• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Si les hommes prenaient soin des femmes, nous n’aurions pas à (...)

Si les hommes prenaient soin des femmes, nous n’aurions pas à voter

« Les mains des femmes sont-elles bien faites pour le pugilat de l'arène publique ? Plus que pour manier le bulletin de vote, les mains de femmes sont faites pour être baisées, baisées dévotement quand ce sont celles des mères, amoureusement quand ce sont celles des femmes et des fiancées : ... Séduire et être mère, c'est pour cela qu'est faite la femme ».
Alexandre Bérard, vice-président du Sénat de 1919 à 1923 : Celui qui aime trop les femmes pour leur demander de voter.

Si notre république des lumières a été parmi les derniers pays à accorder le droit de vote aux femmes (1) c’est pour une raison très simple : les vieux rad-soc anti-cléricaux craignaient qu’elles votent pour les curés dans une France encore rurale où la déchristianisation touchait moins les femmes (dont peu étaient salariées).

C’était une erreur de jugement à une époque où les études sociologiques étaient rares et les sondages inconnus. Depuis, on sait que les femmes votent grosso-modo comme leurs maris, à moins que ça ne soit le contraire.

Mais qu’en est-il ailleurs en ce qui concerne les modalités de vote de chaque sexe ?

En Équateur, les hommes et les femmes votent séparément. L'année dernière, le pays a fait la une des journaux lorsqu'il a été décidé de permettre aux personnes transgenres de choisir la file d’attente masculine ou féminine en fonction du sexe auquel elles s'identifiaient (les personnes). Diane Rodriguez, une femme transgenre, avait fait part du soulagement que lui procurait le fait de pouvoir voter sans subir la pression et les quolibets des garçons quand elle devait aller dans la file correspondant à sa carte d’identité.

Au Vatican, la seule élection organisée est celle où les cardinaux votent pour un nouveau pape . Les femmes ne peuvent toujours pas être cardinales. Il s'agit donc d'un électorat exclusivement masculin et, même si on rencontre beaucoup de robes, cet état est à notre connaissance le dernier où les femmes ne votent pas. Il faut dire pour être juste que la majorité des quelque 800 résidents de la Cité du Vatican, y compris la plupart des hommes, sont exclus de ce vote.

L'Arabie Saoudite est le dernier pays (chronologiquement) à avoir accordé le droit de vote aux femmes en même temps que leur éligibilité (en principe). En 2015, elles ont eu le droit de participer aux élections municipales. Bien que cela ait représenté un progrès significatif pour les femmes saoudiennes, un système de tutelle masculine rend difficile en pratique le vote des femmes. Les Saoudiennes ne peuvent pas se rendre seules aux urnes, même si en juin 2018, elles ont eu accès au permis de conduire).

Mais c’est au Pakistan que la participation des femmes aux élections est l'une des plus faibles au monde. Les statistiques des élections au Pakistan en 2013 ont montré que le taux de participation des femmes électrices était inférieur à 10% dans près de 800 bureaux de vote. Dans certaines régions, le taux de participation des femmes ne dépassait pas 3%. Bien que les femmes pakistanaises aient obtenu le droit de vote en 1956, les dirigeants communautaires et religieux de certaines des régions les plus conservatrices du pays empêchent les femmes de voter.

Des tracts ont été distribués lors des élections de 2013, enjoignant aux hommes de ne pas autoriser lesfemmes de la famille à voter. Ces pratiques ont recommencé lors des élections locales de 2015.

Au Kenya, un rapport de la Ligue des Droits de l’Homme publié en 2017 a dénoncé la violence sexiste à l'égard des femmes lors des élections dans le pays cette même année. Ces incidents étaient le reflet d'une augmentation de la violence à l'égard des femmes d’une manière générale. Un récent rapport des Nations Unies montre que les femmes sont de plus en plus victimes de viols à caractère politique et d'autres formes de violence sexuelle, les empêchant de participer librement aux élections.

En Chine, en 2017, plus de 2 000 délégués ont participé au 19e Congrès du Parti Communiste chinois afin de planifier une stratégie sur cinq ans. Ces puissants délégués avaient été élus mais seuls les membres du parti avaient pu voter, et 74% de ses membres sont des hommes.

 

73 ans après l’accès des femmes françaises aux vote, des progrès ont été accomplis dans le monde entier. La majorité des lois sexistes qui empêchaient les femmes de voter ont été abrogées. Cependant, d'importants obstacles pratiques ou culturels empêchent encore la participation électorale des femmes.

De nombreuses initiatives internationales, notamment le programme des Nations Unies sur la participation des femmes à la vie politique, sont axées sur l'élimination des obstacles afin que les femmes puissent voter. Ces obstacles sont complexes et reflètent les structures de la société elle-même. Ils concernent entre autres l'analphabétisme (près des deux tiers des adultes analphabètes du monde sont des femmes) et la garde des enfants qui empêche de fait les femmes de quitter leur foyer.

Il reste encore beaucoup à faire avant que chaque femme puisse avoir son mot à dire sur la façon dont son pays est dirigé, pour autant que l’avis de leur compagnon soit réellement pris en compte.

 

  1. - alors que l’ancien régime leur avait accordé un droit de vote restreint pour les élections consulaires depuis le12ème siècle dans certaines régions et pour les États généraux depuis le 14ème siècle jusqu'en 1789.

Moyenne des avis sur cet article :  3.42/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • Jeekes Jeekes 2 mars 16:33

    ’’Si les hommes prenaient soin des femmes, nous n’aurions pas à voter’’

     

    Que lis-je, rêves-je ou dors-je ?

    Et les droits des femmes, l’égalité toussa ?

     

    Là j’en vois, au fond de la classe, qui vont pas être contentes !

     

     smiley

     


    • jorflim 2 mars 17:33

      Bonjou !

      Vous êtes le genre d’auteur qui nous donne un article mielleux avant l’article pilule... Je vais l’avaler par courtoisie, cette fois.... Mais qu’on ne vous y reprenne pas.

      Au Vatican, certes, mais dans les ordres, y a des abbesse élues par leurs sœurs.

      En Arabie saoudite, ils vont vers un double conseil royal, un d’homme, un de femme. Tout les deux consultatifs, sauf a censurer le roi a la majorité des 2/3.

      Au Pakistan ? Je dis pas qu’il n’y a pas de régions reculés arriérés, mais dans leurs parlement... Il y a de la meuf sur toutes les photos en tout cas.

      Les deux derniers, c’est vraiment par ce que tu voulais pas t’arrêter la. Tout vas dans le bon sens pour moi, légalement l’égalité existe... Le temps fera le reste.

      La problématiques médiatique « d’éclairer le vote », est compliquée par les électeurs illettrés, ou con comme leur pieds. Pour des raisons sociales, en premier lieu.

      C’est un placement de thème gros comme une maison, et c’est vraiment parce qu’on est en galère d’auteur, que je vous fait la fleur d’un commentaire.

      GRRRRRR


      • Paul Leleu 3 mars 02:25

        @jorflim

        au Pakistan, ils ont même eu une 1er minstre femme ... Benazir Bhutto ... ça veut pas dire que c’est pas des pays sexistes...

        mais il existe un rôle politique fort de la femme dans de nombreux pays du monde... on le voit dans certains pays ou ethnies d’Afrique... mais aussi en Inde, en Birmanie, et ailleurs.

        A contrario, je crois que les progrès de la place de la femme dans des pays comme la Chine ou la Corée sont réellement des progrès politiques (quoi que j’apprécie par ailleurs énormément leur culture).

        Même dans l’immigration africaine en France, on voit que certaines ethnies donnent un rôle prépondérant à la femme... ça saute eux yeux... certaines africaines « portent la culotte » comme on disait... c’est d’ailleurs assez amusant à voir.


      • Julien S 2 mars 18:16

        L’apparition du vote des femmes n’a pas changé significativement le paysage politique.

        Il en résulte que faire voter un seul sexe réduirait le coût des scrutins sans changer les gagnants et perdants de l’élection.

        Il faut donc restreindre le vote aux seules femmes.

        J’aurais pu dire « aux seuls hommes », mais j’aurais risqué des ennuis. En disant « aux seules femmes », aucun souci. 


        • Giordano Bruno 3 mars 00:55

          Ce que vous appelez le droit de vote n’est que le droit d’élire.


          • Paul Leleu 3 mars 02:28

            @Giordano Bruno

            oui... on sait... Etienne Chouard... il a un projet commun avec Macron : supprimer le parlement...

            les libéraux sont de grands adeptes du RIC... l’empire de Mark Zuckerberg autant que celui de Gérard Mulliez est basé sur un « RIC permanant »...

            alors, c’est pas forcément une garantie...

            (je suis pas contre le RIC, qui est d’ailleurs proposé par de nombreux partis depuis des années, mais il faut arrêter ce messianisme manichéen).


          • Traroth Traroth 5 mars 16:07

            @Paul Leleu
            Les libéraux pour le RIC ? Vous avez de nombreux exemples, bien entendu...


          • gaijin gaijin 3 mars 10:18

            le droit de vote et la libération de la femme a permis de constater une chose :

            elles sont bien les égales de l’homme : aussi connes .....

            et si on passait aux problèmes sérieux ?


            • JPCiron JPCiron 3 mars 10:53

              Bonjour,


              Intéressant cet article.


              D’un côté, il n’est pas de bon ton de suggérer que les femmes puissent penser autrement que les hommes. Mais par ailleurs, on sait bien que, souvent, les contributions féminines dans les groupes de travail apportent des éclairages ou des priorités à côté desquelles on passe royalement dans les groupes uniquement masculins.


              Avancer par la loi ou par le name & shame, c’est bien. Mais, pour faire bouger profondément les mentalités, sans doute faudrait-il une réforme profonde des textes religieux. Je me souviens que des femmes, voici 15 ou 20 ans, avaient tenté de promouvoir une lecture plus féminine du Coran. Au Vatican, un gros verrou sauterait si le sexe de l’officiant était indifférent. A quand une pape noire ? 



              • Chantecler Pink Marilyn 3 mars 11:57

                @JPCiron

                « A quand une pape noire ? »

                Quand les poules auront des dents.
                Le pape est le pyramidion de la structure sociale mise en place au néolithique, codifiée par les romains et ritualisée par l’église catholique : la société patriarcale (et machiste) guidée par le « pater familias » du Vatican pour le passage terrestre et par le père de la trinité après...
                Cette symbolique a servi de moule à la construction de plusieurs empires dont l’empire espagnol qui a laissé son empreinte à l’Amérique latine et s’est écroulé en laissant des vestiges linguistiques et religieux.
                L’Amérique latine continuera à parler espagnol, mais l’homme en robe blanche disparaîtra avant qu’une nouvelle papesse voie le jour après la fameuse Jeanne qui est à l’origine de la vérification rituelle de la virilité des papes nouvellement élus.
                Un ecclésiastique doit examiner manuellement les organes génitaux, au travers d’une chaise percée. L’inspection terminée, il peut s’exclamer « Duos habet et bene pendentes » (« Il en a deux, et bien pendants »), ce à quoi le chœur des cardinaux répond : « Deo gratias » (« Rendons grâce à Dieu »).


              • popov 3 mars 16:25

                @JPCiron

                À quand une pape noire ?

                Et lesbienne, pour ne pas faire les choses à moitié.


              • L'enfoiré L’enfoiré 5 mars 15:55

                @Pink Marilyn,
                 Exact.
                 Hier, au 28’ sur ARTE, il y avait « De Philippe à Phia Menard » qui pourrait vous intéresser.
                 Ce soir, le Thema ce sont les religieuses. 


              • Raymond75 3 mars 12:57

                taiqu

                Les femmes françaises ont eu le droit de voter 30 ou 40 ans après les femmes turques !

                Ceci étant dit, on a pu constater depuis que l’accès d’une moitié de l’humanité au vote n’a strictement rien changé ... Voter est un droit qui doit être le même pour tous dans notre pays, mais les femmes ont démontré qu’elles étaient ’des hommes comme les autres’  smiley


                • Raymond75 3 mars 14:47

                  ... depuis qu’une moitié de l’humanité a eu accès au vote cela n’a ... Sorry


                  • popov 3 mars 16:23

                    @Pink Marilyn

                    Ne soyez pas trop dure avec l’Arabie Saoudite. Ce pays vient de faire un grand bond dans la reconnaissance des droits de la femme : des scientifiques saoudiens viennent en effet de reconnaître que la femme est un mammifère (pas un être humain cependant). Le raisonnement est basé sur une découverte récente : la femme serait vivipare et porteuse de glandes mammaires comme les chamelles, les chèvres et les brebis, et elles devraient donc jouir des droits accordés à ces autres mammifères.

                    Imaginez la portée de cette révolution. Jusqu’à présent, la femme était considérée comme faisant partie du mobilier. Désormais, elle est promue au rang de membre du cheptel à part entière. En cas de maltraitance, elle pourra porter plainte auprès de la SPA. Et si elle tombe malade, son mari sera obligé de la conduire chez le vétérinaire.


                    • Le Gaïagénaire 3 mars 19:48

                      @popov 3 mars 16:23

                      L’interprétation correcte des scientifiques saoudiens est qu’il y a deux catégories de femmes :

                      A-les vraies femmes qui seules devraient être instruites et voter

                      B-les mammifères c.à d. celles qui régressent à ce stade naturel dès qu’elles tombent enceintes.


                    • popov 4 mars 06:37

                      Moi, j’aime bien l’égalité à l’italienne : chacun a le droit de faire des reproches à l’autre, mais l’autre a le droit du lui renvoyer un grand « ma vaffanculo » sans que cela ne dégénère en une guerre totale et nucléaire.


                      • Djam Djam 4 mars 14:11

                        Je suis une femme, une gonzesse, une grognasse, une greluche, une meuf, une femelle, un sexe « faible », un yin, bref je suis l’autre moitié de l’engeance humaine à propos de laquelle je ne cesse de m’interroger sur l’utilité d’être venue sur Terre...

                        Hormis cette intro un poil provoc, je veux dire à l’auteur de cet article et à tous les chouineurs égalitaristes de la gauchitude sociétale et de la droititude émasculée qu’en tant que telle je me contrefous du droit de vote, de l’égalité homme/femme et du progressisme féministe grotesque.

                        Les meufs de notre époque, féministes ou néo féministes (les plus névrosées) n’ont strictement rien compris à leur Être et imiter le pire du mâle est bien le piège le plus pervers que le diable de la bienpensance moderne ai réussi à tendre leur tendre et dans lequel elles se vautrent sans même réaliser le niveau de réification auquel elles ont, par leur stupidité vindicative imbécile, atteint.

                        Si le féminisme à été inventé chez les yankees à l’époque du fordisme et des méthodes de l’inénarrable Edward Barneys c’est juste que le capitalisme (déjà pathologique) avait besoin de neutraliser les revendications des mâles ouvriers et de créer une nouvelle masse de consommateurs frivoles, hystériques, omnipotentes affectivement et influençables comme jamais.

                        Regarder aujourd’hui l’état de vie des femmes « émancipées »... tableau pathétique où les salaires ont chuté au ras des mottes, où les mères ressemblent aux ectoplasmes hystéros et sur maquillées des séries ricaines. Double voire triple peines pour ces femmes qui rêvent mêmes pour certaines de devenir peintres en bâtiments ou mécano les mains pleines de cambouis juste parce que ça leur permet de se sentir égales aux mâles.

                        Plus manipulables qu’une masse de femmes, on ne trouve pas. Et lorsqu’elle revendique c’est pour toujours se placer en victime et trouver des bourreaux et des pervers dans tous les métros et les lieux publics des mégapoles. Grande gueule (écoutez-les donc sur les plateaux télé lorsqu’on les interroge), toujours prompts à mettre en avant leur état de victime perpétuelle, elles me font penser à une certaine communauté qui n’en finit plus d’obliger le monde entier à pleurnicher sur leur sort. Hasard de choix de genre ? Pas sûr...

                        En tant que greluche, je fuis ces connasses (tant pis, c’est le jour où je m’autorise le style « caillera » !) qui pourrissent mes relations avec les hommes avec lesquels, je l’avoue, je me sens beaucoup mieux pour me marrer. Misogyne Djam ? Et bien oui, à l’évidence, et j’assume !!!


                        • popov 5 mars 12:08

                          @Djam

                          Bravo !!


                        • Gilles Mérivac Gilles Mérivac 5 mars 07:53

                          En seulement un siècle, les femmes sont progressivement passées du statut de compagne de l’homme à celui de concurrente, puis d’adversaire.

                          Nous avons mis longtemps pour comprendre les ravages moraux engendrés par la liberté sexuelle et en particulier la pornographie. Celle-ci en particulier a jeté une lumière crue sur le désir sexuel et a détruit tous les mythes amoureux qui fondaient les relations entre les hommes et les femmes.

                          Cela a agi bien sûr pour les femmes comme un repoussoir, et la réaction qui s’ensuit finira par anéantir la civilisation, car aucune société basée sur une animosité entre les hommes et les femmes n’est tenable.


                          • Sparker Sparker 5 mars 12:53

                            @Gilles Mérivac

                            Sacré romantique le Gillou, c’est beau mais c’est faux.

                            Lisez Françoise Héritier, anthropologue et vous verrez que c’est l’opposition qui à été retenue pour fonder le rapport homme/femme une fois descendu des arbres... et c’est seulement par sa force physique que le type masculin s’impose dans ce combat, le type féminin étant aussi rusé et retord, voir plus ou plus efficace et de sang froid, pour imposer ses vues.

                            Il y en aurait long à dire, on a même inventé l’amour de toute pièce tellement les humains de type mâles ou femelles sont prétentieux, orgueilleux, narcissique et n’hésitent pas à subordonner quiconque pour assouvir sa réussite et par là conjurer la mort inéluctable.

                            Un monde voulu par les femmes et fait par les hommes. Histoire névrosante, l’une dépend de l’autre pour faire le monde comme elle le veut et l’autre fabriquant un monde auquel in ne comprend rien n’étant pas à l’origine des décisions...

                            Les masculins se croient malins et forts mais s’il n’ont pas recours à la violence ils sont carpette. La détermination féminine est bien plus puissante mais elle n’a pas de couilles alors il lui en faut par procuration.

                            Tout ça est bien tordu et met bien en évidence l’impossibilité grandissante des rapports homme femme passé 40 ans...

                            Comme disait Gainsbourg, dans les couples il y en à toujours un qui souffre et l’autre qui s’emmerde, bon, cherchez qui vous êtes... honnêtement...


                          • JC_Lavau JC_Lavau 5 mars 09:04

                            C’est bien pourquoi le misandrisme victimaire est subventionné par des milliardaires qui nous veulent du bien. La guerre sexiste est une guerre sainte...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès