• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Séisme politique en Russie : Medvedev démissionne, Poutine planifie son (...)

Séisme politique en Russie : Medvedev démissionne, Poutine planifie son départ du Kremlin

JPEG

Par Bryan Mac Donald

Source : RT

Traduction & édition : lecridespeuples.fr

On ne sait jamais ce que la vie nous réserve. Un discours sur l’état de la nation apparemment routinier de Vladimir Poutine s’est transformé de manière inattendue en l’une des après-midi les plus mémorables de l’histoire politique russe récente.

Mercredi, le gouvernement russe a démissionné. Dmitri Medvedev a quitté la première ligne politique, Vladimir Poutine a confirmé qu’il quittera la présidence à la fin de son mandat actuel, et Mikhail Mishustin est devenu le nouveau Premier ministre russe. Comme Van Morrison l’a chanté jadis, il y aura des jours comme celui-ci.

Et on n’est que le 15 janvier. Une semaine après que les Russes ont célébré le Noël orthodoxe, et quinze jours après le Nouvel An, il n’a pas fallu longtemps pour que les affaires sérieuses reprennent.

Au matin, Mishustin était tellement inconnu en dehors de la Russie qu’il n’avait même pas de page Wikipédia en anglais. Et son profil à l’intérieur du pays était mineur, au-delà du monde des responsabilités politiques et administratives.

mitushin
Le chef du Service fédéral des impôts, Mikhaïl Mishustin, choisi par le Président russe Vladimir Poutine pour devenir le prochain Premier ministre russe

Mais il ne fait aucun doute qu’il s’agit d’un gestionnaire efficace. En tant que chef des services fiscaux russes, il a connu un énorme succès. Les revenus ont augmenté d’environ 20% sous sa direction malgré une augmentation de 2% seulement de la charge fiscale. En effet, l’année dernière seulement, le Financial Times l’a surnommé « l’agent du fisc du futur » pour son rôle dans la reconstruction du système de perception des taxes de la Russie, qu’l a transformé en l’un des plus avancés et des plus efficaces au monde.

Pas une mince affaire dans un pays où l’évasion fiscale était autrefois une sorte de sport national.

Un Moscovite natif, Mishustin, comme Poutine lui-même, est un passionné de hockey. Il a été décrit comme « une figure politique peu connue en Russie… un bureaucrate, quelqu’un de capable de faire le boulot ».

Mais le même genre de description aurait pu être appliqué à Poutine lui-même en 1999, et voyez où nous en sommes 21 ans plus tard.

Un long au revoir

Aujourd’hui, le Président a établi la feuille de route pour sa sortie du Kremlin, donnant plus ou moins le coup d’envoi de la marche vers la transition du pouvoir. Il démissionnera en 2024, ou peut-être même plus tôt, et il entend démanteler le système « hyper-présidentiel » qui lui a permis d’exercer un tel contrôle au pouvoir. Cela a été introduit par Boris Eltsine en 1993 avec le soutien américain, après qu’il a utilisé des chars pour tirer sur le Parlement.

Poutine prévoit de donner plus de pouvoirs à ce dernier organe, le Premier ministre en particulier jouissant de plus d’autorité. Il souhaite également renforcer le rôle du Conseil d’État. En effet, il finira probablement là-bas lui-même après avoir quitté ses fonctions, dans une sorte de rôle « d’homme d’État doyen ». L’organe sera composé de chefs de régions russes et de membres de l’administration présidentielle. Il semble qu’il remplira une fonction consultative.

Pour atteindre ces objectifs, Poutine souhaite réduire les pouvoirs présidentiels et introduire une limite de deux mandats. Cela signifierait un maximum de 12 ans au Kremlin ; il y est déjà depuis 16 ans. La vision générale est d’avoir plus de freins et de contrepoids au pouvoir exécutif, avec une présidence plus faible et d’autres branches du gouvernement renforcées.

Ne vous y trompez pas, l’objectif de Poutine est de préserver le système qu’il a hérité d’Eltsine, puis peaufiné. Malgré tous ses défauts, après une naissance difficile, ce système a donné aux Russes la plus grande liberté et prospérité qu’ils aient jamais connues. Même s’il reste encore beaucoup à faire pour répartir plus équitablement les gains économiques.

Précédent historique

La place de Poutine dans l’histoire serait alors à peu près la même que celle de Franklin Delano Roosevelt en Amérique, un Président unique à quatre mandats qui a réparé le pays après une catastrophe financière et sociale (dans le cas de la Russie, l’effondrement soviétique et les années 1990 désastreuses). Cela correspond également à ce que les initiés de Moscou soulignent fréquemment : Poutine veut que l’histoire garde un bon souvenir de lui. Un statut dont jouissent relativement peu de dirigeants russes.

Une suggestion notable dans ses propositions de révision constitutionnelle est que les futurs présidents doivent avoir résidé en Russie pendant 25 années consécutives avant de prendre leurs fonctions, et ne jamais avoir détenu de passeport ou de permis de séjour étranger. Cela empêcherait une grande partie de l’opposition moscovite pro-occidentale de se présenter. Sans parler d’une grande partie des libéraux russes, dont un grand nombre a vécu à l’étranger à un moment donné. Fait intéressant, si cette règle avait existé en 2000, Vladimir Poutine lui-même n’aurait pas pu devenir Président de la Russie. Il a vécu en Allemagne de 1985 à 1990 (mais au service de l’État).

Les modifications constitutionnelles proposées seront probablement mises en œuvre après que le peuple aura voté en leur faveur, afin d’assurer un large consensus. Même si elles pourraient être directement adoptées par la Douma. Des rumeurs suggèrent qu’un référendum pourrait avoir lieu en septembre.

Poutine a également abordé de nombreuses préoccupations intérieures dans son discours d’aujourd’hui. Il a promis une augmentation des salaires des enseignants et plusieurs mesures visant à favoriser la natalité : davantage de services de garde d’enfants, repas chauds gratuits pour tous les enfants au cours des quatre premières années scolaires (sans aucune considération des revenus, ce pour éviter toute stigmatisation des foyers modestes) et extension des allocations familiales de 36 à 48 mois.

Quant à Medvedev, il n’a pas été mis de côté. Au lieu de cela, l’ancien Président a été transféré dans un rôle semi-cérémoniel, mais toujours prestigieux (Secrétaire Général adjoint au Conseil de Sécurité russe), mettant fin à un « tandem » de douze ans où il a gouverné la Russie avec Poutine. Ce serait une erreur de rayer Medvedev de la carte politique, mais il serait surprenant qu’il exerce à nouveau le même poids.

Alors qu’ils se serraient la main et que Medvedev quittait le Kremlin pour la dernière fois en tant que Premier ministre, Poutine lui a dit : « Tout n’a pas fonctionné, mais ce n’est jamais le cas nulle part. »

Néanmoins, Poutine espère que « tout ira bien » pour l’inévitable transition de pouvoir en Russie. Un processus qui a maintenant commencé.

Pour ne manquer aucune publication et soutenir ce travail censuré en permanence, partagez cet article et abonnez-vous à la Newsletter.


Moyenne des avis sur cet article :  4.28/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 janvier 11:35

    La proposition de Poutine de renforcer le Conseil d’État (qu’il a créé en 2000 et dirige) ne fait qu’imiter le modèle chinois où le Conseil d’Eta est l’une des trois principales branches du pouvoir (avec le Parti Communiste et l’armée). Cela lui permettra, tout en affaiblissant le caractère présidentiel du système, de rester au centre d e la vie politique pour les années à venir. Il

    En fait, les changements proposés pourraient avoir des effets à long terme sur le système politique russe en renforçant le parlement.

    Aujourd’hui, la Douma ne fait qu’entériner les décisions gouvernementales. Comme en France dans un système présidentiel, ce ne sont pas les députés qui font la politique, et les électeurs sont déconnectés du processus politique parce que leurs représentants ne sont pas là pour les représenter. Si la Douma devient plus puissante, la concurrence aux élections législatives pourrait créer une émulation et faire évoluer la « représentativité », on peut rêver.

    Poutine est aujourd’hui âgé de 67 ans. Il va rester l’acteur politique majeur en Russie encore un certain temps. Mais il finira par quitter la scène et, si les réformes annoncées ont lieu, il laissera derrière lui un système politique qui peut déboucher sur une véritable compétition politique qui ne sera pas la loi de la jungle de la période Eltsine. 


    • JC_Lavau JC_Lavau 17 janvier 11:57

      Merci, mais il reste encore énormément de questions.

      En novembre, The Saker avait posé plein de questions sur l’évolution possible de cette démocratie à la russe :

      https://lesakerfrancophone.fr/la-russie-et-liran-peuvent-ils-survivre-sans-la-chine

      Je ne doute pas qu’il l’observe attentivement, et qu’on va le lire bientôt.


      • Zozo canal histrionique 17 janvier 12:03

        @JC_Lavau

        https://youtu.be/vmX5J6tqlfw

        👨‍✈️☝️♻️ ?


      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 janvier 12:23

        @JC_Lavau

        j’aimerais que vous m’expliquiez ce que la démocratie « à la russe » a à envier à la démocratie « à la française » façon article 43-3 ou à la démocratie « à l’américaine » façon patriot act...


      • Zozo canal histrionique 17 janvier 12:25

        @Séraphin Lampion

        🎤♻️♾

        @ColdplayFrance


      • Zozo canal histrionique 17 janvier 12:26

        @Séraphin Lampion

        🎤♻️♾

        @ColdplayFrance


      • Zozo canal histrionique 17 janvier 12:26

        @Zozo canal histrionique

        🎤♻️♾

        @ColdplayFrance


      • JC_Lavau JC_Lavau 17 janvier 12:41

        @Séraphin Lampion. Lien : https://lesakerfrancophone.fr/la-russie-et-liran-peuvent-ils-survivre-sans-la-chine
        Plus un article précédent, d’il y a plusieurs années et que je ne sais pas retrouver, qui exposait ses doutes sur ce régime « césariste ». L’auteur estimait que le césar central était condamné à des positions centristes, voire immobilistes, et qu’il était trop personnalisé pour survivre à la disparition du césar  exemple : le Second Empire. Or tout semble se passer comme si Poutine avait lu cet avertissement.

         Le Saker (Andrei Raïevskiï) a souvent exprimé des doutes sur la partie occidentalo-financière du gouvernement.
        http://lesakerfrancophone.fr/le-plus-grand-echec-de-poutine
        ...



      • Séraphin Lampion Séraphin Lampion 17 janvier 15:33

        @JC_Lavau

        on parlait de « césarisme » pour Mussolini...
        personne ne défile à Moscou avec un faisceau de licteur sur l’épaule et Poutine n’a pas adopté le salut romain

        s’il faut parler de « césarisme » pour lui, comment faut-il baptiser les régimes de Trump et de Macron ?


      • JC_Lavau JC_Lavau 17 janvier 19:21

        @JC_Lavau. Napoléon III a vécu et régné avant Mussolini.
        Lui parti, son régime a disparu.


      • Zozo canal histrionique 17 janvier 12:00

        Je ne veux même pas savoir ce que vous avez écrit, juste le retour de JC me permet, m’autorise et m’invite à vous dire : bel article, beau travail !

        Et subsidiairement : 👌👨‍✈️

        ♻️💓👾 ?


        • Zozo canal histrionique 17 janvier 13:06

          @kimonovert

          ♻️ ?

           ?


        • Zozo canal histrionique 17 janvier 13:07

          @kimonovert

          @EmmanuelMacron ?



        • vesjem vesjem 17 janvier 15:13

          @Zozo canal histrionique

          @kimonovert

          42


        • Zozo canal histrionique 17 janvier 15:17

          @vesjem

          Alors aboule les brouzoufs, Dr St..... P...., je suis à sec !

          Si non argumente, par rapport à ma fratrie, c’est pas plus compliqué que ça !

          Et quoi qu’il arrive -> #259


        • vesjem vesjem 18 janvier 10:28

          @Zozo canal histrionique
          ok, 3125


        • Claire Claire 17 janvier 15:07

          @Le Cri des Peuples

          — Poutine (...) souhaite renforcer le rôle du Conseil d’État (...) il finira probablement là-bas lui-même (...) il y remplira une fonction consultative.

          _______________

          Une fonction consultative, quelle blague !!!

          Et « Le Cri des Peuples » ne trouve rien d’autre à crier que son enthousiasme...


          • JC_Lavau JC_Lavau 17 janvier 19:24

            @Claire. Que la dernière bouchée de haine t’étouffe !


          • Zozo canal histrionique 17 janvier 19:40

            @JC_Lavau

            C’est son job à WOLFY, daddy !


          • vesjem vesjem 19 janvier 16:43

            @Claire
            claire obscure



            • Jean-Claude Vignoli JCV 18 janvier 02:27

              Cette « analyse » est incomplète et partisanne. Comment ne pas mentionner un pays soumis au bon vouloir de quelques uns (les oligarques), la corruption criminelle (1 cas de corruption majeur en Europesur deux mène à la piste russe), les attaques répétées sur la démocratie occidentales, l’éradication physique des opposants, l’implication russe dans les affaires moyen-orientales, africaines, et latino américaines ? La Russie est devenue l’ennemie de.la démocratie. Poutine a, ces 15 dernières années, laborieusement construit une identité russe anti-démocrate. Le comparer à Roosvelt est odieux et détruit le peu de crédibilité de cette analyse. Les Russes continueront à subir une propagande centralisée, être pauvre, soumis à une élite d’hommes corrompus. C’est ainsi depuis les Tsars, et Putine n’a fait que continuer cette tradition. Nous avons eu, en tant qu’Européens, une occasion unique avant la période 2007-11 de changer nos relations avec la Russie et peut-être de changer la Russie. On a été arrogants et traîtres. Mais cela ne justifie en rien la politique intérieure et extérieur de Poutine, qui a laissé tant de Russes (et d’autres) sur le careau.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès