2007 18:24

                        « les cheveux longs que se sont mis alors à porter les gens étaient un signe de liberté (les gens « libres » ont presque toujours porté les cheveux longs). »

                        AH HA AH AH AH !!!

                        Trés drôle, bravo.


                      • NPM 7 juin 2007 20:50

                        « Il est très étrange de voir vomir sur mai 68 des gens qui n’auraient pas supporté cinq minutes la société d’avant cette époque... »

                        Comme si ces étudiants ignares et avinés avaient « changé » la société !

                        Mon pauvre, vous êtes trés crédule..


                      • prgrokrouk 7 juin 2007 21:41

                        S’cuz-moi, partner... mais une maison « bleu », ça s’écrit « Une maison bleue ». Sinon, c’est bien, et j’aime assez la gauloise blonde.


                      • vivelecentre 7 juin 2007 23:46

                        cela doit etre bien d’etre « penseur independant » !

                        quand je serai grand, je serai « penseur independant »


                        • Gérard, Henri PERTUSA 8 juin 2007 15:26

                          « Penseur indépendant » est un « métier » qui ne rapporte pas grand’chose, à part des ennuis. C’est pourquoi je vous le déconseille. Mais vous ne me semblez pas avoir la vocation, alors...


                        • ExSam 8 juin 2007 08:00

                          Article joliment écrit qui nous rappelle une vérité, celle-là totalement capturée, avérée, indiscutable.

                          Sarko est un vieux faf avec masque de fer. Le masque, de couleur chair est accompagné d’une perruque noire et d’une double rangée de fausses dents émaillées.

                          Sarko est un vieux faf méticuleux, naturellement, et n’enlève jamais son masque, sauf devant les journalistes triés sur le volet, dont les noms suivent.

                          Ockrent, Joffrin, Maury, July, Beytout, Rioufiol...La liste est incomplète car le dernier exemplaire a échapppé de peu à l’autodafe ordonné par BouyguesPrivatePolicy sur les ruines vitrifiées des Mureaux.

                          Il y aurait encore en circulation du côté de Brême une photo argentique révélant le visage véritable de celui qui vient aujourd’hui de se faire élire empereur d’Uland, en cet hiver 2010 qui n’en finit pas de lancer ses brigades neigeuses sur ce pauvre mois de mai.

                          On murmure même que ce visage serait défiguré par la perte d’un oeil. En quelque sorte, notre nouvel empereur serait borgne.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès



Partenaires