• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Tribune Libre > Sortir de l’Union Européenne : “L’Europe sociale une (...)

Sortir de l’Union Européenne : “L’Europe sociale une démarche illusoire” #Frexit

A la veille des élections européennes, c’est un débat qui doit de nouveau être posé avec force. Que faire de l’Union Européenne ? Du NON sans équivoque de 2005 au traité constitutionnel européen en passant par les pancarte FREXIT qui fleurissent dans les manifestations des gilets jaunes, le rejet populaire de l’Union Européenne et de ses politiques ne fait aucun doute. Sortir de l’UE pour s’en sortir, ou y rester et y rester ? oui la question doit être posée. Et à cette question après avoir été à l’avant garde de toutes les luttes contre la construction de l’Union Européenne, le PCF s’est conformé – avec son entrée dans le Parti de la Gauche Européenne et son alliance avec le PS accompagnant la “mutation” – depuis le début des années 90 à reprendre le slogan de la réforme sociale de l’Union Européenne. Ce slogan de l’Europe sociale dont les travailleurs ont les oreilles rebattues depuis aussi presque aussi longtemps qu’existe le traité de Rome. Observons que la question n’est désormais pas plus claire du coté de Mélenchon et de la France Insoumise pour ces européennes. Celle-ci près avoir revendiqué – avec un certain succès dans les urnes lors de la présidentielles 2017 – la revendication de sortir de l’Union Européenne dans un plan B prolongeant un plan A de sortie de traités européens, la question de la sortie de l’Union Européenne apparait désormais exclue tout comme les figures de la FI qui défendaient ouvertement la souveraineté populaire.

Et c’est bien un son de cloche encore plus européiste actuellement du coté du PCF et de son chef de file Ian Brossat qui proclame de façon péremptoire “l’idée d’une sortie de l’UE serait une folie pour la France (…) l n’y a pas donc pas d’autre choix qu’une transformation profonde de l’Union européenne “

D’ailleurs, cette position de principe de refuser la sortie de l’Union Européenne apparait à l’évidence comme un verrou mis en place pour pouvoir discuter de l’effacement de la liste communiste dans une fusion avec les débris résultant de la disparition du PS, une expression plus favorable à la sortie de l’UE interdisant toutes alliances avec le PS et ce qu’il en reste, de Génération à EELV.

“je tends la main à ceux qui veulent comme nous changer l’Europe et refusent les traités actuels. Je tends la main à Hamon, Mélenchon à des forces politiques qui veulent une autre Europe”

Ian Brossat chef de file PCF pour les élections européennes 2019

Bien sûr au sein du PCF, très nombreux sont ceux qui en résonance avec la revendication populaire du Frexit sont convaincus de la nécessité de sortir de l’Union Européenne et de l’Euro. Mais au lendemain du congrès du PCF, quelques voix se sont exprimées pour demander à effacer ce mot d’ordre central de la sortie de l’Union Européenne et reprendre pour seuls mots d’ordre “abrogation des traités” et “souveraineté populaire, référendum d’initiative citoyenne”. Une manière de se retrouver compatible avec le discours pro UE de Ian Brossat et de la direction du PCF-PGE, et paradoxalement un slogan qui est strictement identique la position actuelle de Mélenchon. Une position bien plus floue que celle claire, nette et assumée du Frexit progressiste qu’attendent des millions de travailleurs de France.

Hors “quand c’est flou il y a un loup,” et il faudrait à l’opposé se demander quels travailleurs pourraient avoir confiance dans une candidature – fusse-t’elle communiste – qui expliquerait qu’il est trop difficile d’appeler à sortir l’Union Européenne mais qui prétendrait pourtant sortir du Capitalisme. Et en quoi cette promesse éculée et mensongère de la réforme de l’UE, ce refus de la sortie de l’UE et de l’Euro seraient mobilisateurs alors que ce discours n’a conduit qu’à installer chaque année un peu plus défiance entre les ouvriers et employés très majoritairement pour le Frexit et ce PCF qui défend cette UE tournée contre eux et dont ils prennent chaque jours les coups, des délocalisations au dumping anti social en passant par l’euro austérité faisant la guerre à leurs salaires et leurs services publics ?

https://www.initiative-communiste.fr/articles/europe-capital/sortir-de-lunion-europeenne-leurope-sociale-une-demarche-illusoire-frexit/

www.initiative-communiste.fr site web du PRCF publie ci dessous une réflexion du camarade J Cros, militant communiste de l’Hérault, déjà relayée par les camarades du réseau Faire Vivre et Renforcer le PCF une tribune qui illustre argument à l’appui pourquoi le FREXIT doit être au cœur de la mobilisation des communistes, pourquoi les quatre sorties – de l’Union Européenne, de l’Euro, de l’OTAN et du Capitalisme – sont un slogan dynamisant et rassembleur pour faire se rassembler, s’unir et gagner non seulement les communistes mais avec eux la classe des travailleurs

.

L’Union Européenne : que faire par J Cros

La nocivité de l’UE pour les peuples est reconnue par les dirigeants du PCF et par celui qui doit être chef de file des communistes lors des prochaines élections européennes. La question qui reste posée c’est que faire par rapport à cette donnée

Peut-on se contenter d’émettre le vœu qu’il faudrait remplacer la logique qui gère l’Union européenne par une formule qui se résumerait à « L’humain d’abord » ? Ou faut-il mieux cerner l’impasse dans laquelle nous a entraînés le mécanisme du profit et sa conséquence l’exploitation capitaliste organisée au plan international ?

En d’autres termes y a-t-il une solution à la crise socio-économique que nous subissons en restant dans le cadre du capitalisme ? Nous reconnaissons volontiers que la solution à nos problèmes ne se réduit pas à une formule incantatoire, sortir de l’UE, ou sortir de l’euro, qui règlerait comme par enchantement les difficultés majeures qui nous accablent.

Mais appeler à une Europe sociale me paraît participer d’une démarche aussi illusoire. Selon moi il n’y a pas de réponse aux questions qui se posent sans une rupture avec un système social qui ne permet pas de satisfaire les besoins actuels de l’humanité.

Cela concerne l’UE, la France et le monde ! Si on n’examine pas ce sur quoi buttent les revendications, on se condamne au pire. Dans le Biterrois ou l’Europe a fait disparaître la viticulture familiale et « lo biais de viure » occitan, la conscience de la nature de l’UE comme obstacle à une réponse satisfaisante aux problèmes économiques et sociaux était assez développée. Lors du référendum de 2005 sur le TCE les communes avaient donné très majoritairement le NON aux résultats. Dans plusieurs cela pouvait atteindre un score de 70 % des suffrages exprimés.
On connait la suite. Le Traité de Lisbonne a permis au gouvernement français de contourner la volonté populaire et de poursuivre l’orientation de l’UE telle qu’elle était en germe dans le TCE. Aujourd’hui ces communes du Biterrois ont souvent mis en tête la candidature de Marine Le Pen lors du deuxième tour des élections présidentielles de 2017, avec des pourcentages atteignant parfois 60 %.

On ne peut pas ignorer cette réalité et avancer ainsi sans une analyse sérieuse de ce qu’est l’UE. La situation dramatique que connaît la Grèce devrait nous alerter de manière décisive

L’argument selon lequel l’UE serait un atout dans notre opposition à l’hégémonie américaine ne résiste pas au fait que l’Europe et les USA poursuivent le même objectif, le développement du capitalisme. La convergence de leurs intérêts s’est manifestée avec la réintégration ou l’intégration dans l’OTAN comme avec la participation aux opérations militaires en divers points de la planète. On est là dans une nouvelle forme d’impérialisme.

Bien sûr présenter l’UE pour ce qu’elle est et proposer l’engagement pour en finir avec cette structure au service du pouvoir de l’argent exige un effort incommensurable. Mais se résigner en s’abritant derrière des mots d’ordre creux ou se retrancher derrière ce qui se passe en Angleterre avec le Brexit n’est sûrement pas la voie d’un avenir radieux !

Jacques Cros


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

13 réactions à cet article    


  • pipiou 13 février 14:41

    " Nous reconnaissons volontiers que la solution à nos problèmes ne se réduit pas à une formule incantatoire, sortir de l’UE, ou sortir de l’euro, qui règlerait comme par enchantement les difficultés majeures qui nous accablent.

    "

    C’est bien de le dire, mais mettre en oeuvre cette prise de conscience soudaine semble hors de portée du PRCF.

    Comme quoi vous aimez dire tout et son contraire.

    De toute façon cet article sorti du formol a été écrit il y a au moins 10 ans.

    PRCF = partis de zombies.


    • PRCF PRCF 13 février 18:46

      @pipiou

      L’insulte est bien souvent l’argument de celui qui n’en a pas.

      1°) le propos cité n’est pas celui du PRCF. relisez ce qui est écrit, c’est une tribune d’un camarade du PCF

      2°) le PRCF est et a toujours été pour le FREXIT. A dire vrai il n’y a que les communistes et eux seuls qui ont toujours été contre la construction de l’UE et pour sortir de l’UE et de l’euro. Tous les autres ont soutenus la construction de l’UE. Et notamment le FN RN qui ne s’est pas opposé à l’Acte Unique et qui est ouvertement contre la sortie de l’UE et de l’Euro

      Vous ne connaissez sans doute pas bien le PRCF ce qui vous fait dire des choses erronées vous pouvez vous informer gratuitement sur www.initiative-communiste.fr

      C’est un des premiers sites d’informations politiques en France


    • pipiou 13 février 20:26

      Ah parce que vous prétendez que les tracts que vous déversez sont des arguments ?

      1. Votre camarade du PCF est alors trop intelligent pour vous. Relisez 10 fois l’extrait que j’ai recopié, car c’est du simple bon sens.
      2.  Les communistes ne savent qu’être contre quelque chose. Sortir de l’UE, Sortir du Capitalisme, le mieux ce serait que vous sortiez de la France.

    • Paul Leleu 14 février 00:22

      @PRCF

      en tous cas ce serait bien que le PRCF parvienne a présenter une liste aux Européennes, et à se faire une place dans le système électoral... ne serait-ce que pour faire avancer vos idées...

      parce-que pour le moment il y a un vrai problème à ce niveau là... et ça laisse la voie libre aux autres (trotskystes, anarchistes, réformistes, gauchistes, fascistes, souverainistes, etc.)

      Je pense que votre présence ajouterait au débat...


    • Cadoudal Cadoudal 13 février 14:51

       Camouflet pour le Premier Ministre socialiste espagnol Pedro Sanchez qui voit son budget rejeté, ce qui devrait précipiter des législatives anticipées. Pedro Sanchez n’a pas été démocratiquement élu mais a remplacé le conservateur Mariano Rajoy après sa destitution.
      – France 24, 13 février 2019, 13h

      La date du scrutin n’a pas été fixée, mais il pourrait avoir lieu le 14 ou le 28 avril, a-t-on précisé.


      • hehah 13 février 18:04

        Hourra ! Hourra ! Hourra !

        Bienvenu dans l’alliance, le pole de renaissance de mes couilles franchisée.

        Vous en avez mis du temps ! C’est sur « join or die », ou réelle prise de conscience ?

        Hourra ! Hourra ! Hourra !


        • hehah 13 février 18:09

          C’est probablement une question idiote, mais habitude t’est un simple séide.

          La t’est Jacques Cros. T’est le fils ou le frère de Jean-Jaque, ou t’est lui ?


          • JP94 13 février 18:29

            Effectivement, les communistes de GB ont voté pour le Brexit ... 

            Mais la presse britannique comme son homologue française passe son temps à brandir l’épouvantail de l’extrême-droite ( et d’un ramassis de gens incultes et racistes) qui serait donc l’incarnation du Brexit ... et du Frexit.

            Un argument qui masque mal un racisme de classe ! 

            ... et qui reste à censurer un débat réel sur une question fondamentale.

            Mais ce qui frappe, ce sont les contradictions de contradicteurs du Brexit : ils se disent opposés au Brexit par intérêt pour les pauvres travailleurs dont soudainement ils se soucieraient alors la classe dirigeants anglaise a cassé l’industrie du pays  bien avant le Brexit et brimé les travailleurs britanniques particulièrement depuis Thatcher .

            Et que font-ils aujourd’hui, au moment où le Brexit se produit ? ils se barrent à l’étranger ... pas très loin, dans l’UE quel grand souci des intérêts de la Nation !!

            Car ils dénoncent les méfaits du Brexit mais qui se barre ? le Patronat pour faire ses profits de l’autre côté de la Manche ; alors les méfaits du Brexit ne sont autres que ceux que le Patronat britannique occasionne lui-même , justement en anticipant sur des mesures de protection nationale que l’UE empêche... tout cela est parfaitement cohérent dans la logique de luttes des classes que montre le Brexit. 

            Le problème pour le Patronat européen est celui de l’effet domino ou de la tache d’huile ; si tous les peuples font leur Frexit, Italexit, Belgexit ... où se barrera le Patronat, le pauvre ? Bon il faudrait supprimer les paradis articifiels de la finance, comme le Luxembourg, la Suisse ( hors UE...) etc ...


            • Dom66 Dom66 13 février 18:47

              Sortir de l’UE et surtout de l’OTAN...point final. that it !


              • Julot_Fr 13 février 20:15

                Avec la Macronie sur son lit de mort a cause des GJ, l’elite parasitique a besoin de changer de corps. Les victimes seront a priori le RN ou LFI. Ceci expliquerait les changement de position du RN et LFI sur la sortie de l’UE

                Alain Soral met en evidence un fait interessant : les memes acteurs (goldanell & finkelkraut) qui ont mis en place SOS racisme dans les annees 80 (pour eviter l’admission de l’echec de la politique migratoire, demoniser la droite et permettre a la gauche de prendre le pouvoir (pour mettre en place austerite, privatiser...)) sont actuellement en train de promouvoir le un discours nationaliste (avec Semour...). L’objectif etant la de-demonisation puis l’inclusion de LePen (avec le RN) a la droite (avec le retour Sarko ?).

                Ces suppositions permettraient d’expliquer :

                . La strangulation financiere et l’acharnement judiciare pour forcer la main

                . de-demonisation : LePen passe chez Ardisson sans etre traite de nazie

                . l’abandon des promesses de sortie de l’euro et de l’UE

                La meme chose se produit avec Melanchon qui pourra eventuellement s’averer un meilleurs allie dans une coalition a venir.

                Comme quoi l’instinct des GJ de ne faire confiance a personne se justifie..


                • av88 av88 14 février 08:34

                  Bonjour le PRCF,

                  Vos camarades communistes vont bien finir par admettre que « l’autre europe » n’est qu’un faux-fuyant devant une réalité simple : soit on reste dans l’UE et l’Euro et on chante en cœur « soyons libre, libre.... » avec les multinationales et leurs serviteurs, soit on en sort. 


                  • zygzornifle zygzornifle 14 février 10:02

                    Après balance ton porc on devrait créer balance ton Europe.

                    Au parlement européen il y a 2 couches , la couche inférieure ou il y a les nids de crotales et la couche supérieure ou les vautours sont perchés , malheur au pauvre citoyen européen qui passe entre les deux ...


                    • Ruut Ruut 14 février 13:23

                      @PRCF vous n’aviez pas appelé a voter macron pour son programme pro Europe ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès