• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sigmund Freud, réformateur social ?

Sigmund Freud, réformateur social ?

Avec Sigmund Freud, passons des convergences qui peuvent s’établir entre neurasthénie et hystérie, pour voir comment il arrive à cette dernière de s’unir à la névrose d’angoisse qui, pour sa part…
« […] peut se manifester sous deux formes : à l’état chronique et par accès d’angoisse.  » (Idem, page 100)

En ce qui les concerne,
« Les symptômes chroniques sont :
1) L’anxiété relative au corps (hypocondrie) ;
2) L’anxiété relative aux fonctions physiques (agoraphobie, claustrophobie, vertiges des hauteurs) ;
3) Anxiété à propos des décisions à prendre et de la mémoire, c’est-à-dire du fonctionnement psychique (folie du doute, ruminations mentales, etc.). » (Idem, page 100)

Tout en admettant qu’il peut y avoir une prédisposition héréditaire à la névrose d’angoisse, très vite Freud en vient à ceci :
« Une chose demeure certaine, c’est que cet état peut se produire, chez les hommes comme chez les femmes, dans le mariage, ce qui est imputable, durant la seconde période des poussées sexuelles, au coït interrompu. » (Idem, page 101)

Voilà donc ce qu’il en coûterait psychiquement, là aussi, de tenter de jouer un très vilain tour à l’instinct génésique… Ainsi, Freud ne peut-il manquer de le souligner :
« On trouve ici le même schéma causal que dans la neurasthénie. » (Idem, page 101)

Ce n’est certes pas le mariage en lui-même – et, par exemple, l’éventuel ennui d’une cohabitation partagée et de tous les aléas relationnels qui peuvent en découler – qu’il faudrait incriminer. Et Freud tient immédiatement à le préciser :
« Les cas, relativement plus rares, de névroses d’angoisse en dehors du mariage se rencontrent surtout chez les hommes qui, sentimentalement liés, pratiquent, par précaution, le coït interrompu. » (Idem, page 101)

Par contre, pour peu qu’une soupape de sécurité ait en quelque sorte été mise en place, ce qui apparaissait jusqu’alors comme une fatalité cesse de se manifester. Ainsi donc, que l’instinct génésique puisse s’organiser une petite place hors mariage, et voici que la névrose d’angoisse se trouve évitée. En effet, l’incomplétude de la relation sexuelle fait des ravages partout, y compris hors mariage…, mais le mariage lui-même n’empêche pas du tout l’éventuel géniteur d’aller, de temps à autre, exprimer ailleurs l’intégralité de ses aptitudes à la reproduction et, en quelque sorte, d’y rétablir sa santé psychique.

Nous en arrivons donc à ce paradoxe que la situation sanitaire est bien meilleure (pour l’homme)
« […] dans le mariage où le coït interrompu se trouve souvent compensé par des relations extra-conjugales normales. » (Idem, page 101)

Evidemment, il est hors de question d’imaginer que Sigmund Freud pouvait se satisfaire de ce genre de raisonnement : mais nous y trouvons bien la marque d’un désarroi croissant.

Passons à une troisième forme de névrose d’angoisse : la dépression périodique…
« Elle se distingue, la plupart du temps, de la mélancolie vraie par son rapport, en apparence rationnel, avec quelque traumatisme psychique. Et pourtant ce dernier ne constitue qu’une cause déclenchante. » (Idem, page 101)

Fondamentalement, le problème est donc toujours le même :
« J’ai réussi à ramener toute une série de cas semblables au coït interrompu. » (Idem, page 101)

Impossible, dès lors, pour Sigmund Freud de ne pas y aller de main morte :
« Conclusions. – Il s’ensuit de ce qui précède que les névroses sont parfaitement évitables mais totalement incurables. La tâche du médecin est tout entière d’ordre prophylactique. » (Idem, page 102)

Mais quelles mesures d’ordre social ou sociétal promouvoir sous les fourches caudines des impératifs de la reproduction sexuée ? En fait, nous allons découvrir, comme Sigmund Freud lui-même, que la question n’est pas vraiment là, et ceci pour autant que nous sommes – tout de même – des êtres humains… C’est-à-dire que nous « parlons »…

NB. Je poursuis le travail entamé ici.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • chantecler chantecler 12 novembre 2018 12:01

    Bonjour,

    Je ne suis pas certain que revenir aux premières observations de S. Freud , datant de fin 19ème siècle , soit vraiment passionnant sauf pour les exégètes de Freud ou de l’histoire de la psychanalyse .

    A partir des années 1960 , là oui, ça devient vraiment intéressant à condition d’étudier l’ensemble du mouvement psychanalytique .


    • Michel J. Cuny Michel J. Cuny 12 novembre 2018 12:07

      @chantecler
      Merci pour votre commentaire.
      De fait, cela s’inscrit dans un travail de très longue haleine dont voici la première pierre...
      https://livrescunypetitdemange867999967.wordpress.com/2018/06/27/22-freud-et-lacan-a-quoi-bon-tome-1-1ere-edition-2018/


    • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 2018 12:32

      Bonjour Michel Cuny. Hier j’ai regardé une excellente émission sur ARTE :Baptiste Deschamp du département bien-nommé de la « Vienne ». « Ces hystériques dont il ne fallait pas parler (en 14-18). Arte : Quand la Grande Guerre rend fou,.... » comment soigner un hystérique (dont la maladie est réelle, du moins sur le plan psychique), pour le renvoyer vers la folie qu’est : la mort au combat ??? DOUBLE-BIND,...


      • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 2018 12:43

        Toute thérapie consiste à dévier ou tenter de « sublimer » les poussées « instinctuelles »,.. vers des activités socialement valorisées. Certains diront : luxe réservé au riches,...pas toujours. L’adultère, s’il est accepté d’emblée dans le couple et une manière souvent de mieux fonctionner (comme une voiture). Mais j’ai constaté qu’il est plus facilement accepté dans les couples formés sur bases d’arrangements terre-à-terre, sociaux, parallèles. On veut une vie bourgeoise, des enfants, un statut,..et pour le « sexe, on s’arrange,... Il est rare et même quasiment impossible de réussir le tout. Pour qu’il y ait désir, il fait ce que Lacan a théorisé par : le manque,....Par contre, les couples qui se forment sur base de l’amour de l’amitié et des sentiments subtils, vivent nettement moins bien l’adultère,...Souffrant (ou l’inverse diront certains) d’une trop grande »authenticité" dans leur couple. Pour l’adultère, il faut savoir naviguer dans le jeu d’une certaine hypocrisie,...


        • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 2018 12:46

          corrigé : Toute thérapie consiste à dévier ou tenter de « sublimer » les poussées « instinctuelles »,.. vers des activités socialement valorisées. Certains diront : luxe réservé au riches,...pas toujours. L’adultère, s’il est accepté d’emblée dans le couple est une manière souvent de mieux fonctionner (comme une voiture). Mais j’ai constaté qu’il est plus facilement accepté dans les couples formés sur bases d’arrangements terre-à-terre, sociaux, parallèles. On veut une vie bourgeoise, des enfants, un statut,..et pour le « sexe, on s’arrange,... Il est rare et même quasiment impossible de réussir le tout. Pour qu’il y ait désir, il faut ce que Lacan a théorisé par : le manque,....Par contre, les couples qui se forment sur base de l’amour de l’amitié et des sentiments subtils, vivent nettement moins bien l’adultère,...Souffrant (ou l’inverse diront certains) d’une trop grande »authenticité" dans leur couple. Pour l’adultère, il faut savoir naviguer dans le jeu d’une certaine hypocrisie,...


          • pallas 12 novembre 2018 13:34

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Bonjour,

            L’hystérie est une dissociation du corps et de l’esprit, ce qui entraine aux déviances, tel les rapports sexuels sans sentiments, devenir une simple machine.

            C’est une catastrophe, car les jeunes générations n’ont plus aucuns sentiments normaux, ainsi que pensées dangereuses.

            Il est désormais trop tard, la quasi totalités des individus ne sont plus que des machines totalement inapte à fonder une famille ou avoir des relations amicales.

            Le sort de notre civilisation m’importe peut à vrai dire.

            Salut


          • Mélusine ou la Robe de Saphir. Mélusine ou la Robe de Saphir. 12 novembre 2018 14:03

            @pallas
            L’émission sur ARTE est génialement faite et pose le fond du problème. L’homme dans les tranchée ne peut et n’a pas le droit de souffrir d’hystérie. L’hystérie vient d’utérus. Ces réfractaires à la guerre étaient classés comme « anormaux » parce qu’ils présentaient des symptômes réservés aux femme. Etre un homme, c’est combattre sans se poser de question, quand l’ETAT le décide. Bon, cela ne répond pas à votre question. Une femme ou un homme dirigé par ses hormones (féminines ou masculine), n’a plus aucun pouvoir psychique sur son corps. Chez les hommes, c’est la testostérone, les femmes, entre autres, les estrogènes. Mais ne pas mettre toutes le femmes névrosées et hystériques dans le même poulailler. L’hystérie est aussi, paradoxalement la voie de la sublimation. Une personne sans poussée sexuelle se rapproche psychologiquement de l’alexythimie ou du robot. Guère mieux,...(la mort guette au tournant,...)


          • pallas 12 novembre 2018 17:15

            @Mélusine ou la Robe de Saphir.

            Bonsoir,

            Je ne me pose plus trop de question, je suis triste en ce jour, j’ai dit au revoir à une amie, elle me manque déjà, ho elle vous plairait certainement, une grande intelligence et esprit d’analyse.

            Sa n’est pas un adieu, juste un au revoir, et un « bonjour » quand elle reviendra.

            Je lui écrirai dans 15 jours un courriel, elle a besoin de temps et de se retrouver, une discutions avec soi même, c’est important et demande du silence

             smiley

            Salut

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès