• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > SNCF : la 1ère classe gratuite, c’est possible

SNCF : la 1ère classe gratuite, c’est possible

La chose est peu connue : les ascendants et descendants d’un militaire « mort pour la France » durant la Grande Guerre et la 2e Guerre mondiale peuvent chaque année bénéficier d’un voyage SNCF aller et retour gratuit pour se rendre sur la tombe du défunt. Parfois près d’un siècle plus tard ! Étonnant, non ?... (Cet article est une reprise modifiée d’un texte de 2012.)

Alors que l’on parle de supprimer la gratuité du transport sur les lignes SNCF pour les députés ayant accompli au moins 3 mandats, il semble utile de pointer du doigt d’autres avantages contenus – le plus souvent depuis des lustres – dans la règlementation de ce que l’on nomme pudiquement en jargon ferroviaire « les facilités de circulation ». Or, de telles « facilités », il en existe de nombreuses qui prennent des formes très différentes. Parmi elles, le « droit de visite aux tombes de militaires » dont le moins que l’on puisse dire est qu’il revêt en 2017 un caractère pour le moins baroque.

« Par application des dispositions de la convention en date du 2 janvier 1943, la SNCF doit délivrer chaque année aux veuves, ascendants et descendants des premier et deuxième degrés un permis de transport gratuit en deuxième classe pour aller visiter la tombe de leur parent « Mort pour la France » pendant la guerre de 1939-1940. »

Ce texte, tous les maires le connaissent, du moins ceux dont certains administrés sollicitent le sésame. Mais peu nombreux sont les édiles qui savent qu’une disposition analogue existe pour les descendants et ascendants des « Morts pour la France » de 1914-1918. Á une différence près : l’ayant-droit d’un défunt de la Grande Guerre ne voyage pas en 2e classe, mais en 1ère classe. Faut-il en conclure que les morts de 14-18 avaient plus de valeur que les morts de 39-45 ? Ou bien que ces derniers suscitant plus de demandes, il importait de réduire le coût de cette disposition pour l’État ? Allez savoir...

Quoi qu’il en soit, le fait est que des milliers de Français bénéficient chaque année d’un permis de visite aux tombes. Un droit si peu connu qu’il arrive que des jeunes contrôleurs de la SNCF tombent des nues lorsqu’ils sont confrontés dans les trains à ces titres de transport gratuits pourtant dûment délivrés par l’entreprise qui les emploie.

Comment cela fonctionne-t-il ? Très simple : si l’un de vos ascendants ou descendants en ligne directe est « Mort pour la France », vous bénéficiez à vie du droit d’aller gratuitement une fois par an visiter sa tombe, où qu’elle soit sur le territoire métropolitain. Encore faut-il disposer d’un document officiel prouvant le statut de « Mort pour la France » du défunt. Ce document est délivré une fois pour toutes par les autorités militaires, à l’image de celui qui illustre cet article. Après quoi, la démarche est relativement simple : 1) Muni de ce document, vous sollicitez de votre mairie une attestation de votre lien avec le défunt. 2) Vous envoyez cette attestation au bureau des Titres de circulation de la SNCF. 3) Ce bureau vous adresse un Permis de visite valable pour un aller et retour sur le trajet entre votre domicile et le lieu d’inhumation. 4) Muni de ce précieux sésame, vous allez retirer vos billets gratuits à la gare à la date de votre convenance.

Je ne doute pas un instant que ce Permis soit utilisé par des personnes sincèrement désireuses d’aller se recueillir sur la sépulture du parent « tombé au champ d’honneur » comme l’on avait coutume de dire naguère. Mais, eu égard à l’effet d’aubaine, il est probable que ces personnes sincères ne soient pas majoritaires, le plus gros contingent d’ayants-droit étant vraisemblablement composé de concitoyens bien informés qui tirent de ce droit un bénéfice personnel très éloigné de l’objectif compassionnel initial qui a motivé le législateur.

En outre, force est de reconnaître que la SNCF y a mis du sien pour détourner ce droit de sa finalité originelle. Longtemps, le billet de retour a dû en effet être utilisé dans un délai maximum de 2 semaines après le voyage aller. Pour une raison mystérieuse, la SNCF a ensuite décidé de porter ce délai de retour à 2 mois avant de tolérer dorénavant que cette date limite intervienne durant l’année civile. Comme si une visite sur la tombe d’un parent « Mort pour la France » nécessitait 1, 3 ou 6 mois de présence sur le lieu de la sépulture.

Le Var plus prisé que le Pas-de Calais

Par un curieux hasard, on constate de surcroît que ce ne sont pas les défunts inhumés dans le nord et l’est de la France – lieux où, comme chacun sait, sont concentrés la plupart des cimetières militaires – qui bénéficient de la plus grande attention de leurs parents, mais ceux dont la sépulture est située dans une région particulièrement attractive en termes de tourisme ou d’art de vivre.

C’est ainsi que M. F... utilise chaque année son Permis pour se rendre gratuitement à Bordeaux où est enterré un grand-père qu’il n’a jamais connu. En réalité, c’est à Arcachon que se rend M. F.... Moyennant le coût modique d’un billet TER pour les 60 km séparant la préfecture de région de la station balnéaire, il se rend sans le moindre état d‘âme sur son lieu de vacances estival, à deux pas de la célèbre dune du Pyla, sans passer par la case cimetière de la métropole girondine.

Le cas de Mme L... est encore plus intéressant. Comme M. F... elle n’a jamais connu son grand-père. Et pour cause : ce soldat « Mort pour la France » est décédé en... 1918 (cf. illustration). Son fils avait alors 3 ans. Et sa petite-fille, Mme L..., n’a vu le jour qu’en 1944, soit... 26 ans après l’inhumation de son grand-père ! Ce qui n’empêche pas cette brave dame bien informée de bénéficier chaque année depuis des décennies de son Permis de visite grâce auquel elle peut voyager en 1ère classe sans se soucier le moins du monde de cet aïeul inconnu, enterré depuis près d’un siècle.

Il serait à cet égard instructif de connaître en détail le profil des ayants-droit. Mais on peut sans grand risque avancer l’hypothèse que les « Morts pour la France » inhumés dans le sud sont nettement plus visités que les infortunés « Morts au champ d’honneur » enterrés dans le Pas-de-Calais, les Ardennes ou la Meurthe-et-Moselle. Énoncé de manière plus triviale, cela signifie qu’un ayant-droit d’Hénin-Liétard ou Stiring-Wendel va plus facilement visiter un parent décédé lors du débarquement de Provence à Cavalaire qu’un ayant-droit de Manosque ou de Sarlat dont le parent a perdu la vie dans une tranchée d’Argonne en 1916 ou la poche de Dunkerque en 1940.

Combien cela coûte-t-il à l’État* ? Sans doute pas énormément, compte tenu de la relative confidentialité de ce droit. Mais à l’évidence il s’agit là de sommes très largement versées de manière inique si l’on se réfère aux dérives induites par le laxisme des conditions d’usage des Permis de visite aux tombes. Dès lors, on peut légitimement se poser la question : combien de dispositions de même nature existent dans le droit français ? Et quelles sommes pourraient être économisées si les pouvoirs publics avaient réellement la volonté de faire le ménage dans ces lois et règlements qui profitent à de petites minorités sans justification sérieuse dans de nombreux cas ?

Sur un plan interne à la SNCF, à quoi rime également d’accorder 4 voyages gratuits par an aux... grands-parents et aux... beaux-parents d’un cheminot ? Dans son rapport de 2014, la Cour des Comptes estimait que les employés de la SNCF en activité ne représentent que 21,5 % des bénéficiaires de facilités de circulation, derrière les retraités (24,3 %), et loin derrière les ayants droit familiaux (54,1 %) qui se partagent la plus grosse part de ce généreux gâteau ! Le tout pour un coût variant de 50 à 100 millions d’euros selon le mode de calcul utilisé.

N’y a-t-il pas là, dans cet épais maquis tarifaire, des sources d’économies plus pertinentes à réaliser – que ce soit par l’entreprise ou par l’État selon la nature des facilités de circulation – que des hausses mesquines de tarification ou la diminution de 5 euros mensuels d’une APL (Aide Personnalisée au Logement) qui pénalisera principalement les plus fragiles de nos compatriotes ? À chacun d’en juger...

Le manque à gagner relatif aux réductions tarifaires et aux gratuités imposées par les pouvoirs publics dans le cadre des conventions passées avec les transporteurs est intégralement remboursé par l’État.

Documents joints à cet article

SNCF : la 1ère classe gratuite, c'est possible

Moyenne des avis sur cet article :  2.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

80 réactions à cet article    


  • sweach 16 août 09:53

    Il faut posséder un parent mort dans un endroit qui peu nous intéresser. Puis visiblement ce n’est valable que pour nous, donc pas pour notre compagne ou compagnon.


    Ce petit passe droit doit être finalement très peut utilisé, même par les initiés.

    Je ne pense pas que taper sur des acquits sociaux qui concerne des gens comme vous et moi soit une bonne approche pour faire des économies.

    La SNCF, EDF et autre ont connu des luttes sociales qui leur ont permit d’obtenir des avantages, aujourd’hui certain les montres du doigt et crient à l’injustice.

    Pourtant je trouve plus injuste qu’un employé d’une grande boite puisse toucher 4 mois de salaire en prime et en dividende, là où un fonctionnaire n’a gagner que le droit d’utiliser gratuitement de temps en temps le service auxquelles il contribue au bon fonctionnement.

    A force d’accabler la fonction public, la situation et les avantages deviennent de plus en plus catastrophique pour eux, mais l’opinion reste encore très hostile et c’est surtout les petits qui trinquent au final.

    *combien de dispositions de même nature existent dans le droit français ?* 
    Il en existe des milliers et heureusement, mais avec des dénonciations de ce style ils diminuent de plus en plus et rend l’activité professionnel de moins en moins accueillant.

    Ce n’est pas en s’attaquant aux acquit sociaux que vous aller faire avancer les choses et empêcher des ultras riches de profiter de system qui de toutes façons leur seront toujours profitable tant que le peuple aura une mentalité capitaliste les choses seront ainsi.

    • Fergus Fergus 16 août 10:04

      Bonjour, sweach

      Le droit de visite aux tombes concerne en effet très peu de monde dans la mesure où la plupart des ayants droit ignorent cette possibilité ou n’en font pas usage.

      Je ne tape pas sur des acquits sociaux dans la mesure où j’estime que les facilités de circulation octroyées aux agents, à leurs conjoints et à leurs enfants font partie du contrat d’emploi à la SNCF. Il n’est donc pas de mon propos de les critiquer.

      Mais comment justifier que ces avantages soient étendus aux grands-parents et à la belle-famille (conjoint excepté) ? Il y a là une aberration qui ne devrait pas vous échapper.


    • bob14 bob14 16 août 10:28

      @Fergus....Bonjour...Est ce que les trains arrivent au moins à l’heure ?


    • sweach 16 août 10:58

      @Fergus
      *Je ne tape pas sur des acquits sociaux*

      Ce sujet va forcement dériver sur celui-là dans les commentaires.

      *Mais comment justifier que ces avantages soient étendus aux grands-parents et à la belle-famille (conjoint excepté) ?*
      Quand vous êtes en position de force, vous imposez vos conditions, c’est ce qu’on fait les syndicats par le passé.
      Tout comme la prime de charbon et les départs à la retraite très tôt, certain acquit remonte à d’ancienne lutte.

      Quand on regarde les chiffres c’est une goutte d’eau qui aide pourtant des milliers de gens comme vous et moi. Vous voulez comparer les chiffres avec les dividendes du CAC ?

      On peut en effet taper sur les avantages de la fonction public, qui est pourtant à des année lumière des avantages des gros entrepreneurs et homme politique et on oublie totalement que les nouveaux employés du public ont rarement droit à ses anciens avantage et possède des contrats de travail très différent, voir carrément privé.

      Personnellement je préfère que mes impôts payent un employé public qui a deux trois avantages, plutôt qu’il paye un employé privé dont le patron va l’exploiter et se gaver.

    • Fergus Fergus 16 août 11:21

      @ sweach

      Pour aller dans votre sens, je rappelle une petit anecdote pleine de sens :

      Il y a de cela une vingtaine d’années - mais les choses ont peu évolué entretemps - une nouvelle DRH de la RATP, tout droit issue de la culture managériale libérale s’’était mis en tête de raboter les « avantages acquits » de l’entreprise au motif qu’ils lui semblaient excessifs relativement au privé.

      Encore fallait-il pour cela s’appuyer sur une analyse sérieuse pour affronter les syndicats maison. Cette DRH a donc commandé à un cabinet d’audit extérieur une étude comparative des avantages de 8 entreprises, pour une moitié des grands services publics, et pour l’autre moitié des grandes boîtes privées de taille comparable, style banques ou compagnies d’assurance.

      Lorsqu’elle a reçu le rapport final, elle en a été pour ses frais, car il était avéré par cette étude très fouillée qu’en pondérant les avantages des entreprises du public par rapport à ceux qui prévalaient dans les grosses boîtes privées, il était impossible de dégager une différence significative au profit d’un secteur relativement à l’autre.

      Le rapport a fini à la poubelle et les anciens syndicalistes en rigolent encore ! smiley


    • Fergus Fergus 16 août 11:25

      @ sweach

       
      « je préfère que mes impôts payent un employé public qui a deux trois avantages, plutôt qu’il paye un employé privé dont le patron va l’exploiter et se gaver. »

      Je suis d’accord, mais ce n’est pas ce que je mets en cause en dénonçant les avantages tarifaires clairement indus de la belle-famille. Avec ce genre de disposition qui ne concerne pas les cheminots et leurs proches, on marche sur la tête !


    • Alex Alex 16 août 11:37

      @Slt Fergus

      Les acquis sociaux sont-ils plus avantageux que les acquits du même nom, que je vois depuis quelque temps, mais que j’ignorais ?

    • Fergus Fergus 16 août 11:50

      Bonjour, Alex

      J’avoue ne pas bien comprendre la question...


    • Alex Alex 16 août 12:06

      @Fergus

      AcquiS vient du verbe acquérir,
      acquiT de acquitter.
      Il me semble donc que l’on doit écrire les « acquis sociaux ».

    • Fergus Fergus 16 août 13:14

      @ Alex

      Vous avez parfaitement raison. A vouloir écrire - mais aussi lire - trop vite, l’on commet des bourdes.

      Merci d’avoir rectifié cette impardonnable faute. smiley


    • Alex Alex 16 août 17:41

      @Fergus
      Vous êtes acquité...


    • alinea alinea 16 août 10:12

      Ben si j’avais su !!! Nous sommes nombreux à avoir un grand-père mort à la « Grande Guerre » !
      Le hic, c’est que personne ne sait où il a été enterré le mien, ou on ne nous l’a pas dit !!
      Ne sois pas mesquin Fergus, je suis bien sûr qu’aucun voyageur ayant payé son billet est resté sur le quai pour laisser sa place à un resquilleur, et que la SNCF ne perd pas un rond à occuper un siège libre gratuitement !
      Moi j’aime bien ces traces d’un passé révolu... moins la mentalité des profiteurs !


      • Fergus Fergus 16 août 11:36

        Bonjour, alinea

        Moi aussi, j’aime bien les traces du passé. Et c’est pourquoi je ne conteste pas le droit de visite aux tombes.

        Ce qui me chiffonne, c’est la manière dont ce droit a évolué, en passant progressivement d’un aller et retour dans un délai de 15 jours, largement suffisant pour se rendre effectivement sur la tombe d’un défunt et accessoirement passer quelques jours sur place, à 2 mois puis à l’année entière (ou presque : de la date de demande du permis jusqu’au 31 décembre), ouvrant ainsi clairement la porte à des usages sans rapport avec une volonté de recueillement sur une sépulture de militaire.

        Aberrant aussi que le permis puisse être délivré à des personnes nées des années - et parfois des dizaines d’années - après la mort du soldat en question.

        Aberrante enfin cette différence de classe entre les droits de visite aux victimes de 14-18 et de 30-45. smiley


      • Coriosolite 16 août 11:57

        @alinea
        Bonjour,

        la SNCF ne perd pas un rond à occuper un siège libre gratuitement !

        Le coût de ces billets est refacturé au Ministère de la Défense. Ca ne coûte donc rien à la SNCF, et au contraire lui amène des clients supplémentaires.

        Reste à savoir combien de ces billets sont demandés chaque année. A mon avis c’est ultra marginal, et si quelques uns abusent de cette possibilité, leur minable petite combine ne les grandit pas.


      • alinea alinea 16 août 12:05

        @Coriosolite
        Ah bon ? On n’avait pas dit il y a peu que la SNCF devait indemniser les descendants américains des juifs français morts pendant la dernière guerre ?
        Et puis, ça ne fait pas si longtemps qu’elle n’est plus nationale.


      • Fergus Fergus 16 août 12:54

        Bonjour, Coriosolite

        « Le coût de ces billets est refacturé au Ministère de la Défense. »

        En effet.

        A noter que de nombreuses facilités de circulation sont également facturées à d’autres ministère,s comme par exemple le ministère de l’Intérieur pour les policiers. Mais quoi qu’il en soit, cela ne coûte effectivement rien à la SNCF comme vous l’avez souligné.


      • Coriosolite 16 août 14:31

        @alinea
        C’est l’Etat français -les contribuables- qui indemnisera les descendants des déportés juifs américains, pas la SNCF.

        Ainsi la SNCF pourra se porter candidate pour les appels d’offres aux USA. Tour de passe-passe hautement moral, vous l’aurez compris.

        Je suis persuadé qu’après cet accord gagnant-gagnant (comme on dit), nous allons vers un accord équivalent pour indemniser les victimes civiles françaises des bombardement US sur les villes françaises et une indemnisation pour la reconstruction de ces villes.

        Non ? Pourquoi donc ?


      • HELIOS HELIOS 16 août 10:26

        ... vouloir retirer cet HENORME avantage a quelques proches de quelqu’un qui a donné sa vie pour son pays... pour le reclassement d’un aller retour au cimetière seulement, et même en discuter... ce n’est que MESQUIN !


        • Fergus Fergus 16 août 11:39

          Bonjour, HELIOS

          Je me suis sans doute mal exprimé : je ne souhaite en aucune manière l’abolition de ce droit !

          Je tente simplement de souligner les dérives d’usage. Je vous invite à cet égard à lire la réponse que je viens de faire ci-dessus à alinea.


        • HELIOS HELIOS 16 août 12:01

          @Fergus


          oui, bonjour à vous Fergus, quand on est levé depuis longtemps, on oublie parfois l’élémentaire politesse de saluer.

          Cela dit, pour vous lire depuis longtemps, je ne vous fait pas vraiment de procés d’intention. Je m’exprime, comme toujours et surement comme beaucoup d’autres, pour donner un avis de bon sens, dans un débat déjà tranché depuis longtemps. J’aurais probablement du me taire.

          Ce que je regrette souvent, c’est cette propension à revenir encore et encore sur des détails contextuels dont l’humanité ne fait aucun doute. A l’instar de la chasse aux niches fiscales, qui ont été quasiment toujours mises en place pour de simples questions sociales, les abus de quelques uns servent de déclencheurs à la rigueur mal adaptée pour ce qui n’est pas strictement technique.

          Je ne dirai pas que vous agissez comme tel, je pense simplement que c’est l’été et tout ce qui va avec. Je pense également qu’il faut profiter d’un bon rosé, avec tomates mozzarella suivi d’un petit Picodon en attendant la rentrée où fort probablement il y aura a débattre sur des sujets autrement plus importants.

          Passez une bonne fin de semaine, il ne reste que 15 jours de relachement.

        • Le Panda Le Panda 16 août 11:23

          @Fergus Bonjour,

          Tu viens de soulever un problème que l’un de nos amis communs possède, si tu ne vois de qui je veux parler je te le dirai si tu le souhaite lors du prochain commentaire. J’y ai droit aussi je ne l’ai jamais utilisé. Car je considère que l’amour que l’on peu porter à un de ses parents n’a pas de prix. Puis tu as soulevé un contexte bien plus important qui ne touche pas uniquement que la SNCF mais tous les organismes tels : GDF EDF France Télécom Etc. La liste serait trop longue. Ils bénéficient tous sans exception d’HLM et de réduction allant jusqu’à 100% parfois. Cela fait partie des scandales pour lesquelles nous devons monter au créneau avec violences lorsque l’on constate que des personnes n’ayant plus de famille se voit l’EDF ou le GAZ coupé pour des sommes modiques alors que les Comités des dites entreprises possèdent des immeubles à plusieurs milliards d’euros. Aucun politique ni citoyen ne devrait bénéficier de privilèges de quelques ordres que cela soit, car en finalité c’est nous les couillons qui payons. Amicalement même face à ces scandales. 


          • Fergus Fergus 16 août 11:48

            Bonjour, Le Panda

            Attention aux comparaisons trop hâtives entre public et privé. Voir à ce sujet l’un des commentaires que j’ai adressés plus haut à sweach.

            En réalité, s’il y a des différences choquantes en France entre les catégories de travailleurs, elles sont beaucoup plus à rechercher dans la dichotomie entre les grandes entreprises à statut d’un côté, et les petites structures de l’autre, notamment celles qui interviennent comme sous-traitantes des grands groupes et sont trop souvent exploitées de manière éhontée.

            Cdlt.


          • alinea alinea 16 août 11:59

            @Fergus
            Si je puis me permettre et rester dans le sujet de l’article, je ne pense pas que les descendants des morts de « La Grande Guerre » travaillent tous dans le public !!!
            Quant aux voyages à prix réduits pour la famille d’un employé de la SNCF, c’est bien utile à une amie qui a un fils autiste et avec lequel elle se balade en France de cette manière peu onéreuse, parce qu’il ne tient pas en place et veut tout voir ; il adore les trains, connaît toute son histoire et aussi toutes les heures de départ et arrivée de chacun d’entre eux et j’apprends plein de choses sur le rail quand je l’écoute ! par ailleurs, je répète ce que j’ai dit plus haut, je pense qu’ils ne nous volent rien !


          • Fergus Fergus 16 août 13:00

            @ alinea

            « je ne pense pas que les descendants des morts de « La Grande Guerre » travaillent tous dans le public !!! »

            Que vient faire le « public » ici ? Ce droit s’applique à tous les Français dont un ascendant est mort en service durant la guerre.

            Pour ce qui est des avantages tarifaires dont bénéficie les familles d’agent, il est évident que cela peut aider quelques personnes pour une bonne cause, et le cas que tu cites en est une. Mais c’est très marginal.


          • alinea alinea 16 août 16:57

            @Fergus
            Tu as eu plusieurs échanges sur les privilèges comparés entre public et privé !! Cela m’a paru hors sujet !!


          • Fergus Fergus 16 août 17:02

            @ alinea

            C’est en effet hors-sujet, mais ce genre de digression est courant, pour ne pas dire inévitable, sur AgoraVox. Qu’importe, cela permet de remettre quelques pendules à l’heure.


          • zygzornifle zygzornifle 16 août 12:11
            la 1ère classe gratuite, c’est possible.... oui mais faut être Macron-compatible .....

            • Fergus Fergus 16 août 13:03

              Bonjour, zygzornifle

              Attention à vous : à force de faire une fixette sur Macron, vous allez finir par pourrir vos nuits avec des cauchemars dans lesquels il viendra vous hanter ! smiley


            • zygzornifle zygzornifle 16 août 17:44

              @Fergus


               s’il vient me hanter la nuit ?? la réalité (pas la raie alité ça c’est autre chose de délectable lol) dépasse déjà largement tout les cauchemars et s’il vient avec Brigitte dans mes délires je serai obligé de me mettre en mode zombie intégral pour m’en débarrasser .....

            • rocla+ rocla+ 16 août 12:39

              c’ est tout à fait pareil  que les inégalités  des avantages  dont bénéficient 

              les ayant-droit en tout genre concernant salaires retraites  durée  de carrière etc ...

              La France est  un pays  à l’ intérieur duquel de gros salopards  tirent la couverture
              à eux , juste par leur statut  . 









              • Fergus Fergus 16 août 13:10

                Bonjour, Capitaine.

                Attention de ne pas vous tromper de cible. Voir à cet égard mon commentaire à Le Panda.

                Qui plus est, les plus « gros salopards » sont rarement des employés, même s’ils disposent d’avantages que n’ont pas d’autres employés dans des secteurs différents. Les pires - et de loin ! - sont ces cupides patrons de grands groupes industriels et financiers qui se gobergent sans vergogne et font tout pour échapper - eux-mêmes et leurs boîtes - à leur devoir de solidarité en pratiquant l’optimisation fiscale, voire l’exil de capitaux grâce à des montages sophistiqués ! 

                A côté de ces rapaces-là, les petits profiteurs de statuts avantageux ne sont que des moucherons !


              • rocla+ rocla+ 16 août 13:18

                @Fergus


                Bonjour Fergus , 


                Tout est donc parfait  dans le meilleur des mondes . 

                Le gros cupide  exonère le petit cupide . 

                Le monde est beau .

              • Fergus Fergus 16 août 13:58

                @ rocla+

                Non, le monde n’est pas si beau, vous avez raison de le souligner. Mais on ne peut sérieusement s’en prendre à ceux que vous nommez les « petits cupides » si l’on n’éradique pas en même temps les agissements des « gros cupides » !

                Qui plus est, la plupart des avantages acquis sont des résultantes de négociations et interviennent parfois en tant qu’éléments de salaire ne figurant pas sur les feuilles de paie.

                A cet égard, et pour parler des cheminots de la SNCF, savez-vous que dans les années 60, leurs salaires étaient de 25 à 30 % inférieurs à ceux de leurs homologues de la RATP ? Raison pour laquelle une écrasante majorité des employés concernés par le transfert de la SNCF à la RATP de la partie sud de l’actuelle ligne B du RER en 1964 ont choisi d’être intégrés à la RATP, les autres ayant préféré rester à la SNCF pour ne pas perdre leurs avantages tarifaires.

                Bref, rien n’est simple !


              • Spartacus Spartacus 16 août 14:16

                @Fergus
                l’argent des « cupides patrons » ........ N’est pas le tien ni le mien !

                C’est de l’argent privé et donc pas ton problème.... 
                Personne n’est obligé d’acheter la production et ils ne sont pas en monopole.

                La « solidarité » c’est volontaire.....La solidarité par l’impôt est ce qu’est le viol à l’amour. Forcé !
                L’impôt n’a rien a voir avec la solidarité.
                Et optimiser des ressources c’est pour en disposer et certainement mieux l’utiser qu’en redistribution clientéliste. 

                Par contre celui de la SNCF c’est le notre. Et la solidarité...sic n’a pas a financer une caste.

                Sachant qu’un agent SNCF la part patronale cachée qui finance ses privilèges est de 200% de son salaire net et qu’ils sont des dizaines de milliers actifs et retraités...... 
                Les « petits privilèges » multipliés par le nombre sont bien le pire pour toute notre société.....

                Les « statuts » sont un furoncle d’iniquité et tout sauf de la solidarité. 
                Un concept médiéval qui différencie les droits sociaux des castes et corporations proches de l’état....



              • Fergus Fergus 16 août 15:56

                Bonjour, Spartacus

                Je ne parle pas de l’argent privé des patrons mais de l’argent public dont l’Etat, et donc tous les Français, sont spoliés par les domiciliations de sociétés dans des pays pratiquant le dumping fiscal, et par les évasions de capitaux vers les paradis fiscaux au moyen de nébuleuses juridiques.

                « La « solidarité » c’est volontaire »

                Certainement pas ! Cela, c’est la charité à la mode américaine via les fondations. Un système particulièrement détestable par rapport à un impôt redistributif car il relève du fait du prince et permet de sélectionner qui doit être soutenu et qui doit crever !!!

                 


              • Jeff84 16 août 18:44

                @Fergus
                Et pour les autres vertus, c’est pareil ? On est honnête que si un flic vous met un flingue sur la tempe pour vous empêcher de voler ?

                Le courage ne vaut que quand un Kommissar vise votre nuque pour vous empêcher de fuir ?
                L’amour est détestable parce qu’il relève du fait du prince et que je choisis qui aimer, et doit donc être remplacé par le viol ?
                Mais c’est justement le caractère volontaire d’un acte bénéfique qui en fait un acte vertueux !
                Vous voulez vraiment éteindre tout ce qu’il y a de bon dans le monde...

              • Fergus Fergus 16 août 19:14

                Bonjour, Jeff84

                « Vous voulez vraiment éteindre tout ce qu’il y a de bon dans le monde »

                Je ne veux rien éteindre du tout, je dis simplement que la solidarité volontaire est sélective. et souvent pour de très mauvaises raisons. Qu’elle existe, d’accord, mais la nature humaine étant ce qu’elle est, elle ne peut être substituée à la solidarité institutionnelle, sauf à induire de graves discriminations !

                Et, désolé de vous le dire, vos exemples n’ont aucune pertinence dans ce débat. Par exemple, aimer une personne plutôt que d’autres ne nuit en aucun cas à ces dernières !!!


              • Spartacus Spartacus 16 août 19:18

                @Fergus


                L’argent public n’est pas spolié. Il est redistribué. C’est aussi la preuve que la solidarité d’état qui prétend pourtant conduire à une redistribution des richesses, ne profite pas du tout aux gens dixxit « qui vont crever » loin s’en faut, mais à d’autres..... 

                Tu m’étonnes cette mentalité « solidarité encensée commence pour sa corporation en dénonçant une autre qui bouffe elle aussi à sa gamelle » ! 

                Tellement intellectuellement fermé étatiste qu’il ne se rend même plus conte de l’indécence du phrasé !
                En résumé, l’état est un ange, ses gentils fonctionnaires des saints adoubés d’un sens de la justice altruiste inné........Et tous les autres qui s’intéressent aux autres de « détestables » cons....
                Comme les fondations qui lui font concurrence sur le marché de la belle parole de « solidarité » qui ne peuvent qu’être des malfaisants.

                La vérité c’est que la « solidarité d’état » est un concept ou tout le monde tente de s’enrichir aux dépens de tout le monde et ceux qui sont proche de l’état savent capter mieux que les autres la redistribution en son nom...

                Dans une société « normale », la solidarité ne concerne qu’une très petite partie de la population et pas des corporations, des groupes sociaux qui s’en gavent et s’approprient les 98%.

                La société solidaire d’Etat et ses bénéficiaires ont la même mentalité que la prostituée et son client. Comme la prostituée promet l’amour (avantages) et le bénéficiaire attend (des avantages), L’un et l’autre ne sont que des simulacres (ivresse et frustration).

                L’état veut faire croire qu’il est solidaire, le bénéficiaire veut faire croire qu’il a été justement redistribué.

                Ils vivent dans le règne du faire-semblant….

                Non la solidarité n’est pas la redistribution par l’état ce faire semblant...


              • Jeff84 16 août 20:20

                @Fergus
                En effet, comme aider une personne plutôt que d’autres ne nuit en aucun cas à ces dernières. Merci de prouver ma démonstration. Ce n’est pas ma faute si quelqu’un est SDF, donc je ne lui nuit pas en ne l’aidant pas.

                Et je me fiche complètement de votre avis. Soit vous me prouvez que ces exemples ne sont pas pertinents en trouvant une faille logique, soit vous admettez qu’ils sont valides.
                Je pense personnellement que si les socialistes sont contre la vraie solidarité, qui n’est pas donnée à la pointe du fusil étatique, c’est justement parce que ce sont des connards qui laisseront crever un SDF plutôt que de lui donner un centime de leur poche. Et ce constat est toujours vérifié dans mon expérience.

              • Fergus Fergus 16 août 20:51

                @ Jeff84

                Vous êtes dans une logique ultralibérale cynique et méprisante des faibles.

                C’est par l’impôt que sont financés les services publics d’éducation ou de santé. Sans ce financement, cela ne serait pas possible pour tous, et seul les plus aisés auraient accès à ces services tandis que les plus modestes seraient écartés des études et des soins.

                Le pire est que vous le savez, mais vous réagissez de cette manière parce que votre niveau de revenus et votre insertion dans la société vous placent du côté du manche. Mais tout le monde n’a pas votre chance (ou la mienne). Or, les personnes malades, handicapées, faibles physiquement ou intellectuellement méritent tout autant que vous et moi de vivre dans des conditions dignes ! Et elles ne peuvent s’en remettre à l’hypothétique charité de tel ou tel individu fortuné, dictée de surcroît par des convictions politiques ou religieuses.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès