• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sauver le climat et gagner plus !

Sauver le climat et gagner plus !

 

Nous sommes pour la plupart d’entre nous convaincus de l’urgence de lutter contre le dérèglement climatique. Toutes les mesures que nous prenons dans ce sens ont leur utilité mais elles resteront vaines aussi longtemps que le prix de l’énergie sera à la baisse. Si surprenant que cela paraisse, c’est le cas depuis 50 ans ! Les énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz) coûtent en effet deux fois moins qu’en 1970 en proportion de nos revenus. C’est pourquoi notre intérêt personnel nous guide en toutes choses vers les solutions les plus énergivores, même si nous les réprouvons.

 1 euro = 6,5596 francs

Prix en 1969 (francs)

Prix en 2020 (euros)

Évolution
(x par)

SMIC horaire

3,3

10

20

Baguette de pain (250g)

0,55

1

12

Carte de métro hebdomadaire

4,8

20

27

1 litre de super

1,1

1,5

9

10 thermies de gaz

1,1

0,9

5

Source : Tableaux de l’économie française (INSEE, 1970)

 

Où en serions-nous si le prix du super était resté dans le même rapport prix/revenu qu’en 1969, soit à plus de 3 euros le litre ? Nous ne vivrions pas moins bien mais différemment. Nous aurions des villes et des villages plus concentrés, des lieux de travail plus proches des lieux d’habitation, plus de commerces de proximité et moins d’hypermarchés, des transports publics plus développés, notamment entre villages, villes et gares, etc. Les paysans pratiqueraient plus volontiers une agriculture raisonnée et utiliseraient moins de phytosanitaires si ceux-ci étaient également deux fois plus chers qu’ils ne sont aujourd’hui.

Le prix bas des énergies, en particulier des énergies fossiles, est une addiction, une drogue qui nous a conduits dans l’impasse actuelle, avec un mode de vie clinquant qui menace les équilibres environnementaux et en premier lieu climatiques.

Les gouvernants et les industriels à l’origine de cette addiction ne voient d’autre solution que dans une fuite en avant par la technologie : développement des énergies « renouvelables » et des véhicules électriques. Mais les énergies telles l’éolien ou le solaire comportent aussi de graves inconvénients (pollutions par les « terres rares », rendements faibles et incertains…). Quant à l’électrification des véhicules, elle ne compensera jamais et de loin la multiplication du nombre de véhicules (un milliard aujourd’hui, trois ou quatre milliards dans 50 ans ?). Elle ne fera aussi qu’accélérer l’étalement urbain et l’artificialisation des sols.

S’ensuit l’urgente nécessité d’augmenter fortement le prix des énergies pour nous libérer de notre addiction, mais à condition qu’il ne nous en coûte rien ! C’est possible dans le respect de l’économie de marché, de la démocratie et de la liberté individuelle, en préservant la croissance économique et en améliorant le bien-être de chacun.

Nous préconisons une solution incitative et même populaire : une contribution payée par les producteurs d’énergies primaires (EDF, compagnies pétrolières, usines d’incinération etc.) et toute entière redistribuée aux citoyens sous la forme d’une allocation forfaitaire mensuelle. Il s’agit que l’augmentation du prix de l’énergie et des produits énergivores soit toute entière compensée par cette allocation climat.

Ainsi chacun pourra-t-il arbitrer entre deux options sans altérer son bien-être :
• Ne rien changer à son mode de vie en finançant avec l’allocation climat les hausses de prix induites par la contribution énergie,
• Se réorienter vers des consommations moins énergivores et moins coûteuses, avec un reliquat de revenu qui lui permettra d’augmenter son niveau de vie !

Faisons donc confiance aux citoyens et à nous-mêmes et laissons chacun décider de consommer plus ou moins « vert » sans perte de revenu.

Une contribution énergie de 50 centimes sur 1 litre de carburant ou 10 kWh électriques rapporterait un minimum de 80 milliards d’euros. Si au lieu d’être noyé dans le budget de l’État (désendettement, administrations, subventions, investissements…), ce montant est redistribué par le fisc à chaque ménage, il s’ensuit une allocation forfaitaire de 150 euros par mois à chaque adulte et 80 euros par mois par enfant mineur (montant brut avant impôt).

Ne s'arrêtant pas à la mise en place de la contribution énergie redistribuée, l'État peut réorienter la législation de façon à encourager les pratiques les plus sobres en énergie sans entraver la croissance économique ni la compétitivité des entreprises.

La législation doit être en tous points incitative et non contraignante. Si un ménage souhaite une maison ouverte à tous les frimas, s’il ne se déplace qu’en voiture et ne rêve que de vacances aux antipodes, libre à lui. Mais telle une « main invisible », la loi doit lui montrer des alternatives plus attirantes et surtout moins coûteuses. Elle doit inciter chacun à s’établir au plus près des villes, des bourgs et des bassins d’emploi. Elle doit aussi permettre aux paysans respectueux de l’environnement de concurrencer les agro-industriels et aux industriels nationaux de rivaliser avec les importations de l’autre bout du monde...

Ces solutions sont indolores et porteuses d'espérance. Elles sont réalisables à l’échelle de la nation et susceptible de faire école dans le reste de l’Europe et de la planète. C’est une utopie à notre portée.

Le dessinateur Dominique Rousseau a retranscrit mon propos sous forme de BD : cliquez pour la découvrir. Vous pouvez aussi télécharger le livre numérique : Sauver le climat et gagner plus, des revenus plus élevés avec une énergie plus chère.

 


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

37 réactions à cet article    


  • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 23 novembre 2020 08:55

    Contrairement à ce que pensent les médias et les politiques, le réchauffement climatique est contesté et la responsabilité des hommes dans celui-ci l’est encore plus.

     

    En témoigne ce que vous pouvez lire dans le fichier joint.

     

    Ils sont tirés des 2 sites internet suivants :

     http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2007/10/le-rchauffement.html

    et http://www.pensee-unique.fr/rechauffement.html


    • Yann Esteveny 23 novembre 2020 11:06

      Message Daniel PIGNARD,

      J’ai arrêté la lecture à la phrase suivante : ’Nous sommes pour la plupart d’entre nous convaincus de l’urgence de lutter contre le dérèglement climatique."
      Une réécriture s’impose :
      Un matraque médiatique bien conduit par Monsieur Al Gore a persuadé beaucoup de monde qu’un nouveau culte à Gaïa était indispensable face à un réchauffement climatique dont la dangerosité est analogue à une superpandémie. Cela se traduit par le foisonnement de parti politiques écologistes bidons ayant la conscience politique d’une salade et qui prétendent sauver le monde.

      Respectueusement


    • Gollum Gollum 23 novembre 2020 11:14

      @Yann Esteveny

      et qui prétendent sauver le monde.

      De la part de quelqu’un appartenant à une secte qui prétend sauver les âmes... smiley

      Irrespectueusement. 


    • troletbuse troletbuse 23 novembre 2020 09:16

      Ces solutions sont indolores et porteuses d’espérance.

      Bien sur

      Suffit d’augmenter les taxes.

      https://www.capital.fr/economie-politique/barbara-pompili-annonce-des-coupures-delectricite-cet-hiver-tres-courtes-1386337

      Comme la plupart des appareils ne fonctionnent pas sans électricité, on verra le bordel que ça foutrait.

      Plus de chauffage, plus d’éclairage.

      Plus moyen d’acheter dans la plupart des magasins.

      Mais on alimenterait quand même les merdias afin qu’ils fassent de la pub afin que l’on consomme. Voiture électrique, chaudière électrique.

      Mais pas les réseaux sociaux qui favorisent le « complotisme »

      Vous me direz un peu plus, un peu moins, c’est pas grave.


      • André Larané André Larané 23 novembre 2020 09:29

        @troletbuse
        L’article parle-t-il d’augmenter les taxes ??? Si vous prenez le temps de lire et si vous consultez l’analyse détaillée qui figure dans notre livre numérique, vous verrez que la redistribution à chaque citoyen de la contribution énergie compense plus que largement l’augmentation de prix des énergies. Les seuls perdants sont les revenus les plus élevés qui font plusieurs voyages en avion par an, roulent tant et plus en SUV, etc.


      • troletbuse troletbuse 23 novembre 2020 09:34

        @André Larané
        Oui, 50 cts par litre. Pour le ruissellement, on connaît le résultat.


      • André Larané André Larané 23 novembre 2020 09:39

        @troletbuse
        Nous ne parlons pas de « ruissellement » mais de redistribution directe mois après mois. D’un côté, +50 centimes sur le litre de super, de l’autre, 150 euros chaque mois dans votre poche et autant dans celle de votre conjoint... Faites le calcul. Et de grâce, faites-vous plaisir en jetant un oeil sur notre BD : https://www.herodote.net/galeries-Gagner_plus_pour_sauver_le_climat_-451.php


      • Pimpin 23 novembre 2020 09:59

        Il n’y a aucune urgence climatique, juste une escroquerie climatique pour justifier des taxes et imposer des contraintes dites écologiques par des idéologues.

         Elle s’appuie sur une théorie de l’effet de serre par le CO2 totalement fausse et dont les prévisions depuis près de 40 ans se révèlent bien sûr fausses.

        Voilà près de 10 ans que la consommation de pétrole stagne. Cette année a vu une brutale réduction à cause des confinements. Le trafic aérien montré du doigt s’est quasiment arrêté pendant deux mois et a très faiblement repris. Il n’y a aucune répercussion sur le taux de CO2 qui continue de monter exactement comme si de rien n’était, pas une inflexion, pas une cassure, pas un frémissement, rien. 

        La démonstration est faite : l’augmentation du CO2 n’a rien à voir avec notre activité. 


        • troletbuse troletbuse 23 novembre 2020 10:07

          @Pimpin
          Avant, il y avait le trou dans la couche d’ozone. Aujourd’hui il a disparu des merdias. Un jour le réchauffement disparaîtra aussi. En ce moment c’est le Covid.  smiley.


        • André Larané André Larané 23 novembre 2020 10:25

          @troletbuse
          Le trou dans la couche d’ozone a disparu parce que nous avons interdit les CFC. Le Covid disparaîtra parce que nous le combattons (distanciation, vaccins...). Le réchauffement climatique a débuté avec la révolution industrielle et ira jusqu’à son terme si, par paresse et confort, nous choisissons de le nier et ne rien changer à notre mode de vie... Pourtant, cela ne serait pas si compliqué. La preuve en images : https://www.herodote.net/galeries-Gagner_plus_pour_sauver_le_climat_-451.php


        • JC_Lavau JC_Lavau 23 novembre 2020 10:57

          @Pimpin. Cet article ci a passé la censure. Le mien est censuré.
          Reporté du coup à http://jacques.lavau.deonto-ethique.eu/effet_serre.html

          Fraude : les gaz polyatomiques sont prétendus « à effet de serre ».

          La propagande carbocentriste prétend qu’il suffit qu’une molécule ait capturé un photon à sa fréquence de résonance (ou l’une de ses fréquences de résonance si elle est polyatomique), pour qu’elle le réémette, avec 50 % de chances que ce soit vers le sol terrestre et non l’espace intersidéral.

          Exemple par Gilles Delaygue :

          https://planet-terre.ens-lyon.fr/article/explication-effet-de-serre.xml

          En toutes lettres, Delaygue, prétend que la molécule qui a absorbé un photon à sa fréquence de résonance mécanique, va REEMETTRE ce photon, dont en moyenne statistique, la moitié vers la Terre. 


          Sauf que c’est une fraude : à moins qu’on ne soit en très haute altitude, à pression négligeable et long parcours moléculaire, aux pressions troposphériques la désexcitation est cinétique, par chocs, longtemps avant qu’une désexcitation photonique puisse avoir lieu.

          Calcul par Georges Geuskens, déjà évoqué plusieurs fois. Les gaz aux pressions troposphériques n’émettent pas.

          http://www.science-climat-energie.be/2019/02/14/le-rechauffement-climatique-dorigine-anthropique/

          http://www.science-climat-energie.be/2018/08/06/le-co2-et-le-climat-avec-et-sans-effet-de-serre/

          http://www.science-climat-energie.be/2018/04/26/du-bon-usage-de-la-formule-de-stefan-boltzmann

          /http://www.science-climat-energie.be/2018/03/28/le-co2-dans-les-basses-couches-atmospheriques/

          http://www.science-climat-energie.be/2018/04/02/le-co2-dans-les-basses-couches-atmospheriques-2/

          ...

          https://climatorealiste.com/effet-de-serre/ 


          Que le photon capturé vienne du Soleil ou de la Terre, l’unique effet thermique est d’atténuer légèrement le gradient thermique atmosphérique local, par rapport à un gradient adiabatique pur. Pas plus d’effet de serre par des gaz préposés à cet effet politique, que de beurre en branche. Seuls les nuages sont des plafonds de serre

          Deux gaz diatomiques, CO et NO, et tous les polyatomiques, O3 par exemple, ont des résonances mécaniques vibrationnelles avec couplage électromagnétique.

          Résonances toutes utilisables en analytique spectrale : toutes sont absorbantes, pratiquement jamais d’émission à pression courante, la désexcitation est mécanique par chocs.

          Or selon les escrocs aux ordres, rétribués via le GIEC (Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentristes), ces gaz polyatomiques réémettraient le photon absorbé, ce qui les transformerait miraculeusement en « gaz à effet de serre ». Du coup l’efficacité analytique tomberait drastiquement : au lieu de n’en laisser passer aucun, le monoxyde de carbone ne bloquerait plus que la moitié des photons résonants incidents. Et le détecteur spectral de monoxyde que nos élèves avaient à étudier en 1995 ne pourrait même pas fonctionner. Les détecteurs spectraux qu’on utilise en reconnaissance aérienne de la pollution ne pourraient pas fonctionner non plus, ou très très faiblement. 


          Le Gang Intergouvernemental d’Escrocs Carbocentristes a refait la physique des gaz et du rayonnement sur des bases toutes nouvelles ! La spectrographie dans le domaine du visible, par émission ou par absorption est opérationnelle depuis le 19e siècle, depuis Kirchhoff et Bunsen. La colorimétrie aussi est d’usage quotidien dans les laboratoire d’analyse chimique. ...


        • Bernard Mitjavile Bernard Mitjavile 24 novembre 2020 07:54

          @André Larané Si au moins nos écolos croyaient à ce qu’ils racontent. En France, on explique que l’objectif prioritaire est de réduire les ges (gaz à effet de serre) puis on augmente les émissions de CO2 en fermant la centrale de Fessenheim et en relançant la production d’électricité par des centrales au charbon suivant le brillant exemple de Mme Merkel championne des émissions de ges en Europe et dans les meilleurs au niveau mondial suite à un accord avec les verts.
          Ici nous avons une ministre écolo qui nous promet des coupures d’électricité en cas d’hiver rude. Pour le Français de la base qui a du mal à payer ses factures EdF, il n’y a plus qu’à souhaiter que le réchauffement ne soit pas un mythe. Conclusion : ou les écolos sont des menteurs ou des idiots. Bon, peut-être un peu les deux..


        • charly10 24 novembre 2020 15:10

          @André Larané

          En parlant du fameux trou, pour les convaincus du rôle du CO2 l’effet de serre.

          https://reporterre.net/Les-gaz-HFC-bons-pour-l-ozone-terribles-pour-l-effet-de-serre


        • JC_Lavau JC_Lavau 24 novembre 2020 21:19

          @Bernard Mitjavile. Seulement un peu des deux ?


        • popov 23 novembre 2020 12:56

          @André Larané

           
          Nous sommes pour la plupart d’entre nous convaincus de l’urgence de lutter contre le dérèglement climatique.

           

          J’aimerais savoir comment un ingénieur arrive à la conclusion que le CO₂ anthropique pourrait être responsable d’un réchauffement climatique. 

           

          Ne me renvoyez pas à des articles d’« experts », essayez de me décrire le mécanisme en vos termes, comme vous le comprenez.


          • JC_Lavau JC_Lavau 23 novembre 2020 13:28

            @popov. Bin, tout au long du cursus nous avons été sélectionnés sur notre inoxydable obéissance aux pires absurdités :

            Etage 1 : nombre + nombre * nombre = grandeur physique.Incohérence systématique des formalisations d’apparence mathématique.D’où du reste de nombreuses gourandes lors des changements de base ou d’unités.

            Etage 2 : confondre composantes et coordonnées.Si on soulève une poutre avec deux élingues, chacune des forces appliquées par chaque élingue est une composante de la force totale soulevant la charge. Que j’exprime ces forces en coordonnées cartésiennes, en cylindriques, ou en sphériques, ou en rectangulaires à la manière des aviateurs, en mètres horizontalement et pieds verticalement, les coordonnées restent des coordonnées, homogènes ou pas, et pas des « composantes ». Là encore, cette ruse pour une inexactitude maximale est une victoire de l’Empire Britannique sur le reste du monde : ne surtout pas distinguer une grandeur physique d’un nombre.Boarf ! « Un vecteur n’est qu’une liste de nombres ! ». Une liste sans aucune règle de syntaxe ni de cohérence...

            Etage 3 : le coup du « produit vectoriel ».Revoir le sujet de bac scientifique à Pondichéry en 2012 :https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/les-plus-beaux-loupes-de-l-212926
            Ah ! La puissance de l’Empire Britannique !

            Je passe sur l’étape 4, qui ne concerne pas cet homme :
            Etage 4 : Les absurdités systématiques de la narrative Göttingen-København.

            Jusqu’aux années soixante, les géologues devaient obéir à une autre truffe : le coup du géosynclinal, protéiforme.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 23 novembre 2020 14:52

            @popov
            « Ne me renvoyez pas à des articles d’« experts », essayez de me décrire le mécanisme en vos termes, comme vous le comprenez. »

            Oui, très bonne demande. Je vous la reformule pour la théorie de l’évolution avec le passage d’une espèce à l’autre.


          • JC_Lavau JC_Lavau 23 novembre 2020 17:09

            Les sauts de ligne avaient sauté.

            @popov. Bin, tout au long du cursus nous avons été sélectionnés sur notre inoxydable obéissance aux pires absurdités :

            Etage 1 : nombre + nombre * nombre = grandeur physique.

            Incohérence systématique des formalisations d’apparence mathématique.

            D’où du reste de nombreuses gourandes lors des changements de base ou d’unités.


            Etage 2 : confondre composantes et coordonnées.

            Si on soulève une poutre avec deux élingues, chacune des forces appliquées par chaque élingue est une composante de la force totale soulevant la charge. Que j’exprime ces forces en coordonnées cartésiennes, en cylindriques, ou en sphériques, ou en rectangulaires à la manière des aviateurs, en mètres horizontalement et pieds verticalement, les coordonnées restent des coordonnées, homogènes ou pas, et pas des « composantes ». Là encore, cette ruse pour une inexactitude maximale est une victoire de l’Empire Britannique sur le reste du monde : ne surtout pas distinguer une grandeur physique d’un nombre.

            Boarf ! « Un vecteur n’est qu’une liste de nombres ! ». Une liste sans aucune règle de syntaxe ni de cohérence...


            Etage 3 : le coup du « produit vectoriel ».

            Revoir le sujet de bac scientifique à Pondichéry en 2012 :

            https://www.agoravox.fr/culture-loisirs/culture/article/les-plus-beaux-loupes-de-l-212926
            Ah ! La puissance de l’Empire Britannique !


            Je passe sur l’étape 4, qui ne concerne pas cet homme :
            Etage 4 : Les absurdités systématiques de la narrative Göttingen-København.

            Jusqu’aux années soixante, les géologues devaient obéir à une autre truffe : le coup du géosynclinal, protéiforme.


          • popov 24 novembre 2020 05:12

            @Daniel PIGNARD
             
            Je pose la question à l’auteur parce qu’il est ingénieur et qu’il doit avoir une formation de base en physique qui lui permet de se faire une idée assez précise sur cet « effet de serre ». Et remarquez que cette question est en plein dans le sujet de l’article.
             
            Vous me posez une question qui n’a rien à voir avec le sujet de l’article ni avec ma formation. Je vais y répondre d’une façon très courte. J’adhère aujourd’hui à la théorie de l’évolution de Darwin parce que cette théorie me semble aujourd’hui l’hypothèse la moins « tirée par les cheveux », même s’il y a encore de nombreux points sombres. Je suis prêt à revoir mon opinion si quelqu’un trouve des preuves qu’elle est fausse.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 24 novembre 2020 08:56

            @popov
            Non, je vous ai fourni de nombreuses preuves qu’elle est fausse, et vous niez l’existence de ces preuves. Donc, vous entrez le camp de ceux que le Christ a décrit :

            « S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader quand même quelqu’un des morts ressusciterait. » (Luc 16 :31)


          • popov 24 novembre 2020 10:19

            @Daniel PIGNARD

            Les photos de ptérodactyles dans le ciel américain, je suis un peu sceptique. Si vous en capturiez un vivant, par contre...


          • JC_Lavau JC_Lavau 24 novembre 2020 13:24

            @Daniel PIGNARD. Les ptérodactyles étaient piscivores. Aux Etats, un aigle pêcheur qui pêche, ça ne passe pas inaperçu. DONC un ptérodactyle qui pêche doit passer inaperçu durant des millénaires...


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 24 novembre 2020 20:21

            @popov

            Mais vous acceptez le saut d’une espèce à l’autre sans avoir vu ni entendu la moindre expérience qui le démontrerait. Homme de grande foi pour les conneries mais d’aucune foi pour la vérité.


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 24 novembre 2020 20:32

            @JC_Lavau
            « Les ptérodactyles étaient piscivores. »

            Oui, oui, prouvez-le. Comme le Trex qui paraît-il était carnivore, alors que sa dentition n’est pas du tout assez solide pour être carnivore ; Certains lui voient plutôt se mettre des melons dans la bouche. Hummm ! C’est bon un melon !


          • JC_Lavau JC_Lavau 24 novembre 2020 21:17

            @Daniel PIGNARD. Tiens ? Encore une accusation de merde, par un illettré.
            Depuis le temps qu’on t’explique la spéciation, avec de nombreux exemples, tu restes aussi bouché qu’un cheptel de secte.


          • popov 25 novembre 2020 02:04

            @Daniel PIGNARD

            En physique, il y a aussi des sauts d’un niveau d’énergie à un autre sans la possibilité d’états intermédiaires. Et certains corps comme le soufre peuvent se solidifier sous plus d’une forme cristalline. On peut les faire passer d’une forme à une autre, mais il n’y a évidemment pas de forme intermédiaire.

            Ceci n’est qu’une intuition. De là à extrapoler au passage d’une espèce à une autre, j’admets qu’il y a un grand pas. Il s’agit d’un point sombre de la théorie de l’évolution. Un point sombre qu’il faudra éclaircir, mais pas la preuve que la théorie de l’évolution ne peut être que fausse.


          • JC_Lavau JC_Lavau 25 novembre 2020 08:20

            @popov. Tu as encore oublié toutes les spéciations qui se produisent sous nos yeux. Sauf que pour les grosses espèces, le processus est lent parce que les générations sont longues, et qu’une vie humaine est dérisoire en comparaison.


          • Gollum Gollum 25 novembre 2020 09:46

            @Daniel PIGNARD

            Comme le Trex qui paraît-il était carnivore, alors que sa dentition n’est pas du tout assez solide pour être carnivore 

            Phénoménal ! smiley Le clown de service a encore frappé.. Et fort, très fort !

            Déjà vous mettez un gosse de 3 ans face à un crâne de T-rex le gamin comprend immédiatement que les dents longues et pointues sont faites pour poignarder et pas pour manger de l’herbe.. (Mais Pignard non... trop con)

            D’autre part la mâchoire du T-rex a été testée en laboratoire (eh oui c’est ça la science PIgnard, on teste, on part pas dans des délires totaux et ridicules) et les os les plus durs du monde animal n’y résistent pas.

            Capacité de la mâchoire du T-rex estimée à : entre 35.000 et 57.000 newtons

            Ce qui renvoie les crocodiles actuels au rôle de petits joueurs...

            C’est là Pignard : https://www.futura-sciences.com/planete/actualites/paleontologie-t-rex-machoire-etait-redoutable-broyeuse-os-37110/


          • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 26 novembre 2020 13:52

            @JC_Lavau

            « Depuis le temps qu’on t’explique la spéciation, avec de nombreux exemples »

             

            Ben le seul exemple que je connaisse, c’est qu’en France, un cheval devient une vache parce qu’il naît dans une étable. Autrement dit : Un Noiw devient fwançais dès cons lui donnent un bout de papier.


          • Gollum Gollum 26 novembre 2020 14:17

            @Daniel PIGNARD

            Et le T-rex herbivore ? smiley smiley


          • zygzornifle zygzornifle 23 novembre 2020 13:29

            C’est plutôt « sauver le climat et payer » plus qui nous attend !


            • popov 23 novembre 2020 14:09

              @zygzornifle
               
              Pire, vous allez payer et le climat n’en fera qu’à sa tête.


            • jakem jakem 23 novembre 2020 15:06

              Bon Diou ! ça c’est du programme !  

              Et puis ce qui est vachement important, c’est d’apprendre avec tout le sérieux programmatique convenable, que : 1- NOUS pouvons sauver le climat !

              NOUS = nous les Français ! tout seuls !

              Et puis : 2 le climat peut être SAUVE ! il était gravement compromis dans une affaire louche de réchauffement, mais, après réflexion, discussions, et jugement bienveillant, on a décidé de l’absoudre.

               Il doit être vachement content, le climat.

              Je tiens à remercier Monsieur Larané pour ces deux informations importantes et l’assurer de mon soutien indéfectible concernant la rédemption des péchés du climat. J’ai eu de la religion, moi aussi !


              • charly10 23 novembre 2020 16:47

                D’abord tout n’est pas clair dans la lutte contre les produits carbonés. La thèse de l’effet de serre d’origine anthropique sur laquelle repose toute la politique climatique depuis 30 ans, est sujette à caution.

                On a tout simplement fait les corrélations, augmentation températures par le levier effet de serre et taux CO2 ; ce n’est pas une démonstration, aucune causalité n’a été recherchée.

                L’effet de serre d’origine anthropique n’est qu’un postulat qui sert de faire valoir à une politique fiscale, bien orchestrée depuis la mise en place du protocole de Kyoto en 1997, en jouant sur la culpabilité des citoyens. De nombreux experts (hors GIEC) démontrent que la responsabilité CO2 anthropique dans le réchauffement est très largement sur évaluée.

                Quoiqu’on veuille nous le faire croire, il n’y a ni unanimité, ni consensus de la communauté scientifique sur ce sujet. La simple lecture des blogs spécialisés contradictoires, sur lesquels la communauté scientifique s’exprime, en est la meilleure illustration.

                Ensuite, justifier du cout actuel moindre des énergies pour remettre une couche de taxes, n’est plus acceptable à notre époque, quelle que soit la cause invoquée. Nous crevons sous les taxes (67 % sur les carburants).Rappelons que ces taxes « carbone » sont à l’origine des évènements gilets jaunes.

                Le système taxe prélevée et redistribuée est générateur de toutes formes d’abus .C’est une solution technocratique, qui entraine en plus, des montagnes de dérives dans les attributions (Voir le nombre d’entreprises bidons, réalisant des travaux bâclés dans la filière isolation des maisons à 1 euro mise en place par les responsables développement durable).

                 Le climat se réchauffe, c’est un fait mais, d’autres pistes existent quant à la cause de ce réchauffement, encore faut-il donner les moyens aux « chercheurs qui cherchent » au lieu de les cantonner bêtement dans le clan des climato sceptiques.

                « Il y a une part imprévisible dans le climat que la science ne pourra jamais appréhender. » Disait dans les années 2000 Roger Pielke senior, une des référence en climatologie.

                On ne changera pas le climat en jouant sur le CO2 anthropique, c’est une chimère.


                • JC_Lavau JC_Lavau 23 novembre 2020 17:00

                  @charly10. Les dernières traces de CO2 encore présentes dans l’atmosphère ne posent que le problème de leur pénurie, eût égard aux besoins des végétaux.

                  Un interglaciaire, c’est tragiquement bref, et le nôtre touche à sa fin.


                • Daniel PIGNARD Daniel PIGNARD 24 novembre 2020 09:21

                  @charly10

                  Les 67 % de taxes sur les carburants dont vous nous parlez sont comptés à partir des 100 % que vous payez à la pompe, le vrai prix de cette taxe serait donc : Taxes/prix à la raffinerie = 67/33 = 203 %


                • charly10 24 novembre 2020 15:01

                  @Daniel PIGNARD

                  203 % si vous voulez, peu importe, mais déjà 67% c’est trop.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON



Publicité



Les thématiques de l'article


Palmarès



Publicité